Publié le 29 Novembre 2021

Au lieutenant Leblanc, mort en Indochine.

Jean Leblanc nait à Mâcon en Saône-et-Loire le 10 juillet 1925. Saint-Cyrien, il est de la promotion « Général Leclerc » (1946-1948).

Officier au 41e RAC (régiment d’artillerie coloniale), il est tué à l’ennemi près du Lac Quan (Tonkin) le 18 septembre 1952, à l’âge de 27 ans.

Citation à l’ordre de l’armée : "Officier d'artillerie remarquable tant par ses qualités professionnelles, que par ses vertus guerrières qu'il possédait au plus haut degré. Au cours de 14 mois d'opérations ininterrompues a montré dans les circonstances les plus difficiles, un calme, un sang-froid et une bravoure exemplaire. Dans le secteur de Bac Ninh ou il avait été grièvement blessé à son poste de combat le 31 décembre 1951, s'était révélé un tireur émérite et un officier de liaison hors de pair, aux interventions toujours rapides et précises. A magnifiquement confirmé sa réputation dans le secteur de Bui Chu (Nord Vietnam). Animé d'une foi ardente, n'a cessé durant cinq mois, d'apporter à l'Infanterie un appui que son expérience, son sens du terrain et du combat rendaient particulièrement précieux. Est tombé mortellement frappé le 18 septembre 1952 près de LAC QUAN à la fin d'une journée de combat, alors qu'il assurait au contact immédiat d'un ennemi très agressif, la protection de l'Infanterie sévèrement accrochée ».

Isséen, le lieutenant Leblanc était chevalier de la Légion d’Honneur, titulaire de la Croix de guerre TOE avec palme. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de la commune, comme il l‘est sur celui du village de Verosvres, non loin de Mâcon.

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Wikipédia et Larousse.
  • Site : https://www.memorialgenweb.org/ et fiche individuelle du lieutenant Leblanc ; relevés de Claude Richard, Jérôme Charraud et Bernard Butet.
  • Hugues Tertrais, Regards sur l’Indochine, Gallimard, 2015.
  • Guy Leonetti (sous la direction de), Mémorial Indochine, Ministère de la Défense, 2014.

Lire la suite

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 15 Novembre 2021

Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.

Le Comité du Souvenir Français d’Issy-Vanves s’est rendu à Mâcon le 26 octobre dernier, afin de visiter le Mémorial Citoyen.

 

En 1984, Jean-Claude Bernardet, originaire du Maconnais, ancien combattant d’Algérie, professeur de technologie, et féru d’histoire, a une idée lumineuse : créer un musée qui rassemblerait des objets, des témoignages de ses compatriotes. Des objets qui ne sont pas, ou ne peuvent pas entrer dans les grands musées nationaux, mais que les familles ne veulent pas voir perdus à jamais.

 

Les raisons sont simples : un particulier a dans son grenier, au fond de sa cave, des souvenirs qui remontent à une ou plusieurs générations. Ici, il s’agit de l’uniforme du grand-père, soldat ou officier de la Grande guerre, là de papiers provenant d’un aïeul qui a été dans la Résistance, ici encore le drapeau d’une unité combattante ou d’une association depuis longtemps disparue. Et il n’y a pas que chez les particuliers que les souvenirs s’entassent : dans les bâtiments administratifs, scolaires, ou de la « préfectorale » sont amassés des tableaux, archives, meubles qui, peut-être, jamais ne sortiront.

 

Et quand ces objets, ces souvenirs, apparaissent au grand jour, c’est pour finir dans une brocante, parfois dans une vente aux enchères, ou, au mieux, dans les réserves de grands musées nationaux, au pire… dans une décharge.

 

L’idée fait son chemin. Aidé par la municipalité de Mâcon, chef-lieu du département de la Saône-et-Loire, le musée, plutôt le mémorial, prend forme peu à peu. Avec toujours la même ligne directrice : rassembler des souvenirs, qui remontent de la Guerre franco-prussienne aux opérations extérieures actuelles, mais appartenant ou ayant appartenu à des familles pour les conserver, les respecter et les communiquer.

 

En 2000, Jean-Claude Bernardet, président du comité du Souvenir Français de Mâcon, devient Délégué général de cette association pour le département. Il obtient de Mâcon la possibilité d’installer les collections dans le château du Grand Four, propriété de la ville. Le « Mémorial Citoyen » est né.

 

Ce mémorial présente des insignes, des écussons, des tableaux, des uniformes (du colonel de spahis au Poilu en passant par le parachutiste de la Seconde Guerre mondiale), des documents, des équipements, de l’artisanat des tranchées. Parmi tous ces souvenirs, citons le pyjama d’un déporté, les fanions des compagnies du 4e bataillon de Choc – Commando de Cluny (cinq fanions sont présentés, le sixième étant aux Invalides à Paris – une plaque le remplace), la collection extraordinaire de petits soldats de la Première Guerre mondiale, faits de cartons et peints à la main, le tableau présentant le 134e régiment d’infanterie – celui de Mâcon – en prise d’armes.

 

Aujourd’hui, le Mémorial Citoyen de Mâcon reçoit chaque année des milliers de visiteurs. Cette notoriété a donné au musée l’honneur de recevoir, depuis 2005, les jeunes convoqués dans le cadre de la journée d’appel à la Défense.

 

Ce lieu, dans sa conception et dans sa présentation, est unique en France, avec un souhait : celui de développer la fréquentation des scolaires, qu’ils soient collégiens ou lycéens. Et ainsi, communiquer et respecter les engagements et les sacrifices des jeunes d’hier, de 1870 à nos jours, afin d’assurer un avenir de paix et de liberté pour les jeunes d’aujourd’hui et de demain.

 

Mémorial Citoyen

Place du Souvenir Français

24, Chemin de la Bécassière

71000 MACON

06 13 14 90 16

 

 

Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.
Le Souvenir Français d'Issy-Vanves au Mémorial Citoyen de Mâcon.

Lire la suite

Publié le 6 Novembre 2021

Au sous-lieutenant Audigier de Vanves.

René Audigier nait le 16 juillet 1894 dans le 5e arrondissement de Paris. Il est le fils de Camille André Marie (journaliste et écrivain) et Marie-Louise Corbin. En 1914, il fait partie de la promotion des élèves de l’Ecole supérieure pratique de commerce et d’industrie. Il est aussi un jeune écrivain, qui fait paraître, dans les journaux Paris-Soir, Touche à tout et Sports, des articles et des contes.

 

René Audigier commence la Première Guerre mondiale dans une compagnie du 12e chasseurs. Il est blessé face à l’ennemi le 5 juillet 1916 à Estrées, dans la Somme. Pour sa bravoure, il est cité à l’ordre de la division.

 

Devenu officier (sous-lieutenant) il intègre les bataillons du 228e régiment d’infanterie, réserves du 28e RI. Ce régiment est l’une des unités de Paris avec pour lieux de regroupement : Evreux, le fort de Saint-Denis, celui de Stains, de Montmorency, Monlignon et Domont. Le 28e fait partie de 11e brigade d’infanterie et est placé, pendant toute la durée de la guerre, à la 6e division d’infanterie.

 

Au 228e, René Audigier prend le commandement de la 6e compagnie de mitrailleuses. Il est de nouveau touché et meurt des suites de ses blessures le 27 juillet 1917. Il est de nouveau cité.

 

Fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume, il avait déjà reçu la croix de Guerre avec palme. Citation du 12 août 1917 : « Officier ayant toujours fit preuve, au cours des opérations auxquelles le régiment a pris part, de la plus grande bravoure et d'un parfait mépris du danger. A été grièvement blessé le 25 juillet 1917 en donnant à ses hommes un bel exemple d'abnégation. Une blessure antérieure, déjà cité à l'ordre ».

 

Enterré au carré militaire du cimetière de Vanves, René Audigier est mentionné sur la plaque commémorative de l’église Saint-Rémy de Vanves et sur la plaque commémorative des écrivains tués pendant la Première Guerre mondiale au Panthéon.

 

En 1920, son père fait paraître un ouvrage sur le fils : La gloire.

 

Sources :

 

  • Site Memorial GenWeb – Fiche individuelle du sous-lieutenant Audigier avec les contributions de Claude Richard, Stéphane Protois, Martine Poncelet et Laetitia Filippi.
  • Site Chtimiste.
  • Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

 

 

Lire la suite

Publié le 27 Octobre 2021

Du 28 octobre au 2 novembre : quête 2021 du Souvenir Français.

Ensemble, sauvons les tombes des combattants « Morts pour la France » ! 

Des tombes de combattants « Morts pour la France » disparaissent chaque jour dans nos cimetières communaux. Ces tombes sont celles de combattants dont le corps a été restitué à leur famille après chacun des grands conflits auxquels la France a participé (1914-1918 ; 1939-1945 ; Indochine ; Algérie ; Opex). 

Lorsque prend fin la concession de la tombe, la tombe est supprimée et les restes du combattant rejoignent un ossuaire anonyme. La disparition de ces tombes est une faute mémorielle. Par leur présence dans les cimetières communaux ces tombes participent au croisement d’une triple mémoire – familiale, locale et nationale. 

Si la première mémoire, celle des familles, peut en effet s’éteindre, celles des communes et de la Nation s’inscrivent elles, dans la durée. Alors que les cimetières communaux s’imposent aujourd’hui plus qu’hier comme des lieux de la mémoire partagée des Français, il est urgent de sauvegarder ces tombes et de redonner un destin aux « Morts pour la France » qui y sont inhumés. Le Souvenir Français s’y est engagé. Pour relever ce défi, il a besoin de tous les citoyens, il a besoin de vous ! 

Du 28 octobre au 2 novembre, les adhérents bénévoles du Souvenir Français seront aux portes du cimetière communal d’Issy-les-Moulineaux et solliciteront votre générosité. En sauvant leurs tombes, nous sauvegardons notre mémoire commune. 

 

Merci à vous !

Lire la suite

Publié le 14 Octobre 2021

Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération, n'est plus.

Cérémonies à venir.

Emmanuel Macron présidera l’hommage national qui sera rendu vendredi 15 octobre 2021 à 15 heures aux Invalides à Hubert Germain, le dernier Compagnon de la Libération décédé à l’âge de 101 ans.

Cet hommage « prendra la forme d’une cérémonie militaire dite d’honneurs funèbres incluant différents symboles militaires rappelant notamment son engagement dans la Légion étrangère et au cours duquel le Président de la République prononcera un éloge funèbre », a indiqué la présidence dans un communiqué. Après cet hommage national, Emmanuel Macron présidera aussi la cérémonie d’inhumation d’Hubert Germain le 11 novembre à l’Arc de Triomphe et au Mont-Valérien.

 

Biographie.

Fils d'un officier général issu des troupes coloniales, Hubert Germain est né le 6 août 1920 à Paris.

Il débute ses études secondaires à la mission laïque franco-arabe de Damas (1930-1932) et les poursuit au lycée Albert Sarraut à Hanoi puis au lycée Saint-Louis à Paris.

Bachelier, il prépare le concours de l'Ecole navale au lycée Michel Montaigne de Bordeaux au moment de la déclaration de guerre de septembre 1939.

Mais, dès juin 1940, écartant le concours, il cherche les moyens de continuer la lutte en pensant gagner le Maroc.

Après une discussion à l'Etat-major général, replié à Bordeaux, avec un officier général ami de son père, Hubert Germain apprend que l'Afrique du Nord ne rentrera pas dans la guerre. Il prend alors la décision personnelle de continuer le combat.

Des troupes polonaises s'embarquant pour l'Angleterre à Saint-Jean-de-Luz, il parvient, avec trois camarades, à se joindre à elles et à monter à bord de l'Arandora Star, qui appareille pour la Grande-Bretagne le 24 juin 1940.

Engagé dès l'origine dans les Forces françaises libres, il est affecté sur le cuirassé Courbet où il suit les cours d'élève officier de marine. Alors qu'il étudie pendant la journée entre les alertes, Hubert Germain participe la nuit à la défense antiaérienne contre les raids allemands.

Au printemps 1941, il est affecté à l'Etat-major du général Legentilhomme, commandant en Palestine la 1ère Division légère française libre destinée à intervenir au Levant.

Après la campagne de Syrie à laquelle il participe, il est envoyé comme élève à l'école d'officiers de Damas en septembre 1941 ; il en sort aspirant pour être affecté au 2e Bureau de l'Etat-major de la 1ère Brigade française libre du général Koenig. En février 1942, il rejoint les rangs du 2e Bataillon à la 13e Demi-Brigade de la Légion Etrangère (13e DBLE) à laquelle il restera toute sa vie, très attaché.

Hubert Germain participe dès lors à la campagne de Libye au sein de la 1ère Brigade. Chef de section antichars, il se distingue dans les combats de Bir-Hakeim du 27 mai au 11 juin 1942 et est cité à l'ordre de l'armée pour avoir « montré de très belles qualités de chef » et avoir été « pour ses hommes un exemple constant de calme et de courage ». Il est promu sous-lieutenant en septembre 1942.

Il prend part ensuite aux combats de la 1ère Division française libre (1ère DFL) à l'Himeimat (El Alamein) en Egypte en octobre 1942 puis en Tunisie jusqu'en mai 1943.

En Italie, le 24 mai 1944, devant Pontecorvo, alors qu'il commande une section antichar en appui du 1er BLE, le lieutenant Germain est blessé en dirigeant le tir des mitrailleuses lourdes de sa section pour continuer à appuyer le bataillon qui attaque le long du Liri.

Evacué sur Naples, il est décoré de la Croix de la Libération par le général de Gaulle en Italie fin juin 1944.

Il participe au débarquement de Provence en août 1944 et à la libération de Toulon, de la vallée du Rhône et de Lyon. Il prend part ensuite aux campagnes des Vosges, d'Alsace et termine la guerre dans le sud des Alpes, au massif de l'Authion.

Appelé comme aide de camp auprès du général Koenig commandant les forces françaises d'occupation en Allemagne, le lieutenant Hubert Germain est démobilisé en 1946.

Attaché de direction dans une entreprise de produits chimiques, il est élu maire de Saint-Chéron (Essonne) en 1953, mandat qu'il conserve jusqu'en 1965.

Chargé de mission au cabinet de Pierre Messmer, ministre des Armées, de 1960 à 1962 puis, de nouveau, en 1967 et 1968.

Elu député de Paris en 1962, il sera réélu en 1968 puis en mars 1973. Président de l'amicale parlementaire "Présence et Action du Gaullisme" (1969-1972) Hubert Germain est vice-président du groupe UDR à l'Assemblée nationale (1971-1972).

De 1972 à 1974 Hubert Germain est ministre des PTT puis ministre chargé des relations avec le Parlement (mars-mai 1974).

Il fut également Président de la société française de télédistribution de 1975 à 1982.

Hubert Germain est membre du Conseil de l’Ordre de la Libération depuis décembre 2010. Par décret du 25 novembre 2020, il est nommé chancelier d'honneur de l'Ordre de la Libération. Dernier compagnon de la Libération, Hubert Germain a reçu le grade de caporal-chef honoraire de la Légion étrangère en septembre 2021.

Hubert Germain est décédé le 12 octobre 2021 à l'Hôtel national des Invalides à Paris.

 

Décorations :

Grand-Croix de la Légion d'Honneur

Compagnon de la Libération - décret du 20 novembre 1944

Croix de Guerre 39/45 avec palmes

Médaille de la Résistance avec rosette

Membre de l'Ordre de l'Empire britannique

Grand-Croix de l'Ordre de Malte

Titulaire de plusieurs décorations étrangères.

 

 

Sources :

 

  • Journal La Voix du Nord.
  • Site Internet de l’Ordre de la Libération.
Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération, n'est plus.

Lire la suite

Publié le 9 Octobre 2021

« Un petit air d'accordéon, ça sentait bon la France que l'on venait de quitter, ou que l'on allait bientôt retrouver pour les anciens » (photographie de soldats du 121e).

« Un petit air d'accordéon, ça sentait bon la France que l'on venait de quitter, ou que l'on allait bientôt retrouver pour les anciens » (photographie de soldats du 121e).

Le 121e régiment d’infanterie est une vieille unité de l’armée française. Créée en 1794, elle arbore sur son drapeau les victoires de Mondovi (1796), Saragosse (1809), Tarragone (1811), Lützen (1813), La Somme (1916), Verdun (1917), l’Aisne (1917-1918) et AFN 1952-1962. Dès le début de la guerre d’Algérie, le 121e est envoyé en Algérie. Il cantonne dans la région de la Grande Kabylie, non loin de Tizi-Ouzou.

Claude Franck est né le 18 mars 1932 à Issy-les-Moulineaux. Appelé sous les drapeaux, il rejoint son unité et est envoyé en Algérie. En juillet 1956, pris dans une embuscade, alors qu’il effectue une patrouille de reconnaissance, il est gravement blessé. Il décède le 9 juillet. Il est enterré au cimetière communal d’Issy.

 

1956 est une date particulière dans la guerre d’Algérie.

En 1956, lors de la campagne pour les élections législatives de janvier, Guy Mollet, secrétaire général de la Section Française de l’International Ouvrier (SFIO – ancêtre du Parti socialiste) anime, aux côtés de Pierre Mendès France, François Mitterrand et Jacques Chaban-Delmas, le « Front Républicain », coalition réunie sur un programme de modernisation économique et sociale et de paix négociée en Algérie, qui obtient une courte majorité. Alors que le président René Coty propose à Pierre Mendès France de former un gouvernement en 1956, celui-ci refuse et lui suggère Guy Mollet. Il est le dirigeant du Front républicain et la guerre d’Algérie est pour lui « imbécile et sans issue » ; l'indépendance est dictée par le bon sens.

Confronté, lors d'une visite à Alger le 6 février 1956, à l'hostilité violente (jets de fruits, de légumes, cris, menaces de mort explicites) de la population d'origine européenne (appelée « Journée des Tomates »), puis à l'impossibilité de réunir une majorité parlementaire sur une ligne libérale en Algérie, Guy Mollet s'engage dans une politique répressive et refuse toute solution négociée avant la conclusion d'un cessez-le-feu. Le 12 mars 1956, il demande et obtient le vote des pouvoirs spéciaux incluant notamment la création d'une procédure de justice militaire de « traduction directe » sans instruction, la légalisation des camps d'internement créés en 1955 et l'attribution aux militaires des pouvoirs de police.

Pour certains historiens et hommes politiques, le vote des pouvoirs spéciaux marque la responsabilité politique de la guerre dans la mesure où il confère d'importants pouvoirs à l'armée. Guy Mollet double en six mois les effectifs militaires déployés sur place en envoyant le contingent. Il doit renoncer à nommer Georges Catroux ministre résidant en Algérie. Il propose à Pierre Mendès France, puis à Gaston Defferre d'exercer cette fonction, mais ceux-ci refusent. Il désigne donc Robert Lacoste.

Mais rapidement, le gouvernement Mollet se trouve embourbé dans un engrenage infernal : aux exactions de l'armée française, répondent les attentats du FLN, désormais aveugles…

 

Sources :

  • Site Memorial GenWeb – Fiche individuelle de Claude Franck.
  • Archives du Comité du Souvenir Français d’Issy-Vanves.
  • Site Chtimiste sur l’historique du 12e RI.
  • Crédit photographique : site « Copains d’avant » - Section anciens du 12e RI.
  • Encyclopédie Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

 

Lire la suite

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Algérie

Publié le 26 Septembre 2021

René Veyrat-Parisien : de la Haute-Savoie à Vanves.

A la suite de l’article publié il y a quelques jours sur ce site, Madame Veyrat-Parisien a tenu à nous adresser quelques mots sur feu son époux :

 

« Monsieur René Veyrat-Parisien est né le 7 avril 1936 à Annecy en Haute-Savoie. Les restrictions de la guerre l’ont envoyé se refaire une santé chez son oncle à Manigod, au cœur du massif des Trois Aiguilles. Il y a connu la vie rude des montagnards. En pension pendant les années de collège et de lycée, il ne rentrait chez ses parents qu’en fin de trimestre.

Il a été incorporé chez les chasseurs alpins au 22e BCA (Bataillon de Chasseurs Alpins) fin 1959, a fait ses classes à Barcelonnette, a été remarqué pour sa sportivité, ce qui lui a permis de faire le stage de moniteur d’éducation physique militaire à Antibes. Jusqu’au début de 1961, il a fait partie d’un commando de chasse basé en Kabylie, dans le nord de l’Algérie. Sergent-chef nommé au feu, il a gardé de cette période une empreinte indélébile.

De retour à la société civile, il s’est d’abord occupé d’organisations des colonies de vacances sur la Savoie et la Haute-Savoie. Sa rencontre avec sa future épouse l’a amené à Paris où il se forme à l’informatique. Il enchaîne différents postes et fait carrière au Crédit Agricole. Il reçoit la croix de chevalier dans l’ordre du Mérite agricole.

De son mariage naissent trois enfants, mais il a le malheur de perdre un petit garçon. Il a le sens de la famille et est toujours heureux de regrouper les siens.

Ancien combattant et porte-drapeau aussi bien à Vanves qu’à Concarneau où se trouve notre résidence secondaire, il apprécie de participer aux manifestations et de rendre utile.

René, une générosité de cœur et d’âme ».

Voir les commentaires

Publié le 18 Septembre 2021

Au capitaine Maigret.

Le 2e RMTZ au fort de Souville.

Ce régiment est formé le 20 septembre 1914 avec des éléments venant du Maroc. En réserve de la 6e armée, il est composé du 2e bataillon du 4e régiment de zouaves, du 3e bataillon du 3e tirailleurs et du 1er bataillon du 9e tirailleurs. Etablit à Sète à la fin de l’année 1914, l’unité prend son nom définitif et devient donc 2e régiment mixte de zouaves et de tirailleurs (2e RMZT).

En 1915, le régiment est affecté au secteur de la tranchée de Calonne (là où l’écrivain Alain Fournier fut tué septembre 1914). Le chef de corps du 2e RMTZ, le lieutenant-colonel Cornu, y trouve la mort le 29 avril. Par la suite, l’unité est transférée non loin de là, à Verdun, du 25 février au 8 mars 1916, puis au fort de Souville.

Ce fort est l’une des constructions de la place fortifiée de Verdun, situé sur la commune de Fleury-devant-Douaumont. Construit à partir de 1876, à 396 mètres d’altitude, c’est un fort de première génération qui fait partie du premier secteur des deux ceintures autour de Verdun. Il est situé au sud du fort de Douaumont et au sud-ouest du fort de Vaux ; il sert de poste de commandement avec un central téléphonique. A partir du printemps 1916, le fort de Souville est l’un des enjeux de la bataille de Verdun. Les engagements sont presque quotidiens. Et en juillet 1916, les soldats français de la 128e division d’infanterie tiendront héroïquement face au pilonnage de l’artillerie allemande, au gaz, et à la charge, à la baïonnette, des Allemands (140e régiment de Prusse-Orientale).

 

Le capitaine Maigret.

Marcel Maigret est né à Faremoutiers, en Seine-et-Marne, le 29 juillet 1878. Isséen, militaire de carrière, il intègre Saint-Cyr et est de la promotion d’In-Salah (1899-1901). Il participe à la Première Guerre mondiale, après avoir connu une brillante carrière coloniale en Afrique du Nord. Il a été des campagnes d’Oujda et du Haut-Guir. Officier du Nicham Iftikar (ordre tunisien), il est aussi titulaire de la médaille Coloniale, chevalier de la Légion d’honneur et croix de Guerre avec palme et étoile.

Le capitaine Maigret est tué à l’ennemi le 16 mai 1916, au fort de Souville. Il reçoit une citation : « Brillante conduite au feu par son courage et l’exemple qu’il donne à tous. A été grièvement blessé ».

Son corps repose à la nécropole nationale du Faubourg Pavé, dans le carré des officiers.

 

Le Faubourg Pavé.

Situé sur la commune de Verdun, cette nécropole regroupe les corps exhumés des cimetières de Belrupt, de la Caserne Chevert et d’Eix-Abaucourt, ainsi que des soldats tués lors du second conflit mondial. Mais la nécropole est également connue pour avoir reçu les corps des sept soldats français inconnus venus de tout le front de bataille. Le Souvenir Français a d’ailleurs placé une plaque de marbre sur laquelle on peut lire : « Le 9 novembre 1920, huit soldats français inconnus exhumés dans tous les secteurs du front en des endroits gardés secrets furent réunis à la citadelle de Verdun pour une glorieuse veillée funèbre. Le 10 novembre, en présence de M. Maginot, ministre des Pensions, l’un d’eux fut désigné par le sort pour recevoir à Paris, sous l’Arc de Triomphe de l’Etoile, les honneurs suprêmes. Les sept autres, confiés à la ville de Verdun, montent ici, au pied du drapeau, leur dernière garde se dressant en rempart devant la cité inviolée et faisant leur la devise du soldat de Verdun : « On ne passe pas ». Passant, salue bien bas. Ici repose peut-être ton père, ton fils, ton frère, ton ami, mort quelque part en France au cours de la Grande Guerre ».

 

Sources :

  • Site Memorial GenWeb – Fiche individuelle du capitaine Maigret avec les contributions d’Olivier Schlienger, d’Elisabeth de Montmarin, de Jérôme Charraud.
  • Site de la ville d’Issy-les-Moulineaux : www.issy.com
  • Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • André Castelot et Alain Decaux : Histoire de la France et des Français, Larousse.
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.
La nécropole du Faubourg-Pavé.

La nécropole du Faubourg-Pavé.

Lire la suite

Publié le 11 Septembre 2021

A la mémoire de René Veyrat-Parisien.

Nous avons appris avec tristesse le décès en juillet 2021, à Concarneau, de Monsieur René Veyrat-Parisien, âgé de 85 ans, membre de la section UNC de Vanves et du Comité d’Issy-Vanves du Souvenir Francais, porte drapeau, ancien sergent au 22e BCA (Bataillon de Chasseurs Alpins) en Afrique du Nord.

L’ensemble des associations d’anciens combattants et patriotiques d’Issy et de Vanves présente à sa veuve et toute sa famille ses plus sincères condoléances.

CBA (R) Paul Guillaud

Président départemental de l’UNC

Président de la Section de Vanves du Souvenir Français

Lire la suite

Publié le 10 Septembre 2021

77e anniversaire de la Libération de Paris, par André Santini.

Mesdames et Messieurs,

Chers Amis,

 

Cela fait 77 ans, et nous n’oublions pas. Cela fait 77 ans que Paris et les villes voisines furent libérées, après avoir été maintenues sous la coupe du nazisme pendant plus de 1500 jours.

C’est pour nous un devoir de commémorer aujourd’hui encore cet anniversaire, en hommage à tous ceux qui ont souffert, se sont battus et sont morts d’un crépuscule à l’autre de cette longue nuit parisienne.

Une nuit de 4 années, où ne raisonnèrent plus que les bottes des militaires et les râles des suppliciés, une nuit pendant laquelle l’étendard haineux du nazisme outragea nos monuments et l’honneur de la France.

En 1940, la population de nos villes subit le rationnement, la peur, les humiliations, les tortures, les exécutions sommaires.

Mais, même dans les heures les plus sombres, l’espoir, les valeurs de la République et l’idéal de la France, ne se sont jamais totalement éteints. Déjà, la Résistance s’organise sur tout le territoire et se met en marche, sous l’impulsion du général de Gaulle et grâce à Jean Moulin.

A Issy-les-Moulineaux, deux groupes vont émerger à partir de 1942 : le Mouvement de Libération Nationale, dont le quartier général clandestin se trouvait au cœur même de la Mairie ; et le groupe Francs-Tireurs et Partisans Boisredon, qui siégeait à l’Hôpital Corentin-Celton.

Les membres de ces groupes réaliseront jusqu’à la fin de la guerre diverses actions de sabotage et de renseignements.

Harceler et espionner l’ennemi d’outre-Rhin comme l’ennemi de l’intérieur et entretenir la flamme d’une autre France, celle des Droits de l’Homme et des valeurs universelles, celle de Londres, où résonne la voix du Général, telles ont été les missions de la Résistance française durant tout le conflit.

Dès lors, chacun comprend que la paix et la liberté ont un prix : le sang des hommes libres ! Jean Moulin, héros français, unificateur de la Résistance en 1943, fut l’un de ces martyrs. Elle est considérable la force nécessaire pour abattre un peuple et un pays qui ne veulent pas mourir. Grâce au sacrifice de ces hommes, le pouvoir nazi n’y est pas parvenu !

Avec le soutien des Alliés, le vaste mouvement de reconquête des Forces Françaises Libres se met en marche dans nos colonies d’Afrique. Puis le débarquement de juin 1944 sur les plages de Normandie ouvre la voie à la libération de la métropole.   

En août 1944, la déroute de l’Allemagne nazie se murmure et un grondement sourd agite Paris : la Liberté est proche ! Alors, fonctionnaires et ouvriers s’insurgent, la grève générale est déclarée le 18 août.

Paris renoue avec les barricades, Paris se dresse de nouveau au nom de la France, comme aux grandes heures de son Histoire.

En périphérie, les Forces Françaises de l’Intérieur s’activent pour faciliter l’avancée de la 2ème Division Blindée du Général Leclerc et faire fuir l’ennemi. A Issy-les-Moulineaux, le groupe mené par Emile Bienvenu réussit à faire capituler l’unité de 550 soldats allemands basée sur l’Ile-Saint Germain.

Le 25 août 1944, Paris est libéré, la France renaît !

C’est par ce geste simple et hautement symbolique que nous transmettons la mémoire de ces événements, en hommage à l’ensemble de ces victimes et à tous ceux qui ont lutté pour faire triompher la démocratie sur la tyrannie.

Saluons et souvenons-nous aussi du martyre de celles et ceux qui sont morts, victimes de l’odieuse entreprise d’extermination nazie.

Pensons également à tous ces jeunes engagés des Etats-Unis, du Canada, d’Angleterre et de tous les pays du monde qui, pourtant épargnés par cette guerre, gagnèrent les rives de France pour se battre à nos côtés, pour mourir à nos côtés au nom de la liberté.

N’oublions pas enfin ces allemands qui protégèrent des innocents cachés dans leurs caves et leurs greniers et combattirent de l’intérieur ce régime qu’ils abhorraient.

C’est tout cela que nous ne devons pas oublier, c’est cette histoire que nous devons transmettre. Non pas pour ce qu’elle représente en termes d’horreur… Mais, pour que ne se reproduisent jamais ces comportements indignes des êtres de raison et de jugement que constitue l’ensemble de l’humanité.

 

Je vous remercie.

 

André SANTINI

Ancien Ministre

Maire d’Issy-les-Moulineaux

Vice-Président de la Métropole du Grand-Paris

77e anniversaire de la Libération de Paris, par André Santini.
77e anniversaire de la Libération de Paris, par André Santini.
77e anniversaire de la Libération de Paris, par André Santini.
77e anniversaire de la Libération de Paris, par André Santini.
77e anniversaire de la Libération de Paris, par André Santini.
77e anniversaire de la Libération de Paris, par André Santini.

Lire la suite