Chrétiens et musulmans en Orient: 2/3 - L'Empire ottoman.

Publié le 17 Juillet 2015

L'Empire ottoman à son apogée, vers 1600.

L'Empire ottoman à son apogée, vers 1600.

Les Ottomans n’ont pas attendu 1453 pour assoir leur suprématie sur ce qui reste de l’Empire romain d’Orient. Dès le 11e siècle, ils s’emparent de l’Anatolie centrale puis d’un certain nombre de territoires dans les Balkans (Macédoine, Serbie, Kosovo).

 

Dès lors, trois sultans vont se succéder et permettre aux territoires ottomans de devenir un véritable empire : Mehmet II soumet l’Albanie, la Grèce ; son successeur Selim 1er conquiert la Perse, l’Irak puis l’Egypte. En 1520, Soliman monte sur le trône. Grâce à son alliance avec le roi de France, François 1er, il est maître de toute la Méditerranée orientale, domine les côtes nord de l’Afrique et bat le roi de Bohême. Les Ottomans mettent le siège devant Vienne. Siège qui va durer moins d’un mois mais coûter près de 15.000 morts aux musulmans. Par contre, en Asie, le Yémen et l’Azerbaïdjan passent sous leur domination.

 

Mais en 1570, face à la Sainte-Ligue (Espagne, Etats pontificaux, République de Venise, de Gênes, Savoie, Ordre de Jérusalem), à la bataille navale de Lépante, au large de la Grèce, les Ottomans sont défaits. Ils y laissent plus de 40.000 de leurs. Dès lors, l’expansion musulmane est pleinement combattue par les troupes chrétiennes et les musulmans doivent reculer : Vienne est assiégée mais en vain.

 

Au début du 17e siècle, l’armée ottomane est forte de 150 000 à 200 000 hommes. Elle comprend trois éléments : les odjaks, milices soldées par le Trésor (des janissaires, spahis, artilleurs, soldats du train, armuriers, gardes des jardins palatins), troupes irrégulières, de moins en moins recrutées et les troupes de province, fournies par les feudataires (les plus nombreuses). Les fiefs (timars et zaïms) attribués à des militaires (sipahi) qui doivent fournir un contingent passent progressivement aux serviteurs du seraï, ce qui les soustrait aux obligations du service. Les troupes de province fournissent de moins en moins de soldats. De1560 à 1630, les odjaks augmentent d’autant, surtout le corps des janissaires, multiplié par quatre. La pression fiscale augmente et alimente des troubles provinciaux. Les janissaires forment un État dans l’État et sont recrutés de plus en plus parmi les musulmans. Ils obtiennent le droit de se marier et s’installent dans la vie de garnison, spécialement à Constantinople. Les Turcs obtiennent l’autorisation de servir parmi les janissaires, autrefois composés exclusivement d’esclaves chrétiens. Le corps des janissaires devient une garde prétorienne et arbitre les compétitions dynastiques.

 

L’empire se réorganise, tente de trouver des parades aux complots et suspicions qui entourent le premier cercle du sultan. Cela ne suffit pas à Kahlenberg, en 1682, en Autriche, les Ottomans sont à nouveau battus. Ils ont 20.000 tués. En 1699, la Hongrie, la Croatie, la Transylvanie reviennent au Saint-Empire Germanique.

 

L’Empire ottoman entre alors dans une longue période d’agonie…

La guerre turco-autrichienne de 1716-1718.

La guerre turco-autrichienne de 1716-1718.

Le « malade de l’Europe ».

 

Lors de la guerre turco-autrichienne, en 1716-1718, les musulmans perdent en grande partie les territoires acquis sur le Danube ; l’Egypte et l’Algérie prennent des libertés vis-à-vis de leur pouvoir central, jusqu’à devenir quasiment indépendantes ; au nord, dans la Caucase, les Russes prennent le contrôle de vastes territoires.

 

Une nouvelle fois, les sultans tentent des réformes, baissent les impôts, organisent une diplomatie et envoient des émissaires partout en Europe, modernisent l’économie en créant des entreprises et des manufactures sur le modèle européen. Une nouvelle fois, en vain… Les janissaires bloquent toutes les réformes. En 1830, la Grèce, soutenue par les puissances occidentales, obtient son indépendance ; le gouverneur de l’Egypte dirige son pays sans plus en référer au sultan ; l’Algérie et la Tunisie sont prises par les Français. Français qui interviennent aux côtés des Sardes et des Anglais pour aider les Turcs à bloquer l’expansion russe. C’est la Guerre de Crimée qui dure près de trois ans, entre 1853 et 1856. Des batailles comme Sébastopol ou Malakoff sont restées célèbres dans la mémoire collective française (qui y ont laisse près de 95.000 morts – pour beaucoup de maladies).

 

Cela ne suffit pas. Près de vingt ans plus tard, la Roumanie, puis la Bulgarie, puis la Serbie obtiennent – par les armes – leur indépendance.

 

Le fond est touché au déclenchement de la Première Guerre mondiale. L’Empire ottoman – ou ce qu’il en reste – est battu sur tous les terrains. Sans l’aide de la puissante Allemagne, dont ils sont les alliés comme l’Empire austro-hongrois, l’effondrement aurait été plus rapide encore. Bien sûr, les Alliés vont connaître des défaites comme à Gallipoli en 1915, mais d’une façon générale, ils laissent des pans entiers de leur immense territoire à leurs ennemis ou aux populations locales : la grande révolte arabe de 1916 à 1918, grâce entre autres au fameux colonel Lawrence, libère l’Arabie, les futures Jordanie, Syrie et Irak. L’Egypte étant depuis longtemps sous domination britannique.

 

Pire : les Grecs, ennemis jurés – considérés encore comme des Romains, prennent pied en Turquie et s’y taille quelques mois une place importante.

 

L'effondrement de l'empire éveille le sentiment national turc. Les anciens combattants se rassemblent autour du maréchal Atatürk, qui chasse les Européens d'Anatolie et s'impose comme chef du gouvernement, reléguant le sultan à un rôle honorifique. En 1923, il abolit l'Empire ottoman et fonde sur le territoire restant, l'Anatolie, la grande partie ouest du haut plateau arménien et la Thrace orientale. Ainsi nait la Turquie moderne ou la République de Turquie, État successeur de l'Empire ottoman. En déposant Abdulmecid II, 101e et officiellement dernier souverain du monde musulman sunnite en 1924, il met fin au califat.

 

Mais des marques terribles restent attachées à cette époque : cette reconquête de la Turquie, et les quelques années précédentes, ont aussi été marquées par des génocides. Dans une volonté de purification ethnique (élimination des chrétiens), les populations grecques, assyriennes et surtout arméniennes ont été systématiquement chassées et éliminées, faisant au total plus de 2 millions de victimes.

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Portraits - Epopées - Associations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :