Capitaine Dominique Bonelli.

Publié le 14 Juin 2016

Capitaine Dominique Bonelli.

Le samedi 11 juin 2016, s’est éteint le capitaine Dominique Bonelli.

Corse, né en Algérie, d’un père militaire, Dominique Bonelli s’engage à l’âge de 22 ans et part pour l’Indochine. Il est lieutenant au 8e choc sous les ordres du capitaine Pierre Tourret. Fait prisonnier, il est de ceux qui font La Longue Marche : les 10.000 prisonniers de Diên Biên Phù vont parcourir une distance de 700 kilomètres pour rejoindre plusieurs camps de prisonniers. Parcours puis emprisonnement dans des conditions effroyables puisque plus de 70 % d’entre eux ne reviendra pas.

A l’issue de la guerre d’Indochine, Dominique Bonelli réalise son rêve : il intègre la Légion étrangère. Départ pour la guerre d’Algérie où il sert sous les ordres du prestigieux colonel Jeanpierre. Il est blessé à deux reprises. L’Algérie, c’est aussi une certaine idée de la France, de l’engagement et de la fidélité. Avec pour maître mot : ne pas trahir.

Au moment du putsch des généraux à Alger contre la politique du général de Gaulle, Pierre Sergent, dans son ouvrage Je ne regrette rien (Fayard, 1972) indique : « De la villa, la vue était sublime. Une Méditerranée de carte postale, immobile et violemment colorée par un soleil vertical. Midi sur la ville blanche. Située sur les hauts d'Alger, cette villa des Tagarins dominait la baie. Là-bas, sur une éminence, parmi les eucalyptus, se dressaient les murailles blanches du Fort-l'Empereur, édifié par Charles Quint... Mais l'heure n'était pas aux méditations historiques ni aux émotions touristiques. Et l'homme tourné vers ce merveilleux paysage n'était nullement enclin à la poésie, malgré un regard bleu, presque transparent. Il tirait méthodiquement sur une courte pipe recourbée. C'était le général Challe. Le général Challe attendait le commandant de Saint-Marc. Ce vendredi 21 avril, Challe était arrivé aux Tagarins, accompagné du colonel Broizat et du général Zeller. La veille, à 1 heure du matin, tous trois avaient atterri en secret à Blida, après avoir pris clandestinement l'avion en métropole, à l'aérodrome militaire de Creil. Et ils se retrouvaient à Alger, dans cette villa où un petit état-major occulte préparait la conquête de la cité. Pour l'essentiel, le plan prévoyait le mouvement d'une unité, la plus sûre : le 1er régiment étranger de parachutistes. A eux seuls, les légionnaires prendraient la ville. Ils seraient toutefois aidés par une unité de parachutistes dont l'objectif était ce fort de Charles Quint où, gardées par le colonel de gendarmerie Debrosse, se tenaient les autorités civiles d'Alger qu'entouraient quelques poignées d'officiers supérieurs. Le 1er R. E. P. assurerait donc le gros du travail. La caserne Pélissier, où siégeait le corps d'armée d'Alger : objectif de la 1re compagnie, dont le commandant était assisté par le capitaine Rubin de Cervens et le lieutenant Godot, et de la 2e compagnie, aux ordres du lieutenant Oliviet Picot d'Assignies. Les émetteurs radio d'Ouled-Fayet : 3e compagnie du capitaine Estoup. La Délégation générale : compagnie portée du lieutenant Durand-Ruel. L'école de police d'Hussein Dey : la compagnie d'accompagnement, avec les capitaines Ponsolle et Carreté. La 4e compagnie du capitaine Bonelli serait tenue en réserve. »

Jugé avec ses pairs, le capitaine Bonelli est condamné à la prison avec sursis et doit quitter l’armée. Il était titulaire de nombreuses décorations ; entre autres, grand officier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre, 10 citations, TOE, Croix de la Valeur Militaire, 2 blessures de guerre. Il avait 88 ans.

En 2008, le capitaine Bonelli avait décidé de se confier à Bénédicte Helcégé, dans un ouvrage intitulé L’Arbre à Papillons, dont Roger Faulques, Grand officier de la Légion d’honneur avait écrit la préface : « Dominique Bonelli appartient à cette race des orgueilleux et son ambition l’a porté à toujours être parmi les meilleurs des meilleurs. La Légion étrangère et la guerre lui permirent d’exercer cette volonté absolue. Porte-drapeau du 1er REP, en 1961 les événements l’ont contraint à tout quitter, la mort dans l’âme, la rage au cœur, avec la douleur de perdre ce qu’il aimait par-dessus tout : la vie partagée avec ses légionnaires. Il s’est battu pour repartir de rien et, à nouveau, viser l’excellence. Avec une volonté farouche pour rebondir, il a gardé son goût du combat et du dépassement : activité professionnelle, sports de compétition, il a gravi les échelons avec enthousiasme, sans jamais perdre cet optimisme et cette joie de vivre qui l’habitent toujours. Tous deux, nous avons aimé la guerre, propos choquants aujourd’hui où l’aspiration naturelle à la paix se confond trop souvent avec le pleutre et inconscient pacifisme…Nous avons aimé la guerre parce qu’elle ne permet pas de tricher : face à lui-même, à la souffrance et à la mort, l’homme exprime ce qu’il est vraiment. Il se bat pour une cause qui le dépasse. C’est ce qui donne sa vraie grandeur à un Soldat digne de ce nom. Si la vie nous a conduits sur des voies bien différentes, notre amitié a traversé, sans faiblir, les années qui sont derrière nous… et continuera à nous unir pour celles qu’il nous reste à parcourir. »

Les obsèques du capitaine Dominique Bonelli auront lieu le jeudi 16 juin à 11 heures aux Invalides et seront suivies des honneurs militaires.

Sources :

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Portraits - Epopées - Associations

Commenter cet article