Morts en SAC: enfin reconnus, par le général Ichac.

Publié le 21 Août 2016

Escadrilles de tradition du 1/3 Navarre (en 1962/1966) 1ère escadrille, SPA 95 « Le martinet », 2ème escadrille, SPA 153 « Le gypaète portant le sceau égyptien ».

Escadrilles de tradition du 1/3 Navarre (en 1962/1966) 1ère escadrille, SPA 95 « Le martinet », 2ème escadrille, SPA 153 « Le gypaète portant le sceau égyptien ».

En août 2011, j'écrivais dans ces colonnes, en évoquant les pilotes et équipages morts en Service Aérien Commandé : « … Alors je souhaite que leur souvenir trouve également sa place dans les pensées de tous ceux qui honorent aujourd’hui, à juste raison, les « morts au Champ d'Honneur ».

 

Je n'étais pas le seul à penser à ces camarades disparus dans le simple exercice de préparation à leur mission de guerre, bien que, comme l'écrivait le général Michel Forget dans un récent article du n°503, de la revue du Souvenir Français: « Les batailles aériennes ne laissent pas de traces au sol... ». Et si, comme il l'évoque, on peut trouver « ici et là une stèle évoquant le sacrifice d'un pilote ou d'un équipage au combat », il est encore plus rare d'en trouver rappelant « le sacrifice d'un équipage ou d'un pilote, tué lors d'une mission d'entraînement en pleine période de paix ».

 

Mais cette omission dans le devoir de mémoire de l'armée de l'air (et des unités de l'aviation de l'armée de terre dont elle est l'héritière) va enfin être corrigée. Sous l'impulsion de quelques anciens têtus, avec l’appui de plusieurs chefs d'état-major successifs, une « Association du Mémorial des Aviateurs » vient de voir le jour. Son but, en liaison étroite avec le Musée de l'air et de l'espace du Bourget, est d'une part de mettre en place, sur l'esplanade du musée, un monument à la mémoire des aviateurs morts en service, et d'autre part d'installer, dans l'enceinte même du musée, une borne mémorielle permettant l'accès à une base de données rassemblant à terme plusieurs dizaines de milliers de noms, avec le maximum de renseignements sur chacun d'eux.

 

Vaste programme, qui demande de faire appel à la participation de tous ceux qui, soit par tradition familiale, soit au cours de leur carrière professionnelle, civile ou militaire, auraient eu connaissance de l'un de ces « morts en SAC » dont enfin la mémoire va sortir de l'oubli.

 

L’Association du Mémorial des Aviateurs est présidée par le général de corps aérien (2S) Yvon Goutx – Adresse : 5, rue Christophe Colomb, 75008 Paris - memorialdesaviateurs@gmail.com - Cotisation annuelle 10€.

 

 

 

Enfin, je voudrais également revenir sur les noms des pilotes cités dans cet article de 2011. Il s’agissait de Jacques Albert, Guy Flament, Francis Barthe, Robert Varnet, Jean-Pierre Petit et Jacques Henry.

 

  • LLT (ORSA) Jacques Albert, CP, 1/3 Navarre, 1ère escadrille, dit « Le gros sac ». Ce surnom n'avait rien à voir avec sa corpulence mais était une allusion transparente à sa fonction de KS (caissier de la « caisse noire » de l'escadron), fonction qu'il assumait avec une efficacité digne d'éloges ! Excellent tireur il était revenu de la Coupe AIRCENT de juin 1963 avec le surnom de « Top gun », ayant obtenu la première place à l'épreuve de « straffing ». Il meurt le 31 décembre 1964 lors d'une collision en vol avec le F-100D du SGC Guy Flament, au-dessus du mont Mezenc.

 

  • SGC Guy Flament, SCP, 1/3 Navarre, 2ème escadrille, dit « Le p'tit boudin », surnom d'origine inconnue. Il meurt lors de cette collision avec l’avion piloté par Jacques Albert.

 

  • CNE Francis Barthe (EA 55) à l'époque au 1/3 Navarre, 2ème escadrille, dit « le beau gosse » ou « l'ancien », célibataire, excellent skieur (il avait terminé 1er au championnat de l'armée de l'air) et danseur émérite ! Il meurt le 30 juin 1968 sur un Stampe SV-4 du CEV de Cazaux, en se « crashant » dans la forêt de Gujan-Mestras.

 

  • CNE Robert Varnet (ORSA), CP, 1/3 Navarre, 2ème escadrille, dit « le clou ». Ce surnom avait une double origine, d'une part la maigreur de l’intéressé, d'autre part son incroyable aptitude à toutes les formes du bricolage. Il était par ailleurs pilote de planeur et responsable à Lahr de la section vol à voile. Il meurt le 12 février 1968 sur Mirage IIIE. A l’atterrissage son appareil touche le sol avant l'entrée de la piste de Nancy-Ochey, rebondit, s'écrase et prend feu.

 

  • LTT Jean-Pierre Petit (EA60), PI, 1/3 Navarre, 2ème escadrille ; se tue le 6 mars 1967 sur Mirage IIIE en percutant un rideau d'arbres en approche du terrain de Dijon-Longvic.

 

  • CNE Jacques Henry (EA 55), CP, à l'époque au 2/3 Champagne, dit « le p'tit chef », surnom d'origine inconnue, peut-être lié au fait que, après une collision en vol, il s'était éjecté et était tombé dans un couvent de religieuses. C'était un 24 décembre ! Lorsqu’il était disponible il leur rendait visite à cette date anniversaire pour partager leur chocolat. Il meurt le 23 novembre 1966. Affecté à la 8e escadre de Cazaux, son Mystère 4A s'écrase sur la dune du Pilat, sans son pilote dont le corps est retrouvé plusieurs années plus tard dans la forêt landaise.

 

 

 

Général de brigade aérienne (2s) Jean-Claude ICHAC

Président honoraire du comité d'Issy-les-Moulineaux du Souvenir Français

 

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Portraits - Epopées - Associations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Allibert michel 14/10/2016 18:14

Mon cher Jean-Claude
Je viens de recevoir le Piège et je voulais te dire combien j'ai apprécié ton poème à la mémoire de tous nos anciens et camarades morts en SAC.
Toute mes amitiés, mon examinateur au 1er degré de globisch NATO
J'ai aussi apprécié ta présentation des films de ton père vus en notre jeunesse.
Michel ALLIBERT EAB 57/9