Le cimetière des Français Libres de Brookwood.

Publié le 27 Décembre 2020

Le cimetière des Français Libres de Brookwood.

Le cimetière militaire de Brookwood est situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Londres. Il jouxte le cimetière civil créé pour regrouper les dépouilles après la saturation des cimetières de la capitale britannique.

Inauguré par la reine Elisabeth II en 1953, le cimetière militaire compte 5.075 sépultures de soldats du Commonwealth et 786 d’autres pays, dont des Canadiens (opération Jubilée de débarquement avorté à Dieppe en 1942), des Australiens, des Néo-Zélandais, des Africains du Sud et même des Italiens et des Allemands (certainement des prisonniers morts des suites de leurs blessures). Ces tombes concernent des soldats morts au cours de la Première Guerre mondiale et des morts au cours de la Seconde.

Il y a aussi des soldats de la France Libre du général de Gaulle. Ils sont au nombre de 244, parmi lesquels :

  • Le commandant Roger Baudouin, officier de l’armée de l’Air, dont l’avion se crashe en mer. Chevalier de la Légion d’Honneur.
  • Le sergent-chef Yves Chardon, Médaille de la Résistance avec rosette, mort à bord de son avion.
  • Henri Drouilh, Compagnon de la Libération, dont l’avion s’écrase à Colchester, alors que l’équipage avait sauté en parachute et qu’il cherchait à éviter que l’appareil ne tombe sur des habitations.
  • Le lieutenant Robert Garoux, de la 13e DBLE, mort des suites de blessures reçues à Narvik en 1940. Compagnon de la Libération.
  • Le sous-lieutenant Charles Ingold, Compagnon de la Libération, mort à l’occasion de son dernier vol d’entrainement.
  • Le lieutenant-colonel Albert Kohan, Compagnon de la Libération, mort des suites de ses blessures lors de son atterrissage en Angleterre.
  • Alfred Le Chevalier, victime civile française, tuée au cours d’un bombardement.
  • Abdourab Seif, de la marine marchande et engagé dans l’AMBC (Armement Militaire des Bâtiments de Commerce).
  • Jacques Tayar, Compagnon de la Libération, mort des suites de blessures lors de l’atterrissage de son avion, alors qu’il accompagne Albert Kohan.

 

Entretenu par la Commonwealth War Graves Commission, la partie française est régulièrement fleurie par la délégation anglaise du Souvenir Français.

 

Sources :

 

 

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Carrés Militaires Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :