Le Vercors par le colonel Richard Marillier.

Publié le 13 Juin 2007

Témoignage sur le Vercors : Le malentendu permanent, par le colonel Richard MARILLIER.

Le 4 juin dernier, disparaissait le général Alain Le Ray, figure historique de la Résistance française. Le général fut le premier à s'être évadé de la forteresse de Colditz en 1941. Il entra en 1943 dans la résistance et devient le premier chef militaire du maquis du Vercors.

L’action du général Le Ray nous permet de rappeler ce que fut le maquis du Vercors. Le colonel Richard Marillier, commandeur de la Légion d'Honneur, résistant de la première heure sur ce plateau nous a fait l’amitié de nous donner son avis.


Drapeau-de-la-R--publique-du-Vercors.jpg

 

«Je n’ai pas connu le capitaine Le Ray dans le Vercors pour la simple raison que je n’y étais pas lorsqu’il y était et qu’il n’y était plus lorsque j’y suis arrivé. Je l’ai rencontré, pour la première fois, le 5 novembre 1944, à Grenoble, lors d’une prise d’armes où nous faisions partie, tous les deux, des huit résistants décorés par le général de Gaulle. Je l’ai revu, par la suite, sur le front des Alpes, puis, beaucoup plus tard, en Région parisienne lorsqu’il était général. Ces dernières années, je lui téléphonais de temps en temps et nous évoquions le Vercors. Il me disait que cela le réconfortait de m’entendre puisqu’il n’y voyait plus guère et ne pouvait plus communiquer par l’écriture. Huit jours avant sa mort, Roland Bechmann (Lescot dans le Vercors), gendre de Jean Prévost, me téléphonait pour me dire que le général Le Ray était dans un coma profond et que c’était la fin.

 

L’histoire du Vercors est, à la fois, simple dans sa conception et très compliquée dans sa réalisation. De quoi s’agissait-il ? Tout simplement de faire du massif – véritable forteresse naturelle – une terre d’accueil et de recueil pour des unités parachutistes en liaison avec un débarquement dans le midi. Cette idée, exprimée par Pierre Dalloz et Jean Prévost, mise en forme par Alain Le Ray, relayée par Yves Farge et défendue par le général Delestraint et Jean Moulin devant le général de Gaulle à Londres, fut entérinée en février 1943 sous le nom de Plan Montagnard. En conséquence, un Comité de Combat du Vercors fut créé et commença ce que j’appelle un malentendu permanent entre ceux qui espèrent et ceux qui attribuent. Non, vous ne recevrez pas de renforts aéroportés mais recueillerez un commando de parachutistes américains et nous vous demandons d’aménager deux pistes d’atterrissage pour gros porteurs. Oui, le Plan Montagnard est toujours valable ; pour preuve, le 14 juillet 1944, 72 forteresses de l’US Air Force nous larguent, en plein jour, de quoi armer 2.000 hommes.

En fait, il existait un décalage entre ce que le BCRA d’Alger prescrivait et les moyens nécessaires dont il ne disposait pas. De toute façon, le drame du Vercors commença avec l’arrestation du général Delestraint et de Jean Moulin, les seuls qui se seraient opposés au déclenchement du Plan dans de telles conditions. Le maquis du Vercors ne disposait, le 6 juin, ni des effectifs ni de l’armement nécessaires. La suite, on la connaît : 15.000 soldats allemands (chasseurs de montagnes, bataillons de Volontaires de l’Est (« Mongols »), artillerie divisionnaire, 240 aviateurs, des panzers divisions, des parachutistes) sont déployés et attaquent. La bataille dure 56 heures ; le bilan est éloquent : l’Histoire retiendra que 629 maquisards auxquels il convient d’ajouter 210 civils y perdront la vie, ce qui signifie, si l’on s’en réfère aux chiffres officiels de l’Association des Pionniers du Vercors, que plus de 3.000 combattants ont pu, soit survivre dans le maquis au milieu des Allemands, soit quitter ce même plateau par des issues de secours. L’Histoire retiendra aussi qu’environ 120 soldats de la Wehrmacht y ont été tués et que le lendemain de l’opération du Vercors le général allemand Karl Pfaum a été relevé de son commandement, le général Streicker le remplaçant à la tête de la Division 157, le 1er septembre 1944 ».


Le colonel Marillier a publié plusieurs livres sur le Vercors, aux Editions de l’Armançon : http://www.editions-armancon.fr/ . Par ailleurs, le colonel Marillier connaît bien Issy-les-Moulineaux  : en tant que Directeur Adjoint Délégué du Tour de France, entre 1981 et 1990, il présentait chaque années au PACI les itinéraires et les équipes.

Rédigé par Frédéric-Edmond RIGNAULT

Publié dans #Seconde Guerre mondiale

Commenter cet article