La FNDIRP à Issy-les-Moulineaux.

Publié le 26 Juillet 2008

 

 

Créée au cours du mois d’octobre 1945, par des déportés et des internés, la Fédération nationale des déportés, internés et résistants et patriotes œuvre d’abord pour le Devoir de Mémoire : conserver l’héritage et la mémoire de toutes celles et de tous ceux morts, entre autres, dans les Camps de concentration. A ce titre, l’association rassemble des anciens déportés comme des hommes et des femmes qui combattirent le 3ème Reich.Le Comité d’honneur est composé de personnalités suivantes : Pasteur Aimé Bonifas, Henry Bulawko, Révérend-Père Robert Chautagnat, Roland Dumas, Grand Rabbin Alain Goldmann, Juliette Gréco, Stéphane Hessel, Alix Lhote, Georges Séguy, Pierre Sudreau, Serge Wourgaft.
A Issy-les-Moulineaux, l'association est présidée par Guy Ducoloné, dont la photographie est ci-dessus. Guy Ducoloné a été résistant, déporté à Buchenwald. Après la guerre, il entame une carrière politique qui va le mener aux responsabilités de conseiller général d'Issy de 1953 à 1988 et député de la circonscription de 1964 à 1988. Officier de la Légion d'honneur, président de l'association internationale Buchenwald-Dora, ancien vice-président de l'Assemblée nationale, député honoraire, Guy Ducoloné est aidé dans ses fonctions au sein du Comité local de la FNDIRP par Mesdames Lucette Pontet et Georgette Poussange. 

 

 

L’association intervient également dans plusieurs domaines :

 # Activités judiciaires : constitution de partie civile dans les procès intentés pour crime contre l’humanité, ou contre les tentatives négationnistes.
# Activités internationales : contribution aux efforts pour la paix, le développement et le désarmement (soutien aux actions contre les mines anti-personnelles par exemple).
# Activités sociales : entraide et solidarité, création d’un centre médical et d’une maison de retraite…
# Activités médicales : mieux connaître la pathologie spécifique et les séquelles de la déportation et de l’internement pour mieux soigner.

Le 27 avril 2008, à l’occasion de la Journée nationale de la Déportation, Guy Ducoloné indiquait :

« La dictature nazie en Allemagne, l’occupation des pays d’Europe sont bien d’une époque particulière qui oblige à une mémoire bien précise. Les mots de Berthold Brecht sont encore vrais : « Le ventre de la bête immonde est toujours fécond ». En participant à cette journée nous sommes de ceux qui disent : non au racisme et à l’antisémitisme ; oui à la solidarité et à l’amitié entre les hommes et les femmes sans distinction de religion, de tradition ou de couleur de peau. C’est ce message que sans relâche portent les associations de déportés d’internés de leurs familles et de leurs amis. (…).

Il est nécessaire aujourd’hui de rappeler les épreuves subies par les dizaines de milliers de victimes des exactions qui furent infligées à ceux, hommes et femmes, qui s’étaient élevés contre la barbarie ou furent arbitrairement envoyés à la mort. Il est nécessaire de rendre hommage aux armées alliées et aux forces de la Résistance intérieure et extérieure qui ont permis la victoire sur le nazisme. Il est nécessaire que soient tirés les enseignements susceptibles d’éclairer l’avenir. Les nouvelles générations doivent avoir conscience de la valeur primordiale des principes que les nazis et leurs complices avaient foulés au pied. Elles doivent lutter sans relâche contre les violations des droits de la personne humaine. Souvenons-nous ! Le regard qui prive l’autre de sa dignité et de sa liberté, avant de le priver de son droit à l’existence, est une réalité toujours prompte à resurgir. C’est pourquoi, les survivants demandent aux générations montantes, instruites de ce qui fut et conscientes de ce qui est, d’avoir le courage et l’énergie de construire un monde meilleur ».

 Enfin, l’association édite une revue, le Patriote Résistant, et a un site internet : www.fndirp.asso.fr