Le Stand de Tir - 2/3

Publié le 15 Septembre 2008



 

 

5 – Les bourreaux du Stand de Tir :

 

Dans son livre, Adam Rayski présente les bourreaux du Stand de Tir. Il s’agit de la GFP et de groupes associés, appuyés et renseignés par la police française.
En 1942, Karl Oberg fait renaître à Paris la GFP (Geheime Feld Polizei), police militaire secrète, organe exécutif de l’Abwehr, contre-espionnage du Reich. Il s’agit d’accélérer la traque des Résistants. 

Le « groupe 6/10 » est créé : il s’agit d’un « Kommando für Kapital Verbrechen », ou crime suprême, dont les hommes vont administrer le Stand de Tir en véritables barbares. En cela, ils seront aidés pour les filatures, les traques, les interrogatoires et les tortures par la Brigade Spéciale n°2 de la préfecture de Police de Paris. 

 

6 – Les victimes :

 

A ce jour, nous n’avons pas trouvé les raisons qui poussaient les autorités allemandes à choisir le Stand de Tir ou le Mont Valérien, ou d’autres lieux encore, pour exécuter les Résistants et prisonniers. 

Au Stand de Tir, 143 personnes (répertoriées) sont fusillées entre 1942 et 1944. Sur ces 143 personnes, 54 avaient moins de 25 ans, 22 avaient entre 18 et 20 ans, 4 n’avaient que 17 ans. 

Les massacres commencent le 6 juillet 1942. Certaines journées voient les exécutions se succéder sans interruption : 6, le 20 août 1942 ; 12, le 28 août 1942 ; 17, le 5 octobre 1942 ; 15, le 21 octobre 1942 ; 16, le 7 mars 1944. 

La liste des personnes fusillées au Stand de Tir est l’une des images de l’album présenté sur notre site internet (des articles sur les fusillés et leur biographie vont suivre la publication de cette étude).

 

 

7 – Le Mur d’amiante :

 

L’une des énigmes du Stand de Tir réside en un épais mur d’amiante, qui se trouvait derrière des poteaux d’exécution (se reporter à l’illustration par la photographie se trouvant au début de cette étude) du pas de tir à 50 m. Il s’agissait d’un mur assez épais sur une hauteur d’environ 2,50 m et une longueur d’une dizaine de mètres.

 

7.1 – Les traces de mains :

 

Ce mur comportait de nombreuses traces de mains. Pas de traces laissées à plat, mais enfoncées dans le matériau, comme si l’on avait voulu s’y agripper. Dans son enquête, le commissaire Henri Danty fait la remarque suivante : « Au pas de tir, et sur une longueur de dix mètres, et sur toute leur hauteur, les murs sont tapissés d’une épaisse couche d’amiante et portent jusqu’à une hauteur de 2m50 des centaines d’empreintes de mains ».

 

Plusieurs hypothèses sont envisageables.

 

 

7.2 – Caractéristiques du matériau :

 

D’abord, il semble certain que les personnes qui ont posé ou fait poser ce mur d’amiante connaissaient parfaitement les caractéristiques du matériau. Des rapports font état des propriétés phoniques de l’amiante. Le mur aurait donc été construit pour limiter les nuisances sonores. De fait, cela peut s’expliquer par la nature même des activités exercées. Pour autant, le mur a-t-il été construit au moment de l’occupation allemande ou avant ? Il convient néanmoins d’indiquer qu’avant la présence allemande aucune note ni rapport ne fait mention de la construction spécifique.

 

Une deuxième hypothèse, présentée par Adam Rayski dans l’ouvrage Au Stand de Tir consiste en la supposition que les Allemands posèrent ce mur d’amiante et qu’ils le faisaient chauffer grâce à des câbles électriques placés à l’intérieur. Ainsi, monté à haute température, le mur d’amiante permettait d’ôter la vie aux suppliciés qui voulaient s’y accrocher pour échapper aux balles.

 

Cette hypothèse laisse sous entendre que les fusillés n’étaient pas forcément attachés et les yeux bandés, et que les Allemands pouvaient, par exemple, les faire courir et que les suppliciés s’accrochaient au mur dans l’espoir d’atteindre les soupiraux placés au-dessus du fameux mur. Cette macabre mise en scène est parfaitement illustrée dans le film l’Armée des Ombres de Jean-Pierre Melville, tourné en 1969. 

 

7.3 – Une chambre à gaz :

 

Là encore, il convient d’être très prudent. L’astrophysicien Jean-Pierre Petit a fait des recherches sur le Stand de Tir de Balard. Sur le site internet de son association « Savoir sans Frontières », il commence par mentionner sa propre expérience :

 

« J’ai été élève à l’Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique de Paris, Supaéro, de 1959 et 1961. Les élèves de différentes Grandes Ecoles bénéficiaient d’un traitement spécial, vis-à-vis d’une formation prémilitaire (…). Cet entraînement comportait des séances de tir qui se tenaient dans un stand situé à Issy-les-Moulineaux. Je me souviens parfaitement qu’une salle de ce stand était tapissée de grillage, qui retenait, plaqué au mur, d’épaisses plaques d’amiante, qui représente un assez bon isolant phonique. D’après les photographies prises au moment de la Libération de Paris, ce grillage fut apposé après. Un sous-officier, préposé au tir, m’expliqua qu’il s’agissait de traces de doigts des gens qui avaient été gazés dans ce local et qui avaient cherché à grimper au mur pour échapper au gaz mortel ».

 

Jean-Pierre Petit présente des témoignages :

- Roger Réant : « Vu de mes yeux sur les lieux des cartouches de Ziklon B, des traces invraisemblables de mains sur le revêtement intérieur installé pour retenir les cris des mourants. Des cercueils en sapin à l’extérieur, des poteaux d’exécution criblés à hauteur des visages. Cette chambre à gaz jouxtait la bâtiment couvert du stand de tir. Elle comportait une fausse cheminée par laquelle la gestapo introduisait la cartouche mortelle de gaz. Des ventilateurs après l’exécution vidaient les gaz vers l’extérieur.

- Maurice Grégoire : « Je soussigné Monsieur Grégoire Maurice, engagé volontaire le 9 octobre 1944 au 117ème Bataillon de l’Air, boulevard Victor à Paris, certifie avoir découvert avec horreur lors de mon arrivée à la caserne les endroits où étaient fusillés les patriotes après leur arrestation. Cinq étaient situés dans le Stand de Tir et quatre dans la chambre à gaz ».

- Robert Vizet : « Je soussigné, Robert Vizet, parlementaire honoraire, ancien résistant, engagé volontaire pour la durée de la guerre 1939-1945, demeurant route de Villaine à Palaiseau, déclare me rappeler que lorsque j’étais de garde au Ministère de l’Air, en octobre 1944, d’avoir eu l’occasion de visiter le polygone d’Issy-les-Moulineaux où avaient été fusillés des résistants. Loin de là se trouvait une bâtisse dont l’intérieur était tapissé d’amiante où l’on voyait encore des traces de doigts, de mains qui semblaient exprimer des tentatives de gens qui s’y trouvaient enfermés, pour se hisser vers les soupiraux vitrés mais hermétiquement clos, afin de se soustraire à la suffocation des gaz. C’était, d’après les témoignages de l’époque, une chambre à gaz destinée dans ce secteur à l’extermination certainement de résistants ou de personnes dont les nazis voulaient se débarrasser. C’est vrai que depuis je n’ai pas eu à connaître ce qu’était devenu le lieu de tortures et d’exécutions par les gaz ».

 

Il est vrai qu’en France occupée existaient des endroits de tortures et des chambres d’extermination (cas d’un camp de travail à Thil et de son four crématoire, près de Longwy). De fait, Adam Rayski dans son ouvrage fait également mention d’une salle, photographie à l’appui, parfaitement isolée du reste du stand, mais qui comportait une installation de fours, « alimentés au gaz ou, éventuellement, au charbon », selon ses propres termes. Il indique également que le pas de tir à 50 m avec son mur d’amiante était bien isolé du pas de tir à 200 mètres. Les suppliciés étaient-ils gazés et / ou leurs restes brûlés ? Nous n’avons pas de preuves irréfutables.

 

 

8 – Le Stand de Tir ne sera pas classé « Monument historique » :

 

Dès la fin de la guerre, des voix commencent à s’élever afin de proposer de conserver le Stand de Tir tel quel et d’en faire un lieu de mémoire.

 

Le 16 février 1946, le ministre de l’Education nationale, Marcel-Edmond Naegelen estime dans une lettre : « qu’il y aurait intérêt de faire classer comme monument historique le Stand de Tir d’Issy-les-Moulineaux afin de conserver dans son état actuel ce lieu qui aurait été le témoin des atrocités allemandes » (document recueilli par Adam Rayski). 

Sur ordre du ministre de l’Intérieur, André Le Troquer, une enquête est demandée au préfet de Police de Paris, Charles Luizet, qui la délègue aux Renseignements généraux. Le document, en date du 8 avril 1946, est signé S. Allezain, par délégation du préfet Luizet et mentionne : «  Il apparaît que le classement du Stand comme monument historique ne présente plus beaucoup d’intérêt, les traces d’atrocités commises ayant à peu près disparues ».

 

Le préfet ajoute : « Tour à tour, les marques et traces de la barbarie nazie disparurent : chacun voulant emporter chez lui un souvenir. Ainsi, les marques des mains sur l’amiante furent emportées par les uns. D’autres, stupéfiés par la hauteur des empreintes faites sur l’amiante par les malheureuses victimes dans leurs détentes éperdues s’essayaient à sauter aussi haut qu’elles et détérioraient les véritables marques ». 

Il semble qu’André Le Troqueur ait confirmé cette décision.

 

Une précision s’impose : dans les mois qui suivent la Libération de Paris, le préfet Luizet est chargé par le général de Gaulle de remettre en marche l’Etat et principalement la préfecture de Police de Paris. Avec pour objectif secondaire d’afficher une volonté de réconciliation. Car des tensions existent, et elles sont importantes, entre les représentants des Forces Françaises de l’Intérieur (comprenant entre autres les résistants communistes ex-Francs Tireurs Partisans), les gaullistes, les représentants de l’administration, ceux qui se découvrent un passé de résistant... L’heure est également à l’épuration des personnes ayant collaboré avec les autorités allemandes. Mais à quel niveau de collaboration, un Français doit-il être jugé ? Un fonctionnaire qui a fait son devoir, c’est-à-dire obéi à sa hiérarchie, doit-il pour autant être considéré comme collaborateur de l’Allemagne nazie ? Les débats commencent, comme les procès, et un grand nombre de déclarations s’avère gênante. Vengeances personnelles, dénonciations, abus, lettres anonymes reprennent de plus belle, comme au temps de l’Occupation… Cela n’empêche pas la prononciation de près de 100.000 condamnations.

 

Rédigé par Frédéric-Edmond RIGNAULT

Publié dans #Seconde Guerre mondiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :