Mourir à Verdun.

Publié le 20 Février 2009

Attaque de soldats Français pendant la bataille de Verdun (21 février - 19 décembre 1916).
 

Clair Jounel nait le 18 août 1882 à Nozay, dans l’actuel département de la Loire-Atlantique. Il entre à l’âge de 15 ans au service du Père Bersihand, curé de la paroisse toute proche de Trescalan. Le Père est un grand ami de la famille. Clair devient sacristain : il s’occupe du jardin, de la vigne, des bêtes. Adulte, il quitte la Bretagne pour effectuer son service militaire, entre 1903 et 1906, au 137ème Régiment d’infanterie. Il en sort avec le grade de sergent. Après cette période, il reprend son emploi.

 

En 1908, il s’unit à Donatienne Trimaud. Ils ont trois enfants : Clair, Georgette et Henri.

 

Mobilisé dès la déclaration de guerre, le 2 août 1914, à Nantes, Clair Jounel intègre le 118ème d’infanterie en tant que sergent. Malade en novembre 1914, il est évacué sur l’hôpital de Villers-Cotterêts, en Picardie, puis sur celui de Meaux. Il est ensuite envoyé en convalescence dans la région de Bordeaux.

 

En 1915, versé au 116ème R.I., il est chargé de l’instruction des jeunes recrues, à Troyes. En  octobre de la même année, il retrouve le 118ème et est dirigé sur la Champagne.

 

Le 14 octobre 1915 : « Aujourd’hui à Trescalan est une journée de prières. Je m’associe de grand cœur à vous tous en en faisant autant de mon côté. J’ai assisté à la messe et j’ai prié devant le modeste autel abrité de quelques planches. L’orgue est remplacé par le bruit du canon qui tonne continuellement et fait penser à nos frères d’armes qui sont en danger… Oh, mes amis, ces messes en plein air au milieu des bois, cela remplit le cœur d’émotion et l’on pense au bon temps d’avant guerre et aux belles fêtes de Trescalan ».

 

Le 19 novembre 1915 : « Ce matin, le temps est clair et l’on voit en avant de leurs tranchées au moins une vingtaine de cadavres étendus là et depuis quand ? Quoiqu’ennemis, cela fait quelque chose et c’est peut-être le sort qui m’attend. Jour et nuit, les balles passent en sifflant au-dessus de la tranchée ».

 

Au matin du 24 mars 1916, le Père Bersihand reçoit une dernière lettre : « La vie n’est faite que d’inquiétudes. Je suis en bonne santé, mais hélas en route pour… Il faut s’attendre à tout et accepter avec résignation toutes les peines qu’il plait à Dieu de nous envoyer… Ayons confiance, mais s’il en est autrement, je vous confie ma petite famille, je vous embrasse ».

 

N’ayant plus de nouvelles, puis apprenant la disparition de son protégé, le Père Bersihand enquête et obtient une réponse d’un témoin oculaire :

 

« C’était le 3 avril, vers 10h du matin, les obus allemands pleuvaient drus sur les tranchées de première ligne où se trouvaient Clair Jounel et sa section. Il y fut blessé d’un éclat d’obus à la tête, mais plutôt légèrement. Comme il se dirigeait vers l’arrière et se disposait à gagner le plus proche poste de secours, il suivait un boyau, pris d’enfilade par une mitrailleuse ennemie, et malheureusement encombré en ce moment par les camarades d’une autre section qui montaient en ligne. Pour arriver plus vite au poste de secours, le pauvre Jounel se décida à sortir du boyau et de le longer en courant par la plaine. Hélas, le mitrailleur allemand le vit et mit aussitôt sa mitrailleuse en action. L’une des balles le blessa mortellement à la tête. Il tomba mort, sans proférer la moindre plainte, au bord du boyau qu’il devait suivre. Il fut inhumé à 200 mètres environ de la ferme de Thiaumont ».

Plus tard, les Autorités militaires enverront la dernière lettre de Clair Jounel à Donatienne :

 

« Verdun, le 31 mars.

 

Ma chère femme bien aimée, nous voilà dans les tranchées. Je me trouve en première ligne depuis 6 jours. Le secteur est aussi bon qu’il peut l’être dans une fournaise pareille… Les canons, d’un côté et de l’autre, n’ont pas une minute d’arrêt et le sifflement est si fort que l’on est tout abruti… Surtout, ne te fais pas de chagrin. Ma chère femme, quand donc la fin de tout ce carnage ».

 

 

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Première Guerre mondiale