Journal d'un poilu - 1/5 - Au 104e RI.

Publié le 22 Octobre 2014

 

Chaulin Eugene

 

Le caporal Eugène Chaulin du 104e (© Famille Keraudren).

 

 

Présentation.

 Le colonel Pierre Keraudren a longtemps été membre du conseil d’administration du Souvenir Français. Il y exerçait le rôle de secrétaire général adjoint. Il a bien voulu nous confier une archive familiale. Il s’agit d’un journal du grand-père de son épouse, le caporal Eugène Henri Jean Chaulin, mort à 25 ans, le 29 septembre 1914 à l’hôpital militaire de Brest, des suites de blessures reçues aux combats de Canny-sur-Matz, le 22 septembre. A la déclaration de guerre, Eugène Chaulin faisait partie de la 12e compagnie du 104e RI, portait le matricule 4796 au corps, le 46 au recrutement à Argentan et était de la classe 1909.

 Madame Keraudren : « Ma grand-mère, âgée de 91 ans, est décédée en 1980. Depuis 1914, elle avait toujours fait fleurir la tombe d’Eugène au cimetière de Saint-Martin-des-Landes en Normandie. Maman a fait de même jusqu’en 1996, et depuis c’est moi, qui chaque année fait déposer des fleurs sur la tombe de ce jeune papa mort pour la France à 25 ans.

 Après le départ de ma mère, j’ai éprouvé le devoir et le désir de faire revivre celui dont on n’avait jamais parlé. De recopier ses notes au crayon, presque effacées. Le souvenir était presque envahissant, en pensant à cet homme disparu que maman n’avait jamais connu. »

 Eugène Chaulin était né le 27 août 1889, fils de Jean Chaulin et de Joséphine Bisson, époux de Mademoiselle Gabrielle Barraud et papa de la petite Jeanine, née le 19 août 1913. Il exerçait la profession d’instituteur.

 Le 104.

 

Le 104e régiment d’infanterie est un vieux régiment, créé sous la Royauté, en 1779. Il a pour nom à l’origine « Royal Deux Ponts ». Au cours de la révolution française, il sert à Jemmapes et participe à la victoire contre l’Autriche. Puis il est utilisé au moment des guerres napoléoniennes. Sur son drapeau sont inscrites les batailles suivantes : Gênes en 1800 ; Splügen, la même année ; Mayence en 1814 ; l’Ourcq en 1914 ; Reims et Arnes en 1918.

 Dissous puis récréé en 1854 à partir du 29e régiment d’infanterie légère, ses quartiers sont établis à Paris et à Argentan au début de la Première Guerre mondiale. Son état-major est alors le suivant : colonel Drouot, chef de corps ; lieutenant-colonel Rochefrette en chef de corps adjoint ; capitaine Ruef, major du régiment ; lieutenant Soyeux, en charge des détails ; lieutenant Gacon en charge de l’approvisionnement ; sous-lieutenant Denoux, en charge du service téléphonique ; médecin-major Trassagnac ; lieutenant Gillet, prote drapeau ; chef de musique Vivet ; lieutenant Poigny, commandant la 1e section de mitrailleuses ; lieutenant Thoreau, commandant la 2e section ; lieutenant Guedes, commandant la 2e section. Trois bataillons composent également le 104 : le premier, bataillon d’état-major avec quatre compagnies, sous les ordres du chef de bataillon Forcinal ; le deuxième, sous les ordres du commandant Henry et le 3e sous ceux du commandant Levin, avec quatre compagnies, les 9e, 10e, 11e et 12e , cette dernière étant sous les ordres du capitaine Vinter.

 Eugène Chaulin est dans cette 12e compagnie.

 Au cours de la Première Guerre mondiale, le 104 va participer aux combats en Belgique, à la bataille de la Marne, sur la Somme, le tout en 1914 ; l’année suivante, il est en Champagne, puis à Verdun en 1916. En 1917, il est sur les hauts de la Meuse puis à nouveau sur Verdun ; en 1918, il bataille au mont Kemmel, dans les Flandres, sur la montagne de Reims, dans la Marne et enfin sur Mourmelon-le-Grand (rivière de l’Arnes).

 Au cours de ces cinq années de guerre, le 104e RI va perdre 84 officiers et plus de 2.700 hommes, dont 411 disparus.

 Le 104 est un régiment de la 14e brigade d’infanterie, 7e division d’infanterie (général de Trentinian), 4e corps d’armée (général Boëlle), IIIe armée (général Ruffey – qui sera limogé le 30 août 1914).

 Le général de Trentinian sera révoqué après la bataille d’Ethe, en Belgique, en 1914. Militaire de talent et reconnu pour ses états de guerre, principalement dans les colonies (Tonkin, puis Sénégal, Soudan, Sahel et enfin Madagascar), il publiera un mémoire expliquant les différents combats d’Ethe, dont il est l’un des rares vainqueurs. Plus tard, à la tête des 103 et 104, il sauvera le gain de la bataille de la Marne avec les fameux taxis de la Marne. Le général de Trentinian, dreyfusard (ceci explique peut-être aussi pour partie cela), sera réhabilité par le général Gallieni, qui lui remettra le grade de Grand-croix de la Légion d’honneur, puis par un rapport mais qui ne sera publié qu’en 1923 (par le commandant Grasset – Rapport sur la Bataille d’Ethe).

 

 Trentinian

 

Le général Edgard de Trentinian (© Mr J de Trentinian et www.sambre-marne-yser.be )

 

 

Sources :

 

- Renseignements et archives familiales de Monsieur le colonel Pierre Keraudren et Madame.

- Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.

- André Castelot et Alain Decaux : Histoire de la France et des Français, Larousse.

- Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

- Site internet www.chtimiste.com sur l’historique des régiments.

- Site Internet : www.sambre-marne-yser.be

- Journal de Marche du 104e RI.

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Première Guerre mondiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :