La Guerre franco-prussienne à Issy - Partie 3.

Publié le 9 Juin 2012

 

4 – En ballon monté.

 

4.1 –Jules Favre au général Tamisier :

 

L’étau se resserre : les combats ne se déroulent pas que dans le sud. Vers Saint-Gratien et Montmorency, comme vers Bondy et Romainville, les Français contiennent les ennemis qu’aux prix de reconnaissances audacieuses. Mais les effets restent limités. Et les consignes de Bismarck et Moltke sont là-aussi respectées. Place Saint-Pierre, à Paris, un ballon est immobilisé ; son nom : Armand Barbès. A son bord montent le ministre de l’Intérieur du Gouvernement de Défense nationale, Léon Gambetta, et son fidèle allié, Eugène Spuller. Ce jour-là, deux autres ballons quittent la capitale pour relater les événements de la capitale et organiser une contre-offensive depuis la province.

 

Au même moment, un peu partout dans Paris, l’on entend des signes de révolte contre le gouvernement : « Vive la Commune ! » est l’un des slogans les plus repris. La Garde nationale rétablit promptement la situation. Jules Favre, vice-président du Gouvernement écrit à son plus haut gradé, le général Tamisier : « Mon cher général, Je vous remercie avec effusion, vous et la garde nationale, dont vous êtes le digne chef, du concours que vous venez de nous prêter. Au premier signal, vos bataillons sont accourus et, par leurs acclamations patriotiques, ont protesté contre les imprudents qui cherchent à nous diviser devant l'ennemi. Vous leur avez prouvé qu'ils n'y réussiront pas. Nous resterons unis pour combattre et pour vaincre. Nous le serons encore après, car tous nous n'avons qu'une volonté : fonder une République durable, décrétée par la nation dans sa souveraineté ».

 

 

4.2 – A Issy :

 

Dans le sud de l’actuel département des Hauts-de-Seine, l’ennemi s’est installé dans la plaine des Bruyères. Le lieutenant-colonel Rambaud, à la tête de plusieurs compagnies de gardes mobiles de la Seine, fait réaliser plusieurs reconnaissances sur les hauteurs d’Issy et dans Clamart : de la nourriture, de la farine, des armes sont récupérés et précieusement acheminés dans Paris.

 

 

5 – La deuxième bataille de Châtillon.

 

5.1 – Monsieur le comte :

 

Mais les événements semblent s’accélérer à partir du 10 octobre. Alors que les Prussiens et leurs alliés se contentaient de fortifier leurs positions, l’Etat-major français note chez eux d’importants mouvements d’unités. Une offensive générale se prépare contre Paris, cette fois c’est sûr !

 

Aussi, le gouverneur de Paris, le général Trochu, décide d’envoyer une troupe importante au contact de l’ennemi. Elle est conduite par le général Blanchard. L’objectif est clair : déloger les Prussiens du plateau de Clamart et du fort de Châtillon qui viennent d’être pris. La contre-attaque sur ces positions permettrait de mettre à l’abri tout le sud de Paris. Le général en chef décompose ses forces en trois colonnes : à droite, il positionne le 13ème de marche qui se dirigera vers Clamart ; au centre, le général Susbielle, à la tête du 14ème doit prendre Châtillon par le droite, et à gauche, commandée par le colonel Eugène Antonin de Grancey, les gardes mobiles de la Côte d’Or et ceux de l’Aube, sous la direction du comte de Dampierre. Les forts de Montrouge, d’Issy et de Vanves sont en alerte maximum : ils doivent protéger les mouvements des troupes françaises.

 

Clamart est prise sans trop de combats. Ce n’est pas le cas du plateau de Châtillon où les Prussiens ont fortement armé leurs défenses. La prise de la ville va s’avérer coûteuse en hommes… Et des combats terribles se déroulent à Fontenay-aux-Roses et à Bagneux. A la tête du 1er Bataillon des Gardes mobiles de l’Aube, Anne Marie Henri Picot, comte de Dampierre, trouve la mort au milieu de ses hommes. Aujourd’hui, près de l’entrée du cimetière de cette commune, un monument imposant rappelle son sacrifice.

 

Alors que le comte de Dampierre rend son dernier souffle, les troupes françaises progressent dans Châtillon. Les maisons sont reprises une à une, à coups de baïonnettes !

 

Le général Blanchard ordonne alors la retraite, estimant que la « mission de reconnaissance » a pleinement atteint son but. Cette estimation étant portée dans le journal du Gouvernement de Défense nationale, il convient, pour des raisons toutes compréhensibles de propagande, d’en tirer un scepticisme certain : « Cette reconnaissance offensive a obligé l’ennemi à montrer ses forces, à rappeler de nombreuses troupes de soutien, à essuyer le feu meurtrier de nos pièces de position et de notre excellente artillerie de campagne. Il a dû subir de fortes pertes, tandis que les nôtres sont peu sensibles, eu égard aux résultats obtenus. Nous estimons que nous n’avons pas eu plus de 30 hommes tués et de 80 blessés alors que l’ennemi a laissé plus de 300 morts dans Bagneux et ses pertes sont considérables à Châtillon et sur les hauteurs. Le chiffre des prisonniers connus s’élève à plus d’un centaine ». Pour autant, nos troupes n’ont pas pu reprendre Châtillon.

 

Le même jour le château de Saint-Cloud, servant alors de résidence à l’état-major prussien, est incendié par des obus tirés depuis le fort du Mont Valérien.

 

Picot, comte de Dampierre 

 

Picot, comte de Dampierre (cimetière de Bagneux).

 

 

5.2 – Canonner l’ennemi :

 

Au fort d’Issy, dont l’action vient d’être essentielle dans la Deuxième bataille de Châtillon, les canonniers français tentent par tous les moyens de stopper, du moins de ralentir, les travaux de fortifications des batteries prussiennes.

 

Dans Paris, alors que les sorties de ballons se multiplient, les bouchers ne vendent plus que 100 gr de viande par personne. Devant les étals, les queues sont immenses. Un simple morceau de pain est vendu une fortune et demande des heures d’attente !

 

 

6 – La première bataille de Buzenval.

 

Le 21 octobre, le général Ducrot décide d’une percée vers Garches et Saint-Cloud. Il s’agit de ce que l’on appelle aujourd’hui la « Première bataille de Buzenval ». Une canonnade de près d’une heure permet à nos troupes de sortir de Paris et d’avancer jusque sur les hauteurs de la Jonchère. A Issy, sur la rive gauche de la Seine, le général Vinoy fait garder la route stratégique le long de la Seine et fait canonner les positions ennemies grâce aux batteries des forts.

 

Surpris, à la fois par la fougue française et la bonne coordination des manœuvres, les Prussiens reculent. Ils songent même à retirer leur Etat-major de Versailles pour aller le placer plus loin. Néanmoins, après plusieurs heures de combats d’abord victorieux puis incertains pour les Français, les ennemis reprennent peu à peu le terrain perdu.

 

Leur vengeance est terrible. Elle s’abat sur le hameau de Buzenval : le 22 octobre, près d’une vingtaine de villageois sont traduits en conseil de guerre et trois d’entre eux sont fusillés devant les habitants « pour l’exemple d’avoir aider les Français ».

 

 

Buzenval - Octobre 1870 

 

La défense de la porte de Longboyau – Première bataille de Buzenval.