Le Brevet 001 de Madame le général Valérie André.

Publié le 11 Septembre 2010

Il n'était que temps !

 

Imaginez une conductrice d'ambulance, avec quelques centaines de milliers de kilomètres à son actif, qui recevrait officiellement son permis de conduire près de vingt ans après avoir quitté la vie professionnelle! Eh bien c'est un peu ce qui vient d'arriver le 2 septembre dernier au Médecin général inspecteur (2S) Valérie André, 3.200 heures de vol, quand elle a reçu des mains du chef d'état-major de l'armée de l'Air, devant le front des troupes et les drapeaux et fanions des unités d'hélicoptères de l'armée de l'air, le brevet militaire de pilote d'hélicoptère n°001. Pourquoi ce numéro ? Tout simplement parce que le n°01 avait bien sûr déjà été attribué, c'était à sa création en 1956, et c'est elle-même qui l'avait remis!

 

 V.Andre-1

 

La récipiendaire quelques secondes avant de recevoir son brevet.

 

 

 V.Andre-2

 … et regagnant sa place, portant son brevet tout neuf !

 

Née à Strasbourg en 1922, docteur en médecine en 1948, Valérie André s’engage en 1949 pour servir en Indochine.

 

Affectée à Saigon, elle se perfectionne en chirurgie de guerre pendant deux ans. Découvrant l'hélicoptère, elle revient en métropole et acquiert le brevet de pilote d’hélicoptère civil en 1950, avant de repartir en Indochine, orientant sa carrière dans la voie toute nouvelle des évacuations médicales héliportées. Elle totalise, dans des conditions périlleuses, 129 missions de guerre comme pilote d’hélicoptère et évacue, seule à bord, 165 blessés. Cinq citations avec croix de guerre TOE, dont quatre à l’ordre de l’armée, ainsi que la croix de chevalier de la Légion d’honneur pour faits de guerre viennent récompenser sa brillante conduite au feu.

 

En 1952, elle est intégrée dans les cadres de l’armée d’active avec le grade de médecin capitaine. De retour en France, elle rejoint le centre d’essais en vol de Brétigny-sur-Orge.

 

Affectée en 1959 en Algérie, elle y effectue 356 missions en tant que pilote. Deux citations à l’ordre du corps aérien avec croix de la valeur militaire lui sont attribuées.

 

Médecin-chef de la base aérienne de Villacoublay, puis conseiller du Commandement du transport aérien militaire (COTAM), elle est la première femme à être nommée officier général. C’est au poste de directeur du service de santé de la 2ème région aérienne qu’elle quitte le service actif en 1981.

 

 V.Andre-3

 Valérie André, « Miss Ventilateur » en Indochine, félicitée par le Général Forget.

 

Grand croix de la Légion d’honneur et grand croix de l’ordre national du Mérite, le médecin général inspecteur (2S) Valérie André est également titulaire de la médaille de l’aéronautique et de la médaille de vermeil d’honneur du service de santé des armées.

 

Si vous la croisez dans les rues d'Issy-les-Moulineaux, ou la rencontrez au cours d'une cérémonie patriotique, aux côtés de son neveu, André Santini, notre député-maire, ancien ministre, ne lui dites pas « Mes hommages, Madame », mais « Mes respects, mon Général ! ». Car elle y tient, à juste titre.

 

 

 

GBA (2S) JC Ichac – Président honoraire du Comité du Souvenir Français d'Issy.

(Photos JCI –  Eléments biographiques MIN.DEF.)

 

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Portraits - Epopées - Associations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :