"Ma guerre d'Algérie" par le général Glavany - 1/4.

Publié le 11 Décembre 2009

Alg-rie-Fran-aise.jpg
 

 

Retour en Algérie.

 

« Le 1er septembre 1959, redevenu un commandant de l’Armée de l’Air, j’effectuai à Melun-Villaroche, le Vol de Contrôle après chantier du prototype Mirage IV 01. Le 19 septembre, embarqué dans un Dakota, je partais pour l’Algérie. Je l’avais demandé. C’était donc Alger en 1959, seize ans après mon arrivée en 1943, mais cette fois pour une guerre qui n’était plus une guerre de libération.

 

Au lieu d’Air-Algérie en 1943, je connus la 5ème Région aérienne que commandait le général André Martin. Il avait toujours le même regard ironique et amical, celui de mon commandant d’escadre de 1946, et les mêmes exigences tranquilles. Il me fixa, d’emblée, un programme de « remise en bain » accélérée, propre à m’envoyer en cure de repos au bout de quelques semaines et m’annonça ma prochaine affectation au P.C.A.M. de la 10ème Division parachutiste.

 

Pour organiser au mieux la coopération Air-Terre, l’Armée de l’Air avait quadrillé l’Algérie de Postes de Commandant Air ou P.C.A. Deux de ces P.C.A. étaient jumelés avec les états-majors de deux divisions parachutistes essentiellement mobiles, la 10ème et la 25ème. Ils étaient des P.C.A. mobiles, ou P.C.A.M. Le destin m’envoyait vers le P.C.A.M. de la 10ème D.P. C’était un grand honneur.

 

Pour ma génération, l’Algérie ne faisait pas partie de « l’’Empire colonial ». Elle était constituée de trois départements français qui, sur nos cartes d’école, avaient les mêmes couleurs que nos départements métropolitains. Elle était la France. J’étais mieux placé que quiconque pour me souvenir des sacrifices en 43-45, de ces départements qui seuls, avec la Corse, avaient connu la mobilisation, et dont les fils, « pieds noirs » ou autochtones, étaient tombés par milliers au cours de la glorieuse campagne d’Italie ou pour libérer la Patrie. Je savais aussi que la rébellion, en la triste Toussaint de 1954, avait débuté par le massacre d’innocents à Batna, le massacre de ce que nous avions de meilleur, nos instituteurs, pour se poursuivre par les atrocités inimaginables d’hommes au gabarit d’Amirouche. Alors, 1958 et l’arrivée du général de Gaulle, avaient fait naître en nos cœurs le merveilleux espoir d’une solution digne de la France. Mais des mois s’étaient écoulés et le général commençait à parler d’auto-détermination. J’arrivais à ce moment-là, aviateur parmi les paras, officier croyant en la mission de son pays, soldat mais attaché aux droits de l’homme. Et une fois de plus, j’avais à me « débrouiller » pour faire cette guerre le plus dignement possible. »

 

Alouettes et Sikorski H34.

 

« Il fallait me familiariser avec les hélicoptères que je n’allais plus quitter durant quatorze mois et me retrouvai à Boufarik pour quelques jours à la belle Escadre d’hélicoptères n°2, commandée par le colonel Chantiers, secondé par Tardy, qui y faisait régner une ambiance réconfortante. Avec l’Alouette II, infatigable bonne à tout faire, l’Armée de l’Air avait adopté le Sikorski H34, capable de transporter une douzaine de fantassins avec leur armement léger, et qui s’avérait parfaitement adapté aux missions du moment. Le génie bricoleur du célèbre colonel Félix Brunet avait équipé certains H34, baptisés alors « Pirate », de trois mitrailleuses de 12,7, et d’un canon de 20 en sabords, qui les transformaient en instruments d’appui-feu terriblement efficaces.

 

Certes, j’étais loin des Mirage que je pilotais quinze jours avant, mais j’étais heureux de faire connaissance avec ces machines nouvelles pour moi.

 

Je fis un saut à Sétif-Aïn-Arnat où le colonel Marceau Crespin, régnait sur le Groupement d’hélicoptères n°2 de l’Aviation légère de l’Armée de Terre ou ALAT. Dans ce domaine des hélicoptères, sévissait alors une âpre concurrence entre l’ALAT et l’Armée de l’Air, d’autant que l’ALAT avait choisi le Vertol bi-rotor, la fameuse « banane », un peu moins maniable que le H34 et dont n’existait aucune version armée. Mais Marceau Crespin était mon frère d’armes depuis 1943 et notre amitié s’établissait très au-dessus de ces rivalités. Il m’accueillit à bras ouverts comme toujours, et, dans ce camp où dominait une stricte discipline, en ces lieux baignés du souvenir du général de Lattre, je me liai aussi avec ses collaborateurs, Déodat de Puy-Montbrun et mon cousin Henri Couteaux.

 

Ces hors-d’œuvre terminés, je partis sur le terrain, en Grande Kabylie, pour un premier contact avec le P.C.A. de mon camarade Augé à Tizi-Ouzou. Le bruit courait dans les bureaux d’Alger que les grands katibas (compagnies rebelles) étaient démantelées et que les opérations touchaient à leur fin. Le 2 octobre 1959, sur les pentes de Lalla Kredidja, dans le Djurdjura, j’assistai à une première opération. Le soir, le régiment engagé comptait 16 morts et 20 blessés, un H34 avait été « descendu » et les fellaghas étaient restés maîtres de leur terrain. Rien n’était donc encore joué. »
 

H34-Pirate.jpg


 

Sikorski H34 « Pirate ».

 

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Algérie