Morts en "S.A.C.", par le général Jean-Claude Ichac.

Publié le 7 Août 2011

 

"C'est quand on est oublié, que l'on meurt vraiment".

 

 

En patrouille au dessus de la Forêt Noire

 

1963, F-100 en patrouille, au-dessus de la Forêt Noire.

 

Il y a, comme l'a évoqué le Président de la République le 19 juillet dernier dans la cour des Invalides, devant les sept cercueils de nos soldats tués en Afghanistan, « la longue cohorte de tous ceux qui sont tombés un jour au Champ d'Honneur », morts pour la Patrie dont le Souvenir Français s'attache à conserver et honorer la mémoire...

 

Il y a la multitude de celles et ceux qui nous ont quitté, frappés par les accidents de tous ordres, par la maladie, ou la simple usure inéluctable d'une vie longue et bien remplie...

 

Et puis il y a les morts en « S.A.C. »!

 

Peu de gens, dans la société civile, connaissent la signification de ce sigle qui se traduit, pour les membres de la grande famille aéronautique, par « Service Aérien Commandé ». Et pourtant le personnel des formations aériennes de nos forces armées paye, dès le temps de paix, un lourd tribut au service de la nation, en particulier pendant l’entraînement et dans la préparation aux missions de guerre. A titre d'exemple, pour la seule Ecole de l'air, entre sa création en 1935 et l'aube du XXIème siècle, si 240 anciens élèves sont tombés au combat, pendant la Seconde Guerre mondiale, en Indochine, en Afrique du Nord ou dans les opérations extérieures, ce sont près de 370 pilotes, navigateurs ou membres d'équipages issus de cette école qui ne sont pas revenus d'une mission considérée au départ comme « de routine », morts en S.A.C.

 

 

J'ai eu la chance, au début des années soixante, de vivre quelques années aux côtés des pilotes de l'un des meilleurs escadrons de chasse de France, le 1/3 « Navarre », partageant épisodiquement, moi le non-navigant, leurs missions, en place arrière de l'un des trois F-100F « Super Sabre »  biplace de l'escadron. J'en ai gardé bien des souvenirs merveilleux, mais aussi, malheureusement,  d'autres bien plus tragiques, comme par exemple :

 

·        -  Ce 31 décembre endeuillé par la collision au-dessus du Mont Mézenc des deux F-100 de Jacques dit « Le gros sac » et de Guy, surnommé « Le p'tit boudin ». Il n'y eut pas de réveillon cette année-là...

 

·         - Le crash dans un petit avion du Centre d'Essais en Vol de Cazaux de Francis, « Le beau gosse », tué avec son passager ;

 

·         - Le Mirage IIIE de Robert, « Le clou », percutant le sol avant de s'embraser, à l'entrée de piste, à Nancy ;

 

·         - Cet autre Mirage IIIE, en approche à Dijon, s'écrasant après avoir heurté un rideau d'arbres sans que son pilote, Jean-Pierre, un jeune lieutenant que j'ai moins connu, ne puisse s'éjecter ;

 

·         - Le Mystère IVA de cet ami de l'autre escadron, découvert désemparé sur la dune du Pilat, mais sans le corps de son pilote, Jacques « Le p'tit chef », qu'un récolteur de résine retrouvera par hasard, mais bien des années plus tard, dans un coin perdu de la forêt landaise...

 

Ces pilotes parmi tant d'autres, ces équipages, ne sont pas morts face à l'ennemi, mais dans le simple exercice de leur métier, de leur mission, avec un seul but : être prêts, si la Nation l'exigeait un jour, à la défendre jusqu'au sacrifice suprême. Alors je souhaite que leur souvenir trouve également sa place dans les pensées de tous ceux qui honorent aujourd’hui, à juste raison, les « morts au Champ d'Honneur ».

 

Ils l'ont bien mérité, eux qui ont aussi rejoint, pour toujours, le paradis des pilotes et des équipages perdus.

 

 

 

 

GBA (2s) Jean-Claude ICHAC

Président honoraire du Comité d'Issy-les-Moulineaux du Souvenir Français.

Le 1er août 2011

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Portraits - Epopées - Associations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :