Publié le 4 Janvier 2015

 

Alexis Samain

 

Le débuts du Souvenir Français.

 En 1872, un professeur alsacien, Xavier Niessen a la volonté de manifester le refus du nouvel ordre prussien et de prouver l’attachement indéfectible des Alsaciens et des Lorrains à la Patrie française. Il s’agit de maintenir le souvenir des provinces perdues dans tous les départements français. Il sait que des femmes de l’Alsace-Lorraine occupée ont procédé à l’enterrement de soldats – parfois de leurs maris – dans des tombes décentes et qu’elles les entretiennent. Il croit, avec quelques amis, que le culte des morts pour la France et l’entretien de leurs tombes peuvent et doivent constituer le trait d’union capable de conserver dans les esprits le sentiment d’unité nationale.

 En 1887, à Neuilly-sur-Seine, Xavier Niessen créé le Souvenir Français. Sa pensée va d’abord aux 100.000 soldats de la République qui sont morts dans la Guerre franco-prussienne. En dépit de la défaite de l’empereur Napoléon III, il s’agit de ne jamais oublier ceux qui se sont sacrifiés pour que la France reste « une et indivisible ».

 Le développement de l’association est très rapide : moins de vingt ans après sa création, le Souvenir Français est présent dans 81 départements. En 1906, elle est « reconnue d’utilité publique ». L’année suivante, un premier comité local se créé en Moselle occupée, dans le petit village de Vallières. Dans un élan identique à celui des autres provinces, l’association se développe en Alsace-Lorraine. L’empressement des populations à se remémorer leur patrie d’origine est tel, que de nombreux comités sont organisés, des monuments à la mémoire des soldats français sont érigés. Devant cet engouement, les Autorités prussiennes finissent par interdire le Souvenir Français, en 1913.

 

Le journal Le Matin.

 Le journal Le Matin est créé en 1883 par des investisseurs américains qui veulent en faire un grand quotidien français, sur le modèle du britannique The Morning News. D’inspiration libérale, le journal penche plutôt pour des idées conservatrices, antisocialistes et contre le général Boulanger. Le succès ne tarde pas et bientôt le tirage est près de 700.000 exemplaires (1910) pour atteindre le chiffre ahurissant d’un million de copie en 1914. Albert Londres et Colette font partie des journalistes. Le Matin est alors l’un des grands journaux de France, avec Le Petit Journal, Le Petit Parisien et Le Journal.

 

Le 4 août 1914.

 Le 4 août 1914, le journal Le Matin annonce « Premiers actes d’hostilité : les Allemands ont fusillé M. Samain, l’ancien président du Souvenir Français, et emprisonné tous les membres du Souvenir Français ».

 L’article dit ceci : « Les Allemands ont bien débuté. Ils ont fusillé Alexis Samain, président du Souvenir Français en Alsace-Lorraine et emprisonné tous les membres du Souvenir Français.

 Comme leur premier acte donne tout de suite sa signification à la guerre ! Il faut que l’Alsace meure, n’est-ce pas ? Ou qu’elle vive française… Elle vivra.

 Petit-neveu de cette femme de chambre que Maurice Barrès dans Colette Baudoche, appelle Mlle Aubertin la France, Alexis Samain avait fondé à Metz en 1909 une société de gymnastique la « Lorraine sportive ».

 La création de cette société déplut vivement aux autorités. L’uniforme des gymnastes groupés par Alexis Samain avait un aspect trop français. La « Lorraine sportive » donna un grand concert à l’hôtel Terminus de Metz le 8 janvier 1911. Conformément à la loi allemande les invitations avaient été faites par écrit. Deux personnes se trouvaient réunies. A peine le concert avait-il commencé qu’un commissaire de police pénétrait dans la salle et ordonnait aux exécutants de cesser de jouer.

 Alexis Samain expliqua au commissaire que la réunion était privée et le pria de vider les lieux. La musique salua la sortie du trouble-fête par la marche de Sambre et Meuse.

 A la suite de ces incidents, Alexis Samain fut arrêté. On l’accusait d’avoir incité la foule à la rébellion contre la force armée. Cette mesure causa une vive indignation à Metz.

 Les autorités se résignèrent à mettre Samain en liberté. Bientôt Alexis Samain et la « Lorraine sportive » étaient mêlés à un autre incident. La « Lorraine sportive » et son président sont mis en accusation. On leur reproche d’entretenir une agitation subversive. Alexis Samain est condamné à six semaines de prison.

 Le 11 décembre 1911, Alexis Samain et son frère Paul se trouvaient de nouveau impliqués dans une grave affaire. Pris à partie par un sergent nommé Maasch, dans une rue de Metz, Paul Samain fut attaqué par lui. Alexis Samain, voulant intervenir, fut renversé par un coup de poing. Alors, l’un de ses amis, nommé Martin, fit feu sur le sergent et le tua.

 Les deux frères Samain furent arrêtés. Enfin, on reconnut qu’ils n’étaient pour rien dans la mort de Maasch. Le 22 mars suivant, ils étaient acquitté ».

 

Une fausse nouvelle.

 Oui, mais voilà. Même un journal peut publier de fausses nouvelles… En fait, Alexis Samain a bien été arrêté par les autorités allemandes. Il est emprisonné à la citadelle d’Ehrenbreistein pendant plusieurs mois. Il est ensuite envoyé sur le front de l’est, en Russie, où il passe une partie de la Première Guerre mondiale. Mais il n’a jamais été fusillé…

 Il est de retour à Metz le 18 novembre 1918, et participe à la « cérémonie de la délivrance », en compagnie du colonel Matter, du lieutenant-colonel de Vaulgrenant, du général de Mac-Mahon.

 L’annonce de sa mort émanait du ministère de la Guerre où tout était bon pour soulever la population française de l’Alsace-Lorraine occupée. La désinformation ne date pas d’aujourd’hui…

 Quant au journal Le Matin, il continuera ses activités pendant l’entre-deux guerres, mais s’orientant de plus en plus vers l’extrême droite, puis étant directement collaborationniste pendant la Seconde Guerre mondiale, il sera interdit de publication en 1945.

  

Sources :

 

 

Lire la suite

Publié le 21 Décembre 2014

 

 

saint pierre

 

Le Souvenir Français d'Issy-les-Moulineaux vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d'année et par avance une excellente année 2015. Notre dernière pensée de 2014 sera, en cette veille de Noël, pour les Chrétiens d'Orient, durement touchés par les guerres et la barbarie. Voici un cliché de l'église Saint-Pierre d'Antioche, là où fut créée, il y a fort longtemps, la première communauté de personnes, disciples de Jésus de Nazareth. Les apôtres Pierre, Paul et Barnabé décidèrent de l'appeler la communauté des Chrétiens.

Lire la suite

Publié le 8 Décembre 2014

Le colonel Trinquier.
Le colonel Trinquier.

Le 1er février 1947, est créé à Tarbes le 5e Bataillon parachutiste d’Infanterie coloniale (5e BPIC). Le commandant Dupuis, ancien de Ponchardier, en est le patron. Il a pour mission de mettre sur pied un détachement de sept cents hommes aptes à embarquer pour l’Extrême-Orient le 15 octobre.

Le 1er octobre 1947, est formée en IIIe Région militaire de Bretagne la Demi-brigade coloniale de commandos parachutistes à Vannes-Meucon (DBCCP). Le patron en est le colonel Massu. C’est de cette base que seront formés tous les paras des nombreux BCCP (Bataillons coloniaux de commandos parachutistes) pour leur envoi en Extrême-Orient, mis à part le 2e BCCP dont les hommes ont précédemment été brevetés à Pau-Idron.

Le 2e BCCP (2e Bataillon colonial de commandos parachutistes) débarque à Saigon, en Cochinchine, avec son nouveau patron le commandant Dupuis, le 15 novembre 1947.

Le 14 février 1948, opération Véga. En trois groupements terrestres, les troupes démarrent à 7 h 30. Vers 9 h 30, deux compagnies du 2e BCCP sont larguées sur Giong Dinh et Giong Mat Cat. Un accident très rare se produit alors juste après le saut du commandant Trinquier et l’ouverture de sa voilure : la rupture de la « static line » (cable fixé à l’intérieur de l’avion auquel sont fixés les mousquetons de chaque parachute, en permettant l’ouverture automatique). Le capitaine Boby, le capitaine Deguffroy, le lieutenant Icard et quatre parachutistes s’écrasent au sol.

Un autre événement dramatique survient le 1er mars suivant. Un convoi de 69 véhicules, dont 53 civils, effectuant deux fois par semaine le trajet Saigon-Dalat, tombent dans une embuscade au poste de la Lagna. Les pertes sont lourdes : cent cinq tués dont vingt-cinq militaires parmi lesquels le lieutenant-colonel de Sairigné, une soixantaine de blessés et cent cinquante otages.

Le parachutiste Charles Henri Andrieux, Isséen, a vécu cette période, jusqu’à sa blessure le 17 juin 1949, au 2e BCCP. Les opérations en cascades, les réactions aux attaques et embuscades de l’ennemi ont été le lot presque quotidien pour lui et ses camarades parachutistes. Des blessures et encore de nombreux éclats dans sa chair…

En 2014, il déambule dans les rues d’Issy, il a “ le train d’atterrissage rouillé ”, comme il raconte avec humour. Et comme dit dans le même quartier Mme le Général Valérie André, également parachutiste : il faut faire fonctionner les articulations.

Vaste programme… !

Alain Bétry.

Sources :

Paras en Indochine 1944-1954 de Jean-Pierre Pissardy SPL 1982.

Le premier bataillon de bérets rouges du colonel Trinquier

Lire la suite

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 9 Novembre 2014

 

104 RI

 

Voici les gars du 104 !

 

Journal du caporal Eugène Chaulin (104e RI).

 

 

Septembre 1914 :

 

 

Lundi 14 septembre 1914 : dès 6h du matin, nous nous mettons en route sous une pluie battante. Tout le long, nous rencontrons des blessés et des morts français et allemands.

 

Nous poursuivons par Tracy-le-Mont, Tracy-le-Val, Bailly, Ribecourt. Dans tous ces pays, nous sommes bien reçus, on nous donne du vin, du cidre, du pain, des confitures, du café. Spécialement, par une bonne sœur à Tracy-le-Mont, nous avons du café, des pommes cuites, du pain, de l’eau de vie… Vers 10h, près de Bailly, nous faisons une grande halte, nous touchons les distributions et faisons cuire de la viande et buvons du café. Nous traversons l’Oise à Bailly sur un pont suspendu qui n’a pas été détruit par les Allemands parce qu’ils n’en ont pas eu le temps. Nous n’allons pas jusqu’à Ribecourt, nous redoublons à Bailly où vers 3h30 nous venons nous installer en tirailleurs. Nous voyons deux hussards allemands qu’une patrouille vient de faire prisonnier.

 

Nous allons alors prendre position en tirailleurs pour garder un petit pont. Nous y restons jusqu’à la nuit, les cuisines nous y apportent la soupe et du riz. Nous y restons jusqu’à 3h, puis l’on vient nous rechercher, nous regagnons le bourg de Bailly et nous allons cantonner dans une maison inhabitée. Nous sommes assez bien installés et nous dormons bien. Dans Bailly, se trouvent quelques évacués de Verdun.

 

Mardi 15 : réveil dès 4h30 et départ dès les 5h environ. Nous repassons le pont suspendu de Bailly et venons prendre les positions que nous avons occupées la veille sur la route de Ribecourt. Nous faisons du café. Nous passons une partie de la matinée à cet endroit où nous touchons les distributions. Puis, vers 1h, nous nous remettons en route pour Bailly.

 

Nous dépassons cette localité, nous reprenons la direction de Tracy-le-Val, mais avant d’arriver là, nous prenons à droite dans la direction de Mampcel. Vers 3h, nous nous arrêtons. Nous entendons le canon tonner avec intensité. Il parait que nous avons un ordre de cerner une armée allemande.

 

Je goûte du pain allemand qu’un camarade a trouvé la veille. Ce pain est plus noir que le nôtre, il doit être fait de seigle et a un goût sûr. Nous restons jusqu’au soir en réserve au bord de la route. La pluie se met à tomber, et l’on se met à l’abri au bord du bois. Le soir, nous nous mettons en marche en avant. Puis après 1 km, l’ordre est donné de se replier et d’aller cantonner à Tracy-le-Val. Il est environ 9h, quand nous pouvons nous installer. Pour ma part, je le suis très mal. Il me faudrait dormir assis sur un sac de grains. Aussi, je quitte ma section pour aller avec un camarade d’une autre section qui m’offre une place. Je suis alors assez bien et je me repose, couché dans un grenier par terre. La nuit, il tombe de l’eau.

 

Mercredi 16 : réveil dès 4h et le départ doit avoir lieu à 4h30. Mais il est retardé d’un bon moment et l’on part faire le café. Le temps est pluvieux. Nous reprenons la route suivie la veille et nous stationnons un moment dans un champ pendant qu’on entend les canons et les mitrailleuses. Les Allemands tirent à la même place pour permettre à leur troupe de s’embarquer. Au bout d’une heure, nous quittons cet emplacement pour en occuper un plus avant dans un bois.

 

Vers 11h, nous quittons le bois et nous dirigeons par la route de Carlepont. Nous prenons position dans un champ à la lisière d’un bois occupé par l’ennemi. Nous installons des tranchées et nous mettons à l’abri derrière. Toute la journée, le canon tonne des deux côtés ainsi que la fusillade. C’est surtout dans le bois que la lutte est vive. Plusieurs régiments d’infanterie sont engagés, entre autres le 104e qui ce jour devait être en réserve de division. Notre compagnie étant en réserve de régiment, nous n’avons pas donné, mais étions en position avec ordre de résister à outrance pour permettre à deux brigades d’infanterie de prendre l’ennemi du côté de Bailly. Nous restons dans nos tranchées assez tard dans la soirée puis nous nous replions pour venir cantonner à Tracy-le-Val dans nos emplacements de la veille. Les voitures de distributions étant parties, notre compagnie ne touche aucun vivre. Le soir, nous faisons un peu de riz et du café. Il est environ 11h quand nous nous couchons.

 

Jeudi 17 : le réveil a lieu vers 4h30. Nous préparons le café, puis nous restons à attendre à notre cantonnement.

 

½ heure plus tard, nous quittons Tracy pour aller occuper un village dans la direction de Manpcel. Nous nous installons là, comme soutien d’artillerie. Comme nous n’avons touché aucun vivre, nous faisons cuire des pommes de terre à l’eau. La pluie se met à tomber vers les 11h30 et dure toute la journée. Nous sommes traversés et rien à manger. Un camarade et moi, vers les 6h, refaisons cuire une gamelle de pommes de terre. A la nuit, nous reprenons la direction de notre cantonnement de Tracy-le-Val. Les routes déformées par les voitures et les canons, sont couvertes de boue, on en a jusqu’au dessus de la cheville. Il est difficile à la nuit, de marcher dans ces chemins étroits et boueux. Enfin, vers 9h, nous arrivons. Nous faisons les distributions, mais interdiction de faire du feu. On se couche vers 10 heures.

 

Vendredi 18 : réveil dès 3h30 pour préparer la cuisine. Nous faisons un peu de soupe avec la moitié de la viande, et le reste en beefsteak. Nous mangeons la soupe à la hâte.

 

Vers 4h30, nous partons après avoir distribué la viande. Nous retournons à notre place de la veille. Mais à peine un quart d’heure après nous nous remettons en marche à travers bois. En chemin, nous croisons la brigade marocaine (chameaux, zouaves, sénégalais…). Là, nous faisons une petite halte, nous entendons le canon et la fusillade.

 

Nous quittons ce lieu pour revenir par Tracy-le-Val puis Tracy-la-Mure. Nous nous arrêtons à peu de distance du pays, dans un champ de courses. Là, nous préparons des pommes de terre et du café, nous touchons les distributions, y compris du vin. Des lettres nous sont distribuées, et nous en adressons d’autres. Vers 6h30, nous partons. Nous repassons par Breuil-sur-Aisne, Cuise-la-Motte et allons à Compiègne en traversant la forêt sous une pluie battante. Nous arrivons à 2h de Compiègne où nous attendons le cantonnement sous la pluie. En route, à la dernière pause, le capitaine commandant le bataillon me frappe parce que je réclame la pause étant malade et fatigué. Enfin, vers 3h, nous logeons tout le bataillon dans le manège de la Caserne de Cavalerie. Nous dormons dans la soirée avec peu de paille. Nous sommes traversés, entièrement.

 

 bataille aisne tranchee

 

Dans les tranchées de l’Aisne.

 

Samedi 19 : dès 4h30, nous sommes réveillés. Il faut repartir. Nous traversons l’Oise sur un pont de bateaux puis nous traversons la ville et nous dirigeons par Bouegy. Là, nous restons une demi-heure et profitons pour acheter eau-de-vie, vin. Une brave femme nous donne des pommes, des noix.

 

Nous continuons encore 4h et allons nous installer à garder une ferme de la commune d’Antheuil. Il est environ 10h. Nous nous installons dehors. Nous allons faire des tranchées dans un champ de betteraves. Puis, nous préparons du café, faisons cuire des pommes de terre. Moi, je fais une compote de poires et le soir une compote de pommes. Je ne suis pas dans un meilleur état de santé, surtout du côté du ventre et de l’estomac. Le soir, nous allons nous coucher dans un grenier dépendant de la ferme, où nous passons une assez bonne nuit. Malgré tout, on a un peu froid. Vers 6h, nous touchons les distributions réglementaires. La journée se passe sans pluie, mais avec du vent. On se chauffe, et on se sèche autour des feux.

 

Dimanche 20 septembre 1914 : réveil dès 4h30. La pluie s’est remise à tomber dès le matin. Nous préparons le café. Nous touchons de l’eau-de-vie. Puis nous restons dans nos cantonnements. Je me lave, je ne l’avais pas fait depuis le séjour de Gagny.

 

Nous mangeons du rata. A 10h, nous partons et stationnons dans un champ pour protéger le passage d’une division. A 1h30, nous nous mettons en marche et venons cantonner à Gournay où nous nous installons vers 3h30. Nous trouvons à acheter peu de choses, car tout a été pris par les Allemands, et les troupes qui ont passé. J’achète du miel, du vin, de l’anisette, des grillades de lard, du cresson. Nous touchons notre prêt. Le soir, nous nous couchons d’assez bonne heure et reposons bien dans une sorte de remise garnie de gerbes.

 

Lundi 21 : réveil dès 4h. Mais on ne se lève guère que vers 5h, heure du rassemblement. La compagnie réunie, nous attendons le départ qui doit avoir lieu après 6h. Je bois un doigt d’eau-de-vie. J’ai acheté des pruneaux et une sorte de cache-nez. Je me fais cuire à la boucherie, une grillade de mouton que je mange avec plaisir. Je trouve Gauthier qui me prend une lettre, nous trinquons ensemble avec de la crène de noyau et de la prunelle. Avant, je bois du cassis et de la cerise.

 

Nous quittons Gournay vers 9h moins le quart. Nous prenons la direction de Rennes puis La Neuville. Là, nous stationnons jusqu’à la nuit, nous faisons la distribution. Puis nous allons cantonner à Roye. Nous couchons dans un grenier sans beaucoup de paille, je me fais un lit de vieux chiffons. Toute la nuit, on entend le canon et la fusillade.

 

Mardi 22 septembre 1914 : réveil dès 4h. Puis rassemblement. Nous prenons le café. Nous profitons que le départ n’a pas lieu immédiatement pour faire cuire des beefsteaks. Le départ a lieu à 7h. Nous allons sans doute nous engager dans une bataille…

 

Nous passons par Canny-sur-Matz. A quelques centaines de mètres de ce pays, près du pays de Fresnières, nous nous installons dans un champ de betteraves. Nous restons couchés là, étant soutien d’artillerie.

 

 

* * *

 

 

Madame Keraudren : « Avec cette dernière ligne du 22 septembre 1914, s’achève la rédaction du petit carnet de bord de mon grand-père, relatant, jour après jour, d’une écriture fine, sans faute d’orthographe, au crayon, avec des mots presque effacés (après de si longues années) et difficiles à déchiffrer, le déroulement des faits importants.

 

J’ai recopié mot à mot, scrupuleusement, respectant même la présentation, ce précieux document.

 

Au cours de cette bataille annoncée le 22, il a été blessé à Conchy-les-Pots, à proximité de Canny-sur-Matz, d’un éclat d’obus au haut de la cuisse, c’est-à-dire dans l’aine, ainsi que me l’a appris ma grand-mère et non en Belgique comme la Déclaration au Journal Officiel  du 18 mai 1922 le stipule pour l’attribution de la Médaille militaire qui a été décernée au caporal Chaulin.

 

Il a été transporté dans des wagons à bestiaux, à la suite de cette blessure à l’hôpital maritime de Brest. Dans le compte rendu si méticuleux  de sa correspondance, on note le 24 septembre une lettre écrite d’Aubervilliers, le 25 une lettre écrite de Rennes, et la dernière sans précision de lieu, rédigée le samedi 26…

 

Ma grand-mère, avertie, s’est rendue de Saint-Fraimbault-sur-Pisse, dans l’Orne, où ils étaient tous les deux instituteurs, à Brest où à son arrivée, on lui a appris que son mari était décédé le 29. La gangrène avait envahie sa plaie au cours de ce si long transport, et causé sa mort. Le 19 septembre, il signalait dans son carnet son mauvais état de santé… sa résistance devait être bien amoindrie.

 

On a remis à ma grand-mère, un petit porte-monnaie contenant un petit éléphant porte bonheur en ivoire et un petit couteau, que je conserve précieusement ; ainsi que toute la correspondance qu’elle lui avait adressée au cours de ces deux mois. Avant de quitter pour toujours son mari, ma grand-mère lui a coupé une épaisse mèche de cheveux, contenue dans une enveloppe, que je possède également.

 

Celle-ci a jugé bon de faire enterrer son époux dans le petit cimetière de Saint-Martin-des-Landes, dans l’Orne dont étaient originaires les parents de mon grand-père, eux-mêmes enterrés à cet endroit et disparus à cette époque. Je précise que le nom de mon grand-père figure sur la petite colonne érigée dans le cimetière et où sont inscrits les noms des soldats morts pour la France.

 

Il existe, à ma grande surprise, un fil symbolique qui me relie à mon grand-père. Mes parents ont habité Verdun, je suis née à Troyes, et dans ce petit carnet ce nom est souligné, par quel hasard ? J’ai habité Noisy-le-Sec, où mon père, du nom de Guillaume (Eugène avait un camarade du même nom à la 11e escouade) a été chef de district à la SNCF de Pantin. Il a terminé sa carrière à la gare de l’est, et nous avons habité le 10e arrondissement depuis l’année 1953. A Bobigny, ma grand-mère était propriétaire d’un pavillon dont elle avait hérité. Mon grand-père avait fait son service militaire à La Tour-Maubourg comme caporal secrétaire. Je demeure à Châtillon. Mon grand-père est passé dans tous ces endroits…

 

Ma grand-mère n’a pas eu d’autres enfants. Elle a terminé sa carrière à Châlons-sur-Marne comme directrice d’école maternelle, et où elle a connu la Seconde Guerre mondiale. Elle avait remis à sa fille, les précieux souvenirs de ce père disparu à l’âge de 24 ans. Ma grand-mère est décédée le 14 mars 1980. J’ai retrouvé ces documents et témoignages à la mort de ma mère (qui a eu trois enfants) le 31 décembre 1996 dans ses papiers personnels.

 

Mais je n’ai jamais eu connaissance des lettres écrites par mon grand-père. Que sont-elles devenues ? »

 

 

Lire la suite

Publié le 5 Novembre 2014

 

 

section mitraill3

1914 – Régiment d’infanterie : une section de mitrailleuses (© www.sambre-marne-yser.be )

 

 

Journal du caporal Eugène Chaulin (104e RI).

 

Septembre 1914 :

 

Mardi 1er septembre 1914 : dès 2h ou 2h30 du matin, nous repartons et nous remettons en marche pour compléter notre mouvement de se replier. Nous repassons par Remonville et prenons la direction de Landres. Nous stationnons à 800 m au nord de ce pays. Toute la division réunie se repose.

 Nous préparons un plat de pomme de terre et une tasse de café. Nous quittons cet emplacement pour en occuper un peu plus loin 200 m environ. Là, nous faisons toutes les distributions de pain, de viande, de vivres de réserves et d’eau de vie. Les réservistes du dépôt d’Argentan viennent compléter notre effectif. On reforme les sections de la compagnie. Je passe à la 3e section, 12e escouade.

 Vers 5h00, notre ½ section va occuper pendant 1 heure le poste de soutien d’artillerie. Les obus allemands éclatent peu loin de nous. Le soir, vers 7h, nous quittons notre poste pour aller s’installer à 200 m au sud de Landres. Là, on refait des distributions, à cause des réservistes. Puis tout le monde bivouaque et se repose en plein champ sur un peu de paille. Il ne fait pas chaud du tout et l’on sommeille plutôt que l’on ne dort.

 Mercredi 2 :dès 4h du matin, nous nous remettons en marche. Nous nous replions et laissons passer en avant de nous le 5e corps. Il paraît que l’on se replie pour se reformer.

 Nous suivons l’itinéraire : Landres – Sommerance – Fleville – Cornay. Là, nous faisons une pause d’une demi-heure. Ensuite, nous reprenons notre route dans la direction de Lançon. Nous stationnons dans un bois où nous restons un moment pour préparer notre repas. J’en profite pour me laver, car voilà 8 jours que je ne l’ai pas fait. Nous nous remettons en route à travers bois, nous en sortons et nous suivons l’itinéraire de Binarville et nous stationnons à Vienne-le-Château. Nous rencontrons beaucoup de troupes d’autres corps d’armée, des cuirassiers, spécialement des cyclistes. Je vois Gautier à une halte avant le campement, il me donne quelques nouvelles et une carte de correspondance. Le soir, nous touchons les distributions ordinaires et de vin ainsi que le prêt. Je bois un peu de vin et mange des confitures ce qui me semble bien bon. Nous couchons dans un grenier.

 Jeudi 3 : réveil dès 4h puis départ vers 5h par l’itinéraire de Vienne-le-Château, la Ville-Noiremont et Sainte-Menehould. Dans cette ville, nous arrivons vers 9h30 et stationnons dans une espèce de terrain vague où nous préparons un petit repas et du café.

 Vers 11h, nous nous mettons en marche pour aller nous embarquer pour une destination inconnue. A peu de distance de la gare, nous nous arrêtons. Nous formons les faisceaux et nous attendons. Nous en profitons pour prendre quelques rafraîchissements car il fait bien chaud. Je mange une salade de tomates, ce que je trouve excellent. Je profite de l’instant d’arrêt à Sainte-Menehould pour acheter du papier à lettres et des enveloppes.

 Nous embarquons vers 5h. Au moment de notre départ, un aéroplane circule au-dessus de la gare. Nous partons vers 5h15. Une heure environ après notre départ, nous croisons un train du 304 où j’ai le plaisir de trouver M. Behuet. Nous avons tout juste le temps d’échanger un bonjour. Nous circulons toute la nuit dans une direction qui doit être celle de Paris. Nous dormons comme nous pouvons.

 Vendredi 4 septembre : toute la matinée, nous restons à la même place et ignorons le lieu où nous sommes. Nous allons à un pays voisin de l’arrêt pour faire quelques provisions de pain et de fromage, des gâteaux et du vin. Un camarade m’offre une tranche de melon. Notre train ne se remet en route que vers 6 heures du soir. Il ne fait pas grand chemin pendant la nuit. Nous sommes plutôt mal installés et ne dormons pas très bien.

 Nous avons quelques nouvelles car nous lisons les journaux.

 Samedi 5 : dès le matin, le train se remet un peu en marche. Nous sommes toujours dans une région inconnue. Nous remarquons que nous allons vers l’ouest, sans doute vers Paris, mais nous ignorons le nom du pays où nous sommes arrêtés. Le train fait peu de chemin, il a de nombreux et longs arrêts. Nous arrivons à Troyes vers 9 heures.

 A partir de ce moment, les arrêts sont moins longs. Nous croisons beaucoup de trains qui conduisent des émigrés et des troupes vers l’est. Nous continuons notre voyage toute la nuit. Nous sommes couchés toujours dans les mêmes conditions. Nous reposons très mal. Nous continuons d’être renseignés par les journaux.

 Dimanche 6 : au réveil, nous sommes dans une petite gare à quelque distance de Montereau. Notre train marche toujours à son allure régulière. Nous passons plusieurs stations, entre autres Fontainebleau. Là, une infirmière distribue des gâteaux, des cartes postales ; des hommes viennent apporter du tabac aux soldats. Il est alors 2 heures.

 Nous passons ensuite à Melun. Là, nous croisons un détachement anglais qui cantonne dans la gare. Il y a un grand échange de marques de sympathie entre les soldats des deux pays. L’uniforme des Anglais se rapproche beaucoup de celui des Allemands. La couleur est seulement un peu plus claire.

 Aux différents arrêts, nous trouvons des femmes, des enfants, des soldats qui nous distribuent de l’eau et des pommes. Nous croisons beaucoup de trains remplis de voyageurs et de voyageuses. On sent notre approche de Paris, car les uns et les unes font un heureux contraste avec les habitants de la Meuse. Beaucoup de dames charitables apportent des victuailles et des boissons aux blessés. Nous passons à Noisy-le-Sec et nous débarquons en gare de Pantin vers 10 heures du soir. Nous nous mettons en route pour Bobigny pour la direction de Gagny où nous arrivons au petit jour. Nous couchons dans une usine à plâtre où nous reposons un peu car nous sommes bien fatigués. Nous sommes bien contents d’être près de Paris.

 

 

 Taxis de la Marne sur Invalides (AFP)

 

Les taxis réquisitionnés sont rassemblés sur l’esplanade des Invalides (© AFP).

 

Lundi 7 : dès le réveil tardif, je vais faire un bon casse-croûte pour me remettre. Nous changeons de cantonnement. Je vois beaucoup de femmes qui viennent voir leurs maris ; j’envie bien fort le sort de ces derniers. Enfin, j’ai l’espoir que ce sera bientôt mon tour. Le matin, nous déjeunons au restaurant pour nous changer de l’ordinaire.

 Je profite de notre matinée de repose pour laver grosso modo mon linge que je fais sécher. Je perds ainsi un mouchoir… Le caporal Gueslin me prête 10 francs car je n’ai plus d’argent. L’accueil des gens est très bon à notre égard. Nous sommes bien fêtés. Dans les restaurants, on nous fait cuire les aliments qu’on achète et tout le monde s’empresse à nous servir. On sent un air de sincère affection.

 Le soir, vers 6 heures, l’ordre de départ est donné. Nous montons tous dans des taxis et nous mettons en route vers 6 heures 30.

 Tout le monde est dans les rues, les appels les plus sympathiques nous sont lancés. On sent tous ces cœurs vibrer à l’unisson devant l’approche de l’ennemi. Nous quittons Gagny, nous traversons Ivry, là, c’est le même accueil. Les femmes nous apportent des roses, pour ma part j’en reçois une blanche et une rouge. Notre course en taxis se continue marquée par l’incident qui résulte de ce que la colonne se trouve coupée et qu’un taxi va se jeter dans un fossé. Il faut alors ensuite retrouver sa route.

 Enfin, à 1 heure du matin, nous débarquons et allons bivouaquer dans un champ contigu du village de Silly-l-Long (Oise). Ce transport en taxis était très pittoresque. Grande différence entre ces Français et ceux de la Meuse.

 

  Les taxis de la Marne (© France 3)

 Mardi 8 septembre 1914 : notre réveil a lieu au jour et nous nous réchauffons en préparant un bon quart de café.

 Il paraît que le pays, qui a été occupé par les 10.000 Allemands pendant trois jours, est dans un état lamentable. Le champ où nous sommes, a été occupé par les Allemands : nous y reconnaissons tout le ravage qu’ils ont fait. Ils ont tué une multitude de poules, lapins, un porc dont on retrouve toute la peau. On trouve des bouteilles vides en quantité. En me promenant, j’ai trouvé des cartes à jouer allemandes, des cartes postales, une lampe électrique qui ne fonctionnait plus.

 Vers 10 heures, nous quittons notre bivouac, nous traversons la bourgade où nous constatons tout le pillage, carreaux cassés, portes défoncées, maisons mises sens dessus-dessous. Nous prenons alors une direction à travers champs pour nous rapprocher de l’ennemi dans la direction de Nanteuil. Nous renforçons des bataillons de chasseurs alpins et servons de soutien d’artillerie. Toute la soirée, les obus éclatent. Les Allemands tirent des bombes sur deux aéroplanes français.

 Le soir, nous couchons dans un champ de trèfle ; près de la crête, deux sentinelles veillent. Nous nous couvrons avec du foin puis dans des tas qui sont dans les champs. Dans ce même champ, à quelques mètres de nous, se trouvent quelques morts français de précédents combats (un caporal et un adjudant). La nuit est fraîche, le temps à l’air de vouloir devenir pluvieux. Tous, toute la journée, nous n’avons touché qu’un peu de pain.

 Mercredi 9 septembre : notre réveil a lieu vers 5h. On entend quelques coups de fusil. On nous apporte de la viande cuite. On aperçoit plus tard un gamin qui ramène un officier prussien.

 Vers 7h, nous quittons notre position et nous replions en suivant le chemin de veille. Nous passons par Sennievière (Chèvreville). Nous stationnons longuement dans une vaste prairie où se trouve aussi le 108e. Dans les plaines, nous voyons beaucoup de lièvres qui se sauvent au bruit de la canonnade. A notre compagnie, des camarades en attrapent deux.

 Nous quittons notre emplacement vers 3h pour continuer un mouvement de repli. En attendant, de notre cantonnement, nous voyons passer sur la route une quantité de blessés d’un bataillon du 102e qui s’est trouvé aux prises avec l’ennemi. Nous venons de cantonner au pays d’Ognes. Nous couchons dehors dans le village sur la paille. Nous n’avons pas eu dans la journée, le temps de faire la cuisine. Il a fallu se contenter de pain sec et d’eau.

 PS : je n’ai pas de carte car les villages que nous traversons ont été occupés par les Allemands et il ne reste plus rien. J’entre dans plusieurs maisons pour trouver une carte, mais je n’en trouve pas.

 Jeudi 10 : réveil dès 4h du matin. On prépare le café. Je visite quelques maisons pillées par les ennemis dans ce village d’Ognes. Les maisons sont sens dessus-dessous, tout est bouleversé : les armoires sont vidées, les tiroirs fouillés, les meubles, les objets d’art brisés, les lits, les matelas enlevés, les papiers personnels jetés pêle-mêle. C’est un spectacle vraiment attristant.

 Nous avons, dans la matinée, un moment d’accalmie, nous n’entendons ni le canon, ni la fusillade, on ne sait pourquoi. Nous en profitons pour faire une bonne soupe de légumes, de mouton, des légumes et du café. Vers 3h, nous nous remettons en route en direction de Nanteuil. A Ognes, deux uhlans sont ramenés prisonniers. Entre Silly et Nanteuil, nous rencontrons un blessé allemand. A Nanteuil, nous voyons le désastre causé par la guerre. Entre Nanteuil et Versigny, on rencontre une voiture de blessés allemands (il y en avait environ une douzaine. Avant de tourner vers Rosières, nous voyons un Français mort sur le bord de la route). De Nanteuil, nous prenons la direction de Versigny, puis nous tournons vers le nord en direction de Rosières. Nous allons cantonner dans une ferme près de ce pays. Notre section couche dans une bergerie. Il est environ 10 ou 11 heures. Tout au long de la route on voit qu’il y a eu des batailles. Au village de Groseilles, il y a eu un lieutenant français blessé et trois Allemands que le régiment emmène avec lui. Dans la nuit, vers 2h, nous sommes réveillés pour toucher la viande. Nous la faisons cuire et vers 3h30 nous mangeons une bonne gamelle de soupe et buvons du café.

 Vendredi 11 : dès 7 heures environ, nous nous remettons en route. En chemin, l’on nous transmet l’ordre général n°5 du général Maunoury, commandant la VIe armée qui félicite les troupes de leur endurance et les remercie pour la grande victoire remportée sur toute la ligne après 6 jours de fatigues, de privations et d’ardeur au combat.

 Le temps est fort couvert, la veille vers 4h30, nous avons eu une forte ondée.

 Nous marchons toute la journée, sans aucun répit pour faire la chasse à l’ennemi. Par Duvry, Crépy-en-Valois, Fresnoy, Roy-Saint-Nicolas (Aisne). C’est une journée très pénible. Nous restons sur pied depuis 7h du matin jusque vers minuit où nous arrivons pour nous reposer au cantonnement dans un grenier. Nous ne faisons aucune halte, repas, et ne touchons aucun vivre dans la journée. D’autre part, la pluie nous prend vers 3h30 et dure assez longtemps avec intensité. Nous sommes traversés.

 Heureusement que nous avons un peu de viande du matin et qu’en passant à Crépy, on peut acheter un peu de pain et de vin (c’est ce que je fais pour ma part). Nous sommes exténués en arrivant à Saint-Nicolas (Aisne) où nous tombons de fatigue. Beaucoup restent en chemin et ne rejoignent que le lendemain matin. J’ai trouvé une carte en passant à Duvry. Nous poursuivons l’ennemi à quelques heures de marche.

 Samedi 12 : dès le réveil vers 5h30, le temps est pluvieux. En attendant le départ, nous préparons le café, puis nous préparons un peu de riz. J’achète dans une ferme un pot de confitures et un litre de cidre, puis du beurre.

 Le canon se fait entendre vers les 9h, le temps est gris. Vers 7h, nous nous mettons en route, nous rentrons dans l’Oise par Chelles. A 500 m du village, nous prenons position comme soutien d’artillerie. La canonnade dure toute la journée. Les obus éclatent tout près de nous. Pendant la distribution, nous sommes obligés de nous déplacer pour éviter les obus. Nous sommes par colonne de compagnie à 50 m. vers 5h30, un obus éclate entre la 12e Cie et la 10e Cie. Plusieurs soldats sont blessés, d’autres tués. A la 12e un soldat de la 2e section reçoit un éclat en plein poitrine et est tué, un autre, un éclat en haut de la cuisse. Martin, de mon escouade, un éclat au mollet, deux autres légèrement atteints à la tête.

 Nous nous mettons à l’abri d’un bois pendant un instant et nous nous remettons en route pour rentrer dans nos cantonnements de la veille à Saint-Nicolas sous une pluie battante. La journée a été très pluvieuse. Nous sommes trempés. Les routes sont boueuses. Le soir, la pluie est si intense, qu’on se couche et n’allumons pas de feu pour la cuisine. Chacun utilise ses réserves. Nous touchons nos vestes, ce dont nous sommes heureux car nos capotes sont traversées. Enfin, on passe une bonne nuit de repose malgré la pluie et le vent qui font rage. Le matin, au cantonnement, je vois et manie un fusil allemand.

 Dimanche 13 septembre 1914 : dès 6h environ, nous sommes réveillés et rassemblés pour le départ. J’ai juste le temps de prendre ¼ de café et mettre un bout de viande sur la braise.

 ous nous mettons en marche et refaisons l’itinéraire de la veille. Nous poursuivons en suite par Guise et Berneuil-sur-Aisne. Là, nous passons l’Aisne sur un pont de bateau construit par le génie. Le pont ordinaire ayant été détruit la veille par les Allemands. Nous continuons par Berneuil-sur-Aisne et passons ce pays le soir, nous allons cantonner dans un village près de Tracy-le-Mont. Près d’arriver, nous rencontrons un détachement de 200 Allemands. Nous rencontrons une multitude de soldats blessés français et allemands.

 Le soir, au moment de se reposer, nous avons eu une forte alerte causée par la fusillade d’une patrouille ennemie. Une débandade s’ensuivit à travers champs, les balles nous sifflaient fort aux oreilles, plusieurs ont été blessés. Arrivés sur la route, un commandant nous a rassurés, nous a fait reformer. Nous sommes alors revenus à notre cantonnement où nous nous sommes reposés plutôt mal. D’autre part, la pluie a pris dans la nuit et des rafales avec le vent pénétraient sous le hangar, ce qui fait que nous n’avions pas chaud.

 

- Tous les habitants sont heureux de nous voir. Ils détestent les Allemands qui leur prennent tout ce qu’ils ont.

 

 

 batterie 75

 

Une batterie de 75 de l’armée française va se positionner (© www.sambre-marne-yser.be)

 

 

Lire la suite

Publié le 4 Novembre 2014

 

2014-11-01 Quete SF Issy

 

Cette année le Souvenir Français avait organisé sa quête annuelle de la Toussaint, en plusieurs endroits de la commune : devant le Monoprix, à la sortie de la messe en l’église Saint-Bruno et bien entendu à l’entrée du cimetière.

Cette année, les Isséennes et les Isséens, comme l’ensemble des personnes de passage, ont été particulièrement généreux avec notre association : près de 300 euros ont été récoltés. Nous vous en remercions vivement ! Cet argent ira entre autres à l’entretien des tombes et monuments qui sont à notre charge. Il servira également à fleurir ces mêmes tombes et monuments à l’occasion des commémorations.

Nous tenons à remercier l’ensemble du personnel de la commune et du cimetière pour nous avoir permis de réaliser cette quête dans les meilleures conditions, de même que les quêteurs et toutes celles et ceux qui ont travaillé à l’organisation de cette manifestation patriotique.

 

CDT (RC) Frederic RIGNAULT

Président du Comité – Délégué Adjoint pour les Hauts-de-Seine

Lire la suite

Publié le 31 Octobre 2014

Aout 14 - soldats français

 

Août 1914 – Des soldats français au cours d’une offensive (© AFP).

 

 

Journal du caporal Eugène Chaulin (104e RI).

 

Août 1914 :

 

Dimanche 23 août : vers 8h du matin, nous nous groupons. Les régiments se reforment. On fait l’appel. On reconnait alors la quantité d’absents morts ou blessés, laissés sur le champ de bataille. Il parait que les Allemands circulent le soir et achèvent les blessés. Dans le régiment de plus de 3.000 hommes, on en compte environ 900. Dans notre compagnie, manquent le lieutenant, le sergent major, 4 sergents, bon nombre de caporaux et de soldats.

 Nous commençons à bivouaquer au bas du pays. L’ordre est alors donné de se replier plus en arrière car les Allemands sont signalés comme s’avançant toujours. Nous allons établir notre bivouac à Villers-le-Rond. Quelques heures après nous repartons à nouveau pour aller passer notre nuit dans un champ d’avoine, près d’un petit bois de sapins à quelque distance du hameau de Petit Failly. Nous dormons avec plaisir et bien que peu confortablement installés, nous reposons tout de même bien. Toute la journée, nous entendons le canon au loin.

 11e escouade :

 Présents : Chaulin – Bruche – Onfray – Geslin – Martel – Bellec – Guillaume – Calloc.

Manquants : Vormon – Souchot – Deshaye – Sielsberg – Noireaucourt – Saulieure.

 

12e escouade :

 Présents : Caoral Chaulin – Martin (évacué) – Ray – Behuet – Sable – Chenu – Tourneri – Potter – Mormand.

Manquants : Helie – Onfroy – Gannier.

 

Lundi 24 :dès 4h du matin, le réveil est sonné. Quelque temps après, nous partons. Nous passons à Marvelles, nous prenons la direction nord-est de ce pays. Toutes les crêtes sont occupées par l’artillerie. Notre régiment va occuper une crête à gauche pour soutenir les dernières lignes d’artillerie.

 Notre section est détachée vers 10h pour aller occuper et défendre le passage d’une rivière près du petit village de Flassigny. Nous sommes là, en attente, cachés dans un buisson. On entend seulement notre artillerie qui tire de temps en temps. Vers le soir, nous quittons le buisson pour aller prendre position de nuit à la lisière d’un bois tout proche.

 Nous installons de la paille sous un arbre après avoir rabattu les branches pour passer la nuit. A 8h, je fais une patrouille. De toute la journée, nous ne touchons ni pain ni viande. Nous mangeons nos vieilles croûtes et les morceaux de viande qui nous restent de la veille. La nuit se passe cependant tranquillement. A signaler, dans l’après-midi, le passage de deux aéroplanes allemands sur lesquels l’infanterie et l’artillerie tirent vainement.

 

Mardi 25 : de bonne heure, nous sommes debout. La canonnade et la fusillade reprennent très intenses. Bien que ne recevant pas d’ordre, nous insistons auprès de l’adjudant pour quitter ce lieu périlleux où nous sommes pris entre les obus français et allemands pour rejoindre notre compagnie dans les tranchées. Nous arrivons dans ces dernières accompagnés de maints obus qui, heureusement, ne nous causent aucun dommage. Après un moment passé dans les tranchées, nous nous replions dans un bois que nous traversons pour gagner la route de Jametz et nous traversons le village de Remoiville. A peu de distance de ce village, nous nous installons en ligne de tirailleurs par section à l’abri d’une crête.

 On repart environ 1h après pour aller cantonner au village de Breheville mais on ne fait que bivouaquer et à 9h du soir on se remet en route. On dîne avec les pains de gruau et les boîtes de conserves, bien que nous ayons des légumes et de la viande que nous ne pouvons faire cuire, les feux pouvant éveiller l’attention de l’ennemi.

 Nous marchons toute la nuit par Brandeville – Dun-sur-Meuse et nous arrivons au jour à Brieulles-sur-Meuse après avoir marché longtemps sous bois. Nous sommes bien fatigués et avons grand besoin de dormir. Aux haltes, nous nous couchons sur la route.

 

Mercredi 26 août 1914 : nous nous installons à Brieulles-sur-Meuse. J’avale deux œufs, j’achète une bouteille de vin blanc et avec un camarade, nous nous faisons faire un bol de café. Nous passons notre matinée et une partie de l’après-midi en repos. Vers 3h, nous repartons par Nantillois et venons nous coucher à Gesnes où nous passons une bonne nuit.

 

Jeudi 27 : réveil dès 4h en vue d’un départ à 5h qui n’a pas lieu. Nous restons toute la journée dans notre cantonnement. Nous en profitons pour faire quelques repas un peu reconstituant et on se repose un peu. L’eau qui tombait vers le matin, cesse aussitôt vers 10h et la journée se termine par du beau temps.

 Je vais voir Serée et Denis au 26e d’artillerie. Nous faisons un bon repas. Nous apprenons le succès de nos armes et le rôle de notre IIIe armée. Quelques soldats rejoignent le régiment après avoir pu échapper au combat du 22.

 

Vendredi 28 : à minuit, l’ordre de départ d’urgence est donné. Nous quittons Gesnes et marchons par Remagne-sur-Meuse, puis nous laissons la Meuse pour entrer dans les Ardennes par Andevanne et passons par Taillis. Là, nous stationnons à environ 1 km au nord. Nous sommes en réserve pour défendre la Meuse que veulent traverser les Allemands.

 Deux corps d’armée ; six régiments d’artillerie attaquent les Allemands. Nous préparons le café pendant que défilent le 26e et le 44e d’artillerie. Je vois passer Serée. Il est environ 7h45 quand on passe à Taillis où je demande une carte des Ardennes. Nous restons là, toute la matinée. Nous préparons notre repas. Nous quittons notre emplacement vers 2 heures, pendant qu’on prépare le logement.

 Nous allons nous installer 1 km plus loin et nous attendons le départ pour aller occuper nos cantonnements. Nous allons nous installer vers 6h du soir au pays de Beauclair. Notre compagnie en entier et le groupe des brancardiers, logeons dans la même grange. Nous soupons donc avec du riz, des boîtes de conserves et des pommes de terre cuites à l’eau.

 

 artillerie stellungswechsel4 - site sambre-marne-yser.be

 

Une batterie allemande se met en place (www.sambre-marne-yser.be)

 

Samedi 29 : réveil à 3h30 – départ. Nous allons occuper un emplacement à 500 m en avant de Beauclair. Nous y restons à peine une heure puis nous nous replions sur Beauclair, Taillis et suivons la route faite la veille. A Taillis, nous voyons des blessés allemands faits prisonniers, 35 dans une ambulance et 1 dans une petite voiture.

 Nous prenons position à 3h de Taillis. Nous y restons en tirailleurs. Environ 1 heure. Nous recevons les distributions mais pas de viande. Nous quittons alors nos positions pour en occuper d’autres où nous faisons des tranchées. Nous restons une bonne partie de l’après-midi sous les chauds rayons du soleil. Nous mangeons du pain et du singe et nous manquons d’eau.

 Vers 4 h, nous quittons ces positions pour en occuper d’autres un peu plus éloignées. Puis vers 5h30, nous allumons des feux. A peine ceux-ci sont-ils prêts qu’il faut tout détruire. L’heure du départ étant donnée. Nous faisons environ 6 km pour aller en cantonnement à Remonville où nous arrivons vers 8 heures. Nous préparons un peu de cuisine et du café, puis vers minuit, nous reposons toute la compagnie dans une grange. Nous marchons toujours à travers les champs d’avoine, de trèfle, de guéret et les chemins de terre ainsi que les bois. Rarement nous suivons les routes.

 

Dimanche 30 : vers 3 heures, nous sommes réveillés par les distributions. Nous préparons un peu de viande et du café. Puis vers 4h30, nous quittons Remonville pour aller occuper des positions au sud du pays à quelques cents mètres.

 Nous opérons alors une série de mouvements tournants d’aller et de retour. Enfin vers 9h30, l’ordre de marche en avant est donné. Il paraît que toutes les troupes en 1ère ligne doivent prendre l’offensive. Nous repassons donc par Remonville, Barricourt. Là, nous devons encadrer l’artillerie. Notre section s’installe à la lisière d’un bois. Au loin, on aperçoit une patrouille de uhlans qui prend contact avec une patrouille française.

 Vers 1h, nous allons dans un petit plan près du village où nous préparons notre repas. Les obus allemands éclatent près de nous, nous craignons de ne pouvoir faire notre cuisine. Nous préparons des beefsteaks et du café. Nous restons à cette place jusque vers 4 heures. Puis nous partons dans la direction de Taillis. Nous avons vu un prisonnier poméranien amené par des cyclistes. En venant vers Taillis, nous voyons sur un brancard, un Allemand blessé. Nous arrivons au cantonnement à Taillis vers 9 heures. Il faut amener les distributions et l’on ne dort pas avant 1 heure du matin – après avoir mangé un beefsteak et bu ¼ de café. Je couche dans un petit réduit sur la terre, protégé par quelques sacs.

 

Lundi 31 août : nous prenons la direction de Beauclair. Le 101e et le 102e sont partis en avant. Ils vont attaquer les Allemands qui ayant passé la Meuse sont installés dans le pays. Nous partons vers 5 heures. Il y a encore beaucoup de brouillard lorsque la bataille s’engage. Le 104e est en réserve comme soutien d’artillerie. Peu de temps après la bataille engagée, nous voyons le 101e et le 102e qui se replient. Toute la division suit le mouvement et nous nous replions jusqu’à Taillis. Là, vers 1 heure nous préparons un peu de riz ou du café. Les obus des Allemands éclatent près du village.

 Je profite de cet instant pour me changer de linge, ce que je n’ai pas fait depuis le commencement de la campagne. Une demi-heure après, nous quittons le Taillis et notre bataillon s’en va explorer et occuper un bois pour permettre le rassemblement du régiment. Nous rejoignons ce dernier, puis après plusieurs marches et contre marches, nous arrivons vers 11 heures à la lisière d’un petit taillis, où nous nous couchons la valeur de 2 à 3 heures, un peu enfermés dans les haies pour être à l’abri du froid.

 

 

 AC de l'orne - site 1914-18.be

 

Plaque commémorative placée en 1956 par des anciens combattants de Normandie

www.1914-18.be )

 

 

 

Lire la suite

Publié le 25 Octobre 2014

104eR I 3

 Soldats du 104e RI (© www.sambre-marne-yser.be)

 

Journal du caporal Eugène Chaulin (104e RI).

 Août 1914 :

 

Samedi 1er : ordre de mobilisation générale.

 Lundi 3 : départ pour la mobilisation. 2e jour : Déclaration de guerre de l’Allemagne à la France.

 Mardi 4 : visite et habillement.

 Mercredi 5 : exercices divers de service en campagne.

 Jeudi 6 : même chose.

 Vendredi 7 : marche de la compagnie pour réunion du bataillon à Châtillon – pluie battante.

 Samedi 8 : à 2 heures, embarquement à Vaugirard. Passage et arrêt à Meaux à 9h30. Passage et arrêt à Reims à 15h00. Arrivée à Verdun dimanche matin à 1 heure. Stationnement à Belleville à 2 km de Verdun. On couche dans une grange.

 

Dimanche 9 : repos à Belleville. Le matin, avec un camarade, on déjeune d’une boîte de langouste et d’une bouteille de vin gris à 0 franc 80.

 

Lundi 10 : départ à 2 heures du matin. Direction de la frontière – marche pénible et longue dans les côtes de la Meuse du côté de Ornes par Bras. Bivouac vers 9h00 du matin, dans un verger garni de prunes dont on mange les prunes. Le 104 est mis en réserve près de Gremilly. On achète des œufs et un peu de vin.

 9h00 du soir. Changement de position. On distribue un supplément de cartouches. Bivouac dans un champ d’avoine où l’on arrive fort en sueur. Garde tranchée. Je couche dans le champ d’avoine. Le matin, je suis réveillé par le froid, la rosée nous mouillant tous nos vêtements.

 

Mardi 11 : garde dans tranchées occupées la veille. Il fait très chaud, le soleil est brûlant. On établit des abris avec des feuillages pour avoir de l’ombre. On couche dans les tranchées. On se repose assez bien, on n’a pas trop froid.

 

Mercredi 12 : on quitte les tranchées dès le matin pour aller occuper une ferme. Après, nous avons exploré le terrain. Là, un camarade achète du beurre. Dispositions pour la surveillance. Pendant 6 heures, de 2h00 à 8h00, je suis en patrouille fixe au milieu d’un immense champ d’avoine à surveiller la lisière d’un bois. Le soleil est brûlant, la place peu agréable.

 

Jeudi 13 : alerte dans la nuit (une section tire des coups de fusils dans un bois sur un ennemi imaginaire). Départ vers 2h30 pour aller occuper une autre ferme où l’on bivouaque (on couche dehors sur la terre) et où l’on cantonne après avoir établi les postes de surveillance. Journée de complet repos. Le soir, pendant 2h, de 8 à 10, poste pour garder la compagnie.

 

Vendredi 14 août 1914 : la compagnie reste à occuper la ferme. Ma section est de piquet. Vers 11h00, groupement du bataillon à 200 m dans un champ. Repas. Départ, on repasse par la ferme occupée le 12 août (changement de direction causé par la présence de l’ennemi dans une ferme qu’on avait occupée). Reconnaissance d’un bois. Vers 10h du soir, groupement en bivouac de tout le régiment au Haut.

 

Le 104 doit être en réserve, et une grande bataille doit se dessiner, ayant pour but d’anéantir le corps d’Allemands coupé par le général d’Amade.

 

Samedi 15 : réveil causé par le froid. Suivi de concentration présentant un fond marécageux. Non loin de l’endroit, se trouve la tombe d’un soldat du 130e, blessé dernièrement et mort à la suite de ses blessures.

 Le 104e reste en réserve. Je vois Duval et Petron. On entend le canon au loin. Fusillade sur un aéroplane allemand. Gauthier vient me voir et m’apporte des lettres.

 Après la soupe du matin, on transporte le bivouac dans un petit bois contigu après avoir aménagé de petites cabanes garnies de roseaux. Il y a eu distribution d’eau de vie à cause du mauvais temps. Vers 6h du soir, une pluie intense commence, qui dure une grande partie de la nuit. Mais nous n’avons été guère mouillés. Les capotes étaient à peine traversées.

 

Dimanche 16 : le matin nous conservons nos cantonnements (les hommes se réunissent autour des feux pour sécher leurs effets. Eau mauvaise à boire, elle est puisée dans un étang). A midi 30, départ pour aller occuper une ferme à 2km environ afin de se trouver logés à l’abri dans les granges et les hangars. Temps nuageux et pluvieux. Nuit tranquille. Nous sommes très tassés. Les jambes des uns dans les jambes des autres. On repose cependant.

 

Lundi 17 : à 5h30, départ pour la direction de Romagne-sur-Cotes, lieu où nous arrivons vers 9h. Tout le long du parcours, on remarque les abattis de bois, les tranchées, les barrages. On passe dans un lieu où il y a eu sans doute une bataille à cause des traces de vêtements et d’obus. Dans la matinée, on entend le canon à différentes reprises. Toute la brigade est réunie, je trouve des camarades du 103 (Lebouc), des infirmiers (Tourmart), un médecin-major (Delivet).

 A noter, la bataille du 10 août à Mangiennes où le 130e régiment d’infanterie (deux bataillons, Mayenne et Domfront) a subi une perte importante. D’une compagnie, il ne reste qu’un officier et un soldat. Malgré tout, les Allemands reculent parce qu’ils sont repoussés par le 26 d’artillerie qui arrive au secours du 130 dont le départ est dû à une manœuvre risquée.

 A noter, la cherté et la rareté des vivres. On ne trouve rien, ni sucre, ni chocolat, ni vin. Le vin se vend 2 francs 25 le litre et on ne peut même pas en avoir. Cela vient de ce que beaucoup de troupes ont passé avant nous.

 

Mardi 18 : à 5h30, départ pour la direction de Rupt, après avoir dépassé Damvillers et Dambras – marche longue de plus de 25 km (environ), route sinueuse, beaucoup de côtes longues et abruptes, chemin très boueux et de mauvaise odeur. On arrive tard à Rupt (environ 1 h). On s’installe dans une remise. La marche a été longue et pénible, chaleur intense. Beaucoup d’hommes sont exténués et tombent sur la route. J’ai fait installer des feuillées. J’ai vu un chargeur allemand avec ses balles, ainsi qu’un ceinturon et un biscuit extérieurement petit, à peine gros comme un morceau de sucre (ces trophées viennent du combat de Mangiennes). Nuit tranquille, on repose dans une grange.

 Notes : beaucoup de noms de cette région portent le nom de Rupt (Rupt-sur-Othain, Betrupt). Ce nom de Rupt doit signifier rivière ou vallée. Beaucoup de noms terminent en « Dun » : Verdun, Audun.

 Un ami m’a acheté 6 morceaux de sucre pour 2 sous. Nous sommes dans de petits pays de peu d’importance et mal ravitaillés. Heureusement que l’ordinaire nous suffit.

 

Mercredi 19 : 8h30. A 4 camarades, nous allons chez une brave femme boiteuse qui nous sert à chacun un demi-bol de café avec un verre d’eau de vie, le tout pour 30 centimes. Elle nous vend 1 sou les 5 morceaux de sucre. Je conserve ma part d’eau de vie dans une bouteille à alcool de menthe que me cède un camarade.

 Notes : dans chaque endroit, beaucoup de camarades achètent poules, canards, lapins, à des prix différents. Je n’achète rien pour la bonne raison que c’est difficile et long de préparer toutes ces victuailles et que d’autre part, nous ne manquons pas de viande.

 Vers 11h, rassemblement de la compagnie. Nous partons nous installer aux avant-postes placés à environ 4 km au nord de Rupt-sur-Othain. Notre escouade est installée en petit poste au milieu d’un champ d’avoine, sous l’ardeur des rayons d’un brûlant soleil d’août. Nous voyons un aéroplane allemand.

 Le soir, on nous apporte à manger, mais on ne nous apporte ni pain ni viande. Nous passons la nuit abrités pas quelques gerbes d’orge. Nous dormons peu car il faut veiller en étant assez proche de l’ennemi. La nuit est très fraîche et nous n’avons pas trop chaud, surtout aux pieds. Malgré tout, la nuit se passe tranquillement.

 

Aspects du pays :

 Physique : grandes étendues de terrains en plaine ou en coteau. Des côtes. Des mamelons. Des bois. Rappelle plutôt la Beauce que la Normandie, du moins dans notre région. De petites forêts. Routes boueuses – ravinées – Terrain calcaire (coquelicots – bleuets). Pas de haies.

 Dans l’Oise : grandes plaines cultivées surtout en blé et en betteraves. Rappelle beaucoup la Beauce mais avec un aspect moins rigide. Les bourgs sont plus coquets et plus riches.

 Politique : peu de gros villages. Fermes isolées et de grande étendue. Dans les villages, ce ne sont pas des maisons de commune mais de grosses fermes réunies.

 Economique : pays agricole. Grandes cultures de blé, avoine, orge. Prairies artificielles, luzerne, trèfle. Culture en grand. Dans chaque ferme toutes les machines agricoles modernes (moissonneuses, râteaux, faucheuses, …). On emploie le bœuf dans les travaux champêtres. Les vaches sont noires et blanches. Culture des pruniers dont les prunes servent à faire une eau de vie utilisée dans le pays.

 Habitation : constructions en pierres assez solides. A remarquer la toiture très plate. Couverture en tuiles (les tuiles sont ovales et s’emboitent les unes dans les autres). Les charrettes et les chariots sont à quatre roues, ils diffèrent beaucoup des voitures employées en Normandie. Les maisons sont vieilles, elles datent de 1820 environ (la date y figure).

 Mœurs : les femmes portent de gros souliers pour aller travailler dans les champs. L’hygiène est peu observée dans les bourgs, tous les tas de fumiers se trouvent installés devant les portes.

 Langage : les habitants ont un accent spécial, ils parlent en donnant l’impression qu’ils serrent les dents. Ils ne brillent pas par leur propreté. Ils sont en général d’un accueil peu sympathique.

 Belgique : suite naturelle du pays environnant. Villages plus concentrés, plus propres. Les gens parlent un français analogue à celui des départements frontières. A noter les poteaux indicateurs sur les routes ayant plusieurs bras et les plaques bien plus claires et plus lisibles que les nôtres (genre métro).

 Départements visités : Meuse, Meurthe-et-Moselle, Belgique, Ardennes, Marne, Oise, Aisne.

 

 defense tranchee site sambre-marne-yser.be

 Défense de tranchée par des soldats français (© www.sambre-marne-yser.be )

 

Etat de guerre : d’abord dans les champs, des tranchées recouvertes suivant les lieux (de blé, d’avoine, d’herbe). Puis les rouleaux de fil de fer déroulés le long des haies pour présenter un obstacle à la cavalerie ou des réseaux de fil de fer attachés de piquet en piquet dans le même but.

 Les barrages des routes, des chemins, des abords des villages avec voitures, machines agricoles, arbres, terre, pierres, etc. – afin de retarder l’arrivée des ennemis et permettre aux troupes d’organiser le combat. Les abattis de bois et de taillis à hauteur de genoux pour servir de piège à la cavalerie ennemie et servir de couvert à l’infanterie. Les routes sont abimées par le passage réitéré des troupes de toutes armes. Dans beaucoup d’endroits, les gens quittent leurs fermes, emmenant leur bétail et leur mobilier de peur de l’invasion ennemie. On coupe les fils de fer. On traverse les champs en pleine culture, on y creuse des tranchées.

 Beaucoup de soldats de régiments divers se conduisent en pirates et pillent les fermes où ils cantonnent (prennent les légumes du jardin, les fruits des arbres, le bois, les poules…). Les villages où ont lieu des combats sont complètement saccagés. Ils sont incendiés. Tous les boulets et beaucoup de balles arrivent sur les maisons. Le soir, on aperçoit, au loin des lueurs, ce sont des villages incendiés.

 Les rails de chemin de fer sont enlevés. Les pays se vident et c’est un spectacle malheureux que de voir tous ces habitants s’enfuir avec leur matériel, leur bétail et leurs biens. Les vieux, les jeunes, tous se sauvent de village en village avec une mine effarée. Tout le long de la route, on trouve des cadavres de chevaux épuisés de fatigue et abandonnés. Près de Sainte-Menehould, dans les champs, on voit des quantités de tripailles de bœufs et de vaches qui ont dû être tués pour le ravitaillement de la troupe. Le long de la ligne de chemin de fer, nous croisons des trains de la Croix Rouge qui vont chercher des blessés. Les voitures sont aménagées avec des lits pour le transport des blessés.

 

Jeudi 20 août : dès 4h30, nous sommes debout. Quelques temps après, nous voyons arriver du pain et un casse-croûte. Le soleil nous réchauffe et nous sommes bien. Nous épluchons des petits pois trouvés au milieu du champ d’avoine. Nous supportons jusqu’à 12h30 les ardeurs du soleil. A cette heure, nous sommes remplacés par une autre compagnie et nous rentrons à Rupt.

 Il faut aller tout préparer pour passer une revue. Vivres de réserves, chaussures, cartouches (188). Toute notre soirée est ainsi occupée en vue de cette revue d’un commandant. Je reçois deux lettres en arrivant de notre garde. Après la revue, repas et coucher dans une grange où je me repose bien.

 

Vendredi 21 : le réveil est donné à 4h, mais seulement vers 6h nous quittons Rupt-sur-Othain pour la direction de la Belgique pour Grand Failly. Petit Failly, Villette, Charency, c’est à quelques kilomètres de cette dernière localité que nous entrons en Belgique où la démarcation de frontière est donnée par la lisière d’un bois et d’un chemin.

 Il est environ 1h de l’après-midi. Près de la frontière, se trouve une maison où l’on vend du tabac, des allumettes à des prix très faibles. Près de Charency, au bord d’un champ d’avoine, on a vu un uhlan tué quelques instants auparavant. Dans une rencontre entre une patrouille de hussards et de uhlans, deux hussards, deux frères dont l’un est officier, ont été tués. A partir de 1h, nous reconnaissons un bois, dans lequel nous restons jusque vers 5 heures. Notre compagnie est en réserve pendant que le 1er bataillon du 104e RI et du 103e RI se mettent aux prises avec l’ennemi. On entend le canon et la fusillade une bonne partie de la journée et tard encore vers le soir.

 Un orage vers 16h30 avec une pluie intense arrête un instant le combat. Nous profitons de l’accalmie pour sortir du bois et venir se former sur la route. Nous attendons alors pour se rendre à notre commandement. Le canon tonne toujours au lointain. Une partie du 14e hussards (NDLR : commandé par le chef d’escadron de Hautecloque) défile devant nous et l’on remarque un casque de uhlan, des lances, et un cheval du 19e uhlan – deux hussards ont été blessés et un cheval tué.

 Nous sommes bien reçus. Un peu après Charency, on nous donne un litre de grenadine. Une fois reformés sur la route, deux dames nous distribuent du café et du lait. Nous arrivons vers 8h du soir au cantonnement à Ruette. Les gens sont très affables, ils nous donnent à profusion du café, mais ils n’ont pas beaucoup de provisions car les Allemands leur ont empêché le ravitaillement. Nous sommes très tassés, nous sommes obligés de dormir accroupis. A cause de la fatigue, on dort cependant surtout que nos nuits sont brèves.

 

Samedi 22 : réveil et départ dès 4h. Toute la division au complet avec toutes les armes. C’est le 4e corps d’armée qui marche en Belgique vers l’ennemi. Itinéraire : Ruette – deux petits pays et arrivée au village de Gilzar où doit se livrer la bataille. Au premier village précédent, on distribue des cartouches et les outils sont accrochés au ceinturon. A peine arrivé au village d’Ethe (Belgique) qu’un échange de quelques coups de fusils a lieu. On arrive alors à la gare et l’on continue vers la ligne de chemin de fer. On trouve alors deux uhlans et cheval tués, on rencontre un soldat du 103e blessé. Les balles sifflent, notre section gravit le talus et va prendre position près des rails.

 Les Allemands sont installés sur l’autre côté. Notre commandant tombe aux premières balles. La fusillade dure un long moment des deux côtés. L’artillerie rentre en ligne et le canon tonne des deux côtés. A ce moment, l’ordre est donné de se replier sur le village pour laisser le champ libre à l’artillerie. On dégringole le talus sous les balles, on saute par-dessus les fils de fer. On traverse routes, fossés, gare et l’on suit quelque temps une ligne de chemin de fer, on côtoie une rivière, on traverse des champs et enfin on se retrouve dans le village. Une partie de la compagnie va occuper une crête, les autres se réfugient vers une aciérie. Après quelques temps, on quitte cette position et le capitaine nous installe à l’abri d’une barge de fagots. Nous restons là. Les canons bombardent toujours et la fusillade a lieu par moment.

 Enfin, à 8h, l’ordre de retraite est donné. Tous les hommes sont dispersés, il y en a de tous les régiments et toutes les compagnies. Sur une largeur de plus de 100 mètres, on ne rencontre que chevaux tués, voitures cassées, blessés qui geignent et appellent au secours. Tout le monde fuit sans ordre et avec hâte malgré l’état de fatigue physique et morale. Nous arrivons au cantonnement de la ville de Ruette à 10h30, nous reposons un peu, mais de peur de surprises de l’ennemi, nous quittons ce lieu dès minuit et nous reprenons le chemin de la frontière.

 Nous franchissons cette dernière et après une marche de plusieurs kilomètres nous arrivons au petit jour à Charency. Nous couchons comme nous pouvons dans les maisons. Avec Petron et quelques autres, nous couchons dans une pièce, sur un parquet. Nous sommes tellement harassés que nous dormons tout de même. C’est une grande journée de bataille qui m’a vivement impressionné. Deux villages ont été incendiés.

 

 

 Section mitrailleuses allemande

 Une section allemande de mitrailleuses va se mettre en place (© www.sambre-marne-yser.be )

Lire la suite

Publié le 22 Octobre 2014

 

Chaulin Eugene

 

Le caporal Eugène Chaulin du 104e (© Famille Keraudren).

 

 

Présentation.

 Le colonel Pierre Keraudren a longtemps été membre du conseil d’administration du Souvenir Français. Il y exerçait le rôle de secrétaire général adjoint. Il a bien voulu nous confier une archive familiale. Il s’agit d’un journal du grand-père de son épouse, le caporal Eugène Henri Jean Chaulin, mort à 25 ans, le 29 septembre 1914 à l’hôpital militaire de Brest, des suites de blessures reçues aux combats de Canny-sur-Matz, le 22 septembre. A la déclaration de guerre, Eugène Chaulin faisait partie de la 12e compagnie du 104e RI, portait le matricule 4796 au corps, le 46 au recrutement à Argentan et était de la classe 1909.

 Madame Keraudren : « Ma grand-mère, âgée de 91 ans, est décédée en 1980. Depuis 1914, elle avait toujours fait fleurir la tombe d’Eugène au cimetière de Saint-Martin-des-Landes en Normandie. Maman a fait de même jusqu’en 1996, et depuis c’est moi, qui chaque année fait déposer des fleurs sur la tombe de ce jeune papa mort pour la France à 25 ans.

 Après le départ de ma mère, j’ai éprouvé le devoir et le désir de faire revivre celui dont on n’avait jamais parlé. De recopier ses notes au crayon, presque effacées. Le souvenir était presque envahissant, en pensant à cet homme disparu que maman n’avait jamais connu. »

 Eugène Chaulin était né le 27 août 1889, fils de Jean Chaulin et de Joséphine Bisson, époux de Mademoiselle Gabrielle Barraud et papa de la petite Jeanine, née le 19 août 1913. Il exerçait la profession d’instituteur.

 Le 104.

 

Le 104e régiment d’infanterie est un vieux régiment, créé sous la Royauté, en 1779. Il a pour nom à l’origine « Royal Deux Ponts ». Au cours de la révolution française, il sert à Jemmapes et participe à la victoire contre l’Autriche. Puis il est utilisé au moment des guerres napoléoniennes. Sur son drapeau sont inscrites les batailles suivantes : Gênes en 1800 ; Splügen, la même année ; Mayence en 1814 ; l’Ourcq en 1914 ; Reims et Arnes en 1918.

 Dissous puis récréé en 1854 à partir du 29e régiment d’infanterie légère, ses quartiers sont établis à Paris et à Argentan au début de la Première Guerre mondiale. Son état-major est alors le suivant : colonel Drouot, chef de corps ; lieutenant-colonel Rochefrette en chef de corps adjoint ; capitaine Ruef, major du régiment ; lieutenant Soyeux, en charge des détails ; lieutenant Gacon en charge de l’approvisionnement ; sous-lieutenant Denoux, en charge du service téléphonique ; médecin-major Trassagnac ; lieutenant Gillet, prote drapeau ; chef de musique Vivet ; lieutenant Poigny, commandant la 1e section de mitrailleuses ; lieutenant Thoreau, commandant la 2e section ; lieutenant Guedes, commandant la 2e section. Trois bataillons composent également le 104 : le premier, bataillon d’état-major avec quatre compagnies, sous les ordres du chef de bataillon Forcinal ; le deuxième, sous les ordres du commandant Henry et le 3e sous ceux du commandant Levin, avec quatre compagnies, les 9e, 10e, 11e et 12e , cette dernière étant sous les ordres du capitaine Vinter.

 Eugène Chaulin est dans cette 12e compagnie.

 Au cours de la Première Guerre mondiale, le 104 va participer aux combats en Belgique, à la bataille de la Marne, sur la Somme, le tout en 1914 ; l’année suivante, il est en Champagne, puis à Verdun en 1916. En 1917, il est sur les hauts de la Meuse puis à nouveau sur Verdun ; en 1918, il bataille au mont Kemmel, dans les Flandres, sur la montagne de Reims, dans la Marne et enfin sur Mourmelon-le-Grand (rivière de l’Arnes).

 Au cours de ces cinq années de guerre, le 104e RI va perdre 84 officiers et plus de 2.700 hommes, dont 411 disparus.

 Le 104 est un régiment de la 14e brigade d’infanterie, 7e division d’infanterie (général de Trentinian), 4e corps d’armée (général Boëlle), IIIe armée (général Ruffey – qui sera limogé le 30 août 1914).

 Le général de Trentinian sera révoqué après la bataille d’Ethe, en Belgique, en 1914. Militaire de talent et reconnu pour ses états de guerre, principalement dans les colonies (Tonkin, puis Sénégal, Soudan, Sahel et enfin Madagascar), il publiera un mémoire expliquant les différents combats d’Ethe, dont il est l’un des rares vainqueurs. Plus tard, à la tête des 103 et 104, il sauvera le gain de la bataille de la Marne avec les fameux taxis de la Marne. Le général de Trentinian, dreyfusard (ceci explique peut-être aussi pour partie cela), sera réhabilité par le général Gallieni, qui lui remettra le grade de Grand-croix de la Légion d’honneur, puis par un rapport mais qui ne sera publié qu’en 1923 (par le commandant Grasset – Rapport sur la Bataille d’Ethe).

 

 Trentinian

 

Le général Edgard de Trentinian (© Mr J de Trentinian et www.sambre-marne-yser.be )

 

 

Sources :

 

- Renseignements et archives familiales de Monsieur le colonel Pierre Keraudren et Madame.

- Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.

- André Castelot et Alain Decaux : Histoire de la France et des Français, Larousse.

- Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

- Site internet www.chtimiste.com sur l’historique des régiments.

- Site Internet : www.sambre-marne-yser.be

- Journal de Marche du 104e RI.

Lire la suite