Publié le 28 Septembre 2007

 

Guy Ducoloné à Issy-les-Moulineaux, le 29 avril 2007 à l'occasion de la Journée de la Déportation.

Guy Ducoloné est résistant, déporté, président de l’association Buchenwald-Dora et Kommandos, officier de la Légion d’Honneur, ancien dirigeant du Parti communiste français, conseiller général d’Issy-les-Moulineaux (1953-1988), député des Hauts-de-Seine (1964-1988), ancien vice-président de l’Assemblée nationale, député honoraire.
 
Le 14 juillet 2007, à l’occasion de la réception française à Buchenwald, Guy Ducoloné a remis, au nom de l’ancien président de la République, Jacques Chirac, les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite à Inge et Gerhard Eisenäscher, pour leur aide et leur soutien aux prisonniers français d’Ellrich, et leur travail de Mémoire. Guy Ducoloné a également prononcé le discours suivant.
 
« Lorsqu’en juillet 1937 commençait la construction du camp de Buchenwald, nous avions, en France, célébré le 14, le 148ème anniversaire de la Révolution française. Juillet 1937, c’était en France le temps du Front Populaire et les dizaines de milliers de parisiens, qui défilaient alors de la place de la République à la Bastille, proclamaient : «  à bas le fascisme italien, à bas le nazisme hitlérien, vive la République espagnole ».
 
Nous savions qu’il y avait des camps de concentration où des milliers d’Allemands étaient enfermés. Le nom de Dachau était connu, d’une part, par les reportages de Marie-Claude Vaillant Couturier et, d’autre part, par les récits que nous faisaient des jeunes et des moins jeunes antifascistes allemands qui avaient pu fuir l’Allemagne hitlérienne. Mais, avouons-le, ce n’est qu’à partir de 1942, que les quelques 170.000 femmes et hommes (dont 80.000 juifs) partis de France, connurent la réalité monstrueuse des camps. Plus de 25.000 d’entre eux arrivèrent à Buchenwald jusqu’aux derniers convois venant de l’est de la France en novembre 1944.
 
* * *
 
Ainsi, en ce 14 juillet 2007, nous avons voulu, chers amis, vous donner ce rendez-vous. Merci à vous, chers camarades internés et vous tous, amis allemands, d’être présents. Fête nationale en France, le 14 juillet porte témoignage de la chute de la monarchie et de la liberté prochaine annoncée.
 
* * *
 
C’est pourtant un 14 juillet qu’un jeune allemand de 18 ans fut, en 1943, victime indirecte de notre hymne national : la Marseillaise. Ce 14 juillet, un prisonnier de guerre français travaillant en usine a demandé à un garçon allemand de jouer la Marseillaise sur son harmonica. L’hymne fut joué et son interprète, dénoncé, se retrouva à Buchenwald.
 
Merci camarade Gunther Pappenheim de ta présence parmi nous. Merci de ton geste fraternel et courageux du 14 juillet 1943. Tu fus notamment ce jour-là de ceux à qui s’adresse le couplet : « Liberté, liberté chérie, combat avec tes défenseurs ». Ainsi, sans peut-être le savoir, Gunther effaçait à sa manière ce 14 juillet 1933 où Hitler proclamait le NSDAP (le parti Hitlérien) parti unique en Allemagne.
 
Souvenons-nous toujours que ce chant résonna en janvier 1943 à l’entrée d’Auschwitz de 230 patriotes françaises. C’est encore sur ces paroles que les 2.000 Français ayant échappé aux marches de la mort se sont rassemblés, avec tous les détenus présents, pour prêter le 19 avril 1945 le Serment de Buchenwald. Ces hommes de toutes les nationalités ont, ce jour-là, juré que : « Notre idéal est la construction d’un monde nouveau dans la paix et la liberté ».
 
* * *
 
Nos rencontres de ce mois de juillet 2007 prouvent que nous sommes encore nombreux en Allemagne, en France, en Russie, en Pologne, dans l’ex-Yougoslavie et dans les autres pays d’Europe, à demeurer fidèles à ce Serment et à poursuivre notre action sur la même voie. Nous voulons tous que les jeunes de nos pays, que leurs parents ne soient plus confrontés à la guerre.
 
Nous voulons que les jeunes et les moins jeunes conservent, non seulement le souvenir de nos camarades morts en ces lieux ; mais surtout qu’ils maintiennent le souvenir des causes et des responsables de leur mort et de nos misères. Aidons-les à refuser le mépris et la haine de l’autre quelle que soit sa couleur de peau ou sa religion. Nous qui sommes encore présents, aidons les plus jeunes à refuser et à combattre les sentiments racistes, colonialistes ou antisémites. Aidons-les à refuser les idées de conquêtes mais à cultiver les idées de fraternité et de concorde entre les peuples.
 
* * *
 
Les dizaines de milliers de détenus à Buchenwald, comme dans les autres camps à des degrés divers et malgré leurs différences de culture et des langues parlées, ont su s’unir dans leurs comités nationaux clandestins de résistance et dans le Comité international clandestin. Cela permit à ceux d’entre-nous présents au camp le 11 avril 1945 de dire « Nous sommes libres » aux unités américaines arrivées dans l’après-midi.
 
Je vous souhaite, chers amis, que nous puissions, encore longtemps, marcher d’un même pas dans la liberté et dans la paix. »

Voir les commentaires

Publié le 21 Septembre 2007

 

Lucie-Aubrac--France-3-.jpg

 

Le 14 mars 2007, à l’Hôpital Suisse d’Issy-les-Moulineaux, disparaissait une grande dame de la Résistance : Lucie Aubrac.

 

Lucie Aubrac, de son vrai nom Bernard, puis épouse Samuel, voit le jour le 29 juin 1912, dans une famille de viticulteurs du Mâconnais. La jeune Lucie suit de brillantes études, qui l’amènent à passer avec succès le concours de l’Ecole normale primaire et devenir professeur. Rapidement indépendante, en accord avec l’esprit de rébellion, la jeune femme s’engage dans les Jeunesses communistes à l’âge de vingt ans. Pour autant, son refus de l’embrigadement lui dicte de ne pas suivre les cours de l’Ecole de Moscou.
Agrégée d’histoire, nommée professeur à Strasbourg, Lucie y fait la connaissance de sa vie : Raymond Samuel, ingénieur des Ponts et Chaussées, issu de la bourgeoisie juive et de deux ans son cadet. Ils se marient en 1939. A l’automne 1940, Lucie et Raymond Samuel se réfugie à Lyon. Lors d’un passage à Clermont Ferrand, Jean Cavaillès, qui fut le collègue de Lucie à Strasbourg, leur présente Emmanuel Astier de la Vigerie. Celui-ci a créé, dès le début de la guerre, une organisation anti-nazie dénommée « La dernière colonne ». Dès lors, le couple donne tout son temps libre à cette organisation.

L’année suivante, Lucie et Raymond Aubrac (ils ont emprunté ce nom à un personnage de roman policier), entrent de plus en plus en clandestinité et participent au mouvement de Résistance « Libération » dont Emmanuel Astier de la Vigerie est l’âme fondatrice. Ce qui n’empêche pas la jeune femme de conserver son métier de professeur. Jusqu’en novembre 1943, elle enseigne au lycée de jeunes filles Edgard Quinet de Lyon. « Libération » devient rapidement l’un des plus importants mouvements de la Zone sud, avec « Combat » d’Henry Frenay. Chargé de la branche paramilitaire de l’organisation, Raymond Aubrac est arrêté une première fois en mars 1943. Il est libéré grâce à l’action de son épouse.

Le 21 juin 1943, Raymond Aubrac participe, à Caluire, à une réunion importante, en compagnie de plusieurs hauts membres de mouvements clandestins, dont Jean Moulin, chef du Conseil National de la Résistance. Les hommes de Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon, au courant de la situation, entourent la villa Castellane qui sert de couverture aux résistants. Tous les hommes sont arrêtés.

Lucie Aubrac monte alors une opération armée pour faire libérer son époux et ses compagnons. Se faisant passer pour la fiancée du prisonnier, Lucie, prétendument enceinte, rencontre Klaus Barbie et lui demande d’autoriser le mariage en prison. Raymond peut être fusillé ; il ne peut laisser la jeune femme dans le déshonneur. A l’occasion de ces rencontres, Lucie fait passer des plans d’évasion à son mari. Pendant un transfert, le 21 octobre 1943, elle décide avec ses compagnons de passer à l’action. Le camion dans lequel se trouvent Raymond et quatorze résistants est attaqué. Quatre soldats allemands trouvent la mort dans l’accrochage. A la suite de cette action, le couple Aubrac rejoint Londres. C’est là que leur fils, Jean-Pierre, nait en février 1944.
Après la guerre, Raymond Aubrac est nommé, à Marseille, Commissaire de la République. De son côté, Lucie Aubrac représente le Mouvement de libération nationale à l’Assemblée consultative à Paris. Par la suite, redevenue professeur, elle utilise sa notoriété dans des combats pour la décolonisation du Maroc et de l’Algérie, participe aux instances dirigeantes du Mouvement de la Paix, d’inspiration communiste, s’engage auprès d’Amnesty international et de différentes associations de défense des Droits de l’homme.
Grand officier de la Légion d’honneur, Lucie Aubrac est l’auteur de plusieurs ouvrages : La Résistance (R. Lang 1945) ; Ils partiront dans l’ivresse (Le Seuil, 1984) ; La Résistance expliquée à mes petits-enfants (Le Seuil, 2000).

En 1997, l’histoire des Aubrac est portée à l’écran grâce à un film réalisé par Claude Berri.
 

Voir les commentaires

Publié le 7 Septembre 2007


(© Le Figaro)

 

Le 29 août 2007, à l’âge de 91 ans, est mort un grand homme de Devoir : Pierre Messmer.

Juillet 2003. Le hasard d’une rencontre dans l’aéroport d’Orly. Je m’approche de Pierre Messmer. « Monsieur le premier ministre, c’était comment Bir Hakeim ? ». L’homme au regard d’acier a un moment d’interrogation et de stupeur. Il se reprend : « Monsieur, Bir Hakeim, c’était de la folie. Mais nous n’avions pas le choix. Nous étions en guerre. Nous ne pouvions plus reculer. Nous avions en tête les images très précises de juin 1940. Et nous étions des hommes de Devoir. Tout de même, la brigade Koenig ne comptait que 3.700 hommes à opposer aux trente mille allemands de Rommel. C’était gonflé ! ».

Pierre Messmer est né à Vincennes le 20 mars 1916, au plus fort de la bataille de Verdun. Il sort de l’Ecole nationale de la France d’outre-mer et intègre le 12ème régiment de tirailleurs sénégalais. Il est maintenu dans cette unité, avec le grade de lieutenant, à la déclaration de guerre en 1940. Prisonnier, il s’évade et sans même entendre l’Appel du 18 juin, rejoint le général de Gaulle à Londres. Entre 1941 et 1945, il est de tous les combats : Erythrée, Syrie, Lybie avec Bir Hakeim et El Alamein, la Tunisie, la France, Paris, la campagne d’Allemagne. Sa bravoure au feu, son sens du commandement (promu capitaine en 1941), son courage lui apportent la reconnaissance du général : par le décret du 23 juin 1941, il reçoit l’ordre de la Libération, et devient ainsi membre de cette confrérie d’armes extraordinaire.

Plutôt que de rentrer dans le rang, Pierre Messmer accepte des missions toujours plus risquées : après un bref passage à la tête de la mission française de Calcutta, il se fait parachuter au Tonkin, au milieu des lignes du Viet-Minh, afin d’étudier les forces ennemies. Prisonnier, il s’évade après deux mois de captivité. Il commence alors une deuxième carrière dans l’administration de la France d’Outre-Mer : entre 1946 et 1959, il sert en Indochine, en Mauritanie, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, en A.O.F. et termine en tant que haut commissaire de la République en A.E.F. Membre du cabinet du ministre Gaston Deferre, en 1956, conscient des problématiques de décolonisation, il travaille à l’élaboration d’une loi cadre préparant l’évolution de l’Afrique française.

Le général de Gaulle l’appelle en 1960 pour en faire son ministre des Armées. Poste que Pierre Messmer conservera jusqu’en 1969, un record. C’est le commencement d’une troisième carrière : après la vie militaire et les postes de l’Outre-Mer, vient la politique. En cette période troublée, rien ne lui est épargné. Il doit faire face aux « événements » d’Algérie, à l’O.A.S. (Organisation de l’Armée Secrète) et à la révolte des généraux à Alger en 1961. Par la suite, Pierre Messmer travaille à la mise au point de la force nucléaire française et la modernisation des armées. En 1969, au moment du départ du général, il quitte le gouvernement et fonde l’association Présence du Gaullisme.

En 1971, sous la présidence de Georges Pompidou, Pierre Messmer est nommé à Matignon. Il y restera un peu plus de deux ans. Il avoue, dans ses Mémoires, ne « jamais s’y être senti à l’aise ». Il travaille néanmoins avec acharnement à la mise en place du nucléaire civil pour faire face à la montée du prix du pétrole et accroître l’indépendance énergétique du pays. Choix salutaire quand éclate, en 1973, le premier « choc pétrolier ». Homme libre, refusant les manigances et manœuvres de parti (« la politique n’est pas mon métier » dit-il), il décide de ne pas se présenter à la présidence de la République à la mort de Georges Pompidou en 1974. Cela ne l’empêche pas de mener une brillante carrière politique locale, aux services de ses concitoyens, se faisant élire député de la Moselle dès 1968. Mandat qu’il conservera jusqu’en 1988 ; il est aussi maire de la ville de Sarrebourg et président du Conseil Régional de Lorraine.

En 1992, se retirant de la vie politique, Pierre Messmer prend la présidence de l’Institut Charles de Gaulle, puis, en 1995, celle de la Fondation Charles de Gaulle. Elu à l’Académie des sciences morales et politiques en 1988, puis à l’Académie française en 1999, au fauteuil de Maurice Schumann, gaulliste historique lui aussi, il est choisi ensuite pour être chancelier de l’Ordre de la Libération.

Homme d’action, de vertu, Pierre Messmer était avant tout un Français libre.

Voir les commentaires

Publié le 6 Septembre 2007

 

www.souvenirfrancais-issy.com

En cette rentrée, nous avons le plaisir de vous présenter notre nouvelle version du site web de notre comité local du Souvenir Français.

Celle-ci se veut plus aérée afin de vous permettre une meilleure lisibilité. Les prochains articles concerneront : 


Ø      Hommage à Pierre Messmer.
Ø      Portrait de Lucie Aubrac.
Ø      Discours de Monsieur Guy Ducoloné, prononcé à l’occasion de la réception française de Buchenwald le 14 juillet dernier.
Ø      Portrait de Missak Manouchian.


Nous vous rappelons que notre comité est à la disposition des isséennes et des isséens qui souhaitent témoigner de ce qu’ils ont vus ou connus pendant les dernières guerres, l’Occupation ou la Libération. Pour nous contacter, vous pouvez nous écrire ou appeler au numéro figurant en haut à gauche du site.

Lire la suite

Publié le 6 Août 2007

Mercredi 18 juillet, mail Raymond Menand à Issy. Nous rencontrons Jean BOYER.

 

Jean BOYER est Président de l’Amicale des Partisans Français de Slovaquie, Inspecteur Général Honoraire des Postes et Télécommunications, officier de la Légion d’Honneur, Officier dans l’Ordre National du Mérite, Croix de Guerre 39-45, Croix du Combattant Volontaire 39-45, Médaille des Evadés, Médaille des Combattants Volontaires de la Résistance, Médaille de la Libération de la Slovaquie.

 

IMG-0736.jpg 

 

Inauguration de la plaque commémorant le 50ème Anniversaire de la Brigade. Jean Boyer prononce son allocution (à droite, le général d’Armée Alain de Boissieu, Grand Croix de la Légion d’Honneur, Chancelier de l'Ordre de la Libération).

 

« Je ne suis pas militaire de carrière. En 1939, j’ai 17 ans. Je suis jeune fonctionnaire aux PTT. Mobilisé le 2 septembre 1939, je suis requis civil dans la Poste aux Armées. Juin 1940 : je rejoins en vélo mon service, qui s’est replié sur Moissac. De passage à Aubusson, j’entends le discours du maréchal Pétain. Je suis effondré. C’est la débâcle de notre armée. Après quelques temps, je suis renvoyé dans mes foyers, à Clermont Ferrand. On me parle du général de Gaulle : il me semble être l’homme de la situation. Arrive le temps des Chantiers de Jeunesse en 1942. Je pars contre mon gré pour Lapleau, près d’Ussel, en Corrèze. J’en suis libéré en juin 1943. N’ayant pas le temps de rentrer chez moi, je suis envoyé en Autriche, à Brunn, au titre du Service du Travail Obligatoire.

 

Juillet 1944 : l’usine d’aéronautique au sein de laquelle nous travaillons, est régulièrement bombardée par les Alliés. Les autorités du Reich décident de nous transférer pour partie en Allemagne, près de Berlin, pour partie en Slovaquie. Je prends cette option. La Slovaquie n'est pas occupée et, là-bas, je pourrai sans doute m’évader. Mais n’étant pas inscrit sur les listes pour Dubnica, je suis refoulé. Après quelques péripéties, je parviens à me faufiler dans un nouveau convoi pour ce pays. Nous sommes maintenant installés dans l’usine slovaque.

 

Avec quelques camarades, nous savons que des poches de résistance existent dans les montagnes toutes proches et que des prisonniers de guerre français, arrivant de Hongrie, sont en contact avec elles. A plusieurs, nous réussissons rapidement à nous sauver de l’usine et nous rejoignons le maquis. Les contacts sont relativement aisés. Nous sommes bien accueillis par la population, qui n’en peut plus du régime pro-allemand et dictatorial du prêtre Tiso. De plus, un bon nombre de slovaques ont passé, dans leur jeunesse, du temps à Paris. Ils n’ont pas oublié la langue. Là, je fais également la connaissance des lieutenants français Poupet et Georges de Lannurien. Ce dernier, conseillé par la Résistance slovaque, rencontre le colonel russe Velicko, parachuté par l’Armée Rouge pour organiser l’insurrection. L’officier soviétique commande la Brigade Stefanik, du nom de ce général français d'origine slovaque, spécialiste de l’aéronautique et venu parfaire sa formation en France (sa statue se trouve dans les jardins de l’Observatoire de Meudon). Après des débuts hésitants, les deux hommes vont s’entendre. Bientôt, Lannurien est nommé capitaine et commande la compagnie des Français. Celle-ci s’intègre aux éléments russes – évadés et parachutistes – et slovaques.

 

Le 25 août 1944, les partisans russes de la Brigade interceptent un convoi allemand. Trente dignitaires nazis sont arrêtés et fusillés. Hitler décide d’envahir immédiatement la Slovaquie. Sept divisions (quatre de la Wehrmacht et trois des SS) entrent dans le pays. Notre but consiste à ralentir autant que possible l’avancée ennemie, pour permettre à l’Armée Rouge d’atteindre la Slovaquie par l’Est. Mais nous n’avons que trop peu d’équipements : trois camions, des fusils, quelques lanceurs de mines. Face à des chars Tiger, que pouvions-nous faire ? En deux mois et demi, les combats ne cesseront pas. Un grand nombre de camarades meurt les armes à la main. Fin octobre 1944, les Allemands ont pris tout le territoire. Nos compagnons slovaques retournent dans leurs familles et arrivent, tant bien que mal, à se fondre dans la population. Quant à nous, nous nous réfugions dans les montagnes.

 

Un matin, je quitte notre camp retranché. Il s’agit de retrouver un dépôt de l’Armée slovaque et d’y récupérer des armes et des médicaments. Tout à coup, mon compagnon de chemin, un slovaque, entend un bruit sur la droite. Des hommes parlent. Ils sont à quelques mètres. Nous distinguons parfaitement leur discussion. « Ce sont des Russes » me dit-il. Il se lève et fait signe. En fait d’amis, il s’agit d’un groupe d’Ukrainiens enrôlés dans les troupes SS ! Nous voilà prisonniers. Les hommes nous emmènent dans la ville d’Hronec puis nous enferment dans la prison. Là, nous voyons plusieurs familles. Certainement des juifs ashkénazes. Je passe devant le capitaine SS. « Tu es un terroriste. Tu as pris les armes contre nous. Demain, à cinq heures, tu seras fusillé. Tu peux me donner tes chaussures de montagne : demain matin, elles ne te serviront à rien.

 

Il fallait croire que Dieu était avec nous. Dans la nuit, un paysan slovaque vient à la prison. Il apporte un seau de soupe et obtient l’autorisation de nous en donner. Il me reconnaît. Oui, je suis bien ce jeune Français rencontré dans la montagne quelques semaines plus tôt. L’homme nous demande, mon camarade et moi, de ne pas bouger. Dans quelques minutes il reviendra avec de la gnole et, pendant que les gardes boiront de l’alcool, il nous fera signe pour nous échapper. Quelques minutes d’un espoir fou. Et le plan se déroule parfaitement. Nous nous sauvons. Aussi rapidement que peuvent nous porter nos jambes, nous courrons nous réfugier dans une ferme indiquée par le paysan. Nous enfilons de vieux vêtements, histoire de passer pour de pauvres bougres. Le but étant bien entendu de retrouver au plus vite la montagne et le campement de nos combattants. Nous reprenons la route. A un passage à niveau, fermé car le train arrive, nous voilà en présence d’un officier SS, accompagné d’un berger allemand. L’animal ne sent pas la peur qui nous envahit. Les barrières se lèvent ; l’officier poursuit son chemin sans même nous jeter un regard. Dieu est encore avec nous.

 

Nous finissons par retrouver les Français. Quelques jours plus tard, nous apprenons que tous les prisonniers que nous avons côtoyés à Hronec ont été fusillés, en guise de représailles. Même les enfants ont été passés par les armes. Notre campement ne sera pas découvert et nous y resterons jusqu’en février 1945. Un jour, les Russes nous confient le pilote d’un avion américain abattu au dessus des montagnes. Après avoir difficilement rejoint le front russe, nous décidons de remettre le soldat à une mission qui se trouve dans l’Est de la Hongrie. Cela facilitera, pensons-nous, notre retour en France. De fait, les Autorités américaines proposent de nous renvoyer immédiatement dans notre chère patrie. Et pourtant… Pourtant, nous devons encore traverser des épreuves. Là, ce sont des Russes qui s’opposent à la demande US. Ils  nous enferment dans un camp. Ailleurs, ce sont d’autres Russes qui nous accueillent avec gentillesse et nous promettent d’accélérer notre retour. Finalement, nous arrivons à Bucarest. Nous obtenons le droit de prendre un train pour Odessa (j’ai le souvenir d’avoir effectué la majeure partie du trajet sur le toit d’un wagon, tant il y avait de réfugiés). A Berlin, la capitulation allemande est signée depuis quatre jours. Au port, encore des tracasseries administratives, une attente interminable. Finalement, nous embarquons. Enfin, la France ! Notre débarquement a lieu dans le port de Marseille en juillet 1945. Je vais pouvoir revoir les miens… quittés trois ans plus tôt ! »

 

Il existe à Paris, sur la place Stefanik, une plaque, inaugurée en 1994 pour le 50ème anniversaire du soulèvement des Français de Slovaquie, sur laquelle sont inscrits les mots suivants : « En 1944-1945, 147 évadés de guerre et 55 évadés du STO formèrent sous le commandement du capitaine de Lannurien, une compagnie de l’armée française qui fut intégrée dans la brigade de partisans « général Stefanik » en Slovaquie. Cette compagnie participa aux côtés de l’armée slovaque insurgée et de partisans russes à la lutte contre les nazis dans les Carpates. Elle eut 56 tués et 45 blessés. Elle fut citée à l’ordre de l’armée par le général de gaulle en décembre 44, lors de son passage à Moscou ».

 

Voir les commentaires

Publié le 25 Juillet 2007

Au début du mois de juillet 2007, le Souvenir Français a rencontré Monsieur R. C., isséen de souche, Ancien Combattant Volontaire, qui, par pudeur et par modestie, a souhaité que son nom ne soit pas mentionné.

« Pour moi, l’engagement était naturel. De métier, j’étais mouleur – fondeur. En 1944, je rentre dans les FFI (Forces Françaises de l’Intérieur). On nous faisait coucher dans le sous-sol de l’école Paul Bert. En septembre 1944, nous sommes regroupés au Petit Séminaire d’Issy, et nous devenons des Francs Tireurs Partisans (FTP). Je signe, comme tous mes camarades, un engagement pour la « durée de la guerre ». Je suis alors affecté à l’Etat-major et je deviens orienteur au 32ème régiment d’Artillerie Divisionnaire. Mon nouveau métier consiste à participer au déminage de zones et ensuite à calculer nos positions – nous faisons ce que nous appelons un cheminement calculé – dans le but de mettre en place des tripodes pour donner des coordonnées - longitudes et latitudes - qui permettront à l’artillerie de maximiser ses tirs. De plus, je donnais des coups de main aux observateurs ; ces missions consistaient à s’infiltrer, de préférence la nuit, dans les lignes ennemies. C’est dans ce contexte, que nous avons débarqué sur l’île d’Oléron, dans le cadre de l’Opération Jupiter ».

Les îles de Ré et d’Oléron, comme toute la côte, sont rapidement occupées par les Allemands, dès 1940. La Wehrmacht bâtit ce qui deviendra le Mur de l’Atlantique : 1.000 blockhaus, 1.300 pièces d’artillerie, des mines partout, sur les plages, les chemins, les prairies environnantes et un rideau de barbelés réputé infranchissable. En 1944, alors que l’avance des Alliés est réelle, au-delà de la Normandie, Hitler donne l’ordre aux secteurs fortifiés de la côte de résister. Ainsi, et jusqu’à la fin de la guerre, subsisteront des poches de résistance allemande à Dunkerque, Lorient, Saint-Nazaire et tout le secteur de La Rochelle (englobant les îles et Royan). La Résistance française n’est pas inactive et fournit des renseignements qui seront capitaux aux troupes de l’Opération Jupiter d’avril 1945.

 

« Avant le débarquement, les artilleurs ont pilonné les fortifications allemandes des îles, grâce aux renseignements que mes camarades et moi donnions. D’ailleurs, nous avions vu juste parce, entre les canons et les ouvrages ennemis, il y avait plusieurs kilomètres, et nous avons mis dans le mille ! J’étais d’ailleurs meilleur pour cela que pour le combat : dans la barge qui nous emmenait sur Oléron, il y avait tellement de vagues que mon fusil est passé par-dessus bord ! ».

 

A la fin, en mai 1945, après des combats parfois d’une grande intensité, les négociateurs de l’Opération Jupiter, dont le capitaine de frégate Meyer, obtiennent la reddition des îles, comme de toute la « poche de Royan ».

 


« A la suite de cette opération, j’ai fait quelques temps de classe à Saint-Loup sur Thouré puis, au sein de la 1ère Armée, Rhin et Danube – chère à de Lattre de Tassigny – je suis envoyé en Allemagne pour participer au déminage et à la destruction des bunkers de la ligne Siegfried. Plus d’une fois nos gars ont laissé leur vie dans des champs de mines. Je me souviens en particulier de mon lieutenant, Bonnet, qui est mort alors qu’il transportait des explosifs et des bouteilles d’oxygène dans sa chenillette. Le feu a pris dans le moteur et l’explosion a été terrible. Après, j’ai fait l’Ecole des Sous-officiers, en Allemagne, jusqu’en septembre 1945. J’ai même participé sur les Champs-Elysées au premier défilé de la Victoire. Puis, pour un certain nombre de raisons personnelles, et parce que j’avais déjà vu pas mal d’horreurs, j’ai quitté l’armée, je suis redevenu un civil et je suis entré chez Renault à Boulogne-Billancourt. Et j’ai oublié ce que j’avais fait ; je n’ai, par contre, j’avais effacé de ma mémoire les images des camarades, leur courage, et parfois leur vie sacrifiée ».

 

Voir les commentaires

Publié le 25 Juillet 2007

Le 21 octobre prochain, à 16h30, en la cathédrale Saint-Louis des Invalides, se déroulera le concert au profit du Souvenir Français. Organisé par le Comité local de Fontenay-aux-Roses (dont la Présidente est Françoise BELIN), le Gloria de Poulenc et la Messa di Gloria de Puccini seront donnés par les Choeurs de Paris et l'orchestre l'Odysée Symphonique. Pour obtenir des places, il convient de prendre contact avec les Choeurs de Paris (ou Mme BELIN) au 0146 60 67 89, 9, rue Alexandre Fleming 92260 Fontenay-aux-Roses. Le prix des places est de 25 € pour la première catégorie et de 20 € pour la seconde. Inscrivez-vous vite !




Voir les commentaires

Publié le 17 Juillet 2007

Juin 2007. Nous rencontrons le docteur Renée Boutet de Monvel, d’Issy-les-Moulineaux, médecin-gynécologue et qui a créé en 1962 le premier centre médical du Planning Familial en France. Nous nous asseyons à sa table. Les Métamorphoses de Richard Strauss – écrites en pleine tragédie allemande, au début de 1945 – nous accompagnent.

 

« Mai 1944. Les bombardements se multiplient sur Reims où nous habitons. Nous descendons fréquemment dans un abri souterrain bien précaire, creusé au fond du jardin de l’immeuble. Notre fils, Louis, âgé de 3 ans, y est chaque fois terrifié.

 

Mon mari et moi décidons que je parte avec nos deux enfants (3 ans et 16 mois) et avec ma sœur, Tita, pour nous installer provisoirement à Paris, dans un petit appartement loué par mes parents, rue de l’Université. Nous y serons, pensons-nous, à l’abri de tout bombardement. L’idée est d’y attendre qu’un oncle qui peut avoir de l’essence grâce à l’usine de goudron Lassailly, d’Issy-les-Moulineaux, fondée par son père et dont il est l’un des sous-directeurs, puisse nous faire conduire en voiture à Combleux, près d’Orléans, dans la propriété de ma grand-mère maternelle, en pleine campagne. Mon mari reste à Reims jusqu’à la fin de l’année scolaire, y étant professeur de lettres. Il nous rejoindra, un mois plus tard, faisant près de 200 kilomètres en bicyclette.

 

Nous logeons donc rue de l’Université. Un après-midi : coup de sonnette ! C’est Michel Bourgeois, 22 ans, ami aimé comme un frère, ayant été pensionnaire dans ma famille pendant plusieurs années, parce que nerveux et fragile. Il nous fait signe de ne pas faire de bruit et nous demande si nous voulons bien le recevoir une dizaine de jours. « Oui, bien sûr ». Il s’installe et se met de suite au travail. Sur un drôle de petite machine, il tape sans discontinuer quelque chose en morse. Il finit par nous dire que c’est pour Londres, des renseignements sur les endroits, en Normandie, où des parachutistes ou des avions pourraient atterrir. Après une semaine, il nous dit qu’il a terminé sa tâche et repart. Nous saurons plus tard qu’il a été arrêté en juillet 1944 et déporté à Bergen-Belsen. Nous ne le reverrons qu’à la fin de l’année 1945, venu nous voir à Bellevue (Meudon), squelettique mais ayant survécu à sa détention d’une année.

 

Nous, ma sœur Tita et les deux enfants, avons enfin la chance d’être emmenés en voiture à Combleux. Nous ne nous sommes pas très bien rendu compte de ce qu’il avait fait, qui a sans doute beaucoup servi.

 

A Combleux, règne un calme relatif. Je subis l’indignation d’une vieille tante au vu de ma 3ème grossesse. Nous participons au « goûter des mères » à la mairie car le ravitaillement est précaire. De nombreux réfugiés sont présents. Ma grand-mère en recueille un grand nombre, presque une quarantaine. Une sorte de vie communautaire s’installe dans cette maison familiale. Nous passons quelques nuits dans la cave car, début septembre 1944, il y a encore des bombardements sur Orléans et sa région. Nous voyons les Allemands, affolés, refluer. L’un d’eux entre dans la maison à la recherche de je ne sais quoi. Nous voilà nez-à-nez ; je pense qu’il a autant peur que moi et il s’enfuit sans demander son reste. Puis c’est l’arrivée des Américains, en jeeps, avec cigarettes et chocolat à profusion. Nous retournons en octobre 1944 à Reims. Nous y avons à nouveau des inquiétudes car, paraît-il, les Allemands ont lancé une contre-offensive et seront bientôt à Laon. Cette frayeur ne sera que passagère. Et au milieu de cela, mon fils, Olivier, naît le 13 décembre ».

 

Après la guerre, métamorphosé par son expérience des camps de concentration, Michel Bourgeois devient prêtre (« Grâce à l’homme, je n’ai pas manqué Dieu ») ; après un long séjour dans le nord, à Denain puis à Valenciennes, pendant 23 ans il est aumônier auprès des marins-pêcheurs de Saint-Vaast-la-Hougue, dans la Manche. En octobre 2001, se confiant au journal La Croix, il disait ceci : « L’arrivée au camp était une plongée si radicalement « hors de toute référence connue » que l’entendement ne pouvait ni suivre ni digérer. Durant quatre mois, je suis demeuré en état de choc, sans pouvoir nommer ce que je vivais ».

 

 

Juin 2007. Nous rencontrons le docteur Renée Boutet de Monvel, d’Issy-les-Moulineaux, médecin-gynécologue et qui a créé en 1962 le premier centre médical du Planning Familial en France. Nous nous asseyons à sa table. Les Métamorphoses de Richard Strauss – écrites en pleine tragédie allemande, au début de 1945 – nous accompagnent.

 

 « Mai 1944. Les bombardements se multiplient sur Reims où nous habitons. Nous descendons fréquemment dans un abri souterrain bien précaire, creusé au fond du jardin de l’immeuble. Notre fils, Louis, âgé de 3 ans, y est chaque fois terrifié.

 

Mon mari et moi décidons que je parte avec nos deux enfants (3 ans et 16 mois) et avec ma sœur, Tita, pour nous installer provisoirement à Paris, dans un petit appartement loué par mes parents, rue de l’Université. Nous y serons, pensons-nous, à l’abri de tout bombardement. L’idée est d’y attendre qu’un oncle qui peut avoir de l’essence grâce à l’usine de goudron Lassailly, d’Issy-les-Moulineaux, fondée par son père et dont il est l’un des sous-directeurs, puisse nous faire conduire en voiture à Combleux, près d’Orléans, dans la propriété de ma grand-mère maternelle, en pleine campagne. Mon mari reste à Reims jusqu’à la fin de l’année scolaire, y étant professeur de lettres. Il nous rejoindra, un mois plus tard, faisant près de 200 kilomètres en bicyclette.

 

Nous logeons donc rue de l’Université. Un après-midi : coup de sonnette ! C’est Michel Bourgeois, 22 ans, ami aimé comme un frère, ayant été pensionnaire dans ma famille pendant plusieurs années, parce que nerveux et fragile. Il nous fait signe de ne pas faire de bruit et nous demande si nous voulons bien le recevoir une dizaine de jours. « Oui, bien sûr ». Il s’installe et se met de suite au travail. Sur un drôle de petite machine, il tape sans discontinuer quelque chose en morse. Il finit par nous dire que c’est pour Londres, des renseignements sur les endroits, en Normandie, où des parachutistes ou des avions pourraient atterrir. Après une semaine, il nous dit qu’il a terminé sa tâche et repart. Nous saurons plus tard qu’il a été arrêté en juillet 1944 et déporté à Bergen-Belsen. Nous ne le reverrons qu’à la fin de l’année 1945, venu nous voir à Bellevue (Meudon), squelettique mais ayant survécu à sa détention d’une année.

 

Nous, ma sœur Tita et les deux enfants, avons enfin la chance d’être emmenés en voiture à Combleux. Nous ne nous sommes pas très bien rendu compte de ce qu’il avait fait, qui a sans doute beaucoup servi.

 

A Combleux, règne un calme relatif. Je subis l’indignation d’une vieille tante au vu de ma 3ème grossesse. Nous participons au « goûter des mères » à la mairie car le ravitaillement est précaire. De nombreux réfugiés sont présents. Ma grand-mère en recueille un grand nombre, presque une quarantaine. Une sorte de vie communautaire s’installe dans cette maison familiale. Nous passons quelques nuits dans la cave car, début septembre 1944, il y a encore des bombardements sur Orléans et sa région. Nous voyons les Allemands, affolés, refluer. L’un d’eux entre dans la maison à la recherche de je ne sais quoi. Nous voilà nez-à-nez ; je pense qu’il a autant peur que moi et il s’enfuit sans demander son reste. Puis c’est l’arrivée des Américains, en jeeps, avec cigarettes et chocolat à profusion. Nous retournons en octobre 1944 à Reims. Nous y avons à nouveau des inquiétudes car, paraît-il, les Allemands ont lancé une contre-offensive et seront bientôt à Laon. Cette frayeur ne sera que passagère. Et au milieu de cela, mon fils, Olivier, naît le 13 décembre ».

 

Après la guerre, métamorphosé par son expérience des camps de concentration, Michel Bourgeois devient prêtre (« Grâce à l’homme, je n’ai pas manqué Dieu ») ; après un long séjour dans le nord, à Denain puis à Valenciennes, pendant 23 ans il est aumônier auprès des marins-pêcheurs de Saint-Vaast-la-Hougue, dans la Manche. En octobre 2001, se confiant au journal La Croix, il disait ceci : « L’arrivée au camp était une plongée si radicalement « hors de toute référence connue » que l’entendement ne pouvait ni suivre ni digérer. Durant quatre mois, je suis demeuré en état de choc, sans pouvoir nommer ce que je vivais ».

 

 

Lire la suite

Publié le 3 Juillet 2007

L’une des missions du Souvenir Français consiste en la transmission aux générations successives des valeurs de la République. Celles incarnées par les hommes et les femmes qui ont eu le courage et l’audace de refuser l’avilissement face à l’emprise nazie en 1940 sont essentielles et il convient de ne jamais l’oublier.

Le Comité d’Issy-les-Moulineaux est particulièrement fier de consacrer son premier portrait à Madeleine Vincent, qui fut l’une de ces Résistantes qui force respect et admiration.
 

madelen.jpg

 

Madeleine Vincent est née en 1920 à Asnières, dans un milieu modeste, une famille d’ouvriers, d’employés et de journaliers agricoles, marquée par les malheurs de la Première Guerre mondiale. A 16 ans, elle adhère à la Jeunesse Communiste puis à l’Union des Jeunes Filles de France, nouvellement créée par Danielle Casanova, militante communiste et résistante elle-aussi, qui paiera cet engagement par sa déportation – et sa mort – à Auschwitz.

En 1997, Madeleine Vincent rendait ainsi hommage à celle qui fut son amie : « On ne dira jamais assez ce que cette organisation a fait, sous la direction de Danielle Casanova, pour rassembler les jeunes filles, défendre leurs droits, organiser l’aide aux enfants d’Espagne, éclairer sur la montée du nazisme en Allemagne, éveiller et développer chez elles les sentiments démocratiques et patriotiques. Ce fut pour beaucoup dans ma détermination, dans celle de dizaines de milliers de jeunes filles. Les événements qui suivirent l’ont bien démontré ».

Mécanographe de profession, Madeleine Vincent poursuit son combat en adhérant l’année suivante, en 1937, au Parti communiste. Dès juillet 1940, elle entre dans la Résistance et prend en charge l’organisation de l’action en zone interdite, dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Elle prend les noms de « Paulette », « Josette » ou encore « Simone Lambert ».

Dénoncée, elle est arrêtée en gare de Douai le 9 janvier 1942. Emprisonnée à Loos, elle est ensuite transférée à Essen, puis à Kreuzbourg, Ravensbrück et Mauthausen. Avec un certain nombre de déportés, Madeleine Vincent se bat, autant qu’il est possible au milieu des soldats nazis et des Kameradenpolizeis (les fameux Kapos), pour refuser ou ralentir le travail industriel.

Libérée en 1945, Madeleine Vincent reprend son activité et devient secrétaire de l’Union de la Jeunesse Républicaine de France puis secrétaire nationale de l’Union des Jeunes Filles de France. En 1954, elle est nommée au Comité Central du Parti communiste français et est élue au Bureau politique de 1970 à 1990. Elle y occupe diverses responsabilités dont le secteur des femmes, où elle joue un rôle important auprès de Gisèle Moreau puis de Marie-George Buffet, puis celui des élections.

Madeleine Vincent est faite officier de la Légion d’Honneur et reçoit cette distinction à l’hôtel de ville d’Issy-les-Moulineaux, commune où elle réside depuis de nombreuses années, en compagnie de son époux, Guy Ducoloné, ancien député, ancien vice-président de l’Assemblée nationale, lui-même militant communiste et déporté à Buchenwald (Guy Ducoloné est présent sur l'album du 29 avril 2007 et intitulé "Journée de la Déporation)..

C’est dans cette même commune que le 22 novembre 2005 disparaît Madeleine Vincent, infatigable combattante des droits des femmes et de toutes les formes de barbarie.

Voir les commentaires

Publié le 13 Juin 2007

Témoignage sur le Vercors : Le malentendu permanent, par le colonel Richard MARILLIER.

Le 4 juin dernier, disparaissait le général Alain Le Ray, figure historique de la Résistance française. Le général fut le premier à s'être évadé de la forteresse de Colditz en 1941. Il entra en 1943 dans la résistance et devient le premier chef militaire du maquis du Vercors.

L’action du général Le Ray nous permet de rappeler ce que fut le maquis du Vercors. Le colonel Richard Marillier, commandeur de la Légion d'Honneur, résistant de la première heure sur ce plateau nous a fait l’amitié de nous donner son avis.


Drapeau-de-la-R--publique-du-Vercors.jpg

 

«Je n’ai pas connu le capitaine Le Ray dans le Vercors pour la simple raison que je n’y étais pas lorsqu’il y était et qu’il n’y était plus lorsque j’y suis arrivé. Je l’ai rencontré, pour la première fois, le 5 novembre 1944, à Grenoble, lors d’une prise d’armes où nous faisions partie, tous les deux, des huit résistants décorés par le général de Gaulle. Je l’ai revu, par la suite, sur le front des Alpes, puis, beaucoup plus tard, en Région parisienne lorsqu’il était général. Ces dernières années, je lui téléphonais de temps en temps et nous évoquions le Vercors. Il me disait que cela le réconfortait de m’entendre puisqu’il n’y voyait plus guère et ne pouvait plus communiquer par l’écriture. Huit jours avant sa mort, Roland Bechmann (Lescot dans le Vercors), gendre de Jean Prévost, me téléphonait pour me dire que le général Le Ray était dans un coma profond et que c’était la fin.

 

L’histoire du Vercors est, à la fois, simple dans sa conception et très compliquée dans sa réalisation. De quoi s’agissait-il ? Tout simplement de faire du massif – véritable forteresse naturelle – une terre d’accueil et de recueil pour des unités parachutistes en liaison avec un débarquement dans le midi. Cette idée, exprimée par Pierre Dalloz et Jean Prévost, mise en forme par Alain Le Ray, relayée par Yves Farge et défendue par le général Delestraint et Jean Moulin devant le général de Gaulle à Londres, fut entérinée en février 1943 sous le nom de Plan Montagnard. En conséquence, un Comité de Combat du Vercors fut créé et commença ce que j’appelle un malentendu permanent entre ceux qui espèrent et ceux qui attribuent. Non, vous ne recevrez pas de renforts aéroportés mais recueillerez un commando de parachutistes américains et nous vous demandons d’aménager deux pistes d’atterrissage pour gros porteurs. Oui, le Plan Montagnard est toujours valable ; pour preuve, le 14 juillet 1944, 72 forteresses de l’US Air Force nous larguent, en plein jour, de quoi armer 2.000 hommes.

En fait, il existait un décalage entre ce que le BCRA d’Alger prescrivait et les moyens nécessaires dont il ne disposait pas. De toute façon, le drame du Vercors commença avec l’arrestation du général Delestraint et de Jean Moulin, les seuls qui se seraient opposés au déclenchement du Plan dans de telles conditions. Le maquis du Vercors ne disposait, le 6 juin, ni des effectifs ni de l’armement nécessaires. La suite, on la connaît : 15.000 soldats allemands (chasseurs de montagnes, bataillons de Volontaires de l’Est (« Mongols »), artillerie divisionnaire, 240 aviateurs, des panzers divisions, des parachutistes) sont déployés et attaquent. La bataille dure 56 heures ; le bilan est éloquent : l’Histoire retiendra que 629 maquisards auxquels il convient d’ajouter 210 civils y perdront la vie, ce qui signifie, si l’on s’en réfère aux chiffres officiels de l’Association des Pionniers du Vercors, que plus de 3.000 combattants ont pu, soit survivre dans le maquis au milieu des Allemands, soit quitter ce même plateau par des issues de secours. L’Histoire retiendra aussi qu’environ 120 soldats de la Wehrmacht y ont été tués et que le lendemain de l’opération du Vercors le général allemand Karl Pfaum a été relevé de son commandement, le général Streicker le remplaçant à la tête de la Division 157, le 1er septembre 1944 ».


Le colonel Marillier a publié plusieurs livres sur le Vercors, aux Editions de l’Armançon : http://www.editions-armancon.fr/ . Par ailleurs, le colonel Marillier connaît bien Issy-les-Moulineaux  : en tant que Directeur Adjoint Délégué du Tour de France, entre 1981 et 1990, il présentait chaque années au PACI les itinéraires et les équipes.

Voir les commentaires