Publié le 21 Février 2016

Les Isséens tués à Verdun 2/2.

Juin 1916.

  • 4 juin : Georges Souchet, 2e classe au 101e RI (casernement à Saint-Cloud et Paris – en 1914, au moment de la retraite, le 101e reviendra jusqu’à Paris, à la porte de Pantin ; des soldats repartiront au front dans les fameux Taxis de la Marne). Né le 17 septembre 1895 à Paris. « Disparu au combat en date du 4 juin 1916. Date fixée par le Tribunal civil de la Seine en date du 6 mai 1921 ».
  • 15 juin : Joseph Cosmeur, soldat de 2e classe au 410e RI (régiment de réserve ayant le camp Coëtquidan pour lieu de rassemblement de réservistes bretons, normands et de l’est de la France). Né le 19 mars 1880 à Floutech dans les Côtes du Nord (Côtes d’Armor). « Mort des suites de ses blessures à l’hôpital temporaire de Revigny dans la Meuse.
  • 23 juin : Joseph Lanaud, soldat de 2e classe au 407e RI (régiment de réserve ayant pour lieu de regroupement le camp de Châlons à Cuperly dans la Marne). Né le 22 mars 1885 à Peintre dans le Jura. « Tué à l’ennemi à Vaux ».
  • 26 juin : Maurice Motto, soldat de 2e classe au 220e RI (venu du 11e RI). Né le 26 juin 1895 à Paris. A Verdun, en 20 jours, le régiment perd 820 hommes. « Tué à l’ennemi à Fleury (Meuse) ».

Juillet 1916.

  • 7 juillet : Paul Bailly, soldat de 2e classe au 407e RI (se reporter plus haut). Né le 25 septembre 1895 à Nevers dans la Nièvre. « Blessure de guerre à Fleury dans la Meuse ».
  • 11 juillet : Alexandre Trochon, soldat de 2e classe au 370e RI (ce régiment sera dissous après les mutineries de 1917). Né le 18 mai 1878 à Chartres. « Tué à l’ennemi au Bois de Vaux (Verdun) ».
  • 15 juillet : Marcel Boudet, soldat de 2e classe au 130e RI (casernement à Mayenne – en Champagne, en 1915, le régiment perd 1.500 hommes). Né le 7 avril 1897 à Sablé dans la Sarthe. « Mort sur le terrain à Douaumont dans la Meuse ».

Août 1916.

  • 4 août : Martial Chabiron, soldat de 2e classe au 96e RI (casernement à Béziers et Agde). Né le 1er mars 1889 à Ardilly. « Disparu à Thiaumont (Meuse) ».
  • 7 août : Marcel Boissy, soldat de 2e classe au 134e RI (13 citations – le régiment est anéanti en 1914 où il perd près de 3.000 hommes, et à nouveau en 1915 avec 1.200 hommes). Né le 17 mars 1896 à Paris. « Tué à l’ennemi à Fleury-devant-Douaumont ».
  • 15 août : Jacques Riviero, soldat de 2e classe au 134e RI (se reporter avant). Né le 27 février 1879 à Cannes. « Mort des suites de blessures de guerre à l’ambulance 4/54 de Landrecourt dans la Meuse ».
  • 18 août : François Jean, soldat de 2e classe au 143e RI (se reporter avant). Né le 12 mai 1893 à Alfortville dans le Val de Marne (département de la Seine à l’époque). « Tué à l’ennemi à Vaux Chapitre (Meuse) ».
  • 24 août : Albert Zolla, 2e canonnier conducteur au 105e régiment d’artillerie lourde. Né le 17 octobre 1897 à Paris. « Mort des suites de blessures de guerre à l’ambulance 3/5 de Froides (Meuse) ».
  • 25 août : Alfred Crouet, soldat de 2e classe au 80e RI (casernement à Narbonne). Né le 9 décembre 1897. « Tué à l’ennemi à Fleury (Meuse) ».

Septembre 1916.

  • 5 septembre : Joseph Steiner, soldat de 2e classe au 24e régiment d’infanterie territoriale (casernement au Havre). Né le 1er janvier 1875 à Dabo en Alsace-Lorraine. « Disparu au tunnel de Tavannes – Tué à l’ennemi ». La tragédie du tunnel de Tavannes a fait l’objet d’un article sur ce site.
  • 7 septembre : Augustin Blanc, sous-lieutenant au 346e RI (régiment de réserve du 146 avec Toul pour lieu de regroupement). Né le 23 mai 1881 au Puy-en-Velay en Haute-Loire. « Mort de blessures de guerre à la Ferme de Maujouy dans la Meuse ».
  • 12 septembre : Camille Haurigot, soldat de 2e classe au 104e RI (le 104 était l’un des régiments de Paris – il participa à l’épisode des taxis de la Marne). Né le 2 janvier 1895 à Meudon. « Tué par éclats de grenades à Fleury-Thiaumont. Tué à l’ennemi ».

Octobre 1916.

  • 6 octobre : Edouard Ablin, soldat de 2e classe au 507e RI. Né le 27 juin 1888 à Paris. « Tué à l’ennemi à Vaux Chapitre (Meuse) ».
  • 26 octobre : Jean Henry, sergent au 4e régiment de zouaves (régiment de Tunis et Bizerte). Né le 19 février 1890 à Issy. « Tué à l’ennemi à Douaumont (Meuse) ».

Novembre 1916.

  • 8 novembre : Paul Petitpa, caporal au 4e RI (régiment ayant pour casernement la ville d’Auxerre). Né le 7 février 1882 à Paris. « Tué à l’ennemi à Vaux (Meuse) ».
  • 17 novembre : Léonide Wallerand, aspirant au 8e régiment de tirailleurs de marche (régiment décimé et reconstitué à cinq reprises – 5 citations à l’ordre de l’armée). Né le 12 septembre 1896 à Denain (Nord). « Tué à l’ennemi à Douaumont ».

Décembre 1916.

  • 5 décembre : Louis Delcorde, soldat de 2e classe au 246e RI (régiment de réserve avec Paris pour lieu de regroupement). Né le 10 décembre 1876 à Paris. « Tué à l’ennemi à Esnes (Meuse) ».
  • 11 décembre : Albert Guitton, caporal au 8e régiment de tirailleurs de marche (se reporter ci-avant). Né le 18 février 1889 à Tremblay en Ille-et-Vilaine. « Disparu à la Côte 318 (Meuse) ».
  • 15 décembre : Henri Guinet, sous-lieutenant au 2e régiment de tirailleurs de marche (régiment établi en Algérie – 7 citations dont une reçue pour ses combats à Verdun tout au long de l’année 1916). Né le 1er 1889 à Chaville dans le département de Seine-et-Oise (aujourd’hui Hauts-de-Seine). « Tué à l’ennemi à Douaumont ».

Sources :

  • Analyse du Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux.
  • Site Internet : « Mémoire de hommes » du Service historique de la Défense.
  • Les photographies viennent des archives de l’ECPAD.
  • Site Chtimiste – www.chtimiste.com
  • Archives de la Grande Guerre.
  • Inventaire sommaire des archives de la Guerre, de J. Nicot et J.C. Devos, 1975.
Les Isséens tués à Verdun 2/2.

Voir les commentaires

Publié le 21 Février 2016

Les Isséens tués à Verdun - 1/2

Terribles statistiques.

En 1914, la population française est d’environ 39,5 millions d’habitants. Près de 8.000.000 d’hommes seront mobilisés entre 1914 et 1918 dont 565.000 environ sont originaires des colonies. A la fin de la guerre, la France compte près de 1.400.000 tués et 4.300.000 blessés (coloniaux compris).

Le Comité du Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux a étudié le monument aux morts de la ville, place Bonaventure Leca. Celui-ci compte 860 noms d’Isséens morts pendant la Première Guerre mondiale. Ce nombre est à rapprocher avec la population locale de l’époque qui oscillait entre 22.000 et 23.000 habitants. Si l’on répartit celle-ci entre 50 % de femmes et 50 % d’hommes, et que l’on retire tous les jeunes garçons et les plus de 40 ans (législation de l’époque – plus tard les soldats de la territoriale seront appelés aussi et certains auront jusqu’à 50 ans), 860 morts devient un nombre terrifiant en rapport d’une population masculine mobilisable de peut-être 5.000 à 6.000 hommes !

Si l’on continue cette comparaison – sans aucune vérité scientifique – alors on peut appliquer les statistiques nationales à la population locale : 860 morts, cela implique environ plus de 2.500 blessés pour la commune. Soit, peut-être, 50% des appelés !

Tous ne sont pas morts à Verdun. Mais Verdun fut la plus terrible des batailles de la Première Guerre mondiale (se reporter à l’article qui vient d’être publié sur ce site). Pour illustrer ce qui a été indiqué, voici une partie de la liste des Isséens (donc ceux qui habitaient la commune au moment de leur incorporation) qui sont morts pendant cette bataille de Verdun, soit du 21 février 1916 à décembre de la même année, en ordre chronologique. Liste non exhaustive, car il convient d’indiquer que notre Comité du Souvenir Français a pu étudier 604 fiches individuelles sur 860 tués, soit environ 70%

Février 1916.

  • 22 février : Juste Bezet, soldat de 2e classe au 233e régiment d’infanterie (RI – casernement à Arras dans le Pas-de-Calais). Né le 18 mai 1880 dans le Pas-de-Calais. « Tué à l’ennemi ».
  • 23 février : Félix Favelot, soldat de 2e classe au 327e RI (casernement à Valenciennes dans le Nord). Né le 14 septembre 1879 à Paris. « Tué à l’ennemi au bois de Wavrille (Meuse) ».
  • 28 février : Marie-Jules Valtin, soldat de 2e classe au 44e régiment territorial d’infanterie (casernement à Verdun – le régiment sera dissous en mars 1918). Né le 24 novembre 1872 dans le département de Meurthe-et-Moselle. « Mort des suites de ses blessures à l’ambulance 3/5 de Clermont-en-Argonnes ».
  • 29 février : Auguste Barbé, soldat de 2e classe au 303e RI (casernement à Alençon – régiment de réserve du 103e – en octobre 1915, plusieurs explosions de mines ensevelissent près de 200 hommes). Né le 28 août 1886 à Grazay en Mayenne. « Tué à l’ennemi ».

Mars 1916.

  • 3 mars : Gustave Reisser dit Thomas, caporal au 22e régiment d’infanterie territoriale (casernement à Rouen). Né le 3 mars 1876 en Alsace-Lorraine (alors occupée par les Prussiens). « Tué à l’ennemi à Douaumont ».
  • 7 mars : Auguste Moutard, soldat de 2e classe au 34e régiment d’infanterie territoriale (casernement à Fontainebleau). Né le 18 octobre 1873 à Ris-Orangis. « Tué à l’ennemi dans les combats de Verdun ».
  • 10 mars : Marcel Laudé, soldat de 2e classe au 3e bataillon de chasseurs à pied (casernement à Saint-Dié). Né le 4 novembre 1889 à Crépy-en-Valois dans l’Oise. « Tué à l’ennemi au fort de Vaux ».
  • 13 mars : Adrien Patry, soldat de 2e classe au 16e bataillon de chasseurs à pied (casernement à Labry en Meurthe-et-Moselle – à l’automne 1915, seuls 150 hommes du régiment sont encore valides). Né le 16 octobre 1888 à Paris dans le 15e arrondissement. « Mort de blessures de guerre à l’ambulance 1/2 de Verdun ».
  • 14 mars : Achille Bicheray, soldat de 2e classe au 3e bataillon de chasseurs à pied (se reporter ci-avant). Né le 21 mai 1889 à Asnières. « Tué à l’ennemi ».
  • 16 mars : Alfred Maraldi, soldat de 2e classe au 154e RI (casernement à Lérouville dans La Meuse – fin 1916, quelques soldats en premières lignes tentent une approche de fraternisation avec des soldats allemands, séparés de seulement quelques mètres). Né le 26 août 1892 à Paris. « Tué au Mort-Homme à Verdun. Décès fixé disparu au combat par décision du 30 septembre 1920 ».
  • 23 mars : Alfred Lemaire, 2e canonnier servant à la 2e batterie du 45e régiment d’artillerie (casernement à Orléans). Né le 7 décembre 1893 à Vanves. « Décédé à l’hôpital de Sainte-Menehould des suites de blessures de guerre ».

Avril 1916.

  • 8 avril : Albert Gladines, soldat de 2e classe au 160e RI (casernement à Toul – en 1915 le régiment perd 1.000 hommes dans l’offensive en Artois). Né le 8 août 1888 à Paris. « Tué à l’ennemi ».
  • 8 avril : Charles Piesses, soldat de 2e classe au 24e RI (casernement à Paris et Fort d’Aubervilliers). Né le 26 décembre 1895 à Paris. « Tué à l’ennemi à Vaux ».
  • 9 avril : Robert Ribot, 2e classe au 32e RI (casernements à Tours et Châtellerault). Né le 2 septembre 1880 à Issy. « Tué à l’ennemi ».
  • 14 avril : Louis Delcey, 2e classe au 227e RI (casernement à Dijon – fin 1916, le régiment part faire la guerre en Orient). Né le 11 mai 1882 à Dôle dans le Jura. « Mort des suites de blessures, à Brocourt dans la Meuse ».
  • 18 avril : Gilbert Bourdelier, 2e classe au 287e RI (casernement à Saint-Quentin – régiment de réserve du 87e RI). Né le 3 août 1878 à Cossaye dans la Nièvre. « Tué à l’ennemi, au Mort-Homme dans la Meuse ».

Mai 1916.

  • 5 mai : Xavier Laforêt, 2e classe au 290e RI (régiment de réserve du 90e RI – casernement à Châteauroux – à Verdun le régiment perd 800 hommes). Né le 18 mai 1877 à Gelon dans le département de l’Indre. « Tué à l’ennemi à la Côte 304 dans la Meuse ».
  • 14 mai : Honoré Gralle, soldat de 2e classe au 2e RI (casernement à Granville dans la Manche). Né le 4 novembre 1879 à Saint-Servan en Ille-et-Vilaine. « Mort pour la France le 14 mai 1916, des suites de ses blessures à l’hôpital de Sainte-Menehould ».
  • 16 mai : Pierre Dugué, 2e classe au 354e RI (casernement à Bar-le-Duc – régiment de réserve du 154e RI). Né le 22 août 1885 à Vitry-sur-Seine. « Tué à l’ennemi à Verdun dans la Meuse ».
  • 22 mai : Jean Jetain, soldat de 2e classe au 151e RI (casernement à Verdun – en 1914, entre août et octobre, le régiment a plus de 1.500 tués). Né le 8 avril 1892 à Plestin-les-Grêves dans les Côtes du Nord (Côtes d’Armor). « Tué à l’ennemi au Mort-Homme dans la Meuse ».
  • 23 mai : Etienne Billard, 2e classe au 69e bataillon de chasseurs à pied (casernement à Epernay). Né le 20 septembre 1884 à Igornay en Saône-et-Loire. « Porté disparu dans les Carrières d’Houdromont à Verdun (Meuse) ».
Les Isséens tués à Verdun - 1/2

Voir les commentaires

Publié le 19 Février 2016

Un tranchée à Verdun - Copyright: Wikimedia.
Un tranchée à Verdun - Copyright: Wikimedia.

« La plus grande bataille du monde ».

On l’a surnommé ainsi. Peut-être. Mais il est certain qu’elle fut l’une des plus effroyables.

Ce ne sont pas seulement les morts qui donnent à Verdun sa place particulière dans l’histoire. Lancée en plein hiver, le 21 février 1916, Verdun fut l’offensive la plus longue de toute l’histoire de la Première Guerre mondiale et devint un symbole de la volonté de la France. La boucherie se poursuivit pendant dix longs mois. L’hiver céda la place au printemps, puis à l’été, puis à l’automne, et ce fut à nouveau l’hiver. Peut-être 150.000 soldats français tués et presque deux fois plus de blessés ; autant du côté allemand. Pourtant, à la fin, les lignes étaient à peu près au même endroit qu’au commencement.

L’architecte de cette bataille, l’homme qui avait promis que trois Français mourraient pour chaque Allemand, était le général Erich von Falkenhayn, commandant en chef de l’état-major. Cet aristocrate junker, avait pris la place de von Moltke, fin 1914, après la dépression de ce dernier à la suite de l’échec du Plan Schlieffen. Falkenhayn était relativement jeune pour ce poste : il n’avait que 53 ans au début de la guerre. Stricte et sévère, même pour un Prussien, il ne se confiait à personne, ce qui ne l’empêchait pas d’être un des favoris à la cour du Kaiser. Peut-être plus que tout autre général allemand, il était capable de discerner, au-delà des événements immédiats, la perspective à long terme du conflit. Il n’envisageait pas avec optimisme les chances de l’Allemagne.

A la Noël 1915, il présenta au Kaiser la meilleure stratégie selon lui pour que l’Allemagne remporte la victoire. D’après ses arguments : la France était « à bout de résistance ». La Russie ne valait guère mieux : « Ses forces offensives ont été écrasées au point qu’elle ne pourra jamais remettre sur pied quoi que ce soit qui ressemble à son ancienne puissance… Même si nous ne devons pas nous attendre à une révolution dans la grande tradition, nous sommes en droit de penser que les problèmes internes à la Russie la forceront à se rendre dans un délai assez bref. Mais une avancée sur le front oriental ne nous mènerait à rien ».

Poursuivant son raisonnement, il affirmait que le véritable danger venait de la Grande-Bretagne. Et s’il hésitait à attaquer un ennemi fort, il jugeait cependant indispensable de passer très vite à l’attaque, avant que l’Allemagne ne soit submergée par le blocus naval mis en place par la Grande-Bretagne et par les ressources humaines et matérielles des Alliés. Dans ce contexte, Falkenhayn se prononçait en faveur d’une offensive, l’une des rares que déclencherait le Reich pendant cette guerre : « Il ne reste que la France. Derrière le secteur français du front occidental, il existe, à notre portée, des objectifs pour la défense desquels l’état-major français sera obligé d’employer jusqu’à son dernier homme. Dans ce cas, les forces françaises seront saignées à blanc ! ».

Pourquoi Verdun ?

Verdun représentait quatre atouts majeurs pour les troupes du Reich : premièrement, c’était une ville proche de la ligne de front, en Lorraine. Le sentiment pro-français y était très fort. C’est à Verdun qu’eut lieu le partage de l’empire de Charlemagne, établissant les futures zones franques et germaniques. Une attaque sur Verdun entrainerait des régiments entiers à défendre ce symbole. Donc, aisés à pilonner par l’artillerie allemande car les unités d’attaques et de réserve étaient proches, a contrario des Flandres ou de la Picardie.

Deuxième point : Verdun représentait un nœud ferroviaire et un bassin industriel avec des usines de fabrication d’obus. Troisième élément : Verdun formait une sorte de saillant, entourés de positions allemandes et le terrain, mouvementé et séparé par la Meuse, ne se prêtant pas à une défense facile. Enfin, le Reich savait que le GQG (Grand Quartier Général) du général Joffre cherchait, lui, à faire la différence sur la Picardie. Et qu’il n’hésitait pas à retirer çà et là des batteries de canons pour les placer sur le front de la Somme. Le général Gallieni, gouverneur militaire de Paris, avait mis en garde le généralissime français : « Toute rupture du fait de l’ennemi dans ces conditions engagerait non seulement votre responsabilité, mais celle du gouvernement ».

Le 21 février 1916 au matin.

Le haut commandement français fut pris par surprise lorsqu’une offensive allemande massive fut lancée sur un front de 13 kilomètres le 21 février. On n’avait jamais rien vu de pareil. Le premier jour, un million d’obus avaient déjà été tirés.

Le bombardement le plus intense fut dirigé contre une position défensive clé en première ligne, qui devint zone de mort, le bois des Caures, sous le commandement du lieutenant-colonel Emile Driant. En temps de paix, cet officier de réserve était député d’une circonscription proche de Verdun. C’était aussi un écrivain militaire. Ironie du sort, huit ans auparavant, il avait écrit sous le pseudonyme « Danrit » un roman pour enfants où il décrivait sa mort sur un champ de bataille. Pendant la guerre, il avait été presque le seul à élever la voix pour prévenir de la concentration de matériels militaires allemands ; et personne n’avait tenu compte de ses remarques…

Après deux jours de bombardements, notamment aux gaz toxiques, les troupes allemandes mirent les lignes françaises à l’épreuve d’une arme nouvelle : le lance-flammes. Les rares survivants français émergèrent de leurs trous pour s’apercevoir qu’il ne restait plus de la forêt qui les avait entourés que quelques rares fagots et souches d’arbres. Les hommes de Driant résistèrent une journée, dirigeant le feu de moins en moins nourri de leurs mitrailleuses contre les Allemands qui ne cessaient d’avancer. Driant, qui dès la fin de la première journée de bombardements avait demandé à un prêtre de l’aider à « faire sa paix avec Dieu », prit le commandement du 59e bataillon d’infanterie légère et réussit à renforcer quelque unités qui tenaient toujours dans le bois des Caures. Le 22 février, vers 16 heures, il fut touché à la tête. Il s’écria « mon Dieu » et mourut, rejoignant ainsi la liste sans cesse plus longue des héros de légende français.

Le 24 février, la 37e division d’Afrique, formée de Marocains et d’Algériens jouissant d’une belle réputation de combattants, fut lancée dans la bataille. Le lendemain, les Allemands attaquèrent le fort de Douaumont. Cette gigantesque forteresse polygonale était l’élément clé de la ligne de défense française, mais n’abritait inexplicablement qu’une équipe de canonniers squelettique. Douaumont fut pris sans presque livrer bataille et sa capture suscita d’importantes célébrations en Allemagne.

L’enfer de Dante.

Ayant désespérément besoin de chefs, Joffre se tourna vers un commandant pour lequel il n’éprouvait aucune sympathie : Henri Philippe Pétain.

Lorsque Pétain arriva à Verdun il eut l’impression « d’entrer dans un asile de fous ! Tout le monde parlait et gesticulait en même temps ! » Agé de 60 ans, proche de la retraite au début de la guerre, Pétain se faisait un avocat loquace de la puissance de feu : « Le canon conquiert, l’infanterie occupe ! ». En cela, il s’opposait à de nombreux chefs de l’armée française. Mais c’est bien grâce à son insistance sur l’importance de coordonner le feu d’artillerie que Verdun resta aux mains des Français.

A la fin de février, l’offensive allemande s’enlisa pour une raison simple : malgré la taille stupéfiante des obus et des canons, le bombardement restait toujours en deçà de ce qu’aurait nécessité l’entreprise. Falkenhayn cherchait à continuer à aller de l’avant. Le 1er avril le Kaiser proclama publiquement que la guerre se terminerait à Verdun. Mais si l’artillerie allemande avait créé une zone de mort dans le périmètre bombardé, le terrain à l’extérieur grouillait d’artilleurs français. Et lorsque l’infanterie allemande avançait pour occuper le terrain dévasté par les obus de son armée, elle était cueillie par un féroce contre-feu. Ce fut la raison pour laquelle l’offensive se solda aussi par un bain de sang pour l’armée allemande.

Très vite, le secteur situé au nord de la ville devint un lieu de désolation. Un pilote qui le survola eut l’expression suivante : « je pénètre dans l’enfer de Dante ».

Le printemps venu, les combats semblaient avoir acquis une vie propre, peu soucieuse de stratégie favorable à un camp ou un autre. Il est difficile d’imaginer qu’une bataille puisse provoquer à elle seule un nombre total de victimes (morts et blessés) de près d’un million de soldats. Et il n’est pas moins difficile de concevoir comment les Français, qui subirent la moitié de ces pertes, résistèrent à ces bombardements jour après jour. Tout au long de la bataille, une quarantaine de millions d’obus d’artillerie furent tirés par les deux armées – soit près de 200 par soldat tué.

Une victoire à la Pyrrhus.

Bien avant la fin des combats, Verdun était déjà devenu une légende en France. En tant que lieu où s’exprima un courage impossible à imaginer, Verdun est unique. Mais en termes militaires, lorsqu’au bout de dix mois, la ligne de février 1916 fut rétablie, qu’y avait-on gagné ? Pour l’Allemagne, Verdun représente un échec. Falkenhayn avait certes saigné à blanc l’armée française, mais il n’avait pas pu éviter d’entraîner ses propres forces dans un enfer où l’Allemagne sortait au moins aussi affaiblie, sinon plus, que le France. Il fut remplacé en août 1916 au haut commandement par le maréchal Hindenburg, qui dirigea l’armée conjointement avec son premier quartier-maître général, Erich Ludendorff.

Pour la France, Verdun représente au mieux une victoire à la Pyrrhus. La ville, avec tout ce que cela représentait pour la France, avait tenu bon, mais les trois quarts de l’armée française avaient été envoyées à l’abattoir. La France poursuivrait le combat, mais, jusqu’à la fin de 1916, le poids de la contribution alliée au front occidental allait reposer sur les Britanniques, sur leur empire et sur les armées de civils qu’ils enverraient à la guerre.

Sources :

Ce texte a été repris pour parties de l’ouvrage de Jay Winter et Blaine Baggett.

  • 14-18, le grand bouleversement, Jay Winter & Blaine Baggett, Presses de la Cité, 1996.
  • Pétain, Marc Ferro, Fayard, 1987.
  • Foch, Jean Autin, Perrin, 1987 et 1998.
  • Les Poilus, Pierre Miquel, Plon, 2000.
  • 14-18 Mille Images Inédites, Pierre Miquel, Chêne, 1995.
  • Paroles de Poilus, collectif, Taillandier Historia, 1998.
  • L’album de la Grande guerre, Jean-Pierre Verney et Jérôme Pecnard, Les Arènes, 2004.
  • 1916 – Verdun et la Somme, Julina Thompson, Gründ, 2006.
  • Les clichés proviennent des archives de l’ECPAD.
Copyright ECPAD.

Copyright ECPAD.

Voir les commentaires

Publié le 13 Février 2016

Ateliers de chars à Issy-les-Moulineaux.
Ateliers de chars à Issy-les-Moulineaux.

Les usines Renault du quai Stalingrad.

Autant l’entreprise Renault avait œuvré pour l’effort de guerre au cours de la Première Guerre mondiale en développant puis fournissant des véhicules et notamment des chars qui donnaient satisfaction, autant dans les années 1930, Louis Renault est moins enclin à recommencer. Proche des Croix-de-Feu du colonel de la Rocque puis de la Cagoule, il déclare en 1935, à l’occasion d’une visite en Allemagne au chancelier Adolf Hitler : « Une guerre économique entre la France et l’Allemagne n’aurait d’avantages que pour l’Angleterre et l’Amérique » ; auparavant il avait indiqué : « On ne peut plus gagner d’argent qu’en fabriquant des véhicules de tourisme ».

De fait, dans ces années-là, Renault construit des chars en petites séries et qui ne donnent pas satisfaction : si le modèle FT de 1931 et le digne héritier des chars de 1918 et sa production est de plus de 1.500 engins, ce ne sera pas le cas du Renault D3 de 1932 puis de l’AMR de 1933 et de l’AMC de 1934.

Donc, prenant acte de cette situation, et face à la montée du péril allemand, le Gouvernement Front Populaire de Léon Blum nationalise les usines Renault d’Issy en 1936, qui sont alors spécialisés dans ce type d’armement.

Ces usines, situées quai de Stalingrad, se voient confier la mise au point et la construction de chars qui vont prendre le nom d’AMX : « A comme Ateliers » ; « MX comme MoulineauX ».

L’AMX 13.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1949, ces usines, qui ont vu passer les constructions des chars de 1914 et de 1940, mettent au point le prototype de l’AMX 13 qui va être fabriqué à Roanne dans une unité qui existe toujours et qui dépend maintenant de la société Nexter, descendante de ces temps-là.

La mise au point et l’expérimentation financées en grande partie par les Etats-Unis, durent jusqu’en 1955, année de sortie des premiers modèles de série des Ateliers de Roanne (ARE). A partir de 1964, Creusot-Loire, à Chalon-sur-Saône, remplace l’ARE et une troisième ligne de montage est ouverte aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à la Seyn-sur-Mer. La fabrication se termine en 1985.

Le canon de 75 mm dérive de celui des Panthers allemands : il est alimenté par deux barillets rotatifs d’une capacité de six obus. Ce système évite l’emploi d’un membre d’équipage pour charger les obus, mais une fois les douze projectiles tirés, le retour à l’arrière est nécessaire pour compléter les barillets. Le canon de 90 mm introduit en 1967 est également à barillets, la durée du rechargement complet allant de 1h à 1h30.

A partir de 1965, l’AMX 13 est équipé dans certains régiments de quatre missiles SS-11, deux de chaque côté. En opérations, l’Armée française le déploie durant la Guerre d’Algérie avec, en mars 1958, 114 AMX 13. L’Armée d’Israël l’emploie durant la crise du canal du Suez en 1956, la guerre des Six Jours de 1967 et la guerre de Kippour de 1973.

En France, au début des années 1980, environ 1.010 de ces chars sont en parc dans l’armée de Terre. Ils sont alors en cours de remplacement dans les régiments mécanisés par les AMX 30.

L’AMX 30.

En 1967, c’est au tour de l’AMX 30 d’être conçu à Issy-les-Moulineaux (ce sera d’ailleurs le dernier de la série à y être conçu).

L’AMX 30 est un assemblage d’acier coulé et corroyé. Sa tourelle est coulée d’une seule pièce. L’équipage se compose de quatre hommes. Le pilote est assis à l’avant gauche du châssis et les trois autres membres de l’équipage (le chef de char et le tireur à droite, le chargeur à gauche) sont installés dans la tourelle.

L’AMX 30 est mis en service à partir de 1967. Le premier régiment à en être équipé est le 503e régiment de chars de combat à Mourmelon, suivi du 501e à Rambouillet. Les régiments blindés des Forces Françaises en Allemagne sont équipés par les séries suivantes sorties des Ateliers de Roanne. L’ordre de bataille décidé en 1967 prévoit un régiment de chars AMX 30 pour chacune des quinze brigades des cinq divisions mécanisées alors en service. Au début des années 1980, environ 1.210 AMX 30 sont en ligne en compagnie de 1.010 AMX 13. Au 1er janvier 1989, un total de 1.258 chars AMX 30 est en service dans l’armée de Terre française.

L’armement principal du char est un canon Giat CN-105 F1 d’un calibre de 105 mm, opéré par le tireur ou le chef de char (qui a une commande prioritaire), et la télémétrie optique est opérée par le chef de char qui définit la cible, calcule la distance et transmet les informations verbalement au tireur. L’AMX 30 dispose en armement secondaire d’un canon automatique coaxial de 20 mm, en remplacement de la mitrailleuse de 12,7 mm d’origine, et armant également l’AMX 10. Celui-ci a pour particularité de pouvoir être pointé en site, indépendamment du canon principal, pour servir de DCA légère. Une mitrailleuse de 7,62 mm couplée à un projecteur (pouvant recevoir un filtre infrarouge pour la vision de nuit) est fixée sur le tourelleau et commandée depuis l’intérieur par le chef de char. Des lance-pots fumigènes disposés de part et d’autre de l’arrière de la tourelle complètent la défense rapprochée de l’engin blindé.

Comme d’autres blindés, il peut être équipé d’un schnorchel pour franchir les voies d’eau. Il est par la suite modernisé à plusieurs reprises puis finalement retiré en 1997, remplacé par le char Leclerc.

Désaffectation des usines.

En 1992, l’usine, désaffectée depuis plusieurs années, revit grâce à une association d’artistes qui s’installe sur cet espace en friche : 5.000 mètres carrés dans un immense hangar, dessiné par Gustave Eiffel, en bordure de Seine. Aujourd’hui, des immeubles de bureaux et d’habitations ont pris la place de ces ateliers qui avait fait, un temps, la gloire de la commune.

Sources :

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Issy d'antan

Publié le 31 Janvier 2016

Assemblée générale 2015.

Le dimanche 24 janvier 2016 s’est déroulée l’assemblée générale du Comité du Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux et Vanves.

Etaient présents :

  • Monsieur André Santini, député-maire, ancien ministre.
  • Monsieur Marie-Auguste Gouzel, maire honoraire et conseiller municipal en charge des affaires militaires.
  • Monsieur le lieutenant-colonel Claude Guy, Délégué général de l’association pour les Hauts-de-Seine.
  • Monsieur André Labour, ancien Délégué général, accompagné de son épouse Catherine.
  • Monsieur le général de corps aérien Michel Forget, Grand’Croix de la Légion d’honneur.
  • Monsieur Roger Fleury, président de l’UFAC et de la FNACA.
  • Monsieur Michel Rossignol, président de l’ACPG.
  • Monsieur Alexander Tesich, président des Veterans of Foreing Wars.
  • Monsieur André Rabartin, président de l’UNDIVG.
  • L’ensemble des adhérents du comité d’Issy.

Les présidents de l’UNC et des ACV avaient été excusés.

Après lecture du rapport financier et du rapport moral, après présentations des actions et des initiatives prises au cours de l’exercice écoulé (visite du carré militaire par les écoles, conférence du général Forget, quête du Souvenir Français, quêtes du Bleuet de France, études et analyses publiées sur ce site Internet…) des médailles ont été remises :

  • Médaille de Bronze pour l’aide-soignant Fabien Lavaud (hôpital militaire de Percy) et par ailleurs trésorier du comité.
  • Médaille d’argent pour Jacques Vignaud, ancien combattant, résistant à 17 ans et membre actif du comité depuis de très nombreuses années.

A la suite de l’assemblée générale, un déjeuner a rassemblé les participants au restaurant isséen l’Harissa.

Retrouvez les photographies (merci à Madame Florise Rignault) de cet événement. Les adhérents recevront un CR en bonne et due forme dans le courant du mois de février.

CDT (RC) Frédéric Rignault

Président du Comité

Délégué général adjoint.

Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.
Assemblée générale 2015.

Voir les commentaires

Publié le 24 Janvier 2016

Pierre-Marie Bérard.
Pierre-Marie Bérard.

Il y a quelques années, notre Comité, via un article de Thierry Gandolfo, avait rappelé la liste des victimes civiles des bombardements sur Issy-les-Moulineaux. Les bombardements furent nombreux puisque qu’on en signale le 3 juin 1940 ; les 3 mars et 30 mai en 1942 ; les 4 avril, 14 juillet, 24 août, 3 septembre et 15 septembre en 1943 ; les 24 juin et 25 juillet en 1944. Ils furent allemands, pour les premiers, puis par la suite alliés et notamment Anglais. Et près de 80 Isséens et Isséennes perdirent la vie.

Jean-Didier Bérard a lu cet article et nous a communiqué des informations sur son arrière-grand-père, Pierre-Marie Bérard.

Enfance en Savoie.

Pierre-Marie Bérard nait le 30 octobre 1855, en Savoie. Enfant de Charles Bérard et de Marie Finaz, il voit le jour dans la vallée de la Tarentaise, alors pays de peu avec des fermes souvent de tailles modestes qui ne permettent pas de faire vivre toute la famille.

Le salut est dans le départ, ce qui n’est pas toujours facile. Au milieu du 19e siècle, les habitants, considérés alors comme des « moins que rien », voient leur appellation devenir un mot péjoratif. Ainsi le Dictionnaire Universel indique : « Savoyard : homme sale, grossier et brutal ; on emploie le mot savoyard par mépris » (1834). Ce véritable exode est tel que des confréries naissent, la plus célèbre étant celle de Savoyards de l’Hôtel Drouot qui pendant près de 150 ans va s’occuper de la manutention des objets vendus aux enchères dans le célèbre hôtel parisien (on doit ici préciser le rôle de l’empereur Napoléon III qui fut à l’origine de cette confrérie particulière – la Savoie étant revenue dans le giron de la France en 1860).

Le salut passe aussi par le développement à la fin du 19e siècle d’unités industrielles liées aux activités d’extraction de matières premières, de manutention et de métallurgie et aux unités de production chimique.

Arrive pour Pierre-Marie le service militaire : apte, il porte le matricule 1625. Sous les armes à partir du 13 décembre 1877 au 24 septembre 1879, d’abord au 61e RI (Aix-en-Provence et Privas) puis au 83e (Clermont-Ferrand).

Pierre-Marie Bérard apprend le métier d’ouvrier bronzeur et se fait employer au gré des missions qu’il trouve.

Son arrière petit-fils, Jean-Didier Bérard indique : « Pierre-Marie travailla un temps chez son frère, chaufournier (conducteur du four à chaux dans la production de chaux vive), au moins jusqu’en 1890 ou 1895. Après il dut partir sur Paris, comme beaucoup d’ouvrier de la Tarentaise. Il devait avoir un lopin de terre mais bien insuffisant pour nourrir toute sa famille. C’était un de ces petits Savoyards, migrants saisonniers, qui acceptaient, durant l’hiver, les plus durs travaux qu’on leur offrait à Paris, Genève, Barcelone ou en Allemagne. Puis, Pierre-Marie dû certainement trouver une bonne place car il resta sur Paris ».

Le quartier Popincourt à Paris.

Pierre-Marie Bérard s’installe dans le quartier de Popincourt, dans le 11e arrondissement, non loin du boulevard Richard Lenoir. Ce quartier doit son nom à Jean de Popincourt, président du Parlement de Paris, qui fit construire un manoir à proximité en 1400.

Ce n’est pas par hasard. Les Savoyards ont établi leur quartier-général dans cette partie de Paris. Ils contrôlent tout et s’assurent de son bon fonctionnement au quotidien. Un modèle du genre : des responsables veillent à l’ordre et à la discipline, au respect de la loi, à la santé et au bien-être des migrants, souvent très jeunes. On y a le souci de l’épargne, tant et si bien que la plupart des « Savoisiens » ou « Savoyens » (comme ils s’appellent entre eux) finissent par rentrer au pays fortune faite. Ils peuvent ainsi doter, richement, l’église ou l’école.

Et comme Pierre-Marie sait travailler le bronze et sur des meubles et que le quartier est dévolu aux fabricants et aux marchands de meubles, alors…

Famille.

Le 23 juillet 1881, il épouse Marie Girod. Il a 25 ans, elle en a 18. De cette union naissent dix enfants sur la commune de Bellentre (Savoie, arrondissement d’Albertville) : Marie-Louise le 29 octobre 1881, Marie-Catherine le 26 mai 1884 (Bellentre), Philomène le 3 février 1886, Marie-Eugénie le 30 juillet 1887, Jean-François le 12 juin 1889, Marius le 16 octobre 1891, Rémi le 5 août 1893, Ludivine le 25 septembre 1894 et les jumelles Isabelle et Zoé le 4 septembre 1895.

De ces dix enfants, malheureusement plusieurs ne survivront pas : Marie-Eugénie meurt à Bellentre en 1901 à l’âge de 13 ans, Rémi et Ludivine décèdent tous deux à l’âge d’un mois, et les jumelles ne vivront que quelques jours.

Certains enfants restent sur la Savoie et d’autres suivent leur père ou l’exemple de leur père en migrant vers la Région parisienne ou ils s’établissent eux-aussi dans le 11e arrondissement. Plus tard, à la retraite, Marie-Louise s’installera au Kremlin-Bicêtre, Marie-Catherine à Paris, Philomène à Villeneuve Saint-Georges, Jean-François à Vigneux- sur-Seine. Mais avant, il s’agit de les marier ces enfants et toujours dans ce 11e arrondissement. Evénements heureux qui ne cachent les blessures des disparitions.

Qui ne cachent pas non plus la peur de perdre des enfants à la guerre : Jean-François Bérard s’illustre au cours de la Première Guerre mondiale. Il reçoit la Croix de guerre et est cité à l’Ordre du régiment avec obtention de la Médaille militaire.

En 1918, à l’âge de 55 ans, Marie Bérard rend son âme à Dieu et laisse son époux Pierre-Marie.

L’opération Paula.

Dans les années 1920, Pierre-Marie Bérard est admis dans une maison de retraite d’Issy-les-Moulineaux.

Le 1er septembre 1939, les troupes allemandes envahissent la Pologne, sans déclaration de guerre et après d’intenses bombardements. Comme prévu et après tant et tant de reculades, le Royaume-Uni et la France, alliés, déclarent la guerre à l’Allemagne le 3 septembre. Mais, adoptant une stratégie défensive, les alliés laissent Hitler, puis Staline, écraser l’armée polonaise. Les généraux de la Wehrmacht persuadent Adolf Hitler d’attendre le printemps pour lancer l’offensive sur les Pays-Bas, la Belgique et la France.

Cette offensive débute le 10 mai 1940. L’armée française s’y est préparée. En contact avec le roi des Belges, elle est tenue au courant heure par heure de l’avancée de l’armée allemande. Ce qu’elle n’a pas prévu c’est la Blitzkrieg : les Allemands utilisent à fond les concepts de choc et de vitesse. Le couple char-avion communiquant par radio et la concentration des moyens sur des points sensibles du front allié surprennent par leur rapidité d’action les états-majors français et belges.

Le 15 mai les Pays-Bas capitulent, suivis le 28 mai par la Belgique. Le Plan Rouge, l’invasion de la France, peut alors commencer. Partout les soldats français doivent reculer face à la puissance allemande. Bien souvent, au prix de sacrifices énormes. Plus de 100.000 soldats français sont tués en quelques jours.

Le 3 juin 1940, les Allemands décident d’appliquer le déroulement de l’Opération Paula (Unternehmen Paula). Celle-ci consiste en une attaque aérienne de la Luftwaffe visant à détruire les dernières unités de l’armée de l’Air française, dirigée par le général d’armée aérienne Joseph Vuillemin, de même que les usines de fabrication d’avions autour de la capitale. Il s’agit enfin de porter un coup dur au moral de l’armée française toute entière.

Les avions de reconnaissance allemands commencent par dresser un rapport sur les aérodromes français autour de Paris (près de 1.300 appareils). Les unités de défense anti-aériennes sont également cartographiées.

Mais l’opération est compromise par les services de renseignement britanniques qui ont réussi à décoder les messages de la machine Enigma et ont averti les Français des intentions allemandes en fournissant notamment l’ordre de bataille aérien. De plus, des signaux radios envoyés depuis la Tour Eiffel mettent en alerte l’ensemble des unités aériennes. Ainsi, l’armée de l’Air française réussit à stopper l’offensive allemande, au prix de la perte de 35 avions (vingt au sol et 15 en actions). Les pilotes sont héroïques : la plupart des bombardiers allemands volant à haute altitude, les chasseurs français doivent gagner de l’altitude pour les intercepter.

Quant aux bombes, il s’agit principalement d’engins incendiaires de type C-250 Flammbombe, qui font des dégâts importants au sol. On est très loin du concept actuel de frappes chirurgicales. Dans cette attaque, 254 Français perdent la vie. A Boulogne et Issy, les usines Renault et celles d’armement Gévelot sont ciblées.

Ce 3 juin 1940, 25 Isséennes et Isséens sont tués, parmi lesquels Pierre-Marie Bérard alors âgé de 84 ans. Le 22 du même mois, son petit-fils, Gaston, est fait prisonnier en Lorraine par l’armée allemande.

Pierre-Marie Bérard est considéré comme une victime civile. Victime non combattante, non reconnues. Les victimes civiles ne sont pas représentées par des associations, ne sont pas commémorées. Victimes mortes pour la France… qui les a bien oubliées. Sous l’impulsion de la municipalité d’Issy-les-Moulineaux, le Comité du Souvenir Français est à l’œuvre pour la réfection de stèles des « victimes civiles ».

Sources :

  • Cimetière d’Issy-les-Moulineaux et son conservateur, Monsieur Thierry Gandolfo.
  • Archives municipales.
  • Histoire de la France et des Français, d’André Castelot et d’Alain Decaux.
  • Archives familiales de Monsieur le lieutenant Jean-Didier Bérard.
  • Encyclopédie Larousse, Wikipédia et Universalis.
  • Archives INA.
Sépulture de Pierre-Marie Bérard à Issy-les-Moulineaux.

Sépulture de Pierre-Marie Bérard à Issy-les-Moulineaux.

Voir les commentaires

Publié le 15 Janvier 2016

Le docteur Lasserre et sa maison d'Issy.

Le village de Vaugirard.

Pierre-Paul Lasserre nait à Vaugirard le 17 septembre 1797. La France est sous le régime du Directoire et le général Bonaparte qui a alors 28 ans – et qui n’est pas encore gênant pour le gouvernement – en assure justement une certaine stabilité grâce à ses soldats et ses généraux tels Hoche et Augereau.

Vaugirard est un petit village agricole qui comprend des terres de labours, des zones de maraîchages, à la fois autour dudit village et en allant sur Paris. Des vignes sont également présentes sur les pentes au sud de la grande rue (qui deviendra la rue de Vaugirard). Quelques exploitations de sable et d’argile, des carrières de calcaire à ciel ouvert complètent son activité économique. Depuis quelques années déjà, une fabrique de produits chimiques, fondée par Claude Louis Bertholet fait parler d’elle. Le scientifique a découvert une substance qui a pris le nom de ce lieu : Javel !

Durant les années qui suivent, le village prend de l’ampleur et sa population passe de 700 à 2.000 puis 6.500 habitants. Longtemps, le village reste indépendant. Finalement, il est repris par Paris en 1860 avec son voisin Grenelle, Belleville et La Villette.

Chirurgien des Hôpitaux.

Pierre-Paul Lasserre fait des études à la nouvelle Faculté de Médecine de Paris (ouverte par décret impérial en 1808) et devient Chirurgien des Hôpitaux. Médecin militaire, il a le grade de médecin-major de l’armée et est titulaire de la Légion d’honneur.

A sa mort, en 1871, il lègue à la commune une petite maison qu’il possède à Issy.

Le testament.

Le testament du docteur Lasserre stipule que cette maison est un don en faveur du Bureau de Bienfaisance de la commune. Ce don est accepté en 1873. S’ajoute à cette demeure, une rente de 3.000 francs destinée à l’entretien de sept familles pauvres sélectionnées par le Bureau. Quelques années plus tard, les bénéficiaires sont plus nombreux et il faut des bâtiments largement plus grands. Ainsi est conçue puis bâtie par l’architecte Delaire (famille célèbre de bâtisseurs et de Syndics à Issy-les-Moulineaux), la nouvelle maison de retraite Lasserre. S’y ajoute bientôt un dispensaire.

La maison de retraite.

La maison de retraite est construite en U autour d’un jardin fermé par une grille donnant sur l’avenue. Les bâtiments de deux étages sont soignés avec les signes caractéristiques de l’architecture populaire de la fin du 19e siècle. Les murs sont recouverts de briques jaunes et agrémentés de lignes de briques rouges horizontales et verticales. En-dessous sont superposés du haut vers le bas, une horloge, une grande plaque rectangulaire avec l’inscription Ville d’Issy-les-Moulineaux, un profil féminin dans un médaillon et une autre plaque, plus petite.

Entre le premier et le deuxième étage, des cabochons de grès flammés turquoise ponctuent une corniche reposant sur de petits modillons. Les cintres bicolores des fenêtres ont un claveau en pierre au centre et deux sur les côtés. L’ensemble est achevé en 1899 et inauguré l’année suivante par Emile Loubet, président de la République.

Le personnel mixte de la maison de retraite est sous l’autorité d’un médecin et d’une surveillante. Le budget est géré par l’économe qui est le receveur municipal. Les conditions d’admission pour les pensionnaires sont très précises : il faut être Français, vivre seul, avoir plus de 65 ans et être incapable de gagner sa vie en travaillant. En outre, il faut résider dans la commune depuis au moins 5 ans consécutifs lors de la demande et avoir résidé 15 ans minimum dans la commune. De plus, en cas de revenu (forcément modeste), il faut l’abandonner à la maison de retraite. Enfin, la mendicité est interdite sous peine de privation de sortie pendant un mois et d’exclusion si récidive ! Sauf contre-ordre médical, les résidents sont incités à travailler dans la mesure de leurs possibilités.

Quant à la nourriture, trois repas sont prévus chaque jour. Le petit-déjeuner, servi à 8 heures, se compose d’une soupe ; le repas du midi comprend de la viande, des légumes et un dessert (qui ne doit pas coûter plus de 10 centimes). Le dîner est servi à 18 heures avec soupe, viande ou légumes, dessert. Le régime alimentaire quotidien prévoit 500 g de pain blanc, 250 g de viande ou poisson, 130 g de légumes, 30 cl de vin, 50 cl de potage (ou 25 cl s’il est remplacé par du lait).

Il y a quelques années, la maison de retraite a été déplacée et métamorphosée en EHPAD installé près de l’hôpital Corentin Celton et les anciens bâtiments ont été transformés en immeubles d’habitation.

Afin de rendre hommage au docteur Lasserre, la commune d’Issy-les-Moulineaux a donné son nom – en 1877 – à une rue du quartier Les Hauts d’Issy – Les Epinettes et s’occupe également de l’entretien de son tombeau placé au cimetière municipal.

Sources :

  • Cet article a été écrit, dans sa version originale par Madame Maestracci, de l’association Historim.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Encyclopédie Universalis.
  • Louise Michel, La Commune.
  • Site Rebellyon : www.rebellyon.info
  • Site Historim : www.historim.fr
  • Site de la ville d’Issy-les-Moulineaux : www.issy.com
  • Site La Porte Plume
  • Site www.toupie.org

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 31 Décembre 2015

Voeux 2016 de la Délégation générale.

Mesdames et Messieurs les présidents de comité,

A toutes celles et ceux qui permettent au Souvenir français de poursuivre son œuvre dans notre beau département des Hauts de Seine, j'adresse mes vœux chaleureux pour l'année 2016.

Je pense bien évidemment et en premier lieu à la santé qui doit être recouvrée pour certains, consolidée pour d'autres et protégée pour le plus grand nombre.

Puisse également votre environnement familial, professionnel, associatif ou autre vous donner l'épanouissement que vous méritez.

Enfin, après les tragédies de 2015, il nous faut espérer que 2016 ouvrira les cœurs et les esprits pour plus de concorde, de fraternité et de respect comme cela est déjà le cas dans notre association qui sait regarder le passé, vivre le présent et préparer avec confiance l'avenir.

Bonne et belle année 2016.

Claude GUY (DG92)

Voir les commentaires

Publié le 21 Décembre 2015

Bonne fin d'année 2015.

Le Comité du Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux et de Vanves vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année. Après toutes ces catastrophes et tragédies qui auront à jamais marqué l’année 2015, tournons-nous vers 2016 qui verra entre autres les commémorations des batailles de Verdun et de la Somme.

Bonnes fêtes à toutes et à tous, et que la paix vienne enfin.

CDT (RC) Frederic Rignault

Président du Comité

Délégué général adjoint pour les Hauts-de-Seine

Voir les commentaires

Publié le 4 Décembre 2015

Salut au harki inconnu.

L’histoire qui suit a été publiée dans Le Piège, qui est la revue des anciens élèves de l’Ecole de l’Air. Elle s’inspire très largement d’un article écrit par le général d’aviation Christian Gueguen. L’affaire qui suit se déroule en avril 1962, soit moins d’un mois après les Accords d’Evian, dans la région de Geryville à 370 km au sud d’Oran. A l’époque capitaine, Christian Guegen raconte l’honneur d’un soldat harki.

Cette histoire a été également publiée dans le bulletin de l’association Secours de France.

Dans la région de Geryville.

Quelques jours auparavant, un commando de marine avait été envoyé à la rencontre d’une katiba qui, contrairement aux ordres reçus en application des Accords d’Evian, sortait de la zone qui lui était assignée pour infiltrer les nombreux campements de nomades existants dans la région. Dès son arrivée et avant toute entrée en pourparlers, les hommes de la katiba ouvraient le feu, tuant deux fusiliers-marins. Au terme du combat, appuyé par un hélicoptère « canon », « on dénombrait 26 cadavres en uniforme de l’ALN sur le terrain ».

En représailles, le FLN s’en prend à une harka attachée au régiment de spahis implanté dans le secteur. Dès le 19 mars, sur ordres supérieurs, les harkis avaient été désarmés et renvoyés dans leur village. Le 26 avril, deux harkis, qui ont réussi à s’échapper reviennent au PC du régiment : selon eux « plus de la moitié des membres de la harka avaient été sauvagement assassinés ».

Rupture du cessez-le-feu ?

Le lieutenant-colonel commandant le régiment de spahis indique qu’il va lancer une opération pour retrouver et détruire l’unité de l’ALN responsable du massacre ; il demande à Christian Gueguen « si l’armée de l’air accepterait de fournir un appui feu à l’opération ». Gueguen interroge sa hiérarchie, s’attendant à un refus caractérisé : « Gueguen, en plein cessez-le-feu ! Vous avez perdu l’esprit ! »

Au lieu de cela, un silence, puis une phrase laconique : « Soyez au terrain de Geryville à 8h demain ; je viendrai en Broussard et vous m’expliquerez ce que vous voulez faire ».

Le lendemain, à l’heure dite, le capitaine Gueguen expose à son supérieur – le commandant L. – ce qui a été envisagé avec le colonel de spahis. Le commandant l’écoute et tranche : « OK. Vous aurez un DIH (Détachement d’intervention hélicoptères) et quatre T-28 à partir de 7h demain matin. Renouvelable jusqu’à 18h… A 18h, on arrête tout, sauf cas exceptionnel… ».

« J’éprouve le plus grand respect, précise le général Gueguen, pour cet homme. Rupture de cessez-le-feu. Il sait qu’il engage la suite de sa carrière si l’affaire tourne mal… ».

Une dizaine de corps.

Les spahis sont transportés sur zone par des hélicoptères H34 de la marine. La katiba responsable s’est évidemment évaporée. Les deux harkis qui se sont échappés s’offrent à guider les spahis vers le lieu où se tient le chef FLN local responsable de l’exécution de leurs camarades, et précisent que plusieurs harkis sont retenus captifs dans un village à quelque distance. Le responsable FLN est capturé. Il indique l’emplacement d’un charnier. Une dizaine de corps dénudés, démembrés et terriblement mutilés sont ainsi découverts.

Les harkis survivants sont libérés par une partie du détachement de spahis et l’officier chargé de cette opération, invite, par radio, son colonel sur le chemin du retour, à bord de l’hélicoptère, à le rejoindre sur place.

Au garde-à-vous.

Ecoutons le général Gueguen : « un harki est là, avec le capitaine de spahis. Celui-ci explique à son chef que le harki n’accepte d’embarquer en hélicoptère que si l’on évacue en même temps sa femme et ses enfants ; en tout, huit personnes.

Le colonel explique à l’homme qu’il n’y a pas assez de place dans les hélicoptères pour évacuer toute la famille. Et essaie de la convaincre de partir seul : on récupérera sa famille plus tard en camion. Refus du harki : s’il part, toute sa famille sera assassinée le soir même, à sa place, sauvagement, à titre d’exemple. Il doit rester. Malgré les efforts du colonel pour le faire changer d’avis, il reste intraitable. Notre armada redécolle, direction Geryville. Le harki nous regarde, impassible et digne. Il se met au garde-à-vous et agite la main pour nous dire au revoir. Dans l’Alouette, le silence est écrasant… ».

Sources :

  • Revue Le Piège.
  • Amicale des Anciens élèves de l’Ecole de l’Air.
  • Bulletin Secours de France, automne 2015.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Algérie