Publié le 19 Août 2018

Issy-les-Moulineaux – 21 Février 2010 – Inauguration de la place Missak Manouchian. André Santini est entouré d’Arsène Tchakarian (à gauche) et d’Henry Karayan (à droite).

Issy-les-Moulineaux – 21 Février 2010 – Inauguration de la place Missak Manouchian. André Santini est entouré d’Arsène Tchakarian (à gauche) et d’Henry Karayan (à droite).

Le 21 février 2010, André Santini inaugurait le buste de Missak Manouchian sur la place qui porte désormais son nom. Deux personnalités étaient présentes : Henry Karayan (disparu en 2011) et Arsène Tchakarian, qui vient de mourir le 4 août dernier. Il était le dernier survivant du fameux « Groupe Manouchian ».

 

Un enfance dans l’Empire ottoman.

 

Arsène Tchakarian nait le 21 décembre 1916 à Sabandja dans l’Empire Ottoman, dans la région de Bursa (nord-ouest de la Turquie actuelle). Persécutée – le génocide arménien a commencé l’année précédente – la famille fuit le territoire et se réfugie d’abord en Bulgarie. En 1928, avec des papiers obtenus de longue lutte, elle peut gagner la France par le port de Marseille. Nous sommes en 1930, et le jeune adolescent Arsène voit son père rejoindre les mines de Decazeville tandis que lui-même monte sur Paris afin d’y apprendre le métier de tailleur.

 

Six ans plus tard, à l’occasion des manifestations durant le Front Populaire, Arsène Tchakarian fait la rencontre de Missak Manouchian, un poète arménien et militant communiste. Rencontre qui va bouleverser sa vie.

 

La Résistance.

 

En 1937, il a alors 21 ans, Arsène Tchakarian fait son service militaire au 182e régiment d’artillerie lourde à Vincennes. Appelé en 1939, il participe à la « drôle de guerre » puis combat dans les Ardennes et la Meuse en mai 1940. Il est démobilisé à Nîmes le 5 août suivant.

 

Il s’en retourne sur Paris et reprend contact avec Missak Manouchian. Les premiers actes de résistance commencent par des distributions de tracts. Mais ce n’est pas simple de faire face à l’ennemi nazi quand celui-ci s’est allié au grand frère communiste. La résistance commence réellement en juin 1941 avec la rupture du pacte germano-soviétique. L’action du groupe de Missak et de la MOI (Main d’œuvre Immigrée) prend alors de l’ampleur et se radicalise. Le premier coup d’éclat date du 17 mars 1943 : Arsène Tchakarian, Missak Manouchian et Marcel Rayman attaquent une formation de feldgendarmes à Levallois-Perret.

 

Sous le nom de « Charles », Tchakarian et ses compagnons sont les auteurs d’actes de résistance de plus en plus nombreux contre les nazis. Ils organisent des sabotages et commettent des attentats. Le groupe Manouchian abat la général SS Julius Ritter le 28 septembre 1943. Il s’agissait d’un responsable du Service du Travail Obligatoire (STO). Ce sont près d’une quinzaine d’actions qui vont être menées au cours de cette année.

 

Après l'arrestation de Missak Manouchian et de seize à vingt-trois autres membres (selon les sources) de son groupe en mi-novembre 1943 qui sont jugés et exécutés, Tchakarian est caché à Paris grâce à Léon Navar, commissaire de police de Montrouge, et de la police résistante de la préfecture de Paris. En mai 1944, en raison de son expérience militaire et de ses actes en tant que résistant, il est exfiltré vers Bordeaux pour aider à la préparation du bombardement du camp d'aviation de Mérignac par les Alliés. Après coup, il est appelé à Paris début juin 1944. Il rejoint début août le maquis de Lorris, participe aux combats du Sud de la Loire puis à la libération de Paris. Il est alors nommé lieutenant et commande une vingtaine de résistants.

 

Après la Seconde Guerre mondiale.

 

A partir de 1950, il devient historien, membre de la Commission des Fusillés du Mont-Valérien et chargé de recherches auprès du Ministère de la Défense. Il reste apatride qu'en 1958, année où il est naturalisé français. Il reprend par la suite son activité de tailleur.

 

En 1996, Arsène Tchakarian devient président du Mouvement des Arméniens de France pour le Progrès (MAFP), association qui rassemblait alors les anciens membres de la Commission Nationale Arménienne qui avait été supprimée par le PCF peu avant la chute de l’URSS. Il meurt le 4 août 2018 à l’hôpital  Paul Brousse à Villejuif. Il est inhumé le 14 août 2018 au cimetière parisien d’Ivry près du « carré des fusillés » où reposent ses camarades du groupe Manouchian.

 

Décorations.

 

  • Commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’honneur.
  • Palmes académiques.
  • Croix du Combattant Volontaire 1939-1945.

 

Publications.

 

  • Les Francs-tireurs de l'affiche rouge, Paris, Les Ed. Sociales, 1986.
  • Les Fusillés du Mont-Valérien, Nanterre, Comité national du souvenir des fusillés du Mont Valérien, 1991.
  • Les Commandos de l'Affiche Rouge, en collaboration avec Hélène Kosséian-Bairamian, Ed. du Rocher, 2012.

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Archives photographiques du Souvenir Français d’Issy-Vanves.
  • Notices biographiques d’Arsène Tchakarian sur les sites des journaux Le Parisien, Le Figaro et le journal du conseil général du Val-de-Marne.

Voir les commentaires

Publié le 14 Août 2018

Nos glorieux anciens.

Gloire aux Anciens.

 

Il en a toujours été ainsi : les anciens sont présentés, souvent à juste raison, comme ayant accomplis de belles choses, de belles actions. C’est encore plus vrai lorsque ces mêmes anciens sont des militaires. Même quand ils n’ont pas gagné les batailles auxquelles ils participaient, ils « en avaient été » et rien que cela justifiait le respect.

 

Les exemples peuvent être multipliés : sous Napoléon 1er, on présentait ceux des premières batailles de la Révolution ou de la Guerre d’indépendance des Etats-Unis comme des héros ; pendant la Première Guerre mondiale, des cérémonies étaient organisées en hommage aux rescapés de Reichshoffen ou du siège de Paris.

 

Bien souvent en Algérie, chez les militaires plus que chez les civils, on parlait des « Indochinois » avec déférence. Eux avaient connu de véritables combats…

 

On sollicite leur avis, on les entend, à défaut parfois de les écouter, et ils disent « de mon temps, cela ne se passait pas comme ça ! ».

 

Il y a aussi des exceptions, des confiances qui tournent mal. Là, il est question d’un maréchal en juin 1940…

 

Ils étaient à Waterloo.

 

Il y a quelques années de cela, le magazine Paris Match a présenté des photographies mises au jour par l’Université Brown de Providence à Rhode Island aux Etats-Unis. Il s’agissait de clichés de soldats ayant combattu dans l’armée de l’Empereur Napoléon 1er à Waterloo.

 

Si on ne connaît pas l’identité du photographe qui a effectué la séance photo, on sait que l'avant-dernière propriétaire des clichés était la collectionneuse Anne S.K Brown (1906-1985), qui les a ensuite confiés à l’Université.

 

Bien que les informations, annotées au dos des clichés, soient parcellaires, on peut deviner à peu près leur âge. Les survivants de la Grande Armée, âgés de 20 à 30 ans pendant la bataille, avaient pris l’habitude de se retrouver sur la place Vendôme chaque 5 mai, la date anniversaire de la mort de Napoléon Bonaparte. En uniforme d'époque et équipés de leurs armes, ils rendaient hommage à la mémoire de l’Empereur. Sur les clichés, on peut remarquer qu’ils portaient tous la médaille de Sainte Hélène, décernée par Napoléon III en août 1857, qui récompensait les soldats ayant combattu sous les couleurs tricolores, de 1792 à 1815. C’est pourquoi on suppose que ces fiers grognards ont été photographiés lors de la commémoration du 5 mai 1858.

 

Quatre décennies après la bataille, les hommes ont du faire retoucher leur uniforme d’époque pour se glisser à nouveau dedans, car ils n’arboraient pas la même silhouette qu’à leur 20 ans. Avec une émotion perceptible, ils affrontaient l’appareil photo de l’artiste dans des postures militaires, laissant apparaître certaines balafres sur leurs visages fatigués.

 

Dans les clichés ci-dessous, on pourra distinguer :

 

  • L’administrateur, M. Delignon, s’occupait de l’approvisionnement des troupes en nourriture, vêtements et munitions. Il tient son couvre-chef dans la main droite.
  • Le chasseur M. Loria, appartenait au 24e régiment de chasseurs à cheval. Il a perdu son œil droit à la bataille.
  • Le chasseur alpin, M. Schmidt, appartenait aux régiments de montagne qui gagnèrent la bataille du Mont St-Bernard en 1794 dans les Alpes (beau rideau non ?).
  • Le dragon, M. Mauban, était un brigadier du 8e régiment de dragons. Il porte un casque orné d’une crinière.
  • Le grenadier, M. Burg, était un soldat d’élite du 24e régiment de la Garde impériale (il ne sait pas faire autre chose que d’être au garde-à-vous).
  • Le hussard, M. Fabry, était un intendant au 1er régiment de hussards. Il porte un couvre-chef d’origine turque, appelé colback (il présente son sabre).
  • Le hussard, M. Moret, était également un cavalier. Il possède une sabretache qui sert également de porte-documents (assis).
  • Le lancier, M. Dreuze, porte deux pistolets, un mousqueton (manquant sur la photographie) et une lance (manquante sur la photographie).
  • Le lancier, M. Verlinde, combattait dans l’unité de cavaliers légers créée par Napoléon 1er. Il porte un schapska, un casque avec pan (sabre à l’épaule).
  • Le mameluck, M. Doucel, fait partie de la cavalerie de l’Empereur. Il porte une chemise et un yalek, gilet sans manches.
  • L’officier du génie, M. Lefebvre, porte un shako à plumet orné de l’Aigle impérial.

 

Saurez-vous les retrouver ?

 

 

 

 

Sources :

 

  • Site Internet du magazine Paris Match.
  • Encyclopédies Wikipédia, Larousse et Britannica.
  • Alain Pigeard, Dictionnaire des batailles de Napoléon, Tallandier.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.
Nos glorieux anciens.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Issy d'antan

Publié le 9 Août 2018

La FNCPG-CATM.

Pour retracer l'historique de la Fédération Nationale des Combattants Prisonniers de Guerre et Combattants d'Algérie, Tunisie, Maroc, il convient de remonter bien avant la Charte du 8 Août 1945 et même avant la Libération du Territoire National.

 

Les Centres d'entraide, ouverts aux prisonniers de guerre et à leurs familles, furent les premières pierres de l'édifice d'où devait naître la FNPG (Fédération Nationale des Prisonniers de Guerre). Les premiers rapatriés, complètement désorientés, y retrouvèrent un esprit de générosité qui les réconforta et les évadés y reçurent aide et assistance. Parallèlement et sous l'impulsion de quelques camarades, et plus spécialement d'évadés, naquit le Mouvement National des Prisonniers de Guerre et Déportés (MNPGD), mouvement clandestin où les Prisonniers de Guerre apportèrent une contribution importante à la Résistance française.

 

C'est de la fusion des Centres d'entraide et de la MNPGD que naît, le 5 avril 1945, la FNPG (Fédération Nationale des Prisonniers de Guerre). Reconnue d'utilité publique par le décret du 1er avril 1948, la Fédération des Prisonniers de Guerre comptait à l'époque plus d'un million d'adhérents ; elle n'a, depuis, cessé d'œuvrer, tant sur le plan de la défense des droits que sur le plan civique et social de ceux qui furent absents 5 ans.

 

A partir de 1963, les Combattants d'Algérie, Tunisie, Maroc, rejoignent les Combattants Prisonniers de Guerre au sein de la Fédération devenue « Fédération Nationale des Combattants Prisonniers de Guerre et Combattants d'Algérie, Tunisie, Maroc ».

 

Puis, ce sera en 1975, les Veuves des camarades PG et CATM décédés, ainsi que les Anciens Combattants et Victimes de guerre de tous les conflits (Corée, Indochine, Guerre du Golfe, Forpronu, militaires des Opérations Extérieures (OPEX).

 

La Fédération Nationale des Combattants Prisonniers de Guerre et Combattants d'Algérie, Tunisie, Maroc fédère près de 145.000 adhérents au 31 décembre 2012 et plus globalement l'ensemble des ressortissants de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre représentant 93 associations départementales en France, en Outre-Mer, en Belgique et à Jersey.

 

A Issy-les-Moulineaux, la FNCPG CATM a été présente pendant de nombreuses années. Disparue depuis trois ans, son dernier président a été Monsieur Michel Rossignol, qui a beaucoup œuvré pour sa commune, entre autres au conseil municipal, comme au sein des associations d’anciens combattants et patriotiques comme le Souvenir Français.

 

 

Sources :

 

  • FNCPG CATM Section de Rouffignac.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Site national de FNCPG CATM : www.fncpg-catm.org

 

Voir les commentaires

Publié le 1 Août 2018

La communauté jésuite de Vanves, rue Raymond Marcheron.

La communauté jésuite de Vanves, rue Raymond Marcheron.

Les Jésuites.

La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique masculin dont les membres sont appelés « jésuites ». La Compagnie est fondée par Ignace de Loyola, saint François-Xavier et les premiers compagnons en 1539, et approuvée l’année suivante par le pape Paul III. Dissoute en 1773, elle est rétablie en 1814 par le pape Pie VII. Au début du 21e siècle, elle constitue numériquement, avec environ 17.300 membres, l’ordre religieux masculin pleinement intégré le plus important au sein de l’Eglise catholique, où elle n’est devancée que par l’ensemble divisé des branches franciscaines.

Comme les autres ordres religieux, les jésuites professent les trois vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, mais prononcent également un quatrième vœu qui leur est propre, celui de l’obéissance spéciale au Pape, en ce qui concerne les missions « selon ce qui est contenu dans les Lettres apostoliques et les Constitutions ». Les jésuites ne recherchent pas les honneurs. Leur histoire compte ainsi peu d’évêques ou cardinaux et le pape François, élu en mars 2013, est le premier pape jésuite.

L’écrivain Jean Lacouture voit en eux les « pionniers d'une aventure humaine au sein d'un monde pris en charge dans sa totalité », hommes d'action et d'initiative, et « découvreurs de mondes, d'êtres, de civilisations différents ».

 

A Vanves.

Les Pères jésuites arrivent sur le site de la rue Raymond Marcheron à Vanves en 1922 avec à l’installation à l’époque de l’Action Populaire (aujourd’hui CERAS), œuvre qui cherchait à promouvoir l’engagement social des chrétiens dans la société. En 1931, ils acquièrent une propriété contigüe et construisent un nouveau bâtiment confié au cabinet d’architecte des frères Perret. En 2012, ils réorganisent le site pour construire la Maison Soins et Repos (EHPAD).

A Vanves sont rassemblées depuis 1989 les archives des 4 anciennes provinces des jésuites français : La Province de France, plus tard appelée par commodité Province de Paris, créée en 1819, la Province de Lyon, constituée en 1836, la Province de Toulouse, à partir de 1852 et enfin la Province de Champagne depuis 1863. L’unification en une seule province, en 1976, a entraîné ce rassemblement des 4 dépôts d’archives et la constitution d’un cinquième fonds : la Province de France unifiée (archives de 1976 à aujourd’hui). Cet ensemble représente près de 3 km de documents.

Les fonds conservés concernent de nombreux domaines :

  • Gouvernement de la Compagnie (Lettres des généraux, des provinciaux, consultes, congrégations générales et provinciales).
  • Administration (admissions, vœux, etc.).
  • Histoire (jansénisme, suppression de la Compagnie, jésuites en Russie Blanche, rétablissement en 1814, Commune de Paris, guerre 1914-1918, Action Française, deuxième guerre mondiale, Résistance, guerre d’Algérie, etc.).
  • Formation.
  • Maisons et établissements.
  • Missions.
  • Dossiers personnels.
  • Œuvres et activités.

A Vanves, se trouve également une stèle rappelant le sacrifice des jésuites pendant la Première Guerre mondiale.

 

Ils furent 165 à donner leur vie pour la France.

Les archives de la Province de France de la communauté de France montrent que 855 jésuites ont été mobilisés au cours du premier conflit mondial. 165 d’entre eux sont morts pour la France, ce qui fait quand même environ 20% d’entre eux. Sur ces 165, il y avait 50 prêtres, 97 scolastiques (novices) et 18 frères coadjuteurs.

Géographiquement, au titre des provinces telles qu’entendues par l’organisation, 52 venaient de la Province de Lyon, 46 de celle de paris, 29 de Toulouse et 35 de la Province de Champagne. 3 MPLF (Morts Pour la France) sont issus de provinces étrangères : 1 de Castille, 1 de Rome et 1 de Belgique.

Les jésuites furent-ils de bons soldats, de bons aumôniers ? Si l’on s’en tient aux décorations et actes héroïques, retenons ces chiffres : sur 165 jésuites Morts Pour la France, 39 reçurent la Légion d’honneur ; 150 la Croix de guerre 14-18 et 115 la Médaille militaire. 90 % des décorés reçurent au moins deux récompenses.

Enfin, il est à noter que l’ancienne noblesse fournit de nombreux enfants aux jésuites. Il n’est de citer parmi ces 165 MPLF les noms de : Charles Aubin de la Messuziere, Louis Colas de Brouville de Malmusse, Bernard Courlet de Vrégille, François de Billeheust d’Argenton, Jean de Blic, Joseph de Boissieu, Louis de Gironde, Marie-François de Daran, Marie-Amédée de Jourdan…

Selon Elisabeth de Montmarin qui a réalisé des recherches sur le sujet l’expulsion des congrégations en 1880 et en 1903, de même que l’interdiction d’enseigner en France en 1904 (donc de fait la fermeture de nombreuses écoles) expliquent la forte implantation de ces religieux en Belgique, Angleterre, Hollande, Espagne, Suisse, Italie… pays voisins de la France où ils firent pour certains d’entre eux leur noviciat. A la suite des événements indiqués ci-avant, ils partirent dans ces pays où ils furent ordonnés prêtres et purent ouvrir des écoles. D’autres partirent comme missionnaires.

Arriva la guerre. Tous les religieux en âge d’être mobilisés rentrèrent en France pour rejoindre leurs unités.

 

Des héros.

Voici des informations sur une infime partie des jésuites morts pour la France entre 1914 et 1918.

Henri AUFFROY

  • Il nait le 1er mai 1873 à Reims. Fils de Jules et de Victoire Leterme. Jésuite, prêtre de la Province de Champagne, il entre au noviciat d’Amiens en 1899. Il est par la suite professeur au collège de Saint-Jean-Berchmans à Florennes en Belgique puis professeur de droit canon à Enghien (Belgique). Docteur en droit en 1899 avec une thèse ayant pour titre Evolution du testament en France des origines au 13e siècle. En 1916, l’Académie française lui décerne le prix Thérouanne (prix d’histoire et de sociologie).
  • Le 8 août 1914, le révérend père Auffroy vient à Sault-les-Rethel dans le département des Ardennes pour remplacer le curé mobilisé. Le 29 août, alors que la population fuit devant l’invasion allemande, il est pris comme otage par les Allemands et abattu à bout portant. Médaille militaire. Croix de guerre.

 

Frédéric BOUVIER

  • Il nait le 5 décembre 1871 à Vienne dans l’Isère, fils de Benoît et Nathalie Jacquet, il a pour frère l’abbé Claude Bouvier, mort à Vienne en Autriche le 4 novembre 1914. Jésuite au sein de la Province de Paris, il fréquente plusieurs maisons de jésuites à Lons le Saunier, puis Beyrouth, Cantorbéry (Angleterre), Hastings, Vienne en Autriche et enfin retour à Hastings en 1908.
  • Incorporé aumônier militaire et brancardier au 86e RI, il est cité à l’ordre du Régiment puis de l’Armée. Citation n°487 du 23/03/1916 à l’ordre du Régiment : « Au front depuis 17 mois, où il est venu comme volontaire, très actif, ne connaissant pas le danger et ignorant la fatigue. Dans la journée du 9 mars, a pansé et relevé de nombreux blessés sous un bombardement très violent ». A l’ordre de l’Armée, le 25/10/1916 : « Brancardier aumônier volontaire. Exemple parfait de l’abnégation et du dévouement, toujours prêt pour les missions les plus périlleuses. Tué glorieusement le 17 septembre 1916, en partant à l’assaut avec le deuxième élément ». Médaille militaire. Croix de guerre.

 

Alexandre CONSTANT

  • Né le jour de Noël 1878 à Savenay en Loire-Atlantique. Prêtre jésuite de la Province de Toulouse, il est missionnaire à Maduré (Indes françaises) en 1898, puis professeur au collège d’Hernani en Espagne.
  • Au 5e SIM (Service de Santé), Aumônier militaire volontaire, interprète anglais, brancardier, il est mobilisé le 8 août 1914. Il part en campagne avec le Train sanitaire n°9 et, de ce fait, est déclaré déserteur (par erreur). Il accompagne alors un convoi de blessés anglais, comme interprète, affecté au Royal Génie. Il est cité à l’ordre de l’Armée le 22 décembre 1916 : « S’est fait constamment remarquer par son activité et son courage. Le 24 octobre 1916, s’est porté courageusement en première ligne pour encourager les chasseurs qui partaient à l’assaut, a exercé son ministère auprès des blessés des bataillons de chasseurs et y a été tué. A été cité ». Chevalier de la Légion d’honneur. Croix de guerre.

 

Eugène JACQUART

  • Né le 5 mai 1887 à Ennetières-en-Weppes dans le département du Nord. Jésuite de la Province de Champagne, ancien professeur à l’école Saint-Joseph de Lille, il entre en noviciat le 12 janvier 1912.
  • Il est mobilisé le 1er août 1914 au 29e régiment d’artillerie de Laon avec le grade de maréchal des logis, il est nommé sous-lieutenant au 1er régiment d’artillerie à pied le 23 février 1915. Par la suite, il est rattaché au 15e régiment d’artillerie de campagne. Il est blessé le 6 septembre 1916 à Maurepas dans la Somme. Cité à l’ordre du Corps d’armée le 28 septembre 1918 (n°6) : « Au front depuis le début de la campagne, a toujours fait preuve au feu d’un courage et d’un mépris absolu du danger. Officier d’une haute valeur morale, blessés par de multiples éclats d’obus, le 5 septembre, au cours d’une reconnaissance, a supporté ses souffrances avec un calme héroïque ». Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume. Médaille militaire. Croix de guerre.

 

René LE TOURNEUX DE LA PERRAUDIERE

  • Né le 3 avril 1892 à Versailles, fils de René Marie et de Pauline Deschassayns de Richemont, frère d’Henri, MPLF le 8 juin 1915 à Souchez (62). Il effectue son noviciat jésuite à Canterbury entre 1912 et 1914, licencié en histoire et en droit, étudiant à la faculté des lettres d’Institut catholique de Paris. Son père est officier d’infanterie de marine.
  • Incorporé en août 1914 au 135e RI à Angers, il est nommé caporal le même mois, puis sergent en janvier 1915. Il passe au 409e RI, en mars 1915, avec lequel il part au front. Blessé, il est évacué en juillet 1915. Il arrive à Verdun en février 1916. Sergent au 409e RI, il est cité à l’ordre de l’Armée : « Blessé une première fois, est revenu au feu, a pris le commandement de sa section avec grand courage. A été blessé une deuxième fois. Est enfin tombé glorieusement à la tête de sa troupe, à laquelle il avait su communiquer son énergie et son abnégation ». Médaille militaire (à titre posthume). Croix de guerre avec étoile de vermeil.

 

Jean POISSON

  • Né le 8 juillet 1895 à Rion-des-Landes (40), ayant trois frères MPLF : Marie-Antoine le 9/05/1915 à Neuville-Saint-Vaast (62) ; Joseph (lui aussi jésuite), le 23/05/1916 à Douaumont ; Jean-Charles le 18/08/1918 en Tunisie. Il étudie au collège jésuite en Belgique avant la guerre.
  • Incorporé le 15 décembre 1914 à la 18e SIC (Section d’Infirmiers Coloniaux), puis il intègre la SIC de la 10e division d’infanterie coloniale. Il est cité à l’ordre de la Division le 31 octobre 1916 : « Brancardier de grand cœur, apportant le dévouement jusqu’aux dernières limites, toujours volontaire pour les missions périlleuses. A été tué à son poste le 23 octobre 1916. A été cité ». Médaille militaire.

 

Marcel THELIER

  • Né le 4 novembre 1878 à Paris, il est jésuite de la Province de Paris, ordonné prêtre en 1912. Professeur de sciences au collège de Jersey, en Angleterre, il obtient une licence-ès-sciences à la faculté des Sciences de l’Institut catholique de Paris en 1905.
  • Sergent-brancardier au 22e régiment d’infanterie territoriale, il rejoint la 22e SIM. Cité à l’ordre du Régiment en octobre 1914 : « Sous-officier d’une rare noblesse de caractère. Au combat de Puisieux, le 29 septembre 1914, sous un grêle d’obus avant que sa section ne fût engagée, a exhorté au courage les hommes de sa demi-section en leur administrant les secours de la religion. A été tué quelques instants après par un obus qui blessait son lieutenant et tuait un de ses soldats ». MM : « Sous-officier d’un dévouement et d’une énergie dignes d’éloges, très estimé de ses chefs et de ses hommes. A en toutes circonstances montré l’exemple du devoir et fait preuve du plus grand mépris du danger. Tombé glorieusement au champ d’honneur le 29 septembre 1914 à Miraumont. A été cité ». Médaille militaire. Croix de guerre.

 

Sources :

  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Site Memorial GenWeb – www.memorialgenweb.org
  • Site institutionnel www.jesuites.com
  • Présentation de la communauté Pedro Arrupe de Vanves sur le site www.jesuites.com
  • Jésuites morts pour la France, Ed. Alfred Mame et Fils, Tours, 1921.
  • Travaux et relevés de madame Elisabeth de Montmarin.
  • Jean Lacouture, Jésuites, Seuil, 1991.
Portraits photographiques d’Henri Auffroy (en habits de prêtre), de Frederic Bouvier (casqué), d’Alexandre Constant (béret), d’Eugène Jacquart (képi), René Le Tourneux de la Perraudière (en habits de prêtre), de Jean Poisson (casqué), Marcel Thelier (habits de prêtre).
Portraits photographiques d’Henri Auffroy (en habits de prêtre), de Frederic Bouvier (casqué), d’Alexandre Constant (béret), d’Eugène Jacquart (képi), René Le Tourneux de la Perraudière (en habits de prêtre), de Jean Poisson (casqué), Marcel Thelier (habits de prêtre).
Portraits photographiques d’Henri Auffroy (en habits de prêtre), de Frederic Bouvier (casqué), d’Alexandre Constant (béret), d’Eugène Jacquart (képi), René Le Tourneux de la Perraudière (en habits de prêtre), de Jean Poisson (casqué), Marcel Thelier (habits de prêtre).
Portraits photographiques d’Henri Auffroy (en habits de prêtre), de Frederic Bouvier (casqué), d’Alexandre Constant (béret), d’Eugène Jacquart (képi), René Le Tourneux de la Perraudière (en habits de prêtre), de Jean Poisson (casqué), Marcel Thelier (habits de prêtre).
Portraits photographiques d’Henri Auffroy (en habits de prêtre), de Frederic Bouvier (casqué), d’Alexandre Constant (béret), d’Eugène Jacquart (képi), René Le Tourneux de la Perraudière (en habits de prêtre), de Jean Poisson (casqué), Marcel Thelier (habits de prêtre).
Portraits photographiques d’Henri Auffroy (en habits de prêtre), de Frederic Bouvier (casqué), d’Alexandre Constant (béret), d’Eugène Jacquart (képi), René Le Tourneux de la Perraudière (en habits de prêtre), de Jean Poisson (casqué), Marcel Thelier (habits de prêtre).
Portraits photographiques d’Henri Auffroy (en habits de prêtre), de Frederic Bouvier (casqué), d’Alexandre Constant (béret), d’Eugène Jacquart (képi), René Le Tourneux de la Perraudière (en habits de prêtre), de Jean Poisson (casqué), Marcel Thelier (habits de prêtre).

Portraits photographiques d’Henri Auffroy (en habits de prêtre), de Frederic Bouvier (casqué), d’Alexandre Constant (béret), d’Eugène Jacquart (képi), René Le Tourneux de la Perraudière (en habits de prêtre), de Jean Poisson (casqué), Marcel Thelier (habits de prêtre).

Voir les commentaires

Publié le 30 Juillet 2018

Enterrement de soldats français en Roumanie.

Enterrement de soldats français en Roumanie.

La Roumanie pendant la Première Guerre mondiale.

 

Après être restée neutre pendant près de deux ans, la Roumanie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie et à l’Allemagne à la fin de l’été 1916. Mal préparé à un conflit de cette échelle, le pays, dans un premier temps, est forcé de reculer face à la poussée ennemie et d’accepter l’occupation allemande sur une partie de son territoire tandis que le gouvernement, la famille royale et l’état major général se replient à Iaşi dans le Nord-est du pays. La France décide alors d’envoyer, dans la partie restée libre, une mission d’assistance militaire commandée par le général Berthelot, qui a pour mission d’aider à la réorganisation et à la formation de l’armée roumaine. Cette assistance s’accompagne de livraisons d’armes et de munitions de nature à donner à cette armée rénovée les moyens d’affronter ses adversaires.

 

Les victoires roumaines survenues au cours de l’été 1917, lors des batailles héroïques sur la ligne du Siret (dont celles de Mărăşti et Mărăşeşti) vont durablement marquer la conscience nationale. Toutefois, le gouvernement roumain doit signer l’Armistice de Focşani (9 décembre 1917) car la chute du régime tsariste intervenue à l’automne a entrainé un isolement territorial de la Roumanie vis-à-vis de ses alliés, coupant les lignes logistiques indispensables à sa survie. Le général Berthelot et sa mission sont contraints de quitter le territoire roumain quelques mois plus tard.

 

Toutefois à la suite de l’effondrement du front bulgare, qui conduit à la capitulation de la Bulgarie, Berthelot est rappelé sur ce qu’on appelait alors le « front d’Orient », pour prendre la tête de l’armée du Danube qui doit libérer la Roumanie en passant par le sud. Dans le même temps une seconde mobilisation est déclenchée par les autorités roumaines peu avant l’armistice de Rethondes qui met fin à la Première Guerre mondiale. Cet armistice ne signifie pas pour autant le retour immédiat des troupes françaises en métropole. Les militaires français vont rester sur le territoire roumain et ses marges jusqu’à la signature des traités de paix et la consécration de la Grande Roumanie, en 1919.

Vue aérienne du cimetière de Bellu.

Vue aérienne du cimetière de Bellu.

Le carré militaire du Cimetière Bellu de Bucarest.

 

Ce cimetière, qui se trouve au sud de la ville, a été créé en 1858. Il fait partie des plus importants ensembles funéraires de Bucarest et il est souvent comparé au cimetière du Père Lachaise car de nombreux personnages célèbres y sont enterrés et l’agencement comme la décoration des tombes donnent au lieu un caractère pittoresque et romantique.

 

Le carré militaire français a été installé à cet endroit dans l’entre-deux guerres dans une parcelle d’honneur située dans une partie du cimetière réservée aux militaires. On accède d’ailleurs au carré militaire français par une allée qui traverse, sur une vingtaine de mètres, des caveaux familiaux où sont inhumés des militaires roumains connus ou moins connus. On trouve, dans le carré français, 136 tombes individuelles de soldats tués au cours de la Première Guerre mondiale. Le carré en lui-même se divise en trois parties, deux carrés de croix latines et un carré musulman. Les tombes musulmanes sont reconnaissables à leur stèle spécifique orientée en direction de la Mecque et portant une inscription du Coran ainsi que le croissant et l’étoile. Les tombes des soldats chrétiens sont surmontées de croix métalliques dites du « souvenir français » dont le modèle fut créé au cours des années 1920. Fabriquées en fonte, elles sont en forme d’épée plantée dans le sol. Elles sont ornées d’une palme qui fait référence au sacrifice des militaires enterrés et d’une réplique de la croix de guerre qui fut une médaille décernée au cours de la Grande Guerre aux soldats dont le comportement avait été exceptionnel ou héroïque au combat.

 

L’ensemble est complété par un monument de pierre, haut de 4,5 m, au sommet duquel est installé un coq de bronze. Sur sa face avant le monument comporte une décoration en bronze qui rappelle un trophée à l’antique sur lequel on peut voir un casque Adrian de l’armée française et une branche de laurier. Chaque année, à l’occasion du 11 novembre, l’Ambassade de France organise dans le carré français de Bellu une cérémonie d’hommage aux morts pour la France de toutes les guerres. La communauté française et les autorités roumaines y participent en grand nombre. Il est touchant de constater que les tombes des soldats français font aussi l’objet d’un hommage régulier de la part d’anonymes. Il n’est pas rare en effet de voir tout au long de l’année des fleurs ou des bougies déposées sur les tombes.

 

Le carré militaire du cimetière "Eternitatea" d’Alexandria.

 

Le carré militaire français est situé dans le cimetière "Eternitatea », lui-même situé à l’entrée nord-est de la ville d’Alexandria, au bord de la route qui relie la ville à Bucarest. Les tombes de soldats français sont regroupées dans une parcelle où sont aussi inhumés des soldats allemands, bulgares, roumains et turcs. Il y a aussi la tombe d’un soldat américain. Les travaux de fondation du cimetière militaire ont débuté en 1921. Le cimetière à trouvé sa forme actuelle huit ans plus tard, en 1929, à la suite de travaux de restructuration.

 

On trouve, dans le cimetière d’Alexandria, les corps de soldats des 4e et 8e régiment d’infanterie coloniale qui ont fait partie de l’armée du Danube. Les soldats de ces régiments ont trouvé la mort au cours du mois de décembre 1918 très certainement des suites de maladies ou de blessures infligées lors des affrontements. En effet, après l’effondrement du front bulgare au cours du mois de septembre 1918 et l’armistice signé par la Bulgarie le 30 septembre, les effectifs de l’Armée d’Orient et de l’Armée du Danube (créée le 28 octobre), ont franchi le Danube le 10 novembre sans que de grandes résistances soient rencontrées, avec pour objectif de libérer Bucarest.

 

Cependant, on trouve également dans ce cimetière de nombreux soldats morts au printemps et à l’été 1918. C’est-à-dire avant l’offensive de novembre. Leur présence est certainement liée à l’existence d’un camp allemand de prisonniers dans la région d’Alexandria dès 1917. C’est par exemple le cas des soldats du 41e régiment d’infanterie coloniale et du 4e régiment de zouaves dont les tombes indiquent qu’ils sont morts au printemps et à l’été 1918. Leurs régiments se battaient en décembre 1918 sur le front de l’Ouest.

 

Le carré français de la parcelle militaire de Timisoara.

Les tombes des soldats français et roumains morts pendant de la Grande Guerre dans la région du Banat sont regroupées dans une partie du cimetière civil de Timişoara. Inaugurés au cours de l’année 1934 à la suite du regroupement des tombes situées dans plusieurs communes de la région, les carrés français et roumains présentent une certaine symétrie de forme. La parcelle militaire est composée de deux rangées de tombes (24 au total).

 

Ces soldats français sont morts dans la région du Banat (dont Timişoara est la principale ville) dans le cadre d’une mission d’interposition confiée à l’armée du Danube entre novembre 1918 et août 1919, avant que le sort du Banat ne soit définitivement réglé par les traités de paix. La plupart des hommes enterrés à Timişoara sont morts de maladie. Cependant un des officiers inhumés dans ce carré (Tupin, Gabriel, Ferdinand, René) est mort des suites de ses blessures de guerre. Le 24 mars 1919, il a été blessé durant des heurts entre les troupes françaises et un contingent hongrois de Bolchéviques qui traversait en train le Banat en direction de Budapest. Deux jours plus tard, cet officier a été inhumé avec un de ses hommes tombé à ses cotés, avec les honneurs militaires et en présence de la population locale.

 

Carré militaire français de Slobozia.

 

Le carré militaire français de Slobozia se trouve dans le cimetière militaire international situé au centre-ville. Bien qu’il ait été inauguré en 1922, les aménagements du cimetière se sont poursuivis jusqu’en 1932. Il figure aujourd’hui, comme les autres cimetières militaires, sur la liste des monuments historiques de Roumanie. Ce cimetière regroupe les corps de soldats tombés pendant la Première Guerre mondiale dans cette région : 215 Français (dont 214 musulmans), 18 Allemands, 142 Indiens, 1493 Turcs, 10 Britanniques et 77 Roumains.

 

La présence de soldats français est essentiellement due à l’existence d’un camp allemand de prisonniers dans cette région au cours des années 1917 et 1918. Les soldats qui y étaient internés étaient majoritairement employés dans les travaux pour lesquels les Roumains mobilisés manquaient. Souvent mal nourris et vivant dans des conditions d’hygiène déplorables, dans une région où les hivers sont rudes alors qu’ils venaient du nord de l’Afrique, ces soldats sont dans leur majorité, morts de maladie.

 

Le soldat Mohammed Gheraïnia dispose d’un monument particulier au cœur du carré français. Originaire d’une famille de notables algériens, il a apporté une assistance médicale à de très nombreuses personnes, prisonnières ou non. Il jouissait par conséquent d’un très grand prestige auprès de ces compagnons de captivité et vraisemblablement aussi auprès de la population locale. Lors d’une sortie du camp, dans des conditions qui restent encore peu claires (soit pour fuir, soit pour apporter des soins à un habitant), il a été considéré comme évadé et il a été fusillé ou abattu en tentant de fuir. Un second monument rappelant sa mort est situé, en ville, à l’endroit même où il est tombé.

 

 

Le caveau militaire français de Iași.

 

Le caveau militaire français de Iaşi se trouve dans le cimetière civil « Eternitatea » de la ville, lui-même situé dans la rue Eternitate. Créé au cours de l’année 1920, le caveau est partagé en deux par un couloir. De part et d’autre de ce dernier se trouvent 48 niches maçonnées, sur l’intégralité desquelles il n’existe que 10 plaques nominatives. Au dessus du caveau se dresse un monument en forme d’obélisque réalisé par Salvador Scutari et orné d’une plaque de marbre portant l’épitaphe suivante : « Aux Français morts en Roumanie en 1916-1918 ».

 

 

 

Le carré militaire français de Contanța.

 

Constanța est la plus grande ville portuaire de la côte roumaine sur la mer Noire. Elle héberge dans le cimetière central de la ville, une parcelle militaire roumano-française. Cette parcelle regroupe en réalité des soldats roumains, français, allemands et turcs tombés pendant la guerre de Crimée (1854-1856) et la Première Guerre mondiale. Le carré militaire français se trouve dans la partie occidentale de cette parcelle. Il est organisé en deux carrés de 19 tombes chacun, qui accueillent les corps de soldats tombés pendant la Première Guerre mondiale (28 croix latines, 9 stèles musulmanes et une stèle asiatique). L’allée centrale conduit à trois monuments : un monument roumain qui rappelle un naufrage intervenu en 1906, un monument du Souvenir Français en mémoire des soldats français initialement enterrés à Constanţa mais dont les corps ont été ensuite rapatriés en France et un monument central qui rend hommage aux soldats morts pendant la Guerre de Crimée et dont les ossements se trouvent dans une crypte située au milieu du cimetière.

 

Carré militaire français de Galați.

 

Le carré militaire français de Galaţi est situé dans le cimetière "Eternitatea", lui-même situé sur le boulevard George Cosbuc. Ce dernier regroupe aussi des tombes et des ossuaires où sont enterrés des soldats roumains, allemands et soviétiques morts au cours des deux guerres mondiales.

 

Le carré français qui est, lui, uniquement consacré à la Première Guerre mondiale, a été aménagé au cours des années 1920. Les premiers travaux de mise en forme des tertres et d’installation des croix du type « Souvenir Français » ont débuté au cours de l’année 1921. On y trouve 51 tombes individuelles de soldat français alignées sur trois rangées. Le tout forme un carré de tombe entouré par une clôture faite de piliers et de chaînes. L’ensemble est complété par un monument rendant hommage aux soldats français inhumés dans ce même carré.

 

Au cours de la Grande Guerre et dès le mois de décembre 1916, une mission médicale française s’est installée dans la ville de Galaţi. Cette mission a accueilli jusqu’à 50.000 blessés à la suite de l’évacuation de Bucarest. Un des membres de cette mission médicale, le médecin-major Germain, a très vite succombé au paludisme (sa tombe se trouve encore dans le carré militaire français). Mais la très grande majorité des soldats français inhumés dans ce carré sont morts après l’Armistice de 1918. Ces soldats français ont trouvé la mort au cours des années 1919 et 1920 le plus souvent à la suite d’accidents ou de maladie. Les troupes françaises on en effet eu l’ordre d’occuper la Bessarabie afin d’empêcher la Russie de s’attribuer ce territoire avant la fin des négociations des traités de Paix.

 

Aujourd’hui, le carré militaire français est entretenu par la fondation IKON qui joue également un rôle très important dans l’organisation des cérémonies du 11 novembre. Ces cérémonies permettent de transmettre aux jeunes générations le souvenir de ce conflit et de conserver la mémoire de l’implication française en Roumanie. L’engagement de la fondation IKON a également permis de préserver les croix du type « Souvenir Français » qui portent toujours aujourd’hui la couleur « bleu horizon » qui recouvrait ces croix au moment de leur installation.

 

 

 

Sources :

 

  • Site Internet : www.cheminsdememoire.gouv.fr dépendant du Ministère de la Défense.
  • Ambassade de France en Roumanie - 13-15 rue Biserica Amzei, 010392 Bucarest - Secteur 1
  • Site internet de l’ambassade de France en Roumanie : https://ro.ambafrance.org/
  • Photographies : Ministère des Affaires étrangères.
  • Délégué général du Souvenir Français en Roumanie : Serge Sorinel RAMEAU - 9, rue Giuseppe Verdi - BUCAREST Secteur 2 20257 - Mail : serge.rameau@gmail.com

 

Vue du carré militaire français de Galați après les cérémonies de 2011. A gauche du monument on peut voir deux stèles musulmanes et au premier plan la célèbre croix du souvenir français

Vue du carré militaire français de Galați après les cérémonies de 2011. A gauche du monument on peut voir deux stèles musulmanes et au premier plan la célèbre croix du souvenir français

Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.
Les cimetières militaires français en Roumanie.

Voir les commentaires

Publié le 25 Juillet 2018

"C'est nous les Africains, qui revenons de loin...".

Lieutenant Yezid.

 

Mohamed Ben Ali Yezid nait à Maatka en Algérie, vers 1878. Engagé volontaire pour quatre ans à Tizi-Ouzou le 12 novembre 1901, il est d’abord soldat puis caporal dix ans plus tard et enfin sergent en 1913. S’ensuivront les grades de sergent-chef puis d’adjudant. Il est affecté au 1er régiment de tirailleurs algériens (RTA) d’Alger.

 

Les indigènes de l’Algérie – ainsi appelés à l’époque – sont admis à contracter des engagements de quatre ans. Les spahis doivent justifier de la possession d’un cheval. Avant la signature de l’acte, l’engagé volontaire doit prêter serment sur le Coran et promettre de servir avec fidélité la France.

 

De 1907 à 1908, le soldat Yezid participe aux opérations militaires dans la région de Casablanca au Maroc. Il est blessé par balle à la jambe lors du combat de l’oued Dalia le 16 mai 1908. Puis, jusqu’en 1911, il séjourne dans les régions sahariennes avant de rejoindre de nouveau le Maroc occidental en guerre. Le 15 août 1914, il passe au 5e régiment de tirailleurs algériens, un régiment de marche créé avec les bataillons de tirailleurs algériens déployés au Maroc. Le 13 novembre 1914, il est blessé pour la deuxième fois au combat d’El Harri au Maroc.

 

Fin 1915, il rejoint le front de France, au sein de la 48e division. Celle-ci étant composée à l’époque des unités suivantes : 170e et 174e régiments d’infanterie; 78e régiment d’infanterie territoriale ; le régiment de marche de tirailleurs marocains ; le 2e régiment mixte de zouaves et tirailleurs ; deux groupes de 75 du 5e régiment d’artillerie de campagne ; le 8e groupe de 155c du 118e régiment d’artillerie lourde. Engagé dans la Somme puis dans le secteur de Verdun, il est blessé au visage par un éclat d’obus devant Douaumont le 4 mai 1916. Le 21 juin de la même année, il est cité à l’ordre de la division : « Officier indigène admirable et d’un dévouement touchant. Déjà blessé deux fois au Maroc. Blessé au visage au cours de travaux particulièrement périlleux effectués par sa section en pleine bataille lors des offensives heureuses de mai sous Verdun ».

 

Rentré en Algérie au dépôt du 5e RTA, il est chargé de l’instruction des recrues. Puis, en mars 1918, il embarque à destination du front d’Orient où il demeure jusqu’en septembre 1920. Il est vrai qu’à l’époque la Russie est déchirée entre « Russes blancs » (favorables au tsar) et « Russes rouges » (bolchéviques) et que Clemenceau a un temps pensé pouvoir maintenir des troupes sur place en attendant le moment favorable d’une expédition dans le sud de la Russie contre ces mêmes bolchéviques. Cela ne se fera pas.

 

Comme un certain nombre de tirailleurs algériens, Mohamed Yezid est affecté ensuite au Levant, où le Liban est devenu protectorat français. Pendant cette campagne, il est promu lieutenant et cité à deux reprises : d’abord à l’ordre du corps d’armée le 23 mars 1921 : « Yezid Mohamed, sous-lieutenant, chef de section, plein de sang-froid. Exemple de courage, s’est brillamment porté à l’attaque de la cote 1043 à la tête de sa section » ; puis à l’ordre de la division le 12 avril 1921 : « Quoique déjà âgé, fait preuve pendant quatre mois de colonne, d’un entrain, d’une endurance extraordinaire, donnant à tous les hommes en maintes occasions, l’exemple du courage et du sang-froid… ».

 

Rentré en Algérie en novembre 1921, il est affecté sur sa demande aux troupes du Maroc en 1927 et sert au 13e puis au 5e régiment de tirailleurs algériens. Il s’illustre au combat, malgré son âge (49 ans). En 1930, il quitte le Maroc pour instruire de jeunes engagés et des insoumis en Algérie. Atteint par la limite d’âge de son grade le 31 décembre 1935, il se retire à Blida et est rayé des cadres en octobre 1940.

 

Le lieutenant Yezid est promu officier de la Légion d’honneur en 1935. Il était déjà titulaire des décorations suivantes : médaille militaire, médaille du Maroc, médaille coloniale (Maroc), croix de guerre 14-18, croix de guerre TOE. Il a alors trente-trois ans de services dont seize passés à faire la guerre. Il décède à Blida en Algérie en 1951.

 

L’Armée d’Afrique en 14-18.

 

En 1914, environ 30.000 Algériens, Marocains et Tunisiens servent dans l’armée française. Leur recrutement s’effectue grâce au volontariat et dans une moindre mesure par la conscription. Elle s’accompagne, progressivement, de l’octroi d’avantages offerts aux soldats et à leur famille (primes d’engagement, soldes identiques, pensions et indemnités). Au total, environ 173.000 Algériens musulmans sont incorporés dans l’armée française pendant la guerre et près de 125.000 d’entre eux servent en France. Ces hommes sont en majorité incorporés dans les unités du 19e corps d’armée (Alger et Tunis) qui forment, avec les troupes du corps expéditionnaire stationnées au Maroc la fameuse « Armée d’Afrique ». La dénomination, qui n’est plus officielle depuis 1870, a été conservée par tradition. Les soldats européens servent dans les régiments de zouaves (infanterie) et de chasseurs d’Afrique (cavalerie).

 

Le Chant de Africains.

 

Le Chant des Africains est un chant militaire composé dès 1941 par le capitaine de l'armée française Félix Boyer (1887-1980), à partir des paroles d'une marche de 1915 de la Division marocaine chantée sur l'air de l'hymne de l’Infanterie de marine et écrit, suivant les sources, par le commandant Reyjade, pseudonyme de Jeanne Decruck, ou par le sergent Bendifallah et le tirailleur Marizot. Il lui donne son titre, Chant de guerre des Africains, en changeant le C'est nous les Marocains… du texte original par le célèbre C'est nous les Africains du texte actuel.

 

Voici ci-dessous le texte de 1915.

 

« Nous étions au fond de l'Afrique

Embellissant nos trois couleurs,

Et sous un soleil magnifique,

Retentissait ce chant vainqueur :

En avant ! En avant ! En avant !

 

Refrain

 

C'est nous les Marocains,

Qui venons de bien loin.

Nous v'nons d'la colonie,

Pour défen'le pays.

Nous avons abandonné

Nos parents nos aimées,

Et nous avons au cœur,

Une invincible ardeur,

Car nous voulons porter haut et fier

Ce beau drapeau de notre France entière :

Et si quelqu'un venait à y toucher,

Nous serions là pour mourir à ses pieds.

Roulez tambour, à nos amours,

Pour la Patrie, pour la Patrie

Mourir bien loin, c'est nous les Marocains ! »

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse en ligne : www.larousse.fr
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Benjamin Stora, Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), La Découverte & Syros, 2004.
  • Pierre Montagnon, Histoire de l’Algérie : des origines à nos jours, Pygmalion, 1998.
  • Georges Fleury, Comment l’Algérie devint française, Perrin, 2004.
  • Georges Bensadou, Sidi-bel-Abbès naissance d’une ville, L’Algérianiste, septembre 1996.
  • Service d’Information et de Relations Publique de l’Armée de terre (SIRPA Terre).
  • Division communication et information de la Légion étrangère.
  • Capitaine Léon Lehuraux, Chants & Chansons de l’armée d’Afrique, Soubiron, 1933.
  • Site internet : www.piedsnoirs-aujourdhui.com
  • Terre Info Magazine (TIM) n°272 – Mars 2016 – Texte du commandant Michaël Bourlet.
"C'est nous les Africains, qui revenons de loin...".

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 21 Juillet 2018

Liu Yongfu.

Liu Yongfu.

La mort de l’officier de marine Francis Garnier.

 

Les Pavillons Noirs sont d’anciens rebelles Taiping, commandés par Liu Yongfu (1837-1917). Ils sont expulsés de Chine en 1864 vers le Tonkin, après l’écrasement de leur révolte. Les Annamites les utilisent contre les tribus des montagnes, entre le fleuve Rouge et la rivière Noire. A ce titre, Liu Yongfu obtient un rang officiel à la cour.

 

En 1873, le gouverneur militaire français de Cochinchine, l’amiral Dupré, envoie l’officier de marine Francis Garnier en délégation à Hanoi, capitale du Tonkin. Sur place, l'officier de marine se heurte au refus des mandarins d'ouvrir le port et le Fleuve Rouge aux commerçants étrangers. Ces mandarins locaux ont le soutien de l'empereur vietnamien Tu Duc.

 

Francis Garnier ne se laisse pas intimider et avec seulement 120 hommes, attaque la forteresse de Hanoi, défendue par 7.000 soldats annamites au service de l'empereur Tu Duc. Il réussit contre toute attente à s'en emparer. Il n'en reste pas là. Au terme d'une campagne de trois semaines et avec le concours des 140.000 chrétiens locaux, il s'empare également de toutes les forteresses du delta.

 

Le gouverneur Dupré finit par s'inquiéter de son activisme. Il ne lui envoie pas les renforts qu'il attend. Finalement, le jeune officier de marine trouve la mort, le 21 décembre 1873, aux portes de Hanoi, au cours d'une embuscade tendue par les Pavillons Noirs.

Sa mort est exaltée en France par les promoteurs républicains de la colonisation. Mais l'amiral Dupré, qui mesure les risques d'une conquête du Viêt-nam, choisit d'évacuer le Tonkin et d'abandonner les chrétiens locaux à leur sort, en échange de la promesse par l'empereur Tu Duc d'ouvrir les ports et le fleuve aux commerçants français.

 

La Guerre franco-chinoise.

Les Pavillons Noirs harcèlent ensuite les Français sur le fleuve Rouge. Un corps expéditionnaire commandé par Henri Rivière est envoyé en 1881 : c’est la guerre franco-chinoise.

Les Pavillons Noirs combattent alors avec les troupes impériales chinoises contre les Français (les impériaux toléraient ces anciens rebelles à la condition qu'ils restent en dehors de la Chine). Ils participent notamment au siège des troupes françaises (principalement la Légion étrangère) à Tuyen Quang en 1885 au Tonkin.

A la fin de la guerre, en juin 1885, Liu Yongfu rentre en Chine et les Pavillons Noirs sont formellement dissous. La plupart se transforment en bandits, continuant à harceler les Français pendant plusieurs années. Une de leurs troupes pille notamment Luang Prabang, au Laos, en 1887.

 

 

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse en ligne : www.larousse.fr
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Universalis.
  • Site Herodote.net sur la mort de Francis Garnier.
  • Service d’Information et de Relations Publique de l’Armée de terre (SIRPA Terre).
  • Division communication et information de la Légion étrangère.
  • Site www.legion-etrangere.com  du Ministère de la Défense.
Emblème des Pavillons Noirs (musée de l’Armée à Paris).

Emblème des Pavillons Noirs (musée de l’Armée à Paris).

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 11 Juillet 2018

L’escadron d’hélicoptère 3/67 « Parisis » : unité filleule de la ville d’Issy-les-Moulineaux.

Présentation.

L’escadron d’hélicoptère 03.067 « Parisis » est l’une des quatre unités filleules de la ville d’Issy-les-Moulineaux (les autres étant le Régiment de Marche du Tchad, le 2e régiment d’infanterie de la Garde républicaine, le chasseur de mines « tripartite » Andromède).

Cet escadron, créé à Villacoublay le 1er octobre 1964, où il est toujours implanté (Base 107), dépend de la brigade aérienne d’appui et de projection (BAAP), dépendante du commandement des forces aériennes (CFA).

 

Historique.

 

Après avoir volé sur Sikorsky H-34 puis Alouette II, en Algérie notamment, l'escadron reçoit des Alouette III, puis, à la fin des années 80, des Fennec. Dès le début des années 90, la mission « MASA », mesures de sûreté aérienne, se développe au Parisis pour protéger le ciel parisien. À la suite des attentats du 11 septembre 2001, cette mission devient la mission principale de l'unité qu'elle effectue de jour comme de nuit, sur tout le territoire français.

 

De 1996 à 2005, l'escadron comportait une escadrille supplémentaire. Elle était composée de 3 Super-puma pour le transport des hautes autorités de l'Etat. Elle a depuis rejoint les autres appareils de transport gouvernementaux.

 

Missions.

 

L'escadron d'hélicoptères 03.067 " Parisis " est équipé de 10 hélicoptères Eurocopter AS 555 « Fennec ».

Il assure comme mission principale les mesures actives de sûreté aérienne (MASA). Cette mission s'inscrit dans le cadre de la posture permanente de sûreté, renforcée au lendemain des attaques du 11 septembre 2001.

En alerte 24h/24, 7j/7, les équipages du "Parisis", secondés par des tireurs d'élites, commandos de l'air de formation, sont en mesure d'intervenir en quelques minutes, par tous les temps, de jour comme de nuit, en cas de doute sur l'identité ou les intentions d'un aéronef.

L'emploi d'hélicoptères dans le cadre des missions de défense aérienne est une particularité française. Ce concept unique au monde, récent, développé par les personnels du "Parisis" suscite l'intérêt de nos voisins européens et de nos partenaires militaires comme par exemple les Etats-Unis qui emploient depuis peu une unité équivalente afin de protéger Washington.

 

Exemples d'opérations auxquelles l'escadron a participé :

Détachement permanent en Côte d'Ivoire (Abidjan) : soutien logistique et aide au commandement au profit de la force Licorne déployée sur place.

Dispositifs Ponctuels de sûreté aérienne :

  • Sommet des Ministres de la Défense Européen (Deauville 2008) ;
  • Sommet de l'Otan (Strasbourg, mars 2009) ;
  • Salon International de l'Aéronautique (Le Bourget, juin 2009) ;

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Site de la mairie d’Issy-les-Moulineaux.
  • Site de l’Armée de l’Air.
  • Site du Ministère des Armées.

 

L’escadron d’hélicoptère 3/67 « Parisis » : unité filleule de la ville d’Issy-les-Moulineaux.

Voir les commentaires

Publié le 24 Juin 2018

A la mémoire du colonel Paul Schimpff, de Vanves.

Du Premier au Second conflit mondial.

 

Paul Adolphe Schimpff nait le 7 avril 1892 à Conflins-en-Jarnisy, commune du canton de Jarny, dans la moitié nord du département de Meurthe-et-Moselle, à environ 70 kilomètres de Nancy, mais à seulement 25 kilomètres à l’ouest de Metz.

 

Voilà dix-neuf ans que la région est sous le contrôle de l’Empire allemand. Son père est Alsacien, mais n’a pas hésité un seul instant : entre la république française et l’Empire allemand, la famille restera française !

 

Incorporé en 1912, Paul Schimpff intègre en 1913 l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr (Promotion « De Montmirail »). Dès ses premiers jours de combat, en 1914, il est grièvement blessé. Ses supérieurs notent : « Sorti de l'école de Saint-Cyr depuis 15 jours, a conduit sa section à la baïonnette sur l'ennemi et a ainsi déterminé la reddition de 200 ennemis – A été grièvement blessé au cours de cette action ». Il reçoit pour cette action une citation. Au cours de la Première Guerre mondiale, il sera blessé une nouvelle fois et recevra une nouvelle citation. Il termine sa guerre comme engagé volontaire au sein du 1er bataillon de chasseurs à pied, alors en action sur le front de Champagne.

 

Militaire d’active, il est envoyé en poste au Maroc, puis est affecté en Rhénanie et dans la Ruhr occupée. En 1925, il est nommé au grade de chef de bataillon. Il quitte l’armée l’année suivante, pour entreprendre une carrière civile, principalement comme responsable financier de la Ligne de Défense contre les Chemins de Fer. En parallèle, Paul Schimpff continue activement à défendre les intérêts de ses anciens chasseurs. Par ailleurs, il est élu président d’une société de tir.

 

Depuis 1938, une mobilisation partielle est décrétée en France. Paul Schimpff est intégré au 69e bataillon de chasseurs à pied. En avril 1940, il fait partie de l’expédition à Narvik, en Norvège, où il participe à la victoire des alliés, qui sont alors français, anglais, norvégiens et polonais.

 

De retour en France, Paul Schimpff combat dans la Somme. La Wehrmacht le fait prisonnier. Il est libéré quelques mois plus tard, en janvier 1941, pour raisons de santé, du fait de son invalidité contractée lors de sa blessure de 1914.

 

La résistance.

 

Dès lors, il prend contact avec la Résistance française. En août 1942, il entre dans le mouvement Ceux de la Libération, sur les conseils de Raymond Jovignot, chasseur comme lui. Ce mouvement est l’un des huit grands réseaux qui va intégrer le Conseil National de la Résistance, dirigé par Jean Moulin. Le représentant de Ceux de la Libération est Roger Coquoin, qui sera tué en 1943. Paul Schimpf est alors chef du service Actions. Il prend le nom du colonel Lecor et enchaîne les missions.

 

Toute la région militaire de Paris est placée sous sa responsabilité. A la demande de Shimpff, Raymond Jovignot va étudier la possibilité de mettre au point des lance-flammes dont la fabrication devait être assuré par les Etablissements Philippe et Pain (Montrouge, dans les Hauts-de-Seine) et par les Etablissements Jovignot. Ce projet ne verra pas le jour. Paul Schimpff demande également à Henri Pergaud, son adjoint, de lui fournir les plans des réseaux ferrés avec les emplacements des tranchées et des signaux d’arrêt. Ils mettent alors au point un plan pour bloquer les transports militaires allemands.

Paul Schimpff dispose d’un bureau chez Kohn, administrateur de biens, au n°11 de l’avenue de l’Opéra, à Paris, où il réunit son Etat Major. Mais c’est là qu’il est arrêté le 28 avril 1943 par la Gestapo. Il parvient à s’évader de l’hôtel Cayré le soir même de son arrestation puis il envoie un rapport à Roger Coquoin, qui conduit le mouvement Ceux de la Libération depuis l’arrestation de Maurice Ripoche, dans lequel il explique la trahison dont il aurait été victime de la part de son secrétaire, agent passé à l’ennemi. De fait, l’arrestation de Schimpff entraîne un important coup de filet parmi les chefs des sections militaires de Paris.

En cavale, Paul Schimpff est finalement arrêté alors qu’il s’apprête à franchir la frontière espagnole le 20 septembre 1943. Transféré à Fresnes, il est déporté à Buchenwald en janvier 1944. A l’approche des Alliés, les SS commencent à vider le camp: ce seront les « marches de la mort » dont Paul Schimpff sera l’une des victimes: parti vers le 7 avril 1945 il parcourt à pied environ 350 km, jusqu’en Haute Bavière où une colonne de chars US le libère très affaibli le 23 avril 1945. Son compagnon de captivité est le colonel Doucet, chef historique du Ceux de la Libération.

De retour en France, le colonel Schimpff est accueilli le 2 mai 1945 au Val de Grâce où il décède d’épuisement et de fièvre typhoïde le 17 mai, non sans avoir eu le temps d’écrire au Ministre de la Guerre pour défendre les intérêts des familles de ses officiers morts en déportation.

 

Le colonel Schimpff était Officier de la Légion d'Honneur - Croix de Guerre 14-18 avec 4 citations et Croix de Guerre 39-40 avec 2 citations. Il était aussi titulaire de la Croix de Combattant Volontaire et de la Croix des Services Volontaires avec une Citation à l'Ordre du Corps d'Armée.

 

Le nom de Paul Schimpff figure sur le monument aux morts de Vanves.

 

La couverture.

 

La Résistance a parfois des conséquences inattendues. Dans son ouvrage Un juif improbable, le professeur et géopolitologue Monsieur Dominique Moïsi indique de Paul Schimpff, alors membre de la société d’administration de biens Kohn, a été de ceux qui ont « récupéré » puis liquidé grâce au Gouvernement de Vichy les avoirs de la société de son père, précipitant la faillite de celui-ci.

 

En fait, Paul Schimpff se servait de cette société pour cacher ses actions clandestines !

 

 

 

 

Sources

 

  • Encyclopédie Larousse, Wikipédia et Universalis.
  • Archives INA.
  • Site Internet du Ministère des Armées : Mémoire des Hommes.
  • Site Internet www.memorialgenweb.org
  • Site Internet www.memoresist.org
  • Extraits du livre de M. Dominique Moïsi, Un juif improbable, Flammarion, 2011.
  • Archives municipales.
  • Histoire de la France et des Français, d’André Castelot et d’Alain Decaux.
  • Le colonel Paul Schimpff, ce héros, par Jean-Marie Schimpff.

 

 

Voir les commentaires

Publié le 16 Juin 2018

Giacomo et Vincenza Signoroni. Au premier plan, le général de brigade aérienne Jean-Claude Ichac.

Giacomo et Vincenza Signoroni. Au premier plan, le général de brigade aérienne Jean-Claude Ichac.

En prélude à la Journée nationale d’hommage aux Morts pour la France de la Guerre d’Indochine, le 8 juin dernier, le général de brigade aérienne Jean-Claude Ichac, a souhaité saluer la mémoire de son ami, Giacomo Signoroni.

 

 

 

« Monsieur le Préfet,

Monsieur le Maire,

Chers amis,

 

Dans quelques minutes nous allons rendre hommage aux Morts pour la France en Indochine. Mais aujourd'hui, contrairement aux années précédentes, cette cérémonie se déroulera en l'absence de l'un des derniers acteurs de cette tragédie héroïque qui s'est déroulée, il y a soixante dix ans, à 9.000 kilomètres d'Issy, un acteur qui était aussi un citoyen de notre ville, un voisin, un camarade, un ami.

 

Avec son béret vert de « para Légion » et sa cravate de commandeur de la Légion d'Honneur, il était pour nous l'archétype de ceux qui avaient « fait l'Indo », cette Indochine où il avait effectué trois séjours en opérations, où il avait été cité trois fois dont une citation à l'ordre de l'armée et où il avait été blessé à trois reprises, devenant ainsi, selon la belle formule de la Légion étrangère, lui qui était italien d'origine, « français, non par le sang reçu, mais par le sang versé » !

 

Pensionnaire depuis 18 mois de l'Institution nationale des Invalides, l'adjudant Giacomo Signoroni nous a quitté, il y a quelques jours, pour rejoindre ses camarades tombés à ses côtés à Tan-My, à Xon-Lon, à Kham-Thien ou à Dien-Bien-Phu. Lui, le guerrier, peut maintenant reposer, en paix.

 

Nous ne l'oublierons pas.

 

 

 

Général de brigade aérienne (2s) Jean-Claude ICHAC

Président honoraire

du comité d'Issy-les-Moulineaux du Souvenir Français »

 

 

Ci-dessous un album souvenir de notre ami Giacomo, Jacques, comme aimait à dire Vincenza.

 

Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine