Articles avec #commemorations - evenements tag

Publié le 2 Septembre 2018

74e anniversaire de la Libération de Paris, par Fabien Lavaud.

« Monsieur le ministre, vice-président de la Métropole du Grand Paris,

Madame le maire-adjoint déléguée aux Affaires militaires et patriotiques,

Monsieur le député,

Mesdames et Messieurs les élus,

Messieurs les représentants de l’‘autorité militaire,

Messieurs les présidents des associations d’anciens combattants et patriotiques,

Messieurs les porte-drapeaux,

Mesdames, Messieurs, chers amis,

 

La commémoration de la Libération d’Issy-les-Moulineaux, de Paris et de sa banlieue fin août et début septembre 1944 à pour nous une valeur mémorielle et éducative sur la fin de cette horrible guerre, et l’action de la Résistance qui permit de libérer il y a 74 ans nos populations de l’occupation allemande et des monstruosités du nazisme.

 

Les humiliations, privations et douleurs, auxquelles se mêlèrent l’abjection antisémite et les déportations prirent fin grâce notamment aux femmes et aux hommes qui dès 1940 surent dire non à cette oppression. A la tentation du reniement et de la compromission, ils firent le choix de l’engagement. Grâce à eux, à la force qu’ils puisèrent au plus profond de leur être, éclairés par un idéal, la Libération de Paris et sa banlieue pu s’accomplir. Cette libération fut, aux côtés des armées françaises et alliées, la victoire de la Résistance et du peuple. Elle constitua une étape essentielle vers la capitulation du régime nazi. Elle mit fin au règne de Vichy, complice actif du nazisme et scella la reconnaissance du général de Gaulle et du rôle du Conseil National de la Résistance.

 

Le général de Gaulle voulait qu’une armée française soit la première à entrer dans Paris, tandis que la Résistance (avec les FFI et les FTP) voulait que la ville se libère par elle-même, et que Hitler souhaitait qu’elle soit défendue jusqu’au dernier soldat allemand, puis rasée avant son évacuation. Le 19 août, des centaines d’affiches proclament la mobilisation générale. Elle est signée du colonel Rol-Tanguy, chef des FFI pour Paris et l’Ile-de-France. Appelant le peuple parisien à la révolte avec l’appui du Conseil National de la Résistance et le Comité Parisien de la Libération. Le 22 août, il lance un appel « tous aux barricades ». Près de 600 surgissent un peu partout. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes font la chaîne pour se passer pavés, grilles, matelas, sacs de sable… Les barricades ont un impact psychologique très important : les Parisiens participent à leur propre libération. Paris renoue avec la tradition révolutionnaire de 1830, 1848 et 1870, dont les barricades avaient là aussi valeur de symbole. Les comités de Libération s’installent dans les ministères, les mairies et aux sièges des journaux. Les premiers drapeaux tricolores sont hissés depuis quatre ans d’occupation.

 

Le vendredi 25 août 1944 à 15h30, le général Philippe Leclerc de Hauteclocque reçoit à Paris, devant la gare de Montparnasse, la capitulation des troupes d’occupation de la capitale. Le document est signé par le général Dietrich Von Choltitz, commandant du 84e corps d’armée. Il est aussi contresigné par le colonel Rol-Tanguy. Une heure plus tard, le général de Gaulle arrive à la gare et se voit remettre par Leclerc l’acte de capitulation. Il se rend ensuite à l’hôtel de ville ou il est reçut par Georges Bidault, Président du Conseil National de la Résistance. Le soir, de Gaulle s’installe au Ministère de la Guerre, en tant que chef du Gouvernement Provisoire de la République Française. Le lendemain, 26 août, il descend en triomphe les Champs-Elysées, acclamé par deux millions de Parisiens. Il est suivi du général Leclerc et de ses fidèles de la première heure.

 

Sur le perron de l’hôtel de ville, devant une foule enthousiaste et joyeuse, de Gaulle prononce un discours célèbre en des termes flamboyants : « Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple ! ». La libération de Paris laisse un lourd bilan. Elle a causé pendant cette période 76 morts, issus de la 2e division blindée, ainsi que 901 résistants et 3.200 Allemands. Il y aura également 12.800 soldats allemands faits prisonniers.

 

Ce qui est pour la capitale le fut aussi pour Issy-les-Moulineaux, avec ses 115 isséens fusillés où morts en déportation, où sous les bombardements. Pendant la libération de notre cité, on dénombre cinq morts parmi les « Leclerc » et une dizaine de résistants. La Résistance isséenne était bien présente avec le Groupe Bienvenu sous les ordres du lieutenant-colonel Tari. Le 25 août, plus de 500 Allemands se rendent sans conditions quittant ainsi l’île Saint-Germain et le fort.

 

A cette occasion, permettez-moi de rendre hommage à trois personnes. Je tiens à saluer la mémoire de notre ami Marcel Leconte, qui fut vice-président de la FNACA. Il vient de nous quitter. Isséen depuis toujours, il avait laissé pour le Souvenir Français un témoignage sur la libération de la ville ainsi que sur le Stand de Tir où les Allemands fusillèrent près de 150 résistants. Le 4 août dernier, Arsène Tchakarian, dernier survivant du Groupe Manouchian, disparaissait. Egalement le 17 avril 2018 : Madame Raymonde Jean-Mougin nous quittait. Elle était la dernière conductrice ambulancière, surnommée les « Rochambelles ». Nous ne vous oublierons pas.

 

Demeurer fidèle à l’esprit de la Résistance, commémorant l’action de la France Libre, c’est se souvenir que sous le même drapeau frappé de la croix de Lorraine, combattirent ensemble toutes les confessions religieuses et des athées pour que triomphe la liberté, pour que demeure l’indépendance de la Patrie et que recule la barbarie. Comme avait dit Albert Camus au sujet de la Résistance et de la Libération de Paris : « Le Paris qui se bat ce soir au sujet de la Résistance veut commander demain. Non pour le pouvoir, mais pour la justice ; non pour la politique mais pour la morale, non pour la domination du pays, mais pour sa grandeur ».

 

Vive la République et vive la France ».

 

 

Fabien Lavaud,

président départemental de l’association

des Anciens Combattants Volontaires.

Voir les commentaires

Publié le 24 Août 2018

Juin 2008 : au nom des anciens combattants d’Issy-les-Moulineaux, Marcel Leconte s’apprête à déposer une gerbe devant la tombe du Soldat Inconnu.

Juin 2008 : au nom des anciens combattants d’Issy-les-Moulineaux, Marcel Leconte s’apprête à déposer une gerbe devant la tombe du Soldat Inconnu.

Au début de ce mois d’août, nous avons appris la douloureuse nouvelle de la disparition de notre ami Marcel, membre depuis des années de notre Comité du Souvenir Français, ainsi que vice-président du Comité local de la FNACA.

 

Marcel avait rejoint le Souvenir Français en 2007 et nous avait, depuis lors, constamment aidé que ce soit pour porter le drapeau à maintes occasions comme pour gérer le pot de l’amitié à l’occasion des assemblées générales.

 

Marcel Leconte, isséen depuis toujours, nous avait raconté son enfance dans notre commune et rappelé ce que furent à la fois la Libération de la ville en août 1944 comme la découverte du Stand de Tir, où les Allemands avaient fusillé près de 150 résistants. Il était un ancien d’Algérie. Soldat, entre autres, du 584e bataillon du train, il nous avait également confié ses aventures en tant que chauffeur de son commandant de compagnie : Jean Pouget, l’ancien de Dien Bien Phu et journaliste/écrivain célèbre dans le monde combattant.

 

Ses souvenirs sont présents sur ce site à la date du mois d’octobre 2009.

 

A sa famille, à ses amis, le Comité du Souvenir Français d’Issy-Vanves présente ses très sincères condoléances.

 

 

Sources :

 

  • Crédits photographies : archives du Souvenir Français d’Issy-Vanves.
Marcel Leconte en Algérie (à dr. Sur la photo, il porte le fusil à l’épaule).

Marcel Leconte en Algérie (à dr. Sur la photo, il porte le fusil à l’épaule).

Voir les commentaires

Publié le 2 Avril 2018

Hommage au général Glavany.

Il y a un peu plus d’une année, le 16 janvier 2017, disparaissait le général de corps aérien, Roland Glavany. Il avait été le président d’honneur du Comité d’Issy-Vanves du Souvenir Français entre 2008 et 2017.

 

Le jeudi 22 mars 2018, trente élèves de la promotion 2016 de l’École de l’air (EA) ont rendu hommage au parrain de leur promotion, le général Roland Glavany.

 

La cérémonie s’est déroulée au cimetière d’Issy-les-Moulineaux, en présence de la famille Glavany, de quelques proches et amis, comme le général Forget et le général Valérie André.

 

Il s’agit d’une initiative des élèves de l’EA, qui ont profité de leur séjour en Région parisienne, à l’occasion du séminaire interarmées des grandes écoles militaires (SIGEM), pour organiser cet hommage.

 

Ils ont remis l’insigne de leur promotion à leur parrain à titre honorifique avant d’entonner leur chant de promotion.

 

 

 

Copyright Armée de l’Air pour le texte (pour partie) et la photographie (Julien Fechter).

 

 

Voir les commentaires

Publié le 7 Novembre 2017

Louise Zazzera et sa petite-fille Margaux, à l’entrée du cimetière d’Issy-les-Moulineaux.

Louise Zazzera et sa petite-fille Margaux, à l’entrée du cimetière d’Issy-les-Moulineaux.

Comme chaque année, le Comité du Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux et Vanves a quêté devant le cimetière. Conformément aux éléments présentés dans le Journal Officiel, cette quête s’est déroulée du samedi 28 octobre au mercredi 1er novembre 2017.

Nous tenons à remercier les services techniques de la ville pour avoir pavoisé la place du Souvenir Français (elle se trouve à droite en sortant du cimetière, rue de l’Egalité), Monsieur Michel Raineri du protocole, le commissariat, toute l’équipe du cimetière emmenée par Monsieur Gandolfo, ainsi que les quêteurs, bien entendu.

Nous tenons aussi et surtout à remercier tous les donateurs. Il y a quelques années en arrière, la quête du Souvenir Français se résumait à une présence le 1er novembre pendant quelques heures seulement et 50 Euros. Cette année, les quatre jours de quête ont rapporté près de 700 Euros soit pratiquement autant que l’année dernière, qui avait été un cru exceptionnel !

Que chacun et chacune d’entre vous, qui avez donné, soit mille fois remerciés. Cette somme ira à la réfection de tombes et de monuments de celles et ceux qui sont morts pour la France et que l’on n’oublie pas, afin que, comme le disait Roland Dorgelès, « ils ne meurent pas une deuxième fois » !

Mais les événements ne sont pas terminés ! Vendredi 10 novembre, à 18h20, devant le monument aux Morts de la ville, se dérouleront les Flammes de l’Espoir et le Souvenir Français assurera la vente du Bleuet de France, le 11 novembre à l’occasion des cérémonies commémorant l’armistice de 1918.

 

Merci pour tant de générosité.

Voir les commentaires

Publié le 26 Octobre 2017

Quête annuelle du Souvenir Français.

Il faut sauver toutes les tombes de combattants Morts pour la France !

Collecte du Souvenir Français du 28 octobre au 2 novembre 2017

99ème quête du Souvenir Français

 

500 000 tombes de combattants Morts pour la France risquent de disparaître de nos cimetières communaux.

 

Dans chacune de ces tombes reposent un combattant de la Première Guerre mondiale (300 000 corps ont été restitués aux familles), un combattant ou une victime de la Seconde Guerre mondiale (plus de 150 000 corps ont été restitués), un combattant de la guerre d’Indochine et d’Algérie (plus de 40 000 ont été restitués) et tous les combattants tués dans les opérations extérieures de la France depuis 1963.

Ces restitutions répondent au désir des familles d’inhumer leur fils, leur père ou leur époux dans le cimetière de la commune de naissance.

Malheureusement, les tombes familiales vivent ce que durent les concessions – 15 ans, 30 ans, 50 ans, 99 ans ou perpétuelles.

 

La concession achevée, ou la tombe entrée en déshérence, la tombe est supprimée.

Le Mort pour la France inhumé dans la tombe disparaît avec elle.

 

Cette disparition est mémoriellement inacceptable.

 

Enterré dans un cimetière communal, un Mort pour la France s’enracine dans trois histoires familiales, il donne un sens à une famille. Une histoire territoriale, il enrichit l’histoire de sa commune. Et une histoire nationale, il relie la famille, la commune et la Nation dans une histoire partagée.

 

Afin de maintenir ce triple enracinement, Le Souvenir Français est partout mobilisé afin qu’aucune tombe de Mort pour la France ne disparaisse de nos cimetières communaux.

 

Pour relever ce défi nous avons besoin de vous.

 

Aidez-nous ! Un don lors de la collecte qui a lieu cette année du 28 octobre au 2 novembre 2017 c’est un pas de plus pour sauvegarder notre mémoire - la mémoire de notre Nation – la France.

 

A Issy-les-Moulineaux, la quête se fera à l'entrée du cimetière municipal.

 

 

 

Le contrôleur général des armées (2s)

Serge BARCELLINI

Président général du Souvenir Français

Voir les commentaires

Publié le 1 Octobre 2017

De gauche à droite : Madame le général Valérie André, Monsieur André Santini, Monsieur le général Michel Forget.

De gauche à droite : Madame le général Valérie André, Monsieur André Santini, Monsieur le général Michel Forget.

Le jeudi 14 septembre dernier s’est déroulée la conférence du Souvenir Français d’Issy-Vanves à la salle multimédia de la mairie d’Issy-les-Moulineaux. Devant une assistance fournie, Monsieur le général de corps aérien Michel Forget a raconté, avec sa verve coutumière, l’épopée de cette escadrille formée à la demande du général de Gaulle pour, entre autres, marquer la présence française sur le front de l’est.

Le général Forget a expliqué les dures conditions de vie des pilotes, et encore plus celles des mécaniciens, les campagnes, les victoires et les drames : des 15 pilotes du départ en 1943, seuls trois répondaient encore à l’appel moins de deux ans plus tard. Il a également rappelé que le souvenir de l’escadrille est omniprésent en Russie et que des dizaines de milliers de personnes défilent chaque 9 mai en portant les portraits de certains des pilotes de Normandie-Niemen. Ce n’est malheureusement pas le cas dans notre pays.

Pour information, le capitaine Albert Mirlesse, qui était officier de liaison de l’escadrille et le lieutenant-colonel Yves Mahé, pilote, sont enterrés au cimetière d’Issy-les-Moulineaux.

 

Quelques mots sur le général Forget, qui a accepté de reprendre la présidence d’honneur du Comité d’Issy-Vanves du Souvenir Français : le général de corps aérien Michel Forget, entré à l'École de l'Air en 1946, a fait une carrière complète d'officier pilote de combat.

Il a assumé à ce titre tous les commandements correspondant à sa spécialité et a participé à la guerre d’Algérie. Breveté de l'École Supérieure de Guerre Aérienne, le général Forget a tenu des postes importants en état-major. Chef du cabinet militaire du ministre de la Défense en 1975-1976, il a commandé ensuite l'opération Lamantin en Mauritanie, à dominante aérienne. De 1979 à 1983, il a été placé à la tête de la Force Aérienne Tactique et de la 1ère Région Aérienne à Metz.

 

Depuis qu'il a quitté le service actif, en 1983, le général Forget se consacre à des études sur la défense. Il est l'auteur de nombreux ouvrages : Puissance aérienne et stratégies (2001) et Guerre froide et Guerre d'Algérie (2002), Notre défense dans un monde en crise (2006), Du Vampire au mirage, l’épopée d’une génération de pilotes de chasse (2007), Nos forces aériennes en OPEX (2013), Nos armées au temps de la 5e République (2016). Grand’Croix de la Légion d’honneur, le général Forget est correspondant de l'Académie des Sciences Morales et Politiques.

 

Le Comité du Souvenir Français tient à remercier la municipalité d’Issy, son maire, Monsieur André Santini, le Comité de la Légion d’honneur d’Issy, les services techniques et en particulier Monsieur Michel Raineri.

 

CDT (RC) F. RIGNAULT

Président

Voir les commentaires

Publié le 11 Décembre 2016

Assemblée générale 2016.

Le dimanche 4 décembre 2016 s’est déroulée l’assemblée générale du Comité du Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux et Vanves.

 

Etaient présents :

 

  • Monsieur André Santini, député-maire, ancien ministre.
  • Monsieur Marie-Auguste Gouzel, maire honoraire et conseiller municipal en charge des affaires militaires.
  • Madame le colonel Marie-Françoise Goulobtzoff, maire-adjoint de Vanves.
  • Monsieur le lieutenant-colonel Claude Guy, Délégué général de l’association pour les Hauts-de-Seine.
  • Monsieur le général de corps aérien Michel Forget, Grand’Croix de la Légion d’honneur.
  • Monsieur Roger Fleury, président de l’UFAC et de la FNACA.
  • Monsieur Michel Rossignol, président de l’ACPG.
  • Monsieur Alexander Tesich, président des Veterans of Foreing Wars.
  • Monsieur André Rabartin, président de l’UNDIVG.
  • Monsieur Christian Poujols, président de l’UNC.
  • Monsieur Jacques Tchirbachian, président de l’ANACRA.
  • Monsieur Jacques Landois, président de la section de Vanves du Souvenir Français et l’ensemble des adhérents du comité d’Issy-Vanves.

 

Après lecture du rapport financier et du rapport moral, après présentations des actions et des initiatives prises au cours de l’exercice écoulé (visite du carré militaire par les écoles, conférence du général Forget, quête du Souvenir Français, quêtes du Bleuet de France, études et analyses publiées sur ce site Internet, analyse des morts pour la France d’Issy à Verdun…) des médailles ont été remises :

 

  • Médaille d’argent pour Madame Louise Zazzera.
  • Médaille de vermeil pour Monsieur Robert Choffé.
  • Médaille de vermeil pour Monsieur Thierry Gandolfo.

A la suite de l’assemblée générale, un déjeuner a rassemblé les participants au restaurant isséen L’Harissa.

 

CDT (RC) Frédéric Rignault

Président du Comité

Délégué général adjoint.

Voir les commentaires

Publié le 21 Novembre 2016

"Les sportifs dans la Grande Guerre", conférence à Issy le 25 novembre 2016.

Le vendredi 25 novembre, à 18h30, dans la Résidence du Parc, au 20 de la rue de l’abbé Derry à Issy-les-Moulineaux, se déroulera une conférence, animée par Michel Merckel, spécialiste du sport.

 

Le thème : les sportifs dans la Grande Guerre. Comment la guerre a permis l’évolution de la pratique sportive ; son influence sur le monde sportif actuel ; et un hommage particulier aux poilus champions !

 

Venez nombreux !

 

Cette conférence est organisée par l’association isséenne HISTORIM.

Voir les commentaires

Publié le 6 Novembre 2016

Quête 2016 : merci !

Comme chaque année, le Comité du Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux et Vanves a quêté devant le cimetière. Conformément aux éléments présentés dans le Journal Officiel, cette quête s’est déroulée du samedi 29 octobre au mardi 1er novembre 2016.

 

Nous tenons à remercier les services techniques de la ville pour avoir pavoisé la place du Souvenir Français (elle se trouve à droite en sortant du cimetière, rue de l’Egalité), Monsieur Michel Raineri du protocole, le commissariat, toute l’équipe du cimetière emmenée par Monsieur Gandolfo, ainsi que les quêteurs, bien entendu.

 

Nous tenons aussi et surtout à remercier tous les donateurs. Il y a quelques années en arrière, la quête du Souvenir Français se résumait à une présence le 1er novembre pendant quelques heures seulement. Cette année, les quatre jours de quête ont rapporté 740 euros, une somme jamais atteinte et qui dépasse largement les résultats de 2015 (environ 500 euros). Que chacun et chacune d’entre vous, qui avez donné, soit mille fois remerciés. Cette somme ira à la réfection de tombes et de monuments de celles et ceux qui sont morts pour la France et que l’on n’oublie pas, afin que, comme le disait Roland Dorgelès, « ils ne meurent pas une deuxième fois » !

Merci pour tant de générosité.

Voir les commentaires

Publié le 25 Mai 2016

Le général Forget, André Santini, Frédéric Rignault.

Le général Forget, André Santini, Frédéric Rignault.

Le jeudi 19 mai s’est déroulée en la salle multimédia de la mairie d’Issy-les-Moulineaux, une conférence sur le thème : « Nos armées au temps de la Ve République ».

 

Elle était animée par Monsieur le général de corps aérien Michel Forget, Grand’Croix de la Légion d’honneur.

 

Elle avait été précédée d’un mot d’accueil de Monsieur André Santini, ancien ministre, député-maire d’Issy-les-Moulineaux.

 

Cette conférence était fondée sur un livre écrit par le général et publié aux editions Economica : www.economica.fr

 

 

Depuis le début de la Ve République, nos armées ont dû s’adapter sans cesse aux contraintes de situations stratégiques essentiellement fluctuantes auxquelles se sont ajoutées plus récemment celles d’un manque de plus en plus grave de ressources financières. Le général Forget en évoque les conséquences en s’attardant sur les réductions drastiques imposées à leur format par deux fois en 2008 et 2013 et sur les retards qui s’accumulent dangereusement sur la modernisation de leurs armements et équipements. Il en analyse les raisons afin de dégager les axes d’effort conditionnant le redressement qui s’impose aujourd’hui avec l’émergence de la menace du terrorisme islamiste et l’extension au territoire national des théâtres d’opérations.

Ce livre est aussi pour l’auteur l’occasion de rendre un hommage appuyé à nos armées qui, par-delà les faiblesses et les failles qu’elles révèlent aujourd’hui se situent au tout premier rang des armées de l’Union européenne grâce à l’expérience exceptionnelle qu’elles ont acquise du fait de leur engagement quasi permanent tant sur le continent qu’à l’extérieur, grâce aussi à leur professionnalisme et aux qualités intrinsèques de discipline et de réactivité qui sont les leurs.

***

Le général de corps aérien (2e section) Michel FORGET a fait une carrière complète d’officier pilote de chasse. Depuis qu’il a quitté le service actif en 1983, il se consacre à des études sur la défense. Il a publié cinq ouvrages ainsi que de nombreux articles traitant de questions militaires. Il est correspondant de l’Institut de France (Académie des sciences morales et politiques).

Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.
Nos armées au temps de la Ve République.

Voir les commentaires