indochine

Publié le 14 Mars 2021

Brouet et les camps de la mort en Indochine.

 

Au 1er BEP.

Le 1er BEP est formé en 1948 par le chef de bataillon Pierre Segrétain, qui choisit le capitaine Jeanpierre, q’uil a connu au Levant, comme adjoint.

L’unité embarque sur le Pasteur le 24 octobre à Mers el-Kébir et arrive en Indochine le 12 novembre 1948 à Haiphong. Durant toute la guerre d’Indochine, le bataillon, dispersé dans plusieurs postes, interviendra principalement au Tonkin, dans le nord de l’Indochine. Il intègre en son sein la compagnie parachutiste du 3e REI du lieutenant Morin, qui a été l’unité test pour la création des légionnaires parachutistes le 1er juin 1949.

Les 17 et 18 septembre 1950, le bataillon saute sur That Khé, afin de rejoindre le groupement d’unités commandé par le lieutenant-colonel Lepage, parti de Lang Son pour secourir les éléments évacués de Cao Bang (bataille de la RC4). Il est anéanti presque entièrement au cours des combats dantesques qui ont lieu autour de Dong Khé et il est dissous le 31 décembre. Ses pertes sont de 21 officiers, 46 sous-officiers et 420 légionnaires dont le chef de corps, le chef de bataillon Segrétain. Seuls une trentaine de parachutistes parviennent à rejoindre les lignes françaises, parmi lesquels le capitaine Jeanpierre qui deviendra, plus tard en Algérie, le chef de corps du 1er REP.

Jean Brouet nait le 11 mars 1926 à Nizy-le-Comte dans le département de l’Aisne. Après la Seconde Guerre mondiale, il s’engage dans la Légion étrangère et rejoint Khamisis en Algérie, lieu de cantonnement du 1er BEP.

Prisonniers des soldats du Vietminh, l’isséen Jean Brouet, meurt en captivité au Camp n°3.

 

Prisonnier des Viets.

Marcel Bigeard, prisonnier au Camp n°1, après la bataille de Diên Biên Phù. Extraits de son livre Ma vie pour la France, écrit au début des années 2000, alors qu’il a près de 90 ans.

« Quatre mois entassés dans des huttes en paille. De chaque côté, des planches. Vingt sur la droite, vingt sur la gauche, aucun soin médical et huit cents grammes de riz par jour. Quotidiennement, les Viets tentent d’opérer des lavages de cerveau, généralement inefficaces.

Je ne suis pas le plus mal loti. Plus jeune que les autres, mes années de bandera en Pays Thaï m’ont habitué à la frugalité. Je suis endurci. J’essaie de maintenir ma discipline. Tous les matins jogging, gymnastique. Certains officiers me suivent. La plupart n’en sont plus capables. Ils maigrissent, ne peuvent plus tenir debout, meurent de dysenterie ou de fièvre sous le regard indifférent des Viets. Le sort des hommes de troupe a été encore pire. Ils ont fait des centaines de kilomètres jusqu’au camp à pied, après cinquante-sept jours de combats incessants dans des conditions épouvantables. On les a fait marcher jusqu’à ce qu’ils en crèvent. C’est le sort de beaucoup d’entre eux. Les blessés sont abandonnés et meurent au bord des routes. Je l’ai déjà dit, je le répéterai jusqu’à ma mort : pendant ces quatre mois de captivité et d’horreur, les deux tiers d’entre nous sont morts. Partis à douze mille, nous reviendrons à quatre mille. Ça, c’est impardonnable. Il aurait suffi qu’on donne à ces hommes une seule banane par jour, et on aurait ramené presque tout le monde. Certains d’entre nous ne sont plus des hommes. A peine des cadavres ambulants. La faim, la mort lente pour tant de camarades. J’y pense tous les jours. J’en ai encore les larmes aux yeux aujourd’hui, en écrivant ces souvenirs qui défilent dans ma mémoire ».

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Wikipédia et Larousse.
  • Site : https://www.memorialgenweb.org/ et fiche individuelle Jean Brouet
  • Général Marcel Bigeard, Ma vie pour la France, Editions du Rocher, 2010.
  • Crédit photographique : Gérard Brouet

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 7 Mars 2021

Le 9 mars 1945 à Hanoi n’était pas un « coup de force » des Japonais mais bien un massacre !

Le 8 mars 1980, Pierre Darcourt, grand-reporter au Figaro, écrivait un remarquable article sur ce que l’on a appelé le « coup de force des Japonais » en Indochine. Cela s’est passé il y a exactement 76 ans. On parlait de coup de force, alors qu’il eut été préférable de prononcer les mots véritables : massacre systématique des soldats français et de nombreux civils européens.

 

Sur ce site, nous avons déjà écrit à propos de cette tragédie. Il est loin d’être inutile de le rappeler, comme l’a fait notre adhérent et ami, Alain Bétry d’Atlante-Editions.

 

Voici, in extenso, l’article de Pierre Darcourt.

 

 

« Depuis plus de quatre ans — totalement coupée de la métropole — l’Indochine française, en vertu des accords passés avec le Japon (autorisant le stationnement des troupes impériales nippones), vit à l’écart de la guerre. L’amiral Decoux soutenu par la majorité de la population (25 millions de Vietnamiens, de Khmers, de Laotiens et 45 000 Français) gouverne le pays. Il espère qu’un jour pas très lointain l‘empire du Soleil-Levant recevant un coup mortel (les armées alliées sont déjà entrées en Allemagne), il se trouvera alors en mesure de négocier avec ses représentants une libération de l’Indochine sans effusion de sang. Mais déjà de Paris et de Calcutta, où vient de se mettre en place une antenne S.R. et Action, le général de Gaulle et ses envoyés poussent à la résistance. Des parachutages d’armes et d’explosifs ont déjà eu lieu dans la brousse du Tonkin et certaines plantations. Des réseaux en contact avec l’O.S.S. et l’Intelligence Service existent, transmettant par radio des renseignements sur les bases japonaises. Les bombardements alliés se font de plus en plus précis. Des convois de bateaux sont coulés. Les revers subis par les troupes nipponnes en Birmanie, la perte des Philippines, la menace que fait peser l’avance américaine dans le Pacifique sur le territoire insulaire du Japon inquiètent l’état-major impérial. Les généraux japonais savent toute l’importance stratégique que revêt l’Indochine, unique voie terrestre de communication et de repli pour leurs troupes encore stationnées à Singapour, en Malaisie, en Thaïlande. En moins de trois mois, dans le plus grand secret, les Japonais ont quadruplé leurs effectifs en Indochine. Un plan d’attaque surprise est déjà prêt. Reste à trouver le prétexte. Le 9 mars, en fin de journée, l’ambassadeur Matsumoto présente à l’amiral un ultimatum inacceptable : « Le rattachement des troupes françaises au commandement nippon et l’assurance de défendre l’Indochine jusqu’au bout contre toute agression des forces anglo-américaines. » Decoux rejette sèchement le diktat. C’est la rupture et la guerre.

 

9 mars 1945 — 20 heures.

Au centre du Petit Lac, le pagodon posé sur son socle d’herbe cerné de lotus paraît flotter sur l’eau grise où tremble un reflet de toit cornu. Le ciel s’assombrit. La nuit tombe sur Hanoi. Une sourde explosion, retentit et l’électricité s’éteint. Dans la ville, soudain plongée dans l’obscurité, des camions bâchés, les phares masqués d’un « loup » bleu qui filtre la lumière, convergent vers le centre urbain, déposent à chaque carrefour des paquets de soldats casqués et trapus.

Rapides, disciplinés, ces soldats disposent des sacs de sable en demi-cercles, mettent mortiers et mitrailleuses en batterie. A 20 heures précises, la fusillade éclate, mêlée de hurlements qui déchirent la nuit. Rafales de traçantes, tonnerres de canons, lueurs fulgurantes des lance-flammes. Dix mille Japonais, surgis de l’ombre se ruent à l’assaut de la citadelle. Le calvaire de l’Indochine française commence. En Cochinchine, au Cambodge, au Laos, les faibles garnisons françaises sont vite submergées.

A Hué, retranchée dans « La Légation », une vingtaine d’hommes et trois sous-officiers commandés par deux officiers remarquables, le capitaine Bernard et le lieutenant Hamel, résisteront toute la nuit à trois compagnies japonaises appuyées par deux pièces d’artillerie et des chenillettes blindées. Mais c’est au Tonkin, où se trouve la majorité des vingt-cinq mille hommes que comprend l’armée française en Indochine (dont vingt-mille Indochinois) que se déroulent les plus durs affrontements.

A Hanoi, marsouins et tirailleurs de la citadelle tiennent vingt heures à un contre dix, sous un déluge de feu. Les neuf canons de 75 servis par les assiégés tirent hausse à zéro sur les Japonais qui se présentent aux « portes ouest et nord » en rangs serrés. Les tirs nippons redoublent d’intensité, mortiers lourds, obus de 77), des troupes fraîches relèvent les unités décimées. Trois fois les Japonais précédés de lance flammes ouvriront une brèche dans le dispositif français. Trois fois les marsouins les repousseront. La troisième contre-attaque menée par un officier sorti du rang, le capitaine Omessa, est un extraordinaire fait d’armes. En moins de quarante minutes, un bataillon japonais retranché dans les cours et les grands bâtiments du 9e R.I.C. est taillé en pièces… par huit groupes de combat (une centaine d’hommes). Pendant toute la durée de l’assaut, le vieux capitaine Omessa, une musette de grenades en bandoulière, a marché en tête de ses marsouins. Et il s’accrochera au terrain jusqu’au moment où lui et ses hommes auront épuisés leurs cartouches et leurs « quadrillées ».

Alors les marsouins incendieront leurs camions et saboteront les pièces d’artillerie.

Au quartier Balny, une grande partie des cadres étaient absents, mais des éléments de défense franco-indochinois on été mis en place. Le lieutenant Roudier, commandant la compagnie d’alerte, réussit à franchir plusieurs barrages japonais et rejoint son poste. La défense est organisée dans les deux bâtiments et la « tour chinoise » des transmissions. Les Japonais soutenus par un tir de mortiers, attaquent à découvert, le lieutenant Roudier armé d’une mitraillette, fauche les premiers rangs des attaquants et gagne la tour. Il se heurte à des Japonais infiltrés. Blessé d’un coup de baïonnette dans la poitrine, il s’écroule sans lâcher son arme, se redresse peu après et abat deux soldats japonais occupés à mettre une mitrailleuse en batterie contre nos troupes. Une balle explosive lui brise le bras (dont il devra par la suite subir l’amputation). Ses sous-officiers et ses tirailleurs défendront les positions jusqu’à l’aube.

 

« Faites votre devoir ! »

Le 10 mars à 16 heures, un clairon sonne le cessez-le-feu. Le général Okada, commandant les troupes d’attaque japonaises, accorde aux survivants de la citadelle les honneurs de la guerre. La cérémonie aux couleurs avec salut aux morts ; le défilé des troupes françaises en armes hors de la citadelle tandis que les Japonais leur présentent les armes. Les pertes françaises et indochinoises dépassent  cinquante pour cent des effectifs engagés… en moins de vingt-quatre heures de bataille sans répit !

A Dong-Dang, poste clé de la frontière du Tonkin formé d’une série de blockhaus, couronnant un mamelon et en contre-bas de quatre casemates enterrées, la garnison de cent cinquante hommes, sous les ordres du commandant Soulié repousse trois assauts et contre-attaque en pleine nuit. Le commandant Soulié est tué. Le capitaine Anosse prend le commandement. Durant deux jours et trois nuits, la garnison brise l’une après l’autre toutes les vagues d’assaut japonaises.

Les Nippons, qui attaquent à dix contre un, amènent de l’artillerie lourde. Les blockhaus sautent l’un après l’autre. La garnison décimée, munitions épuisées, cesse le feu. Le général qui commandait les troupes nipponnes félicite le capitaine Anosse pour son courage… l’assomme d’un violent coup de fourreau sur la nuque et l’achève d’une balle de révolver qui lui fait éclater la tête. Les cinquante-cinq survivants du poste (dont quarante Indochinois) sont ensuite décapités au sabre ou éventrés au sabre ou éventrés à la baïonnette.

A Hanoi, près de la mer de Chine, le capitaine Regnier, athlète superbe (champion d’Indochine du 110 m haies et du saut en longueur) et fin lettré (il est titulaire de trois diplômes : chinois, vietnamien, et japonais), invité par les officiers nippons à disputer un match de basket, est fait prisonnier. Torturé, criblé de coups de baïonnettes, il refuse de signer un ordre de reddition destiné à la garnison qu’il commandait. Les Japonais l’amènent devant le poste et somme son officier adjoint « d’ouvrir les portes ». Le capitaine Regnier crie au lieutenant Damez : « Faites votre devoir ! » Le feu éclate de partout. Les combats dureront près de quatre-vingt-dix heures. Les Japonais, qui ont exécuté le capitaine Regnier, ont eu plus de deux cents morts. Le 13 mars, le lieutenant Damez reçoit l’ordre de se replier dans la brousse. Il incendie le poste et réussit à forcer les lignes japonaises avec tous les rescapés.

A Hagiang, après une nuit de durs combats, où les Japonais, appuyés par de canons, ont subi des pertes sévères, le lieutenant Marioka frappe les prisonniers à coups de sabre et abat d’une balle dans la tête le capitaine Bertard. Puis le massacre des prisonniers, mains liées dans le dos, commence : à coups de crosses, de baïonnettes et de pistolet. Des râles et des plaintes montent de ce tas informe et sanglant, donnant exactement l’impression d’un abattoir pendant l’égorgement des bêtes.

Sur un effectif de cinquante et un, quarante-cinq officiers, sous-officiers et soldats ont été massacrés. A Moncay, le colonel Lecoq est tué en emmenant ses hommes à la contre-attaque.

Le poste de Quang Yen, occupé par une compagnie commandée par le capitaine Mallet, assailli par deux bataillons japonais, repoussera six attaques et résistera jusqu’au 10 mars. Le capitaine Mallet, quatre fois blessé au cours de l’action — coup de sabre au bras (se dégage et abat un officier japonais d’une balle en pleine tête) ; au matin, une balle au cou ; à dix heures, une balle qui lui perfore le poumon ; à onze heures une autre balle lui traverse les deux cuisses —, refuse malgré tout de hisser le drapeau blanc. Le poste est écrasé sous les obus.

 

Le traquenard de Langson.

A Langson, verrou de la porte de Chine, tant de fois secoué par le fracas des armes, les Japonais commencent par tendre un traquenard « souriant » aux autorités civiles et militaires du territoire : l’administrateur Auphelle, le général Lemonnier et le colonel Robert sont arrêtés au cours d’un « repas d’amitié ». Au même moment, vers 21 heures, dix mille soldats nippons partent à l’attaque des positions françaises.

Sur tous les ouvrages, citadelles, fortins, points d’appuis, casemates isolées, casernement, le combat s’engage, tantôt à distance, tantôt au corps à corps : à la mitrailleuse, au canon débouchant à zéro, puis au lance-flammes. Marsouins, bigors, légionnaires se battent à un contre cinq, parfois un contre dix, sans reculer d’un pouce.

Devant la résistance que leur opposent les troupes franco-indochinoises, les Japonais essaient en vain d’extorquer au général Lemonnier, à M. Auphelle et au colonel Robert un ordre de reddition. Devant leur refus, les trois chefs français sont décapités.

Au cours de la bataille acharnée et sauvage, un officier d’un calme prodigieux, le lieutenant Duronsoy, conduit toutes les contre-attaques et récupère les blessés. Après quinze heures de combat, et malgré un bombardement aérien, la citadelle tient toujours. Duronsoy, blessé par plusieurs éclats de grenade, profite d’une accalmie pour se faire panser, et reprend la tête de ses combattants. A treize heures, les survivants se replient sur le fort Brière-de-l’Isle, en escaladant, sous le feu ennemi, les pentes abruptes de l’ouvrage. Le fort ne tombera que le 11 mars au matin, après avoir essuyé plusieurs salves d’obus toxiques. Les pertes ont été lourdes, deux cent cinquante « Européens » presque tous blessés.

Les Japonais alignent tous les blancs attachés avec de grosses cordes au pied des remparts du fort. Les tirailleurs indochinois ont été séparés de leurs frères d’armes « blancs ».

Un canonnier eurasien, Jean Nguyen, du 4eR.A.C. a été mis de côté, à cause de son faciès asiatique. « Tu n’es pas blanc, toi ! » lui jette un officier nippon, en le repoussant d’une bourrade. Nguyen secoue la tête et rentre volontairement dans le peloton des condamnés. Deux fois écarté, il reviendra deux fois en disant : « J’ai toujours vécu avec les Français. Ils m’ont toujours traité comme un frère. Je mourrai avec eux. »

 

Une mort atroce et glorieuse.

Les mitrailleuses japonaises ouvrent le feu sur les prisonniers, en tirant bas, à hauteur des jambes. Le lieutenant Duronsoy, les tibias éclatés, tombe à genoux, en entonnant « La Marseillaise », reprise spontanément par tous ses camarades. Deux compagnies de fusiliers « japs » poussant leur furieux  « Banzaï», se précipitent sur les Français fauchés et les lardent de coups de baïonnettes. Le carnage dure deux heures. Puis ayant coupé les liens qui unissaient encore leurs victimes, les Japonais, à coup de pied, font rouler tous les corps dans le profond ravin bordant le fort, où les cadavres sanglants des héros de Langson, dispersés au hasard de la pente … ne connaîtront jamais de sépulture.

Tandis que, dans les garnisons de la haute région tonkinoise, se commettent ou se poursuivent ces tueries monstrueuses, d’autres troupes ayant échappé au  piège, se replient dans la brousse. Des maquis se forment, des colonnes tendent des embuscades ou font sauter les convois ennemis. Ce sera le cas du groupement du général Alessandri, dont l’encadrement est renforcé par les jeunes officiers de l’Ecole militaire interarmes de Tong. Mais ce qu’il faut retenir de ces terribles événements du 9 mars 1945, c’est qu’en quarante-huit heures de combat, les forces françaises d’Indochine — six mille hommes, à peine — attaquées par soixante mille Japonais, ont perdu plus du tiers de leurs effectifs ! Les tirailleurs indochinois compteront quatre mille tués. Oubliés de la plupart des historiens qui ne l’ont même pas enregistré comme une péripétie de la guerre du Pacifique… les héros du 9 mars ont écrit une des plus belles pages de notre histoire militaire.

Ils savaient qu’en acceptant le combat, dont ils connaissaient d’avance le dénouement, qu’ils ne l’engageaient que pour mourir, pour l’honneur et le drapeau de leur patrie si lointaine !...

A quelques centaines de kilomètres de leurs garnisons, des milliers d’avions américains, basés en Chine, dont les fameux « Tigres volants », avaient reçu l’ordre formel de la Maison-Blanche de ne pas intervenir. Ils auraient pu écraser les divisions japonaises en quelques heures, ou parachuter des armes et des munitions aux Français qui luttaient dans les forts ou dans la jungle. Mais le ciel tonkinois resta étrangement vide…

Ce n’est que plus tard, les Américains, avec l’utilisation de la bombe atomique anéantiront les Japonais le 6 août 1944 à Hiroshima et le 8 août 1944 à Nagasaki ».

 

 

Sources :

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 13 Décembre 2020

Un poste de surveillance armé autour de Cao Bang tenu par la Légion et équipé d’un mortier de 120 mm – Juillet-août 1950

Un poste de surveillance armé autour de Cao Bang tenu par la Légion et équipé d’un mortier de 120 mm – Juillet-août 1950

Les événements de l’automne 1950, connus sous le terme générique de bataille de Cao Bang, montraient à la France que la guerre d’Indochine avait changé de nature. Sans un changement de stratégie et sans un effort militaire conséquent, il serait très difficile de conserver l’Indochine sous son influence.

Pour comprendre la bataille de la RC 4, pour route coloniale n° 4 - ou de « bataille de Cao Bang » - quand bien même cette petite localité ne fut le théâtre d’aucun combat, il convient de remonter au mois d’octobre 1947. Le général Salan commande alors les Forces terrestres du Nord-Vietnam. Il lance l’opération Léa qui vise à la destruction de l’appareil politico-militaire vietminh dans le Tonkin. Si les résultats de l’opération restent mitigés, celle-ci permet toutefois la réoccupation de la zone frontière du nord-est du Vietnam. Le commandement y décide l’implantation de dizaines de postes ravitaillés par une unique voie de communication : la RC 4. Le Vietminh ne s’y trompe pas et commence, dès la fin de l’année 1947, à monter des embuscades de plus en plus meurtrières sur les convois de ravitaillement, attaquant également les garnisons les plus faibles. Au printemps 1949 et dans un contexte d’enlisement des opérations et d’impasse politique en Indochine, le gouvernement décide de confier au général Revers – l’équivalent de l’actuel CEMAT – une mission d’inspection en Indochine. Aux termes de cette dernière, il préconise l’évacuation des postes de la Haute région tonkinoise trop exposés aux coups de l’adversaire. Ceux de Bac Khan et Nguyen Binh seraient abandonnés en priorité tandis que « Cao Bang serait réduit à une occupation allégée étant entendu que ce poste serait replié devant une menace sérieuse ». 

 

L’évacuation de Cao Bang.

Pour différentes raisons, le "rapport Revers", pourtant entériné par le gouvernement, n'est pas suivi. En effet, des oppositions existent. Elles sont liées à la conduite de la guerre et aux différentes appréciations de situation des échelons politico-militaires. Il faut attendre le mois de septembre 1950 pour que l’opération d’évacuation de Cao Bang soit – enfin – décidée. Sa conception paraît simple : une colonne, forte d’environ 2 700 hommes commandée par le lieutenant-colonel Le Page, partirait de That Khé et se porterait au-delà de Dong Khé (opération Thérèse) pour « tendre la main » à la colonne Charton (environ 2 200 hommes et 900 civils) qui aurait évacué Cao Bang (opération Orage). La planification et la conduite de l’opération souffrent cependant de graves défauts et d’importantes erreurs sont commises. Ainsi, la capture de Dong Khé par l’armée populaire vietnamienne, le 18 septembre, n’entraîne aucune modification du plan initial. Le Page, pense-t-on un peu vite, n’aura "simplement" qu’à reprendre le poste… Or, il n’y parviendra pas. Les colonnes Le Page et Charton feront leur jonction le 7 octobre et disparaîtront sous les coups répétés des bataillons de l’armée. En effet, le Vietminh, dont une partie du commandement français a largement sous-estimé les capacités manœuvrières et la nouvelle puissance de feu, a très vite réagi aux premiers signes de l’évacuation et vu l’occasion de remporter une grande victoire. 

 

Au lendemain de la bataille.

Dans les jours qui suivent, des centaines d’hommes venus porter secours à leurs camarades disparaissent. Surestimant – cette fois – l’adversaire, le commandement local abandonne Langson le 17 octobre : des milliers de tonnes de nourriture et d’équipements divers tombent, intacts, aux mains du Vietminh. Aux lendemains de la bataille, le gouvernement français n’est pas encore prêt à lâcher l’Indochine et envoie un chef prestigieux, le général de Lattre de Tassigny, redresser la situation. Malgré son action, ce dernier écrira en septembre 1951 aux membres du gouvernement : « Il peut survenir une catastrophe en Indochine, il ne peut pas y surgir de miracle. » Trois ans plus tard, l’Histoire lui donnera raison…

 

Alexandre Zinani.

Alexandre Zinani nait à Boulogne-Billancourt le 11 juin 1925. Il habite Issy-les-Moulineaux au moment de son départ pour l’armée, où il s’engage. Il rejoint le 3e BCCP (Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes) à Vannes, où l’unité a été formée en janvier 1948. Des années plus tard, en Algérie, le 3e BCCP deviendra le 3e RCP et ses chefs les plus célèbres seront les colonels Bigeard et Trinquier. Aujourd’hui, cette unité s’appelle le 3e RPIMa. En attendant, le 3e est appelé en Indochine dès le mois de novembre 1948.

Le 3e est pratiquement anéanti lors de la bataille de Cao Bang. Son chef, le capitaine Paul Cazaux, est fait prisonnier par le Viet Minh, le 11 octobre. Interné au camp n°1, il refuse de se soumettre aux commissaires communistes vietnamiens. Il est condamné à mort par épuisement. Mais avant de mourir, Cazaux donne l’ordre à ses hommes de mentir durant les séances d’auto-critique afin d’augmenter leur chance de survie.

Ce même 11 octobre 1950, Alexandre Zinani trouve la mort sur le champ de bataille. Les postes qui jalonnaient la RC4 ont presque tous été éliminés par le Viet Minh dans les jours précédents. Les hommes, rendus fous par les bombardements et les attaques terribles de l’ennemi, se cachent comme ils le peuvent dans la forêt, marchent de nuit, escaladent les montagnes. Le 12 octobre, enfin, les rares survivants gagnent Na Cham où ils sont en sécurité.

 

Couvert par le général Carpentier et le général Marchand, remplaçant du général Alessandri, opposé à l'évacuation de Cao bang et parti défendre son point de vue en métropole, le colonel Constans panique et abandonne Lang Son, notamment son artillerie lourde, ses munitions, armes et réserve de vivre. Le 17 octobre, la garnison de Lang Son évacue la ville et rejoint le delta du Tonkin, sans pertes. Le ministre d’Etat chargé des relations avec les Etats associés M. Jean Letourneau, vient le 20 octobre à Phu Lang Thuong (non loin d’Hanoï sur la RC 1), lieu de rassemblement des rescapés de la RC 4, dès l’annonce du désastre, accompagné du général Juin, Résident général du Maroc, et du haut-commissaire M. Pignon.

 

En France et partout dans le monde, l’annonce du désastre est douloureusement ressentie.

 

 

 

Sources :

Ce texte a été écrit par le commandant Ivan Cadeau et a été publié dans le cadre du journal TIM 5terre Info Magazine) en 2020.

Les photographies sont issues du fonds de l’ECPAD.

Le texte relatif à Alexandre Zinani a été écrit par le SF d’Issy-Vanves.

Encyclopédie Wikipédia.

Alexandre Zinani.

Alexandre Zinani.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 28 Mars 2020

Pierre Ramboz de Vanves, et le commando Jaubert.

Sur la plaque commémorative de l’église Saint-Rémy de Vanves figure le nom de Pierre Ramboz, Mort pour la France en Indochine.

Pierre Ramboz était né le 23 novembre 1922 à Clamart. Enseigne de vaisseau 1ère classe (équivalent de lieutenant dans l’armée de Terre), il est tué 2 septembre 1948 dans une attaque sur l’île de Phu-Quoc, à la frontière des actuels Cambodge et Viet-Nam. Pierre Ramboz était un officier du commando Jaubert.

 

Le commando Jaubert.

En décembre 1944 à Toulon est créée une compagnie de reconnaissance qui participe au désengagement de la frontière franco-italienne entre Nice et Vintimille avant d’être engagée en octobre 1945 en Indochine au sein de la Brigade marine d’Extrême Orient puis au sein de la flottille fluviale du Tonkin. Elle porte le nom de compagnie Merlet, du nom de son chef. Cette compagnie opère aux côtés des hommes du SASB du capitaine de corvette Ponchardier.

Le 29 janvier 1945, à la mort du capitaine de frégate François Jaubert, commandant la flottille fluviale des troupes françaises d’Extrême-Orient, mortellement blessé quatre jours plus tôt au cours d’une opération près du village de Tan Huyen en Indochine, la compagnie Merlet est rebaptisée compagnie Jaubert. A sa tête seront tués l’enseigne de vaisseau de Montfort, en 1946, et le lieutenant de vaisseau Saint John de Crèvecoeur en 1947.

La compagnie devient « commando » Jaubert le 1er janvier 1948. Il est rattaché à la division navale d’Extrême-Orient. Le commando Jaubert sera la dernière unité française à quitter le sol indochinois en 1956.

Durant ces années, 59 hommes de la compagnie Merlet, de la compagnie Jaubert et du commando Jaubert perdront la vie en Indochine dont deux de ses commandants.

Le commando est ensuite engagé en Algérie au sein de la demi brigade de fusiliers marins pour des missions de maintien de l’ordre, puis au groupement des commandos marine pour des missions de contre guérilla dans l’Atlas saharien. Le 26 octobre 1960, son commandant, le lieutenant de vaisseau Scheidhauer, est tué en montant à l’assaut d’une katiba dans le djebel Ben Lerfhad.

Après le cessez-le-feu et l’indépendance de l’Algérie, Jaubert s’établit en 1962 à St Mandrier avant de s’installer à Lorient à la fin 1969. 10 hommes du commando Jaubert sont tombés au champ d’honneur en Algérie.

Le commando Jaubert continue à participer à de nombreuses opérations dont les principales sont les suivantes : Somalie et Liban en 1985, l’évacuation des ressortissants français au Yémen en 1986, les Comores en 1989, 1993 puis 1995, l’ex-Yougoslavie dès 1996, l’Albanie en 1997, la Guinée-Bissau et le Congo en 1998.

Après le 11 septembre 2001, le commando Jaubert participe à la lutte antiterroriste en Afghanistan et en Océan Indien. En 2004, il est engagé en Haïti.

Ces dernières années sont marquées par l’engagement croissant du commando dans les opérations du commandement des opérations spéciales, mais également dans des opérations maritimes.

Le commando Jaubert est titulaire des sept citations à l’ordre de l’Armée de mer.

Son fanion porte les fourragères de la légion d’honneur, de la médaille militaire et de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs.

 

Sources :

  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Site Memorial GenWeb : fiche individuelle de Pierre Ramboz.
  • Site de la Marine nationale.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 18 Décembre 2019

Capitaine Petit - En Indochine - 2.

Retour à Hanoi.

 

« Après la chute de Dien-Bien-Phu, le Haut Commandement a remanié le dispositif. La défense du Tonkin devient la priorité. La déferlante Viêt sur le delta ne saurait tarder. Nous voilà de retour à Hanoi. Le GM7 doit rejoindre le delta du fleuve Rouge. Le 2 juin, nous partons en camions pour Ninh-Giang. Il s’agit d’évacuer un poste complètement isolé du reste du monde, encerclé par les Viets et sans possibilité d’être ravitaillé. Pour mener à bien ce repli, deux bataillons de Vietnamiens, un bataillon de Marocains (le mien), une batterie d’artillerie (du 105), une batterie de mortiers, un peloton de blindés, l’aviation d’observation et de chasse sont mis en œuvre.

 

Ma compagnie occupe le village le plus avancé dans le dispositif pour que les autres groupes puissent œuvrer sereinement. Quelques fusils communistes nous harcèlent mais rien de bien grave. A 14h, le poste saute avec les munitions qui ne peuvent être transportées. Le repli des troupes de tête s’exécute sans histoire avec les effectifs du poste. A 18h, l’opération est terminée. Tous les éléments sont rentrés à Dong-Ta. Aucune perte à signaler, mais deux blessés par mines et deux blessés sur des pièges harpons. Les pièges harpons sont très difficiles à détecter, puisque n’utilisant pas de métal. Il s’agit d’un trou de 25 x 25 cm et profond de 50 cm. Dans le fond du trou sont mis en place à la verticale des lames de bambou taillées en pointes acérées. Le tout est soigneusement recouvert d’une tresse en bambou, flexible et camouflée. Lorsqu’un individu met le pied sur un tel piège, il est aussitôt empalé au travers de son mollet. Ce genre de blessure nécessite le rapatriement sanitaire en métropole eu égard aux risques d’infections car le bambou est taillé comme un hameçon et ne peut être retiré.

 

Retour à Ninh-Giang. Nous bivaquons non loin du marché, qui est très animé. Les tonkinoises habillées d’un qué-nan noir et d’une chemise brune, ont dans leurs cheveux un turban marron (teinture traditionnelle) et mâchent et crachent du bétel, colorant leur dentition d’un rouge vif. Accroupies devant leurs paniers de légumes ou de poissons, elles jacassent bon train. L’une d’elles se lève et remonte son pantalon à mi-jambe. Elle se met à uriner à côté de son panier, l’éclaboussant en partie. L’air ambiant sent le nuoc-mam, comme partout ailleurs. Pris de l’envie de faire mes besoins, il y a au-dessus de la rizière quelques échafaudages disposant d’une nacelle dont le fond est percé d’un trou, une échelle en bambou permet d’y accéder. Assis à la turque à l’abri d’une palissade, les excréments tombent dans la rizière et nourrissent les poissons, le tout bien sûr à la vue de tout le monde qui s’en moque !

 

Dimanche 6 juin 1954, retour à Hanoi où nous montons la garde auprès des avions sur le terrain de Gia-Lam. Quelques jours plus tard, à l’occasion de la fête de l’Aïd el kébir avec des moutons en provenance d’Australie, nous organisons un méchoui. Nous sommes ensuite relevés par les parachutistes et nous partons en mission afin de fouiller des villages dans le secteur de Phuc-Yen. Le capitaine Fabre nous quitte. Il est remplacé par le lieutenant Lamarle. Mais ce dernier souffrant bientôt d’un abcès au pied, il me confie le bataillon.

 

Le 20 juin – Dien Bien Phu est maintenant tombé depuis plus d’un mois – sous le commandement du commandant Fournier-Foch nous partons plein sud jusqu’au village de Ha-Loi, où nous arrivons après une marche de nuit. Mais les soldats du Vietminh nous attendent. Nous avons un mort et deux blessés dans nos rangs dès l’engagement. Je fais tirer à la mitrailleuse. Nos ennemis se replient. Nous nous installons finalement au village. Au tour de ma compagnie de prendre la tête du dispositif. Ce village sent à 100% le Viet ! La cagna que j’occupe est propre, toute construite en bambou et chaume, de même que les lits de bambous tressés, les jarres enterrées à l’entrée sont remplies de nuoc-mam. Il y a certainement des caches dans le sol avec des galeries où la population se réfugie en cas d’alerte comme aujourd’hui. En général, c’est après plusieurs jours d’occupation que les nhà quê sortent de leurs trous. Pour l’heure, la nuit va tomber, il faut rester vigilant. Les ordres ont été donnés en cas d’alerte.

 

A 1h30 du matin, le Vietminh qui s’est infiltré jusqu’à moins de 150 mètres de nos positions ouvre le feu. Je dénombre rapidement cinq à six fusils et une arme automatique. La riposte est immédiate et pendant cinq minutes une fusillade très nourrie déchire l’air tranquille de la nuit. A peine j’arrive à régler le tir de mortier de 60 m/m et lorsque celui-ci est en place, les communistes sont déjà partis. Ils reviendront à 3h puis à 4h du matin. Je n’ai qu’un blessé. Eh bien le voilà mon baptême du feu !

 

Le lendemain, ils remettent cela avec un tir plus dense, plus précis. Mais nous sommes mieux préparés. Trente obus de mortier sont tirés en 5 mn. Les Viets se taisent et tout rentre dans le calme. Une cagna brûle dans le village voisin. Seigneur, vous m’éclairez. Vous m’aidez. Je n’ai donc plus rien à craindre. Vous êtes le défenseur de ma vie. Je n’ai plus peur. Que les ennemis de mon âme s’avancent menaçants et ils tomberont renversés par le Seigneur. Qu’ils s’y mettent à cent contre moi, je ne craindrai rien. Dieu est avec moi (entrée du 4e dimanche après la Pentecôte, psaume 26).

 

Samedi 26 juin 1954. Les commandants de compagnie sont convoqués au PC bataillon pour de nouvelles missions. La 14e compagnie et la mienne fourniront chacune deux sections pour monter une embuscade de nuit en deux points différents. Je prends la tête de la colonne. Nous marchons pendant 2 km. Nous voilà sur la position de recueil. Chacun prend sa place dans le plus grand silence, prêt à intervenir. Le temps s’écoule lentement et soudain c’est la fusillade qui rompt le silence. Trois Viets en éclaireurs sont arrivés face à nous, sortis de la nuit d’encre à quelques mètres. Notre caporal vietnamien, chef du commando, ouvre aussitôt le feu et tue net un Vietminh. Les deux autres s’évanouissent dans la nature. »

 

Sur la RC2.

 

« Après quelques jours de repos, nous repartons en mission. Nous voilà maintenant affectés sur la Route coloniale 2, qui relie Phuc-Yen à Vinh-Yen, et au-delà Viêtri, place forte déjà encerclée par le Vietminh. Cette route est le cordon ombilical qui permet chaque jour de ravitailler les postes échelonnés tous les cinq kilomètres. Il faut, avant de faire passer les convois, exécuter une ouverture de route, réparer les coupures, détecter et relever les mines posées dans la nuit. Chaque poste ouvre la route sur 2,5 km en allant de l’un vers l’autre. A mi-parcours, retour à la case départ. Tous ces postes sont pour la plupart occupés par l’armée libre vietnamienne.

 

Je retrouve la 16e compagnie, commandée par le lieutenant Tijani, d’origine marocaine, appuyé par le lieutenant d’artillerie Coffi. Avec leurs hommes, ils doivent aller fouiller un village plus en avant de notre position, à environ 200 mètres. Ils commencent leur installation, et soudain une fusillade très nourrie éclate. La compagnie Tijani est prise à bout portant. Elle a du mal à se ressaisir. En quelques secondes, c’est la mêlée générale. Toutes les armes crachent. Sur la digue où nous sommes installés, nous ne pouvons rien faire, sinon regarder, et encore, car les balles sifflent à nos oreilles. On relève plusieurs tués dont le lieutenant Coffi, qui venait de m’apprendre son prochain départ pour la métropole. L’accrochage se termine en quelques minutes.

 

Des accrochages, nous allons en avoir presque tous les jours. Il faut dire que la fin de la bataille de Dien Bien Phu a libéré des milliers et des milliers de soldats du Vietminh qui progressent maintenant vers la capitale Hanoi.

 

Vendredi 16 juillet 1954 : nous allons comme à l’exercice reprendre notre position sur la digue. Le lieutenant Lamarle a demandé un tir d’artillerie sur les quelques cagnas encore debout et qui gênent notre observation. Les premiers obus arrivent à destination et, grosse surprise, trois Viets s’échappent de toutes leurs jambes. Le tir d’arrêt tombe maintenant sur le village. Sitôt le tir levé, le lieutenant lance la 2e section appuyée par des mortiers de 60 mm. La 1ère section flanc-garde à gauche. La 2 n’a pas fait 50 mètres qu’elle est prise à partie par un groupe de 20 à 30 Bo-Dois. Ils vont se regrouper dans la partie gauche du village où se trouve la 1ère section, mais pris en sandwichs ils sont décimés. Quelques-uns se replient, de nombreux cadavres jonchent le terrain. Le PC bataillon donne l’ordre de se replier, le tir d’artillerie va être renouvelé.

 

Dans mon coin, toujours aux lisières du village, je suis le déroulement des opérations et n’y tenant plus, je me porte sur la digue et demande au lieutenant Lamarle ce que l’on fait. Il faut exploiter notre avantage pour aller ratisser le terrain. Le commandant Fournier-Foch donne son accord.

 

Sous mon commandement, avec mes deux équipes de voltigeurs, avec à leur tête le caporal Abdallah et les équipes de voltigeurs de la 1ère section, sous les ordres du sergent Mohamed, nous entamons notre progression en direction du village. Les armes automatiques des deux sections regroupées sous les ordres du sergent-chef Forner, nous couvriront sur notre flanc gauche. En un temps éclair, nous ratissons toute la partie gauche du village et récupérons 10 armes restées sur le terrain dont 3 pistolets-mitrailleurs Mat 49 et 4 fusils 36 (toutes des armes françaises). La fouille des cadavres ennemis ne donne rien sauf un incident qui aurait pu me coûter la vie : étant arrivé devant un corps avec Mimoun, nous le retournons et au même instant une grenade dégoupillée qui était coincée sous le corps entre en action. Nous avons tout juste le temps de nous écarter suffisamment. Au loin, d’autres ennemis lèvent un drapeau blanc.

 

En dépit des risques – faut-il les croire ? – nous allons à leur rencontre. Un premier prisonnier est interrogé par l’officier de renseignement. Nous apprenons que la fameuse Division 308 venant de Dien Bien Phu a été refaite à 80% de ses effectifs et qu’elle est arrivée entre Vinh-Yen et Phuc-Yen. Face à nous un régiment complet avec ses trois bataillons et deux en réserve à 5 km. Le bataillon de tête est devant nous à moins de 700 mètres. C’est avec l’une de ses compagnies que nous avons été en contact. Un peu plus loin, notre 16e compagnie est aux prises avec d’autres soldats. Dans l’accrochage, le sous-lieutenant Padonani est tué. C’était un ancien de la libération de la Corse, de l’Italie et de la France jusqu’au Rhin et la victoire finale en Allemagne. Il avait déjà fait un séjour en Indochine et arrivait à la fin du second. Depuis son nom, comme celui du lieutenant Coffi, est gravé dans le marbre du monument aux morts d’Indochine à Fréjus. »

 

Le cessez-le-feu.

 

« Mardi 20 juillet 1954 : je m’endors sur un lit de bambou, ayant demandé de me réveiller au moindre incident. Tout à l’heure, j’ai entendu le capitaine Menu (qui remplace le commandant Fournier-Foch à l’hôpital) dire : « Demain, nous serons au port ! ». Alors, ces bruits, c’était donc vrai. J’avais ouï dire que la délégation française à Genève, emmenée par Pierre Mendes-France avait donné son accord pour un cessez-le-feu le lendemain, mercredi 21 juillet 1954. Cela se confirme : dans les jours qui suivent, nous partons pour Haiphong et de là, le bateau pour Saigon.

 

Le cessez-le-feu ne prendra effet en Cochinchine que le 11 août. Nous sommes cantonnés sur l’hippodrome de Phu-Tu en marge de la ville. Le climat ici est bien différent. Chaleur humide et collante. Les douches sont les bienvenues pour se décrasser et éviter de voir surgir des petits champignons, appelés bourbouille, dans les replis de la peau. Lorsque la mousson sera installée, l’eau de pluie bienfaitrice facilitera ces décrassages quotidiens. Pendant la saison de la mousson qui dure six mois, il pleut régulièrement chaque jour pendant une heure. Dans les rues de Saigon, on peut voir dans les caniveaux passer les poissons dans les eaux qui dévalent !

 

Le 11 août 1954. 8h00. Tous les hommes sont rassemblés. Je présente l’ensemble au lieutenant Natali, qui à son tour, fait la présentation au commandant Roubaud. Il est accompagné du lieutenant-colonel Combe, adjoint du colonel Roumiantzoff. 8h00, heure précise du cessez-le-feu. Les couleurs françaises et vietnamiennes sont hissées respectivement sur leur mat. Suit un discours du commandant Roubaud sur la grandeur de cette guerre et assurant l’indépendance du Vietnam. Le clairon sonne le cessez-le-feu puis la sonnerie aux morts.

 

Le Vietnam est coupé en deux, par une ligne de démarcation située sur le 17e parallèle au nord de Hué. Vietnam Nord aux troupes communistes et Vietnam Sud aux troupes régulières vietnamiennes. Le retrait de nos troupes du nord vers le sud ne s’est pas fait sans détresse de la part des populations catholiques dont une grande partie est restée aux mains des communistes et vont subir les pires avanies. Déportations, tueries… C’est un véritable déchirement. Celles qui ont été transportées au sud se sont installées dans le secteur de Bien-Hoa, proche de Saigon. La France ici n’a pas rempli son devoir envers des populations acquises à notre cause. Une partie de la minorité Muong a été envoyée en Guyane afin de les sauver de la barbarie.

 

Début septembre, le bataillon va s’installer à Long-Thanh dans une plantation d’hévéas de la société des Terres-Rouges, sur la route de Cap Saint-Jacques. En ce lieu, sous la tente, nous construisons des baraquements en bois fournis en kit par les services du génie. La jungle est à nos portes, et dans cet univers impénétrable les troupeaux d’éléphants ne sont pas très loin, comme d’ailleurs les cerfs chevaux, les tigres et panthères, caïmans, singes. Les serpents aussi divers que variés en couleurs et en taille. A la nuit tombée, nous allons en jeep à la lumière de nos phares explorer les entrailles de la forêt envoutante. Les animaux surpris nous regardent puis détalent. Par précaution, nous sommes prêts à tirer en cas d’agression.

 

J’ai adopté un petit singe que j’ai dû relâcher tant il avait mis mes affaires sens dessus dessous.

 

Nous continuons à faire de l’instruction militaire, marches, exercices divers, préparation des sous-officiers aux brevets de chef de section. Défilés, prises d’armes, décorations. Le commandant Fournier-Foch nous a quitté. Il est remplacé par le commandant Bertin.

 

Un dimanche, je fais une escapade à Cap-Saint-Jacques, la station balnéaire de Saigon. Bain en mer de Chine. Quel délice…

 

Nous resterons encore de longs mois dans cette plantation de Long-Thanh. Instruction, marches dans la jungle : tout cela devient lassant. Les tirailleurs deviennent moins performants. Les nouvelles du Maroc leur arrivent avec l’espoir de l’indépendance, ce qui les rend impatients et l’on sent déjà poindre une certaine hostilité. 23 août 1955, nous embarquons sur le S/S Pasteur. Direction l’Afrique du Nord. Notre régiment rentre chez lui.

 

Le Maroc est en pleine effervescence. Le roi Mohamed V en exil à Madagascar est sur le point de revenir. L’indépendance n’est pas très loin ! Nous ne serons plus bientôt personae grata. Des exactions éclatent un peu partout contre les Français. C’est ainsi qu’avec le capitaine Serghini (officier marocain) qui était devenu mon nouveau commandant de compagnie, nous étions allés à Moulay-Idriss rendre visite à l’un de ses amis marocains caïd haut placé, patron des lieux. Nous avons dû faire demi-tour rapidement afin d’éviter d’être pris à partie par une bande d’excités.

 

Le 9 novembre, avec quelques camarades, nous partons en permission pour la France, avec une Aronde que j’ai achetée. Nous traversons l’Espagne puis le sud de la France et direction Cagnes-sur-Mer. »

 

 

Sources et photographies :

 

Les textes sont issus des mémoires du Capitaine Petit, sous la forme de recueils envoyés au Comité du Souvenir Français d’Issy-Vanves. Nous remercions le capitaine Petit pour sa confiance.

 

Les photographies des deux articles du capitaine Petit en Indochine présentent le lieutenant Petit et ses camarades ; des vues de Djibouti ; le général Gambiez inspectant les troupes ; le pont Paul Doumer à Hanoi ; les adieux à l’Indochine ; la remise du drapeau ; des officiers et des soldats du 9e RTM ; la traversée du pont à Hanoi par les représentants du Vietminh et du CEFEO ; la traversée du canal de Suez.

Capitaine Petit - En Indochine - 2.
Capitaine Petit - En Indochine - 2.
Capitaine Petit - En Indochine - 2.
Capitaine Petit - En Indochine - 2.
Capitaine Petit - En Indochine - 2.
Capitaine Petit - En Indochine - 2.
Capitaine Petit - En Indochine - 2.
Capitaine Petit - En Indochine - 2.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 15 Décembre 2019

Une vue de Djibouti.

Une vue de Djibouti.

Mr. Dominique Petit a été militaire de carrière. Engagé dans les troupes coloniales, puis dans la Légion étrangère et enfin retour au sein de l’armée de terre, il a vécut le déclin de notre empire colonial. Officier d’active – comme on dit aujourd’hui – il a été envoyé en Indochine alors que celle-ci se détachait de l’Union française. Ensuite, il a été nommé au Sahara français puis a fait la guerre d’Algérie.

En 1962, direction Berlin au sein de l’état-major des Force Françaises en Allemagne puis, plus tard, ce sera une nouvelle mutation au Fort de Vincennes et le départ de l’institution. Alors une nouvelle vie commence, dans le monde de la grande distribution au sein des Docks de France (hypermarchés Mammouth, repris depuis par Auchan). Enfin, vint l’heure de la retraite et le déménagement vers Nice.

Le capitaine Petit sait ce qu’a été notre empire colonial. En faisant son métier de militaire, il l’a défendu, a guerroyé pour cela. Et si la guerre est ni belle ni romantique, le capitaine a aussi défendu les valeurs de la République et d’humanité que le monde entier reconnait à la France.

 

Départ et traversée.

 

« Ce matin-là, je suis destinataire d’une note de service émanant du colonel Chrétiennot, mon chef de corps au 4e RTM (régiment de tirailleurs marocains) : Désignations pour servir sur les théâtres d’opérations extérieures – Infanterie : tour normal – Sous-lieutenants : Barreau Charles et Petit Dominique.

 

Ouf ! Les dés sont jetés, je suis heureux de cette affectation. Depuis des années j’entends parler de cette guerre d’Indochine par tous ceux qui y sont allés et revenus, par ceux qui sont partis avec lesquels j’avais des liens fraternels et qui ne sont pas rentrés.

 

Oui, je suis content de partir là-bas, à 12.000 km. Défendre quoi au juste, se disent les Français moyens ? Pour moi, c’est clair : il faut barrer la route au communisme, d’autant que la situation au Tonkin semble chaque jour un peu plus critique. Avec Barreau, nous avons une chance terrible car nous partons dans les tous premiers de la promotion.

 

Ma permission se déroule calmement chez mes parents, à Cagnes-sur-Mer. Mon père, le colonel Petit, me prodigue ses conseils, ma mère me couvre de son regard pour garder en mémoire un maximum d’images de son fils. Evidemment tout peut arriver. Qui sait ? Elle a déjà vécu des moments très difficiles : son frère Jean tué en 14-18 ; son frère Jacques tué pendant la Seconde Guerre mondiale ; son fils François tué en 1944 pendant la campagne d’Italie devant Sienne et enterré dans le cimetière militaire de Rome…

 

Les côtes de la France s’estompent à l’horizon pendant que nous prenons notre premier repas à bord du SS Cambodge. Eh, oui, ce mercredi 7 avril 1954, nous avons embarqué quai de la Joliette sur ce magnifique bateau tout blanc. C’est un voyage de rêve que nous allons faire. Tout est impeccable, astiqué, rutilant. L’air est frais. Tout va bien. Nous sommes une douzaine d’officiers en première classe. Les autres passagers sont des civils.

 

Après une première nuit calme, nous passons dans l’après-midi du lendemain au large du Stromboli. Le temps est bouché mais j’aperçois une épaisse fumée noire qui s’échappe du cratère. Quelques heures passent. Le temps se couvre. L’horizon est maintenant noir. Alors que les côtes d’Italie et de Sicile se perdent dans le lointain, nous fonçons droit sur la tempête.

 

Je suis réveillé en sursaut par un très fort roulis. Je m’accroche à mon lit. Dans le noir, je ne distingue rien, mais par contre j’entends les paquets de mer qui viennent frapper la coque du bateau, qui prend parfois des inclinaisons impressionnantes. Le grincement des rivets accompagne le bruit de la mer. Levé tôt, je monte à 6h30 sur le pont. J’y suis seul ! L’étrave pique du nez dans la vague, d’énormes paquets de mer passent sur le pont avant et viennent se briser sur les vitres de la coursive où je me trouve. Le bateau fait face au vent qui balaye la mer blanche d’écume. Entre deux vagues, des creux impressionnants se succèdent. Ce mauvais temps perdure jusque dans la soirée à l’approche de la Crête. Enfin calmée, la mer laisse les autres passagers se regrouper au restaurant. Notre aventure continue. Nous voilà quelques heures plus tard, en vue de Port-Saïd.

 

Les sirènes d’un bateau voisin me réveillent brusquement. 7h. Par le hublot, je vois beaucoup de bateaux ancrés comme nous dans la zone portuaire. Le passage du canal de Suez ; long de 161 km, se fait en convoi à sens unique et les convois montant et descendant se croisent au milieu sur le lac Amer.

 

Pour l’heure, nous sommes à quai et à 8h nous pouvons descendre à terre visiter le port et un semblant de ville sans intérêt. Le vent fait tourbillonner la poussière des trottoirs en terre battue. De nombreux marchands égyptiens ont envahi le pont de notre bateau, offrant leur pacotille, des piastres. Un prestidigitateur sur la place arrière fait sensation, il est connu de tous ceux qui ont transité ici. C’est Gali-Gali. Autour du bateau est venue se coller une multitude de barques ayant à leur bord les marchandises les plus diverses : fruits, poissons, crevettes, maroquinerie…Nous avons quitté Suez dans le courant de la nuit et longé les côtes du Sinaï. En ce début de matinée nous entrons dans la mer Rouge et je dois dire qu’elle est d’un bleu éclatant. De Suez à Djibouti, la mer Rouge s’étend sur 2.500 km. A hauteur de Djedda, la largeur est de 300 km, aussi nous pouvons apercevoir les côtes d’Arabie.

 

Dans l’après-midi, nous croisons La Marseillaise qui rentre en France en provenance de Saigon. Trois coups de sirène retentissent et simultanément sur chacun des bâtiments les trois couleurs sont hissées puis amenées. Un pincement au cœur et une pensée pour tous ceux qui rentrent chez eux.

 

Escale à Djibouti. Après un dîner entre camarades, nous allons visiter la ville dans de superbes taxis. Retour au quai où il règne une ambiance fébrile. Toute la ville s’est déplacée ici. Un immense marché s’est installé sur le quai et parmi les marchandises les plus diverses, ce qui surprend le plus ce sont des pyramides de cartouches de cigarettes américaines, anglaises, s’élevant à plus de 1,50 mètres et sur des dizaines de mètres de long. A bord, c’est jour de fête. Toute la colonie française s’est donné rendez-vous. On boit beaucoup. On danse sur des musiques sud-américaines. Ici, chaque escale fait l’objet des mêmes débordements de joie.

 

Le 16 avril, nous quittons le golf d’Aden pour entrer dans l’océan Indien. Durant trois jours nous naviguerons sans voir âme qui vive. Les vagues de l’océan sont beaucoup plus amples qu’en Méditerranée.

 

Les côtes de Ceylan nous apparaissent au loin, brunes et vaporeuses. A l’approche, la végétation envahit tout l’espace. Ici, la vie exubérante de la nature s’oppose au monde minéral de la corne de l’Afrique.

 

Le S/S Cambodge s’est immobilisé en rade de Colombo. Nous voilà maintenant en vedette pour une visite organisée de la ville et de ses environs. Le parc et ses singes en liberté, le zoo et sa collection de serpents, du boa de 6 mètres de long à la petite vipère de 10 cm en passant par toutes sortes de najas et autres cobras. Les éléphants, tigres, panthères… Le tout dans un décor gigantesque, riche en couleurs et en odeurs. L’atmosphère est moite et chaude. La nature est luxuriante, touffue, inextricable, étouffante.

 

En quittant Ceylan, ce mardi 20 avril 1954, nous quittons un monde orienté vers l’occident. L’Inde, le Moyen-Orient étaient à portée de marche de l’Europe. Nous nous dirigeons maintenant vers le lointain monde du sud-est asiatique pour lequel la France nous envoyait défendre nos territoires d’Indochine : Tonkin, Annam, Cochinchine, Laos et Cambodge, qui sont en ce moment sous la pression du monde communiste qu’il soit chinois ou bien soviétique.

 

A bord, la vie est paisible. Nous profitons de tout ce qui nous est offert : piscine, jeux divers, cinéma, fêtes organisées, sans compter les excellents repas qui nous sont servis matins et soirs : un régal !

 

A Singapour, le vendredi 23 avril, le port est occupé par une armada de bateaux de guerre de Sa Majesté la reine Elisabeth II, hôte de la ville. Grands pavois partout, oriflammes, arcs de triomphe. La ville est propre, terrains de polo, tennis sur gazon, cricket, greens à perte de vue. La population ici est en majorité chinoise. Avant de retourner à bord à l’issue de notre visite, nous allons au célèbre cercle des officiers de l’armée anglaise, prendre un thé : il s’agit du Raffles.

 

Il nous faudra encore deux jours de navigation pour arriver à destination. C’est vers 8h du matin que le dimanche 25 avril nous arrivons à l’embouchure de la rivière de Saigon. Tous les passagers sont sur le pont et scrutent les rives de cette terre où les événements se précipitent. Les dernières nouvelles ne sont pas encourageantes… Dien-Bien-Phu… Le Tonkin ? »

 

Arrivée en Indochine.

 

« Tôt le lendemain, je me rends au bureau des affectations. Puisque c’est au Tonkin que le torchon brûle, je demande une affectation au Tonkin, ce qui m’est accordé sur le champ. La machine administrative est en marche. Je dois rejoindre à Hanoi, l’état-major des Forces Terrestres du Nord Viêtnam (FTNV). Je ne réalise pas encore très bien, ici à Saigon, que la vie ressemble à ce que l’on peut observer dans n’importe quelle grande ville. La population grouille dans les rues, dans les milieux civils et militaires. On parle de réceptions, tennis, concours hippiques… De mon côté, j’ai le ventre un peu serré. Je n’ai pas encore pris mes marques dans toute cette affaire et Dien-Bien-Phu est à l’agonie.

 

Avec mon contact, Edouard, nous allons dîner à L’Arc en Ciel, un restaurant très réputé. Un dîner chinois époustouflant : ailerons de requins, serpent spécialement cuisiné, pousses de nénuphar… Quels parfums subtils !

 

Le 29 avril, le Dakota qui assure la liaison avec Hanoi m’emporte vers d’autres cieux. Edouard m’a confié 75 kg de papiers (secrets) à remettre en mains propres à l’arrivée. Après une escale à Hué, nous arrivons à l’aéroport d’Hanoi, Gia-Lam.

 

Le commandant Tessere m’attend avec les 75 kg. Je suis le mouvement avec les documents dans une traction avant. Direction Hanoi par le pont Doumer construit par Eiffel, qui enjambe le fleuve Rouge sur une longueur de 4 km. Etant arrivé à destination, je suis invité à déjeuner à la popote du général Gambiez. Celui-ci est absent. Son fils vient d’être tué à Dien-Bien-Phu. Le général Bodet, commandant l’armée de l’air en Extrême-Orient préside la table et derechef je m’installe à sa droite. En face du général, se trouve le commandant Jacquelot.

 

Je me rends au bureau des affectations. Je demande à servir dans une unité de tirailleurs marocains, de préférence un groupement mobile. J’ai le choix entre trois bataillons et j’opte pour le 4/5e RTM, groupement mobile n°7 (GM7), commandé par un vrai colonial, le colonel Quiliquini. J’apprends plus tard que le GM7 est au Laos, ce n’est pas vraiment de chance pour moi qui voulais rester au Tonkin. »

 

 

Au Laos, au sein 4/5e RTM.

 

« Mercredi 5 mai 1954 : après deux jours d’attente forts longs, nous décollons enfin de Gia-Lam. Direction la Plaine des Jarres puis Vientiane. Halte à Seno. Samedi 8 mai, départ de Seno. Dien-Bien-Phu vient de tomber. Le recueillement témoigne de la gravité de la situation : 12.000 prisonniers et de très nombreux disparus.

 

Dimanche 9 mai 1954. Je rejoins mon bataillon à Phiafay, en 4x4 par la route : 51 km sud sur la RC13 (Route Coloniale n°13), reliant les provinces du nord et du sud et parallèle au Mékong, lequel d’une largeur impressionnante, roule ses eaux boueuses tout près de là. Déjeuner au PC (Poste de Commandement) du bataillon. Je me présente au commandant Fournier-Foch (petit-fils du maréchal et ancien élève de papa à Saint-Cyr), commandant le bataillon et tous ceux qui l’entourent : capitaine Menu, le toubib, le lieutenant Coffi. Je suis affecté à la 15e compagnie, commandée par le capitaine Fabre, ayant pour adjoint le lieutenant Lamarle. Le bataillon est composé de quatre compagnies de combat et d’une compagnie de soutien. Après le déjeuner le capitaine Fabre me conduit à la compagnie et, sur le sentier de brousse que nous empruntons, arrive en courant un tirailleur la mine déconfite : « Vite, vite, un blessé ! ». Nous pressons le pas et effectivement sur un brancard est allongé un homme avec un énorme pansement sur la tête, taché de rouge. Mais les acteurs de ce scénario ne sont guère convaincants et le rouge du pansement ressemble plutôt à du mercurochrome qu’à du sang… Nous trinquons à la santé de la compagnie !

 

Tout au long du mois de mai 1954, nous faisons des missions d’ouverture de routes, de protection de convois sur la grande voie de communication que constitue la RC reliant la Cochinchine, le Cambodge et le Laos. De temps à autre, je suis chargé d’aller occuper un poste d’observation. Notre installation est tout à fait sommaire. Nous sommes sous nos toiles de tente et la nuit les fourmis rouges ne tardent pas à nous dévorer. Il faut soigneusement choisir un endroit hors de leur parcours, les morsures sont très douloureuses. Un moyen de les éloigner consiste à utiliser les sachets de vin en poudre « Vinogel », les réhydrater et les asperger avec ce produit. De même, il faut aussi vérifier que quelques sangsues ne se soient pas introduites sous les vêtements. Question d’habitude ! »

 

Sources : Dominique Petit.

 

Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.
Capitaine Petit – En Indochine – 1.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 24 Juillet 2019

Roger Blot.

Roger Blot.

Roger Blot nait le 2 février 1923 à Saint-Martin de Bossenay dans le département de l’Aube, non loin de Nogent-sur-Seine. Jeune adulte, il suit des cours à l’université de Paris, au Panthéon, en faculté de droit. En 1945, il intègre l’école interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan dans le cadre de la promotion « Victoire » (juillet à décembre 1945).

 

Par la suite, Roger Blot est versé dans le 5e BCCP (Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes).

 

Les BCCP.

 

Le 13 août 1947, l’état-major des armées décide la création de la demi-brigade coloniale de commandos parachutistes qui se formera à Vannes à compter du 1er octobre sous le commandement du colonel Massu. Le principe adopté consiste à former toutes les unités dans le même moule : le bataillon de commandement est installé à Vannes-Meucon avec sa compagnie d’instruction, pour ne donner leur vie propre aux bataillons que lors de leur affectation outre-mer.

 

A la fin du premier semestre 1948, l’organisation des parachutistes coloniaux présente sa forme presque définitive. Une demi-brigade est définitivement stationnée en métropole, la 1ère DBCCP et détient le drapeau du 2e RCP (selon le modèle des SAS anglais) et une autre demi-brigade est définitivement stationnée en Indochine avec le drapeau du 5e RIC. Quant aux bataillons, leur ordre est le suivant :

 

  • 1er BCCP (capitaine Ducasse) : Indochine, en instance de rapatriement ;
  • 2e BCCP (commandant Dupuis, tué en septembre 1948 puis capitaine Trinquier) : Indochine, rapatriable en novembre 1949 ;
  • 3e BCCP (commandant Ayrolles) : embarquement prévu fin septembre 1948 ;
  • 4e BCCP (capitaine Ducasse) : à créer début 1949 ;
  • 5e BCCP (commandant Grall) : parti le 5 juin pour l’Indochine ;
  • 6e BCCP (commandant Vernières – plus tard, le chef de bataillon sera le commandant Marcel Bigeard) : embarquement début 1949.

 

Au cours de la guerre d’Indochine, les 1er, 2e, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e et 8e BPC vont ainsi se succéder dans notre colonie, certains d’entre eux effectuant plusieurs séjours après remise sur pied en métropole à l’issue de chacun d’eux. Plus tard, sera inauguré à Meucon, une stèle à la mémoire des 3.600 parachutistes de la 1ère demi-brigade coloniale de commandos parachutistes tués à l’ennemi en Indochine de 1946 à 1954.

 

L’Indochine du 5e BCCP.

 

Sous les ordres du chef de bataillon Grall, le 5e BCCP embarque sur le Pasteur le 5 juin 1948 pour débarquer le 25 du même mois à Saigon. Le bataillon est dirigé sur Thu Duc et Di An, en Cochinchine.

 

La première sortie importante du bataillon a lieu le 7 juillet pour l’opération combinée ''Caîbe'', au cours de laquelle le GC4 (Groupe de Commandos n°4) est parachuté en bordure du canal de Nhon Ninh (plaine des joncs), en vue d'intervenir contre un important rassemblement vietminh. Dix jours plus tard, quarante-cinq hommes du GC2 (capitaine Heiblig) sont engagés dans le secteur de Phuoc An, à la recherche d'un camp de prisonniers Binh Xuyen : largage à Xom Ba Bong et mort du capitaine Heiblig, frappé d'une balle en plein cœur peu après son arrivée au sol. Dans le même temps, deux commandos du GC3 (lieutenant Florentin) partent en opération de nettoyage dans la région de Xuan Loc.

 

Du 31 juillet au 2 aout, l’opération combinée ''Tortue'' conduit le GC1 (capitaine Picherit) en sud Annam, dans le secteur de Phu My ou, après débarquement à Dégi, il procède à une fouille systématique des villages du littoral, détruisant l'ensemble de la batellerie locale, trois PC et deux campements rebelles.

 

Puis, le 13 aout, 175 hommes des GC1 et GC3 articulés en trois détachements aux ordres du capitaine Sorret, du capitaine Decorse et du lieutenant Florentin, sautent directement sur Ba Thu et sur Giong Dinh dans le cadre de l’opération ''Dragon'' destinée à détruire les PC de Nguyen Binh et de la zone 8. Sans résultat.

 

Dans les jours qui suivent le général commandant en Centre-Annam ayant obtenu l'implantation d'une formation parachutiste sur son territoire, le bataillon commence, unité par unité, son mouvement sur Tourane, sa nouvelle base : le GC2 (lieutenant Pradère-Niquet) arrive le 19 aout, suivi le 25 par le GC1, tous deux rejoints le 11 novembre par le GC3. Le GC4, resté en Cochinchine, devient compagnie autochtone du Bataillon de commandement de la 2°DBCCP.

 

L'Annam ne disposant que de très faibles moyens aériens, c'est à pied que les compagnies, dispersées entre Dong Hoï, Nha Trang et Hué, vont être engagées, jusqu'au mois d'avril 1949, dans une multitude d'actions de détail et d’opérations de nettoyage.

 

C’est au cours de ces opérations que le lieutenant Roger Blot est tué. Exactement le 1er mars 1949, à environ 2 kilomètres de Nga Ba, dans le secteur de Hué au centre du Vietnam. Roger Blot était chevalier de la Légion d'Honneur, croix de Guerre des TOE avec Palme et étoile d'Argent.

 

Son nom est gravé sur les monuments aux Morts de la ville d’Issy-les-Moulineaux et sur la plaque commémorative de la faculté de droit de Panthéon Assas à Paris.

 

 

 

 

 

 

Sources :

 

  • Site Internet Mémorial GenWeb – Fiches du Monument aux Morts de la ville d’Issy-les-Moulineaux – Fiche individuelle de Roger Blot.
  • Mémorial GenWeb – Contributeurs : Claude Richard, Gérard Doucet et Jérôme Charraud.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Site Internet : « Qui ose gagne ».
  • Forum de sites d’amicales d’anciens parachutistes coloniaux.
  • Site Internet

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 16 Juin 2018

Giacomo et Vincenza Signoroni. Au premier plan, le général de brigade aérienne Jean-Claude Ichac.

Giacomo et Vincenza Signoroni. Au premier plan, le général de brigade aérienne Jean-Claude Ichac.

En prélude à la Journée nationale d’hommage aux Morts pour la France de la Guerre d’Indochine, le 8 juin dernier, le général de brigade aérienne Jean-Claude Ichac, a souhaité saluer la mémoire de son ami, Giacomo Signoroni.

 

 

 

« Monsieur le Préfet,

Monsieur le Maire,

Chers amis,

 

Dans quelques minutes nous allons rendre hommage aux Morts pour la France en Indochine. Mais aujourd'hui, contrairement aux années précédentes, cette cérémonie se déroulera en l'absence de l'un des derniers acteurs de cette tragédie héroïque qui s'est déroulée, il y a soixante dix ans, à 9.000 kilomètres d'Issy, un acteur qui était aussi un citoyen de notre ville, un voisin, un camarade, un ami.

 

Avec son béret vert de « para Légion » et sa cravate de commandeur de la Légion d'Honneur, il était pour nous l'archétype de ceux qui avaient « fait l'Indo », cette Indochine où il avait effectué trois séjours en opérations, où il avait été cité trois fois dont une citation à l'ordre de l'armée et où il avait été blessé à trois reprises, devenant ainsi, selon la belle formule de la Légion étrangère, lui qui était italien d'origine, « français, non par le sang reçu, mais par le sang versé » !

 

Pensionnaire depuis 18 mois de l'Institution nationale des Invalides, l'adjudant Giacomo Signoroni nous a quitté, il y a quelques jours, pour rejoindre ses camarades tombés à ses côtés à Tan-My, à Xon-Lon, à Kham-Thien ou à Dien-Bien-Phu. Lui, le guerrier, peut maintenant reposer, en paix.

 

Nous ne l'oublierons pas.

 

 

 

Général de brigade aérienne (2s) Jean-Claude ICHAC

Président honoraire

du comité d'Issy-les-Moulineaux du Souvenir Français »

 

 

Ci-dessous un album souvenir de notre ami Giacomo, Jacques, comme aimait à dire Vincenza.

 

Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.
Giacomo Signoroni, par le GBA Jean-Claude Ichac.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 8 Avril 2018

Les Corses dans la guerre d'Indochine.

 

Le soldat d’Indochine.

 

Dans ses recherches, l’historien Michel Bodin a fait le compte et l’analyse des soldats de la métropole et de l’Empire français qui ont combattu en Indochine. Sur le demi-million de soldats, 65.000 étaient des légionnaires, 55.000 des Africains et 110.000 des Nord-Africains. En métropole, ce sont les départements de l’Est, à l’exception de l’Alsace, des Ardennes au Lyonnais, et ceux de l’Ouest, du Cotentin au Périgord, qui ont fourni le plus de soldats au corps expéditionnaire avec ceux de la Corse, du Vaucluse et des Pyrénées-Orientales.

 

Globalement, de nombreux facteurs entrent en compte : les jeunes qui s’engagent ne choisissent pas forcément d’aller en Indochine – même s’ils le peuvent. Ils sont recrutés dans des unités qui sont ensuite désignées pour partir en Indochine. Bien entendu, ceux qui prennent les troupes coloniales savent qu’ils ont plus de chance de partir que les autres.

 

Ce sont les régions les plus défavorisées et à forte natalité qui donnent le plus de soldats. Il n’est pas étonnant non plus que les trois quarts des soldats viennent des milieux modestes, notamment du monde ouvrier. Ils sont, en général, peu qualifiés : près de la moitié n’a pas de diplôme, et ils sont souvent sans profession et chômeurs. Leur engagement s’explique moins par des motifs idéologiques que par des raisons économiques, d’autant que la solde est plus élevée d’un tiers en Extrême-Orient.

 

De plus, les régions d’origine de ces soldats sont en crise : économie non en adéquation avec la démographie : certaines zones ont une population supérieure aux débouchés sur le marché local du travail. Les jeunes choisissent donc de partir. Il y a aussi des traditions familiales comme il y a des traditions locales : les Savoyards sont nombreux à partir vers Paris dans le courant du 19e siècle. Pour toutes les raisons évoquées ci-avant et parce que Paris contient une diaspora savoyarde importante, structurée, qui permet donc l’accueil des nouveaux arrivants.

 

Le cas de la Corse.

 

La Corse est exactement dans cette configuration, à laquelle il convient d’ajouter des spécificités locales. Une démographie soutenue face à une économie centrée sur la sédentarisation : céréaliculture et arboriculture (olivier en Balagne, châtaignier en Castagniccia).

 

Au cours du 19e siècle, l’arrivée des farines venues du continent – moins chères – déstabilise de nombreux producteurs locaux. De plus, les terres cultivables ne sont pas extensibles. De nombreux producteurs de châtaignes décident donc de reconvertir leur production « d’arbre à pain » en « arbre à planches ». Compte tenu du caractère insulaire de la Corse, la révolution industrielle, née de la vapeur, ne s’est pas développée comme ailleurs en France. Les investissements industriels sont rares, pour ne pas dire inexistants.

 

De nombreux Corses décident donc de quitter leur île. Comme les Savoyards ou d’autres populations, la diaspora et le caractère communautaire sont très actifs. « On va dans cet endroit car on sait qu’on aura un relais local » pourrait-on résumer. Si l’exil est réel sur les départements du Var et des Bouches-du-Rhône, de nombreux exemples sont aussi mis en avant – racontés dans les veillées comme dans les cafés – des Corses qui ont réussi dans l’Empire colonial.

 

En Indochine, entre 1900 et 1942, 15 % des Administrateurs sont Corses, comme 20% des personnels de la Justice et de la magistrature. S’il y a de nombreux fonctionnaires corses en Indochine, les exemples sont légions dans les domaines de la presse, de l’enseignement, mais aussi du commerce, de l’hôtellerie et des plantations d’hévéas.

 

Pierre Pucci.

 

Pierre Pucci est l’un de ces exemples. Installé à Issy-les-Moulineaux au moment de son incorporation, il s’engage dans l’armée de terre et intègre les troupes coloniales, à savoir le 6e régiment de tirailleurs algériens (6e RTA) dont le casernement est situé à Tlemcen, dans l’Oranais en Algérie.

 

Le régiment est de toutes les batailles de la Première Guerre mondiale, puis de la Guerre du Rif au Maroc (1925-1926) et de la Seconde Guerre mondiale. Comme la majeure partie des unités coloniales, le 6e RTA fait plusieurs séjours en Indochine.

 

Le 21 décembre 1951, alors qu’il est en opérations au Tonkin, le sergent-chef Pierre Pucci est tué au combat, à Phuong-Mao. Il avait 37 ans.

 

Son nom est inscrit sur le monument aux Morts de la ville d’Issy-les-Moulineaux, comme également sur celui de sa commune de naissance, Livia, en Corse.

 

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Britannica.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Travail universitaire sur les migrations corses, par Fernand Nicolas, sous la direction du professeur Pomponi.
  • Site : www.patincoufin.org
  • Michel Bodin : Soldats d’Indochine, Ed. Recherches asiatiques ; Soldats d’Indochine, 1945-1954, Ed. Outre-Mers – Revue d’histoire, 1998.
  • Georges Fleury, La Guerre en Indochine, Perrin, 2000.
  • Recherches dans les archives des Bulletins de l’Ecole français d’Extrême-Orient d’archéologie.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine

Publié le 5 Novembre 2017

Paras du 1er RCP pendant l'Opération Léa.

Paras du 1er RCP pendant l'Opération Léa.

La conciliation du général Leclerc.

 

Après l’échec du coup de force du Vietminh le 19 décembre 1946, le général Leclerc est envoyé en Indochine pour une mission d’information. Le rapport qu’il rédige lors de son retour à Paris conseille une négociation par voie politique, avant d’être contraint par les armes. Le gouvernement signe alors les accords Jean Sainteny – Ho Chi Minh : la France reconnait la république du Viêt-Nam comme Etat libre faisant partie de la Fédération indochinoise et de l’Union française. Les troupes françaises peuvent revenir à Hanoi.

 

Mais les choses s’enveniment, de part et d’autre. Un peu comme si Français et communistes vietnamiens avaient dès le départ su que seule la guerre pouvait être la solution. Les premiers bombardent Haiphong quand les seconds multiplient coups de mains et attaques de colons.

 

L’instruction du 27 mars 1947.

 

L’instruction que le gouvernement adresse le 27 mars 1947 au Haut commissaire de France en Indochine et au commandant supérieur des troupes d’Indochine est claire, concise et ferme. Les zones passées sous le contrôle du Vietminh seront reprises et celui-ci sera coupé de ses bases de ravitaillement chinoises.

 

Les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif ne sont pas définis. Il appartient donc aux destinataires de les évaluer et de les demander. Le général Valluy, commandant supérieur des troupes, estime qu’il faut porter l’effectif du corps expéditionnaire à 50.000 hommes (ce qui est peu vu l’étendue du territoire) auxquels il faut ajouter les formations régulières et supplétives se recrutant localement. Le gouvernement satisfait cette demande. Mais une partie de ce renfort est détournée de sa destination initiale. Il va combattre à Madagascar la partie de la population qui s’est soulevée en avril 1947. Valluy disposera seulement de 35.000 hommes pour remplir sa mission. Sauf en de rares occasions, les conquêtes coloniales en Afrique subsaharienne et en Indochine s’étaient faites avec des effectifs modestes. Pourquoi ne pas continuer face au Vietminh ?

 

La stratégie de Giap.

 

En décembre 1946, Vo Nguyen Giap, le commandant de l’armée du Vietminh, se croit assez fort pour contraindre l’armée française à évacuer le Tonkin et le nord de l’Annam. Tirant la leçon de cet échec, il fait sien un principe napoléonien : être le plus fort en un point donné. La situation militaire du Vietminh l’amène à le reformuler ainsi : « L’ennemi se trouvant en face d’une contradiction : sans disperser ses troupes, il lui était impossible de conserver le terrain envahi ; en les dispersant, il se mettait lui-même en difficulté… S’il concentrait des troupes pour faire face à notre action, il lui devenait difficile, impossible de garder le terrain acquis ». Fort de ces renseignements, qu’il recueille par de nombreuses sources, il va opposer cette stratégie à la stratégie de reconquête suivie par les troupes françaises pendant les opérations Léa et Ceinture.

 

Le plan du général Salan.

 

Le général Valluy délègue au général Salan, commandant les troupes françaises en Indochine Nord, la conception et la conduite des opérations destinées à chasser le vietminh des territoires qu’il contrôle (au nord du Tonkin) et à implanter une ligne de poste le long de la frontière chinoise. Dans ce but, Salan monte une opération principale : Léa, mobilisant plus de 16.000 hommes des trois armées. Elle doit prendre le contrôle de deux axes routiers : les routes coloniales (dénommées RC) 4 puis 3 et de la région de Phu Doan – Tuyen Quang – Backan – Vietri. Il se greffe autour de Léa des opérations annexes. L’opération Geneviève, simultané à Léa réimplante les troupes françaises en pays Thaï. L’opération Ceinture prend la suite de Léa dans le quadrilatère Tuyen Quang – Thaï Nguyen- Phu Lang Thuong – Vietri. La préparation de Léa est d’une extrême minutie. La planification logistique de l’action du groupement aéroporté est faite selon un modèle américain : elle remplit plusieurs centaines de pages.

 

Les forces en présence.

 

Pour Léa, les forces terrestres s’articulent en trois groupements. Le groupement S aux ordres du lieutenant-colonel Sauvagnac est formé de trois bataillons parachutistes et une section du génie parachutiste soit 1.200 hommes. Agissant par détachements isolés, il est aéroporté et ravitaillé par 35 avions. Le groupement C aux ordres du colonel Communal comprend deux bataillons d’infanterie, un escadron blindé, un groupe d’artillerie et une compagnie du génie. Il est mis en place par voie fluviale par trois flottilles alignant 20 bâtiments de débarquement. Enfin, le groupement B du colonel Beaufre interviendra par voie terrestre à partir de Langson. Fort de 8.000 hommes, il comprend 5 bataillons d’infanterie, les blindés du RICM, deux groupes d’artillerie et plusieurs compagnies du génie.

 

Ces groupements sont opposés à 26.000 hommes du Vietminh. La moitié d’entre eux est incorporée dans quatre régiments de réguliers. L’autre moitié forme un ensemble disparate mêlant l’école d’infanterie du Vietminh, des services et des milices mobilisables sans délai, sur place. Cet ensemble n’est pas motorisé et son artillerie se limite à quelques mortiers de 81. Il est susceptible de se renforcer dans un bref délai par des armes provenant de Chine. C’est pourquoi le commandement estime qu’il y a urgence à intervenir.

 

Deux mois d’opération.

 

Le 7 octobre 1947, deux détachements sont parachutés à Bac Kan et Cho Moï. Le groupement B part de Langson pour Cao Bang. Le groupement est bloqué à Hanoi par une crue du Fleuve Rouge qui interdit à la flottille le passage sous le pont Doumer. Le 9, le troisième détachement parachutiste s’empare de Cao Bang. Le lendemain, il prend la direction du sud pour faire liaison avec le groupement C qui prend Tuyen Quang le 13 octobre.

 

Jusqu’à présent, le Vietminh a refusé le combat. A partir du 22 octobre, il se fait plus mordant. Par des attaques et des embuscades, il fait 38 morts dans les rangs français qui entreprennent le nettoyage systématique de la zone. Léa se termine le 14 novembre.

 

Le 19 novembre, les mêmes troupes, du moins celles qui ne sont pas immobilisées par la garde des postes, s’attaquent aux troupes et aux installations du Vietminh implantées dans le quadrilatère Tuyen Quang – Thaï Nguyen – Phu Lang Thuong – Viétri. L’opération Ceinture s’achève le 14 décembre.

 

Bilan.

 

La maîtrise de la logistique, le contrôle de la RC4 et de la RC3, les pertes humaines du Vietminh ne doivent pas faire illusion : Léa et Ceinture sont des échecs. Le gouvernement du Vietminh n’a pas été démantelé. En dépit des morts, le dispositif politique et militaire du Vietminh n’est pas sérieusement atteint. Soit, les RC4 et RC3 ont été reconquises, mais c’est inutile : l’expérience apprend qu’il faudrait, pour bloquer la frontière chinoise, réaliser des travaux très lourds et au moins 50 hommes par kilomètre à la garde de la frontière. Cela représente bien plus que la totalité des troupes présentes alors en Indochine. L’enlisement que prévoyait le général Leclerc n’a pas mis un an pour se réaliser.

 

 

 

 

 

Sources.

 

  • Texte UNC 52 – Henry Dutailly.
  • Georges Fleury, La Guerre en Indochine, Perrin, 2000.
  • Recherches dans les archives des Bulletins de l’Ecole français d’Extrême-Orient d’archéologie.
  • Encyclopédie en ligne Wikipédia.
  • Encyclopédie en ligne Larousse.
  • Jacques Chancel, La nuit attendra, Flammarion.
  • Site Internet du Souvenir Français d’Asie et de Chine : www.souvenir-francais-asie.com
  • Site Internet du journal La Dépêche pour la photographie.
  • Site Internet « Legio Patria Nostra ».

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #Indochine