la coloniale

Publié le 13 Janvier 2019

Le général de Gaulle à Brazzaville en octobre 1940.

Le général de Gaulle à Brazzaville en octobre 1940.

Au cours du mois d’octobre dernier, ayant surfé sur notre site Internet, Madame Catherine Belan nous a contacté afin de communiquer des archives en sa possession. Ces dernières montrent l’engagement de Jean Boilleau, résistant en Afrique Equatoriale Française et son action au service du général de Gaulle dès 1940.

 

Les communications en AEF.

 

L’Afrique Equatoriale Français, ou A.E.F., était un gouvernement général regroupant au sein d’une même fédération quatre colonies françaises d’Afrique centrale, entre 1910 et 1958 : le Gabon, le Congo, le Tchad et l’Oubangui-Chari (qui deviendra la République centrafricaine). La superficie de l’ensemble représentait environ 4 fois celle de la France. Son chef-lieu était Brazzaville, résidence du gouverneur général.

 

Au sein de cette unité territoriale, les déplacements se faisaient soit sur des pistes soit en bateau sur les fleuves immenses de cette partie de l’Afrique. Au début du 20e siècle, la République française décide d’innover et de relier, au sein du territoire du Congo, Brazzaville (la ville tire son nom de l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza), située au cœur du pays, à Pointe-Noire, sur la côte, et capitale économique. Les deux villes étant séparées de plus de 500 kilomètres.

 

Jean-Baptiste Emile Boilleau nait le 21 mars 1898 à Bordeaux. Il suit ses études dans la capitale girondine puis entre à l’Ecole des Télécommunications d’où il sort ingénieur dans les années 1920. Il commence sa carrière en métropole puis rejoint l’Afrique Equatoriale Française (AEF) en 1932 où il est nommé Chef du Service des Communications Electriques du Chemin de Fer Congo-Océan. Chemin de fer que la France, et la Société de Construction des Batignolles (qui deviendra SPIE-Batignolles), construisent de 1921 à 1934.

 

En 1952, dans un rapport à sa hiérarchie, Jean Boilleau revient sur des travaux réalisés à partir de 1933 : « Construction des lignes télécommunications du Chemin de Fer Congo-Océan et installation de toutes les stations téléphoniques y compris les dérivations vers Madigou – Loudima – Sibiti et les installations des centres de Brazzaville et de Pointe-Noire. Ces lignes comprenaient 4 circuits plus deux circuits fantômes – Longueur de 510 km. J’ai commencé les travaux le 4 septembre 1933 à partir de Brazzaville. La liaison avec Pointe-Noire était assurée dès le 28 juin 1936 ainsi qu’avec toutes les stations de la ligne. Cela malgré les importantes difficultés que j’ai rencontrées dans le Mayumbe. Nous avons travaillé 15 heures par jour pendant plus de quatre mois pour maintenir la cadence rapide de construction entre les Bandas et Fourastier (72 km).

 

A partir de l’année 1937 on téléphonait couramment et sans difficulté de Brazzaville à Pointe-Noire.

 

Après l’armistice du 18 juin 1940 ces lignes ont permis d’assurer des communications clandestines entre le commandant Delange de Brazzaville, elles se sont poursuivies jusqu’au 28 août 1940 malgré les difficultés que présentaient de telles liaisons pour les maintenir secrètes. Je les donnais depuis mon bureau à Brazzaville où les lignes passaient en coupure. A Pointe-Noire, M. Dupri, mon adjoint, court-circuitait le standard et passait la communication au commandant d’Ornano sur son appareil portatif de contrôle.

 

Actuellement, l’Administration des P.T.T. utilise les appuis et les armements de cette nappe de fils pour l’installation de la téléphonie par courant porteur H.F. entre Pointe-Noire et Brazzaville ».

 

L’AEF au service de la France Libre.

 

Dès le 18 juin 1940, Félix Eboué, gouverneur général du Tchad, se déclare partisan du général de Gaulle. Avec le colonel Pierre Marchand, il décide du ralliement officiel du pays, donnant ainsi « le signal de redressement de l’empire tout entier ». Dans la foulée, de Gaulle nomme Eboué gouverneur général de l’Afrique Equatoriale Française. En quelques mois, Eboué transforme l’A.E.F. en une véritable plaque tournante géostratégique d’où partent les premières forces armées de la France Libre, conduites par les généraux de Larminat, Koenig et Leclerc.

 

Jean Boilleau a lui aussi entendu l’appel du général. Il créé un poste radio à Brazzaville et se met au service de l’homme de la France Libre. D’ailleurs, le général de Gaulle, à l’occasion de son déplacement de Fort Lamy (Tchad) à Brazzaville, le 25 octobre 1940, s’adresse à Jean Boilleau et lui dit : « Vous avez bien mérité pour votre action dans la lutte pour la libération de la Patrie ».

 

Six mois plus tard, le 31 mars 1941, le Haut-Commissaire de l’Afrique Française Libre, le médecin-général Adolphe Sicé, ancien directeur de l’Institut Pasteur de Brazzaville, indique : « M. Boilleau s’est dépensé jusqu’au surmenage pour l’installation et le fonctionnement, l’extension des stations radio de Radio-Brazza et Radio M’Pila, qui ont permis à l’Afrique Française Libre de faire entendre sa voix et d’organiser sa propagande à partir du 28 août 1940. Il était difficile de témoigner plus d’esprit de sacrifice à la grande cause de la libération de la Patrie ».

 

Le 30 août 1941, le Chef du Service de l’Information de l’Afrique Française Libre, le capitaine Desjardins, indique : « M. Boilleau, qui dirige la station régionale de Radiodiffusion de Brazzaville, qu’il a lui-même créée et dont il assure seul le fonctionnement ne cesse de faire preuve du plus grand dévouement dans l’accomplissement de sa tâche et dans la poursuite inlassable des résultats cherchés. Technicien expérimenté, il pousse le scrupule professionnel jusqu’au surmenage ayant à cœur de consacrer toutes ses forces au service de la France Libre ».

 

Le 1er janvier 1942, le général de Gaulle nomme Jean Boilleau au grade d’Ingénieur de 4e classe pour « titres exceptionnels en rapports directs avec la lutte pour la libération Nationale ».

 

Tout au long de la guerre, Jean Boilleau assure l’exercice, seul, de Radio-Brazza, première radio de la France Libre. En 1944, Brazzaville, qui est devenue depuis 1940 capitale de la France Libre, reçoit une nouvelle fois le général de Gaulle. A l’occasion de son discours d’ouverture de la Conférence de Brazzaville, ce dernier définit ce que seront pour lui les relations entre la France et les colonies africaines après la Seconde Guerre mondiale. Et il évoque la question de l’émancipation. Bien entendu, le tout est retransmis sur Radio-Brazzaville.

 

Radio-Club.

 

Extrait du Journal de l’A.E.F. n°151 du 11 janvier 1945 :

 

« Le Radio-Club n’est plus.

 

C’est avec regret que nous voyons disparaître ce nom que nous entendions chaque jour et qui évoquait pour nous ces journées fiévreuses où s’est décidée la rentrée en guerre de l’A.E.F. Il convient au moment où l’Association du Radio-Club est dissoute que nous rappelions en quelques mots les débuts de cette station d’émission et le rôle qu’elle a joué un jour qui, si les historiens sont justes, lui fera donner une honorable place dans l’histoire de l’Afrique française.

 

Le Radio-Club fut créé en avril 1936 par Messieurs Cruveiller et Boilleau, celui-ci ne cessa d’être l’âme même de l’association et le remarquable technicien réalisateur pour lequel aucune difficulté n’est invincible. Une première station d’émission de 25 watts fut installée dans un local prêté par M. Amouroux et fonctionna deux fois par semaine à partir de novembre 1936. Elle répondait à un besoin car la plupart des postes européens étaient alors mal reçus à la Colonie. C’est en vain qu’au début, l’Association essaya d’intéresser les pouvoirs publics à ses efforts. M. Boilleau dut payer de ses deniers personnels la construction et l’installation d’un poste, sans compter une bonne partie des notes de secteur car les cotisations n’atteignaient que 350 francs par mois. Cependant, sans se lasser, M. Boilleau perfectionnait son poste et augmentait, toujours à ses frais, sa puissance. Un nouveau poste de 50 watts entrait en service en juin 1938.

 

Dès le début de la guerre, le Radio-Club, en des émissions quotidiennes, diffusaient les nouvelles. MM. Cherubin, Delpech faisaient des prodiges pour fournir chaque soir les renseignements intéressants. En janvier 1940, le docteur Bizien rentra dans l’équipe.

 

Cependant, sur les instances de Monsieur Soubirou-Pouey, alors Président du Club, en mars 1940, le Gouverneur général accordait 10.000 francs de subvention à Radio-Club.

 

Un nouveau poste était installé, mais la note s’élevait à 23.000 francs. M. Boilleau payait la différence et en juillet 1940 le Radio-Club possédait deux émetteurs, l’un sur 36m50, puissance 50 watts, l’autre sur 25 mètres puissance 150 watts.

 

Cette fois la portée de l’émission était intéressante, elle atteignait le Sénégal et parfois l’Afrique du Nord et même le midi de la France ainsi qu’en ont témoigné les auditeurs.

 

Cependant, dès l’armistice, s’affirmait le rôle patriotique de la station. Après entente avec le médecin-général Sicé, qui a Brazzaville était reconnu comme le chef du mouvement gaulliste, le docteur Bizien prenait seul la charge des émissions. Il fallait faire comprendre à tous, malgré la censure, que la capitale de l’Afrique Equatoriale voulait rester française et suivait le chef qui s’était révélé. Il fallait combattre la propagande défaitiste de Vichy et rendre unanime sur le territoire l’adhésion au mouvement de Libération.

 

Les Autorités Vychistes ne trouvaient pas cela de leur goût et M. Boilleau fut en but aux menaces et le 25 août, le docteur Bizien était mis aux arrêts de rigueur. Le lendemain, M. Boilleau, sans speaker, se contenta de jouer la Marseillaise pour toute émission ce qui mit le général Husson en fureur, et craignant lui-même d’être arrêté, le 27 août réduisit à 25 watts son poste de 50 et rendit inutilisable le poste de 150 watts dont il cacha les pièces essentielles dans le bureau de M. Soubirou-Pouey, pour les soustraire à une perquisition probable. Il était temps : les dernières passèrent sous le nez d’un garde militaire armée de fusils-mitrailleurs qui occupa les locaux pendant que M. Boilleau recevait l’ordre de quitter immédiatement les lieux. Mais le soir-même, le général Husson voulut parler au micron et M. Boilleau, rappelé, après avoir refusé de faire l’annonce, dut mettre en marche son petit poste réduit à 25 watts dont, par surcroît, il dérégla le pilote. Husson n’eut pas le temps de réagir et, le lendemain, dans la joie, M. Boilleau remontait fébrilement son 150 watts et, à nouveau le docteur Bizien pouvait pour la première fois annoncer : « Ici Radio-Brazzaville, poste d’émission de l’Afrique Française Libre ». Le rôle de Radio-Club n’était pas terminé : chaque soir des nouvelles et des commentaires étaient diffusés. Peu après, un service d’informations, encore bien modeste, était dirigé par M. Clavaldini.

 

Le 25 octobre 1940, le général de Gaulle, visitant le Radio-Club, exprima sa satisfaction de la tâche accomplie par M. Boilleau et au docteur Bizien. Il annonça l’arrivée prochaine des frères Desjardins. A la même époque commencèrent les essais du grand poste de Radio-Brazzaville où chaque soir, à 21 heures, jusqu’au début de décembre 1940, le Papier du Jour, était lu par le docteur Bizien, après l’émission de Radio-Club.

 

Le 8 décembre, le Service de l’Information de la France Libre prenait la charge de la diffusion des nouvelles et des commentaires. Par la suite, la puissance d’émission de Radio-Club ne cessa de s’accroître. En 1941, un troisième émetteur de 150 watts était construit et mis en service au mois d’avril, la puissance du poste de 50 watts était portée à 125 watts. En 1942, un poste de 150 watts était modifié et émettait avec 250 watts. En 1943, la puissance des trois émetteurs devenait respectivement 250, 500 et 650 watts. Au début de 1944, la puissance du poste de 250 watts était portée à 500 watts et celle de 650 watts à 1 kilowatt. Enfin, au cours de la même année était construit un quatrième émetteur de 2 kilowatts et un cinquième de 150 watts.

 

Actuellement, Radio-Club dispose de deux émetteurs modernes : 1 poste de 150 watts, 2 postes de 500 watts, 1 poste de 1 kilowatt, 1 poste de 2 kilowatts qui sont remis au Gouvernement général par la dissolution de l’Association.

 

Nous nous plaisons ici à rendre hommage qui lui est dû à celui qui fut à la fois le créateur, le constructeur inlassable, l’animateur constant du poste d’émission de Radio-Club, à M. Boilleau, qui sans un jour de repos, en assura le fonctionnement.

 

Les services rendus à la France Libre par ce poste ont été réels. Il a facilité l’union entre les Français de l’A.E.F. et il a convaincu les hésitants. Il a rendu le courage aux isolés, manifesté à ceux, qui dans d’autres colonies, étaient encore sous la férule allemande, que la Résistance demeurait.

 

Le Radio-Club a vécu. Il fut le premier poste d’émission français qui mena le combat pour la France et aussi le premier poste d’émission français libre, le premier poste français où parla le général de Gaulle.

 

A ces titres, nous devons en garder le souvenir ».

 

Après la guerre.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, Jean Boilleau regagna la métropole et fut nommé ingénieur à la Radiodiffusion Française à Paris, en charge des stations de la France Outre-Mer et de la construction des antennes des Centres mondiaux d’Allouis et d’Issoudun.

 

Par la suite, il rentra en A.E.F : en 1949, il prit le poste de Chef du Service des Postes et Télécommunications du territoire du Gabon à Libreville puis, de 1950 à 1952, fut Chef-adjoint du Service Radioélectrique de l’A.E.F. à Brazzaville.

 

Jean Boilleau se retira en métropole, à Bidart dans les Pyrénées Atlantiques, pour y passer sa retraite et finir ses jours. Il avait eu deux enfants d’un premier mariage, Henriette et Jacqueline (nées en 1921 et 1923) puis avait épousé en secondes noces, Mademoiselle Marcelle Chavignier, alors Directrice des sages-femmes à l’hôpital de Brazzaville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

 

  • Archives familiales et personnelles de Madame Catherine Belan, filleule de Monsieur Jean Boilleau.
  • Dossier militaire de M. Jean Boilleau.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Archives de l’ORTF.
  • Site Internet www.france-libre.net
  • Site sur l’Histoire : www.herodote.net
  • Site de l’ambassade de France au Congo : https://cg.ambafrance.org/
  • Site www.cvce.eu

 

 

Discours du général de Gaulle à Brazzaville le 30 janvier 1944.

Discours du général de Gaulle à Brazzaville le 30 janvier 1944.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 25 Juillet 2018

"C'est nous les Africains, qui revenons de loin...".

Lieutenant Yezid.

 

Mohamed Ben Ali Yezid nait à Maatka en Algérie, vers 1878. Engagé volontaire pour quatre ans à Tizi-Ouzou le 12 novembre 1901, il est d’abord soldat puis caporal dix ans plus tard et enfin sergent en 1913. S’ensuivront les grades de sergent-chef puis d’adjudant. Il est affecté au 1er régiment de tirailleurs algériens (RTA) d’Alger.

 

Les indigènes de l’Algérie – ainsi appelés à l’époque – sont admis à contracter des engagements de quatre ans. Les spahis doivent justifier de la possession d’un cheval. Avant la signature de l’acte, l’engagé volontaire doit prêter serment sur le Coran et promettre de servir avec fidélité la France.

 

De 1907 à 1908, le soldat Yezid participe aux opérations militaires dans la région de Casablanca au Maroc. Il est blessé par balle à la jambe lors du combat de l’oued Dalia le 16 mai 1908. Puis, jusqu’en 1911, il séjourne dans les régions sahariennes avant de rejoindre de nouveau le Maroc occidental en guerre. Le 15 août 1914, il passe au 5e régiment de tirailleurs algériens, un régiment de marche créé avec les bataillons de tirailleurs algériens déployés au Maroc. Le 13 novembre 1914, il est blessé pour la deuxième fois au combat d’El Harri au Maroc.

 

Fin 1915, il rejoint le front de France, au sein de la 48e division. Celle-ci étant composée à l’époque des unités suivantes : 170e et 174e régiments d’infanterie; 78e régiment d’infanterie territoriale ; le régiment de marche de tirailleurs marocains ; le 2e régiment mixte de zouaves et tirailleurs ; deux groupes de 75 du 5e régiment d’artillerie de campagne ; le 8e groupe de 155c du 118e régiment d’artillerie lourde. Engagé dans la Somme puis dans le secteur de Verdun, il est blessé au visage par un éclat d’obus devant Douaumont le 4 mai 1916. Le 21 juin de la même année, il est cité à l’ordre de la division : « Officier indigène admirable et d’un dévouement touchant. Déjà blessé deux fois au Maroc. Blessé au visage au cours de travaux particulièrement périlleux effectués par sa section en pleine bataille lors des offensives heureuses de mai sous Verdun ».

 

Rentré en Algérie au dépôt du 5e RTA, il est chargé de l’instruction des recrues. Puis, en mars 1918, il embarque à destination du front d’Orient où il demeure jusqu’en septembre 1920. Il est vrai qu’à l’époque la Russie est déchirée entre « Russes blancs » (favorables au tsar) et « Russes rouges » (bolchéviques) et que Clemenceau a un temps pensé pouvoir maintenir des troupes sur place en attendant le moment favorable d’une expédition dans le sud de la Russie contre ces mêmes bolchéviques. Cela ne se fera pas.

 

Comme un certain nombre de tirailleurs algériens, Mohamed Yezid est affecté ensuite au Levant, où le Liban est devenu protectorat français. Pendant cette campagne, il est promu lieutenant et cité à deux reprises : d’abord à l’ordre du corps d’armée le 23 mars 1921 : « Yezid Mohamed, sous-lieutenant, chef de section, plein de sang-froid. Exemple de courage, s’est brillamment porté à l’attaque de la cote 1043 à la tête de sa section » ; puis à l’ordre de la division le 12 avril 1921 : « Quoique déjà âgé, fait preuve pendant quatre mois de colonne, d’un entrain, d’une endurance extraordinaire, donnant à tous les hommes en maintes occasions, l’exemple du courage et du sang-froid… ».

 

Rentré en Algérie en novembre 1921, il est affecté sur sa demande aux troupes du Maroc en 1927 et sert au 13e puis au 5e régiment de tirailleurs algériens. Il s’illustre au combat, malgré son âge (49 ans). En 1930, il quitte le Maroc pour instruire de jeunes engagés et des insoumis en Algérie. Atteint par la limite d’âge de son grade le 31 décembre 1935, il se retire à Blida et est rayé des cadres en octobre 1940.

 

Le lieutenant Yezid est promu officier de la Légion d’honneur en 1935. Il était déjà titulaire des décorations suivantes : médaille militaire, médaille du Maroc, médaille coloniale (Maroc), croix de guerre 14-18, croix de guerre TOE. Il a alors trente-trois ans de services dont seize passés à faire la guerre. Il décède à Blida en Algérie en 1951.

 

L’Armée d’Afrique en 14-18.

 

En 1914, environ 30.000 Algériens, Marocains et Tunisiens servent dans l’armée française. Leur recrutement s’effectue grâce au volontariat et dans une moindre mesure par la conscription. Elle s’accompagne, progressivement, de l’octroi d’avantages offerts aux soldats et à leur famille (primes d’engagement, soldes identiques, pensions et indemnités). Au total, environ 173.000 Algériens musulmans sont incorporés dans l’armée française pendant la guerre et près de 125.000 d’entre eux servent en France. Ces hommes sont en majorité incorporés dans les unités du 19e corps d’armée (Alger et Tunis) qui forment, avec les troupes du corps expéditionnaire stationnées au Maroc la fameuse « Armée d’Afrique ». La dénomination, qui n’est plus officielle depuis 1870, a été conservée par tradition. Les soldats européens servent dans les régiments de zouaves (infanterie) et de chasseurs d’Afrique (cavalerie).

 

Le Chant de Africains.

 

Le Chant des Africains est un chant militaire composé dès 1941 par le capitaine de l'armée française Félix Boyer (1887-1980), à partir des paroles d'une marche de 1915 de la Division marocaine chantée sur l'air de l'hymne de l’Infanterie de marine et écrit, suivant les sources, par le commandant Reyjade, pseudonyme de Jeanne Decruck, ou par le sergent Bendifallah et le tirailleur Marizot. Il lui donne son titre, Chant de guerre des Africains, en changeant le C'est nous les Marocains… du texte original par le célèbre C'est nous les Africains du texte actuel.

 

Voici ci-dessous le texte de 1915.

 

« Nous étions au fond de l'Afrique

Embellissant nos trois couleurs,

Et sous un soleil magnifique,

Retentissait ce chant vainqueur :

En avant ! En avant ! En avant !

 

Refrain

 

C'est nous les Marocains,

Qui venons de bien loin.

Nous v'nons d'la colonie,

Pour défen'le pays.

Nous avons abandonné

Nos parents nos aimées,

Et nous avons au cœur,

Une invincible ardeur,

Car nous voulons porter haut et fier

Ce beau drapeau de notre France entière :

Et si quelqu'un venait à y toucher,

Nous serions là pour mourir à ses pieds.

Roulez tambour, à nos amours,

Pour la Patrie, pour la Patrie

Mourir bien loin, c'est nous les Marocains ! »

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse en ligne : www.larousse.fr
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Benjamin Stora, Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), La Découverte & Syros, 2004.
  • Pierre Montagnon, Histoire de l’Algérie : des origines à nos jours, Pygmalion, 1998.
  • Georges Fleury, Comment l’Algérie devint française, Perrin, 2004.
  • Georges Bensadou, Sidi-bel-Abbès naissance d’une ville, L’Algérianiste, septembre 1996.
  • Service d’Information et de Relations Publique de l’Armée de terre (SIRPA Terre).
  • Division communication et information de la Légion étrangère.
  • Capitaine Léon Lehuraux, Chants & Chansons de l’armée d’Afrique, Soubiron, 1933.
  • Site internet : www.piedsnoirs-aujourdhui.com
  • Terre Info Magazine (TIM) n°272 – Mars 2016 – Texte du commandant Michaël Bourlet.
"C'est nous les Africains, qui revenons de loin...".

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 21 Juillet 2018

Liu Yongfu.

Liu Yongfu.

La mort de l’officier de marine Francis Garnier.

 

Les Pavillons Noirs sont d’anciens rebelles Taiping, commandés par Liu Yongfu (1837-1917). Ils sont expulsés de Chine en 1864 vers le Tonkin, après l’écrasement de leur révolte. Les Annamites les utilisent contre les tribus des montagnes, entre le fleuve Rouge et la rivière Noire. A ce titre, Liu Yongfu obtient un rang officiel à la cour.

 

En 1873, le gouverneur militaire français de Cochinchine, l’amiral Dupré, envoie l’officier de marine Francis Garnier en délégation à Hanoi, capitale du Tonkin. Sur place, l'officier de marine se heurte au refus des mandarins d'ouvrir le port et le Fleuve Rouge aux commerçants étrangers. Ces mandarins locaux ont le soutien de l'empereur vietnamien Tu Duc.

 

Francis Garnier ne se laisse pas intimider et avec seulement 120 hommes, attaque la forteresse de Hanoi, défendue par 7.000 soldats annamites au service de l'empereur Tu Duc. Il réussit contre toute attente à s'en emparer. Il n'en reste pas là. Au terme d'une campagne de trois semaines et avec le concours des 140.000 chrétiens locaux, il s'empare également de toutes les forteresses du delta.

 

Le gouverneur Dupré finit par s'inquiéter de son activisme. Il ne lui envoie pas les renforts qu'il attend. Finalement, le jeune officier de marine trouve la mort, le 21 décembre 1873, aux portes de Hanoi, au cours d'une embuscade tendue par les Pavillons Noirs.

Sa mort est exaltée en France par les promoteurs républicains de la colonisation. Mais l'amiral Dupré, qui mesure les risques d'une conquête du Viêt-nam, choisit d'évacuer le Tonkin et d'abandonner les chrétiens locaux à leur sort, en échange de la promesse par l'empereur Tu Duc d'ouvrir les ports et le fleuve aux commerçants français.

 

La Guerre franco-chinoise.

Les Pavillons Noirs harcèlent ensuite les Français sur le fleuve Rouge. Un corps expéditionnaire commandé par Henri Rivière est envoyé en 1881 : c’est la guerre franco-chinoise.

Les Pavillons Noirs combattent alors avec les troupes impériales chinoises contre les Français (les impériaux toléraient ces anciens rebelles à la condition qu'ils restent en dehors de la Chine). Ils participent notamment au siège des troupes françaises (principalement la Légion étrangère) à Tuyen Quang en 1885 au Tonkin.

A la fin de la guerre, en juin 1885, Liu Yongfu rentre en Chine et les Pavillons Noirs sont formellement dissous. La plupart se transforment en bandits, continuant à harceler les Français pendant plusieurs années. Une de leurs troupes pille notamment Luang Prabang, au Laos, en 1887.

 

 

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse en ligne : www.larousse.fr
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Universalis.
  • Site Herodote.net sur la mort de Francis Garnier.
  • Service d’Information et de Relations Publique de l’Armée de terre (SIRPA Terre).
  • Division communication et information de la Légion étrangère.
  • Site www.legion-etrangere.com  du Ministère de la Défense.
Emblème des Pavillons Noirs (musée de l’Armée à Paris).

Emblème des Pavillons Noirs (musée de l’Armée à Paris).

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 11 Mars 2018

A la recherche du cénotaphe d'Ernest Doudart de Lagrée - 2/2.

Après des recherches documentaires infructueuses et renseignements pris auprès des autorités de Dongchuan, qui constitue aujourd’hui l’un des arrondissements de la ville de Kunming, force fut de constater qu’aucune pagode du nom de « Kuang Wang Miao » ou du nom de « Gong Wang Miao » n’existait ni ne semblait avoir existé en ce lieu. Or dans le Voyage d’exploration en Indo-Chine publié sous la direction de Francis Garnier, il n’est question que de Dongchuan, ce qui semblait nous conduire à une impasse. Mais en remontant le temps, on apprend que la circonscription administrative de Dongchuan Fu – ce terme Fu () désignant une « préfecture supérieure » – fut détachée du Sichuan en 1726 pour être rattachée à la province du Yunnan. Elle regroupait alors les territoires des localités de Dongchuan, Huize () et Qiaojia (巧家). Ainsi, lorsqu’il est question de Dongchuan ou Dongchuan Fu dans les citations qui précèdent, cette appellation ne désigne pas uniquement l’actuelle localité de Dongchuan, mais plutôt la préfecture de Dongchuan dans son ensemble ou son chef-lieu. Il en résulte que la localité de Dongchuan, indiquée comme l’une des étapes du trajet suivi par la Commission d’exploration du Mékong sur la carte du Voyage d’Exploration en Indo-Chine publié par Léon Garnier, n’est pas forcément l’actuelle localité de Dongchuan…

Elargissant ainsi le champ de nos recherches à la préfecture historique de Dongchuan aujourd’hui disparue, nous découvrons qu’il existe à Huize une pagode dédiée au dieu de la mine appelée « Gong Wang Miao » (硔王庙), sachant que le caractère d’utilisation rare en chinois peut se prononcer Hong ou Gong et signifie mine ou minerai. De plus, aucune autre pagode appartenant à la corporation des mineurs n’était mentionnée dans les sources que nous avons consultées sur la préfecture de Dongchuan, très renommée par le passé pour ses nombreuses mines de cuivre et pour la fabrication de pièces de monnaies.

Mais ni nos recherches documentaires ni les renseignements pris auprès des autorités locales n’aboutirent à une quelconque trace du passage de Doudart de Lagrée dans ces contrées. Elles nous permirent toutefois d’entrer avec relation avec le président de l’Association de recherche sur l’histoire et la culture de Huize et de ses habitants, M. Bian Boze (卞伯), auteur d’un livre sur l’histoire de Huize dont le titre pourrait se traduire « Voyage culturel à Huize – Charme des vestiges de la ville historique ». Dans cet ouvrage, nous trouvons confirmation qu’il existe bien à Huize une pagode dédiée au dieu de la mine portant le nom de « Gong Wang Miao » (硔王庙). Les habitants du cru préférèrent cette appellation à celle de « Kuang Wang Miao (矿王庙) » pour des questions de superstition, car un autre caractère Kuang (), dont la prononciation est identique à celle du caractère Kuang () signifiant « mine », peut avoir le sens plutôt négatif de « désert, vide » ou bien de « délaisser, négliger, laisser à l’abandon, oisif, négligent » ou bien encore de « loin, distant, éloigné », ce qui pourrait laisser croire à une pagode dédiée au dieu du vide ou de la négligence… Cette pagode était située dans l’enceinte de l’ancien Bureau de fabrication des pièces de monnaies, à l’emplacement duquel se trouve aujourd’hui une usine de fabrication de matériel de soudage.

Fort de toutes ces informations, il ne nous restait plus qu’à nous rendre sur place, ce qui fut fait le 2 octobre 2017. M. Bian Boze nous guida jusqu’à l’usine de l’entreprise de fabrication de matériel de soudure Yunnan Jufeng Electric Welding Machine Co. Ltd., située dans la rue Lingbi (灵壁). Sur la colonne de droite du portail d’entrée figure le nom de l’entreprise. Sur celle de gauche, un panneau de bois délavé indique Baoyun Zhuqian Ju (宝云铸钱局), le Bureau de fabrication des pièces de monnaies. A l’intérieur de l’enceinte de l’usine, à gauche de la porte d’entrée se trouve un bâtiment rénové de la pagode du dieu de la mine, où le culte semble n’être exercé qu’en de rares occasions. L’arbre sacré devant ce temple, la vieille maison qui l’avoisine, les murs de ce temple auraient-ils été témoins du passage de Doudart de Lagrée ? Même si nous n’avons pas trouvé de traces du cénotaphe que ses compagnons de route avaient élevé à sa mémoire, nous quittons les lieux heureux de cette visite à Huize et de cette rencontre avec M. Bian Boze, avec la quasi-certitude du bien-fondé de nos hypothèses.

 

De nouvelles recherches bibliographiques vinrent finalement estomper l’infime doute qui subsistait encore dans notre esprit en nous apportant la preuve que Huize est bien la Dongchuan indiquée par Francis Garnier et ses compagnons comme lieu de décès de Doudart de Lagrée dans le Voyage d’Exploration en Indo-Chine. Dans sa thèse de doctorat intitulée Landscape practices and representations in eighteenth-century Dongchuan Southwest China et soutenue en 2012 à l’université de Leyde aux Pays-Bas, Huang Fei indique clairement, preuves à l’appui, que l’actuelle Huize est bien la Dongchuan historique où il y avait un temple dédié au dieu de la mine, corroborant ainsi nos hypothèses quant au lieu de décès de Doudart de Lagrée.

En conclusion de notre voyage d’exploration littéraire, historique et géographique à la recherche du cénotaphe d’Ernest Doudart de Lagrée, si nous n’en avons plus trouvé de trace écrite après 1908, nous avons localisé à Huize dans la province du Yunnan le temple dans l’enceinte duquel il fut élevé par les membres de la Commission d’exploration du Mékong en 1868. En cette année du 150e anniversaire de sa mort, nous formons le vœu que la mémoire du capitaine de frégate Ernest Doudart de Lagrée puisse un jour être honorée comme il se doit en ces lieux où ce grand explorateur rendit son dernier soupir.

Yvon Velot

 

Sources

  • GARNIER, Francis (1873). Voyage d’exploration en Indo-Chine effectué pendant les années 1866, 1867 et 1868 par une commission française dirigée par le capitaine de frégate Doudart de Lagrée et publié par les ordres du Ministère de la Marine sous la direction de M. le lieutenant de vaisseau Francis Garnier, Paris, Librairie Hachette et Cie (deux tomes et deux atlas).
  • GARNIER, Léon (1885). Voyage d’exploration en Indo-Chine effectué par une commission française présidée par le capitaine de frégate Doudart de Lagrée, Paris, Librairie Hachette et Cie.
  • DE CARNE, Louis (1872). Voyage en Indo-Chine et dans l’Empire chinois, Paris, E. Dentu, Editeur.
  • VIAL, Paulin (non mentionné comme auteur) (1892). Doudart de Lagrée : Opuscule sur sa vie et ses œuvres par le secrétaire du Comité dauphinois pour l’érection de sa statue, Grenoble, Imprimerie Breynat & Cie.
  • Chambre de Commerce de Lyon (1892). La mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine 1895-1897, Lyon, A. Rey et Cie, Imprimeurs-Editeurs.
  • Chambre de Commerce de Lyon (1892). La mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine 1895-1897, Lyon, A. Rey et Cie, Imprimeurs-Editeurs, p. 72-73.
  • BIAN Boze (卞伯), 2014. Huize Wenhua Zhi Lü – Gucheng Yiyun 泽文化之旅——古城遗韵, Kunming, Yunnan University Press.
  • Association Ricci du grand dictionnaire français de la langue chinoise, 2014. Dictionnaire Ricci chinois-français, Beijing, The Commercial Press.
  • Yunnan Jufeng Electric Welding Machine Co. Ltd : 云南炬锋电焊机有限公司, Yunnan Jufeng Dianhanji Youxian Gongsi en pinyin.
  • HUANG, Fei, 2012. Landscape practices and representations in eighteenth-century Dongchuan Southwest China, Leiden, Leiden University (thèse de doctorat).

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 11 Mars 2018

A la recherche du cénotaphe d'Ernest Doudart de Lagrée - 1/2.

Cet article a été écrit par Yvon Velot, membre du Souvenir Français de Chine, présidé par notre ami le Délégué général Claude R. Jaeck.

 

Une exploration.

Le 12 mars 1868, le capitaine de frégate Ernest Doudart de Lagrée, chef de la Commission d’exploration du Mékong, mourait d’épuisement et de maladie dans la province du Yunnan au sud-ouest de la Chine. A l’approche du 150e anniversaire de son décès, une nouvelle mission d’exploration s’imposait, celle de retrouver le lieu où ce grand explorateur rendit son dernier soupir et où fut élevé un cénotaphe à sa mémoire par ses compagnons d’infortune.

Cette nouvelle mission d’exploration est avant tout littéraire. Elle commence avec le livre Voyage d’exploration en Indo-Chine effectué pendant les années 1866, 1867 et 1868 par une commission française dirigée par le capitaine de frégate Doudart de Lagrée et publié par les ordres du Ministère de la Marine sous la direction de M. le lieutenant de vaisseau Francis Garnier, publié en 1873, année où Francis Garnier fut tué près de Hanoï.

 

Dans la préface de cet ouvrage, ce dernier, qui était le numéro deux de la Commission d’exploration du Mékong, évoque la mémoire de Doudart de Lagrée en des termes fort élogieux : « C’est à la sagesse et à l’énergie de son chef, M. la capitaine de frégate Doudart de Lagrée, que la Commission française d’exploration a dû de réussir dans la tâche difficile qu’on lui avait confiée. Il a payé de sa vie la gloire de cette entreprise : elle lui appartient tout entière ».

Né le 31 mars 1823 à Saint-Vincent de Mercuze dans l’Isère, sorti de Polytechnique en 1845, Ernest Doudart de Lagrée fut nommé capitaine de frégate le 2 décembre 1864. C’est début 1866 qu’il accepta de prendre la direction de la Commission d’exploration du Mékong pour un voyage qui allait lui être fatal. Cette commission était composée, outre Ernest Doudart de Lagrée, de Francis Garnier, lieutenant de  vaisseau, Louis Delaporte, enseigne de vaisseau (qui se fera connaître plus tard par ses découvertes à Angkor), Eugène Joubert, médecin et géologue, Clovis Thorel, médecin et botaniste, Louis de Carné, attaché au Ministère des Affaires étrangères, de deux interprètes, le Français Séguin et le Cambodgien Alexis Om, du sergent d’infanterie de marine Charbonnier, secrétaire en chef de l’expédition, d’un soldat d’infanterie de marine, de deux matelots français, de deux matelots tagals, d’un sergent et de six miliciens annamites composant l’escorte.

 

L’expédition.

Le récit de cette expédition a été relaté entre 1871 et 1873 dans la revue Le Tour du Monde en plusieurs articles qui firent l’objet d’une compilation par Léon Garnier en 1885 sous le titre Voyage d’exploration en Indo-Chine effectué par une commission française présidée par le capitaine de frégate Doudart de Lagrée.

On y apprend qu’au moment de la mort de Doudart de Lagrée, Francis Garnier était parti du côté de Dali en quête des sources du Mékong et que c’est par un courrier du docteur Joubert qu’il apprit le décès de son chef. Le récit que fait Francis Garnier de la situation à laquelle il fut alors confronté en tant que nouveau chef de la Commission d’exploration du Mékong, suite au décès de son compagnon de route, nous apporte des éléments d’information fort intéressants :

« Le 2 avril, le courrier que j’avais expédié à Tong-tchoue revint à Mong-kou porteur d’une lettre de M. Joubert. Le docteur m’informait que M. de Lagrée avait succombé le 12 mars, à l’affection chronique du foie dont il souffrait depuis longtemps. M. Joubert lui avait fait élever un petit monument dans un jardin attenant à une pagode située en dehors et au sud-ouest de l’enceinte de la ville […]. Si la mort d’un chef justement respecté cause toujours une douloureuse impression, comment peindre les regrets que l’on éprouve lorsque ce chef a partagé avec vous deux années de dangers et de souffrances, allégeant pour vous les unes, bravant avec vous les autres, et que, dans cette intimité de chaque heure, au respect qu’il inspirait est venu s’ajouter un sentiment plus affectueux […] ! La situation précaire du pays, l’absence de tout missionnaire ou de tout chrétien pouvant veiller à l’entretien du tombeau ou le protéger contre une profanation, me faisaient craindre en effet qu’au bout de quelques années il n’en restât plus de vestiges […]. Je ne voulus pas courir les chances d’une violation de sépulture, fâcheuse pour le pavillon, douloureuse pour une si chère mémoire. Je résolus d’exhumer le corps et de le faire porter à Siu-tcheou fou […].

Le 5 avril la petite expédition assista en armes à l’exhumation du corps de son chef ; le tombeau élevé par les soins de M. Joubert fut transformé en cénotaphe et une inscription en français mentionna le triste événement dont ce monument devait conserver le souvenir. Le 7 avril, nous quittâmes Tong-chouen pour effectuer définitivement notre retour. Nous étions à bout de forces […]. Le 8 mai, le cercueil de M. de Lagrée arriva à Siu-tcheou fou et fut immédiatement placé dans l’une de nos jonques. Le lendemain, nous fîmes nos adieux aux dignes missionnaires de Siu-tcheou fou ; le P. Leguilcher, qui depuis plus de deux mois partageait nos fatigues, fut le dernier à se séparer de la Commission […]. Le 13 mai, nous débarquâmes à Tchong-kin fou […]. Pendant que les chrétiens de Tchong-kin s’occupaient de nous procurer une grande jonque, qui pût remplacer celles qui nous avaient amenés et nous conduire jusqu’à Han-keou, j’expédiai à Shang-hai par courrier spécial un rapport adressé au gouverneur de la Cochinchine, l’informant de la mort de M. de Lagrée, des principaux incidents qui avaient signalé notre voyage à Ta-ly et de notre prochain retour.

Le 19 juin, nous quittâmes Shanghai sur le paquebot des Messageries le Dupleix ; nous arrivâmes à Saigon le 29. M. le contre-amiral Ohier, gouverneur de la Cochinchine française, n’avait reçu que l’avant-veille le rapport dans lequel je lui annonçais la mort de M. de Lagrée. Cette perte fut vivement ressentie dans la colonie, où le souvenir des services et des éminentes qualités de cet officier vivait dans toutes les mémoires. Des honneurs extraordinaires furent rendus à son cercueil, qui fut inhumé dans le cimetière de Saigon. Un petit monument y rappelle aujourd’hui la mémoire de cet homme de bien, de ce vaillant soldat de la France. Si quelque chose peut consoler les siens, c’est la pensée qu’il est mort au champ d’honneur le plus enviable ; celui de la science et de la civilisation. »

En 1872, le père de Louis de Carné, autre membre de la commission d’exploration du Mékong décédé prématurément en 1871 des suites d’une maladie contractée au cours de l’expédition, publia le récit du voyage rédigé par son fils sous le titre Voyage en Indo-Chine et dans l’Empire chinois par Louis de Carné. Ce dernier faisait partie de la troupe qui avait suivi Francis Garnier dans son expédition vers Dali pendant que Doudart de Lagrée agonisait dans une pagode de Dongchuan. Sa description de l’arrivée des membres de la Commission d’exploration du Mékong à Dongchuan, après quelques semaines de repos à Yunnan-fou, nous donne des informations précises sur le cadre dans lequel Doudart de Lagrée vécut les derniers moments de son existence :

« Il faisait nuit close quand nous arrivâmes à Tong-Tchouan. Un mandarin nous attendait pour nous conduire dans une pagode élégante où les mille détails fantaisistes d’une ornementation surabondante étaient prodigués sur les portes, les plafonds, les colonnes. Des dragons, des monstres de toute espèce, ailés, ventrus, rampants, sortaient du bois profondément fouillé, mêlant leurs têtes dorées et leurs langues rouges aux guirlandes de fleurs et aux essaims d’oiseaux. Là encore nous recherchons, de préférence aux vastes pièces, les petits cabinets et les étroits réduits où l’air s’échauffe et où les curieux ne peuvent pénétrer. Nous établissons notre camp dans un grenier qui eut un escalier jadis, où l’on monte aujourd’hui par une échelle, et où, après voir fait coller du papier aux fenêtres, nous allons habiter pêle-mêle avec le vieux mobilier de la pagode, dieux ébauchés ou hors de service, ressource précieuse, car tout cela est sec, et le froid rend le feu nécessaire […].

M. de Lagrée était mort, le 12 mars 1868, d’une maladie de foie dont il souffrait depuis plus de soixante jours. Celui d’entre nous qui avait eu au plus haut degré l’amitié et la confiance de notre chef, le docteur Joubert, vint à notre rencontre. Miné lui-même par la fièvre et par le chagrin, il était encore sous l’impression des pénibles devoirs qu’il venait d’accomplir, l’autopsie et l’inhumation du cadavre […]. Quand nous avions voulu, dans une forêt du Laos, ouvrir la tombe d’Henri Mouhot pour y constater la présence de ses restes, on s’y était opposé comme un sacrilège. En Chine, il nous été possible au contraire d’exhumer le corps du commandant de Lagrée sans heurter les préjugés et sans contrevenir aux usages […].

A la place où celui-ci avait reposé quelques jours, dans le jardin d’une pagode, MM. Joubert et Delaporte ont élevé de leurs mains une pyramide en pierres qui rappellera aux Européens, lorsqu’ils visiteront ces lieux, le souvenir de l’un des plus longs voyages qui aient été faits en Asie, et le nom du Français mort avant de recueillir les fruits d’un succès qu’il avait assuré. Nous trouvons facilement un entrepreneur chinois qui se charge de transporter la bière jusqu’à Souitcheou-fou et nous quittons nous-mêmes Tong-Tchouan dans la journée du 7 avril 1868. »

En 1892, le Comité dauphinois pour l’érection d’un monument à la mémoire de Doudart de Lagrée à Grenoble publia un petit livret sous le titre :  Doudart de Lagrée : Opuscule sur sa vie et ses œuvres par le secrétaire du Comité dauphinois pour l’érection de sa statue. Dans l’introduction de cet ouvrage, l’auteur annonce sa volonté de présenter Doudart de Lagrée, « marin, diplomate, archéologue, explorateur ». Son récit relatant la fin du voyage pour Doudart de Lagrée, après quelques jours de repos dans la capitale du Yunnan, apporte quelques précisions intéressantes sur les circonstances de son décès et les évènements qui lui ont fait suite :

« Dix jours de marche séparaient la commission de Tong-Tchouen sur un affluent du Fleuve bleu, qu’elle atteignit le 18 janvier 1868. Mais cette marche de dix jours fut la plus cruelle. Il fallut traverser d’immenses steppes de 2000 mètres d’altitude, où le froid, la fatigue, les privations épuisèrent ce qui restait de force à ces martyrs du patriotisme. Après avoir fait, non sans peine, le 20 janvier, la visite d’usage au gouverneur du lieu et dicté le 28 ses instructions à Garnier qu’il envoyait faire une dernière excursion à Tali, à la recherche des sources du Mé-Kong, Doudart de Lagrée s’alita pour ne plus se relever. De Lagrée envisageait sa position avec calme. Le R. P. Fenouil, des Missions étrangères, qu’il avait vu en passant à Yun-Nan, avisé par le docteur Joubert, accourut en toute hâte. On crut à un rétablissement, c’était une illusion. Ce fut la dernière.

Quelques jours après, en effet, entouré du docteur Joubert, de son ordonnance Mouëllo et de quelques hommes de l’escorte, Doudart de Lagrée, sans faiblesse, en pleine connaissance de lui-même, rendit le dernier soupir en parlant avec amour de la tâche qu’il lui avait été donné d’accomplir, de la France, du beau Dauphiné qu’il ne devait plus revoir. Son cœur fut embaumé et renfermé par les soins du docteur Joubert dans une boite en fer blanc que le docteur fut obligé de confectionner lui-même, la superstition des ouvriers chinois leur interdisant d’y mettre la main. Il fut rapporté à la famille et déposé dans le caveau des Doudart de Lagrée à St-Vincent-de-Mercuze. Son corps descendit le Yang-Tse-Kiang avec ses compagnons de voyage et arriva à Saïgon, où je venais de débarquer moi-même depuis quelques mois, et où j’assistai à son inhumation qui se fit en grande pompe au frais du trésor colonial. »

Poursuivant notre voyage d’exploration littéraire avec le rapport publié en 1898 par la Chambre de Commerce de Lyon sous le titre La mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine 1895-1897, nous y constatons tout d’abord une erreur de date sur la gravure du cénotaphe de Doudart de Lagrée qui indique son décès le 1er mars au lieu du 12 mars 1868. Mais nous y trouvons aussi de nouvelles informations utiles pour notre enquête :

« Si la préfecture de Tong-chouan est relativement peu importante au point de vue commercial, elle a droit à notre souvenir à un autre titre. C’est dans ses murs qu’est mort le chef de l’exploration du Haut-Mé-kong, notre illustre devancier Doudart de Lagrée. Le samedi 18 janvier, nous allâmes faire un pieux pèlerinage à son mausolée. Il s’élève en dehors des murs de la ville, dans la cour intérieure de la pagode Kouang-ouang, à l’endroit où reposa son corps, avant que Francis Garnier et ses hardis compagnons pussent le transporter à Soui-fou et de là à Chang-hai par le Yang-tse. Deux pierres superposées servent de socle à une autre pierre rectangulaire portant une inscription […].

Un bonze nous prête un pinceau et de l’encre de chine avec lesquels nous repassons l’inscription un peu effacée par le temps. Après avoir photographié le monument, nous nous retirons vivement impressionnés et allons rendre visite au P. Maire, missionnaire ; il nous reçoit avec d’autant plus de cordialité que nous sommes les seuls Français qu’il ait vus depuis longtemps. »

Enfin, une douzaine d’années après la Mission lyonnaise, la revue « Le Tour du Monde » a publié entre 1908 et 1909 une série d’articles d’Emile Labarthe relatant son voyage en Chine sous le titre « Dans les provinces du fond de la Chine ». Dans la publication du 5 décembre 1908 qui couvre son trajet « De Yun-Nan-Sen à Tong-Tchouan-Fou », il évoque le souvenir de Doudart de Lagrée en des termes particulièrement émouvant et respectueux :

« Avant de quitter Tong-Tchouan, j’ai à accomplir un pèlerinage patriotique au monument de Doudart de Lagrée, mort dans une pagode voisine de la ville […]. La pagode où je me rends est une masure délabrée, sans aucun intérêt. Le monument de Doudart de Lagrée est derrière dans un petit enclos où les bonzes cultivent des légumes. C’est une pyramide en pierre très simple, qui repose sur un socle. Des inscriptions cachées sous la mousse indiquent les dates de la naissance et de la mort du grand explorateur français. C’est tout. Et en vérité, pouvais-je m’attendre à autre chose ? Le jeune bonze qui me conduit ne peut me donner aucun détail. Il n’y a plus qu’à partir. Tout à coup il m’arrête et me fait signe de le suivre. Nous montons quelques marches et nous arrivons dans une sorte de grenier ; il me montre une encoignure obscure où je distingue confusément un lit chinois composé de quelques planches et garni de bottes de paille… C’est là qu’il est mort !…

Je reste saisi de surprise et d’émotion. Sans doute le cadre n’a pas changé depuis trente-cinq ans de cela ! Des sacs de riz traînaient à terre comme aujourd’hui. Ces gros madriers, ces cuves, ces baquets, ces bancs de bois n’ont pas bougé de place. C’est autour de ces petites tables que les bonzes venaient fumer leur pipe d’opium durant son agonie. Et ces bêtes de cauchemar qui habitaient les ruines et les affreuses prisons : chauves-souris grandes comme des vampires, araignées monstrueuses, rats, lézards, corbeaux qui font entendre aux alentours leurs lugubres croassements, toute cette horrible vie animale était là sans doute quand l’un des plus nobles fils de France allait exhaler son âme de héros et de martyr !

Mes yeux ne peuvent se détacher du misérable grabat. Et dans ce lieu d’exil et d’épouvante, j’évoque maintenant la scène douloureuse. Emouvante vision que la plume ne peut rendre ! Il faudrait pour la faire apparaître dans sa tragique grandeur le pinceau d’un Rembrandt ou le ciseau d’un Michel-Ange. Et devant l’œuvre du génie qui fait revivre cette fin poignante et sublime du fondateur de notre Empire d’Extrême-Orient, le plus beau et le plus riche de l’Asie, devant cette sainte image, je voudrais voir s’incliner la foule, comme je le fais, dans ce temple bouddhique où j’accomplis, moi aussi un acte de piété et de religion : la Religion du Souvenir. »

Les citations qui précèdent nous montrent combien les contemporains de Doudart de Lagrée et nombre d’explorateurs qui lui ont succédé en Asie le portaient en estime et tenaient particulièrement à honorer sa mémoire. Mais elles nous apportent aussi des informations qui, une fois compilées et recoupées, devraient nous faire parvenir, au terme de notre voyage historique et littéraire, jusqu’au lieu de décès d’Ernest Doudart de Lagrée dans le Yunnan.

Dans le Voyage d’exploration en Indo-Chine publié sous la direction de Francis Garnier, il est mentionné que le capitaine de frégate Ernest Doudart de Lagrée est mort dans une pagode appartenant à la corporation des mineurs, située en dehors et au sud-ouest de l’enceinte de la ville de Dongchuan, appelée « Kong ouan miao ». Si l’on actualise cette transcription en pinyin, on peut l’écrire « Gong Wang Miao », ce qui n’a pas de sens évident au premier abord. Mais si l’on prend en compte le fait que cette pagode appartient à la corporation des mineurs, et qu’elle est qualifiée de « pagode Kouang-ouang » dans le récit de La mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine 1895-1897, on aboutit à la transcription en pinyin « Kuang Wang Miao » (矿王庙), qui signifie pagode du dieu de la mine.

A la recherche du cénotaphe d'Ernest Doudart de Lagrée - 1/2.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 16 Décembre 2017

L'église Saint-Joseph de Shanghai.

L'église Saint-Joseph de Shanghai.

L’histoire des premières années de la Concession française de Shanghai est digne d’un grand roman d’aventures. Elle est faite d’une poignée d’individus qui eurent le courage d’affronter des conditions particulièrement difficiles : celle d’un terrain marécageux et insalubre, situé à l’étroit entre les hauts murs d’une ville chinoise indifférente et la sourde hostilité de la Concession anglaise dont elle était séparée par un petit canal.

 

Il n’était alors pas rare que les maladies fassent des ravages dans les rangs de ces véritables aventuriers. Tel est le cas de Blanche Schmidt, fille cadette du premier Consul de France à Shanghai, dont la trace de la mort poignante est encore visible aujourd’hui.

Charles de Montigny.

Charles de Montigny.

Blanche, fille de Charles de Montigny, premier Consul de France à Shanghai

 

Blanche n’est qu’une enfant quand elle débarque à Shanghai le 25 janvier 1848 : elle a 8 ans. Sa sœur aînée, Nina, n’en a quant à elle que 12.

 

Première famille française « expatriée » de l’histoire de Shanghai, elles accompagnent avec leur mère (elle-même accompagnée de sa mère et de sa sœur), leur père diplomate, Charles de Montigny, qui a été envoyé en Chine par le roi Louis-Philippe afin d’exécuter le Traité de Whampoa (signé en 1844). Il a pour mandat d’ouvrir le premier consulat de France à Shanghai et d’y établir une Concession française – à l’image de ce que les Anglais et les Américains, ont déjà fait.

 

La mission est semée d’embûche, les conditions difficiles. La famille vit alors dans une petite habitation, « précaire et misérable » faite de bois et de torchis, régulièrement inondée par les crues du Huangpu. Le domestique de la famille, Pierre Breton, y meurt de dysenterie le 4 novembre 1848 (ce qui fait de lui le premier Français laïc à mourir à Shanghai).

 

Dominique Rémi, initiateur de la Concession française de Shanghai

 

Durant ces premiers mois particulièrement difficiles, Charles de Montigny se lie au tout premier commerçant français qui souhaite s’établir à Shanghai : un certain Dominique Rémi, négociant en vins et spiritueux, et importateur d’horloges. Sa demande d’acquisition d’un terrain offre au Consul le prétexte pour réclamer aux autorités chinoises l’établissement d’une Concession : « Par l’article 22 du traité de paix et de commerce entre la France et la Chine, il est dit que tout Français arrivant dans un des cinq ports ouverts au commerce pourra louer ou affermer des terrains […]. Le Consul demande en conséquence […] que soit fixé un quartier pour les concessions à faire aux Français à Changhai » tel est le contenu de la lettre adressée par le diplomate aux autorités de Shanghai en août 1848.

 

Après de longues et âpres négociations, un accord est finalement arraché : le 6 avril 1849 nait la Concession française de Shanghai.

 

Edouard Schmidt, neveu de Dominique Rémi

 

En 1856, Edouard Schmidt, neveu de Dominique Rémi, rejoint son oncle à Shanghai et devient son associé : l’entreprise Rémi devient alors Rémi Schmidt et Cie. Edouard en prend la direction à Shanghai (quand son oncle est absent, ce qui est très fréquent).

 

Dans les pas de Rémi et profitant des facilités offertes par la Concession, des maisons françaises de commerce vont alors lentement s’établir dans l’enclave française : elles seront neuf en 1862. Cette année-là, la population du territoire s’élèvera à une centaine de personnes, dont neuf femmes seulement !

 

Union des familles de Montigny et Rémi-Schmidt

 

Les familles de Montigny et Rémi-Schmidt vont, dans ce contexte, s’unir de façon très officielle : le 17 juillet 1861 lors d’une unique cérémonie célébrée dans le VIIIème arrondissement de Paris, Nina, la fille ainée des Montigny prend pour époux Dominique Rémi et, Blanche, la fille cadette, épouse Edouard Schmidt. Double mariage, mêmes témoins, mêmes familles. Les intérêts politiques s’unissent avec les intérêts économiques : vive la Concession française de Shanghai !

 

Fin tragique

 

Les jeunes époux Schmidt regagnent Shanghai dès avril 1862. Mais le bonheur des premiers mois de mariage sera de courte durée : le 29 août 1862, Blanche succombe au choléra, maladie qui faisait alors des ravages dans la population étrangère. Elle avait 22 ans.

 

Le Consul Edan, successeur de Charles de Montigny, aura la lourde tâche d’annoncer la nouvelle aux parents. « Une chambre de la maison Schmidt a été transformée en une chapelle ardente où nous avons fait transférer le cercueil jusqu’à qu’il pût être déposé dans une des chapelles de la nouvelle église » écrit-il dans une lettre datée du 3 septembre.

 

Eglise Saint-Joseph

 

La « nouvelle église » mentionnée par le Consul Edan est l’Eglise Saint-Joseph du Yangkingpang. Première église catholique de la Concession française, elle fut pendant les décennies qui suivirent (jusque dans les années 40) l’église des hauts dignitaires français : le Consul et sa famille y disposaient au premier rang de places réservées.

 

Saint-Joseph s’élève encore aujourd’hui à à peine 300m du Huangpu, au croisement de Sichuan Nan Lu (alors Rue Cousin-Montauban) et Jinling Dong Lu (alors Rue du Consulat). Construite entre 1859 et 1862, au temps du Consul Edan, elle remplaçait alors une première église en bois.

La sépulture de Blanche Schmidt.

La chapelle du Souvenir

 

En 1862, Blanche y sera inhumée, dans une « chapelle qui se trouve à gauche, près de l’entrée, en face des fonts baptismaux, et construite entièrement en dalles et blocs de granit. »

 

La petite chapelle « à gauche, près de l’entrée » existe encore. Son portique est décoré d’un vitrail portant une ancre de marine.

 

Au-dessus du vitrail, incrustée dans le mur et perdue dans la pénombre, a survécu une plaque en latin (très probablement d’origine) qui reprend le même contenu : une dédicace d’une mère endeuillée à sa fille partie trop tôt. A la lumière d’une torche, on peut y lire : MATRI DOLOROSA / IN MEMORIAM / BLANCHAE MARIA SCHMIDT / NATAE DE MONTIGNY / 1862. Ce qu’on peut traduire ainsi : Douleurs d’une mère / En mémoire de / Blanche Marie Schmidt / née de Montigny / 1862.

 

La sépulture de Blanche Schmidt, née de Montigny

 

Un court entretien avec le curé actuel et une consultation de sites internet chinois (une recherche sur le net français ou anglais n’ayant rien donné) nous laissent penser qu’il s’agit bien du lieu de la sépulture de Blanche Schmidt, née de Montigny.

 

Celui-ci a survécu aux vicissitudes de l’histoire : en 1966 les gardes rouges n’ont pas dû remarquer la plaque en latin, qu’ils auraient alors selon toute vraisemblance réduite en miettes (comme cela s’est produit dans d’autres lieux de culte, la religion étant alors assimilée à une superstition féodale qu’il fallait éradiquer de la Chine maoïste). Ils n’ont également pas compris qu’il s’agissait d’un lieu de sépulture, puisque rien ne l’indique, si ce n’est les vagues messages sur le vitrail et sur la plaque en latin qu’il leur aurait fallu apercevoir et traduire.

 

Le corps de Blanche de Montigny repose donc très probablement encore sous les dalles de la chapelle achevée en 1862. A Shanghai au début de l’ère des Concessions, il n’était alors pas rare que l’aventure s’achève en tragédie…

 

 

 

 

Sources :

 

  • Souvenir Français de Chine et d’Asie – Délégué général : Claude R. Jaeck.
  • Site internet du Souvenir Français de Chine : www.souvenir-francais-asie.com
  • Texte David Maurizot.
  • Histoire de la Concession française de Changhai, Ch. B. Maybon et Jean Fredet, Plon, 1929.

 

La sépulture de Blanche Schmidt.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 21 Octobre 2017

Le général Meynier.

Le général Meynier.

Une famille au service de la Patrie.

 

Octave Meynier nait le 22 février 1874, à Saint-Yrieix-la-Perche, dans le Limousin. Son père est le lieutenant-colonel François Meynier (1822-1905), officier dans l’armée dite La Coloniale. Chef de poste à Gorée (au large du Sénégal), il est chargé en 1858 de l’administration du territoire de Dakar. Il prendra sa retraite militaire en 1871 et s’installera sur ses terres des Pyrénées à Tarbes.

 

Donc, père d’Octave et aussi d’Albert, professeur et historien, puis grand-père du géographe André Meynier, titulaire de la chaire de géographie de l’université de Rennes pendant 35 ans.

 

Octave Meynier se dirige naturellement vers la carrière des armes. Le 26 octobre 1893 il s’engage pour trois ans, en tant que volontaire. Cinq jours plus tard, il rejoint l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, dont il sort deux années plus tard, avec le grade de sous-lieutenant. Il est nommé au 4e régiment d’infanterie de marine. Quelques mois plus tard, il rejoint le régiment de tirailleurs soudanais, en obtenant sa mutation au Soudan français (aujourd’hui Mali). Il a été désigné pour être l’adjoint du lieutenant-colonel Klobb pour l’exécution d’une enquête sur la mission Voulet-Chanoine.

Les officiers de la Mission Voulet-Chanoine.

Les officiers de la Mission Voulet-Chanoine.

La mission Voulet-Chanoine.

 

En juillet 1898, le secrétaire d’Etat aux Colonies, André Lebon, décide d’envoyer une colonne militaire au Tchad, par le Sénégal et le fleuve Niger. Il nomme l’expédition « Mission Afrique Centrale – Tchad ». Dans le cadre de la concurrence entre les puissances européennes pour se tailler un empire colonial, il s’agit pour la République française de devancer l’Empire britannique !

 

La mission est confiée aux capitaines Voulet et Chanoine. Ils sont connus. Voilà des années qu’ils se battent pour le pays en Afrique. Ils ont apportés le Burkina Faso à la France ; Voulet a d’ailleurs pris Ouagadougou. Le but est naturellement d’agrandir et de consolider les conquêtes françaises en Afrique noire (ce qui deviendra bientôt l’Afrique Occidentale Française et l’Afrique Equatoriale Française). La mission doit aussi s’accompagner de signatures de traités d’amitiés avec les peuples rencontrés. Enfin, il s’agit d’opérer la jonction avec la mission Foureau-Lamy (le premier étant géographe ; le second commandant dans la Coloniale) partie d’Algérie et avec la mission Gentil, partie du Moyen-Congo (Congo Brazzaville) et dirigée par l’officier de marine Emile Gentil.

 

Mais rien ne se passe comme prévu ! Certes des combats ont lieu. Ils étaient prévus, « nécessaires » disent même les officiers. Mais certainement pas au point de massacrer tous les villages qui refusent de se soumettre ou qui mettent trop de temps à ravitailler la colonne. Ce qui n’est pas simple : ladite colonne est composée de plus de 600 soldats, de 800 porteurs et de près de 600 femmes ! Peu à peu une résistance africaine s’organise : dans les villages de Lougou et de Tongana, les guerriers commandés par la Sarraounia (reine et sorcière) arrivent à retarder la colonne. Voulet et Chanoine perdent quatre soldats, six autres sont blessés. Pis, ils ont dépensé plus de 7.000 cartouches ! Par vengeance, les soldats se dirigent vers la ville de Birni N’Konni et massacrent une grande partie de ses habitants. Des atrocités sont commises : des soldats racontent qu’ils ont vu des fillettes pendues aux branches des arbres…

 

Ces massacres finissent par se savoir en haut lieu, à Paris. Il est temps pour le ministre des Colonies, Antoine Guillain, d’arrêter cette folie : il nomme le lieutenant-colonel Klobb (qui nomme Meynier) pour aller au plus vite au Soudant français et faire stopper la « colonne infernale ».

 

Klobb emmène donc le lieutenant Octave Meynier à la poursuite des capitaines Voulet et Chanoine. Jean-François Klobb est né à Ribeauvillé dans le Haut-Rhin. Fils de notaire, il est l’archétype du militaire colonial du 19e siècle : artilleur de marine, il fait ses classes à Cherbourg puis est envoyé en Guyane où il reste de nombreuses années. Officier de la Légion d’honneur, il s’est fait brillamment remarqué au point d’être « celui » qui est désigné par l’Etat-major de l’armée pour arrêter la colonne Voulet-Chanoine.

 

La poursuite s’engage dès l’arrivée en Algérie. Celle-ci va durer plus de 2.000 kilomètres. Tout au long du parcours, Klobb et Meynier découvrent les horreurs pratiquées par les deux capitaines. Enfin, la jonction est faite. Nous sommes le 14 juillet 1889 à Dankori. Voulet et Chanoine placent leurs hommes en position de tir. Klobb leur demande de renoncer à leur folie et de se rendre sous la bannière française. Les capitaines refusent et ouvrent le feu : Klobb est tué sur le coup. Comme cela est arrivé parfois pour des prises de régions dans l’Afrique coloniale, ou par ambitions personnelles, les soldats français se battent entre eux ! D’ailleurs, Voulet et Chanoine parlent ouvertement de se tailler un empire personnel au cœur du Tchad ! Leur ambition est de courte durée : deux jours plus tard, leurs tirailleurs se mutinent et abattent les deux capitaines. Ces derniers sont enterrés à Maijirgui, au Niger.

 

La mission doit néanmoins continuer. Renommée Joalland-Meynier (capitaine Joalland et lieutenant Meynier), elle poursuit le but initial et finit par se porter au-devant des missions Gentil (du fleuve Congo au lac Tchad) et Foureau-Lamy (traversée du Sahara pour arriver au centre du Tchad). Il est le premier officier français à atteindre le lac Tchad. La mission se termine le 18 février 1900. Le Tchad devient protectorat français.

La mort du lieutenant-colonel Klobb.

La mort du lieutenant-colonel Klobb.

Le 27 décembre 1900, Octave Meynier est nommé au grade de capitaine. Il intègre l’Etat-major particulier du corps d’armée des troupes coloniales.

 

Après un passage à l’Ecole de Guerre entre 1905 et 1907 (d’où il sort 35e sur 84 avec la mention « bien » à l’examen de sortie), il rejoint le Territoire militaire du Niger puis est placé à la disposition du Gouvernement de l’Algérie.

 

Nommé commandant militaire du territoire des oasis, à Ouargla, en Algérie, il commence, l’année suivante, à mettre au point un programme de modernisation de l’Afrique par la construction de routes. Il est alors chef de bataillon.

 

Première Guerre mondiale.

 

Rappelé en métropole avec son régiment, le lieutenant-colonel Meynier participe à plusieurs batailles. Il est nommé au commandement du 1er régiment de tirailleurs algériens sur le front de Verdun. C’est là qu’il est blessé grièvement, pour la deuxième fois (la première c’était en Afrique au moment de l’affaire Voulet-Chanoine). Il a le poignet gauche arraché par une grenade. Il doit être amputé.

 

Extrait du Journal Officiel du 16 juin 1918 : « Officier supérieur extrêmement méritant, chef de corps distingué qui a donné par l’exemple d’une activité inlassable une rigoureuse impulsion à son régiment. Quelques instants avant une attaque, a été grièvement blessé en parcourant les premières lignes pour s’assurer que tout le monde était bien à sa place, et surtout pour exalter la bravoure et le courage de ses tirailleurs. Transporté au poste de secours, surmontant la douleur, souriant à tous, a, dans le calme le plus impressionnant, donné ses instructions pour le passage du commandement en recommandant avec insistance de ne songer qu’à l’assaut, et d’y aller résolument. Deux blessures et une citation antérieure ».

 

Remis de ses blessures, le LCL Meynier fait un passage au 124e RI puis dirige une mission militaire en Autriche en 1919. Colonel en 1921, au 78e RI, il rejoint en 1923 le 520e régiment des chars de combat avant d’aboutir au 9e régiment de zouaves, alors en garnison à Alger. Par décret du 17 février 1927, Octave Meynier est nommé au grade de général de brigade, puis est admis à la retraite pour raison de santé.

 

En 1930, il organise le rallye automobile Méditerranée – Niger sur des routes et des pistes nouvellement modernisées. Membre fondateur de « l’Association des Amis du Sahara » l’année suivante, il continue d’œuvrer pour la présence française en Afrique. Il voit dans le rallye automobile le « moyen immédiat de mettre en contact sympathique les peuples méditerranéens avec ceux de l’Afrique et de rendre plus faciles les liaisons terrestres entre eux ». De fait, en 1950, il organise le premier rallye automobile transafricain : Méditerranée – Le Cap.

 

Le général Octave Meynier meurt à Alger le 31 mai 1961. Au même moment, non loin de là, après avoir maté le « putsch des généraux », le général de Gaulle vient de s’attribuer les pleins pouvoirs et organise la première conférence d’Evian. Une année plus tard, l’Algérie sera indépendante.

 

 

 

 

Publications.

 

Alors à la retraite, le général Meynier publie plusieurs ouvrages, parmi lesquels il convient de citer :

 

  • Les conquérants du Tchad, Flammarion, Paris, 1923.
  • À propos du chemin transsaharien, tactique saharienne et engins modernes, Berger-Levrault, Paris, 1924.
  • Guide pratique du tourisme au Sahara, Société d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, Paris, 1931.
  • Mission Joalland-Meynier, Éditions de l'Empire français, Paris, 1947, 191 p.
  • « Note sur le rôle des rallyes de la Méditerranée au Cap dans l'histoire des communications inter-africaines », dans Revue Africaine, no 99 (1955).

 

Décorations.

 

Titulaire des décorations suivantes :

 

  • Grand-officier de la Légion d’honneur.
  • Médaille coloniale avec les agrafes « Sénégal », « Soudan », « Centre africain ».
  • Commandeur du Mérite saharien, rang du 1er juillet 1958.

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse en ligne : www.larousse.fr
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Service d’Information et de Relations Publique de l’Armée de terre (SIRPA Terre).
  • Division communication et information de la Légion étrangère.
  • L’armée d’Afrique, Collectif, Ed. Lavauzelle, 1980.
  • Site www.legion-etrangere.com  du Ministère de la Défense.
  • Livret militaire obtenu grâce aux éléments indiqués par la famille du général Meynier sur le site « Histoire des Meynier ».
  • Illustration du journal italien Corriere Illustrato.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 27 Mai 2017

Charles de Foucauld et le général Laperrine.

Charles de Foucauld et le général Laperrine.

Biographie.

François Henry Laperrine d’Hautpoul, descendant du fameux général d’Hautpoul mort à Eylau, nait le 29 septembre 1860 à Castelnaudary dans l’Aude. Fils d’Alphonse Laperrine d’Hautpoul, receveur des finances dans cette commune, il entre à Saint-Cyr en octobre 1878. Capitaine au 2e régiment de dragons en novembre 1891, attiré par l’aventure, il est volontaire pour servir en Afrique.

En 1897, il recrute et organise les Compagnies méharistes sahariennes, qui ne deviendront officielles que le 30 mars 1902, par décret, tout en restant des troupes semi-régulières. En 1901, il est nommé commandant supérieur des oasis.

Il fait découvrir le Sahara à Charles de Foucauld, un de ses lointains cousins, lors d’une « tournée d’apprivoisement » des populations du grand Sud. Les deux saint-cyriens se connaissent depuis longtemps. L’un veut gagner les Sahariens à la France, l’autre à la cause du Christ. Peut être Laperrine s’imagine-t-il que grâce à l’aide du missionnaire et à celle de Moussa Ag Amastan, il pourra mettre en place « une confédération targuie du Sahara, sorte de royaume franc du Centre Afrique, à dominante chrétienne, socle de la civilisation africaine ». C’est oublier que Moussa Ag Amastan, bien qu’il ait fait par réalisme le choix de pactiser avec les Français, est un musulman pieux et sincère, ce qui lui valait d’ailleurs l’estime de Charles de Foucauld.

En 1904, alors que Laperrine est commandant supérieur des oasis sahariennes, son subordonné, le capitaine Métois, chef de l’annexe du Tidikelt, fait signer au chef des Touareg Ked-Ahaggarn l’amenokal Moussa Ag Amastan, une sorte de traité qui fixe à celui-ci « les conditions dans lesquelles le Gouvernement français accepte sa collaboration ». Mais Laperrine, le supérieur hiérarchique de Métois, interprète ce traité comme une soumission de Moussa AG Amastan et le lui fera comprendre l’année suivante. Son action au Sahara lui vaudra le surnom de « pacificateur du Sahara ».

Général de Brigade en 1912, François Henry Laperrine d’Hautpoul participe à la Première Guerre mondiale, avec entre autres les batailles d’Ypres et de Verdun. En 1917, il est rappelé au Sahara par le général Lyautey, qui exige d’avoir sous son commandement des officiers qui parlent parfaitement arabe et montent à dos de chameau. L’année suivante, Laperrine est nommé général de division.

En février 1920, Laperrine remplace le général Nivelle, rappelé à Paris, pour participer à un raid aérien. Mais le 18 février, l’avion dans lequel il a pris place sur les genoux d’un mécanicien se perd après l’escale de Tamanrasset. L’engin doit se poser en catastrophe en plein désert et capote. Après plusieurs jours sans nourriture, le général meurt d’épuisement le 5 mars 1920. Son corps est ramené à Tamanrasset ; il est inhumé le 26 avril 1920 à Carcassonne. Son corps repose au cimetière Saint-Michel.

 

Distinctions et hommages.

Le général de division François-Henry Laperrine d’Hautpoul était :

  • Grand officie de la Légion d’honneur.
  • Croix de Guerre 1914-1918.
  • Médaille coloniale avec les agrafes Algérie, Soudan, Sénégal, Sahara, AOF.
  • Croix de Guerre belge 1914-1918 avec palme.

Durant la période de la colonisation française, son nom est donné au fort situé dans le sud du Sahara, fort qui deviendra petit à petit la ville de Tamanrasset. Des rues portent le nom du général Laperrine à Paris, à Nice ; la 143e promotion de Saint-Cyr porte également son nom de même que la caserne du 3e RPIMa, située à Carcassonne.

 

La mort du général.

Charles Nardin, commandant le Parc du 3e Groupe d’aviation à Sétif a recueilli le rapport et le témoignage d’un mécanicien, le soldat Marcel Vaslin, qui se trouvait avec le général Laperrine au moment de l’accident fatal. Voici, grâce au site internet, www.cerclealgerianiste.fr dont le but est de sauvegarder, défendre, transmettre l’histoire et la mémoire des Français d’Algérie, a publié ce rapport. En voici de larges extraits :

« Etant mécanicien dans une escadrille de Constantine, j'ai été désigné, dans le courant de janvier 1920, pour rejoindre, avec quelques camarades, le poste de Tamanrasset, dans le but de recevoir les avions du Raid Transsaharien. Nous avons rejoint Tamanrasset le 31 janvier, après une dure randonnée en camionnette à travers le Sahara. Le 15 février 1920, nous voyons atterrir le capitaine D'Alleman, pilote du commandant Rolland, le lieutenant Sabatier, avec son passager l'adjudant mécanicien Faury, l'adjudant Bernard, pilote du général Laperrine; le 16 atterrissait le commandant Vuillemin, ayant à bord le lieutenant observateur Chalus. Après quelques vérifications et menues réparations, il est décidé que le capitaine D'Alleman et le lieutenant Sabatier repartiront le 17 à destination d'Alger. Le commandant Vuillemin et l'adjudant Bernard prendront leur vol pour Tombouctou et Dakar le 18. Le 17 au soir, le commandant Vuillemin fait demander un volontaire parmi les mécaniciens du poste, pour prendre place à bord de l'avion du général Laperrine; le 18 à l'aube, je me présente et je suis agréé.

Les moteurs des deux avions ronflent déjà; nous n'avons pas eu le temps d'aménager une troisième place dans l'appareil qui doit me prendre; le général s'installe sur mes genoux et, à 7h30, nous décollons devant une foule de Touaregs, parmi lesquels nous remarquons leur grand chef Moussa Agama Stal, figurent aussi le lieutenant Pruvot, résident du Hoggar et quelques militaires européens en station à Tamanrasset. Avant le départ, il avait été convenu que les deux avions marcheraient de conserve parce que si l'un d'eux était contraint d'atterrir, l'autre viendrait se poser à son tour pour lui porter secours. Pendant quelques minutes, nous survolons Tamanrasset et la région du Hoggar et, après avoir pris une hauteur de marche, nous prenons la direction sud-ouest en suivant autant que possible, la piste chamelière de Tamanrasset Tin-Raro. Au bout de 15 km, la piste n'est plus visible. Nous suivons alors un oued qui semble nous donner la bonne direction; le commandant Vuillemin marche mais à plus faible altitude; l'adjudant Bernard le suit comme il était convenu. Comme le général n'a pu se repérer depuis le départ et qu'à 11h30 nous ne sommes pas en vue de Tin-Aquaten, Bernard se décide à lancer les signaux de détresse par T.S.F.A. À ce moment, le commandant Vuillemin est à environ 1000 mètres de nous, en avant et à gauche. Nous n'avons d'essence que pour une vingtaine de minutes de vol; aussi Bernard se dispose à atterrir.

Il se présente un terrain excessivement plat mais très mou et bordé au nord par des dunes de sable. Ayant le vent debout au-dessus de 2000 mètres, Bernard amène son appareil sur le terrain face au sud; nous ne sommes plus qu'à une quinzaine de mètres du sol, lorsqu'un fort remous incline l'appareil sur l'aile gauche, pour comble de malheur, au ras du sol, le vent nord-sud souffle, ce qui contribue à nous faire capoter violemment. Le général qui n'était pas attaché, se trouve pris entre le pare-brise et moi; il est, de ce fait, blessé assez sérieusement; il a la clavicule gauche cassée, une côte enfoncée et il se ressent de contusions internes; Bernard s'était attaché avant le départ et il se retire de sous l'appareil; quant à moi, j'ai la tête dans le sable, je me relève un peu contusionné. Revenu de notre première émotion, nous sommes désagréablement surpris de constater que l'avion du commandant Vuillemin a disparu. Notre première préoccupation est de ramener les bidons contenant l'eau de réserve; ils sont pêle-mêle avec les boîtes de « singe », les outils, les bougies de rechange, etc..., le tout enfoui plus ou moins dans le sable.

Il est environ midi, la température atteint 45°, nous nous mettons à l'ombre sous les plans de l'appareil retourné et le général Laperrine nous dit: « Mes enfants, nous allons essayer de manger, puis nous nous reposerons jusqu'à demain matin et ensuite nous aviserons ». Pensant, Bernard et moi, que le général connaît bien la région, nous ne sommes pas très inquiets; nous absorbons donc quelques tranches de gigot de gazelle et un peu de pain provenant d'un casse-croûte offert au général à Tamanrasset, un peu d'eau et nous nous étendons. Notre chef mange très peu; nous sommes courbaturés et nous nous efforçons de dormir mais le sommeil ne vient pas. Vers 16 heures, la température est plus supportable, nous quittons nos vêtements pour nous étendre sur le sable qui commence à être frais; dans le courant de la nuit, nous dormons d'un sommeil très léger, coupé par de longs intervalles de méditation.

Le 19 au matin, avant qu'il fasse jour, le général décide que nous partions dans la direction nord-ouest, dans l'espoir de trouver les montagnes de l'Adrar. Nous rassemblons donc ce qui nous est indispensable pour la route. Il y a dix boîtes de viande de 300 gr, vingt biscuits de guerre, une boîte de phoscao de 250 gr, une boîte de lait condensé de 250 gr, 100 gr environ de sucre en poudre, 1/2 litre d'arquebuse appartenant à Bernard, six bidons d'eau de deux litres et deux bidons de quatre litres; un mousqueton de cavalerie, une couverture, une toile de tente et nos objets personnels.

À la pointe du jour, nous nous mettons en route, le général est muni de ses jumelles et de son porte-cartes; il marche difficilement. Bernard et moi, portons les vivres, l'eau, etc..., nous sommes sérieusement chargés. Après cinq heures de marche, nous nous arrêtons pour prendre un repos bien gagné. À l'aide de la carabine, nous montons la tente tant bien que mal en nous servant des bidons d'eau pour fixer les coins de la toile et là, très mal abrités du soleil, nous attendons le soir. L'eau est rationnée, il a été convenu entre nous que nous ne boirons pas plus d'un litre d'eau chacun par 24 heures. Il fait très chaud, nous souffrons beaucoup de la soif mais nous respectons la consigne. Le soir, une boîte de viande de 300 gr fait tous les frais de notre repas; l'appétit ne va pas fort! Le général nous encourage en nous disant que la piste n'est pas à plus de 50 km de nous, nous avons confiance en lui; il nous dit de faire du feu pour tâcher d'attirer l'attention sur nous; nous cherchons du combustible et nous trouvons quelques herbes sèches qui nous permettront de faire une petite lueur pendant 10 minutes. Dans la nuit, nous tirons trois coups de carabine mais en vain, personne ne nous entend.

Le 20, de très bonne heure, nous nous remettons en route dans la même direction que la veille, nous espérons que la journée ne se passera pas sans que nous ayons aperçu les montagnes de l'Adrar. Le terrain très mou rend notre marche pénible à chaque pas, le pied s'enfonce de 10 cm. De temps en temps, le général braque ses jumelles devant lui, mais il ne découvre rien, toujours l'immensité.

Le 21 février, à l'heure habituelle, nous repassons sur nos traces et nous marchons dans la direction de l'avion que nous avons abandonné deux jours plus tôt; le général est dans un état de faiblesse extrême; nous faisons des petites étapes d'une heure; à 10 heures, nous apercevons, à notre très grande joie, des traces de pattes de chameaux; déjà nous croyons être sur une piste mais, malheureusement, au bout d'une dizaine de mètres, elles n'existent plus. À l'aide de mon mousqueton, je trace une flèche sur le sol indiquant le sens de notre marche et j'inscris la date: « 21 février 1920 ». Nous profitons de cet incident pour faire une petite halte et le général se décide à rédiger un petit billet sur lequel il est dit ceci: « Nous marchons vers notre avion qui se trouve à une dizaine de kilomètres d'ici » et il signe son nom en écriture touareg et arabe. Le billet est pris entre deux pierres pour éviter qu'il ne s'envole. Nous repartons; au fur et à mesure que le poids de nos vivres diminue, celui de nos fatigues augmente. A 11 heures, grande halte habituelle; nous avons la gorge tellement sèche que nous ne pouvons manger, aussi nous ne mangeons que le soir. Nous repartons alors au bord d'un oued, ne pouvant continuer car nous ne voyons plus nos traces. Après avoir mangé notre boîte de « singe » quotidienne, nous disposons des bidons en file indienne afin de marquer notre sens de direction pour le lendemain matin, car nous partirons avant qu'il fasse jour; nous devons retrouver notre appareil dans la matinée. Ce soir, l'état du général devient très inquiétant, c'est avec beaucoup de peine qu'il arrive jusqu'ici, il se plaint sans cesse de son dos; comme il ne peut manger, nous lui réservons le phoscao et le lait condensé; Bernard lui fait des massages avec de l'arquebuse. Nous ne sommes pas longs à nous endormir car nous sommes extrêmement fatigués.

Le 22 vers 4 heures, nous avons beaucoup de mal à nous mettre debout. Le général ne peut se lever seul, nous l'aidons donc et nous repartons péniblement; nous nous arrêtons toutes les demi-heures à cause de notre chef qui est à bout de forces. À 8 heures, nous apercevons l'appareil et cela nous fait plaisir, bien que nous sachions que le salut ne nous y attend pas. Il nous semble que l'appareil n'est pas loin de nous, mais nous marchons encore longtemps. Nous arrivons enfin à 400 m de notre but; notre chef ne peut plus avancer. « Mes enfants, dit-il, allez à l'appareil déposer vos affaires et vous reviendrez me chercher ensuite ». Cependant Bernard le soutient et nous continuons très lentement. À 9h30, nous arrivons près de notre « coucou », il n'a pas bougé !... Les plans supérieurs, qui touchent près du sol, sont déjà recouverts de sable. Nous allons tout de suite nous rendre compte si le radiateur a fui, et nous sommes heureux de voir qu'il est presque plein. Nous avons rapporté un litre d'eau de notre expédition. Avant la grande chaleur, nous nous empressons de tendre une couverture que nous fixons à l'aide du fil d'antenne de TSF, d'une part à l'aile inférieure droite, puis au fuselage, et enfin au stabilisateur; nous serons ainsi protégés du soleil. Nous couchons tout de suite le général sous la couverture et près du fuselage; nous prenons place près de lui et nous lui tenons compagnie. Nous nous reposons, notre chef se plaint et pousse de longs soupirs au moindre mouvement, il ressent une vive douleur. Dès que le soleil est couché, nous commençons à vider le radiateur en emplissant nos bidons et nous recueillons 18 litres (il doit encore en rester 4 litres environ). Nous creusons un trou dans le sable et nous enterrons nos bidons pour les protéger de la chaleur. La ration d'eau est toujours fixée à 1 litre par personne et par jour; le soir nous mangeons encore une boite de viande et nous faisons du phoscao pour notre chef. Après le repas, nous nous étendons encore et nous dormons vite.

Le 23, au réveil, rien de nouveau.

Le 24, vers 10 heures du matin, nous apercevons une gazelle à une centaine de mètres de nous; je tire dessus neuf cartouches, mais sans succès. Les mirages nous causent de fausses joies.

Le 25, vers midi, nous apercevons encore une gazelle, Bernard essaie en vain de la tuer. Dans la nuit du 25 au 26, le général appelle Bernard à plusieurs reprises pour lui demander s'il dort.

Le 27, de 10 heures à 18 heures, nous subissons une forte tempête de sable qui nous oblige à nous cacher sous des couvertures; l'état du général devient de plus en plus inquiétant.

Le 28, rien à l'horizon. Bernard commence à faire son testament, nous sommes découragés; la chaleur est très forte, pendant six heures nous en souffrons beaucoup. Dans la journée, nous essayons de manger la pâte dentifrice, cela semble nous rafraîchir quelques instants, pour nous altérer par la suite; malgré tout, nous y revenons de temps à autre.

Dimanche 29 février, je fais mon testament pour ma mère, je suis découragé au plus haut point. Je termine ma lettre ainsi: « Marcel Vaslin, que la destinée emporte vers Dieu ».

Le 1er mars, voici douze jours que nous n'avons vu personne, ni amis, ni ennemis; des marques de grand désespoir sont visibles sur nos traits, j'échange mes impressions avec Bernard, nous employons notre temps à démonter les instruments de bord pièce par pièce.

Le 2 mars, rien. La journée se passe semblable aux autres, le soir nous faisons un petit feu, nous brûlons un pneu et une housse de moteur. Soir et matin, nous tirons trois cartouches, mais cela ne sert à rien, jamais personne ne nous entend.

Le 3, forte tempête de sable, cela nous donne des idées plus noires que d'habitude, le général respire avec beaucoup de difficultés et son état de santé commence à nous inquiéter beaucoup. Bernard consulte les cartes et croit, d'après elles, que nous sommes à 120 km de Tin-Zaouaten. Nous formons le projet de marcher dans la direction de ce poste, espérant qu'en cours de route nous rencontrerons du secours; notre chef nous autorise à tenter cette autre expédition en nous disant: « Mes enfants, si vous allez là-bas, vous ne reviendrez certainement pas ». Après avoir fait un repas plus copieux que d'habitude, c'est-à-dire augmenté de deux biscuits, nous quittons le général Laperrine vers 9 heures, en emportant avec nous de l'eau pour quatre jours et des vivres, tout en laissant la ration du général près de lui. Nous marchons directement sur les dunes qui bordent le terrain où nous avions atterri; à la troisième rangée de dunes, nous montons au sommet après des efforts extraordinaires en comparaison de notre faible constitution du moment. Bernard s'écroule comme une masse et me dit: « Je ne peux ni avancer, ni reculer. Je reste là ». Mes forces sont également bien diminuées, malgré tout je m'efforce de faire comprendre à mon camarade de misère, qu'il est impossible de rester dans les dunes et qu'il vaut mieux mourir près de l'avion car, là-bas, on nous retrouverait un jour ou l'autre, mort ou vivant. Nous rentrons à l'appareil péniblement et là, nous apercevons notre chef qui, depuis notre départ, n'a pas eu la force de boire.

Le 4, il se plaint de plus en plus et nous nous attendons à le voir mourir incessamment; il absorbe difficilement son chocolat. Cette journée est lugubre, nous voyons des oiseaux de proie qui nous survolent en croassant. Ont-ils senti qu'il y aurait bientôt un mort parmi nous?

Le 5, nous retrouvons le général à quelques mètres de sa place habituelle, il a la bouche pleine de sang; nous avons le pressentiment qu'il va bientôt partir, nous nous efforçons de lui faire prendre son chocolat, mais il ne peut plus avaler quoi que ce soit. Sentant sa mort prochaine, il nous dit quelques paroles: « Mes enfants, on croit que je connais le désert, mais personne ne le connaît; c'est moi qui ai fait votre malheur; j'ai traversé dix fois le Sahara et j'y resterai la onzième fois ». Nous supposions qu'il allait encore tenir un jour ou deux. Vers midi, il demande de l'eau, je le relève et Bernard le fait boire, je le recouche vers 15 heures, je suis très occupé à causer avec Bernard lorsque ce dernier me dit: « C'est drôle que le général ne nous réclame pas à boire ». Nous l'appelons à plusieurs reprises mais il ne nous répond pas; Bernard, qui est le plus près de lui, touche sa jambe: il est mort sans avoir poussé la moindre plainte. Ceci est bien triste pour nous, nous nous rendons compte que notre jour est proche aussi, nous sommes également dans un état de faiblesse extrême et, dès que nous voulons nous mettre debout, nous sommes pris d'étourdissements et nous sommes obligés de nous recoucher. Cependant, à la nuit tombante, nous rassemblons tout ce qui nous reste de force pour transporter notre chef sur le plan opposé. Là, nous le couvrons avec de la toile d'avion prise sur une des ailes.

Le 6, triste réveil en voyant que notre chef est manquant; nous pensons à l'inhumer, mais nous avons quand même l'espoir d'être retrouvés aujourd'hui. Le soir arrive, nous ne voyons aucune âme qui vive. Ce jour-là, nous souffrons encore beaucoup de la chaleur, laquelle augmente tous les jours. Nous avons encore six jours d'eau et quatre jours de vivres. Bernard et moi, nous décidons de nous rationner de plus en plus, nous boirons deux quarts et demi d'eau par jour chacun. Dans le courant de la journée, Bernard a une soif terrible mais il ne veut pas toucher à sa ration d'eau, alors il casse les boussoles et absorbe le liquide qu'elles contiennent. Le soir, notre repas se compose d'un biscuit pour chacun. En raison de notre état de faiblesse, nous grelottons la nuit et, quand le jour arrive, nous sommes gelés. Le matin, nous avons encore un peu d'espoir, mais nous le perdons dès que la chaleur devient forte. Au soleil couchant, nous nous acheminons vers un sillon qu'a fait une roue de l'avion au moment de l'atterrissage et là, avec nos mains, nous agrandissons le trou où doit reposer notre « grand chef ». Ce travail est terminé au bout d'une heure, nous allons chercher le général pour le transporter à sa dernière demeure et, une fois enseveli, craignant que la tombe ne soit rendue invisible après une tempête de sable, nous posons sur elle une roue de rechange à laquelle nous fixons le képi. Après avoir rendu les derniers hommages à notre chef, nous nous retirons tristement. La tombe est à une dizaine de mètres devant l'appareil.

Le 8, nous rassemblons nos affaires personnelles, nous en formons chacun un petit colis et nous joignons l'adresse de nos familles, sans oublier quelque monnaie pour l'affranchissement. Les deux colis sont logés dans la valise du général et la valise est ensuite rangée dans le fuselage.

Le 9, réveil sans espoir. L'adjudant Bernard écrit quelques mots au recto d'une enveloppe: « Le général est enterré à une dizaine de mètres devant l'appareil; un képi, une roue, un pneu sur sa tombe. Prière d'ouvrir cette valise. Dans un compartiment il y a des lettres et des colis à expédier à nos familles tout est prêt, il y a de l'argent pour l'affranchissement. Merci à qui le fera. Le 9 mars 10 heures, pensons tenir jusqu'au 12 mars. Bernard ».

Le 10, nous ne bougeons plus, nous restons étendus toute la journée, fouillant l'horizon de nos yeux, mais rien! Toujours rien! Nous n'avons plus rien à manger. Bernard absorbe de la glycérine que le général avait dans sa valise, moi je mange de la pâte dentifrice, ce qui altère énormément; nous consommons quelques pastilles « Jubel », nous sommes insensibles.

Le 11, la situation ne s'améliore pas, au contraire, nous espérons maintenant la mort prochaine; voici deux jours que nous n'avons pas mangé; nous avons encore réduit la consommation d'eau à trois quarts pour deux par 24 heures.

Le 12, Bernard veut en finir et il me le propose. Je m'efforce de lui remonter le moral, mais il me fait comprendre que si nous n'allons pas au-devant de la mort, notre fin sera terrible ce à quoi j'acquiesce. Le soir, à 21 heures, il écrit ces quelques mots à la lueur d'une lampe électrique de poche qui avait appartenu au général: « Ce soir, 12 mars, à 21 heures, n'ayant plus de vivres, ni d'eau, nous nous donnons volontairement la mort. Ne comprenons pas qu'en 23 jours, on ne nous a pas retrouvés si on a fait des recherches ? Nous disons adieu à cette terre. Bernard ». J'ai quand même réussi à l'empêcher de suivre son idée et, le 13 au matin, nous sommes encore de ce monde. La journée se passe plus pénible encore que la précédente nous ne pouvons bouger. Le soir, l'idée du suicide revient à Bernard, plus belliqueuse que la veille; nous buvons le dernier quart d'eau. Alors c'est décidé: Bernard sort de sa valise, deux lames de rasoir « Gillette »; nous en prenons chacun une, mais avant, nous avons disposé près de nous, deux récipients dans lesquels nous ferons couler notre sang, à seule fin de pouvoir le boire et calmer notre soif une dernière fois avant de mourir. Bernard, plus courageux commence le premier. Il se fait, avec la lame de rasoir, une plaie assez profonde, près de l'artère du poignet gauche. J'avais déjà commencé à me blesser aussi, mais en voyant que le sang de Bernard ne sort pas je ne continue pas. Mon pauvre camarade est très en colère et il rejette sa lame au loin et je l'imite. Il me dit alors: « Nous en finirons demain matin avec les trois dernières cartouches qu'il nous reste ».

Le 14 de très bonne heure, un fort vent de sable commence à se lever. J'entends Bernard me dire: « Es-tu prêt? Nous en finissons ce matin ». Je lui réponds « Attendons jusqu'à midi, j'ai encore de l'espoir ». Sur ce, je rejette la couverture sur nous; nous ne dormons pas mais nous méditons. Une heure s'est à peine écoulée lorsque je perçois, dans le lointain, le beuglement d'un chameau. À ce moment-là, je ne sais quelle force extraordinaire s'empare de moi. Aussitôt je rejette au loin ma couverture, je saisis brusquement le mousqueton et je tire en l'air les trois dernières cartouches. Nous avons été entendus et nous sommes sauvés. J'aperçois deux méharis qui arrivent au galop et je me précipite vers eux; je cours à peu près pendant vingt mètres et je m'effondre devant mon sauveur qui, déjà me tend une gamelle d'eau. Quelques instants après, nous voyons arriver le lieutenant Pruvost au grand galop, accompagné du maréchal des logis et du brigadier Delplanque qui, tout de suite dressent une tente et nous prodiguent les premiers soins. Notre émotion est si forte que nous pouvons à peine causer avec nos sauveurs. Dans la journée, nous absorbons trente-quatre fois du thé bien sucré et deux grands plats de potage. La joie nous empêche de dormir et, pendant toute la nuit, je cause avec Bernard, je cause sans cesse. Nous échangeons nos projets. Le lendemain 15 février, le lieutenant Pruvost nous explique que nous n'avons été retrouvés que par un grand fait du hasard, car il ne venait pas du tout à notre recherche: il descendait à Agadez se ravitailler et il nous croyait retrouvés depuis plus de dix jours; ce bruit avait circulé à Tamanrasset. Le 16 au matin, nous partons dans la direction d'Agadez, nous marchons six jours pour atteindre le premier puits, faisant des étapes de 6 à 9 heures par jour, les débuts à dos de chameau sont pénibles pour nous qui n'avons que peu ou pas de force. Encore six jours de marche et nous atteignons le second puits. Nous trouvons là, beaucoup de troupeaux de chameaux, de bœufs et de moutons, qui appartiennent aux Touaregs du Hoggar.

Nous restons douze jours à Tasaya pour nous refaire. Le lieutenant Pruvost nous laisse des vivres avant de partir pour Agadez, où il se rend pour le ravitaillement de son détachement. Il emporte un quart de riz pour cinq jours de route, en compagnie de maréchal des logis et du brigadier déjà nommé. Nous le voyons revenir douze jours après et nous repartons ensemble pour Tamanrasset où nous arrivons quinze jours après, à dos de chameaux, ramenant la dépouille du général Laperrine. Dans la matinée de notre arrivée, a lieu l'inhumation au cimetière, près du père de Foucauld, qui a trouvé aussi la mort dans le Sahara. Nous sommes restés huit jours à Tamanrasset. Après avoir salué une dernière fois notre grand chef, nous partons vers le nord en camionnette automobile. »

 

Sources :

  • Rapport du mécanicien soldat Marcel Vaslin, repris par Charles Nardin, commandant le Parc du 3e Groupe d’aviation à Sétif.
  • René Pottier, Laperrine, conquérant pacifique du Sahara, Bibliothèque de l’Institut maritime et colonial, 1913.
  • Paul Pandolfi, Une correspondance saharienne. Lettres inédites du général Laperrine.
  • Encyclopédies Wikipédia, Larousse et Britannica.
  • Pierre Montagnon, Histoire de l’Algérie : des origines à nos jours, Pygmalion, 1998.
  • Georges Fleury, Comment l’Algérie devint française, Perrin, 2004.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 1 Avril 2017

La Coloniale.

Les Troupes coloniales apparurent en 1900, lorsque l’ensemble des troupes terrestres dépendant du ministère de la Marine, appelées troupes de marine (ou Marsouins, du nom de ces cétacés qui suivent les bateaux comme les soldats qui étaient à bord mais sans être des marins), furent transférées sous les ordres du ministère de la Guerre. Elles disparurent en 1958 lorsque, les colonies ayant acquis leur indépendance, la mission de ces troupes fut redéfinie. Elles reprirent alors le nom de troupes de marine, tout en restant dans l’armée de terre.

 

Les Troupes coloniales, dite « la Coloniale » qui dépendaient d’un seul état-major général, regroupaient deux grands types d’unités :

 

  • L’infanterie coloniale française et l’artillerie coloniale, entre 1900 et 1958, appelés « Coloniale blanche » et composés en majorité d’engagés métropolitains (un bon exemple étant les régiments de zouaves).
  • Les tirailleurs indigènes, hors Afrique du Nord (tirailleurs sénégalais – ou maliens ou nigériens ou burkinabais… –, tirailleurs malgaches, tirailleurs indochinois) formés de sujets français des colonies, commandés par des officiers français.

 

Historique.

Les troupes dites « coloniales » ou de « marine » furent créées en 1622 par le cardinal Richelieu sous le nom de « Compagnies ordinaires de la mer ». Embarquées à bord de navires, elles avaient différentes missions, dont les combats lors d’abordages, et étaient placées sous l’autorité du ministère de la Marine.

 

Les conquêtes coloniales incitèrent l’Etat à positionner des troupes à terre, de défense, de commerce, d’occupation… Vers le milieu du 19e siècle, les combats d’abordage n’existant plus, les troupes de marine restèrent à terre, à travers le monde.

 

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, la Division Bleue (comme la mer et comme certains des uniformes) réunit l’infanterie de marine et l’artillerie de marine (les « Marsouins » et les « Bigors » - nom qui leur vient du bigorneau qui s’accroche aux rochers comme les artilleurs s’accrochaient aux territoires qui leur étaient confiés). Après la guerre, elles participèrent à la conquête coloniale. Dès 1885, la Troisième république créa le 3e régiment de tirailleurs tonkinois, formés d’hommes venant d’Indochine.

 

La loi du 7 juillet 1900 fit de ces soldats des « Troupes coloniales ». Cinq années plus tard, l’effectif de l’armée coloniale stationnée dans la métropole était de 2.123 officiers et 26.581 hommes de troupe et l’effectif entretenu aux colonies était de 1.743 officiers, de 21.516 hommes de troupes européens et de 47.868 soldats indigènes.

 

La Première Guerre mondiale.

En 1914, à la veille de la Grande guerre, les troupes coloniales comptaient 102 bataillons et 39 batteries, dont 36 bataillons en métropole et 21 bataillons en Afrique du Nord. Dans ce total de 102, la « Force Noire » (les troupes issues de l’Afrique noire) représentait le quart. Ces unités étaient réparties en un corps d’armée en métropole et six groupes dans les colonies.

 

La fin de la Première Guerre mondiale fut marquée par une profonde réorganisation des Troupes coloniales. La pénurie de main d’œuvre due aux pertes effroyables consenties pendant cette guerre (1.355.000 morts et 3.595.000 blessés), expliquait en partie cette situation. Un ralentissement marqué du recrutement des jeunes engagés fut constaté. De plus, les rigueurs budgétaires imposées par l’effort de reconstruction, et l’absence de menace de la part de l’Allemagne vaincue, eurent raison d’une grande partie de l’infanterie française.

 

Les Troupes coloniales virent alors près de 80% des régiments qui la composaient dissous. Seuls subsistèrent en tant que régiments blancs, les 3e, 21e, 23e RIC en métropole, les 9e et 11e RIC en Indochine, le 16e RIC en Chine. Pour pallier cette carence, il fut alors décidé d’incorporer des soldats indigènes (Sénégalais, Malgaches et Indochinois). Tout comme les unités Nord-Africaines (Tirailleurs algériens, tunisiens, marocains), les RTS s’avérèrent plus économiques et plus dociles que les unités blanches.

 

C’est ainsi que Perpignan récupéra un régiment colonial, le 24e régiment de tirailleurs sénégalais, régiment qui malgré sa nouvelle appellation et sa composition, hérita des traditions et du drapeau aux huit inscriptions de son prédécesseur. La plus grande partie de l’effectif était désormais constituée par des soldats africains, communément appelés « Tirailleurs sénégalais » ou « soldats indigènes », tous originaires des diverses colonies de l’Afrique Occidentale Française (AOF). Les soldats européens, en petit nombre, tenaient des emplois de spécialistes (transmissions, servant d’engins, secrétaires) et étaient destinés, en principe, aux pelotons d’élèves gradés, caporaux et sergents. Il n’en demeure pas moins que nombre « d’indigènes » devinrent eux-aussi des élèves gradés et des sous-officiers. Cette période de réorganisation puis, à partir de la réoccupation de la Rhénanie en mars 1936, de préparation au nouveau conflit mondial qui menaçait, fut vécue dans une atmosphère de recueillement, comme dans tous les corps de l’armée française, et les missions de temps de paix habituelles furent remplies avec entrain. En métropole, séjours annuels à Mont Louis en Cerdagne et au camp du Larzac, où l’on se rendait à pied. Au plan colonial, relève semestrielle des effectifs indigènes (le séjour des Sénégalais en France était en principe de trois ans), qui rythmaient l’activité du régiment basée sur l’instruction des contingents des recrues sénégalaises (renouvellement tous les six mois). Bien entendu, le service outre-mer des cadres avait repris régulièrement dès la fin de 1927, ainsi que les exercices de mobilisation, de plus en plus fréquents, avec une participation accrue de cadres de réserve destinés au 24e RTS et au 44e RICMS, son dérivé.

 

La Seconde Guerre mondiale.

En 1939, les troupes coloniales formaient environ un quart du total des forces françaises. Une bonne partie d’entre-elles resta basée dans les colonies. Lors de la Seconde Guerre mondiale, de 1939 à 1945, la France fit appel à son Empire et à ses troupes coloniales, notamment aux régiments de tirailleurs sénégalais. Là encore, il convient de ne pas oublier, parfois, la poursuite et le massacre systématique des soldats africains par les troupes allemandes pendant cette période.

 

Après la défaite de 1940, les coloniaux étant présents dans un Empire qui n’avait pas entièrement fait allégeance au maréchal Pétain et au régime de Vichy (l’Afrique Equatoriale Française par exemple) furent parmi les premiers à reprendre les armes. Un certain nombre rejoignit sans tarder le général de Gaulle à Londres. En Afrique, le général Leclerc et sa 2e division blindée, qui comptait parmi ses unités le régiment de marche du Tchad (RMT) et le 3e régiment d’artillerie coloniale (3e RAC), remonta depuis le fin fond du Tchad vers la Libye et la mer Méditerranée.

 

Les campagnes d’Erythrée, de Crète, de Tripolitaine, de Libye, du Levant virent s’illustrer les troupes coloniales. Il en fut de même avec la 1ère Division de la France Libre, le 1er régiment d’artillerie coloniale, le bataillon d’infanterie de marine et du Pacifique. Ces mêmes troupes, renforcées d’unités européennes, prirent la direction de l’Italie (Monte Cassino) puis participèrent à la libération de l’île d’Elbe, la Corse et enfin la métropole.

 

Après 1945.

Bien entendu, après 1945, les troupes coloniales furent appelées à défendre l’Empire. Ce fut le cas pour l’Indochine (1945-1954) puis l’Algérie (1954-1962).

 

En 1967, les colonies ayant « vécus », l’armée de terre fusionna l’infanterie et l’artillerie coloniales au sein des troupes de marine. Comme un retour aux sources et aux appellations d’origine. A nouveau, sa mission consiste à mettre en place rapidement des moyens de défense et d’intervention dans des territoires géographiquement éloignés de la métropole et d’assurer une présence continue des forces françaises dans la France d’outre-mer, ainsi que dans certains pays alliés.

 

Traditions.

La fête des troupes de marine est célébrée à l’occasion de l’anniversaire des combats de Bazeilles, du nom de ce village qui fut quatre fois repris et abandonné sur ordre, les 31 août et 1er septembre 1870 (l’épisode le plus célèbre étant celui des « Dernières cartouches » magnifié par le peintre Alphonse de Neuville).

 

Leur devise est « Et qu’au nom de Dieu, vive la coloniale » : les Marsouins et les Bigors n’ont pas la prétention de prendre pour saint patron Dieu lui-même. Son origine est une action de grâce du bienheureux père Charles de Foucauld, missionnaire, voyant arriver à son secours les unités coloniales, un jour où il était en grande difficulté avec une tribu locale. Les coloniaux n’avaient pas hésité à franchir la frontière du Soudan français pour venir à son secours dans le Hoggar. Depuis, ce cri de guerre termine les cérémonies intimes qui font partie de la vie des unités des troupes de marine.

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Larousse, Universalis, Wikipédia.
  • Soldats de la République Les tirailleurs sénégalais dans la tourmente. France mai-juin 1940. Éditions L'Harmattan. Paris décembre 2010.
  • Ministère de la guerre, Revue des troupes coloniales, Paris, mensuel.
  • Ministère des forces armées ; Ministre de la France d'outre-mer, Tropiques: revue des troupes coloniales, Paris, mensuel.
  • L'Armée d'Afrique, Alger, Éditions Aumeran, mensuel.
  • Ned Noll, Histoire de l'armée coloniale, Paris: Berger-Levrault, 1896.
  • Ferdinand Burot; Maximilien Albert Henri André Legrand, Les troupes coloniales, Paris, Baillière, 1897-98.
  • Les Troupes de marine 1622-1984, Paris: Charles-Lavauzelle, 1991.
  • Robert Hure, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Paris: Charles-Lavauzelle, 1977.
  • Olivier, capitaine, Les troupes noires de l'Afrique orientale française, Paris, H. Charles-Lavauzelle, 1903.

 

 

 

Voici, dans l’album de photographies ci-dessous, des images des troupes coloniales, dont principalement des affiches de propagande et d’enrôlement.

 

La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 12 Mars 2017

L'Empire colonial français.

L’Empire colonial français était l’ensemble des colonies, protectorats, territoires sous mandat et territoires sous tutelle gouvernés ou administrés par la France. Commencé au 16e siècle, il a connu une évolution très contrastée selon les époques, aussi bien par son étendue que par sa population ou sa richesse. Les possessions coloniales ont connu différents statuts et modes d’exploitation, des colonies antillaises esclavagistes du 17e siècle et du 18e siècle à l’Algérie française, partie intégrante de la France à certaines périodes, en passant par les protectorats de Tunisie et du Maroc et les territoires sous mandat de Syrie et du Liban.

On distingue généralement deux périodes concernant les empires coloniaux français, le pivot étant la période couvrant la Révolution et l’époque napoléonienne au cours de laquelle la France perdit les derniers restes de sa première aventure coloniale.

Le premier espace colonial, constitué à partir du 16e siècle comprend des territoires nord-américains, quelques îles des Antilles, les Mascareignes et des établissements en Inde et en Afrique. Le 1er empire colonial s’étendait sur 8.013.624 km². La Guerre de Sept Ans, qui mit un frein aux ambitions coloniales de la France, se solda par la perte de la majorité des territoires nord-américains et en Inde à l’exception de quelques comptoirs (Yanaon, Pondichéry, Mahé, Karikal, Chandernagor). Il survit malgré tout et connaît une certaine prospérité grâce aux exportations antillaises (Saint-Domingue, Martinique, Guadeloupe) de café et surtout de sucre entre 1763 et la fin des années 1780. Il s’effondre brutalement dans la décennie suivante avant de disparaître presque entièrement durant l’époque napoléonienne.

Le second empire colonial, constitué à partir des années 1830, se compose principalement de régions d’Afrique acquises à partir des anciens comptoirs, mais aussi d’Asie (Indochine) et d’Océanie (Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, Nouvelles-Hébrides). Ce second empire colonial fut au cours de la seconde moitié du 19e siècle et au 20e siècle le deuxième plus vaste du monde, derrière l’Empire colonial britannique. Présent sur tous les continents, il s’étendait, à son apogée, de 1919 à 1939, sur 12.347.000 km². En incluant la France métropolitaine, les terres sous souveraineté française atteignaient ainsi la superficie de près de 13 millions de km², soit près d’1/10 de la surface de la Terre, abritant une population de 110 millions d’habitants à la veille de la Seconde guerre mondiale, soit 5 % de la population mondiale de l’époque.

Aujourd’hui, les restes de ce large empire colonial constituent la France d’outre-mer (ou DOM-TOM), une douzaine de territoires insulaires dans l’Atlantique, les Antilles, l’océan Indien, le Pacifique Sud, au large de l’Antarctique, ainsi que la Guyane sur la côte nord de l’Amérique du Sud, pour une superficie émergée totale de 119.394 km², soit à peine 1% de la superficie de l’empire colonial à son apogée entre les deux guerres mondiales. D’une faible superficie émergée, ces DOM-TOM permettent toutefois à la France de revendiquer la 2e plus grande zone économique exclusive (ZEE) au monde, couvrant 11.035.000 km² d’océans, juste derrière celle des Etats-Unis.

Ainsi, au cours du 20ème siècle, la France va perdre peu à peu la majeure partie de ses colonies. Dans des accords signés entre parties, comme la loi-cadre Defferre qui ouvre la porte à l’indépendance des pays d’Afrique sous domination française, mais aussi dans des conflits comme l’Indochine (1945-1954) et l’Algérie (1954-1962). Des centaines de milliers de jeunes français ont connu ces guerres de décolonisation. Ils ont aujourd’hui environ 75 ans pour les plus jeunes.

 

Photographies :

 

Les photographies ci-dessous présentent des cartes et des images de l’Empire colonial français.

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Larousse, Universalis, Wikipédia.
  • Ministère des forces armées ; Ministre de la France d'outre-mer, Tropiques: revue des troupes coloniales, Paris, mensuel.
  • L'Armée d'Afrique, Alger, Éditions Aumeran, mensuel.
  • Ferdinand Burot; Maximilien Albert Henri André Legrand, Les troupes coloniales, Paris, Baillière, 1897-98.
  • Les Troupes de marine 1622-1984, Paris: Charles-Lavauzelle, 1991.
  • Robert Hure, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Paris: Charles-Lavauzelle, 1977.

 

L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale