Articles avec #portraits - epopees - associations tag

Publié le 17 Juin 2017

Jacques Vignaud donne une conférence sur la Résistance au collège Henri Matisse – Juin 2008.

Jacques Vignaud donne une conférence sur la Résistance au collège Henri Matisse – Juin 2008.

Nous avons eu la douleur de perdre notre ami et adhérent, Jacques Vignaud, le 3 juin 2017, à l’âge de 91 ans. Avant son inhumation dans le caveau de famille au cimetière de Notre-Dame de Fontenay-le-Comte, un hommage lui a été rendu le jeudi 8 juin 2017, en l’église Saint-Benoît à Issy-les-Moulineaux, en présence de sa famille, ses amis, de Madame le sénateur Isabelle Debré et du Souvenir Français.

 

« Mon cher Jacques,

 

Nous y voilà. Ce dernier voyage dont tu me parlais souvent. Ce dernier voyage qui en vaut bien un autre aurait dit ton ami Gilbert Prouteau, le Chouan, qui s’y connaissait comme toi en impertinence, en philosophie de la vie mais aussi en contrepèteries et autres calembours.

 

D’autres voyages. Bien sûr. Celui que nous avons fait ensemble, au Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux et Vanves pendant près de 10 ans. Quand toi le Gaulliste, tu m’écrivais ton histoire, celle de la Résistance, celle de ton parcours chez Time Life Magazine – où les Américains t’avait demandé de prendre les Parisiens en photos – ou plus tard dans le monde de la chimie, de l’apprentissage des langues ou encore des œuvres des Auberges de Jeunesse. Celui de ton engagement auprès des jeunes et en particulier du collège Henri Matisse.

 

Le voyage. Celui qui t’a amené à me parler de ton engagement dans la Résistance au 93e RI. Engagement dont tu parlais peu comme souvent ceux qui ont connu les combats. Tu n’as d’ailleurs jamais demandé les médailles auxquelles tu avais pourtant droit. Pensez donc : un adolescent qui fait écrire à sa mère « je ne rentrerai pas ce soir, car je rentre dans la Résistance ». Cet engagement qui fait te battre contre l’ennemi allemand dès tes premiers jours, vêtu d’un uniforme anglais, un peu trop grand, et sachant à peine te servir de la mitraillette que tes supérieurs t’ont confié. De missions de reconnaissance en combats et embuscades tu multiplies les coups dans la région de la Charente-Maritime.

 

En janvier 1945, avec quelques compagnons d’infortune, tu te retrouves bloqué par les Allemands à Marans, dans la Sèvre niortaise. Sonne l’heure de la retraite à travers les marais. Dans une maison, vous allez trouver refuge. Vous vous installez au premier étage pour mieux surveiller les alentours. Sans imaginer une seule seconde que les Allemands vont eux, dans la nuit, loger au rez-de-chaussée. Ils sont dix fois plus nombreux et mieux armés. Vous voilà prisonniers. « Faits comme des rats, des rabougris », aurait encore dit Gilbert Prouteau. Puis c’est l’évasion, digne d’un film d’aventure, avec des copains qui tombent, fauchés par la mitraille ennemie, une patrouille de la Wehrmacht qui ne regarde pas ou qui refuse de regarder trois jeunes gars qui se cachent dans les rues de la Rochelle. « De jeunes pouilleux, mais qui ont aussi libéré la France » aurait ajouté Maurice Druon.

 

Alors le voilà ton dernier voyage. Tu vas rejoindre ta chère Vendée. Tu vas retrouver, quelque part du côté de Mouilleron-en-Pareds Georges Clemenceau et le général de Lattre de Tassigny, tes idoles.

 

Une dernière fois je souhaiterais que l’on puisse t’entendre. Tu disais : « C’en est terminé de notre guerre. Bientôt les Allemands se rendent en masse. Notre joie est indescriptible. Pourtant. Ombres funestes. Je pense à tous nos camarades qui n’ont pas eu notre chance, qui se sont battus et ont été tués, qui se sont fait prendre, alors que la liberté s’offrait à eux. Ainsi, je pense particulièrement Paul Couzinet, Joseph Martin et Paul Rolland, qui ont été arrêtés alors qu’ils étaient au rez-de-chaussée de la caserne et que les premières évasions venaient d’être découvertes. Ils ont été lâchement abattus par la soldatesque ennemie et c’est un crime impardonnable. Nos combats sont demeurés au second plan, inconnus. Mais cela n’est ni tout à juste ni tout à fait bon. Le Devoir de Mémoire est indispensable si l’on veut que nos jeunes disposent encore aujourd’hui du patrimoine national que nous avons contribué à reconquérir. »

 

 

CDT (RC) Frédéric RIGNAULT

Président

Délégué général adjoint pour les Hauts-de-Seine.

 

 

Voir les commentaires

Publié le 14 Avril 2017

Cadet de Saumur - Promotion 1936.

Cadet de Saumur - Promotion 1936.

Né le 15 juillet 1912, il perd son père Mort pour la France durant la Première Guerre mondiale alors qu'il a à peine quatre ans. Marqué par ce sacrifice glorieux au service de la Patrie, il n'hésite pas à préparer Saint-Cyr où il devient un brillant élève de la promotion «Roi Alexandre 1er» (1934-1936).

 

Engagé en Lorraine avec son régiment dès 1939, il reçoit très vite le baptême du feu. Puis il se distingue sur la Loire, à la tête des «Cadets de Saumur», n'hésitant pas à attaquer à pied deux chars ennemis; grièvement blessé il sera fait chevalier de la Légion d'Honneur à titre exceptionnel. Après avoir été instructeur à l'Ecole spéciale Militaire à Aix-en-Provence, il est mis en congé d'armistice où il entre dans la Résistance. Il est arrêté par les Allemands en 1943 mais réussit à s'évader et rejoint l'Afrique du Nord après un audacieux périple à travers la France, l'Espagne et le Portugal.

 

Placé à la tête d'un escadron du 3e Régiment de Spahis Marocains il participe brillamment à la campagne d'Italie où il fait preuve de magnifiques qualités de soldat et de chef. A la tête d'un groupement blindé, il se révèle un entraîneur d'hommes hors pair, forçant l'admiration des troupes françaises et alliées qui combattaient à ses côtés. Blessé grièvement à deux reprises il est promu officier de la Légion d'honneur à 32 ans.

 

A l'issue de la guerre il rejoint Saumur comme instructeur et est admis à l'école supérieure de guerre. Il sert alors dans des états-majors de rangs élevés à Paris puis en Allemagne. En 1956, il prend le commandement du 6e Régiment de Spahis Marocains en Algérie entraînant ses hommes avec un allant exceptionnel.

 

Affecté à Washington dans un organisme interallié, il est nommé général et se voit confier ensuite le commandement de la 7e brigade mécanisée expérimentant les structures interarmes. Commandant l'Ecole de Cavalerie de Saumur de 1965 à 1968, il va lui insuffler un esprit novateur et imaginatif inculquant à ses cadres et élèves la rigueur, la distinction et le panache. Investi du commandement du 1er Corps d'Armée à Nancy puis de la 6s Région Militaire à Metz, il aborde «avec une grande largeur de vue et une fertile imagination les questions humaines, tactiques et stratégiques».

 

Admis dans la 2e section du cadre des officiers généraux en 1973, il est nommé gouverneur des Invalides. Dans cette dernière action il va œuvrer pendant plus de vingt ans pour que l'Institution Nationale des Invalides soit digne de ses pensionnaires, payant lui-même de sa personne en entourant fraternellement et chrétiennement les hommes brisés de la guerre, méritant ainsi le surnom respectueux d'«Archange Gabriel».

 

Longtemps isséen, le général d'armée Gabriel de Galbert, Grand'Croix de la Légion d'Honneur meurt le 2 février 2001 à Arradon (Morbihan) dans sa 89e année.

 

 

 

 

Sources :

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le 29 Janvier 2017

Le capitaine Marillier au Fort des Rousses.

Le capitaine Marillier au Fort des Rousses.

Décidément, ce début d’année 2017 est bien triste. Après avoir perdu Madame Glavany et son époux, le général Roland Glavany, le Souvenir Français d’Issy-Vanves voit disparaître deux de ses amis : Raymond Pétrus, Délégué général adjoint de notre association pour la Nièvre, et le colonel Richard Marillier.

 

Richard Marillier, c’était à la fois un compagnon de route d’une équipe digne des « Tontons Flingueurs » avec Jean Carmet, René Fallet, Jean Amadou, Antoine Blondin et bien d’autres encore. C’était l’aventure de la guerre d’Algérie puis l’engagement dans l’armée de terre, le Fort des Rousses en tant qu’officier chargé de la création d’un centre d’entraînement commando. C’était l’aventure du cyclisme avec Simplex puis les équipes militaires, le poste de Directeur Technique National, le Tour de France et l’Union Cycliste Internationale. Enfin, Richard Marillier était aussi un écrivain avec une œuvre de plus d’une dizaine d’ouvrages.

 

Segoule et le Vercors.

 

Richard Marillier nait le 22 avril 1924 à Garnay, non loin de Dreux. Jeune, il perd sa mère. Son père l’emmène en Bourgogne, dans un hameau du nom de Segoule, non loin de Saint-Benin d’Azy, au cœur du Nivernais. Là, Richard est élevé par sa grand-mère Clémentine. De cette époque, il tirera un ouvrage très beau : Grandir à Segoule.

 

Adolescent, il est envoyé pour faire des études à Grenoble. Avec des camarades, il rejoint la Résistance. Il combat au sein de la Section Chabal du maquis du Vercors. Richard Marillier : « L’histoire du Vercors est, à la fois, simple dans sa conception et très compliquée dans sa réalisation. De quoi s’agissait-il ? Tout simplement de faire du massif – véritable forteresse naturelle – une terre d’accueil et de recueil pour des unités parachutistes en liaison avec un débarquement dans le midi. En fait, il existait un décalage entre ce que le BCRA d’Alger prescrivait et les moyens nécessaires dont il ne disposait pas. Le maquis du Vercors ne disposait, le 6 juin, ni des effectifs ni de l’armement nécessaires. La suite, on la connaît : 15.000 soldats allemands (chasseurs de montagnes, bataillons de Volontaires de l’Est (« Mongols »), artillerie divisionnaire, 240 aviateurs, des panzers divisions, des parachutistes) sont déployés et attaquent. La bataille dure 56 heures ; le bilan est éloquent : l’Histoire retiendra que 629 maquisards auxquels il convient d’ajouter 210 civils y perdront la vie, ce qui signifie, si l’on s’en réfère aux chiffres officiels de l’Association des Pionniers du Vercors, que plus de 3.000 combattants ont pu, soit survivre dans le maquis au milieu des Allemands, soit quitter ce même plateau par des issues de secours. »

 

Le général de Gaulle ne manquera pas de décorer les soldats de cette section le 5 novembre 1944 à Grenoble.

 

Officier au sein de l’armée de terre.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, Richard Marillier rentre sur la Nièvre. Il part en direction de Dijon, capitale de la Bourgogne afin d’y décrocher un emploi. Là, il rencontre sa future femme, Jeanine, fille de Lucien Juy, créateur du dérailleur Simplex et de l’usine du même nom. Pendant près de dix ans, Richard Marillier va œuvrer pour cette entreprise, notamment en y montant une équipe cycliste afin de faire connaître les produits de l’usine et le dérailleur fameux.

 

En 1956, rappelé par les autorités, Richard Marillier doit effectuer une période militaire en Algérie. D’abord lieutenant de réserve au sein du 494e RI, il signe un engagement et ne quittera le sol algérien qu’en 1963, après commandé plusieurs commandos et œuvré pour les services secrets français. A ce titre, il fait partie de ceux qui découvrent en 1963 l’attaque envisagée de l’Algérie sur le Maroc. Mais les Marocains, prévenus par les autorités françaises, éviteront l’effet de surprise et, renversement de situation, renverront « manu militari » les envahisseurs chez eux (la « Guerre des Sables »). Il rentre en France avec le grade de capitaine.

 

L’armée de terre lui confie des missions liées au sport : moniteur de l’Ecole d’Antibes, prévôt de boxe, entraîneur national d’athlétisme au Bataillon de Joinville, initiateur de football et créateur du centre d’entraînement commando du Fort des Rousses.

 

Rappelé par d’anciennes connaissances du cyclisme, Richard Marillier quitte l’armée de terre : « Un jour je demandais à être reçu par la DPMAT, boulevard Saint-Germain à Paris. Un colonel de la Légion étrangère me dit : « Vous avez des notes de maréchal de France, vous êtes décoré jusqu’au nombril mais vous n’avez pas d’origine. Vous sortez du rang. Alors, vous finirez vieux commandant occupé à compter les chaussettes dans un régiment. Si on vous propose un poste au niveau national où vous pouvez continuer à servir le pays, allez-y. Mais attention, ne lâchez rien. Ne quittez pas l’armée. Elle ne vous le pardonnerait pas. Faites vous détacher. Bonne chance, mon vieux ».

 

L’aventure du cyclisme.

 

Ainsi, Richard Marillier va devenir Directeur Technique National du cyclisme français pendant onze ans, de 1970 à 1981. Sous sa direction, Cyrille Guimard est 2e au championnat du monde ; Régis Ovion est champion du monde amateur en 1971 ; en 1974, Raymond Poulidor et Mariano Martinez finissent 2e et 3e. En 1977, Josiane Bost est championne du monde. Lors de ces mêmes championnats, au Venezuela, Richard Marillier est contacté par les services secrets pour servir de couverture à une opération commandée par le futur général Rondot. Il s’agit d’intercepter le terroriste Carlos. L’opération échouera.

 

Consécration à Sallanches en 1980 avec le titre de champion du monde pour Bernard Hinault. Par la suite, Richard Marillier est nommé directeur adjoint délégué du Tour de France. Président de la Ligue du Cyclisme professionnel, membre du Comité Directeur de l’Union Cycliste Internationale de 1989 à 1992, Richard Marillier fait valoir ses droits à la retraite l’année suivante. Il continue à œuvrer dans le vélo avec le Tour Nivernais-Morvan et la Route Nivernaise. Puis, il se met à l’écriture et jusqu’en 2003, il va sortir pas moins d’une dizaine d’ouvrages le Vercors, ses aventures en Algérie, sur le monde du cyclisme, et quelques romans, bien souvent édités aux Editions de l’Armançon, maison bourguignonne dirigée par Gérard Gauthier.

 

Richard Marillier était, entre autres, commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’honneur. Il vivait aux Assarts, sur le commune de Vitry-Lâché, dont il avait été le maire de pendant douze ans.

 

Ses obsèques se dérouleront le mercredi 1er février 2017 à 15h en l’église de Saint-Benin-des-Bois dans la Nièvre.

Richard Marillier et Bernard Hinault.

Richard Marillier et Bernard Hinault.

Voir les commentaires

Publié le 24 Janvier 2017

Général Glavany (Copyright Air et Cosmos).

Général Glavany (Copyright Air et Cosmos).

Le général Glavany a toujours inspiré le plus grand respect à ceux qui l'ont connu ou côtoyé au cours de leur carrière militaire au sein de l'armée de l'air.

 

Respect d'abord pour son attitude en 1942 quand, jeune officier chassé de l'École de l'Air comme toute sa promotion par l'occupant, il décidait de franchir les Pyrénées pour rejoindre l'AFN où il tournait pour un moment le dos à sa carrière d'aviateur en s'engageant dans le 1er bataillon de choc, donc dans l'armée de terre et ce pour être certain de participer à la lutte contre l'occupant. Ainsi allait-il combattre en Corse, en Italie, puis en Provence avant de remonter jusqu'à Dijon à la poursuite de l'adversaire, là où, blessé pour la quatrième fois, se terminait pour lui la guerre.

 

Respect pour sa carrière de pilote, reprise après 1945 dans la reconnaissance d'abord puis au service, à titre civil, de la firme Marcel Dassault en tant que pilote d'essais. Il devait s'illustrer alors en effectuant les premiers vol de deux prototypes célèbres, à savoir le 17 novembre 1956, celui du Mirage 3, avion mythique avec lequel il devait atteindre pour la première fois dans l'histoire de notre aviation deux fois la vitesse du son (mach 2) et le17 juin 1959, celui du Mirage IV, avion mythique lui aussi, appelé à constituer la première composante de nos Forces Nucléaires Stratégiques. Deux dates qui comptent dans l'histoire de nos forces aériennes.

 

Respect pour sa décision prise en 1959 de renoncer à son métier de pilote d'essais et de reprendre l'uniforme pour servir de nouveau l'armée de l'air en participant d'abord à la guerre d'Algérie. Affecté au Poste de Commandement Air Mobile (PCAM) de la 11e Division de Parachutistes, unité d'élite engagée dans le Constantinois, il y retrouvait l'ambiance du 1er bataillon de choc ... et la vie rude du djebel. Au retour d'Algérie, il devait assumer des responsabilités importantes tant en État-major (chef du bureau des programmes de matériels) qu'à la tête des bases aériennes d'Istres puis de Mont-de-Marsan avant de prendre le commandement des Écoles de l'Armée de l'Air en tant que général de corps aérien, commandement qu'il assuma jusqu'à la fin de son service actif en 1978.

 

Respect enfin pour le dévouement dont il n'a pas cessé de faire preuve à son retour dans la vie civile envers plusieurs organisations caritatives en assurant notamment la présidence de l'association des Ailes Brisées, de celle de Rhin et Danube et enfin à Issy même, en acceptant la présidence d'honneur de notre comité du Souvenir Français dont il suivait avec intérêt l'activité.

 

Homme de cœur, chrétien convaincu, pilote d'exception et chef militaire doué d'une autorité naturelle indiscutable de par l'étendue de son expérience à la fois technique et opérationnelle, le général Glavany restera une grande figure de l'Armée de l'Air... et de notre cité.

 

 

Général Michel Forget

Ancien de l'Armée de l'Air et membre du comité du Souvenir Français d'Issy

 

Voir les commentaires

Publié le 18 Janvier 2017

Roland Glavany, mon général.

Voilà une année qui commence bien mal. A quelques jours d’intervalle, Madame Glavany a rendu son âme à Dieu suivie de son époux le général de corps aérien, Grand’ Croix de la Légion d’honneur, Roland Glavany.

Roland Glavany était président d’honneur du Comité d’Issy-Vanves du Souvenir Français. Il faudrait des pages et des pages pour raconter ce que fut sa vie. Cela a d’ailleurs fait l’objet d’un livre en juin 2013 : « Du Bataillon de choc au Mirage », en collaboration avec Bernard Bombeau, aux Editions Pierre de Taillac. Mais deux mots me viennent à l’instant pour définir le général Glavany : fidélité et amour.

Fidélité à la France quand alors élève de l’Ecole de l’Air, il décide de s’engager dans les Forces Françaises Libres, en passant par l’Espagne : « En 1943, comme des dizaines de milliers d’autres, j’ai traversé les Pyrénées puis l’Espagne. Il n’y avait que deux conditions ; d’abord, savoir marcher en montant ; cause : les Pyrénées ; la seconde : ne pas se faire piquer par les Allemands ; cause : l’Occupation ».

Roland Glavany débarque en Afrique du Nord. On lui explique que s’il veut continuer sa formation de pilote de chasse aux Etats-Unis, il lui faut attendre plus d’une année : « Pas question. J’ai demandé une unité para. Et c’est ainsi que j’ai atterri à Staouéli, à l’ouest d’Alger, au Bataillon de Choc du cher commandant Fernand Gambiez. Mais, manque de chance, ledit Bataillon venait de terminer son stage de transformation parachutiste. Et voilà pourquoi de fil en aiguille, à la tête de la 3ème section de la 3ème compagnie (les meilleurs…), j’ai « fait » trois débarquements en petits bateaux (LCI ou LCA) : la Corse en 1943 ; l’Ile d’Elbe et la Provence en 1944. »

Il sera blessé à trois reprises. D’abord en Corse où il débarque avec le bataillon en septembre 1943. Son métier : celui de commando, avec des actions de renseignement, des coups de mains contre les Allemands, et des missions de destruction avec son arme favorite : la grenade ! Blessé sérieusement, avec de nombreuses fractures, il est remis sur pied pour être à nouveau blessé – justement au pied – lors du débarquement de Provence sur les pentes du Mont Faron. Plus tard, le 10 septembre, avec le Choc, à l’entrée de Dijon, il tombe sur une mitrailleuse allemande : il est à nouveau touché, cette fois à la jambe.

Fidélité au chef, le général Giraud qui avait réunit les forces et moyens navals pour libérer la Corse : « Un des chefs militaires de la Résistance, le commandant Colonna d’Istria, put faire appel au général Giraud pour demander son appui. Celui-ci se tourna forcément vers le commandement allié en Méditerranée, lequel, en pleine organisation de la libération de l’Italie, lui fit comprendre qu’il fallait qu’il se débrouillât seul. Ce qu’il fit ». Soixante-dix ans plus tard, il disait encore : « De Gaulle, de Gaulle, oui bien sûr ! Mais n’oublions pas les actions extraordinaires du général Giraud, qui était unanimement apprécié chez nous ! ». Fidélité à ses camarades morts pour la France en Corse, comme l’adjudant-chef Richard de Préaudet : « Je n’oublie pas que sur ces routes de Corse, 300 d’entre-nous sont morts. Pour la France ».

Une fois la guerre terminée, Roland Glavany renoue avec l’armée de l’Air. Il termine enfin sa formation de pilote sur un P-51 de reconnaissance. Mais, comme l’écrit si bien Jean-Dominique Merchet, dans L’Opinion, « quelque chose est cassé ». Il décide d’intégrer l’école d’ingénieurs SupAéro et devient pilote d’essais au Centre d’essais en vol puis chez Dassault, où il se lie d’amitié avec Serge. Roland Glavany sera alors pilote d’essais de la famille des Mirages (Mirage III et Mirage IV). En 1958, il est le premier pilote à franchir Mach 2 en Europe. Pourtant, il verra encore des drames, comme ceux de ses camarades qui se tuent lors de ces fameux vols d’essais, tel Claude Dellys en 1952 ; Claude qui avait été son instructeur.

Fidélité de nouveau à ses compagnons d’armes. En 1959, il réintègre l’armée de l’Air et est nommé au sein de la 10e Division parachutiste du général Gracieux, chef du Poste de Commandement Aérien Mobile. « C’était un grand honneur. Nous devions obtenir des renseignements et diriger les appuis-feu aériens nécessaires aux régiments engagés. Le patron était le général Gracieux. Petit, râblé, d’un calme imperturbable, précis et concis dans ses ordres, d’une bonhomie apparente que démentait très vite un regard sans équivoque, le général Gracieux vivait pour sa division qu’il avait parfaitement en mains », dira-t-il.

Il voit au cœur des unités paras l’état d’esprit qui dérive. Tentation de suivre les généraux ? Certainement pas : « Totalement intégré à cette division parachutiste dont j’étais solidaire, je restais néanmoins un aviateur et gardais ma liberté d’esprit et de jugement. Si je n’étais pas lassé des combats – car l’allégresse des combats, cela existe – je voyais avec consternation ce beau pays peu à peu crucifié tandis que l’amertume des officiers montait tout autour de moi devant une politique qu’ils ne comprenaient point ».

Par la suite, Roland Glavany poursuivra sa carrière au sein de l’armée de l’Air, jusqu’en 1978 – avec les galons de général de corps aérien- après avoir commandé le CEAM (Centre d’Expériences Aériennes Militaires), la base de Mont-de-Marsan et les Ecoles de l’armée de l’Air.

Un regret ? Avoir tant et tant côtoyé les parachutistes sans en avoir le brevet : « Voilà pourquoi, ayant acquis avec mes étoiles de brigadier une plus grande liberté d’action, j’ai demandé à sauter vers 1975. Compte-tenu de mes blessures aux jambes, les toubibs dirent « au fou », jusqu’à ce que, lassé, un chef-toubib finit par déclarer : « Il veut sauter ? Qu’il saute ! ». Ce que je fis. Je le fis naturellement avec mes camarades des Commandos de l’Air, à Nîmes (salut au capitaine Ciappa). Nous sautions à partir d’un « Broussard » et j’aimais beaucoup cela, être assis par terre, les jambes à l’air avant de se balancer. Aussi, un jour de 1977, je participai à Avignon à un rassemblement para, devant le Chef d’état-major de l’Armée de l’Air de l’époque, le général Maurice Saint-Cricq, mon ami. Seulement voilà, à l’arrivée au sol, je sentis et entendis un « crac », à droite. Disons-le tout de suite, c’était la « bi-malléolaire » (sous-entendu la fracture) et deux mois de plâtre. Et mon chef vénéré vint alors vers moi : « Je te l’avais bien dit que tu jouais au c.. ». Et comme l’a dit un autre général, jaloux : « Ces trucs-là, faut les réussir ou s’abstenir ». Quel dommage. C’était le 4ème saut, pas le 5ème, qui lui m’aurait permis d’avoir droit à la plaque souvenir. C’est alors que je me suis rappelé m’être éjecté d’un Mystère IV en vrille que je ne parvenais pas à arrêter. J’étais pilote d’essais chez Monsieur Marcel Dassault, avant les « Mirages » et toute la série. C’était vingt ans avant, en 1955. J’ai dit cela à mes camarades de l’Armée de Terre : « 4 + 1 : ça fait 5 ! ». Ils ont condescendu à l’admettre. Et c’est ainsi que l’insigne de parachutiste est aujourd’hui en bonne place dans ma bibliothèque ».

Alors qu’il est à la retraite depuis quelques semaines (« J’avais entrepris des travaux dans la maison de campagne, mais je n’ai jamais été un grand bricoleur »), il est rappelé pour prendre la direction de l’Office Français d’Exportation des Matériels Aéronautiques.

Fidélité enfin en œuvrant pour les associations du Souvenir Français, des Ailes Brisées, dont il devient président, ou du Tomato Club. Fidélité aux camarades du débarquement de Provence en prenant la présidence de l’association Rhin et Danube. A un Résistant qui voulait lui apprendre d’où venait le général de Lattre de Tassigny, il avait répondu : « Tu sais – il tutoyait tout le monde et c’était bien souvent une marque d’affection – quand tu auras fait autant de cérémonies que moi à Mouilleron-en-Pareds, on en reparlera ! ».

Amour est le second mot qui me vient à l’esprit quand je pense au général Glavany. D’abord l’amour de la famille. Dans ses interviews, dans son ouvrage, il n’est pas un chapitre où le général n’évoque pas sa famille et le bonheur familial. Lors d’une réunion de notre Comité, il m’avait un jour indiqué : « Dans tout ce que tu fais, n’oublie jamais ta famille. Elle doit être la priorité. C’est important ».

Amour de son prochain. Esaïe 58 :7,8 41 : « N’est-ce pas que tu partages ton pain avec celui qui a faim, et que tu fasses entrer dans la maison les affligés qui errent sans asile ? Quand tu vois un homme nu, que tu le couvres, et que tu ne caches pas à ta propre chair ? ». L’amour de son prochain, le général Glavany l’a montré et démontré à maintes reprises. Ainsi, il fut l’un des piliers du Café 115, comme notre adhérente Louise Zazzera, géré par l’Association pour le Logement des Personnes Isolées Résidant à Issy-les-Moulineaux (Alpirim), sous la houlette de notre ami Marie-Auguste Gouzel, et cofinancé par la ville et la DRIHL 92. Ce Café permettant aux personnes sans abri de bénéficier d’un accueil, d’une orientation et/ou d’un accompagnement.

Amour de la littérature et des belles lettres. Pour son quatre-vingt-dixième anniversaire, nous lui avions offert une ancienne et très belle édition des Confessions d’un enfant du siècle, d’Alfred de Musset. Et voilà notre général nous remerciant en nous citant, par cœur, le premier chapitre dudit livre !

Amour de son épouse enfin. Quelle plus belle preuve d’amour que ne pas pouvoir survivre à la disparition de son épouse… Ce jeudi 19 janvier, l’on procède aux enterrements de Madame Glavany et de son mari dans le cimetière municipal d’Issy-les-Moulineaux. Bien triste journée.

 

CDT (RC) Frédéric Rignault

Président du Souvenir Français d’Issy-Vanves

Délégué général adjoint pour les Hauts-de-Seine.

 

Voir les commentaires

Publié le 18 Novembre 2016

Certificat de Marcel Ichac.

Certificat de Marcel Ichac.

« A la fin de 1961, rentré en métropole en lieutenant tout neuf après deux ans de djebels et de désert, j'allai un jour déjeuner chez mes parents, apportant roulé dans un tube en carton un souvenir de mes récentes campagnes. Mon père (*) me demanda au café de quoi il s'agissait. Plein de fierté, je déroulai le précieux parchemin que m'avait remis quelques mois plus tôt, lors d'un pot avec ses principaux subordonnés, le Lieutenant-colonel Vuillemey, commandant le 153e régiment d'infanterie motorisé. C'était un certificat de bonne conduite nominatif du valeureux 15/3 qu'il me remit, à moi l'aviateur en bleu qui, pendant près d'une année, avait été admis au mess du régiment, s'y était fait quelques solides amitiés et avait partagé la vie de l'unité avec ses joies mais parfois aussi, malheureusement, ses coups durs.

 

Mais mon père n'accueillit pas cette présentation avec l'admiration que j'en attendais, car visiblement il pensait à autre chose. Il nous quitta d'ailleurs très vite et se retira dans son bureau où, aux bruits de tiroirs ou de classeurs ouverts et fermés, il était clair qu'il cherchait quelque chose. Une exclamation de satisfaction nous annonça qu'il devait l'avoir trouvé. De fait il revint avec à la main un document qu'il nous lut d'un ton officiel :

 

Certificat de bonne conduite

Le colonel Castella, commandant le 153ème régiment d'infanterie

certifie que le sergent ICHAC, Marcel,

... a tenu une bonne conduite... etc ...etc.. .

 

Ce certificat avait été délivré à Forbach, le régiment rentrant alors de quatre années d'occupation en Sarre où mon père avait accompli ses obligations militaires. Il était daté du 14 avril 1928, le mien était du 13 avril 1961. Ainsi, à un peu plus de trente ans d'intervalle, le père et le fils avait été également honorés par le commandant du même régiment prestigieux ! »

 

 

 

GBA (2s) Jean-Claude Ichac, président honoraire du Comité du Souvenir français d’Issy-Vanves.

(*) Marcel ICHAC (1906 – 1994), cinéaste réalisateur de plus de cinquante films de ski, de montagne et d'exploration, compagnon de Paul-Emile Victor au Groenland, de Maurice Herzog à l'Annapurna, ou du Cdt Jacques-Yves Cousteau en Méditerranée, en mer Rouge et au Pérou.

Certificat de Jean-Claude Ichac.

Certificat de Jean-Claude Ichac.

Voir les commentaires

Publié le 4 Septembre 2016

Jean Quillard salué par André Santini.
Jean Quillard salué par André Santini.

Jean Quillard, président des Anciens combattants volontaires, à la fois de la section d’Issy et de la délégation départementale, vient de nous quitter à l’âge de 83 ans, décédé des suites d’une chute accidentelle.

Né le 13 octobre 1933 à Mansle, en Charente, la famille Quillard monte à Paris et s’installe à Issy-les-Moulineaux, où le jeune Jean va faire une grande partie de sa scolarité.

En 1954, il fait son service militaire dans l’arme du train, au sein de la 3e DIA (Division d’infanterie algérienne), unité de l’Armée d’Afrique, avec le grade de maréchal des logis. La 3e DIA est alors une composante des FFA : Forces françaises en Allemagne. Cette division s’est illustrée au cours du second conflit mondial, en Italie et en Alsace en prenant une part importante dans la libération de la France. Pierre Montagnon a écrit à propos de la 3e DIA : « Les tirailleurs de la 3e DIA, la division des trois croissants, écriront sur les pentes des Apennins quelques-unes des plus belles pages d’héroïsme de l’histoire de l’armée française ».

Patriote et engagé, Jean Quillard rejoindra ensuite l’Union Française des Anciens Combattants (UFAC), mais aussi l’Association des Combattants Volontaires (ACV) dont il devient le président départemental pour les Hauts-de-Seine. Il passe une grande partie de sa carrière au sein de l’équipementier automobile Marchal, d’abord au service de la logistique, puis à la direction de l’éclairage et enfin à la direction du personnel. Là encore, il se mettra au service des autres et en 1979, il obtient même la médaille d’honneur du Travail.

La retraite est synonyme d’engagement citoyen pour Jean Quillard, qui se met au service la ville d’Issy-les-Moulineaux, à laquelle il est très attaché. Au Centre de recherches historiques d’Issy, où il est secrétaire et œuvre à valoriser l’histoire locale. Au sein du Conseil économique et social pendant plus de 7 ans, et au service du monde combattant et de la Mémoire bien sûr, où il est présent à toutes les commémorations.

Son engagement au service des autres sera récompensé le 11 novembre 2013, lorsqu’il reçoit les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite, des mains d’André Santini.

Voir les commentaires

Publié le 21 Août 2016

Escadrilles de tradition du 1/3 Navarre (en 1962/1966) 1ère escadrille, SPA 95 « Le martinet », 2ème escadrille, SPA 153 « Le gypaète portant le sceau égyptien ».

Escadrilles de tradition du 1/3 Navarre (en 1962/1966) 1ère escadrille, SPA 95 « Le martinet », 2ème escadrille, SPA 153 « Le gypaète portant le sceau égyptien ».

En août 2011, j'écrivais dans ces colonnes, en évoquant les pilotes et équipages morts en Service Aérien Commandé : « … Alors je souhaite que leur souvenir trouve également sa place dans les pensées de tous ceux qui honorent aujourd’hui, à juste raison, les « morts au Champ d'Honneur ».

 

Je n'étais pas le seul à penser à ces camarades disparus dans le simple exercice de préparation à leur mission de guerre, bien que, comme l'écrivait le général Michel Forget dans un récent article du n°503, de la revue du Souvenir Français: « Les batailles aériennes ne laissent pas de traces au sol... ». Et si, comme il l'évoque, on peut trouver « ici et là une stèle évoquant le sacrifice d'un pilote ou d'un équipage au combat », il est encore plus rare d'en trouver rappelant « le sacrifice d'un équipage ou d'un pilote, tué lors d'une mission d'entraînement en pleine période de paix ».

 

Mais cette omission dans le devoir de mémoire de l'armée de l'air (et des unités de l'aviation de l'armée de terre dont elle est l'héritière) va enfin être corrigée. Sous l'impulsion de quelques anciens têtus, avec l’appui de plusieurs chefs d'état-major successifs, une « Association du Mémorial des Aviateurs » vient de voir le jour. Son but, en liaison étroite avec le Musée de l'air et de l'espace du Bourget, est d'une part de mettre en place, sur l'esplanade du musée, un monument à la mémoire des aviateurs morts en service, et d'autre part d'installer, dans l'enceinte même du musée, une borne mémorielle permettant l'accès à une base de données rassemblant à terme plusieurs dizaines de milliers de noms, avec le maximum de renseignements sur chacun d'eux.

 

Vaste programme, qui demande de faire appel à la participation de tous ceux qui, soit par tradition familiale, soit au cours de leur carrière professionnelle, civile ou militaire, auraient eu connaissance de l'un de ces « morts en SAC » dont enfin la mémoire va sortir de l'oubli.

 

L’Association du Mémorial des Aviateurs est présidée par le général de corps aérien (2S) Yvon Goutx – Adresse : 5, rue Christophe Colomb, 75008 Paris - memorialdesaviateurs@gmail.com - Cotisation annuelle 10€.

 

 

 

Enfin, je voudrais également revenir sur les noms des pilotes cités dans cet article de 2011. Il s’agissait de Jacques Albert, Guy Flament, Francis Barthe, Robert Varnet, Jean-Pierre Petit et Jacques Henry.

 

  • LLT (ORSA) Jacques Albert, CP, 1/3 Navarre, 1ère escadrille, dit « Le gros sac ». Ce surnom n'avait rien à voir avec sa corpulence mais était une allusion transparente à sa fonction de KS (caissier de la « caisse noire » de l'escadron), fonction qu'il assumait avec une efficacité digne d'éloges ! Excellent tireur il était revenu de la Coupe AIRCENT de juin 1963 avec le surnom de « Top gun », ayant obtenu la première place à l'épreuve de « straffing ». Il meurt le 31 décembre 1964 lors d'une collision en vol avec le F-100D du SGC Guy Flament, au-dessus du mont Mezenc.

 

  • SGC Guy Flament, SCP, 1/3 Navarre, 2ème escadrille, dit « Le p'tit boudin », surnom d'origine inconnue. Il meurt lors de cette collision avec l’avion piloté par Jacques Albert.

 

  • CNE Francis Barthe (EA 55) à l'époque au 1/3 Navarre, 2ème escadrille, dit « le beau gosse » ou « l'ancien », célibataire, excellent skieur (il avait terminé 1er au championnat de l'armée de l'air) et danseur émérite ! Il meurt le 30 juin 1968 sur un Stampe SV-4 du CEV de Cazaux, en se « crashant » dans la forêt de Gujan-Mestras.

 

  • CNE Robert Varnet (ORSA), CP, 1/3 Navarre, 2ème escadrille, dit « le clou ». Ce surnom avait une double origine, d'une part la maigreur de l’intéressé, d'autre part son incroyable aptitude à toutes les formes du bricolage. Il était par ailleurs pilote de planeur et responsable à Lahr de la section vol à voile. Il meurt le 12 février 1968 sur Mirage IIIE. A l’atterrissage son appareil touche le sol avant l'entrée de la piste de Nancy-Ochey, rebondit, s'écrase et prend feu.

 

  • LTT Jean-Pierre Petit (EA60), PI, 1/3 Navarre, 2ème escadrille ; se tue le 6 mars 1967 sur Mirage IIIE en percutant un rideau d'arbres en approche du terrain de Dijon-Longvic.

 

  • CNE Jacques Henry (EA 55), CP, à l'époque au 2/3 Champagne, dit « le p'tit chef », surnom d'origine inconnue, peut-être lié au fait que, après une collision en vol, il s'était éjecté et était tombé dans un couvent de religieuses. C'était un 24 décembre ! Lorsqu’il était disponible il leur rendait visite à cette date anniversaire pour partager leur chocolat. Il meurt le 23 novembre 1966. Affecté à la 8e escadre de Cazaux, son Mystère 4A s'écrase sur la dune du Pilat, sans son pilote dont le corps est retrouvé plusieurs années plus tard dans la forêt landaise.

 

 

 

Général de brigade aérienne (2s) Jean-Claude ICHAC

Président honoraire du comité d'Issy-les-Moulineaux du Souvenir Français

 

Voir les commentaires

Publié le 20 Juin 2016

Robert Choffé prononçant son discours de remerciements.
Robert Choffé prononçant son discours de remerciements.

Samedi 18 juin 2016, à l’issue de la commémoration relative à l’anniversaire de l’Appel du général de Gaulle, la municipalité d’Issy-les-Moulineaux et le Comité de la Société des membres de la Légion d’Honneur de la ville, ont organisé la remise des insignes de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur, à Monsieur Robert Choffé, membre de notre comité du Souvenir Français.

Robert Choffé était à l’occasion parrainé par Michel Rossignol, président du Comité local de l’association ACPG-CATM et maire-adjoint honoraire d’Issy-les-Moulineaux. Michel Rossignol a prononcé le discours suivant :

« Monsieur le Député-maire,

Monsieur le Président de la SMLH,

Messieurs les Présidents des associations d'anciens combattants,

Mesdames, Messieurs,

Cher Robert Choffé,

C'est un grand honneur pour moi d'avoir été sollicité par Robert Choffé pour être aujourd'hui son parrain. Jamais je n'aurai imaginé lorsque j'avais 9 ans en 1944, qu'un jour, un ancien FFI, comme ceux que je voyais courir dans les rues, accompagnant et guidant des soldats de la 2e DB pour déloger les occupants, nombreux, de l'École Militaire, à 300 mètres de chez moi, me demanderait de le parrainer pour lui remettre cette prestigieuse décoration.

Robert Choffé, vous êtes né le 8 août 1925, vous allez avoir bientôt 91 ans. A 19 ans, vous vous engagez dans les FFI à Issy-les-Moulineaux après avoir été apprenti chez Renault ou vous êtes entré en octobre 1940 comme mouleur-fondeur à l'atelier de fonderie de bronze.

Bien qu'étant encore «mineur», vous commencez déjà à vous révolter contre l'occupant en ajoutant du plomb dans le bronze destiné aux pièces de locomotives. Après la destruction de la fonderie par un bombardement, vous êtes réquisitionné par l'occupant pour remettre en état les voies de chemin de fer détruites par les bombes. Vous vous manifestez à nouveau avec l'aide d'un copain de votre âge en enfouissant des traverses et des pièces métalliques nécessaires à la remise en état des voies qui devaient permettre le transport de troupes ou de matériel de guerre. Cet engagement dans les FFI vous permettra de participer à la prise de ce qui a été appelé le campement d’Issy-les-Moulineaux dans l'île St Germain.

Après avoir été regroupés au Grand Séminaire, vous décidez de vous engager pour la durée de la guerre au Fort de Vincennes. Nous sommes en septembre 1944. Suite aux tests que vous avez effectués vous êtes versé au 32e régiment d'artillerie; vous êtes alors spécialisé dans l'orientation et le calcul des positions de canon de 155 court mais aussi dans le déminage. Votre régiment est alors appelé à la résorption de la poche de Royan et vous vous illustrez à la pointe de Vallières et dans l'île d'Oléron, pour le déminage de plusieurs positions de batteries, ce qui vous vaut une citation à l'ordre du Régiment avec attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

Votre régiment participe ensuite à l'occupation de l'Allemagne. En juillet 1945, après le peloton de sous-officier, vous êtes nommé maréchal des logis et vous serez libéré le 9 février 1946. Vous êtes par ailleurs titulaire de la Croix du Combattant Volontaire, de la Médaille Militaire, du titre de Reconnaissance de la Nation.

Bravo, et mes félicitations pour ce brillant parcours.

Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de la Légion d'Honneur.

Avec toutes nos félicitations ».

Michel Rossignol.

Voir les commentaires

Publié le 14 Juin 2016

Capitaine Dominique Bonelli.

Le samedi 11 juin 2016, s’est éteint le capitaine Dominique Bonelli.

Corse, né en Algérie, d’un père militaire, Dominique Bonelli s’engage à l’âge de 22 ans et part pour l’Indochine. Il est lieutenant au 8e choc sous les ordres du capitaine Pierre Tourret. Fait prisonnier, il est de ceux qui font La Longue Marche : les 10.000 prisonniers de Diên Biên Phù vont parcourir une distance de 700 kilomètres pour rejoindre plusieurs camps de prisonniers. Parcours puis emprisonnement dans des conditions effroyables puisque plus de 70 % d’entre eux ne reviendra pas.

A l’issue de la guerre d’Indochine, Dominique Bonelli réalise son rêve : il intègre la Légion étrangère. Départ pour la guerre d’Algérie où il sert sous les ordres du prestigieux colonel Jeanpierre. Il est blessé à deux reprises. L’Algérie, c’est aussi une certaine idée de la France, de l’engagement et de la fidélité. Avec pour maître mot : ne pas trahir.

Au moment du putsch des généraux à Alger contre la politique du général de Gaulle, Pierre Sergent, dans son ouvrage Je ne regrette rien (Fayard, 1972) indique : « De la villa, la vue était sublime. Une Méditerranée de carte postale, immobile et violemment colorée par un soleil vertical. Midi sur la ville blanche. Située sur les hauts d'Alger, cette villa des Tagarins dominait la baie. Là-bas, sur une éminence, parmi les eucalyptus, se dressaient les murailles blanches du Fort-l'Empereur, édifié par Charles Quint... Mais l'heure n'était pas aux méditations historiques ni aux émotions touristiques. Et l'homme tourné vers ce merveilleux paysage n'était nullement enclin à la poésie, malgré un regard bleu, presque transparent. Il tirait méthodiquement sur une courte pipe recourbée. C'était le général Challe. Le général Challe attendait le commandant de Saint-Marc. Ce vendredi 21 avril, Challe était arrivé aux Tagarins, accompagné du colonel Broizat et du général Zeller. La veille, à 1 heure du matin, tous trois avaient atterri en secret à Blida, après avoir pris clandestinement l'avion en métropole, à l'aérodrome militaire de Creil. Et ils se retrouvaient à Alger, dans cette villa où un petit état-major occulte préparait la conquête de la cité. Pour l'essentiel, le plan prévoyait le mouvement d'une unité, la plus sûre : le 1er régiment étranger de parachutistes. A eux seuls, les légionnaires prendraient la ville. Ils seraient toutefois aidés par une unité de parachutistes dont l'objectif était ce fort de Charles Quint où, gardées par le colonel de gendarmerie Debrosse, se tenaient les autorités civiles d'Alger qu'entouraient quelques poignées d'officiers supérieurs. Le 1er R. E. P. assurerait donc le gros du travail. La caserne Pélissier, où siégeait le corps d'armée d'Alger : objectif de la 1re compagnie, dont le commandant était assisté par le capitaine Rubin de Cervens et le lieutenant Godot, et de la 2e compagnie, aux ordres du lieutenant Oliviet Picot d'Assignies. Les émetteurs radio d'Ouled-Fayet : 3e compagnie du capitaine Estoup. La Délégation générale : compagnie portée du lieutenant Durand-Ruel. L'école de police d'Hussein Dey : la compagnie d'accompagnement, avec les capitaines Ponsolle et Carreté. La 4e compagnie du capitaine Bonelli serait tenue en réserve. »

Jugé avec ses pairs, le capitaine Bonelli est condamné à la prison avec sursis et doit quitter l’armée. Il était titulaire de nombreuses décorations ; entre autres, grand officier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre, 10 citations, TOE, Croix de la Valeur Militaire, 2 blessures de guerre. Il avait 88 ans.

En 2008, le capitaine Bonelli avait décidé de se confier à Bénédicte Helcégé, dans un ouvrage intitulé L’Arbre à Papillons, dont Roger Faulques, Grand officier de la Légion d’honneur avait écrit la préface : « Dominique Bonelli appartient à cette race des orgueilleux et son ambition l’a porté à toujours être parmi les meilleurs des meilleurs. La Légion étrangère et la guerre lui permirent d’exercer cette volonté absolue. Porte-drapeau du 1er REP, en 1961 les événements l’ont contraint à tout quitter, la mort dans l’âme, la rage au cœur, avec la douleur de perdre ce qu’il aimait par-dessus tout : la vie partagée avec ses légionnaires. Il s’est battu pour repartir de rien et, à nouveau, viser l’excellence. Avec une volonté farouche pour rebondir, il a gardé son goût du combat et du dépassement : activité professionnelle, sports de compétition, il a gravi les échelons avec enthousiasme, sans jamais perdre cet optimisme et cette joie de vivre qui l’habitent toujours. Tous deux, nous avons aimé la guerre, propos choquants aujourd’hui où l’aspiration naturelle à la paix se confond trop souvent avec le pleutre et inconscient pacifisme…Nous avons aimé la guerre parce qu’elle ne permet pas de tricher : face à lui-même, à la souffrance et à la mort, l’homme exprime ce qu’il est vraiment. Il se bat pour une cause qui le dépasse. C’est ce qui donne sa vraie grandeur à un Soldat digne de ce nom. Si la vie nous a conduits sur des voies bien différentes, notre amitié a traversé, sans faiblir, les années qui sont derrière nous… et continuera à nous unir pour celles qu’il nous reste à parcourir. »

Les obsèques du capitaine Dominique Bonelli auront lieu le jeudi 16 juin à 11 heures aux Invalides et seront suivies des honneurs militaires.

Sources :

Voir les commentaires