Publié le 20 Février 2010


2009-11-01, Issy-Astoul

 

 

 

Un fils de bonne famille.

 

 

 

 

Louis Raymond Jean Astoul nait au cœur de l’été 1892, le 10 août, dans le village du Theil, dans le sud-est du département de l’Orne (la vallée de l’Huisne). C’est un fils de bonne famille. Son père, officier de la Légion d’honneur, est officier d’administration principal des Subsistances. Au 3ème bureau du Recrutement de la Seine, il porte le matricule 3776. Comme les jeunes gens de son rang, le garçon, de la classe 1912, effectue son service militaire dans un régiment de cavalerie : le 4ème dragons, alors basé à Commercy, dans la Meuse. A la déclaration de guerre en août 1914, l’unité est une composante du corps de cavalerie du général Conneau.

 

Quelques mois plus tard, le sous-lieutenant Louis Astoul demande à passer dans l’infanterie coloniale – « la biffe »  – et reçoit un commandement au sein du 70ème bataillon de tirailleurs sénégalais.

 

 

L’histoire des Tirailleurs sénégalais.

 

La Traité de Vienne, en 1815, met fin à l’Empire français de Napoléon 1er. Une clause passe totalement inaperçu : l’île de Gorée, au large du Sénégal, est donnée au nouveau royaume de France, avec Louis XVIII à sa tête. Elle vient compléter les possessions françaises établies autour de la ville côtière de Saint-Louis. Depuis un peu plus d’un siècle, les Français s’efforcent de conquérir le pays en prenant appui sur le fleuve Sénégal, en dépit de la résistance d’ethnies telles que les Peuls et les Toucouleurs.

 

L’activité des zones côtières et de l’île sont importantes : il s’agit d’un des grands points de départ de la traite des Noirs. L’esclavage est aboli en 1848. Quatre années plus tard, le général Faidherbe débarque au Sénégal pour y établir une présence plus affirmée. Cette action étant à placer dans le contexte global de colonisation accélérée de la seconde moitié du 19ème siècle. En près de trente ans, toutes les régions du Sénégal, du delta du fleuve jusqu’à la Casamance, au sud, passent sous commandement français.

 

En 1857, le général Faidherbe, devant faire face à des besoins accrus en hommes, propose la création du corps des tirailleurs sénégalais. Sénégalais de nom, car les soldats proviennent aussi bien de ce pays que de Mauritanie, du Mali ou encore de Guinée. Le décret est signé par l’empereur Napoléon III le 21 juillet 1857, à Plombières-les-Bains.

 

Des difficultés de recrutement interviennent de suite. Il n’est pas rare que des révoltes éclatent. C’est notamment le cas chez les Bambaras du Mali. Aussi, les principaux contingents sont constitués d’esclaves rachetés à leurs maîtres, de « volontaires » et de prisonniers de guerre. Le nombre de régiments de tirailleurs sénégalais s’accroit, pour atteindre plusieurs dizaines de bataillons au moment de la Première Guerre mondiale. La majeure partie des sous-officiers et de nombreux officiers subalternes sont Africains. Il est vrai aussi que les officiers supérieurs sont tous issus de la métropole.

 

Au cours de la guerre de 1914-1918, près de 200.000 tirailleurs sénégalais participent au conflit, et environ 30.000 y laissent la vie. Leurs régiments étant bien souvent placés en première ligne. Au cours du second conflit mondial, ce sont encore 40.000 hommes qui contribuent aux batailles. Ils sont présents sur tous les fronts. Près de 17.000 reposent à jamais sur la terre de France. Un fait est important : au cours de cette guerre, les troupes du IIIème Reich participent régulièrement à des massacres et des exécutions sommaires de tirailleurs.

 

 

Le Chemin des Dames.

 

Placé au cœur de l’Aisne, entre les villes de Soissons et de Laon, suivant le tracé d’une ancienne voie romaine, le Chemin des Dames doit son nom au fait d’avoir été emprunté par les « Dames de France », alors filles du roi Louis XV, lorsqu’elles se rendaient au château de la Bove, appartenant à la duchesse de Narbonne, ancienne maîtresse royale.

 

En 1917, le nouveau général en chef de l’Armée française, Robert Nivelle – il a remplacé en décembre 1916 le maréchal Joffre – décide de continuer une tactique qui pourtant n’a pas été couronnée de succès au cours des offensives de 1914 et de 1915 (la bataille de l’Argonne dans la Marne laisse 135.000 Français hors de combat) : concentrer en un espace réduit un maximum de régiments et après un bombardement intense, attaquer baïonnette au canon! Normalement, les fantassins n’ont plus qu’à avancer, précédés d’un feu roulant  d’artillerie…

 

Près de 850.000 soldats français, soit 61 divisions d’infanterie – dont de nombreux régiments de tirailleurs algériens, marocains, sénégalais (…) – sont positionnés dans le secteur. En face, les troupes allemandes tiennent les crêtes. Sachant qu’une action d’ampleur se prépare, elles ont reculé leur zone défensive de plusieurs kilomètres.

 

 

Le 16 avril 1917.

 

L’offensive est lancée le 16 avril 1917, à 6h00. Dès le départ, c’est un échec cuisant. Les hommes sortent des tranchées, montent sur le parapet et sont de suite fauchés par les mitrailleuses ennemies qui n’ont pas été atteintes par l’artillerie française. De plus, surplombant nos régiments, les troupes du Reich ont beau jeu de tirer sur les fantassins, « comme à la foire ». C’est un désastre. Dans la semaine du 16 au 25 avril 1917, près de 134.000 Français perdent la vie sur ce champ de bataille. Sur les 15.000 Africains engagés, plus de 6.000 meurent durant la seule journée du 16 avril…

 

De plus, le temps est épouvantable : il pleut depuis près d’une semaine. Le froid et bientôt la neige s’en mêlent. Les Africains, qui ont été entraînés dans leur continent d’origine puis dans le sud de la France, sont frigorifiés. Qui plus est, les hommes partent à l’assaut avec des dizaines de kilos sur le dos : une couverture, une gourde de deux litres, de la nourriture, un masque à gaz, des grenades, le fusil, les munitions, un paquet de pansements, des feux de Bengale… Ce ne sont pas des unités rapides et vives qui montent à l’assaut, ce sont des hommes fatigués, empêtrés dans leurs guêtres et dont les lourdes capotes sont gorgées d’eau. Ils avancent vers une mort certaine.

 

Et les nouveaux chars d’assaut, Saint-Chamond et Schneider, qui pourraient venir en aide aux fantassins ont été dispersés au sein de l’ensemble des unités présentes, en tant que force d’appui. Ils ne servent presque à rien.

 

 

Le 16 avril 1917 au 70ème bataillon des tirailleurs sénégalais.

 

Débarqué à Fréjus le 21 avril 1916, le 3ème bataillon du 57ème régiment colonial devient le 70ème bataillon de tirailleurs sénégalais, deux jours plus tard. Son premier commandant est le chef de bataillon Delettre.

 

Extrait du Journal de marche du 70ème bataillon de tirailleurs sénégalais : «Avril 1917 :

 

  • - 10 avril : le bataillon quitte le camp pour aller cantonner à Dravigny. Arrivée à 22h.
  • - 12 avril : départ de Dravigny pour Révillon.
  • - 15 avril : séjour aux tranchées.
  • - 16 avril : à l’heure H (6 heures), le bataillon sort de la parallèle. 1ère et 2ème compagnies en première ligne. 3ème compagnie en soutien. 4ème compagnie en liaison et ravitaillement. Il est soutenu à droite par le 2ème RIC (NB : régiment d’infanterie coloniale) et à gauche par le 5ème RIC. Se portant en avant, le bataillon s’empare des trois premières lignes allemandes, qu’il dépasse, et à 7 heures, il arrive au point 7320 (jonction des boyaux de Trêves et de Juliers), à proximité de la tranchée de Sadowa, occupée encore par l’ennemi.

 

Celui-ci, s’appuyant sur une série de blockhaus et de mitrailleuses, non détruits par notre artillerie, empêche toute progression. Le bataillon se cramponne au terrain conquis jusqu’au 17 avril, à 6 heures. Le commandant ne peut à ce moment grouper que 112 hommes (NB : un bataillon comporte de 500 à 700 hommes). A ce moment, contre-attaque ennemie à la grenade. Les tirailleurs qui ont passé la nuit sous la neige, qui n’ont plus de munitions, sont obligés de se reporter en arrière, dans les lignes ennemies conquises la veille, ou sont allés se placer, le 16 avril dès 19 heures les 2ème et 5ème RIC, qui appuyaient le bataillon à droite et à gauche. Pendant 12 heures, le 70ème bataillon de Sénégalais est donc resté en flèche ne voulant abandonner le terrain conquis que par ordre.

 

L’offensive du 16 avril sur l’Aisne a montré que, s’il avait fait moins froid, si l’approvisionnement en munitions avait été assuré, et surtout si les Sénégalais avaient été appuyés à droite, à gauche et à l’arrière, ils n’auraient pas lâchés le terrain conquis. Il suffit de prendre une carte et de voir où se trouve la jonction des boyaux de Trêves et de Juliers (7320) pour se rendre compte que les Sénégalais sont allés le plus loin en cette région et qu’ils y sont restés le plus longtemps.

 

Les Sénégalais ont été remarquables au cours de cette journée. Aucun obstacle ne les a arrêtés. Ils n’ont abandonné le combat le 17 que, vaincus par le froid, privés de munitions et parce qu’ils n’étaient plus soutenus.

 

Tirailleurs et gradés ont rivalisé d’entrain et d’énergie au cours de cette journée.

 

Au combat du 16 avril, le bataillon a eu les pertes ci-après détaillées. Il faut ajouter à ces pertes, 298 évacuations d’Indigènes pour maladie ; sur ce chiffre, 118 pour pieds gelés.

 

1ère Compagnie : Tués (Européens) … Indigènes : …

2ème Compagnie : Tués (Européens) … Indigènes : …

3ème Compagnie : Tués (Européens) … Indigènes : … Disparus : le 16 avril 1917 : Astoul Louis, sous-lieutenant ; Dubois Pierre, sergent ; Brunel Fernand, 2ème classe ; Guisson Taraolé, caporal (…) ».

 

 

Comme des dizaines de milliers de soldats, le corps de Louis Raymond Jean Astoul  disparaît sur le Chemin des Dames. Quelques années plus tard, le père, fou de douleur, fait élever la tombe monumentale qui se trouve encore aujourd’hui au cœur du cimetière d’Issy-les-Moulineaux. Mort en 1923, à l’âge de 63 ans, JP Louis Astoul repose auprès du souvenir de son fils. Et en 1949, à l'âge de 81 ans, Mme Astoul rejoint son époux.

 


tirailleurs senegalais1

Voir les commentaires

Publié le 14 Février 2010

Message de notre Délégué général pour les Hauts-de-Seine, André Labour :
 

Cher(e) Président(e),

Cher(e) ami(e),

 

Le congrès annuel national de notre association se déroulant les 10 et 11 avril 2010 à Orléans, je vous invite à vous joindre aux cérémonies du Souvenir qui seront organisées à Paris :

 

  • - Le samedi 20 février 2010 : cérémonie du ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe. Le rendez-vous est fixé à 17h45, en haut des Champs-Elysées (angle de la rue Balzac).

 

  • - Le dimanche 21 février 2010 à 11h00 : grande messe du Souvenir, en la basilique Notre-Dame-des-Victoires, place des Petits Pères, Paris 2ème (Métro Bourse).

 

Vous aurez toutes et tous à cœur de vous réunir avec votre drapeau pour ces deux rendez-vous, marquant ainsi votre volonté de prouver le dynamisme de notre association et bien sûr celui de votre comité.

 

Les Hauts-de-Seine se doivent d’être présents en ces deux occasions !

 

En vous remerciant Cher(e) Président(e), Cher(e) ami(e), pour la publicité que vous assurerez auprès de vos adhérents, veuillez accepter mon très cordial souvenir.

 

 

Votre Délégué général,

André LABOUR

 

 

Voir les commentaires

Publié le 11 Février 2010

manouchian.jpg



André Santini, ancien ministre, député-maire d'Issy-les-Moulineaux et les membres de la municipalité organisent un hommage à Missak Manouchian, le 21 février 2010, 66 ans jour pour jour  après sa disparition. En présence d'Henry Karayan et d'Arsène Tchakarian, survivants du Groupe Manouchian, cet hommage prendra la forme suivante :

- 15h : inauguration du buste à son effigie, conçu par le sculpteur Michel Adjar, isséen ; angle des rue Rabelais, Ferdinand Buisson, Emile Duployé et docteur Zamenhoff.

- 16h : réception offerte par la municipalité au Foyer du Conservatoire Niedermeyer, 11-13 rue Danton.

- 17h : projection à l'auditorium du conservatoire du film de Robert Guédiguian : "L'Armée du Crime" (entrée libre dans la limite des places disponibles).

Voir les commentaires