Articles avec #1870-1871 tag

Publié le 15 Janvier 2016

Le docteur Lasserre et sa maison d'Issy.

Le village de Vaugirard.

Pierre-Paul Lasserre nait à Vaugirard le 17 septembre 1797. La France est sous le régime du Directoire et le général Bonaparte qui a alors 28 ans – et qui n’est pas encore gênant pour le gouvernement – en assure justement une certaine stabilité grâce à ses soldats et ses généraux tels Hoche et Augereau.

Vaugirard est un petit village agricole qui comprend des terres de labours, des zones de maraîchages, à la fois autour dudit village et en allant sur Paris. Des vignes sont également présentes sur les pentes au sud de la grande rue (qui deviendra la rue de Vaugirard). Quelques exploitations de sable et d’argile, des carrières de calcaire à ciel ouvert complètent son activité économique. Depuis quelques années déjà, une fabrique de produits chimiques, fondée par Claude Louis Bertholet fait parler d’elle. Le scientifique a découvert une substance qui a pris le nom de ce lieu : Javel !

Durant les années qui suivent, le village prend de l’ampleur et sa population passe de 700 à 2.000 puis 6.500 habitants. Longtemps, le village reste indépendant. Finalement, il est repris par Paris en 1860 avec son voisin Grenelle, Belleville et La Villette.

Chirurgien des Hôpitaux.

Pierre-Paul Lasserre fait des études à la nouvelle Faculté de Médecine de Paris (ouverte par décret impérial en 1808) et devient Chirurgien des Hôpitaux. Médecin militaire, il a le grade de médecin-major de l’armée et est titulaire de la Légion d’honneur.

A sa mort, en 1871, il lègue à la commune une petite maison qu’il possède à Issy.

Le testament.

Le testament du docteur Lasserre stipule que cette maison est un don en faveur du Bureau de Bienfaisance de la commune. Ce don est accepté en 1873. S’ajoute à cette demeure, une rente de 3.000 francs destinée à l’entretien de sept familles pauvres sélectionnées par le Bureau. Quelques années plus tard, les bénéficiaires sont plus nombreux et il faut des bâtiments largement plus grands. Ainsi est conçue puis bâtie par l’architecte Delaire (famille célèbre de bâtisseurs et de Syndics à Issy-les-Moulineaux), la nouvelle maison de retraite Lasserre. S’y ajoute bientôt un dispensaire.

La maison de retraite.

La maison de retraite est construite en U autour d’un jardin fermé par une grille donnant sur l’avenue. Les bâtiments de deux étages sont soignés avec les signes caractéristiques de l’architecture populaire de la fin du 19e siècle. Les murs sont recouverts de briques jaunes et agrémentés de lignes de briques rouges horizontales et verticales. En-dessous sont superposés du haut vers le bas, une horloge, une grande plaque rectangulaire avec l’inscription Ville d’Issy-les-Moulineaux, un profil féminin dans un médaillon et une autre plaque, plus petite.

Entre le premier et le deuxième étage, des cabochons de grès flammés turquoise ponctuent une corniche reposant sur de petits modillons. Les cintres bicolores des fenêtres ont un claveau en pierre au centre et deux sur les côtés. L’ensemble est achevé en 1899 et inauguré l’année suivante par Emile Loubet, président de la République.

Le personnel mixte de la maison de retraite est sous l’autorité d’un médecin et d’une surveillante. Le budget est géré par l’économe qui est le receveur municipal. Les conditions d’admission pour les pensionnaires sont très précises : il faut être Français, vivre seul, avoir plus de 65 ans et être incapable de gagner sa vie en travaillant. En outre, il faut résider dans la commune depuis au moins 5 ans consécutifs lors de la demande et avoir résidé 15 ans minimum dans la commune. De plus, en cas de revenu (forcément modeste), il faut l’abandonner à la maison de retraite. Enfin, la mendicité est interdite sous peine de privation de sortie pendant un mois et d’exclusion si récidive ! Sauf contre-ordre médical, les résidents sont incités à travailler dans la mesure de leurs possibilités.

Quant à la nourriture, trois repas sont prévus chaque jour. Le petit-déjeuner, servi à 8 heures, se compose d’une soupe ; le repas du midi comprend de la viande, des légumes et un dessert (qui ne doit pas coûter plus de 10 centimes). Le dîner est servi à 18 heures avec soupe, viande ou légumes, dessert. Le régime alimentaire quotidien prévoit 500 g de pain blanc, 250 g de viande ou poisson, 130 g de légumes, 30 cl de vin, 50 cl de potage (ou 25 cl s’il est remplacé par du lait).

Il y a quelques années, la maison de retraite a été déplacée et métamorphosée en EHPAD installé près de l’hôpital Corentin Celton et les anciens bâtiments ont été transformés en immeubles d’habitation.

Afin de rendre hommage au docteur Lasserre, la commune d’Issy-les-Moulineaux a donné son nom – en 1877 – à une rue du quartier Les Hauts d’Issy – Les Epinettes et s’occupe également de l’entretien de son tombeau placé au cimetière municipal.

Sources :

  • Cet article a été écrit, dans sa version originale par Madame Maestracci, de l’association Historim.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Encyclopédie Universalis.
  • Louise Michel, La Commune.
  • Site Rebellyon : www.rebellyon.info
  • Site Historim : www.historim.fr
  • Site de la ville d’Issy-les-Moulineaux : www.issy.com
  • Site La Porte Plume
  • Site www.toupie.org

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 28 Mars 2015

Louise Michel2.jpg

 

Biographie.

De tous les personnages de la Commune de Paris, Louise Michel est la première femme à avoir triomphé de la conspiration du silence et de l’oubli. Combattante, oratrice, éducatrice, poète, accusée transformant les tribunaux en tribune, elle campe un personnage qui servira de référence à toutes les révolutionnaires d’idéologies diverses depuis la fin du 19e Siècle jusqu’à nos jours.

Louise Michel naît à Vroncourt (Haute-Marne), le 29 Mai 1830. Fille d’une servante, elle est née au château appartenant à la Mr et Mme Demahis qui l’éduquent dans la connaissance des Lumières et le souvenir de la Première République. Cette éducation lui fera prendre conscience d’abord de l’injustice, puis de la nécessité de la combattre.

En 1853, elle devient institutrice mais elle refuse de prêter serment à l’Empereur Napoléon III. Elle enseignera donc dans des écoles « libres », c’est-à-dire sans lien avec le pouvoir, d’abord en Haute-Marne, puis à Paris à partir de 1856. Ses méthodes pédagogiques s’inspirent de quelques grands principes : l’école doit être pour tous, pas de différence entre les sexes, nécessité d’une éducation à la sexualité, l’enseignant doit en permanence accroître son savoir.

Sur ces idées, elle rencontre tout ce que Paris compte de républicains et l’avant-garde socialiste.

En 1870, après la défaite de Napoléon III, Louise Michel se bat pour une République démocratique, inspirée de la Convention de l’an II, et sociale dans le prolongement de juin 1848. Elle sera de tous les combats pour la défense de Paris et pour réclamer l’élection de la Commune. Elle préside le Comité de vigilance des femmes de Montmartre.

Le 18 Mars 1871, elle est au premier rang des femmes de Montmartre qui mettent en échec la tentative de Thiers de s’emparer des canons de la Garde Nationale.

Pendant la Commune, elle combat dans la Garde nationale. Elle se bat sur les barricades de la Semaine sanglante. Le 24 mai, sa mère ayant été prise en otage par les Versaillais, elle se constitue prisonnière. Elle connaîtra l’horreur des prisons de Satory et des Chantiers à Versailles.

Le 16 Décembre, elle passe devant un Conseil de guerre qu’elle transforme en tribune pour la défense de la révolution sociale. Elle est condamnée à la déportation dans une enceinte fortifiée. Elle est incarcérée à la prison d’Auberives en (Haute-Marne), jusqu’à son départ pour la Nouvelle Calédonie le 24 août 1873 où elle arrive le 8 décembre.

Au bagne, elle reprend son travail d’institutrice auprès des Canaques. Elle les approuve quand ils se révoltent contre la colonisation. Elle se prend de sympathie pour les Algériens déportés après leur révolte de 1871.

Libérée après la loi d’amnistie du 12 Juillet 1880, elle revient en France où elle débarque à Dieppe le 9 Novembre et est accueillie triomphalement à Paris, gare Saint-Lazare.

Elle reprend son action révolutionnaire marquée par sa fidélité aux idéaux de la Commune de Paris. Elle est devenue anarchiste pendant sa déportation ce qui ne l’empêche pas d’entretenir des relations courtoises avec ses anciens compagnons d’armes engagés dans la propagation du socialisme. Jusqu’à la fin de sa vie elle ira de ville en ville porter la parole révolutionnaire ce qui lui vaudra de séjourner à nouveau en prison à plusieurs reprises.

Elle décède le 9 janvier 1905 à Marseille après une ultime réunion publique. Le 21 janvier 1905, une foule considérable suit son cortège funèbre de la gare de Lyon à Paris jusqu’au cimetière de Levallois où elle est inhumée a côté de sa mère.

A Issy-les-Moulineaux.

Louise Michel dans La Commune, Histoire et Souvenirs parle de son passage à Issy : « Le fort est magnifique, une forteresse spectrale, mordue en haut par les Prussiens et à qui cette brèche va bien. J'y passe une bonne partie du temps avec les artilleurs… Voici les femmes avec leur drapeau rouge percé de balles qui saluent les fédérés ; elles établissent une ambulance au fort, d'où les blessés sont dirigés sur celles de Paris, mieux agencées… Moi, je m’en vais à la gare de Clamart, battue en brèche toutes les nuits par l’artillerie versaillaise. On va au fort par une petite montée entre les haies, le chemin est tout fleuri de violettes qu’écrasent les obus… ». Puis, plus loin : « Il y a eut à Clamart une escarmouche de nuit dans le cimetière, à travers les tombes éclairées tout à coup d’une lueur… Je revois tout cela comme un songe dans le pays du rêve, du rêve et de la liberté ».

Deux chants.

1 – Le Chant des captifs (écrit en Nouvelle-Calédonie)

Ici l'hiver n'a pas de prise,

Ici les bois sont toujours verts ;

De l'Océan, la fraîche brise

Souffle sur les mornes déserts,

Et si profond est le silence

Que l'insecte qui se balance

Trouble seul le calme des airs.

Le soir, sur ces lointaines plages,

S'élève parfois un doux chant :

Ce sont de pauvres coquillages

Qui le murmurent en s'ouvrant.

Dans la forêt, les lauriers-roses,

Les fleurs nouvellement écloses

Frissonnent d'amour sous le vent.

Viens en sauveur, léger navire,

Hisser le captif à ton bord !

Ici, dans les fers il expire :

Le bagne est pire que la mort.

En nos cœurs survit l'espérance,

Et si nous revoyons la France,

Ce sera pour combattre encor !

Voici la lutte universelle :

Dans l'air plane la Liberté !

A la bataille nous appelle

La clameur du déshérité !...

L'aurore a chassé l'ombre épaisse,

Et le Monde nouveau se dresse

A l'horizon ensanglanté !

2 – La Chanson des prisons

Quand la foule, aujourd’hui muette,

Comme l’Océan grondera,

Et qu’à mourir elle sera prête,

La Commune se relèvera.

Nous reviendrons, foule sans nombre,

Nous viendrons par tous les chemins,

Spectres vengeurs sortant de l’ombre,

Nous viendrons nous serrer les mains.

Les uns pâles, dans les suaires.

Les autres encore sanglants.

Les trous de balles dans leurs flancs.

La mort portera les bannières.

Le drapeau noir, crêpe de sang,

Et pourpre, fleurira la terre

Libre, sous le ciel flamboyant

 

 

 

 

Sources :

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 5 Octobre 2013

 

Reichshoffen

Charge de la cavalerie française à Reichshoffen.

 

C’est l’un des épisodes les plus célèbres de la Guerre franco-prussienne. Celui qui a bercé le coucher des enfants mais aussi entretenu les flammes de l’espoir entre 1871 et 1914 : la bataille de Reichshoffen !

 

Août 1870 : après avoir perdu la bataille de Wissembourg, le maréchal français Patrice de Mac-Mahon décide de stopper l’avance ennemie à Frœschwiller, non loin de Woerth, dans le nord du département. Pour se faire, il dispose de plusieurs corps d’armée : les 1er, 5ème et 7ème ; mais à la veille de la bataille seul le 5ème est opérationnel qui, heureusement est bientôt rejoint par la 1ère division du 7ème corps d’armée de Dumesnil. La fine fleur de la cavalerie française est présente : régiments de hussards, de lanciers, de chasseurs à cheval, mais aussi et surtout les 1er, 2ème, 3ème, 4ème 8ème et 9ème régiments de cuirassiers. Pour autant, face aux 90.000 prussiens, les Français n’alignent que 50.000 hommes.

 

Le blog www.hdebougareyt.blogspot.fr présente le récit d’un survivant du 9ème ; il s’agit de Jean Pons, qui raconte à sa belle-fille la charge fameuse : « Ce samedi 6 août 1870, en Alsace, dans un vallon entre Niederwald et Eberbach près de Woerth, la journée se lève maussade, nuageuse ; déjà vers les 7 heures des tirs d’armes légères et d’artilleries sont perçus. Le maréchal des logis transmet les ordres : le temps presse, seuls les cavaliers se préparent, les hommes à pied, chevaux de trait, cantines, bagages restent sur place sous la protection d’éléments du 4ème peloton.

 

Les chevaux sont nerveux, rapidement abreuvés et nourris, ils sont harnachés ; puis chacun d’entre nous s’affaire pour ne rien oublier et malgré l’estomac noué, tacher de manger un morceau de pain et de boire un peu d’eau. Pendant un long moment les chevaux sont tenus à la bride en attendant la transmission des ordres.

 

Vers les 13 heures, le trompette, malgré sa blessure aux lèvres et deux dents cassées, causée suite à un écart de son cheval en plein galop alors qu’il jouait pour transmettre les instructions, sonne le rassemblement du 9ème, suivi en cela par celles du 8ème puis des lanciers. Notre chef, le colonel Waternaud présente le 9ème au général Michel lequel se dirige ensuite vers le 8ème, commandé par le colonel Guiot de la Rochére et enfin vers les deux escadrons du 6ème lanciers aux ordres des capitaines Lefèvre et Pouet. Il reçoit les honneurs puis s’adresse à nous tous ; trop loin, je ne saisi que quelques bribes : « Mes enfants …sans vous l’armée est perdue...nous allons bousculer ces prussiens….la bataille sera rude….le salut de la France …. vos familles…. sont entre vos mains…. Régiment …garde vous…sabre à la main …en avant... ».

 

Ce fut pour moi un moment terrible : dans un piétinement formidable les 1.100 cavaliers en ordre de bataille s’ébranlent, le 8ème en tête, nous derrière, puis enfin les deux escadrons du 6ème, au pas d’abord, puis rapidement au trot et très vite au galop ; nous sommes presque botte contre botte comme pour mieux nous unir, nous soutenir, nous protéger devant l’inconnu. Nous crions ou plutôt nous hurlons, pour faire fuir l’adversaire ? Je ne le crois pas, peut-être chasser notre peur car lorsque l’on hurle l’on ne pense à plus rien ; j’entends même des : « vive l’empereur ! » et« vive la France ». Plus nous avançons, plus nous nous rapprochons de l’ennemi moins nous réfléchissons : oubliés balles, obus percutants, lances acérées, sabres, un seul but bousculer, renverser, anéantir le prussien !

 

Devant nous le flanc de la colline est couvert de houblonnières, de champs de lin, de blé qui n’a pu encore être fauché, de vergers avec leurs pommiers bas,  un peu comme chez nous, de quelques vignes mais également de prés avec des souches recouvertes d’herbe qui représentent autant de pièges dangereux pour notre charge.

 

Tout est rapidement dévalé mais à quel prix ! Dans les vignes des fantassins en embuscade nous tirent, sur la terre lourde et grasse nos lourds chevaux glissent entrainant dans leurs chûtes cavaliers et d’autres chevaux ; dans les vergers biens des nôtres sont jetés à terre, désarçonnés par les branches des pommiers, le pire : le premier escadron de mon régiment est mis hors de combat en se précipitant au galop du haut d’un champ dans un petit chemin profond en contrebas ! Malgré les tirs nourris des fantassins et des obus percutants ou à balles qui causent des pertes dans nos rangs, très vite la charge se rapproche de Morsbrönn.

 

La grosse partie de notre régiment derrière le lieutenant-colonel Archambault de Beaune appuie sur la droite et brusquement se trouve face à plusieurs bataillons de l’infanterie prussienne dont une compagnie de pionniers ; devant notre masse déferlante ils n’ont pas le temps de se former en colonnes d’attaques mais rapidement se regroupent et forment le carré. Il parait solide, impénétrable, le premier rang, arc-bouté, avec ses longues baïonnettes, dresse un mur hérissé, le second rang nous pointe de ses fusils, le troisième prêt à son tour à tirer dès la salve du second. Soudain un nuage gris s’élève du carré, aussitôt un crépitement assourdissant suivit de chocs, d’impacts, de ricochés sur nos cuirasses, mais aussi de sang et de cris. La fumée s’élèvent, je distingue un grand nombre de chevaux qui passent comme des ombres sans cavalier, d’autres, leurs malheureux maîtres un pied pris dans un étrier sont trainés et tels des corps désarticulés rebondissent sur tous les obstacles; le pire, c’est cette douloureuse rumeur faite de cris, de râles, de gémissements, d’hennissements qui s’élève du sol ou jonchent hommes et chevaux … Nous nous reformons poursuivi par la mitraille et aussitôt, plein de hargne, nous repartons à la charge.

 

Des camarades, enfonçant les éperons, font sauter leurs chevaux par-dessus ce mur de baïonnettes pour retomber dans les lignes prussiennes ; puis par de larges moulinets de leurs longues lattes creusent des vides chez l’ennemi, créant une certaine désorganisation dans ses rangs avant que ne s’écroulent leurs montures ensanglantées ou éventrées. Profitant de ce relâchement, avec d’autres camarades, couchés sur nos chevaux, sabrant de droite, de gauche nous arrivons à pousser nos chevaux entre les colonnes ennemis et leur causer grand dommage. Par trois fois nous avons enfoncé le carré, par trois fois nous nous sommes retirés, chaque fois hélas moins nombreux. Deux fois j’ai eu un cheval tué sous moi. Comme nous l’avions appris à l’exercice, l’important pour sa survie est de ne pas rester démonté. Grace à une énergie inconnue, insoupçonnée devant le pire mais aussi par chance, j’ai toujours pu, malgré mes bottes et ma lourde cuirasse qui limite les mouvements, vivement me dégager, courir sous les balles, sauter par-dessus des corps, sans perdre mon sabre grâce à sa dragonne, éviter les autres cavaliers, chercher, saisir par la crinière un cheval affolé, et réussir à me hisser sur son dos puis repartir vers l’enfer.

 

Je me souviens de nos grands sabres rouges de sang jusqu’à la garde, je revois des camarades avec des balafres, les yeux pleins de sang s’essuyer en riant d’un air féroce ; d’autres rient bruyamment comme s’ils avaient fait une bonne farce ; de mon côté je cherche des visages amis de mon peloton mais hélas, personne, tous sont couchés là-bas, pour eux tout est fini, pour nous tout est à recommencer.

 

Mais vois-tu, le plus impressionnant c’est le regard des hommes que nous combattons, regard si rapproché lors des contacts que nous y voyons le reflet du nôtre et pouvons y lire nos propres sentiments de peur, de colère, de haine, de méchanceté, d’imploration mais aussi curieusement parfois de compassion (c’est si facile d’appuyer un peu plus ou un peu moins avec le sabre !).

 

Ces furieux coups de boutoirs ont anéanti les pionniers qui cèdent et battent en retraite pour se réfugier dans les vignes et houblonnières. Le trompette sonne le ralliement, rapidement, mais sous les obus nous reprenons notre chevauchée. Déjà nous voici aux abords de Morsbrönn et y accédons par un chemin encaissé ou la mitraille des fantassins cachés au-dessus se fait plus violente. Plusieurs des nôtres sont arrêtés net dans leur élan, d’autres glissent lentement sur le dos de leurs montures puis soudain roulent et tombent.

 

Couchés sur l’encolure de nos chevaux, le regard fixe, le sabre en avant nous nous engouffrons dans la grande rue ; de chaque ouvertures, fenêtres, portes, un fusil est pointé et fait feu, la rue se rétrécie, l’on n’y voit plus rien cependant des cris, des hurlements, des crépitements incessants font penser qu’un drame se déroule un peu plus haut mais une courbe nous bloque la vue. Sans ralentir nous la dépassons, puis de suite une seconde et là nous nous écrasons sur nos camarades bloqués par un obstacle, en effet des charrettes et quelques autres objets placés en travers de la rue obstruent la sortie du village.

 

Le crépitement continu des fusils nous assourdit et nous affole, ils nous fusillent à bout portant, si près que parfois la tunique brûle autour de la plaie. Les hommes hurlent, les chevaux hennissent, ruent, piétinent les malheureux au sol, d’autres sautent sur le dos d’autres chevaux comme voulant s’échapper de cet enfer mais blessent les cavaliers. Je vois des hommes à terre levant la main comme voulant se protéger des sabots des chevaux, d’autres malgré leurs blessures tentent de se lever. Bloqués par d’autres chevaux dans cette rue et tournant en rond sur place sous la mitraille, l’horreur est d’entendre des craquements et des cris de suppliciés lorsque nous piétinons nos camarades, hélas dans ces instants chacun ne pense qu’à sauver sa peau. Une nouvelle fois mon cheval est tué. Par grande chance je réussi une fois de plus à me dégager et dans la bousculade me saisir d’un autre.

 

Chacun d’entre nous fait ce qu’il peut, sabre çà et là dans les fenêtres lorsqu’un coup de feu part ou au hasard dans chaque recoin. Dans la bousculade arrivent maintenant les lanciers ajoutant à la confusion. Nous tournons comme au carrousel cherchant une issue pour échapper à cette pluie mortelle mais tout est bloqué. Dans cette bousculade les lanciers sont gênés par leurs lances et en les manœuvrant blessent au visage bon nombre des nôtres par les extrémités des hampes. Cependant ils sont d’une grande efficacité pour débusquer les tireurs à l’étage et peu à peu l’intensité des tirs s’apaise. Enfin des hommes démontés ont réussi courageusement à dégager le passage, aussitôt nous pouvons nous libérer de ce piège.

 

Alors que les coups de feu ont pratiquement cessés à la sortie du village nous faisons halte à l’abri d’un petit bosquet. Nous pouvons nous retrouver, nous reconnaitre, nous compter. L’horreur ! Un tout petit nombre de cavaliers, quelques petites dizaines, inférieures aux doigts d’une main tout corps confondus, du 9ème il me semble n’en apercevoir que 8.

 

Les chevaux sont harassés, de leurs gueules une bave mélangée de sang s’écoule, leurs flancs tremblent, nos bras sont lourds, les poignets et les cuisses nous font mal, chacun a des blessures plus ou moins impressionnantes, du sang macule nos tuniques mais curieusement personne n’en souffre vraiment encore. A la vue de ma cuirasse bosselée et percée légèrement à un endroit, bêtement je me dis : « Jean tu vas faire de la salle de police pour avoir abimé ta cuirasse et ils vont te faire payer la réparation ». Je sursaute car je me rends compte à l’instant que je monte un cheval du 6ème lancier.

 

Progressivement nous reprenons nos esprits, commençons à parler, à prendre conscience de la situation, que nous sommes vivants, le reste… Quelques camarades se sont retirés de quelques pas et debout sur les étriers soulagent leur vessie. Soudain deux s’écrient « ils sont là ! Ils arrivent ! » Ces mots nous figent mais aussitôt nous reconditionnent, pas de temps à perdre l’endroit n’est pas propice pour combattre. Un gros capitaine avec de grandes moustaches étant le plus vieux et le plus haut gradé s’octroie le commandement. Il nous fait prendre le galop pour essayer de nous soustraire à l’ennemi, mais nos pauvres chevaux harassés ne peuvent soutenir le train. Le capitaine nous fait arrêter ; de nous-mêmes nous faisons demi-tour et nous plaçons en ligne de bataille, prêt pour l’assaut, le capitaine brièvement nous harangue : « Camarades montrons aux prussiens qui nous sommes … pistolet en main … pointez … feu ! ».

 

Ceux d’en face, des hussards du 13ème, ralentissent et s’arrêtent surpris devant un tel sursaut et du danger encouru. Le tir n’a pas un grand résultat ; le capitaine se retourne vers nous, lève son sabre et d’une voie forte s’écrie : « Vive la France … Sabre en main … Chargeons … ». Voyant cela, les prussiens éperonnent et s’élancent vers nous pour engager le combat.

 

Les sabres crissent sur les cuirasses, les chevaux soufflent, les lances montent ou descendent, nos grands sabres s’allongent, des cris s’élèvent, les hommes se courbent pour piquer en dessous, les chevaux furieux se dressent et se mordent en hennissant d’un ton terrifiant, des hommes tombent, des chevaux s’écroulent ».

 

 

« C’était un soir la bataille de Reichshoffen

Il fallait voir les cavaliers charger.

Ils étaient là alignés dans la plaine

Le sabre au clair, le pied à l’étrier

Attention cavaliers, chargez ! »

 

 

 Reischoffen 2

 

Rescapés de Reichshoffen – Eglise de la Madeleine, Paris, 1917 (copyright BNF).

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 16 Septembre 2013

 

 Bauds-Le reve Alphone de Neuville

 

Le rêve, d’Edouard Detaille (Musée d’Orsay).

 

Arthur Baudot fut un soldat de 1870. Dans ses lettres – plutôt son journal de bord, certainement écrit, du moins remanié, a posteriori – retrouvées par son arrière-petit-fils (Monsieur Alain Baudot), il témoigne de sa captivité.

 

Le 1er septembre 1870.

 

« Chers parents,

 

Jusqu’à présent, je n’ai pu vous donner que des détails bien incomplets sur notre position, mais aujourd’hui, je vais essayer de vous en donner une idée. Fais prisonnier sur le champ de bataille aux environs de Sedan, vers trois heures de l’après-midi, on nous a rassemblés et dirigés sur Douzy où nous sommes arrivés à la nuit. On nous a fait coucher dans l’église, sans manger et nous n’avions pris pour toute nourriture qu’un peu de café vers quatre heures du matin ».

 

 

Le 2 septembre – Douzy : « Le lendemain matin, avant le départ, nous avons assisté à la messe dans la même église, ensuite, on nous a conduit à quelques kilomètres de là, où nous avons passés une grande partie de la journée sur trois rangs afin de nous compter. Là, une espèce de cantine prussienne qui vendait du pain et du lait, en très petite quantité, et pour beaucoup d’argent, mais malgré le prix exorbitant, tout le monde voulait en acheter. Mais les officiers prussiens voyant le désordre dans nos rangs, et un rassemblement considérable auprès de la voiture, nous ordonnèrent de reprendre nos places ; nous étions à leur pouvoir. Il fallait obéir… ».

 

Dans les jours qui suivent, les milliers de soldats, dûment escortés, prennent la route de la Prusse. Ils passent par les villages de Ligny-devant-Dun, Ecurey, Etain (au-dessus de Verdun), Gorze. Le 8 septembre 1870 : « Bien qu’on nous ait dit que nous n’avions plus que quelques lieues à faire pour prendre le chemin de fer, nous avions raison de n’y pas croire, car ce fut bien la journée où nous avons le plus marché. Vers midi, à chaque pas, il en restait en route ; on était forcé de les conduire en voiture, car ils ne pouvaient pas continuer le chemin à pied, les rangs s’éclaircissaient de plus en plus car tous, nous étions à bout de forces ».

 

Ensuite, les prisonniers sont parqués dans des champs, à nouveau comptés et recomptés, puis ils sont dirigés vers la gare de Rémilly (Moselle) et sont entassés dans le train : « Voilà comme on nous a placés : quarante-cinq et même cinquante dans chaque wagon à bestiaux ». Le convoi traverse la Grand-duché du Luxembourg, passe par les villes de Mayence, Francfort, Erfurt, pour terminer son périple à Magdebourg.

 

11 septembre – Magdebourg : « Il était une heure du matin : aussitôt notre arrivée, après nous avoir fait placer sur les rangs, on nous a conduits dans un vaste camp dressé pour nous loger. Les premières compagnies seulement eurent de la paille et une couverture par homme ; à nous, on nous a donné à chacun une couverture, c’était assez pour nous contenter, et nous avons passé une bonne nuit ».

 

12 septembre : « Il en fût ainsi pendant quelques jours, puis ils nous donnèrent à chacun un plat en terre et une cuiller que nous devions conserver. La nourriture du matin, dont je parlais tout à l’heure, consistait en un peu de farine délayée dans l’eau, et un peu de beurre ; mais ce beurre passait le plus souvent auprès des marmites de sorte que cette colle, comme nous l’appelions, n’était pas quelque chose de bon. A midi, on nous donnait une petite portion de viande, puis le rata aux pommes de terre avec du riz, des haricots ou de l’orge.

 

Puis, on nous conduisit au travail tous les jours depuis une heure après midi jusqu'au soir. Nous étions occupés aux fortifications, à servir les maçons. Pour y aller, on nous faisait traverser la ville, nous avons remarqué qu’elle était jolie, et qu’elle renfermait d’aussi beaux magasins que ceux de France. Pendant quelques temps, nous avons touché trois sous par jour pour notre travail, mais l’habitude de payer s’est passée, de sorte qu’on travaillait pour le roi de Prusse… ».

 

Fin septembre : « Vers cette époque, je fus malade à mon tour, mais pas sérieusement, la fatigue en devait être la seule cause. Je suis allé à la visite pendant une quinzaine de jours (car il y avait au camp une infirmerie, et chaque jour venait un docteur pour passer la visite). Au bout de ce temps, je me suis rétabli assez bien, et jusqu’au moment où j’écris, je n’ai eu pas trop à me plaindre du côté de la santé ».

 

Fin octobre : « Vers la fin d’octobre, il nous fallut quitter le camp, nous sommes venus dans une baraque. Un magasin d’artillerie, où nous étions assez bien logés : nous avions chacun une paillasse et une couverture. C’est là qu’ils commencèrent à nous retirer un repas, de sorte que nous n’avions plus que deux fois à manger par jour. Le matin, un jour le café, un jour la colle ; le soir, le rata et un pain de quatre livres pour quatre jours ; on faisait aussi quelquefois une distribution, soit de lard, de beurre, ou des harengs, mais le plus souvent des harengs. Voilà notre ordinaire, heureusement, les jours étaient courts, sans quoi on aurait eu beaucoup plus à souffrir de la faim.

 

15 décembre 1870 – Janvier 1871 – Magdebourg : « Vers le quinze décembre, ils commencèrent à monter une machine pour nous chauffer au moyen de la vapeur. Mais cette opération était si lente que nous n’avions pas l’espoir d’en connaître l’effet cet hiver. En attendant, vers le 1er janvier, ils donnèrent deux poêles dans chaque chambre, mais qu’est-ce que c’était, pour une chambre de 60 mètres de long, par un froid de -25°, et surtout que le charbon nous manquait la moitié du temps. Mais nous regrettons de ne pas avoir passé tout l’hiver dans ce nouveau domicile. Car sur une trentaine de mille que nous étions à Magdebourg, le nombre de morts est tout près d’atteindre le chiffre énorme de 4.000. Voilà en abrégé à peu près tout ce qui me concerne. Car pour détailler tout, il faudrait faire un gros livre… ».

 

« Les hommes de la compagnie étaient bien plus malheureux, car ils étaient forcés d’aller travailler dehors, même par le plus grand froid, et lorsque l’un d’eux cherchait à s’en échapper, ou qu’on avait quelque chose à lui reprocher, sa punition était celle d’un peuple sauvage : on l’attachait dehors à un poteau, par les pieds et les épaules, pendant des heures entières, exposé aux rigueurs du temps. Je me trouvais heureux auprès d’eux. Jugez donc de ce qu’on avait à souffrir avec un peuple aussi barbare. C’est seulement un aperçu pour vous faire connaître notre position. Je ne vous donne pas plus de détails sur les coups de plat de sabre qu’on recevait, lorsqu’on n’obéissait pas assez promptement, lorsqu’on n’était pas levé assez matin ou pour tout autre motif. Le code pénal auquel nous étions assujettis contenait les peines les plus sévères pour les moindres bagatelles. Beaucoup contenaient la peine de mort et d’autres la citadelle pendant plusieurs années et même perpétuité. Des prisonniers de guerre n’auraient cependant pas dû être traités si rudement ».

 

 

Depuis le 28 janvier 1871, la convention d’armistice est signée entre la République française et l’Empire d’Allemagne. A titre de gage sur les sommes colossales que la France doit régler à son ennemi, le tiers nord-est du pays sera occupé jusqu’au 16 septembre 1873.

 

A cette date, les survivants des camps de prisonniers en Allemagne sont rentrés dans leurs foyers ; bien souvent à pieds…

 

Sources : Ces lettres ont été publiées par MR Alain BAUDOT, sur son blog – www.bauds.fr

 

Arthur Baudot (photographie de 1920).

Bauds Arthur

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 14 Juillet 2012

Allemands au fort d'Issy
 
Allemands au fort d’Issy.
 11 – La commune.
 
11.1 – Les Fédérés :
 
Au début du mois de mars, les soldats de Paris se désignent sous le nouveau nom de Fédération de la Garde nationale, d’où, plus tard, le nom de « Fédérés ». L’Assemblée nationale quitte Bordeaux pour s’installer à Versailles, d’où, plus tard, le nom de « Versaillais ».
 
Les Fédérés ont dans leurs unités de Belleville et de Montmartre des canons, que le nouveau chef du Gouvernement, Adolphe Thiers, cherche à récupérer. Par cette action, il entend également mater la rébellion de certains soldats qui sont ouvertement des soutiens à une révolution socialiste. Soutiens d’autant plus actif, que leur solde est impayée. Les soldats élisent alors un Comité central de la garde nationale et bientôt, le 26 mars, c’est au tour du Conseil général de la Commune de Paris d’être proclamé, après les élections municipales.
 
La Commune se fixe trois objectifs majeurs : révolutionnaire avec l’adoption du drapeau rouge et du calendrier révolutionnaire ; anticlérical avec la suppression du budget des Cultes (de nombreux édifices religieux sont saccagés) ; social avec un train de réformes. L’œuvre de la Commune va se révéler effectivement féconde en lois et en décrets : pensions aux blessés, aux veuves et aux orphelins des Gardes nationaux ; ouverture de cantines municipales ; interdiction du travail de nuit dans les boulangeries ; journée de dix heures ; mise en place de coopératives ouvrières quand les dirigeants ont quitté les ateliers qu’ils ont créé ; bureaux municipaux de placement de la main d’œuvre…
 
Des noms sont restés à jamais attachés au Conseil de la Commune, à Paris : Charles Amouroux, ouvrier chapelier élu dans le 4ème arrondissement ; Augustin Avrial, commandant du 66ème bataillon de la Garde nationale ; Jules-Henri Bergeret, ouvrier typographe et élu du 20ème arrondissement ; Alfred Billioray, artiste-peintre ; Jean-Baptiste Clément, chansonnier ; Gustave Cluseret, officier élu dans le 18ème ; Gustave Courbet, artiste-peintre, élu dans le 6ème ; Charles Delescluze, journaliste ; Emile Eudes, employé, élu du 11ème ; Léo Frankel, ouvrier bijoutier ; Benoît Malon, ouvrier teinturier ; Raoul Rigault, journaliste ; Edouard Vaillant, enseignant, élu du 8ème et Jules Vallès, journaliste, élu du 15ème arrondissement.
 
Enthousiastes face à cette nouvelle forme de gouvernement, les Parisiens sont rapidement excédés de voir les querelles de personnes pour le pouvoir prendre le dessus sur les idées novatrices du mouvement.
 
Le gouvernement d’Adolphe Thiers ne veut bien entendu pas s’en laisser compter. L’anarchie ne peut se développer dans la capitale. Négociant avec les Prussiens, Thiers monte de toutes pièces une nouvelle force qui doit bientôt entrer dans Paris.
 
11.2 – La reprise des forts :
 
Les Fédérés peuvent compter sur les soldats de la Garde nationale. Les Versaillais ont rapidement près de 100.000 hommes : 40.000 laissés en Région parisienne à « titre de force de police » par les Prussiens, qui libèrent eux-mêmes quelque 60.000 prisonniers des batailles de l’est de la France. Les troupes versaillaises sont dirigées par le maréchal Mac Mahon. Le 21 mars, le fort du Mont Valérien est repris. Puis, au début du mois d’avril, sont successivement libérées les villes de Courbevoie, de Rueil et de Meudon. Les Versaillais sont à chaque fois en surnombre et nettement mieux équipés que les Gardes nationaux.
 
11.3 – A Issy :
 
Le 25 avril 1871, le général Faron amène ses 20.000 Versaillais devant le fort et la commune d’Issy, occupés par les Communards. Ces prises sont cruciales : les enlever, c’est s’assurer le passage le plus sûr par le Point du Jour (les rives de la Seine) et le sud-ouest de la capitale. Le fort est théoriquement appuyé par ceux de Vanves, de Montrouge et de Bicêtre, tous aux mains des soldats de la Garde nationale.
 
Les Fédérés n’ont pas attendu le général Faron pour équiper le fort d’Issy en hommes d’armes et en matériels. Parmi les chefs insurgés, se trouve, comme le souligne Patrica Crété-Bétry de l’association Historim, Augustin Avrial, ouvrier-mécanicien, élu commandant du 66ème bataillon de la Garde, qui écrit la lettre suivante : « Citoyen, Excusez mon absence je suis encore au fort, et pourtant l'ordre a dû être donné de faire relevé le bataillon [le 66e] qui y est depuis 12 jours. Je ne peux concevoir cette lenteur dans les mouvements de troupe. Comptant d'après les ordres être relevé aujourd'hui, je n'ai pas fait de bons de vivre.… Sur 950 hommes que j'ai emmenés, il m'en reste 300 à peine. Depuis que je suis au fort malgré les rapports que j'ai envoyés au Comité, je n'ai jamais reçu aucune communication. Ce matin, j'ai mis le drapeau rouge au fort… ».
 
Augustin Avrial
Augustin Avrial.
 
Dans Issy-les-Moulineaux, histoire d’une commune suburbaine de Paris, Alain Becchia rappelle quelques faits : « Eudes et son état-major s’installent au séminaire. L’abbé Perdreau, curé d’Issy, raconte : « Rien de plus curieux que ce mélange de prêtres, à qui on ne disait rien, qui vaquaient tranquillement à leurs exercices de piété, au milieu de tout ce brouhaha de gens armés, de cantinières et de chevaux disséminés dans les parterres. Il faisait un temps splendide“. On déjeunait sur les pelouses et l’on cueillait des fleurs. Certains étaient venus avec leur famille. Il y avait là des gens de Belleville, de Montmartre, les frères May, les frères Caria, Louise Michel, plusieurs garibaldiens et même un Noir, ancien zouave de la Garde pontificale ».
 
Louise Michel dans La Commune, Histoire et Souvenirs parle de son passage à Issy : « Le fort est magnifique, une forteresse spectrale, mordue en haut par les Prussiens et à qui cette brèche va bien. J'y passe une bonne partie du temps avec les artilleurs… Voici les femmes avec leur drapeau rouge percé de balles qui saluent les fédérés ; elles établissent une ambulance au fort, d'où les blessés sont dirigés sur celles de Paris, mieux agencées… Moi, je m’en vais à la gare de Clamart, battue en brèche toutes les nuits par l’artillerie versaillaise. On va au fort par une petite montée entre les haies, le chemin est tout fleuri de violettes qu’écrasent les obus… ». Puis, plus loin : « Il y a eut à Clamart une escarmouche de nuit dans le cimetière, à travers les tombes éclairées tout à coup d’une lueur… Je revois tout cela comme un songe dans le pays du rêve, du rêve et de la liberté ».
 
Louise Michel
Louise Michel.
Au Séminaire arrive le 107ème bataillon de la Garde nationale au sein duquel se trouvent les terribles « Enfants Perdus », plus saccageurs et révolutionnaires que soldats : toutes les statues du Séminaire et du foyer de la Solitude sont cassées et foulées au sol.
 
Pendant 41 jours, le fort d’Issy, ainsi que les habitations de cette ville, vont subir quotidiennement les bombardements des canonniers versaillais. Près des trois-quarts des maisons isséennes vont être détruites.
 
11.4 – Combats de rues :
 
Dans les rues, la bataille a commencé. Les Versaillais prennent le pont de Billancourt, traversent le chemin de fer puis entrent dans Issy par le parc du château des Conti. Ils s’approchent du fort. Pendant ce temps, des unités s’emparent du village des Moulineaux, situé le long de la Seine.
 
Les Versaillais progressent maintenant sur les hauteurs d’Issy ; le cimetière est le théâtre de combats violents. D’ailleurs, La Cécilia et Cluseret arrivent de Paris avec des renforts. Il s’agit de 300 hommes du 137ème bataillon, appelé les « Turcos de la Commune ». Le fort subit continuellement un déluge de feu. Tous les jours, les tués se comptent par dizaines. Les cadavres sont enterrés à la hâte, dans des tranchées situées dans l’enceinte même de l’ouvrage fortifié.
 
Les 1er et 2 mai, les Versaillais, conduits par le général Lamariouse prennent enfin la totalité du château et de son parc. Du moins ce qu’il en reste : la demeure des cousins des rois de France a subit tant de bombardements, et plusieurs incendies, qu’elle n’est plus que ruines. L’église Saint-Etienne n’est pas en meilleur état. L’on dit même que le clocher sert de cibles aux artilleurs ! Par Clamart, le général Berthier fait pilonner les maisons entourant le fort d’Issy. En deux jours, on compte plus de 400 morts.
 
Le site internet Historim a publié le récit de la chute du fort d’Issy, par Prosper-Olivier Lissagaray, journaliste et soldat communard : « l'orgueilleuse redoute n'était plus un fort, à peine une position forte, un fouillis de terre et de moellons fouettés par les obus. Les casemates défoncées laissaient voir la campagne ; les poudrières se découvraient ; la moitié du bastion 3 était dans le fossé ; on pouvait monter à la brèche en voiture. Une dizaine de pièces au plus répondaient à l'averse des soixante bouches à feu versaillaises ; la fusillade des tranchées ennemies visant les embrasures, tuait presque tous les artilleurs. Le 3, les Versaillais renouvelèrent leur sommation, ils reçurent le mot de Cambronne. Le chef d'état-major laissé par Eudes avait filé. Le fort resta aux mains vaillantes de deux hommes, l'ingénieur Rist et Julien, commandant du 141e bataillon - XIe arrondissement. A eux et aux fédérés qu'ils surent retenir, revient l'honneur de cette défense extraordinaire ».
 
Le 6 mai 1871, à 19h30, Adolphe Thiers, chef du pouvoir exécutif fait publier la déclaration suivante : « Ceux qui suivent les opérations que notre armée exécute avec un dévouement admirable, pour sauver l’ordre social, si gravement menacé par l’insurrection parisienne, ont compris qu’il s’agissait d’annuler le fort d’Issy en éteignant ses feux et en coupant ses communications, tant avec le fort de Vanves qu’avec l’enceinte. Ces opérations touchent à leur terme, malgré l’obstacle qu’elles rencontrent dans les batteries du fort de Vanves. En ce moment, nos troupes travaillent à la tranchée qui va séparer le fort d’Issy de celui de Vanves. La ligne du chemin de fer que traverse un passage voûté est la ligne qu’on dispute depuis trois jours. Cette nuit, 240 marins et deux compagnies du 17ème bataillon de chasseurs à pied, conduits par deux compagnies du 17ème, et la ligne du chemin de fer ainsi que le passage voûté sont restés en notre pouvoir. Cependant, la garnison de Vanves, cherchant en ce moment à prendre nos soldats à revers, était prête à sortir de ses positions, lorsque le colonel Vilmette s’est jeté sur elle à la tête du 2ème régiment provisoire, a enlevé les tranchées des insurgés, a pris le redan où ils se logeaient, en a tué et pris un grand nombre et a terminé ce brillant engagement par un coup de main décisif. On a tourné  aussitôt le redan contre l’ennemi et on y a pris une quantité d’armes, de munitions, de sacs, de vivres abandonnés par la garnison de Vanves, et le drapeau du 119ème bataillon insurgé. Comme on le voit, pas un jour n’est perdu. Chaque heure nous rapproche du moment où l’attaque principale terminera les anxiétés de Paris et de la France entière. Nous avons eu divers officiers distingués mis hors de combat dans ses opérations. Le colonel Laperche, le lieutenant Pavot et le jeune de Broglie ont été gravement, mais non dangereusement, blessés. On espère qu’ils seront bientôt remis ».
 
 
Federes a Issy
Fédérés à Issy.
 
Le lendemain, Eudes fait venir encore des renforts de Paris. Une nouvelle fois, c’est un massacre. Rue de l’Eglise, les maisons sont systématiquement détruites. Dans la Grande-Rue, la prise de la barricade donne lieu à des corps à corps à la baïonnette. Au Séminaire puis au Couvent des Oiseaux, les combats sont obstinés : A la fin pourtant, une des portes d’entrée cède sous les efforts des soldats que la résistance acharnée des Parisiens oblige chaque chambre l’une après l’autre, à briser les portes, à faire voler en éclats les cloisons. C’est dans le dortoir que la plus terrible mêlée a lieu. Après la prise définitive du couvent, ce dortoir présentait l’aspect le plus terrifiant. Les morts et les mourants gisaient pêle-mêle et tout le parquet était inondé de sang » (extrait de l’Avenir national en date du 20 mai 1871).
 
Le 13 mai, c’est au tour du lycée Michelet et de ses hommes de se rendre. Les Communards ont perdu…
 
 En un mois, environ 60.000 obus sont tombés sur le fort et la commune d’Issy. Le général de Rivières estime avoir perdu 300 hommes dans cette bataille, quant les Communards déplorent la mort de près d’un millier d’entre eux (hommes et femmes).
 
Cimetiere d'Issy detruit
Le cimetière d’Issy en ruines, après les combats.
 
11.4 – La Semaine sanglante :
 
Le 21 mai les troupes versaillaises entrent dans Paris. C’est un carnage… Pendant près d’une semaine, du 22 au 28 mai 1871, les 130.000 hommes des troupes versaillaises s’acharnent à combattre et à éliminer tous les Communards – environ 20.000 hommes – qui se placent devant eux. Des barricades sont érigées un peu partout dans les rues de la capitale : elles sont renversées. Les exécutions sommaires d’hommes et de femmes se multiplient. Menés par des chefs inexpérimentés, comme Bergeret et Cluseret, les Communards, sentant leurs dernières heures venues, incendient l’Hôtel de Ville, la Cour des Comptes et le château des Tuileries. Ils fusillent eux-aussi des otages. Ainsi, le 26 mai, répondant aux massacres de Communards au Panthéon, les Fédérés fusillent les otages de la rue Haxo : 36 soldats, 4 civils et 10 prêtres.
 
Le lendemain, alors que les Communards ne tiennent plus que quelques rues autour du canal de l’Ourcq, l’on se bat à l’arme blanche dans le cimetière du Père-Lachaise. 147 révolutionnaires sont fusillés devant un mur d’enceinte du cimetière, qui prendra le nom de « Mur des Fédérés ». Au global, cette Semaine sanglante fait plus de 20.000 victimes parmi les Communards – dont la grande majorité des commandants militaires – contre moins de 1.000 pour les Versaillais. Près de 38.000 parisiens sont emprisonnés et certains leaders politiques sont envoyés en Nouvelle Calédonie, comme Louise Michel ou Henri Rochefort.
 
Des Federes viennent d'etre fusilles.
Cercueils de Fédérés.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 1 Juillet 2012

Buzenval - Mort peintre Henri Regnault

Buzenval – Mort du peintre Henri Regnault.

 

10 – Deuxième bataille de Buzenval.

 

10.1 – Buzenval, village maudit :

 

Alors que Paris subit un flot d’obus prussiens depuis le début du mois de janvier 1871, le 18, dans la galerie des Glaces du château de Louis XIV, Bismarck proclame Guillaume II empereur d’Allemagne. Le lendemain, l’Etat-major français décide d’une nouvelle sortie : encore une fois, il s’agit de prendre la redoute de Montretout, à Saint-Cloud, ainsi que le château de Buzenval puis continuer au-delà de Garches pour réinvestir la Bergerie, point fortifié prussien en direction de Versailles.

 

Trois colonnes sont prévues : à gauche – à l’est –  la colonne Vinoy qui doit prendre la redoute de Montretout et continuer sur Garches ; au centre, la colonne Carey de Bellemare, qui doit s’emparer du château de Buzenval et continuer sur la Bergerie à Garches ; à droite, la colonne Ducrot qui doit franchir le mur de Longboyau, occuper le bois de Saint-Cucufa et se retrouver ensuite les hommes de Carey de Bellemare à la Bergerie.

 

Les conditions climatiques sont désastreuses : le brouillard a rendu difficile la mise en place des troupes ; la neige empêche les soldats français d’avancer rapidement et avec leurs lourds équipements, ils s’enfoncent dans la boue. Les commandants sont imprécis : des embouteillages se créent sur les ponts au passage de la Seine.

 

De fait, seule la colonne Vinoy est en place ; la bataille s’engage de manière décousue entre 7 heures et 11 heures. Dans un premier temps, les Allemands sont surpris. Les Français avancent. Ils prennent Montretout et le château de Buzenval. Mais l’artillerie n’avançant pas dans ce terrain défavorable, la percée française ne peut être soutenue. La colonne Ducrot est en retard. Les hommes arrivent comme ils peuvent à la porte de Longboyau. Ils sont hachés sur place par les défenses prussiennes, en dépit d’actes héroïques. Le colonel de Rochebrune est tué, le lieutenant-colonel de Montbrison meurt de ses blessures. Enfin, les troupes de la colonne de Carey de Bellemare prennent les premières maisons de Garches. La moitié de la distance qui les sépare de Versailles est franchie. L’espoir est là. Mais de courte durée… La ligne de défense ennemie, bien formée au cœur du hameau de la Bergerie, stoppe net les soldats français. Le génie tente de faire exploser des murs et des maisons pour se frayer un passage : peine perdue. Les explosifs sont gelés et inutilisables.

 

Les Prussiens reçoivent des renforts. Des contre-attaques sont lancées à 15h30 et à 17 heures. Les Français semblent rester maîtres du terrain. Mais une grande confusion règne entre les différents régiments des trois colonnes. Si les Allemands reprennent Montretout cela risque d’entraîner la panique dans les rangs français. Le général Trochu décide alors – ce qui lui sera reproché quelques jours plus tard et il devra démissionner de son poste – d’abandonner toutes les positions prises et de rentrer dans Paris.

 

10.2 – A Issy :

 

Alors que la seconde bataille de Buzenval sonne la fin des espoirs français, au sud, à Issy, le fort tient toujours, en dépit des 18.000 obus qu’il vient de recevoir. Avec Vanves et Montrouge, il a réussit à demeurer aux mains des Français alors que ceux de Bagneux, Clamart, Meudon et Châtillon sont en possession des Prussiens.

 

Tous les jours, les forts français sont bombardés. Pourtant, le 21 janvier est à marquer d’une croix blanche par les canonniers d’Issy : grâce un obus dont le tir a été peut-être mieux ajusté que les autres, c’en est fait de la réserve de poudre du Moulin de Pierre. L’explosion, d’une violence inouïe, est entendue dans tout le sud de Paris.

 

Cette résistance n’est pas suffisante : le 29 janvier le gouvernement de Défense nationale indique qu’une convention d’armistice est signée avec la Prusse du chancelier Otto von Bismarck. Les troupes ennemies s’installent partout et pénètrent dans certains forts de la ceinture de Paris. Quant à celui d’Issy, il est évacué par ses 2.000 hommes de garnison.

 

Le 8 février 1871, les élections donnent la majorité aux conservateurs favorables à la cessation de la guerre. Adolphe Thiers ouvre les préliminaires de paix à Versailles. La France perd l’Alsace et la Lorraine, et doit payer 5 milliards de francs or d’indemnités. En gage, l’est de la France est entièrement occupé. Il le sera jusqu’en 1873.

 

Le 1er mars 1871, les Prussiens entrent dans Paris. L’Assemblée nationale, réfugiée à Bordeaux, confirme les accords de paix entre la France et l’Allemagne. Les députés d’Alsace et de Lorraine sont consternés : « Vos frères d’Alsace et de Lorraine séparés en ce moment de la famille commune conserveront à la France absente de leurs foyers une affection fidèle jusqu’au jour où elle viendra y reprendre sa place ».

 

 

Fort d'Issy - 1871

 

Le fort d’Issy, après les bombardements.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 22 Juin 2012

Un régiment allemand au Bourget, octobre 1870.

 

7 – La première bataille du Bourget.

 

7.1 – Hommes de presse, hommes de guerre :

 

Dans Paris, c’en est fini des animaux du Jardin des Plantes : sur le boulevard Hausmann, La Boucherie anglaise propose maintenant de la « viande de fantaisie » à ses clients…

 

Le 28 octobre, au Bourget, les francs tireurs de la presse, sous les ordres du commandant Rolland, appuyés par une partie du 34ème de marche et le 14ème bataillon de la Seine, se portent au-devant des postes avancés de l’ennemi, au Bourget. Décontenancés par la soudaineté de l’attaque, les Prussiens reculent, abandonnant au passage des quantités incroyables de matériels et d’effets personnels. Les Français investissent le village et s’établissent partout où ils le peuvent. Les ordres du général de Bellemare sont clairs : « il faut tenir la position ».

 

L’ennemi ne tarde pourtant pas à réagir. L’effet de surprise passé, il installe une trentaine de canons sur les hauteurs de Pont-Iblon, à Dugny, et tire sans discontinuer sur Le Bourget et sur Drancy. Nos troupes tiennent bon. De même, dans la soirée, une attaque à la baïonnette est repoussée. Le lendemain, le bombardement recommence. Sous une pluie d’obus, les Français tiennent toujours.

 

Mais cette fois la riposte est foudroyante : les Prussiens envoient environ 15.000 hommes pour déloger les Français de Drancy et du Bourget. Dans le premier village, nos hommes sont dépassés par le nombre. En dépit du sacrifice d’un bon nombre d’entre eux – près de 1.200 hommes – ils doivent capituler. Quant à la commune même du Bourget, le Journal du Gouvernement de Défense nationale indique : « Le village du Bourget ne faisant pas partie du système général de notre défense, son occupation était d’une importance très secondaire, et les bruits qui attribuent de la gravité aux incidents qui viennent d’être exposés sont sans aucun fondement ». Mais les Parisiens n’ont pas du tout la même appréciation de la situation. Pour eux, il s’agit d’une énième et cinglante défaite.

 

Ce jour-là, Ernest Baroche, commandant le 12ème bataillon mobile de Paris, est tué au feu, au 24 de la rue de Flandre au Bourget.

 

7.2 – A Issy :

 

Au moment même de cette bataille, les forts d’Issy de Vanves multiplient les canonnades sur les positions ennemies, situés vers les moulins de Châtillon.

 

 

8 – Tentative de proclamation de la Commune.

 

8.1 – Le temps de la Commune ?

 

Le 31 octobre, Adolphe Thiers, député de Paris, homme d’Etat et de gouvernement de premier plan, est envoyé à Versailles pour discuter avec le chancelier Bismarck. Ce voyage donne lieu à une explosion de colère des Parisiens, qui acceptent de souffrir des privations, à partir du moment où les troupes françaises se montrent dignes de la confiance du peuple. Charles Delescluze, organisateur de la manifestation, reçoit cette déclaration du gouverneur Trochu : « Le gouvernement de Paris ne capitulera pas ». Le révolutionnaire socialiste Auguste Blanqui, aidé de militants, dont Raoul Rigault qui deviendra préfet de la police sous la Commune, mène des manifestations. Au moment même, et c’est l’une des causes également du soulèvement, le principe de la reddition de Metz est arrêté : le maréchal Bazaine livre 150.000 soldats à l’ennemi avec des quantités astronomiques de matériels.

 

8.2 – A Issy :

 

Les jours passent et se ressemblent sur le front d’Issy et de Vanves : alors que les Allemands continuent à fortifier leurs positions sur Montretout et sur Châtillon, les batteries de ce deux forts les forcent à se replier plusieurs fois. Le courage des hommes blottis sur ces positions françaises est remarqué de tous. Trochu visite solennellement les deux enceintes le 10 novembre.

 

Le 19 novembre, ces mêmes actions recommencent. Les forts d’Issy et de Vanves ayant été appuyés par ceux de Montrouge et de Bicêtre.

 

Alors que les éléphants du zoo de Paris sont à leur tour sacrifiés, le général en chef de la 2ème armée de Paris, Auguste Ducrot, fait la déclaration suivante : « Le Moment est venu de rompre le cercle de fer qui nous enserre depuis trop longtemps et menace de nous étouffer dans une lente et douloureuse agonie ! A vous est dévolu l’honneur de tenter cette entreprise : vous vous en montrerez dignes, j’en ai la certitude. »

 

Le 5 décembre 1870, le comte von Moltke informe le gouvernement française de la défaite de l’Armée de la Loire à Orléans. Les chances de voir des troupes françaises parvenir au secours de la population et des unités de Paris s’amenuisent fortement.

 

9 – Deuxième bataille du Bourget.

 

9.1 – Conquérir les maisons une à une ! :

 

A la tête de ses marins, par une température de -14°C, l’amiral de la Roncière lance une nouvelle attaque sur Le Bourget en date du 21 décembre. Dans un premier temps, des rues entières sont reprises à l’ennemi. Encore une fois, les combats se déroulent de maison en maison. L’église n’est pas épargnée et subit de nouveaux dégâts. Dans le but de soutenir les marins, qui sont en perdition, le général Ducrot fait avancer son artillerie et pilonne les positions ennemies. Cette canonnade offre la possibilité aux hommes de La Roncière de se refaire et retraiter, en ramenant quelques prisonniers au passage.

 

9.2 – A Issy :

 

Le 27 décembre, alors que Paris entame son 100ème jour de siège, le commandant Delclos rassemble dans le fort d’Issy des compagnies des 4ème et 5ème bataillons de la Seine et du 3ème bataillon de la Somme. Il s’agit de réaliser une sortie dans les villages du Bas-Meudon, du Val et de Fleury. Cette opération se déroule sans trop de pertes (deux tués du côté Français) et permet, comme à chaque fois, de rapporter des vivres, des outils et quelques caisses de munitions. Une opération identique se déroule au soir du 2 janvier 1871 : cette fois les Français s’en vont jusque vers Rueil et reviennent au petit matin au fort d’Issy.

 

Pour autant, alors que jusqu’à présent les canonnades françaises des forts du sud avaient permis leur relative tranquillité, un déluge de feu s’abat sur ces mêmes forts pendant les journées du 5 au 7 janvier 1871.

 

Aussi, le 10 janvier, un détachement de gardes mobiles, de marins et une compagnie de génie sortent des forts d’Issy et de Vanves et se dirigent vers le Moulin de Pierre, situé entre Issy et Clamart, afin de détruire les batteries ennemies. C’est un demi-succès, car dans l’instant suivant ces mêmes forts reçoivent une nouvelle pluie d’obus. Les 11et 12 janvier, le fort de Châtillon, aux mains de l’ennemi, augmente même sa cadence de tir contre celui d’Issy. Le lendemain, une nouvelle attaque contre le Moulin de Pierre échoue.

 

  Bivouac apres la deuxieme bataille du Bourget (Neuville)

 

Bivouac après la deuxième bataille du Bourget (Alphonse de Neuville).

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 9 Juin 2012

 

4 – En ballon monté.

 

4.1 –Jules Favre au général Tamisier :

 

L’étau se resserre : les combats ne se déroulent pas que dans le sud. Vers Saint-Gratien et Montmorency, comme vers Bondy et Romainville, les Français contiennent les ennemis qu’aux prix de reconnaissances audacieuses. Mais les effets restent limités. Et les consignes de Bismarck et Moltke sont là-aussi respectées. Place Saint-Pierre, à Paris, un ballon est immobilisé ; son nom : Armand Barbès. A son bord montent le ministre de l’Intérieur du Gouvernement de Défense nationale, Léon Gambetta, et son fidèle allié, Eugène Spuller. Ce jour-là, deux autres ballons quittent la capitale pour relater les événements de la capitale et organiser une contre-offensive depuis la province.

 

Au même moment, un peu partout dans Paris, l’on entend des signes de révolte contre le gouvernement : « Vive la Commune ! » est l’un des slogans les plus repris. La Garde nationale rétablit promptement la situation. Jules Favre, vice-président du Gouvernement écrit à son plus haut gradé, le général Tamisier : « Mon cher général, Je vous remercie avec effusion, vous et la garde nationale, dont vous êtes le digne chef, du concours que vous venez de nous prêter. Au premier signal, vos bataillons sont accourus et, par leurs acclamations patriotiques, ont protesté contre les imprudents qui cherchent à nous diviser devant l'ennemi. Vous leur avez prouvé qu'ils n'y réussiront pas. Nous resterons unis pour combattre et pour vaincre. Nous le serons encore après, car tous nous n'avons qu'une volonté : fonder une République durable, décrétée par la nation dans sa souveraineté ».

 

 

4.2 – A Issy :

 

Dans le sud de l’actuel département des Hauts-de-Seine, l’ennemi s’est installé dans la plaine des Bruyères. Le lieutenant-colonel Rambaud, à la tête de plusieurs compagnies de gardes mobiles de la Seine, fait réaliser plusieurs reconnaissances sur les hauteurs d’Issy et dans Clamart : de la nourriture, de la farine, des armes sont récupérés et précieusement acheminés dans Paris.

 

 

5 – La deuxième bataille de Châtillon.

 

5.1 – Monsieur le comte :

 

Mais les événements semblent s’accélérer à partir du 10 octobre. Alors que les Prussiens et leurs alliés se contentaient de fortifier leurs positions, l’Etat-major français note chez eux d’importants mouvements d’unités. Une offensive générale se prépare contre Paris, cette fois c’est sûr !

 

Aussi, le gouverneur de Paris, le général Trochu, décide d’envoyer une troupe importante au contact de l’ennemi. Elle est conduite par le général Blanchard. L’objectif est clair : déloger les Prussiens du plateau de Clamart et du fort de Châtillon qui viennent d’être pris. La contre-attaque sur ces positions permettrait de mettre à l’abri tout le sud de Paris. Le général en chef décompose ses forces en trois colonnes : à droite, il positionne le 13ème de marche qui se dirigera vers Clamart ; au centre, le général Susbielle, à la tête du 14ème doit prendre Châtillon par le droite, et à gauche, commandée par le colonel Eugène Antonin de Grancey, les gardes mobiles de la Côte d’Or et ceux de l’Aube, sous la direction du comte de Dampierre. Les forts de Montrouge, d’Issy et de Vanves sont en alerte maximum : ils doivent protéger les mouvements des troupes françaises.

 

Clamart est prise sans trop de combats. Ce n’est pas le cas du plateau de Châtillon où les Prussiens ont fortement armé leurs défenses. La prise de la ville va s’avérer coûteuse en hommes… Et des combats terribles se déroulent à Fontenay-aux-Roses et à Bagneux. A la tête du 1er Bataillon des Gardes mobiles de l’Aube, Anne Marie Henri Picot, comte de Dampierre, trouve la mort au milieu de ses hommes. Aujourd’hui, près de l’entrée du cimetière de cette commune, un monument imposant rappelle son sacrifice.

 

Alors que le comte de Dampierre rend son dernier souffle, les troupes françaises progressent dans Châtillon. Les maisons sont reprises une à une, à coups de baïonnettes !

 

Le général Blanchard ordonne alors la retraite, estimant que la « mission de reconnaissance » a pleinement atteint son but. Cette estimation étant portée dans le journal du Gouvernement de Défense nationale, il convient, pour des raisons toutes compréhensibles de propagande, d’en tirer un scepticisme certain : « Cette reconnaissance offensive a obligé l’ennemi à montrer ses forces, à rappeler de nombreuses troupes de soutien, à essuyer le feu meurtrier de nos pièces de position et de notre excellente artillerie de campagne. Il a dû subir de fortes pertes, tandis que les nôtres sont peu sensibles, eu égard aux résultats obtenus. Nous estimons que nous n’avons pas eu plus de 30 hommes tués et de 80 blessés alors que l’ennemi a laissé plus de 300 morts dans Bagneux et ses pertes sont considérables à Châtillon et sur les hauteurs. Le chiffre des prisonniers connus s’élève à plus d’un centaine ». Pour autant, nos troupes n’ont pas pu reprendre Châtillon.

 

Le même jour le château de Saint-Cloud, servant alors de résidence à l’état-major prussien, est incendié par des obus tirés depuis le fort du Mont Valérien.

 

Picot, comte de Dampierre 

 

Picot, comte de Dampierre (cimetière de Bagneux).

 

 

5.2 – Canonner l’ennemi :

 

Au fort d’Issy, dont l’action vient d’être essentielle dans la Deuxième bataille de Châtillon, les canonniers français tentent par tous les moyens de stopper, du moins de ralentir, les travaux de fortifications des batteries prussiennes.

 

Dans Paris, alors que les sorties de ballons se multiplient, les bouchers ne vendent plus que 100 gr de viande par personne. Devant les étals, les queues sont immenses. Un simple morceau de pain est vendu une fortune et demande des heures d’attente !

 

 

6 – La première bataille de Buzenval.

 

Le 21 octobre, le général Ducrot décide d’une percée vers Garches et Saint-Cloud. Il s’agit de ce que l’on appelle aujourd’hui la « Première bataille de Buzenval ». Une canonnade de près d’une heure permet à nos troupes de sortir de Paris et d’avancer jusque sur les hauteurs de la Jonchère. A Issy, sur la rive gauche de la Seine, le général Vinoy fait garder la route stratégique le long de la Seine et fait canonner les positions ennemies grâce aux batteries des forts.

 

Surpris, à la fois par la fougue française et la bonne coordination des manœuvres, les Prussiens reculent. Ils songent même à retirer leur Etat-major de Versailles pour aller le placer plus loin. Néanmoins, après plusieurs heures de combats d’abord victorieux puis incertains pour les Français, les ennemis reprennent peu à peu le terrain perdu.

 

Leur vengeance est terrible. Elle s’abat sur le hameau de Buzenval : le 22 octobre, près d’une vingtaine de villageois sont traduits en conseil de guerre et trois d’entre eux sont fusillés devant les habitants « pour l’exemple d’avoir aider les Français ».

 

 

Buzenval - Octobre 1870 

 

La défense de la porte de Longboyau – Première bataille de Buzenval.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 2 Juin 2012

Fortifications de la porte de Versailles (Paris)

Fortifications de Paris en 1870 à la Porte de Versailles.

 

 

2 – Paris fortifié ; Paris protégé ?

 

2.1 – Le système de fortification :

 

Après moult tergiversations, recommandations, lois et décrets, une enceinte fortifiée autour de Paris commence à voir le jour en 1841, sous le gouvernement d’Adolphe Thiers. Longue de 33 km, elle comporte 94 bastions, 17 portes, 23 barrières et 8 passages de chemin de fer. A l’extérieur, après une fosse, une bande de 250 m de large est déclarée non constructible ; à l’intérieur, les bastions sont desservis par la rue Militaire et par une voie de chemin de fer, rapidement surnommée « Petite Ceinture ». Au passage, les villages de Montmartre, La Villette, Belleville, Charonne, Bercy, Montrouge, Vaugirard, Auteuil, Passy et des Batignolles sont annexés.

 

L’enceinte de Paris est complétée par une série de forts judicieusement placés sur des axes principaux ou au croisement d’axes principaux. Ainsi, à Saint-Denis, grande ville industrielle, la situation du Fort de la Double-Couronne permet le contrôle de la Route nationale 1 et de la Route nationale 14 ; à Maisons-Alfort, le Fort de Charenton (le fort prend le nom de la ville qu’il doit défendre) est situé entre la route nationale 6 (route de Genève) et la route nationale 19 (route de Belfort). Ces ouvrages doivent permettre d’une part de stopper toute colonne se dirigeant sur la capitale (une colonne comporte des dizaines de milliers d’hommes, de chevaux et de voitures, donc doit prendre des axes principaux) ; d’autre part, les forts sont aussi là pour empêcher tout bombardement grâce à l’action de leur propre artillerie. Autour de la capitale les forts sont au nombre de 16 :

 

- Forts de la Briche, de la Double-Couronne, de l’Est à Saint-Denis.

- Fort d’Aubervilliers à Aubervilliers.

- Fort de Romainville aux Lilas.

- Fort de Noisy à Romainville.

- Fort de Rosny à Rosny-sous-Bois.

- Fort de Nogent à Fontenay-sous-Bois.

- Fort de Vincennes à Vincennes.

- Fort de Charenton à Maisons-Alfort.

- Fort d’Ivry à Ivry-sur-Seine.

- Fort de Bicêtre au Kremlin-Bicêtre.

- Fort de Montrouge à Arcueil.

- Fort de Vanves à Malakoff.

- Fort d’Issy à Issy.

- Forteresse du Mont Valérien à Suresnes.

 

2.2 – Le fort d’Issy :

 

Le Fort d’Issy est situé dans le sud de l’actuelle commune d’Issy-les-Moulineaux, à environ 4 km de l’ancien mur sud d’octroi de Paris.

 

Construit entre 1840 et fin 1841, il présente, comme la plupart des forts autour de la capitale, une forme en étoile, héritée des principes du maréchal Vauban sous Louis XIV. Par l’ouest depuis Saint-Denis et jusqu’à Nogent, les forts sont placés sur des hauteurs pour des raisons de surveillance et de défense. Fait de briques, de terre, avec des redoutes, le fort d’Issy a une importance capitale car il supplée le manque de fortifications entre Auteuil et Issy du fait du lit de la Seine (quartier du Point du Jour). Dans son ouvrage remarquable, Issy-les-Moulineaux, histoire d’une commune suburbaine de Paris (à compte d’auteur en 1977), Alain Becchia, professeur d’histoire géographie indique ceci : « Il est facile d’imaginer ce que cela représenta pour le bourg : des expropriations importantes touchant plusieurs carrières et de nombreuses vignes ; des travaux qui durèrent près de deux ans avec une foule d’ouvriers ; l’installation d’une garnison avec tout ce que ceci implique, bien que l’effectif en soit réduit ; une modification importante du paysage enfin, l’ouvrage couronnant la partie la plus haute du finage, affirmant en quelque sorte la présence de plus en plus envahissante de Paris, tandis que la limite communale était désormais matérialisée du côté de Vaugirard par de profonds fossés en eaux ».

 

2.3 – Troupes françaises dans Paris :

 

Plus de 200.000 hommes en armes sont dans Paris. La capitale peut compter sur des troupes aguerries comme les soldats des 34 et 35ème régiments d’infanterie de ligne, les marins canonniers sous les ordres de l’amiral La Roncière-Le Noury et les troupes spéciales du train, de la gendarmerie et des douanes. Il y a aussi les unités de la Garde nationale. Mais elle est composée d’hommes rappelés, équipés et formés hâtivement. On y rencontre des ouvriers, des commerçants, des manutentionnaires… Tous les âges, toutes les habitudes se côtoient dans une mêlée indescriptible. Certaines unités votent l’élection des officiers, d’autres se préoccupent plus de politique que du maniement des armes, pour d’autres encore l’expérience du feu est tellement limitée que personne ne veut se porter garant de la tenue de la troupe au combat !

 

2.4 – Renforcement des défenses :

 

Dès la proclamation du gouvernement d’union nationale, une action majeure est dirigée vers la défense de la capitale. Maintenant que Napoléon III est fait prisonnier, l’objectif des Prussiens est clair : qui entre dans Paris met la France à genoux. Les enceintes sont donc renforcées, les forts qui ne sont pas achevés sont abandonnés.

 

3 – Première bataille de Châtillon.

 

3.1 – L’arrivée des Prussiens :

 

Donc, alors que le siège de Metz est en cours et que les combats continuent dans le nord, l’est et bientôt sur la Loire, les premiers éléments prussiens s’établissent aux portes de Paris vers le 15 septembre. Il ne s’agit pas d’entrer immédiatement dans la capitale : Bismarck et von Moltke décident de former une sorte de ceinture à environ une dizaine de kilomètres de la capitale. Un bon siège, qui dure et qui affame les Parisiens, est la tactique retenue. D’abord peu nombreuses, les troupes allemandes sont bientôt fortes de plus de 150.000 hommes. Au fur et à mesure des victoires, donc de la libération d’unités, elles se renforcent pour arriver à la fin de l’année 1870 à plus de 200.000 hommes.

 

Les armées prussiennes arrivent sur Paris en deux colonnes : la première passe par l’actuel Val d’Oise (Ecouen) et se dirige vers Le Bourget ; la seconde fait le trajet depuis les Ardennes et passe par le sud de la région parisienne (Corbeil). Quelques semaines plus tôt, il était question de la grandeur de l’Empire français. Ses ennemis ne sont plus qu’à deux lieues, trois au plus !

 

Le général Exéa organise une reconnaissance offensive : il s’agit d’aller au contact de Bavarois signalés vers Choisy-le-Roi. Des combats ont lieu sur la route entre cette ville et Versailles. Nos troupes se contentent de contenir les ennemis… qui occupent le 18 septembre les villes de Bourg-la-Reine, Clamart et Meudon. Bientôt Versailles est prise sans combats.

 

Pour éviter que le cercle ne se referme autour de Paris, et que les forts de Clamart et de Châtillon ne tombent aux mains de l’ennemi (le fort de Châtillon, situé sur une butte, permet de bombarder tout le sud de Paris), le général Ducrot, qui a succédé à Mac-Mahon au début des combats dans l’est de la France, ordonne une sortie là-aussi en deux colonnes.

 

3.2 – Dans les bois de Clamart et de Meudon :

 

Les troupes sortent de Paris le 19 septembre : la première colonne se dirige vers Montrouge et Bagneux ; la seconde sur les bois de Clamart et de Meudon. A Bagneux, nos hommes sont bousculés par des troupes plus aguerries et plus solides. A Meudon la situation n’est guère meilleure. En-dehors de l’exploit des Zouaves à la ferme du Trivaux, partout les Français reculent. Devant la puissance du feu allemand, les généraux Ducrot et Exéa sont contraints de faire marche arrière. Ils viennent se réfugier aux pieds des forts d’Issy, de Vanves et de Montrouge.

 

De nombreux régiments rentrent dans Paris, où ils sont à peu près certains de se refaire une santé en attendant des jours meilleurs. Pour autant, des unités restent à la pointe du combat comme des compagnies du 150ème régiment de marche, au Plessis-Piquet (bientôt Plessis-Robinson).

 

A Montretout (Saint-Cloud), compte tenu de l’inachèvement des fortifications, la redoute est abandonnée à l’ennemi. Sur toutes les hauteurs dominant aussi bien le sud de la capitale que le nord, les Prussiens s’installent et placent leurs batteries. Pendant quelques jours, alors que de part et d’autre on installe les campements et les Etats-majors, des escarmouches ont lieu entre escouades : à Vanves, une compagnie d’éclaireurs tombe nez-à-nez avec un peloton de tirailleurs bavarois.

 

Au devant du fort d’Issy, en reconnaissance, 120 hommes du 4ème bataillon de la Seine ont maille à partir avec l’ennemi. Le 24 septembre, les canonniers isséens prennent pour cibles les batteries allemandes placées sur les hauteurs de Sèvres. Quatre jours plus tard, le général Blanchard fait passer ses hommes du 13ème bataillon de marche par Issy avant de se rendre au parc Fleury. Il s’agit de valider les positions ennemies installées sur la terrasse du château de Meudon.

 

Le 29 septembre, alors qu’une bataille importante se déroule entre L’Hay-les-Roses et Chevilly, Blanchard organise une nouvelle reconnaissance sur Issy et le Bas-Meudon : il convient de montrer des forces aux troupes ennemies et de les contenir sur cette partie du front, somme toute fragile : la Seine est difficile à garder et constitue l’un des points faibles de la défense de Paris.

 

 

Bavarois plateau de chatillon

 Bavarois sur le plateau de Châtillon.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871

Publié le 26 Mai 2012

ReichshoffenMorot1870
La charge des cuirassiers à Reischoffen.
1 – L’humiliante défaite.
 
1.1 – Une double méprise :
 
La guerre franco-prussienne est principalement liée à une double méprise : diplomatique et militaire.
 
Diplomatique : en 1815, au Congrès de Vienne, la Prusse, l’un des vainqueurs de Napoléon 1er, a pris une place prépondérante en Europe. Le roi Frédéric-Guillaume III de Hohenzollern, aidé entre autres du général Carl von Clausewitz (auteur du traité fameux De la Guerre), a transformé son royaume en favorisant une administration de premier plan et une importante industrie. Son fils, Frédéric-Guillaume IV, lui succède en 1840. Mais, atteint d’une maladie mentale, le jeune homme est secondé par son frère Guillaume 1er à partir de 1858. Frédéric-Guillaume IV meurt en 1861. Guillaume est proclamé nouveau roi de Prusse. Il sait s’entourer d’hommes remarquables, à commencer par son ministre-président Otto von Bismarck.
 
L’idée majeure du ministre-président consiste à réunir autour de la Prusse les anciens Etats du Saint-Empire germanique : au sud, la Bavière, et à l’ouest, le Hesse, le Bade et le Wurtemberg. Mais ces derniers soutiennent l’Empire autrichien plus que la Prusse. En 1866, à l’occasion de la guerre austro-prussienne, les Autrichiens sont aisément battus à Sadowa. L’industrie militaire prussienne a fait merveille… Il s’agit maintenant pour Bismarck de renforcer le nouveau conglomérat d’Etats pour en faire une nation. A l’époque, il n’est pas forcément question que d’économie, de mesures budgétaires ou de monnaie. « Rien de tel qu’une bonne guerre » selon l’expression des anciens ! Et quelle meilleure excuse qu’une épreuve contre l’ennemi héréditaire : la France.
 
En France, la monarchie traditionnelle de Louis XVIII puis de Charles X a laissé la place à un régime parlementaire et libéral avec Louis-Philippe, roi des Français. Ce n’est pas encore assez : un fort vent de liberté souffle en continu sur le pays. La Deuxième république est proclamée en 1848. Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon 1er, est élu. Trois années plus tard, en 1851, il dissout l’Assemblée nationale et met en place un régime autoritaire. Le 2 décembre 1852, il se fait plébisciter comme Empereur des Français, sous le nom de Napoléon III.
 
 En 1870, le trône d’Espagne, vacant, donne lieu à une compétition entre plusieurs princes d’Europe. Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen pose sa candidature. Il n’est pas envisageable pour la France de se trouver en quelque sorte coincée entre des Hohenzollern à l’est et au sud ! Napoléon III fait envoyer des émissaires en Prusse afin de demander le renoncement à cette candidature. Guillaume accepte. La France veut plus : il s’agit pour les Prussiens d’y renoncer pour toujours. Refus de Guillaume. A l’occasion d’un troisième déplacement de Benedetti, ambassadeur français, dans la ville allemande d’Ems, Bismarck fait publier une dépêche humiliante pour la France : non seulement son roi n’accepte pas les conditions demandées mais en plus il fait savoir qu’il n’est pas question un instant que l’ambassadeur soit reçu. L’attitude arrogante de la France est brocardée.
 
A Paris, la population descend dans les rues et demande que le camouflet soit réparé coûte que coûte. Et le mieux est encore de donner une bonne leçon aux Prussiens orgueilleux. Les parlementaires et l’entourage de l’empereur français sont également de cet avis. Le 19 juillet 1870, Napoléon III se laisse convaincre et déclare la guerre à la Prusse. A sa grande surprise, il découvre que les Etats de l’Allemagne du sud et de l’Ouest se rangent du côté ennemi, dans une sorte d’enthousiasme guerrier.
 
Méprise militaire : en France, les principes appliqués sont pratiquement tous issus des guerres napoléoniennes. Bien que Napoléon III et son gouvernement aient transformé le pays avec une industrialisation à marche forcée, l’équipement des militaires n’a que peu évolué. Même si le fusil français – Chassepot – est redoutable, les commandes de munitions dépendent d’une manufacture belge dont l’un des actionnaires n’est autre le fils de Guillaume 1er (le Kronprinz). Qui plus est, l’Empire français a confronté ses certitudes guerrières seulement à l’occasion de conflits mineurs, comme au Mexique – ou l’expédition se transforme en tragédie, notamment à Camerone – ou dans le cadre de la colonisation (en Afrique notamment).
 
Les Prussiens n’ont pas la même approche. L’Etat-major de l’armée a envoyé des observateurs sur tous les conflits du monde, à commencer par la Guerre de Sécession aux Etats-Unis. Pour l’armement, l’innovation est l’idée directrice : canons Krupp avec chargement par la culasse ; obus composés de shrapnells (les obus explosent avant d’atteindre le sol et envoient des billes d’aciers dans un rayon d’une centaine de mètres). Par ailleurs, plusieurs régiments sont équipés d’une nouvelle arme automatique et redoutablement efficace : la mitrailleuse.
 
Enfin, si la France peut mobiliser 250.000 hommes, la Prusse en mobilise trois fois plus. Et quand le soldat français a pour première qualité la marche à pied, le soldat allemand est lui transporté sur les lieux des combats grâce au chemin de fer.
 
1.2 – De défaite en défaite :
 
 Estimant être dans leur bon droit – la déclaration de guerre est française – les armées allemandes n’attendent pas et franchissent le Rhin. Napoléon III nomme son épouse, l’impératrice Eugénie, régente et s’en va à Metz, avec le jeune prince impérial – alors adolescent – prendre la tête de l’armée.
 
Le 4 août 1870, les fantassins français sont battus à Wissembourg ; le 6, la cavalerie est à son tour massacrée à Reichshoffen. Les jalousies entre les officiers généraux – Bazaine, McMahon, Frossard – n’arrangent rien. Le 12 août, Napoléon III, malade, doit laisser la direction des opérations au maréchal Bazaine. En dépit de combats acharnés de certaines compagnies, comme à Gravelotte ou à Bazeilles, toutes les unités françaises reculent. Le 18 août, Bazaine doit s’enfermer dans Metz. McMahon monte une nouvelle armée pour dégager la capitale de la Lorraine. Il échoue. Avec l’empereur, il doit se retirer sur Sedan.
 
Dès les premiers assauts, McMahon est blessé. Il est remplacé par les généraux Ducrot puis Wimpffen. Les plans de bataille se succèdent, incohérents, annihilant les sacrifices d’unités comme les Marsouins ou les chasseurs d’Afrique. Le 2 septembre, Napoléon III est fait prisonnier. Il offre à la Prusse près de 100.000 hommes et du matériel en quantité astronomique. La bataille a tué 15.000 Français et 10.000 Allemands.
 
A Paris, c’est l’affolement général : les députés républicains Léon Gambetta, Jules Ferry et Jules Favre vont voter la déchéance de l’Empire français. Le 4 septembre 1870, la Troisième république est proclamée, un gouvernement d’union nationale constitué avec pour maître mot : la défense !
 
Le 29 octobre, c’est au tour du maréchal Bazaine de se rendre : il ouvre les portes de la ville de Metz. Près de 180.000 soldats sont fait prisonniers. C’en est fait de la plus puissante des armées françaises.
 
Sur la Loire, des unités qui s’étaient repliées, sous le commandement du général de La Motte-Rouge, doivent à nouveau reculer, à Artenay devant des Bavarois qui eux protègent leur dispositif au sud de Paris. Gambetta demande la réorganisation de cette « Armée de la Loire » en deux nouvelle unités. Mais elles sont elles-aussi défaites : la première, commandée par Aurelle de Paladine est battue vers Orléans et la seconde – de Chanzy – au Mans.
 
Dans le Nord, après la bataille de l’Hallue, Faidherbe remporte une nouvelle victoire française, à Bapaume, au cours des journées des 2 et 3 janvier 1871. Il contient l’avancée prussienne. Mais le répit n’est que de courte durée car, dès le 19 janvier, ses troupes sont massacrées par les Prussiens à Saint-Quentin. Paris ne sera pas libéré par des troupes venant du nord.
 
 A l’est, les combats sont tout aussi terribles : le général Bourbaki remporte une victoire le 8 janvier 1871 à Villersexel. Mais là encore, cela ne suffit pas :il n’arrive pas à libérer Denfert-Rochereau qui s’est enfermé dans la ville de Belfort (mais qui ne rendra la place qu’après l’armistice et sur ordre exprès du gouvernement de la République). Pire, elle est par la suite battue devant Montbéliard. Bourbaki ordonne alors la retraite vers la Suisse : en accord avec ce pays, près 80.000 soldats français seront internés dans ce pays, ayant été au préalable désarmés au moment du passage de la frontière.
 
Mais, depuis le 11 septembre 1870, les Prussiens sont sur la Marne, à 50 kilomètres de Paris.
 
 
 Bazeille
 
 Les Dernières cartouches (combats de Bazeille) d’Alphonse de Neuville.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #1870-1871