Publié le 15 Décembre 2012

André Rabartin reçoit la médaille du Souvenir Français des mains d’André Labour, Délégué général pour les Hauts-de-Seine.

 

 

Le dimanche 2 décembre – anniversaire de la bataille d’Austerlitz – s’est déroulée dans la salle d’honneur de la Maison du Combattant, l’assemblée générale du comité d’Issy-les-Moulineaux du Souvenir Français.

 

Le président a remercié l’ensemble des personnes présentes, Monsieur le maire-adjoint Marie-Auguste Gouzel, les présidents des associations d’anciens combattants de la ville d’Issy-les-Moulineaux, le président de l’UFAC, Messieurs Villenfin et Leconte (venu en famille – que nous remercions pour son aide) pour l’organisation. Ont été aussi remerciés, pour leur présence et leur soutien, les présidents et les représentants et leurs présidents de comités des Hauts-de-Seine :

 

·         Madame Zajac pour le Comité de Suresnes

·         Monsieur Michel et sa délégation pour Villeneuve-la-Garenne.

 

Après un moment de silence demandé en mémoire de nos soldats morts au combat et une pensée pour notre adhérente Georgette Poussange ainsi que pour Christian Poujols, président de l’UNC, la séance de travail a été ouverte.

 

Le président a présenté le rapport moral et le rapport d’activité du comité au cours de l’exercice 2011-2012, en rappelant, entre autres, la sortie du livre « Mémoire des carrés militaires des Hauts-de-Seine » publié par le Souvenir Français (se reporter à l’article sur ce site en date du 4 janvier 2012). Ensuite, Monsieur Gilles Guillemont a exposé le rapport financier.

 

Monsieur André Labour a rappelé les valeurs de l’association et la nécessité de joindre des jeunes aux manifestations patriotiques puis, en compagnie de Monsieur André Santini, qui avait honoré cette assemblée générale de sa présence, des médailles ont été remises :

 

·         Médaille de Bronze : Monsieur André Rabartin.

·         Médaille d’honneur pour Monsieur Roger Fleury, président de la FNACA et de l’UFAC.

 

Par la suite le verre de l’amitié a été servi au foyer Robert Savary et les participants se sont rendus au restaurant Le Bistrot du Boucher pour le déjeuner.

 

Retrouvez toutes les photographies de cette belle journée dans l’album (à droite sur le site dans la liste des albums) intitulé : « 2012-12-02, AG Issy ».

Voir les commentaires

Publié le 14 Décembre 2012

 

Chine Toussaint 2012

 

Cérémonie de la Toussaint au cimetière civil des Etrangers de Pékin.

 

Depuis plusieurs années, le Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux a noué des liens avec la Délégation de notre association en Chine, remarquablement présidée par Monsieur Claude Jaeck. Voici quelques nouvelles en provenance de Beijing : « la cérémonie du Souvenir s’est tenue jeudi 01 novembre, le jour de la Toussaint, au Cimetière Civil des Etrangers de Pékin (Xi Jing Yuan Wai Qiao Gong Mu). L’Ambassadeur, accompagné du Consul, de l’Attaché de Défense Adjoint, du Souvenir Français de Chine, des représentants des associations françaises et de membres de la communauté française vivant à Pékin, a déposé une gerbe sur les tombes des français enterrés dans ce cimetière.

 

Cette année, la cérémonie du Souvenir en l’honneur de la Première Mondiale s’est tenue le 11 novembre, à l’Ambassade de France. L’Ambassadeur, Son Excellence Mme Sylvie BERMANN a fait un discours puis les différentes délégations ont déposé une gerbe avant de se recueillir. Le Délégué General du Souvenir Français de Chine était représenté par Mr. Marc Burban, Président du Comite de Pékin. ». Claude Jaeck.

 

Voir les commentaires

Publié le 3 Décembre 2012

Entrée du cimetière de Ploaré (Bretagne), où se trouve la tombe de Corentin Celton

(Copyright : Landru Cimetière).

 

 

Corentin Celton nait en Bretagne, dans le Finistère, à Ploaré, le 18 juillet 1901. Au début des années 1920, il se rend sur Paris pour y chercher du travail. Il se fait recruter par l’Assistance publique, qui le place comme garçon de salle, dans un service de chirurgie de l’hôpital Saint-Antoine.

 

En 1925, il adhère à la Section Française de l’Internationale Communiste. Militant zélé, il se fait rapidement remarquer. En 1934, il prend un poste à l’hôpital des Petits-Ménages, à Issy-les-Moulineaux. Le directeur de l’établissement lui confie des tâches de travail de bureau, au service de la consultation. L’année suivante, il est placé en congé syndical, à sa demande. Il gravit un à un les échelons du syndicat CGT (Confédération générale du travail), Section des Services Publics, et après avoir représenté la région parisienne pendant deux années, il est nommé secrétaire suppléant de la Fédération CGT des Services Publics. Parallèlement, il est secrétaire du syndicat des Municipaux de Paris et membre de la Commission administrative de la Bourse du Travail de Paris.

 

Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, en 1939, il est mobilisé en tant qu’infirmier. Par son action, son mérite, il se voit attribuer la Croix de Guerre. Mais l’Armée française est anéantie rapidement. Démobilisé, Corentin Celton retrouve son emploi à l’hôpital des Petits-Ménages.

 

En septembre 1940, l’Assistance publique le relève de ses fonctions au titre de « militant communiste » ; son parti étant alors interdit depuis le Pacte Germano-soviétique de l’année précédente. Corentin Celton s’engage alors dans la Résistance et travaille aux liaisons entre le syndicat légal de la Santé et des syndicalistes qui, comme lui, sont dans la clandestinité. Dénoncé par le directeur de l’Assistance publique, il est arrêté, le 10 avril 1942, et transféré à la prison de la Santé. Il porte sur lui de faux papiers au nom de Pierre Le Meur.

 

Jugé en 1943, il est condamné à trois années de prison, qu’il doit effectuer à la prison de Clairvaux. Peu de temps après, alors que les premiers meurtres de soldats et responsables allemands dans Paris sont l’œuvre de militants communistes, Corentin Celton est transféré à la prison de Fresnes. Interrogé, torturé, il est à nouveau jugé. La sentence tombe le 20 décembre 1943 : la mort ! Il est fusillé au Mont Valérien le 29 décembre 1943.

 

En février 1945, l’hôpital des Petits-Ménages est débaptisé et prend le nom de Corentin Celton. Plus tard, c’est au nom de la station de métropolitain qui le dessert de s’appeler également Corentin Celton.

 

En 2002, après avoir transformé la place devant l’hôpital, le conseil municipal d’Issy-les-Moulineaux vote une délibération qui nomme Corentin Celton le parvis et tout le quartier environnant.

 

Peu avant de mourir, Corentin Celton écrit ces quelques mots qui figurent sur l’une des plaques de sa pierre tombale : « J’ai lutté pour un monde meilleur, et cela restera ma fierté. Il ne me coûte pas de mourir puisque j’ai la certitude que la France vivra ».

 

 

Celton Plaque-reduc

 

 Tombe de Corentin Celton (détail).

 

 

 

Sources :

 

·         - Encyclopédie Larousse.

·         - www.issy.com

·         - http://lysianealezard.elunet.fr

·         - Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, par Claude Pennetier et Jean Maitron, Les Editions ouvrières, 1984.

·         -  Encyclopédie Wikipédia.

·         - Clichés d’Henri Chapalain.

 

Voir les commentaires