Articles avec #la coloniale tag

Publié le 1 Avril 2017

La Coloniale.

Les Troupes coloniales apparurent en 1900, lorsque l’ensemble des troupes terrestres dépendant du ministère de la Marine, appelées troupes de marine (ou Marsouins, du nom de ces cétacés qui suivent les bateaux comme les soldats qui étaient à bord mais sans être des marins), furent transférées sous les ordres du ministère de la Guerre. Elles disparurent en 1958 lorsque, les colonies ayant acquis leur indépendance, la mission de ces troupes fut redéfinie. Elles reprirent alors le nom de troupes de marine, tout en restant dans l’armée de terre.

 

Les Troupes coloniales, dite « la Coloniale » qui dépendaient d’un seul état-major général, regroupaient deux grands types d’unités :

 

  • L’infanterie coloniale française et l’artillerie coloniale, entre 1900 et 1958, appelés « Coloniale blanche » et composés en majorité d’engagés métropolitains (un bon exemple étant les régiments de zouaves).
  • Les tirailleurs indigènes, hors Afrique du Nord (tirailleurs sénégalais – ou maliens ou nigériens ou burkinabais… –, tirailleurs malgaches, tirailleurs indochinois) formés de sujets français des colonies, commandés par des officiers français.

 

Historique.

Les troupes dites « coloniales » ou de « marine » furent créées en 1622 par le cardinal Richelieu sous le nom de « Compagnies ordinaires de la mer ». Embarquées à bord de navires, elles avaient différentes missions, dont les combats lors d’abordages, et étaient placées sous l’autorité du ministère de la Marine.

 

Les conquêtes coloniales incitèrent l’Etat à positionner des troupes à terre, de défense, de commerce, d’occupation… Vers le milieu du 19e siècle, les combats d’abordage n’existant plus, les troupes de marine restèrent à terre, à travers le monde.

 

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, la Division Bleue (comme la mer et comme certains des uniformes) réunit l’infanterie de marine et l’artillerie de marine (les « Marsouins » et les « Bigors » - nom qui leur vient du bigorneau qui s’accroche aux rochers comme les artilleurs s’accrochaient aux territoires qui leur étaient confiés). Après la guerre, elles participèrent à la conquête coloniale. Dès 1885, la Troisième république créa le 3e régiment de tirailleurs tonkinois, formés d’hommes venant d’Indochine.

 

La loi du 7 juillet 1900 fit de ces soldats des « Troupes coloniales ». Cinq années plus tard, l’effectif de l’armée coloniale stationnée dans la métropole était de 2.123 officiers et 26.581 hommes de troupe et l’effectif entretenu aux colonies était de 1.743 officiers, de 21.516 hommes de troupes européens et de 47.868 soldats indigènes.

 

La Première Guerre mondiale.

En 1914, à la veille de la Grande guerre, les troupes coloniales comptaient 102 bataillons et 39 batteries, dont 36 bataillons en métropole et 21 bataillons en Afrique du Nord. Dans ce total de 102, la « Force Noire » (les troupes issues de l’Afrique noire) représentait le quart. Ces unités étaient réparties en un corps d’armée en métropole et six groupes dans les colonies.

 

La fin de la Première Guerre mondiale fut marquée par une profonde réorganisation des Troupes coloniales. La pénurie de main d’œuvre due aux pertes effroyables consenties pendant cette guerre (1.355.000 morts et 3.595.000 blessés), expliquait en partie cette situation. Un ralentissement marqué du recrutement des jeunes engagés fut constaté. De plus, les rigueurs budgétaires imposées par l’effort de reconstruction, et l’absence de menace de la part de l’Allemagne vaincue, eurent raison d’une grande partie de l’infanterie française.

 

Les Troupes coloniales virent alors près de 80% des régiments qui la composaient dissous. Seuls subsistèrent en tant que régiments blancs, les 3e, 21e, 23e RIC en métropole, les 9e et 11e RIC en Indochine, le 16e RIC en Chine. Pour pallier cette carence, il fut alors décidé d’incorporer des soldats indigènes (Sénégalais, Malgaches et Indochinois). Tout comme les unités Nord-Africaines (Tirailleurs algériens, tunisiens, marocains), les RTS s’avérèrent plus économiques et plus dociles que les unités blanches.

 

C’est ainsi que Perpignan récupéra un régiment colonial, le 24e régiment de tirailleurs sénégalais, régiment qui malgré sa nouvelle appellation et sa composition, hérita des traditions et du drapeau aux huit inscriptions de son prédécesseur. La plus grande partie de l’effectif était désormais constituée par des soldats africains, communément appelés « Tirailleurs sénégalais » ou « soldats indigènes », tous originaires des diverses colonies de l’Afrique Occidentale Française (AOF). Les soldats européens, en petit nombre, tenaient des emplois de spécialistes (transmissions, servant d’engins, secrétaires) et étaient destinés, en principe, aux pelotons d’élèves gradés, caporaux et sergents. Il n’en demeure pas moins que nombre « d’indigènes » devinrent eux-aussi des élèves gradés et des sous-officiers. Cette période de réorganisation puis, à partir de la réoccupation de la Rhénanie en mars 1936, de préparation au nouveau conflit mondial qui menaçait, fut vécue dans une atmosphère de recueillement, comme dans tous les corps de l’armée française, et les missions de temps de paix habituelles furent remplies avec entrain. En métropole, séjours annuels à Mont Louis en Cerdagne et au camp du Larzac, où l’on se rendait à pied. Au plan colonial, relève semestrielle des effectifs indigènes (le séjour des Sénégalais en France était en principe de trois ans), qui rythmaient l’activité du régiment basée sur l’instruction des contingents des recrues sénégalaises (renouvellement tous les six mois). Bien entendu, le service outre-mer des cadres avait repris régulièrement dès la fin de 1927, ainsi que les exercices de mobilisation, de plus en plus fréquents, avec une participation accrue de cadres de réserve destinés au 24e RTS et au 44e RICMS, son dérivé.

 

La Seconde Guerre mondiale.

En 1939, les troupes coloniales formaient environ un quart du total des forces françaises. Une bonne partie d’entre-elles resta basée dans les colonies. Lors de la Seconde Guerre mondiale, de 1939 à 1945, la France fit appel à son Empire et à ses troupes coloniales, notamment aux régiments de tirailleurs sénégalais. Là encore, il convient de ne pas oublier, parfois, la poursuite et le massacre systématique des soldats africains par les troupes allemandes pendant cette période.

 

Après la défaite de 1940, les coloniaux étant présents dans un Empire qui n’avait pas entièrement fait allégeance au maréchal Pétain et au régime de Vichy (l’Afrique Equatoriale Française par exemple) furent parmi les premiers à reprendre les armes. Un certain nombre rejoignit sans tarder le général de Gaulle à Londres. En Afrique, le général Leclerc et sa 2e division blindée, qui comptait parmi ses unités le régiment de marche du Tchad (RMT) et le 3e régiment d’artillerie coloniale (3e RAC), remonta depuis le fin fond du Tchad vers la Libye et la mer Méditerranée.

 

Les campagnes d’Erythrée, de Crète, de Tripolitaine, de Libye, du Levant virent s’illustrer les troupes coloniales. Il en fut de même avec la 1ère Division de la France Libre, le 1er régiment d’artillerie coloniale, le bataillon d’infanterie de marine et du Pacifique. Ces mêmes troupes, renforcées d’unités européennes, prirent la direction de l’Italie (Monte Cassino) puis participèrent à la libération de l’île d’Elbe, la Corse et enfin la métropole.

 

Après 1945.

Bien entendu, après 1945, les troupes coloniales furent appelées à défendre l’Empire. Ce fut le cas pour l’Indochine (1945-1954) puis l’Algérie (1954-1962).

 

En 1967, les colonies ayant « vécus », l’armée de terre fusionna l’infanterie et l’artillerie coloniales au sein des troupes de marine. Comme un retour aux sources et aux appellations d’origine. A nouveau, sa mission consiste à mettre en place rapidement des moyens de défense et d’intervention dans des territoires géographiquement éloignés de la métropole et d’assurer une présence continue des forces françaises dans la France d’outre-mer, ainsi que dans certains pays alliés.

 

Traditions.

La fête des troupes de marine est célébrée à l’occasion de l’anniversaire des combats de Bazeilles, du nom de ce village qui fut quatre fois repris et abandonné sur ordre, les 31 août et 1er septembre 1870 (l’épisode le plus célèbre étant celui des « Dernières cartouches » magnifié par le peintre Alphonse de Neuville).

 

Leur devise est « Et qu’au nom de Dieu, vive la coloniale » : les Marsouins et les Bigors n’ont pas la prétention de prendre pour saint patron Dieu lui-même. Son origine est une action de grâce du bienheureux père Charles de Foucauld, missionnaire, voyant arriver à son secours les unités coloniales, un jour où il était en grande difficulté avec une tribu locale. Les coloniaux n’avaient pas hésité à franchir la frontière du Soudan français pour venir à son secours dans le Hoggar. Depuis, ce cri de guerre termine les cérémonies intimes qui font partie de la vie des unités des troupes de marine.

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Larousse, Universalis, Wikipédia.
  • Soldats de la République Les tirailleurs sénégalais dans la tourmente. France mai-juin 1940. Éditions L'Harmattan. Paris décembre 2010.
  • Ministère de la guerre, Revue des troupes coloniales, Paris, mensuel.
  • Ministère des forces armées ; Ministre de la France d'outre-mer, Tropiques: revue des troupes coloniales, Paris, mensuel.
  • L'Armée d'Afrique, Alger, Éditions Aumeran, mensuel.
  • Ned Noll, Histoire de l'armée coloniale, Paris: Berger-Levrault, 1896.
  • Ferdinand Burot; Maximilien Albert Henri André Legrand, Les troupes coloniales, Paris, Baillière, 1897-98.
  • Les Troupes de marine 1622-1984, Paris: Charles-Lavauzelle, 1991.
  • Robert Hure, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Paris: Charles-Lavauzelle, 1977.
  • Olivier, capitaine, Les troupes noires de l'Afrique orientale française, Paris, H. Charles-Lavauzelle, 1903.

 

 

 

Voici, dans l’album de photographies ci-dessous, des images des troupes coloniales, dont principalement des affiches de propagande et d’enrôlement.

 

La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.
La Coloniale.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 12 Mars 2017

L'Empire colonial français.

L’Empire colonial français était l’ensemble des colonies, protectorats, territoires sous mandat et territoires sous tutelle gouvernés ou administrés par la France. Commencé au 16e siècle, il a connu une évolution très contrastée selon les époques, aussi bien par son étendue que par sa population ou sa richesse. Les possessions coloniales ont connu différents statuts et modes d’exploitation, des colonies antillaises esclavagistes du 17e siècle et du 18e siècle à l’Algérie française, partie intégrante de la France à certaines périodes, en passant par les protectorats de Tunisie et du Maroc et les territoires sous mandat de Syrie et du Liban.

On distingue généralement deux périodes concernant les empires coloniaux français, le pivot étant la période couvrant la Révolution et l’époque napoléonienne au cours de laquelle la France perdit les derniers restes de sa première aventure coloniale.

Le premier espace colonial, constitué à partir du 16e siècle comprend des territoires nord-américains, quelques îles des Antilles, les Mascareignes et des établissements en Inde et en Afrique. Le 1er empire colonial s’étendait sur 8.013.624 km². La Guerre de Sept Ans, qui mit un frein aux ambitions coloniales de la France, se solda par la perte de la majorité des territoires nord-américains et en Inde à l’exception de quelques comptoirs (Yanaon, Pondichéry, Mahé, Karikal, Chandernagor). Il survit malgré tout et connaît une certaine prospérité grâce aux exportations antillaises (Saint-Domingue, Martinique, Guadeloupe) de café et surtout de sucre entre 1763 et la fin des années 1780. Il s’effondre brutalement dans la décennie suivante avant de disparaître presque entièrement durant l’époque napoléonienne.

Le second empire colonial, constitué à partir des années 1830, se compose principalement de régions d’Afrique acquises à partir des anciens comptoirs, mais aussi d’Asie (Indochine) et d’Océanie (Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, Nouvelles-Hébrides). Ce second empire colonial fut au cours de la seconde moitié du 19e siècle et au 20e siècle le deuxième plus vaste du monde, derrière l’Empire colonial britannique. Présent sur tous les continents, il s’étendait, à son apogée, de 1919 à 1939, sur 12.347.000 km². En incluant la France métropolitaine, les terres sous souveraineté française atteignaient ainsi la superficie de près de 13 millions de km², soit près d’1/10 de la surface de la Terre, abritant une population de 110 millions d’habitants à la veille de la Seconde guerre mondiale, soit 5 % de la population mondiale de l’époque.

Aujourd’hui, les restes de ce large empire colonial constituent la France d’outre-mer (ou DOM-TOM), une douzaine de territoires insulaires dans l’Atlantique, les Antilles, l’océan Indien, le Pacifique Sud, au large de l’Antarctique, ainsi que la Guyane sur la côte nord de l’Amérique du Sud, pour une superficie émergée totale de 119.394 km², soit à peine 1% de la superficie de l’empire colonial à son apogée entre les deux guerres mondiales. D’une faible superficie émergée, ces DOM-TOM permettent toutefois à la France de revendiquer la 2e plus grande zone économique exclusive (ZEE) au monde, couvrant 11.035.000 km² d’océans, juste derrière celle des Etats-Unis.

Ainsi, au cours du 20ème siècle, la France va perdre peu à peu la majeure partie de ses colonies. Dans des accords signés entre parties, comme la loi-cadre Defferre qui ouvre la porte à l’indépendance des pays d’Afrique sous domination française, mais aussi dans des conflits comme l’Indochine (1945-1954) et l’Algérie (1954-1962). Des centaines de milliers de jeunes français ont connu ces guerres de décolonisation. Ils ont aujourd’hui environ 75 ans pour les plus jeunes.

 

Photographies :

 

Les photographies ci-dessous présentent des cartes et des images de l’Empire colonial français.

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Larousse, Universalis, Wikipédia.
  • Ministère des forces armées ; Ministre de la France d'outre-mer, Tropiques: revue des troupes coloniales, Paris, mensuel.
  • L'Armée d'Afrique, Alger, Éditions Aumeran, mensuel.
  • Ferdinand Burot; Maximilien Albert Henri André Legrand, Les troupes coloniales, Paris, Baillière, 1897-98.
  • Les Troupes de marine 1622-1984, Paris: Charles-Lavauzelle, 1991.
  • Robert Hure, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Paris: Charles-Lavauzelle, 1977.

 

L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.
L'Empire colonial français.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 29 Mai 2016

Sidi Bel Abbès - L'entrée de la caserne de la Légion étrangère.

Sidi Bel Abbès - L'entrée de la caserne de la Légion étrangère.

Installation.

En 1830 a lieur le débarquement des troupes du maréchal de Bourmont, et très vite, les opérations de conquête ne cessent de se développer. En 1835, le maréchal Bertrand Clauzel se lance dans une grande expédition ayant pour but de détruire Mascara, capitale établie par l'émir Abd el-Kader. Cette expédition débute le 10 novembre à Oran et se termine comme convenu à Mascara le 5 décembre. Tout au long de ce trajet, le général ne manque pas d'établir des relais fortifiés dans de multiples lieux stratégiques. Parmi ces endroits stratégiques, on retrouve le plateau de Sidi Bel Abbès qui permet de surveiller et ainsi de contrôler tous les déplacements des autochtones entre Mascara et Tlemcen mais également entre orna et les Hauts Plateaux. Ce poste de surveillance est érigé sur la rive droite de la Mekerra, face au mausolée de Sidi Bel Abbès.

Vers 1840, le gîte d'étape est transformé en campement provisoire puis en poste permanent deux ans plus tard afin de mieux surveiller les tribus. Puis en 1843, le général Bugeaud y installe un camp retranché derrière un fossé et des remparts construits par les chasseurs d'Afrique et la Légion étrangère. Cependant, les légionnaires vivent dans l'isolement et sont constamment confrontés à des difficultés de ravitaillement. Pour améliorer leurs conditions de vie dans cette région, ils s'investissent dans des travaux de drainage des marais, de débroussaillage du sol, le débarrassant ainsi des palmiers-mains (le doum), des genêts épineux, des jujubiers sauvages, etc.

Dès 1843, l'émir Abd el-Kader opposant à la colonisation française dirige plusieurs opérations contre les troupes du général Bedeau qui installe une redoute tenue par la Légion étrangère à proximité du modeste mausolée du marabout Sidi Bel Abbès, sur la rive droite de la rivière Mekerra. La ville de Sidi Bel Abbès embryonnaire en 1843 est véritablement créée après les années 1850 par les Français. Elle est une ville-garnison de la Légion étrangère dès 1843 et en sera la maison-mère jusqu'à l'indépendance de l'Algérie en 1962.

En 1847, le général Lamoricière, commandant de la division d'Oran, a l'idée de concevoir une ville fortifiée pour encore mieux surveiller les tribus indigènes, mais aussi faciliter la libre circulation entre mascara et Tlemcen et entre Oran et les Hauts Plateaux. La proposition du général est très bien accueillie par la commission, et le 10 novembre 1848, le gouverneur général propose la création de la ville en se basant sur les plans qu'avait dessinés le capitaine Prudon. Et c'est ainsi que par décret du 5 janvier 1849, le président de la République le prince Louis-Napoléon Bonaparte décide : « il est créé à Sidi Bel Abbès… un centre de population européenne de 2 000 à 3 000 habitants auquel on attribuera le nom de Sidi Bel Abbès ».

La redoute construite en 1843 près de la koubba ou chapelle de Sidi Bel Abbès est le centre de la ville prévue par le plan de colonisation républicain après 1848. Des confiscations de terres aux indigènes sont organisées sans ménagement. Mais les premiers colons déportés politiques français sont décimés par les maladies et affaiblis par les brutalités de leurs geôliers. L'absence de sources dans la plaine rend les premières installations agricoles complexes et pénibles. Le sol peu compact se laisse facilement défricher, mais la régulation de l'eau est impossible : il y a trop puis plus du tout. La colonisation reste à l'état de projet.

Napoléon III accueilli triomphalement par les militaires français et les chefs traditionnels algériens accentue la politique de mise en valeur des terres afin de fortifier le pays. L'appel à la colonisation est placardé dans les contrées rurales françaises, mais aussi dans les pays limitrophes de la France. Le voyage aller est suivant les différents contrats passés avec le colon, souvent offert gracieusement ou offert à prix réduit, une aide substantielle en nature ou équipement est promise à l'arrivée pour l'installation.

Les Français s’établissent.

Les premières installations telles que les remparts et les rues se réalisent lentement entre 1849 et1857. Les casernes militaires et l'hôpital datent de la même époque. Les édifices publics et les constructions privées sont construits plus tardivement. Au tournant de 1860, des milliers de colons européens, hommes, femmes et enfants arrivent en chariot dans la contrée. La première année d'adaptation est difficile car aucun aménagement viable n'est réalisé. Mais qu'une sécheresse récurrente survienne ou une nuée de sauterelles ou criquets du désert dévaste les premières bonnes récoltes. Les colons épuisés, parfois malades, à force de construire leurs abris, de défricher sans expérience les sols et de lancer les premières cultures expérimentales, sont obligés de s'endetter. Les familles même paysannes subissent les privations inconnues dans leurs anciens terroirs.

Les familles de colons s'appauvrissent et perdent les plus vieux ou les jeunes les plus faibles emportés par les fièvres, les famines. Les survivants qui ont compris qu’il ne leur sera pas délivré de billet retour observent les pauvres petits cultivateurs musulmans, suivent et adaptent leurs pratiques ancestrales. Les colons européens qui disposent d'eau abondante par pompage s'associent avec des familles autochtones démunies de terres et parviennent à force de labeur combinant leurs différents savoirs techniques et agraires à trouver des solutions simples et provisoires. Les autochtones leur apprennent à trouver l'eau à faible profondeur en excavant facilement la couche d'argile arénacée mal compactée qui compose le socle géologique de la plaine, à réguler la nappe phréatique des zones maraîchères avec des plantations de peupliers et de trembles. Mais il faut stocker les récoltes avec efficacité pour ne pas subir les terribles revers de fortune.

La ville est entourée de murs de protections avec quatre portes qui permettent l'accès à la ville : au nord la porte d'Oran, au sud la porte de Daya, à l'ouest la porte de Tlemcen et enfin celle de Mascara à l'est. Elle est appelée parfois « biscuit-ville » par les voyageurs en raison de sa fonction de ville étape pour le ravitaillement pour les troupes descendant vers le sud. Tous les postes-magasins militaires s'appellent ainsi. C'était un nom commun et non pas un nom propre comme Daya, Frendah, etc.

Napoléon III au cours d'un second voyage débarque à Sidi Bel Abbès le 16 mai 1865, décide que la ville s'abrègera de Bel-Abbes. On ne sait pourquoi le décret consacrant ce changement n'a jamais été rendu. En prenant le toponyme de la modeste kouba ou tombe près de la rive gauche de l'oued Mekerra proche de la redoute militaire protectrice, la ville reprend et porte à la postérité le nom d'un saint homme musulman "Sidi Bel Abbès Bouzidi".

Le premier maire de la ville est Monsieur Roubière en 1870.

En 1881, Sidi Bel Abbès, est une commune chef-lieu de subdivision militaire de 16.840 habitants, chef-lieu d'arrondissement du département d'Oran en pleine croissance ferroviaire. Une voie ferrée la relie à Sainte-Barbe-du-Tlélat, station de la grande ligne d'Alger à Oran. Ce carrefour ferroviaire à 52 km est le point de départ d'un embranchement vers Sidi Bel Abbès qui dessert successivement les stations de Saint-Lucien, Lauriers-Roses, Oued-Imbert, Trembles et Sidi-Brahim. La ligne de Sidi Bel Abbès à Ras El-Mâ est inaugurée en avril 1883.

La ville prospère émerge d'une verte oasis qui l'entoure à perte de vue avec au loin de vastes champs cultivés, de beaux villages et des domaines fermiers importants. Elle possède un tribunal de première instance, un comice agricole, un théâtre, un hôpital et des marchés fort importants. La ville croît avec 16.980 habitants en 1883.

Des montagnes environnantes, la ville s'aperçoit au milieu d'un fourré d'arbres. De magnifiques plantations de trembles et de peupliers se répartissent en dehors du mur d'enceinte. La ville au plan géométrique est divisée en deux quartiers à peu près égales : le quartier civil et le quartier militaire. Les rues se coupent toutes à angle droit. Celles qui aboutissent aux quatre portes sont plantées de beaux arbres qui égaient également le boulevard. De jolies places à l'ombre embellissent la ville. Le principal commerce concerne les grains, les bestiaux et l'alfa transformé dans quelques usines de la ville. Une minoterie importante ensachant de la farine blanche et des farines non panifiables est déjà active.

Le quartier civil possède une église, un théâtre, un marché couvert, un hôtel de ville et des écoles. Le quartier militaire est rempli de l'activité des casernes de cavalerie et d'infanterie, en particulier la légion, mais il compte des bâtiments du génie, des unités d'artillerie, le service aux subsistances, l'hôpital militaire et le cercle des officiers.

Au-delà des plantations d'arbres, se développe la zone des jardins. Les coins les plus fertiles sont la plaine de Tessala, la vallée de l'oued Sarno, les terres alluvionnaires de la Mekerra. Une longue suite d'habitations forme les faubourgs de la ville, caractérisés par des implantations de communautés ethniques à côté des exploitations de maraîchage. Se remarque ainsi un village espagnol, un village nègre, une communauté alsacienne et allemande…

Les fermes des colons souvent isolées prennent la forme de petites maisons blanchâtres et tristes. Elles occupent de vastes superficies de labour et de vigne, elles sont très nombreuses, et en conséquence fort dispersés dans la vaste plaine ondulée. Le concours agricole organisé en avril 1883 à Sidi Bel Abbès est une réussite indéniable qui fait connaître autant la quantité que la qualité des productions agro-pastorales de l'Oranais : les spécimens de races d'élevage bovines, chevalines et ovines, les instruments agraires à l'instar des modèles de charrues, les machines opérationnelles comme les moissonneuses et batteuses à vapeur, enfin les récentes prouesses de l'industrie agricole font merveille. L'image de la ville pionnière qui ne compte que deux décennies d'existence apparaît pour la première fois, sérieuse, appliquée à l'essor agricole et à ses aménagements urbains. La plaine de Sidi Bel Abbès représentée par des grandes fermes modèles et les constructions mécaniques de la ville rivalise pleinement avec la grande plaine aval du Sig, ou encore Mina et Habria.

Le départ.

L'indépendance de l'Algérie en 1962 est un traumatisme pour la France et ses unités militaires. Elles doivent, comme les civils, quitter Sidi Bel Abbès. Pour la légion, le coup est encore plus violent puisque la ville est l'un de ses centres de commandement, fondé en 1842. En partant, elle brûle le pavillon chinois qui, pris en 1884 à Tuyen Quang (pendant la conquête du Tonkin), ne devait pas quitter Sidi bel-Abbès, emporte la main de bois du capitaine Danjou, les reliques du musée du Souvenir et exhume les cercueils du général Rollet (Père de la Légion), du prince Aage de Danemark et, symboliquement, du légionnaire Heinz Zimmermann, dernier tué d'Algérie, qui seront transférés à Puyloubier, près de Marseille.

Sources :

  • Georges-Marc Benamou, Un mensonge français : retours sur la guerre d’Algérie, Robert Laffont, 2003.
  • Benjamin Stora, Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), La Découverte & Syros, 2004.
  • Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Fayard, 1994.
  • Pierre Montagnon, Histoire de l’Algérie : des origines à nos jours, Pygmalion, 1998.
  • Georges Fleury, Comment l’Algérie devint française, Perrin, 2004.
  • Georges Bensadou, Sidi-bel-Abbès naissance d’une ville, L’Algérianiste, septembre 1996.
  • Service d’Information et de Relations Publique de l’Armée de terre (SIRPA Terre).
  • Division communication et information de la Légion étrangère.
  • L’armée d’Afrique, Collectif, Ed. Lavauzelle, 1980.
  • Site www.legion-etrangere.com du Ministère de la Défense.
Rue Mascara.

Rue Mascara.

Le Grand café.

Le Grand café.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 14 Mai 2016

Guerre franco-chinoise. Halte de la colonne française à Lang-Son.

Les origines de la guerre.

Les origines de la conquête française de l’Indochine remontent aux implantations françaises sous Louis XVI en 1785 (entre autres des missions catholiques). Elle est véritablement lancée par Napoléon III sous le Second Empire et systématisée par Jules Ferry, sous la Troisième République. Des premières tentatives d’occupation eurent lieu dans le delta du Mékong. La France, depuis 1860, s’était lancée dans une politique active de colonisation en Extrême-Orient. Dès l’année 1862, un premier traité de Saigon signé avec l’empereur d’Annam reconnaissait la souveraineté des Français sur les provinces du Sud, qui formèrent la Cochinchine.

Bien qu’un deuxième traité de Saigon signé en 1874 ouvrit le fleuve Rouge à la libre circulation, les Pavillons Noirs harcelaient les navires de commerce français au début des années 1880. Cette milice, levée par Liu Yongfu (un Chinois originaire du Guangxi) gênait fortement le commerce français.

Aussi, le gouvernement de la République, en la personne de Jean-Bernard Jauréguiberry (à l’origine un officier de marine basque devenu homme politique), ministre de la Marine, envoya un petit corps expéditionnaire au Tonkin pour nettoyer la vallée du fleuve Rouge des Pavillons Noirs. La cour de l’empereur Qing vit l’arrivée de cette armée européenne comme une menace pour ses frontières, émit une protestation et se prépara à la guerre.

La prise du Tonkin.

Le capitaine de vaisseau Henri Rivière, commandant trois canonnières et sept cents hommes, prit la citadelle d’Hanoï, capitale du Tonkin, le 25 avril 1882, comme l’avait fait Francis Garnier en 1873 (aussitôt reprise, le corps de l’officier ayant été retrouvé quelques jours plus tard, tué par les Pavillons Noirs, qui l’avait décapité, émasculé et dont ils avaient retiré le cœur !). Le 27 mars 1883, il prit Nam Dinh, mais la faiblesse des effectifs dont il disposait entraîna la répétition des événements de 1873.

Deux mois plus tard, Les Pavillons Noirs encerclèrent Hanoï. Rivière fit une sortie le 16 puis une autre le 19, au cours de laquelle il fut tué. La mort de Rivière déchaîna les bellicistes de la Chambre des Députés à Paris. Jules Ferry confia alors les deux divisions navales d’Extrême-Orient au contre-amiral Courbet qui arriva le 18 août 1883 à l’improviste devant Thuân-an, le port de Hué, qu’il bombarda.

Le 25 août 1883, par le traité de Hué, l’empereur d’Annam cédait le Tonkin à la France, sous la forme d’un protectorat. La Chine rejeta le traité et envahit la province du Tonkin. Bien qu’aucun des deux pays n’eût formellement déclaré la guerre, les opérations militaires commencèrent à l’automne 1883. Lors de la campagne de Bac Ninh, les forces françaises s’emparèrent des citadelles de Son Tay et Bac Ninh sur le fleuve Rouge.

La guerre.

Le 11 mai 1884, la Chine acceptait la convention de Tianjin puis le 9 juin, le traité de Hué, qui assurait le protectorat français sur l’Annam et le Tonkin. Ce protectorat s’organisait avec la création de l’Escadre d’Extrême-Orient et du Corps du Tonkin.

Cependant, le 23 juin 1884, des forces chinoises attaquèrent par surprise une colonne française à Bac-Lé. Cette colonie, menée par le lieutenant-colonel Dugenne, avait été envoyée pour occuper le pays, en accord avec le traité de Hué. Au cours de l’accrochage, 20 soldats français furent tués dont le lieutenant Genin et les capitaines Jeannin et Clemenceau. Du côté chinois, on releva plus de 300 cadavres. Cela mena à une prolongation de la guerre, surtout quand il apparut que les Chinois n’avaient nullement l’intention de payer l’indemnité de guerre.

Bien que les commandants des forces terrestres et navales françaises aient fortement sollicité une attaque directe sur Pékin, la capitale des Qing, le Président du Conseil, Jules Ferry restreignit les opérations à l’Indochine et au sud de la mer de Chine méridionale, craignant qu’une telle agression provoque une réaction des autres puissances européennes, et particulièrement du Royaume-Uni et de l’Empire de Russie. La marine nationale mit sur pied l’Escadre d’Extrême-Orient pour la durée de ce conflit.

La Marine française, sous le commandement du vice-amiral Amédée Courbet, bloqua les ports de Kilung (Keelung) et Tamsui sur l’île de Formose (aujourd’hui Taïwan), avant de tenter un débarquement contre les troupes impériales (auquel Joseph Joffre, futur maréchal de France, participa en tant que capitaine du génie) qui échoua le 6 août 1884 (NDLR – il existe toujours un cimetière militaire français à Keelung).

La bataille de Fuzhou se plaça au cœur des opérations effectuées sous le commandement de Courbet sur la rivière Min entre le 23 et le 29 août 1884. Elle vit la destruction en une demi-heure de la marine chinoise ancrée dans cette rade, récemment construite sous la supervision d’un Français, Prosper Giquel. Courbet bombarda ensuite l’arsenal de Fuzhou, écrasa les batteries de la passe Mengam et détruisit les forts de la passe Kimpaï. Cette victoire, la dernière victoire navale française du 19e siècle, se fit au prix de seulement dix tués et quarante-neuf blessés. Le 1er octobre 1884, Courbet – qui venait de recevoir ses galons d’amiral – revint une deuxième fois devant Kilung et enleva la ville, puis le 29 mars 1885, il occupa les îles Pescadores, chapelet d’îles au large de Formose, qui commande le détroit de Fou-Kien, entre Formose et le continent. Courbet fut dès lors considéré comme un héros national, mais sa santé déclinait, rongé depuis deux ans par le choléra. Il mourut à bord de son navire, le Bayard, le 11 juin 1885. Le docteur Doué annonça : « Messieurs, l’amiral Courbet est mort ».

Au Tonkin, la mousson mettait fin aux offensives françaises, permettant aux Chinois d’avancer dans le delta. Ils firent le siège de la forteresse de Tuyën Quang qui fut défendue par un bataillon de la Légion étrangère pendant 36 jours. Cette bataille est toujours célébrée dans la marche officielle de la Légion.

En février 1885, un corps expéditionnaire français, composé de deux brigades, marcha vers le haut Tonkin et conquit Lang Son. Une des deux brigades quitta la ville pour venir en aide aux assiégés de Tuyên Quang. Le commandant de la brigade restante cherchant à contrer l’offensive des Chinois, lança une attaque de l’autre côté de la frontière et fut défait à la bataille du col de Zhennan. Se retirant de Lang-Son, les Français stoppèrent une contre-attaque à la bataille de Ky Lua. Cependant, son commandant, le général de Négrier étant blessé dans l’action, son remplaçant ordonna, peut-être sous l’effet de la panique, que Lang Son soit rapidement abandonnée le 28 mars 1885. Alors, la brigade se débanda vers le delta du fleuve Rouge, abandonnant l’essentiel des gains réalisés durant la campagne de 1885. Quant à la ville de Lang Son, elle fut reprise quelques mois plus tard.

Ce revers militaire conduit le commandant du corps expéditionnaire, le général de division d’infanterie de marine Louis Brière de l’Isle, à croire que le delta lui-même était menacé. Ses rapports alarmistes à Paris entraînèrent la chute du ministère Ferry le 30 mars 1885, sous d’effroyables huées politiciennes.

Dans les jours suivants, Brière de l’Isle réalisé que la situation était moins compromise qu’il ne le pensait. Cependant, le nouveau gouvernement s’efforça de mettre fin aux opérations. La défaite, que les Français appelèrent « l’affaire du Tonkin » fut un scandale politique majeur pour les partisans de l’expansion coloniale. Ce ne fut que dans les années 1890 que le parti colonial reprit l’ascendant dans l’opinion.

L’Indochine française.

Malgré cette retraite, les opérations terrestres virent le succès des Français au Tonkin, tandis que les victoires navales de la France forcèrent la Chine à reconnaître sa défaite. Le traité de paix, d’amitié et de commerce mettant fin à la guerre fut signé le 9 juin 1885. La Chine reconnaissait alors le traité de Hué et abandonnait sa suzeraineté sur l’Annam et le Tonkin.

La France était déjà présente en Cochinchine et au Cambodge. Avec l’Annam (et le Laos), elle contrôlait tout l’est de la péninsule indochinoise. En 1887, fut créée l’Indochine française, réunissant la Cambodge et les trois entités issues du territoire vietnamien.

Il est à noter que cette épopée fut racontée par le lieutenant de vaisseau Pierre Loti. Il avait embarqué en mai 1883 sur l’Atalante pour participer à la campagne du Tonkin. Il fit publier le récit, heure par heure, de la prise de Hué dans Trois journées de la guerre en Annam, dans le journal Le Figaro.

Sources :

  • Georges Fleury, La Guerre en Indochine, Perrin, 2000.
  • Recherches dans les archives des Bulletins de l’Ecole français d’Extrême-Orient d’archéologie.
  • Recherches biographiques André Malraux.
  • Recherches sur l’histoire de la presse française en Indochine.
  • Extraits du journal Le Figaro du 28 décembre 1993.
  • Encyclopédie en ligne Wikipédia.
  • Encyclopédie en ligne Larousse.
  • Site Internet : « papiers-de-chine.over-blog.com »
  • Jacques Chancel, La nuit attendra, Flammarion.
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes Editions Ouest-France.
  • Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d’histoire maritime, Ed. Robert Laffont.
  • Les Français en Indochine, des années 1830 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, par Jean-Pierre Duteil, professeur à l’université de Paris VIII.
  • Articles de l’écrivain Pierre Loti, in Le Figaro.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 30 Avril 2016

Charge du colonel Louis Morris du 4e régiment de chasseurs d’Afrique contre la smala d’Abd El-Kader, 1843.

Les origines.

L’idée d’une intervention militaire française en Algérie ne s’est pas décidée rapidement et sans concertation. Les origines de cette conquête se sont bâties sur plusieurs éléments et circonstances, qu’il convient d’ailleurs, comme d’habitude de replacer dans le contexte politique, économique et intellectuel d’alors.

La régence d’Alger, dont le territoire correspond à la partie non saharienne de l’Algérie actuelle, est depuis le 16e siècle une dépendance de l’Empire ottoman. En réalité, elle est quasi indépendante. Le territoire est réparti entre le sultan et les beys qui sont théoriquement des vassaux. La régence est en déclin depuis le début des guerres napoléoniennes qui limitent le commerce en Méditerranée. De 1802 à 1821, le pays est en proie à la violente dissidence des tribus de l’arrière-pays et à la rébellion des populations qui affichent ouvertement leur désir de se débarrasser de la régence. Sur la plan militaire, la flotte d’Alger est dépassée et ne peut plus tenir tête aux marines des pays européens.

La crise sociale déclenche une crise politique, le dey d’Alger semble contesté par les beys. L’implosion intérieure est effective dans les années 1820. Le pays est fragilisé : la perte de sa flotte à la bataille de Navarin (20 octobre 1827) livre le pays au blocus maritime étranger. Celui-ci commence en juin 1827 et va durer trois ans. La disette pousse le reste des populations dans l’action armée qui prend la forme d’une guérilla larvée contre les représentants de la régence.

Du côté français, le gouvernement du prince de Polignac espère revivre les conquêtes militaires de Napoléon et consolider l’influence française dans le bassin occidental de la Méditerranée. D’autres raisons sont également évoquées de ce côté-là du bassin : Polignac veut renouer avec le prestige de la monarchie afin de juguler l’opposition intérieure ; il est question de richesses en Algérie. Celles-ci pourraient bien faire l’affaire des finances du royaume de France. Enfin, et ce n’est pas la moindre des raisons qui vont pousser la France à intervenir militairement, régulièrement les bateaux de marchandises européens sont pillés par les barbares. Quant aux chrétiens présents en Afrique du Nord, même si de nombreux travailleurs sont libres, une frange non négligeable est encore réduite en esclavage.

Les débats sont nombreux au sein du gouvernement de Polignac. Les hésitations également. Un prétexte serait le bienvenu : il arrive par un coup d’éventail porté par le régent Hussein Dey au consul de France, Pierre Deval, à Alger le 30 avril 1827 ! Ce coup n’a pas été porté par hasard : il est fait suite à un défaut de paiement de la France sur des affaires de commerce de blé avec le dey d’Alger. Qu’importe : le prétexte a été trouvé. L’action militaire peut commencer.

La reddition d’Alger.

Charles X, roi de France et Polignac, se décident en janvier 1830 à entreprendre une action militaire en Algérie. Les 36.000 hommes du général de Bourmont transportés par les vaisseaux de l’amiral Duperré débarquent à Sidi-Ferruch du 14 au 16 juin 1830. Ayant repoussé les Turcs, qui occupent la région au nom de l’Empire ottoman, et 40.000 cavaliers rassemblés par Ibrahim, gendre du dey, les Français s’emparent d’Alger où le dey capitule le 5 juillet.

Le gouvernement passe en France, mais les conquêtes demeurent… Issu de la révolution de 1830, le roi des Français, Louis-Philippe, se borne d’abord à une occupation restreinte. Les généraux Clauzel, Savary, Berthezène, Voirol et Drouet d’Erlon, qui se succèdent pendant cinq ans, sans grands moyens ni directives se contentent d’occuper Alger et ses environs : Bône, Oran et Bougie. Pour augmenter ses effectifs, le commandement met sur pied des formations nouvelles : zouaves, légion, spahis, tirailleurs, chasseurs, tandis que les bureaux arabes établissent le contact avec les populations.

Durant les quatre premières années de présence française, on voit arriver un nombre important de colons qui sont alors divisés en trois classes :

  • Ceux qui ont assez de ressources pour construire leur maison, à qui on donne dix hectares ;
  • Les anciens militaires, qui reçoivent six hectares ;
  • Les colons sans ressources à qui on attribue quatre hectares.

Cependant, devant l’afflux trop important de colons, le général Savary obligent les nouveaux venus à avoir de quoi subvenir à leurs besoins pendant un an. Mais en 1832, deux chefs arabes, Abd el-Kader, émir de Mascara, et le bey de Constantine, Hadjdj Ahmad, se dressent contre les Français ; ceux-ci tentent d’abord de négocier, et par le traité du 26 février 1834, le général Desmichels reconnait l’autorité d’Abd el-Kader sur l’ouest algérien. Mais le général Trézel prend sous sa protection des tribus que l’émir considère comme relevant de son autorité : Abd el-Kader reprend la lutte et écrase la colonne Trézel à la Macta (1835). A la suite de cet échec, la France envoie des renforts ; Clauzel et le duc d’Orléans enlèvent Mascara mais échouent devant Constantine. Chargé de neutraliser Abd el-Kader, le général Bugeaud négocie le traité de la Tafna (1837) qui reconnait au chef arabe l’autorité sur tout le pays, sauf les villes côtières. A ce moment-là, la France semble abandonner tout le territoire à Abd el-Kader. Les avantages territoriaux qui lui sont reconnus sont très supérieurs à ceux qu’il exerçait initialement.

Cependant, à l’est, les Français portent leur effort sur Constantine qui est enlevée par le général Valée le 13 octobre 1837. Mais Abd el-Kader, en deux ans, organise une véritable armée, forte de plus de 50.000 hommes, et, après s’être assuré de l’appui du sultan du Maroc, déclare la guerre à la France le 18 novembre 1839 et pousse une pointe sur Alger.

L’occupation totale.

Redevenu chef du gouvernement au début de 1840, Adolphe Thiers, pour se démarquer de ses prédécesseurs et conquérir de la gloire, dénonce la politique consistant à limiter l’occupation française aux enclaves côtières en abandonnant de fait l’intérieur des terres à l’émir. Il se livre à une critique sévère du traité de Tafna. Pour lui, la France n’aura la paix en Algérie qu’en soumettant entièrement le territoire. Elle peut ainsi réaliser une excellente affaire puisque le pays était riche et prospère au temps de l’Empire romain… Le roi Louis-Philippe est en accord avec cette conception car il a compris que l’Algérie forme un terrain idéal sur lequel ses fils peuvent cueillir les lauriers militaires qui consolideront le prestige de sa dynastie. Le roi et son gouvernement vont donc braver les oppositions de ceux qui, à droite comme à gauche, craignent de voir l’armée engagée sur un théâtre lointain et contestent la valeur économique de l’Algérie.

Le général Bugeaud, qui passe pour un spécialiste de ces questions, est nommé gouverneur général de l’Algérie par Thiers en 1840. Il embarque à Toulon et le jour même de son arrivée, il adresse une proclamation aux habitants ainsi qu’à l’armée. Aux habitants, il expose qu’il a été l’adversaire de la conquête absolue en raison des moyens humains et financiers qu’elle exige, mais qu’il s’y consacrera désormais tout entier. A l’armée, il dit que son but n’est pas de faire fuir les Arabes, mais de les soumettre.

Bugeaud obtient la permission d’attaquer le Maroc qui aidait l’émir Abd el-Kader dans sa résistance. Le 14 août 1844, les troupes marocaines sont surprises par Bugeaud sur l’oued d’Isly. S’ensuit la bataille du même nom, non loin de la frontière. Sa victoire met fin à l’aide marocaine, les spahis continuent de pourchasser Abd –el-Kader jusqu’au 21 décembre 1847, date de sa reddition. Sa soumission officielle à la France a lieu le 23 décembre 1847. Dans le même temps, la flotte française bombarde Tanger et Mogador (Essaouira).

Le second Empire (1848-1870) porte son effort militaire sur les pays berbères, dont il s’attache à obtenir la soumission ; après la prise de Zaatcha (1849), le général Saint-Arnaud s’attaque à la petite Kabylie ; sous le gouvernement du maréchal Randon, en 1857, la France affirme son autorité sur la Grande Kabylie en créant, après la prise d’Ichériden, Fort-l’Empereur (devenu Fort-National). La pénétration s’exerce au sud d’abord – après l’occupation des oasis de Laghouat et de Touggourt (1854), l’explorateur Duveyrier pénètre chez les Touareg – puis dans le Sud-Oranais où, après plusieurs expéditions contre les Beni Snassen, les confins algéro-marocains seront soumis, à la veille de la guerre de 1870, par le général de Wimpffen.

Mais la France hésite entre une politique d’assimilation et une politique de semi-autonomie. De 1852 à 1858, Napoléon III substitue au régime civil de la 1ère République un régime militaire qui supprime la représentation algérienne au Parlement, mais maintient les trois départements (Alger, Oran, Constantine), créés par la République et administrés par les préfets, à l’exception des territoires militaires du Sud. Pour faciliter la colonisation, la gouverneur général Randon cantonne les autochtones ; mais l’hostilité des colons au contrôle de l’armée, jugé trop favorable aux musulmans, provoque, en 1848, la suppression du gouvernement général et son remplacement par un ministère de l’Algérie et des Colonies, siégeant à Paris et confié au prince Napoléon qui, incompétent, est remplacé dès 1859 par le marquis de Chasseloup-Laubat.

Un voyage qu’il accomplit en Algérie en septembre 1860 incite Napoléon III, séduit par la noblesse des autochtones et mécontent des abus de la colonisation européenne, à renoncer à la colonisation et à promouvoir l’idée du « royaume arabe », qui doit être non pas exploité, mais élevé au niveau de la métropole. Il rétablit donc le gouvernement général et le régime militaire.

La grande majorité des Européens n’ayant pas la citoyenneté française étaient donc privés de députés. En décembre 1866, sont rétablies les dispositions sur la gestion démocratique des communes. A la fin de l’Empire, il ya 96 communes contre 47 en 1852.

Après le départ des Turcs, la rudimentaire organisation barbaresque est maintenue avec les provinces, les aghas, khalifas auxquels s’ajoutent les bachagas (niveau intermédiaire). L’unité administrative de base reste la tribu contrôlée par un caïd. Ce dernier dispose d’un goum de mokhaznis ou d’une smala de spahis. Le tout est supervisé par les Bureaux arabes.

Sources :

  • Encyclopédie Larousse en ligne : www.larousse.fr
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Georges-Marc Benamou, Un mensonge français : retours sur la guerre d’Algérie, Robert Laffont, 2003.
  • Benjamin Stora, Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), La Découverte & Syros, 2004.
  • Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Fayard, 1994.
  • Pierre Montagnon, Histoire de l’Algérie : des origines à nos jours, Pygmalion, 1998.
  • Georges Fleury, Comment l’Algérie devint française, Perrin, 2004.
  • Georges Bensadou, Sidi-bel-Abbès naissance d’une ville, L’Algérianiste, septembre 1996.
  • Service d’Information et de Relations Publique de l’Armée de terre (SIRPA Terre).
  • Division communication et information de la Légion étrangère.
  • L’armée d’Afrique, Collectif, Ed. Lavauzelle, 1980.
  • Site www.legion-etrangere.com du Ministère de la Défense.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 19 Septembre 2015

L’exploration du Mékong et l’étude de sa navigabilité ont été un défi majeur pour tous les officiers de marine et scientifiques français qui ont sillonné le fleuve pendant près de 50 ans, depuis la première mission de reconnaissance dirigée par Doudart de Lagrée (1866-1868) jusqu’aux ultimes tentatives de franchissement des rapides du haut-Laos dans les premières années du XXème siècle.

L’histoire de cette exploration a été marquée, en particulier dans sa partie laotienne, par une succession d’exploits humains et de prouesses techniques inimaginables, mais aussi d’accidents dramatiques. En effet, malgré les compétences et le courage des hommes engagés dans ces missions à risque, les dangers du Mékong ont fait de nombreuses victimes. Si certaines personnalités disparues tragiquement sont toujours présentes dans nos mémoires grâce aux articles, monuments funéraires ou plaques commémoratives qui leur ont été consacrés et qui existent toujours (Général de Beylié, Docteur Rouffiandis, Henri Mouhot, Capitaine Quilichini), d’autres n’ont pas eu cette chance posthume et restent totalement oubliés, bien que leurs exploits n’en soient pas moins dignes.

C’est le cas du commandant Diacre dont j’ai retrouvé par hasard la trace il y a quelques années grâce à une ancienne carte de la région des chutes de Khone, publiée dans le volume Indochine du Sud de la série des Guides Madrolle, que je m’étais procurée dans le cadre des recherches que je mène sur l’histoire de l’exploration du Mékong.

Sur cette carte, un détail à peine visible avait attiré mon attention : un petit symbole cruciforme était représenté sur la berge sud-ouest de l’île de Sadam (Don Sadam), accompagné de la mention « Mont. Diacre ». Comme l’abréviation le laissait supposer, il devait certainement s’agir d’un monument, mais j’étais curieux de savoir pourquoi il était situé à cet endroit, quelle était sa fonction précise et que signifiait le mot « Diacre ». J’ai d’abord imaginé que c’était un édifice utilisé par un diacre local pour célébrer sur place des offices religieux. Mais cela semblait bien peu probable car le lieu n’a jamais été beaucoup peuplé et encore moins par des chrétiens. Puis, la majuscule à « Diacre » m’a mis sur la piste d’un nom de famille. Après des recherches dans les dossiers personnels des officiers de marine ayant servi au Laos et grâce au fichier des anciens élèves de l’Ecole navale, j’ai enfin trouvé l’explication à cette annotation mystérieuse : il s’agissait d’un monument funéraire érigé à la mémoire du capitaine de frégate Jules Diacre, chevalier de la Légion d’Honneur, disparu tragiquement le 6 août 1903 à l’âge de 39 ans lors du naufrage de sa pirogue dans le Hou Sadam, une des nombreuses passes parmi les rapides de Khone.

Une victime de plus qui vient se rajouter à la longue liste des marins morts accidentellement dans le Mékong dans l’accomplissement de leur devoir !

En présentant cette courte biographie, je suis heureux de faire revivre le souvenir de ce brillant officier de marine tombé malheureusement dans l’oubli depuis longtemps. Jules, Louis, Marie, Joseph Diacre est né le 10 mars 1864 à Chevilly (Loiret) où son père était instituteur. Il manifeste très tôt des goûts prononcés pour la marine et entre à l’Ecole navale en 1880. Dès sa sortie de l’école d’application en 1883, l’aspirant Diacre est envoyé au sein du corps expéditionnaire de Chine, à l’escadre d’Extrême-Orient commandée par l’amiral Courbet.

Il est embarqué à bord du Bayard puis rejoint l’équipage du cuirassé La Triomphante, sous les ordres du lieutenant de vaisseau Pierre Dehorter. Il participe à la guerre franco-chinoise (août 1884 – avril 1885) en particulier aux combats de Fou-Tchéou (23 août 1884) et de la rivière Min (26-29 août 1884), à l’attaque de Formose et à la prise de Keelung (1er octobre 1884). Le 8 octobre 1884 il est grièvement blessé au bras lors de la bataille de Tamsui où il se distingue par son courage en protégeant, malgré sa blessure et le feu nourri des Chinois en supériorité numérique, la retraite de ses camarades et du commandant Dehorter, mortellement touché. Ce dernier décèdera le 16 octobre, après huit jours d’agonie à bord de La Triomphante durant la traversée de Keelung à Saïgon.

Il est décoré pour cet acte de bravoure à l’âge de vingt ans, avant d’être promu enseigne de vaisseau le 10 décembre 1884. Il conservera de la grave blessure contractée à Tamsui (son bras droit a été traversé par une balle) une certaine faiblesse au niveau du membre qui le fera souffrir toute sa vie et lui sera probablement fatale lors de l’accident du Mékong.

En 1886 Diacre est affecté à la division navale de l’Océan Indien à bord du croiseur Limier qui participe à la campagne de Madagascar. Le 25 août 1889, il est promu lieutenant de vaisseau et part rejoindre à nouveau l’escadre de Chine, à bord de La Triomphante. De retour en France, il suit la formation de torpilleur à l’Ecole des torpilles dont il ressort officier breveté en 1896, commandant le Torpilleur 97 de la Défense Mobile de la Corse. Le 11 juillet 1896, il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur. En 1898 il est attaché au ministère de la Marine à Paris, à la 4ème section de l’Etat-major général.

Le 6 juin 1899 il quitte la France pour prendre le commandement de l’aviso La Caravane, un transport de munitions de 3ème classe faisant partie de l’escadre d’Extrême-Orient. Dans la nuit du 22 au 23 octobre 1900, lors d’une mission de routine le long des côtes du Japon, le bâtiment est percuté accidentellement par un vapeur japonais qui le traverse de part en part, alors qu’il navigue sur la mer intérieure entre Kobé et Takou. La Caravane coule en moins de sept minutes, faisant deux victimes parmi l’équipage, un officier et un quartier-maître. Le bilan aurait pu être plus élevé sans la conduite exemplaire et la bravoure des officiers et la discipline de l’équipage. En vertu des règlements de la marine française qui exigent que le commandant de tout bâtiment de guerre disparu soit traduit devant un conseil de guerre qui juge sa conduite, Diacre comparaît en 1901 devant le 1er conseil de guerre maritime de Toulon présidé par le capitaine de vaisseau Compristo. Mais le réquisitoire du commissaire du Gouvernement est entièrement à l’éloge du commandant de La Caravane et le conseil rend un jugement acquittant, à l’unanimité, le lieutenant de vaisseau. Son président va même jusqu’à le féliciter pour le sang-froid et le courage dont il a fait preuve avec son équipage dans les terribles circonstances qu’il a traversées et le propose au tableau d’avancement pour le grade de capitaine de frégate.

Après son acquittement, il est envoyé en Angleterre pour négocier, en remplacement du transport perdu, l’achat d’un navire affecté au Service du littoral, auquel il donne le nom de Loiret et dont on lui confie le commandement. Promu au grade de capitaine de frégate le 1er avril 1902, il est envoyé à Saïgon comme second à bord du cuirassé Redoutable qui appartient à la division de réserve de l’escadre d’Extrême-Orient commandée par le capitaine Charles Duroch. Durant son séjour en Indochine, il se passionne pour la navigation sur le Mékong et les améliorations qui peuvent être apportées au service des transports, en particulier sur le bief laotien du fleuve. Ayant appris qu’une des passes au milieu des rapides de Khone, le Hou Sadam, était fréquemment traversée par les pirogues de commerçants indigènes ou de colons, il élabore le projet de la parcourir d’amont en aval pour en faire la reconnaissance.

Après avoir obtenu l’autorisation du chef de la division navale de réserve, il s’embarque le 6 août 1903 à l’entrée nord du chenal à bord d’une pirogue spécialement aménagée, en compagnie du lieutenant de vaisseau Georges Eugène Simon, directeur des Messageries fluviales de Cochinchine et pionnier de l’exploration des chutes de Khone, de Monsieur Demay, commis de l’Agence des Messageries, et de quatre bateliers. A un tournant du fleuve, l’embarcation chavire à cause des lames très fortes et tout l’équipage se retrouve à l’eau. Un moment les hommes arrivent à se maintenir à la surface, accrochés à la pirogue emportée par un courant impétueux. Mais bientôt, par suite d’une manœuvre des bateliers essayant de redresser le bateau, tout le monde se retrouve plongé sous l’eau. Le commandant Diacre, sans doute gêné par sa vieille blessure de guerre, n’arrive pas à remonter à la surface et est englouti par le tourbillon des eaux, en même temps qu’un des piroguiers. Non sans peine, le capitaine Simon et M. Demay rejoignent la berge où ils retrouvent les trois bateliers rescapés du naufrage. Durant deux jours Monsieur Simon entreprend d’intenses recherches le long des berges pour tenter de retrouver l’infortuné officier. En vain ; malgré tous les efforts possibles, le corps du commandant Diacre ne sera jamais retrouvé.

Faute de pouvoir le porter en terre dans une sépulture décente, un petit monument sera élevé à proximité du lieu du naufrage, le long de l’île de Sadam, afin de rappeler la mémoire de ce courageux officier de marine victime de l’amour de son métier et de son désir d’en étendre la connaissance et l’expérience.

A cet endroit peu fréquenté, le monument au commandant Diacre va tomber dans l’oubli et faute d’entretien, il se détériore rapidement, victime des crues successives du fleuve à la saison des hautes eaux. De passage dans la région de Khone en mars 2012, je me suis rendu en pirogue à moteur jusqu’au village de Ban Sadam sur l’île du même nom afin d’obtenir quelques renseignements sur le sujet. Les habitants m’ont conduit auprès d’un vieux Laotien qui se souvenait de l’édifice à la mémoire d’un farang. Il a bien voulu me conduire le long de la berge du Mékong sur le terrain d’un jeune propriétaire local. Nous avons traversé plusieurs de ses champs et à un endroit précis, au beau milieu de cultures potagères, le vieil homme s’est arrêté et m’a désigné de la main le lieu où se trouvait le monument à l’époque. J’ai pu vérifier que l’emplacement correspondait précisément à celui indiqué sur ma vieille carte Madrolle ! Par contre, je n’ai retrouvé aucun reste du monument…

Jean-Michel STROBINO

Sources :

Cet article est extrait du site Internet du Souvenir Français de Chine et d’Asie, dirigé par Monsieur Claude R. Jaeck.

Adresse Internet : www.souvenir-francais-asie.com

Le commandant Diacre.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 13 Juin 2015

Les Compagnies méharistes sahariennes.

 

Le plus célèbre des Sahariens n’est pas un héros de l’Histoire de France ou un militaire ayant œuvré pour notre pays au plus profond du plus célèbre des déserts. Il s’agit d’un héros de roman : le capitaine Charles Saganne, interprété par l’acteur Gérard Depardieu dans le film d’Alain Corneau « Fort Saganne » (sur la base du roman de Louis Gardel), tourné en 1983 dans l’ouest de la Mauritanie, non de la passe d’Amogjar, au cœur de paysages d’une beauté incroyable.

 

A ce propos, il convient de rappeler que cette passe se trouve dans la région de l’Adrar (qui possède un cimetière militaire de soldats français) dont la capitale régionale est Chingetti, célèbre pour ses bibliothèques coraniques datant du 10e siècle, et loin d’être à l’abri de bandes terroristes fidèles à Al-Qaïda au Maghreb Islamique, actuellement combattues par l’armée française.

 

Mais la présence française au Sahara ne date pas de quelques mois. Elle a commencé à la fin du 19e siècle et a nécessité l’emploi d’unités bien spéciales…

 

Le commandant Laperrine.

 

A la fin du 19e siècle, Marie Joseph François Henry Laperrine d’Hautpoul, jeune saint-cyrien et vaillant capitaine de cavalerie au 2e dragons, s’ennuie ferme dans son cantonnement de métropole. Il lui faut de l’aventure. Ce sera l’Afrique ! Arrivé au Sahara, il est conscient, comme bon nombre de soldats connaisseurs de la région, que guerroyer dans cet espace difficile nécessite d’employer des moyens adaptés. « S’il faut lutter contre des nomades, alors utilisons les moyens des nomades et les nomades eux-mêmes ». En fait, depuis l’invasion de l’Algérie par la France, en 1830, l’armée ne sait pas vraiment comment agir : utiliser des soldats de métropole ? Ils connaissent mal le terrain et ne sont pas habitués aux conditions environnementales. Utiliser des dromadaires ? De nombreuses tentatives ont été faites au cours des cinquante dernières années, mais elles se sont souvent soldées par des échecs : difficultés à trouver des soldats acceptant de grimper sur ces animaux ; inadaptation des fantassins (comment faire des dizaines de kilomètres par jour sous un soleil incandescent ?) ; les expéditions nécessitent des convois toujours plus importants et à l’arrivée moins de 50 % des animaux, des hommes et des matériels arrivent dans un état correct…

 

Dans un article écrit en 1972 pour le magazine Historia, le colonel Jouin rappelle la genèse des compagnies méharistes par le commandant Laperrine : « En 1897, après un séjour en métropole, il retourna au Sahara qu’il ne devait plus quitter. Cette longue expérience lui permit de mettre au point l’organisation de compagnies méharistes en se basant sur le fait que, pour lutter contre des nomades, il faut employer des nomades. Mais pour avoir bien en main ces auxiliaires jugés incapables de se plier à une discipline militaire, il fallait respecter leur cadre traditionnel et leurs coutumes parfois anarchiques. Pour ces raisons, Laperrine voulait que les futures compagnies sahariennes devinssent de véritables tribus nomades, astreintes à un minimum de service et placées sous l’autorité paternelle mais ferme d’officiers des affaires indigènes et de gradés français volontaires, capables de mener la vie rude et sobre de leurs hommes. De plus, chaque formation devrait avoir une organisation intérieure correspondant à sa mission et à la région dans laquelle elle était destinée à opérer. Cette souplesse de conception administrative devait être difficilement admise par l’état-major de l’armée et les services financiers du ministère. Un fait d’armes, resté célèbre dans l’histoire du Sahara, allait, le 7 mai 1902, donner définitivement raison à ceux qui assuraient que la pacification du désert ne pouvait être poursuivie qu’avec des troupes spéciales. Il s’agit du combat de Tit au cours duquel le goum du lieutenant Cottenest, formé à l’aide de nomades du Tidikelt récemment soumis et d’une cinquantaine de Chaambas, mit en déroute un « rezzou » de 300 Touareg. Les compagnies nomades, étrange armée des dunes, encadrée par des officiers « inspirés ».

 

En 1902, Laperrine d’Hautpoul peut être fier de lui. Nommé commandant des oasis, il peut se targuer d’avoir commencé une épopée que la France allait poursuivre pendant plus de 60 ans. Et il fait découvrir le sud algérien à l’un de ses camarades de Saint-Cyr, dont l’ermitage dans le Hoggar allait demeurer célèbre : Charles de Foucauld.

 

Organisation des unités.

 

Préexistantes dès 1897, les unités sahariennes vont évoluer dans le temps : en nombre, en localisations, dans leur rattachement et bien entendu dans leur équipement.

 

Le 30 mars 1902, sont créées cinq compagnies sahariennes. Elles sont basées à Fort Polignac (Tassili – sud de l’Algérie, non loin du Hoggar), Tindouf El Oued (extrême ouest de l’Algérie au carrefour actuel des frontières du Maroc et de la Mauritanie), Adrar (Mauritanie) et Tamanrasset (capitale du Hoggar ; ville qui porta le nom de Fort Laperrine du temps de la colonisation française).

 

Ces compagnies sont commandées et encadrées par des officiers et sous-officiers français, mais comportent également de gradés (brigadiers, brigadiers-chefs et maréchaux des logis indigènes). Chacune est autonome et comporte environ 70 méharis.

 

D’autres compagnies sont plus tard créées à Ouargla (sud-est algérien), Colomb-Béchar (oasis à la frontière du Maroc), Ain Sefra (proche de Colomb-Béchar) et Sebha (région du Fezzan en Libye), pour devenir les Compagnies Sahariennes Portées de la Légion étrangère (CSPL).

 

Les CSPL.

 

 

  • Le 1er novembre 1940, la compagnie automobile du 1er REI devient autonome et se transforme en compagnie saharienne portée de la Légion étrangère. Elle prend garnison à Tabelbala puis à Aïn-Sefra à parti de 1944. Deux ans plus tard, elle se scinde en deux et donne deux nouvelles unités : les 1ère et 2e CSPL. En 1961, la 1ère CSPL devient le 1er escadron saharien porté de la Légion étrangère. Equipé de blindés, il est indépendant au même titre qu’un régiment. Stationnée au ksar El Hirane, situé à 400 kilomètres au sud d’Alger, il s’agit d’une oasis au carrefour des monts de l’Atlas et du désert saharien. Là, le 1er organise des tournées de police (sa mission première étant bien de surveiller le désert et de restaurer si besoin est l’autorité de la République française) et réalise des raids sur des positions de l’ennemi. En 1961, après le putsch des généraux, l’unité a pour mission la protection des personnalités civiles et militaires arrêtées avant leur rapatriement en métropole. Parmi les derniers tués de la Guerre d’Algérie, en août 1962, se trouvent trois soldats du 1er ESPLE.
  • La 2e compagnie (2e CSPLE) est créée en mars 1946 et s’installe à Ouargla en 1948 puis à Laghouat. En 1954 elle intervient en Tunisie afin de poursuivre les soldats de l’ALN (Armée de Libération Nationale, branchée armée du FLN algérien) qui se sont réfugiés dans ce pays. Dissoute le 31 mars 1963, elle devient la 1ère compagnie portée du 4e régiment d’infanterie étranger (REI).
  • La 3e CSPLE est créée en février 1949 à Sidi-bel-Abbès, au siège de la Légion étrangère. Rapidement elle est transférée au Fort Leclerc, proche de l’oasis de Sebha en Lybie où elle a pour mission la surveillance du désert du Fezzan jusqu’en 1956.
  • La 4e CSPLE est formée en janvier 1956 à Aïn Sefra puis est transférée l’année suivante à Colomb Béchar. Elle est également dissoute le 31 mars 1963 et devient la 2e compagnie portée du 2e REI.

 

Une pacification de 80 ans et l’imaginaire français.

 

Entre la fin du 19e siècle et 1962, les soldats français, appuyés des « indigènes » fidèles au pouvoir de la République, vont s’attacher à pacifier – c’est-à-dire soumettre à notre autorité – l’ensemble des tribus du Sahara et rendre cet immense territoire plus sécurisé qu’avant. Les combats seront nombreux. Ils représentent bien souvent des accrochages entre plusieurs dizaines de belligérants – rarement plus mais cela est à rapporter avec la densité de la population du désert. Il convient de rappeler que les compagnies sahariennes étaient pensées comme «  une tribu nomade militairement encadrée ».

 

Parmi les innombrables accrochages, on peut citer la prise d’In-Salah en 1897, relatée par le Petit Parisien : « La mission Flamant a pris possession, le 28 décembre dernier, de l’oasis d’In-Salah, après avoir livré un combat qui nous permis de capturer Ba-Hamou et Badjouda, les deux chefs indigènes hostiles à la France. Tout récemment, le Conseil des ministres a décidé que cette occupation serait maintenue et qu’on s’y établirait fortement afin de surveiller les régions non encore occupées. L’oasis d’In-Salah, qui se trouve dans le Tidikelt, est le principal entrepôt de la route allant du Maroc à la Tripolitaine, en passant par le Talifet, le Touat et Ghadamès. C’est un lieu d’échanges et d’approvisionnements pour les Touaregs qui sont les pires ennemis de l’influence européenne en Afrique. C’est à In-Salah que ces derniers fomentaient les complots qu’ils dirigeaient contre les voyageurs et les missions s’aventurant dans ces parages pour y porter la civilisation. On voit combien cette occupation était importante pour notre établissement dans le sud algérien.

 

Aujourd’hui, les habitants d’In-Salah se sont soumis à notre autorité et bientôt le télégraphe reliera l’Algérie à ce nouveau poste ; mais comme il faut toujours se méfier de surprises possibles le Gouvernement a envoyé d’El-Goléah une colonne volante chargée d’appuyer la mission Flamant et d’assurer à tout jamais un établissement qui consacre une œuvre de pénétration commencée depuis longtemps ».

 

Un autre incident est resté dans les annales comme « l’incident de Timiaouin » de 1904 : poursuivant une tribu récalcitrante, le lieutenant-colonel Laperrine se trouve arrêté à la frontière entre le Sahara et les territoires de l’Afrique Occidentale Française (AOF). Un commandant d’une unité de tirailleurs sénégalais interdit au lieutenant-colonel de poursuivre sa route. Il n’a pas à s’immiscer dans les affaires intérieures de l’AOF. Il s’en suivra des règlements de comptes dans les Etats-majors et une défiance, voir une rivalité, entre les hommes de « La Saharienne » et ceux de « La Coloniale ».

 

Il n’en demeure pas moins qu’à demander à chaque soldat ayant fait une partie de sa carrière – ou de son service militaire - en ces lieux les réponses sont toujours les mêmes avec des mots répétés inlassablement comme « plénitude », « rêve », « beauté des paysages », « aventure »… En guise d’illustration voici la lettre de Dominique Petit, lieutenant à la Compagnie méhariste Ajjer entre 1956 et 1958 (il écrit à sa tante Simone) : « Je t'adresse ces quelques lignes car je sais qu'elles te feront plaisir sachant que tu aurais peut-être aimé venir dans ce beau pays. Je suis actuellement avec mon peloton à Fort-Gardel à 150 km nord-ouest de Djanet. Voilà 1 mois que nous y sommes arrivés et déjà je songe à quitter ce lieu pour remonter plus au nord. Fort-Gardel est un endroit favorisé en ce sens qu'il y existe sept puits, une trentaine d'habitants qui cultivent de maigres jardins et aussi quelques zones de pâturages pour les chameaux. La région est très pauvre, comme toute l'Annexe du Tassili des Ajjer qui compte 5000 habitants pour 382.000 km2. Sur ces 5000 habitants, 2000 sont fixés à Djanet et 1000 à Fort-Polignac. Il reste donc 2000 nomades à se partager le reste du territoire. Ils sont d'ailleurs localisés dans les régions montagneuses plus riches au point de vue, de l'eau et des pâturages pour chameaux et chèvres.

 

La région Dider-lherir où je vais bientôt me rendre est un centre nomade assez important. J'ai sous mes ordres 47 méharistes dont 3 sous-officiers, 2 français, 1 targui et des chameaux, nos véhicules. J’en ai 63 plus ou moins en bonne forme mais, dans l'ensemble, assez forts pour remplir le travail demandé. En cette période de l'année où la chaleur est tombée à 25° de l0h30 à 17h30 et 4° la nuit, les bêtes ne vont à l'abreuvoir que tous les 8 jours au lieu de 3 à 4 jours l'été, ce qui nous permet de parcourir des distances importantes sans s'inquiéter du ravitaillement en eau pour les chameaux. Ainsi en 8 jours on pourrait facilement parcourir 400 km et dans la région qui m'occupe, les points d'eau sont beaucoup plus rapprochés entre eux que cette distance. La montagne recèle un nombre incalculable de « guelta », cuvettes de 3 à 15 mètres remplies d'eau de pluie et cette eau se conserve presque indéfiniment.

 

Je mène donc une vie nomade, mes affaires sont réduites au minimum, une cantine avec quelques effets de rechange, une petite caisse servant de bureau, un tapis, deux couvertures, une djellaba, un burnous, deux mezoued (grand sac de cuir en peau de chèvre) de fabrication locale dans lesquels se mettent diverses affaires et qui s'accrochent aux flancs du chameau, et la rahla (selle). C'est tout et la vie est belle. J'oubliais le calme reposant et l'horizon où la vue se perd, les masses noires des rochers immenses et les dunes roses, le ciel bleu. La nuit, les étoiles qui sont également nourriture de l'esprit.

 

Voilà ma chère tante, crois bien que je ne t’oublie pas ».

 

Sources :

 

  • Benjamin Stora, Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), La Découverte & Syros, 2004.
  • Pierre Montagnon, Histoire de l’Algérie : des origines à nos jours, Pygmalion, 1998 et La Légion étrangère, Pygmalion, 2006.
  • Georges Fleury, Comment l’Algérie devint française, Perrin, 2004.
  • Général Pierre Denis, Etude sur le comportement du dromadaire au Sahara, Ed. L’Harmattan, 2000.
  • Etienne de Montety, Des hommes irréguliers, Perrin, 2006.
  • Historia, 1972.
  • http://home.nordnet.fr/~joudart – Site de Jean-Jacques Oudart, ancien des Compagnies Sahariennes.

 

Les Compagnies méharistes sahariennes.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 15 Février 2013

 

tonkin-legion-etrangere-01

Légionnaires en renfort à Lao Kay (Tonkin – Copyright : www.photo-memory.eu )

 

Capitaine de Borelli, officier de la Légion : « A mes hommes qui sont morts, et particulièrement à la mémoire de Tiebald Streibler, qui m’a donné sa vie le 3 mars 1885 ».

 

 

Mes compagnons, c’est moi ; mes bonnes gens de guerre,

C’est votre Chef d’hier qui vient parler ici

De ce qu’on ne sait pas, ou que l’on ne sait guère ;

Mes Morts, je vous salue et je vous dis : Merci.

 

Il serait temps qu’en France on se prît de vergogne

A connaître aussi mal la vieille Légion

De qui, pour l’avoir vue à sa rude besogne

J’ai la très grande amour et la religion.

 

Or, écoutez ceci : « Déserteurs ! Mercenaires ! »

« Ramassis d’Etrangers sans honneur et sans foi ! »

C’est de vous qu’il s’agit, de vous, Légionnaires !

Ayez-en le cœur net, et demandez pourquoi ?

 

Sans honneur ? Ah ! passons ! Et sans foi ? Qu’est-ce à dire,

Que fallait-il de plus et qu’aurait-on voulu ?

N’avez-vous pas tenu, tenu jusqu’au martyre,

La parole donnée et le marché conclu ?

 

Mercenaires ? sans doute : il faut manger pour vivre ;

Déserteurs ? Est-ce à nous de faire ce procès ?

Etrangers ? Soit. Après ? Selon quel nouveau livre

Le maréchal de Saxe était-il donc Français ?

 

Et quand donc les Français voudront-ils bien entendre

Que la guerre se fait dent pour dent, œil pour œil

Et que des Etrangers qui sont morts, à tout prendre,

Chaque fois, en mourant, leur épargnaient un deuil.

 

Aussi bien c’est assez d’inutile colère,

Vous n’avez pas besoin d’être tant défendus ;

Voici le Fleuve Rouge et la Rivière Claire

Et je parle à vous seuls de vous que j’ai perdus !

 

Jamais garde de Roi, d’Empereur, d’Autocrate,

De Pape ou de Sultan, jamais nul Régiment

Chamarré d’or, drapé d’azur ou d’écarlate,

N’allez d’un air plus mâle et plus superbement.

 

Vous aviez des bras forts et des tailles bien prises,

Qui faisaient mieux valoir vos hardes en lambeaux ;

Et je rajeunissais à voir vos barbes grises,

Et je tressaillais d’aise à vous trouver si beaux.

 

Votre allure était simple et jamais théâtrale ;

Mais, le moment venu, ce qu’il eût fallu voir,

C’était votre façon hautaine et magistrale

D’aborder le « Céleste » ou de le recevoir.

 

On fait des songes fous, parfois, quand on chemine,

Et je me surprenais en moi-même à penser,

Devant ce style à part et cette grand mine

Par où nous pourrions bien ne pas pouvoir passer ?

 

J’étais si sûr de vous ! Et puis, s’il faut tout dire,

Nous nous étions compris : aussi de temps en temps,

Quand je vous regardais vous aviez un sourire,

Et moi je souriais de vous sentir contents.

 

Vous aimiez, troupe rude et sans pédanterie,

Les hommes de plein air et non les professeurs ;

Et l’on mettait, mon Dieu, de la coquetterie

A faire de son mieux, vous sachant connaisseurs.

 

Mais vous disiez alors : « La chose nous regarde,

Nous nous passerons bien d’exemples superflus ;

Ordonnez seulement, et prenez un peu garde,

On vous attend … et nous on ne nous attend plus ! »

 

Et je voyais glisser sous votre front austère

Comme un clin d’œil ami doucement aiguisé,

Car vous aviez souvent épié le mystère

D’une lettre relue ou d’un portait baisé.

 

N’ayant à vous ni nom, ni foyer, ni Patrie

Rien où mettre l’orgueil de votre sang versé,

Humble renoncement, pure chevalerie,

C’était dans votre chef que vous l’aviez placé.

 

Anonymes héros, nonchalants d’espérance,

Vous vouliez, n’est-ce pas, qu’à l’heure du retour,

Quand il mettrait le pied sur la terre de France,

Ayant un brin de gloire, il eût un peu d’amour.

 

Quant à savoir si tout s’est passé de la sorte,

Et si vous n’êtes pas restés pour rien là-bas,

Si vous n’êtes pas morts pour une chose morte,

O mes pauvres amis, ne le demandez pas !

 

Dormez dans la grandeur de votre sacrifice,

Dormez que nul regret ne vienne vous hanter ;

Dormez dans cette paix large et libératrice

Où ma pensée en deuil ira vous visiter !

 

Je sais où retrouver, à la suprême étape

Tous ceux dont la grande herbe a bu le sang vermeil,

Et tous ceux qu’ont engloutis les pièges de la sape,

Et tous ceux qu’ont dévorés la fièvre et le soleil ;

 

Et ma pitié fidèle, au souvenir unie,

Va du vieux Wunderli qui tomba le premier

Et suivant une longue et rouge litanie

Jusqu’à toi, mon Streibler, qu’on tua le dernier !

 

D’ici je vous revois, rangés à fleur de terre

Dans la fosse hâtive où je vous ai laissés,

Rigides, revêtus de vos habits de guerre

Et d’étranges linceuls faits de roseaux tressés.

 

Les survivants ont dit – et j’ai servi de prêtre !

L’adieu du camarade à votre corps meurtri ;

Certain geste fut fait bien gauchement peut-être,

Pourtant je ne crois pas que personne en ait ri !

 

Mais quelqu’un vous prenait dans sa gloire étoilée

Et vous montrait d’en haut ceux qui priaient en bas,

Quand je disais pour tous, d’une voix étranglée,

Le Pater et l’Ave – que tous ne savaient pas !

 

Compagnons, j’ai voulu vous parler de ces choses,

Et dire en quatre mots pourquoi je vous aimais :

Lorsque l’oubli se creuse au long des tombes closes,

Je veillerai du moins et n’oublierai jamais.

 

Si parfois, dans la jungle où le tigre vous frôle

Et que n’ébranle plus le recul du canon,

Il vous semble qu’un doigt se pose à votre épaule,

Si vous croyez entendre appeler votre nom.

 

Soldats qui reposez sous la terre lointaine,

Et dont le sang me laisse des remords,

Dites-vous simplement : « C’est notre Capitaine

Qui se souvient se nous … et qui compte ses Morts. »

 

 

 

 

Poème du capitaine de Borelli, officier de la Légion. Avec l’aimable autorisation de la Délégation du Souvenir Français de Chine.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale