la coloniale

Publié le 4 Septembre 2022

Les coloniaux : Paul Joalland.

Fils d’un capitaine d’artillerie de marine, Paul Joalland nait le 8 novembre 1870 en Guadeloupe. Il fait des études au lycée Dupuy-de-Lôme de Lorient. En 1889, il suit les traces de son père et devient à son tour officier dans l’artillerie. Affecté au 1er régiment d’artillerie coloniale (RAC), il est envoyé en Indochine où il combat les Pavillons noirs.

En 1894, après un passage à l’école d’infanterie de Versailles, il est muté au Soudan. Là-bas, il est promu lieutenant. Retour en France l’année suivante pour un poste à l’école de pyrotechnie à Toulon. Il y rencontre le capitaine Voulet, connu chez les officiers de la Coloniale pour avoir mené avec succès une expédition dans le pays mossi (Burkina Faso). Joalland lui demande d’être de la prochaine mission en Afrique.

C’est ainsi que Paul Joalland participe à la Mission Voulet-Chanoine commandée par les capitaines Voulet et Chanoine. Très vite, la colonne est confrontée à des attaques incessantes et se distingue par des représailles violentes. Lorsqu'ils sont connus, ces actes barbares sont condamnés par le gouvernement qui décide de placer Voulet et Chanoine en état d'arrestation. Le colonel Klobb est désigné pour retrouver et arrêter les deux capitaines. Il prend comme adjoint le lieutenant Meynier. Le colonel Klobb rejoint Voulet à Dankori le . Voulet n'obéit pas aux ordres de Klobb, le menace et finalement le tue. Meynier est légèrement blessé. Paul Joalland et les autres officiers de la colonne décident de la quitter. Ils rejoignent, avec le lieutenant Meynier, Nafouta au Soudan.

Quelques jours plus tard, Chanoine et Voulet sont abattus par les tirailleurs soudanais qui refusent de les suivre et rejoignent les autres officiers. Le lieutenant Pallier, qui est le plus âgé, secondé du lieutenant Joalland, prend alors le commandement de la colonne. Ils prennent Zinder (Niger). Le lieutenant Pallier décide de rejoindre le Soudan et confie à Joalland le commandement de la colonne, secondé par le lieutenant Meynier. La colonne prend ainsi le nom de mission Joalland-Meynier. Paul Joalland est promu au grade de capitaine à compter du .

Le capitaine Joalland pacifie le pays. Il organise Zinder et confie au sergent Bouthel le commandement de la place. La mission continue et fort d'une escorte de 165 hommes, le capitaine Joalland se lance le vers le Kanem. La colonne atteint le lac Tchad le . L'expédition repart le . Après la bataille de N’Gouri, les troupes s'emparent de la capitale du Kanem et placent ce pays sous le protectorat de la France. Le , la jonction est faite avec la mission Gentil et la mission Foureau-Lamy (se reporter, sur ce site, aux portraits du commandant Lamy et d’Emile Gentil dans la catégorie La Coloniale). Le commandant Lamy prend le commandement de l'ensemble des missions et s'installe à Kousséri. Le , l'attaque du camp fortifié de Rabah est décidée et les troupes françaises sont victorieuses et Rabah est tué. Le commandant Lamy décède de ses blessures. Le capitaine Joalland retourne à Zinder, où son prestige auprès du sultan de Zinder est immense. Il quitte Zinder le .

Le , le capitaine Joalland arrive à Marseille. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur. Il reçoit également la médaille coloniale avec agrafe en or. Il se marie en . Il poursuit sa carrière d'officier colonial en Cochinchine (1902-1903) puis au Tonkin (1905-1907). Il est promu commandant en 1907.

En 1914, il part au front à la tête d'un groupe de batteries du 29e régiment d’artillerie. Il est promu lieutenant-colonel en 1915 et participe aux opérations en Alsace et sur le front de Soissons à Saint-Quentin. Il se distingue particulièrement à l'attaque de Seppois qui précède la première offensive de Verdun et termine la guerre avec le grade de colonel.

À la fin du conflit, il retrouve les colonies et commande l'artillerie à Madagascar. Il prend en 1922 le commandement du 1er régiment d'artillerie coloniale (RAC) à Lorient basée au quartier Frébault. En 1925, il repart en Afrique-Occidentale française.

Il prend sa retraite à Lorient. Le , il est promu général de brigade au titre de réserve. Il décède le à Lorient lors des premiers bombardements de la ville par la Royale Air Force. Il avait écrit Le Drame de Dankon : mission Voulet-Chanoine – Mission Joalland-Meynier, paru aux Editions Argo en 1930.

 

Sources :

  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Ministère des Armées.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 6 Juin 2022

Les coloniaux : Hubert Lyautey.

Hubert Lyautey nait à le 17 novembre 1854.

Issu d’une vieille famille franc-comtoise, Hubert Lyautey, comment nombre de ses ancêtres (notamment sous le Premier empire) se destine très tôt à la carrière militaire et entre à Saint-Cyr en 1873. Après avoir poursuivi sa formation à l’école de guerre, il est envoyé en Algérie où il demeure deux ans comme officier de cavalerie. Rentré en Europe, Lyautey, fervent monarchiste, rend visite dans son exil au comte de Chambord, pour lui témoigner son dévouement. Mais, devant la division et la faiblesse des royalistes, ce légitimiste de cœur doit cependant se rallier, par raison, à la République.

En 1894, Hubert Lyautey, qui est appelé à accomplir l’essentiel de sa carrière hors de la métropole, quitte de nouveau la France pour le Tonkin d’abord, puis pour Madagascar, en 1897, où il part avec Gallieni. Devenu colonel, en 1900, Lyautey parvient à pacifier la région et à en favoriser le développement économique.

En 1903, il est appelé par le gouverneur général Jonnart, en Algérie. Œuvrant avec efficacité pour le maintien de la paix, il y reçut ses étoiles de général. En 1912 enfin, celui qu’on allait surnommer Lyautey l’Africain devient le premier résident général de France au Maroc. Il donne là toute la mesure de son génie de stratège et de grand administrateur. Ayant pris rapidement une connaissance parfaite de la région, du terrain et des mœurs comme des tribus, il est soucieux de respecter la religion islamique dont il s’instruit, et de respecter aussi la personne du sultan, Commandeur des croyants. Il sait s’attirer la confiance des élites locales, prenant dans son sens exact le terme de protectorat. Il sait pacifier et il sait bâtir, créant notamment avec Casablanca les premières structures du Maroc moderne.

Pendant la première guerre mondiale, il quitte temporairement ses fonctions pour devenir, entre décembre 1916 et mars 1917, ministre de la Guerre dans le cabinet Briand. Après avoir regagné le Maroc, il est fait, en 1921, maréchal de France. Mais l’hostilité du cartel des gauches lui ôte, durant le gouvernement Painlevé, le commandement des troupes engagées contre la rébellion d’Abd-el-Krim pour les confier à Pétain, ce qui le conduit à donner sa démission et à rentrer définitivement en France, en 1925. Il y remplit, avant de mourir, une dernière mission : l’organisation de l’Exposition coloniale de 1931.

Caractère exceptionnel, doué d’une remarquable intelligence dans l’action, Hubert Lyautey a consacré quelques ouvrages au métier militaire. L’essai qu’il publie en 1891 dans La Revue des deux mondes, Du rôle social de l’officier dans le service militaire universel, dans lequel il fait connaître sa conception humaniste de l’armée, a un grand retentissement et influence toute une génération d’officiers. Il développe ces thèmes dans un ouvrage, Le rôle social de l’armée (1900), et publie également Dans le sud de Madagascar, pénétration militaire, situation politique et économique (1903), le fruit de son expérience coloniale.

Hubert Lyautey n’est pas encore maréchal de France quand il est élu à l’Académie française, le 31 octobre 1912, au fauteuil d’Henry Houssaye par 27 voix. Il n'est reçu qu’après la guerre, le 8 juillet 1920, par Mgr Duchesne.

Mort en France, le 27 juillet 1934, Lyautey est, selon ses dernières volontés, enseveli à Rabat. En 1961, après l’indépendance du pays, sa dépouille est ramenée en France pour être déposée aux Invalides.

 

Sources :

  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Site de l’Académie française.
  • Lyautey par André Le Révérend, Fayard, 1989.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 13 Décembre 2021

Les coloniaux : Louis Delaporte.

Louis Delaporte nait le 11 Janvier 1842 à Loches (Indre-et-Loire). Très jeune, il décide d'être marin et est reçu à l’École navale de Brest en 1858. Nommé aspirant, il embarque en 1861 pour le Mexique au moment de l’intervention française demandée par Napoléon III.

Enseigne de vaisseau quelques années plus tard, Louis Delaporte est plus remarqué par ses talents de dessinateur que par son sens de la guerre. De fait, le capitaine de frégate Ernest Doudart de Lagrée l’emmène avec lui en Cochinchine (1866) pour la Mission d’exploration du Mékong, mission d'exploration et de recherche des sources du fleuve.

Delaporte découvre à cette occasion le site d'Angkor. Mais, la mission tourne au désastre à cause des conditions climatiques et sanitaires. La remontée du fleuve est abandonnée et le retour se fait par le Yang-Tseu-Kiang. Doudart de Lagrée y laisse la vie et les survivants regagnent Saïgon par la mer sous le commandement de Francis Garnier.

La découverte d'Angkor est pour Delaporte la révélation de tant de beauté et de splendeur qu’il décide de faire connaître l’art khmer à toute l’Europe. Il indique : « Je n’admirais pas moins la conception hardie et grandiose de ces monuments que l’harmonie parfaite de toutes leurs parties. […L’art khmer…] s’écarte, il est vrai, de ces grandes œuvres classiques du bassin de la Méditerranée qui pendant longtemps ont seules captivé notre admiration : ce ne sont plus ces colonnades majestueuses ; ce sont au contraire des formes laborieuses, complexes, tourmentées : superpositions, retraits multiples, labyrinthes, galeries basses à jour, tours dentelées, pyramides à étages et à flèches innombrables ; une profusion extrême d’ornements et de sculptures qui enrichissent les ensembles sans en altérer la dignité ; c’est, en un mot, une autre forme de beau. » A cette occasion, Louis Delaporte dégage le temple du Bayon et relève les plans d'Angkor Vat.

De retour en France en 1868, il est promu au grade de lieutenant de vaisseau et ai fait chevalier de la Légion d’honneur. Quand la guerre de 1870 éclate, il est appelé à la surveillance des côtes françaises dans le Nord. Cependant, il n'oublie pas pour autant les splendeurs aperçues quelques années auparavant à Angkor. Il ne repart qu'en 1873–74, avec l'appui de la Société de géographie en mission officielle d’étude.

Louis Delaporte obtient des ministères de la Marine, des Affaires étrangères et de l'Instruction publique, une double mission : celle de vérifier la navigabilité du fleuve Rouge de son delta jusqu'au Yunnan et celle de constituer la première collection officielle d'art khmer en France.

Louis Delaporte, dans des conditions très difficiles, effectue une « moisson archéologique » constituée de statues, fragments d'architecture et moulages, auxquels s'ajoutent documents topographiques et dessins. Louis Delaporte prélève quelques pièces qu'il souhaite arracher à la nature qu'il perçoit comme profondément destructrice, qui sont par la suite ramenées en France grâce à la canonnière Javeline. Le roi Norodom 1er du Cambodge accepte cette prise de patrimoine en témoignage de la grandeur et de l’ancienneté de la civilisation khmère.

Mais le musée du Louvre refuse d'accueillir la centaine de caisses d'antiquités débarquées à Toulon. C'est finalement au château de Compiègne que Delaporte réussit à faire ouvrir une salle d'exposition pour cet art encore peu reconnu. Ce n'est qu'en 1878 que, grâce à l'Exposition universelle de 1878 exposant ces œuvres au Palais du Trocadéro, que l'intérêt du public et des scientifiques s'éveille. Il faut cependant attendre 1882 pour qu'une aile du Trocadéro soit consacrée officiellement à un musée de l'Art Khmer.

Delaporte effectue en 1881 un dernier voyage sur place mais il tombe gravement malade et désormais devra rester en France. Cette expédition permet d'enrichir encore le fonds du musée.

En 1889, le musée Khmer devient musée Indochinois et s'ouvre largement sur l'ensemble des arts de l'Asie du Sud-Est. En 1894, il recrute comme assistant Charles Carpeaux le fils du célèbre sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux qui deviendra par la suite archéologue et photographe en Indochine au Sanctuaire de My Son au côté d'Henri Parmentier et à Angkor au côté d'Henri Dufour. C'est grâce à Louis Delaporte qu'entre 1894 et 1901, pendant sept ans, Charles Carpeaux y acquiert une connaissance très pointue sur l'ensemble des statues sculptées sur les temples en étant capable d'en deviner les divinités qu'elles représentaient.

C'est aussi un peu grâce à lui et à l'intérêt qu'il a su éveiller pour les arts du Cambodge qu'en 1898 est fondée à Hanoï l’École française d’Extrême-Orient (EFEO).

La Conservation d’Angkor est créée dès 1908 afin de mettre les plus belles pièces à l’abri des convoitises tout en les restaurant, tandis que l’arsenal législatif se durcit. « Pas une pierre ne quittera désormais sa place sans une autorisation régulière. La période nomade est close et espérons-le, définitivement », peut-on lire dans un compte-rendu de séance datant de 1901.

Devenu conservateur, Louis Delaporte dirige son musée du Trocadéro avec peu de moyens mais avec une passion intacte. Il y passe tout son temps avec sa grande blouse blanche, soit dans son vaste et froid sous-sol converti en atelier de moulage, soit dans son petit cabinet de travail encombré de plans et de dessins, ou encore sur le haut de l'échelle, rectifiant à la gouge les détails d'ornementations.

Louis Delaporte meurt l'année suivante, le 3 mai 1925 à l'âge de 83 ans. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

 

Sources :

  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Ministère des Armées.
  • Vincent Charpentier. Avec Pierre Baptiste, conservateur en chef et Thierry Zéphir, ingénieur au musée Guimet, « Angkor de la découverte à la création d'un mythe », sur INRAP : Le Salon noir, .
  • Louis Delaporte. Explorateur (1842 - 1925) par René de Beauvais - Paris 1929.

 

Louis Delaporte et ses collègues de la mission Mékong.

Louis Delaporte et ses collègues de la mission Mékong.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 28 Août 2021

Joseph Joffre en 1889.

Joseph Joffre en 1889.

1885. Joseph Joffre a trente-trois ans.

Issu de l’école Polytechnique, il est de l’arme du génie. En 1872, il est entré à l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie de Fontainebleau et a épousé Marie-Amélie Pourcheiroux, qui meurt en couches, deux années plus tard. Après une décennie à travailler aux fortifications de Paris, du Jura puis des Pyrénées-Orientales, dont il est originaire, il a demandé sa mutation en Extrême-Orient. Demande acceptée au début de l’année 1885.

Il est donc envoyé sur l’île de Formose (Taiwan). Nommé chef du génie sous les ordres de l’amiral Courbet, il prend en charge la fortification de la base de Chilung. L’objectif qui lui a été fixé est simple : dans la cadre de la guerre franco-chinoise, Joffre doit assurer la mainmise de la République française sur le Tonkin. Si l’Annam a accordé un protectorat français sur cette région du nord de l’actuel Vietnam, la conquête puis la pacification ne sont pas des campagnes faciles.

A la tête du génie, le capitaine Joffre est chargé d’organiser des postes de défense, d’améliorer les hôpitaux, d’ouvrir de nouvelles routes, des digues et des bureaux pour que l’armée puisse prendre possession de ses nouveaux territoires. Alors que la Chine abandonne toute prétention sur le Tonkin, Joffre gère le conflit contre ce qu’il reste des Pavillons Noirs, et qui sont devenus plutôt des bandits de grand chemin que des soldats assurant la lutte contre le colonisateur français.

En 1888, Joffre quitte le Tonkin, après avoir reçu la Légion d’honneur et avoir été cité à l’ordre de la division. Son retour en métropole va prendre plusieurs mois car il passe par la Chine, le Japon puis les Etats-Unis.

En septembre 1888, promu au grade de commandant, il est nommé au cabinet du directeur du génie. Il se spécialise dans la logistique ferroviaire. Ce poste ne dure guère : au début de l’année 1891, il est affecté au 5e régiment du génie puis à l’Ecole d’application de l’artillerie et du génie.

En octobre 1892, Joffre est envoyé en Afrique, dans la région du Soudan français (Mali). Il y dirige la construction d’une ligne de chemin de fer entre la capitale de cette région et Bamako. Au début de l’année 1894, Grodet, gouverneur du Soudan français confie au commandant Joffre une colonne pour continuer la conquête au nord de Bamako. Ainsi, Tombouctou tombe-t-elle aux mains des Français. Pour son fait d’armes, Joffre est nommé lieutenant-colonel.

Entre deux missions, de passage à Paris, il revoit une ancienne connaissance, Henriette Penon, à qui il fait un enfant, Germaine, qui viendra au monde le 1er janvier 1898 (Joffre épousera Henriette, civilement, en 1905).

Colonel en 1900, Joffre participe à la colonisation de Madagascar sous les ordres du général Gallieni. Au cours de son séjour malgache, et après vaincu des résistances locales, après avoir assuré la fortification du port de Diego-Suarez, Joffre est fait général de brigade et reçoit les insignes de commandeur de la Légion d’honneur.

Le général Joffre retourne en France au printemps de l’année 1903. On connait la suite : directeur du génie au ministère de la Guerre, chef de l’Etat-major de l’armée française, il va éviter à sa tête une défaite en 1914, et sous son commandement va remporter les victoires de la Marne puis de Verdun. Victoires ternies par les terribles batailles, pour peu de gains de terrains, de Champagne en 1915 et de la Somme en 1916.

Fait maréchal de France à la fin de l’année 1916, académicien, Joseph Joffre meurt en 1931.

 

Sources :

  • Joffre, Arthur Conte, Ed. Olivier Orban.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Ministère des Armées.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 24 Juillet 2021

Les coloniaux : le maréchal Gallieni.

Joseph Gallieni nait en 1849 en Haute-Garonne. Il est d’origine italienne. Son père est officier d’infanterie.

En 1868, Joseph intègre l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr et en sort deux années plus tard avec le grade de sous-lieutenant. A la tête d’une section du 3e régiment d’infanterie de marine il participe à la Guerre franco-prussienne, notamment à Bazeilles. Blessé et fait prisonnier, il ne va rentrer en France que le 11 mars 1871.

En 1873, promu lieutenant, il passe trois années à la Réunion au sein du 2e régiment d’infanterie de marine. En 1876, ayant été muté au sein des tirailleurs sénégalais, il embarque pour Dakar, et de là, mène plusieurs expéditions en Afrique noire, entre autres l’exploration du fleuve Niger et l’établissement de postes aux frontières de l’Empire toucouleur. Ses succès lui permettent de passer capitaine en 1878.

Entre 1883 et 1886, nommé lieutenant-colonel, il est en Martinique puis est de nouveau affecté en Afrique. L’armée lui confie le commandement supérieur du Haut-Fleuve, c’est-à-dire la colonie du Sénégal. Il obtient des succès face aux chefs locaux comme Ahmadou ou Samary Touré. Son successeur, Louis Archinard arrive en 1888.

Joseph Gallieni est de retour en France où il est breveté d’état-major puis reçoit les galons de colonel. De 1892 à 1896, il est envoyé au Tonkin où il commande le 3e régiment de tirailleurs tonkinois.

Il lutte contre les pirates chinois puis consolide la présence française en organisant l’administration du pays. Son principal collaborateur est alors le commandant Lyautey. C’est à cette époque qu’il élabore les prémices de ce qui est convenu d’appeler sa doctrine coloniale, tels que la « tache d’huile », et la « politique des races », raffinement de la politique du diviser pour régner. Il s’exprime en outre avec une brutale franchise sur la méthode à suivre pour affermir les conquêtes coloniales : « Frapper à la tête et rassurer la masse égarée par des conseils perfides et des affirmations calomnieuses, tout le secret d’une pacification est dans ces deux termes. En somme, toute action politique dans la colonie doit consister à discerner et mettre à profit les éléments locaux utilisables, à neutraliser et détruire les éléments locaux non utilisables. »

Promu général de brigade en 1896, il est envoyé à Madagascar en tant que résident général. La cour royale, foyer de résistance contre la France, est placée sous surveillance. Il convient d’ajouter qu’à la méthode diplomatique, Gallieni opte plutôt pour la méthode rugueuse. Cela abouti à la déchéance de la reine Ranavalona III, exilée sur l’île de la Réunion. Cependant, dans le même temps, le général fait couvrir Madagascar d’infrastructures : chemin de fer, ponts, établissements publics, écoles laïques dans lesquelles sont dispensés des cours en français.

A Madagascar, comme auparavant en Indochine, Gallieni fait appliquer la politique dite de politique des races, qui consiste dans la reconnaissance de l’identité de chaque groupe ethnique et la fin de leur subordination à un autre groupe ethnique.

En août 1899, Joseph Gallieni est promu général de division. Depuis son séjour au Soudan, il a gagné de nombreuses relations au sein de ce que l'on nomme le « Parti colonial », un groupe de pression qui regroupe parlementaires, journalistes et représentants de chambres de commerce. Il publie plusieurs ouvrages narrant son expérience coloniale et y gagne une réputation d'administrateur capable. Il est alors considéré comme l'un des grands chefs militaires du moment.

À son retour définitif en France, en 1905, il a encore dix années devant lui avant la retraite. Il les consacre à préparer « la Revanche ». Gouverneur militaire de Lyon et commandant du 14e corps d’armée dès son retour, Grand-croix de la Légion d’honneur en novembre 1905, il est appelé au Conseil supérieur de la guerre en août 1908. Pressenti pour devenir commandant en chef de l’Armée française en 1911, il refuse l’offre pour la laisser au général Joffre, qui avait été l'un de ses adjoints à Madagascar, en prétextant son âge et sa santé.

Il prend sa retraite en avril 1914, mais il est rappelé en août après le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le 26 août 1914, il est nommé gouverneur militaire de Paris. Alors que les Allemands approchent et que le gouvernement part pour Bordeaux en catastrophe, Gallieni met la ville en état de défense, rassure les Parisiens par une proclamation et contribue à la victoire de la Marne, en septembre 1914, grâce, notamment, aux troupes, commandées par le général Edgard de Trentinian, qu’il envoie en renfort, après avoir réquisitionné les taxis parisiens.

Le 29 octobre 1915, il est nommé ministre de la Guerre du 5e gouvernement d’Aristide Briand. Il entre en conflit avec Joffre et évoque publiquement les erreurs commises à Verdun. Briand le désavoue et il est contraint de démissionner le 10 mars 1916.

Ayant des problèmes de santé, notamment un cancer de la prostate, il meurt le 27 mai 1916. Après des funérailles nationales et conformément à ses dernières volontés, il est inhumé auprès de son épouse dans le cimetière de Saint-Raphaël.

Il est élevé à la dignité de maréchal de France à titre posthume en mai 1921. La promotion de Saint-Cyr de 1927 et l’avenue traversant l’esplanade des Invalides portent son nom.

 

Sources :

  • Gallieni, par Marc Michel, Ed. Fayard.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Ministère des Armées.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 23 Janvier 2021

Les coloniaux : le colonel d’Aubignosc.

Les Zouaves.

Louis-Philibert d'Aubignosc (1774-1848) entre dans l’armée comme officier de cavalerie. Après quelques affectations, il passe dans l’artillerie de marine. Nommé administrateur général de l'armée d’Italie, il participe à la campagne d’Egypte. Arabisant, élève de Silvestre de Sacy, il fait partie des orientalistes (dits « interprètes de l'armée ») emmenés par Bonaparate ; il y est fait prisonnier par les Turcs. Par la suite, il forme des élèves interprètes, appelés « guides interprètes de l’armée », corps désormais militaire institué en 1803.

En 1808, il est nommé commissaire-administrateur des domaines, des forêts et de la contribution foncière en Russie. Par décret du 29 janvier 1811, il est nommé commissaire général de police, puis directeur général de la police impériale à Hambourg, chargé de lutter contre la contrebande et de surveiller l'opinion, sous la direction de Jean-François Alexandre Boudet de Puymaigre.

En 1830, il participe à l'expédition d’Alger comme membre de l'état-major du général de Bourmont et, le 6 juillet 1830, lendemain de la reddition d’Alger, il est nommé, en tant que lieutenant général de police membre de la « commission de gouvernement » instituée alors par le commandant en chef.

Comme lieutenant général de la police, d’Aubignosc a sous ses ordres, un inspecteur, deux commissaires de police et une brigade de sûreté maure, composée de vingt agents commandés par un mezouar. À la fin du mandat de Bourmont, relevé de ses fonctions vers le 15 août (à la suite de la Révolution de Juillet), il élabore avec le concours du capitaine Yusuf (Joseph Vantini), un projet d'unité indigène de zouaves, en utilisant des soldats précédemment au service de la régence d’Alger, les janissaires.

Le général Clauzel, successeur de Bourmont, reprend ce projet. Un arrêté du 1er octobre 1830 crée un bataillon de zouaves indigènes ; la décision est entérinée par une ordonnance royale du 21 mars 1831.

 

Les unités d’infanterie légère de zouaves, qui appartiennent toutes à l’Armée d’Afrique, sont alors composées d’indigènes – comme il était coutume de dire à l’époque – et aussi de nombreux métropolitains, venus chercher de l’aventure. Les unités de zouaves sont parmi les plus citées et décorées de l’Armée française.

 

Faire le zouave.

Au ministère des Armées, l’expression « faire le zouave » est prise très au sérieux. Et deux hypothèses s’avancent… La première affirme que ce corps d’armée réputé imposait une telle rigueur et une telle discipline que les soldats qui le composaient en devenaient idiots. Une idée fausse quand on sait que les régiments de zouaves se sont illustrés sur de nombreux champs de bataille, notamment pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, puis en Algérie et en Indochine. Des idiots en auraient été bien incapables...

La deuxième hypothèse se baserait sur l’uniforme particulier porté par les zouaves. Il était composé d’un pantalon bouffant, de guêtres blanches, d’une longue ceinture (de 3 m !), d’une veste courte, d’une chéchia ornée d’un gland coloré et d’un turban… Cet uniforme assez particulier, qui démarquait les zouaves des autres corps de l’armée française, remportait un grand succès auprès du public lors des défilés militaires. Mais avec le temps, il est possible que cette tenue originale ait été considérée comme drôle et par déformation, la tenue drôle ait fait pensé à un clown. Tout le contraire des zouaves donc, réputés pour leur courage, leur discipline et leur ardeur au combat.

 

Sources :

 

 

Le colonel d’Aubignosc.

Le colonel d’Aubignosc.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 6 Septembre 2020

Les coloniaux : le commandant Marchand.

La mission Congo-Nil.

La politique française d’expansion impérialiste en Afrique noire, engagée dès le second Empire, s’amplifie sous la IIIe République : Congo (1880), Djibouti et côte somalienne (1888), Guinée et Soudan (1891), Côte d’Ivoire et Dahomey (1893) sont conquis.

Ayant le projet de relier ses possessions de Dakar à Djibouti, la France décide, en 1896, d’envoyer une mission d’exploration militaire en Afrique, dont le commandement est confié à Jean-Baptiste Marchand, officier des tirailleurs sénégalais depuis 1887.

La « mission Congo-Nil » parvient jusqu’à Fachoda, mais les Britanniques, qui souhaitent aussi contrôler ces territoires situés au sud de l’Égypte, exigent le départ des Français. C’est la « crise de Fachoda » (juillet à novembre 1898), durant laquelle les troupes du général Kitchener sont prêtes à attaquer celles que commande Marchand. Dans une atmosphère de grande tension, alimentée par le nationalisme des populations qui suivent l’affaire avec passion, une solution diplomatique est finalement trouvée : le gouvernement français ordonne à Marchand de se retirer.

Pour avoir mené cette expédition, résisté aux Britanniques et n’être parti que par obéissance, le commandant reprend du service en 1914 en tant que colonel de réserve et est promu général de brigade en février. Il est par la sutie blessé au cours de la seconde bataille de Champagne le 25 septembre 1915, mais il survit et participe à la guerre jusqu’à l’armistice.

Avec le grade de général de division, Jean-Baptiste Marchand quitte l’armée définitivement le 4 avril 1919.

 

Une carrière politique.

Sa carrière civile a nettement moins d’éclat que sa carrière colonaile. Il entre en journalisme et s’essaye à la politique, mais sans grand succès : en 1906, il se présente à Paris aux élections législatives sous l’étiquette Républicain démocrate. En tête au 1er tour, il est battu au 2e avec 49 % des voix par le socialiste Arthur Groussier. En 1910, il épouse Raymonde de Serre de Saint-Roman, qui possède des biens à Saint-Roman-de-Codières et à Sumène dans le Gard. Marchand y vient désormais souvent et y est élu en 1913 conseiller général du canton de Sumène. Il le reste jusqu’en 1925.

 

Le général de division Jean-Baptiste Marchand meurt à Paris le 13 janvier 1934, à l’âge de 71 ans.

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Ce texte – dans sa partie coloniale – a été écrit par Alban Sumpf.
  • Site www.histoire-image.org

 

Les coloniaux : le commandant Marchand.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 7 Août 2020

Les coloniaux : Pierre Savorgnan de Brazza.

L’explorateur.

Né le 26 janvier 1852 et élevé à Rome, sous le nom de Pietro Savorgnan di Brazza, le futur explorateur est le fils du comte Ascanio Savorgnan di Brazza, un noble d’Udine, issu d’une famille patricienne de la République de Venise. Le jeune Pietro a douze frères et sœurs.

Avec l’aide d’amis de son père, Pietro vient à Paris et suit les cours du collège Sainte-Geneviève. Puis il réussit le concours d’entrée à l’Ecole navale de Brest. Il en sort enseigne de vaisseau et embarque sur la Jeanne d’Arc pour l’Algérie. Là-bas, il est horrifié par la violence de la répression de la révolte kabyle par les troupes françaises. Alors que la Guerre franco-prussienne vient d’être déclarée, il demande son affectation dans une unité de combat. Tout en ayant obtenu sa naturalisation française, il est envoyé sur le cuirassé La Revanche, en mer du Nord.

Avec l’avénement de la IIIe République, il est nommé sur un navire qui fait régulièrement escale au large du Gabon. En 1874, il rentre en métropole, passe son diplôme de capitaine au long cours afin de demeurer dans la Marine nationale et demande des subsides au Gouvernement (Jules Ferry et Léon Gambetta) afin de pouvoir explorer le fleuve Ogooué. A deux reprises, Brazza remonte le fleuve et prouve qu’il est différent du fleuve Congo.

 

Fondation de la future Brazzaville.

 

Jules Ferry est conquis par ce jeune capitaine plein d’allant, et qui se trouve au cœur des préoccupations du ministre de l’Instruction publique : la course à l’Empire colonial ; l’expansion économique ; la restauration du prestige national. Aussi, autorise-t-il Brazza à mener une nouvelle expédition. Il s’agit aussi de contrer les visées coloniales belges sur le continent africain (le roi des Belges veut avoir tout le centre de l’Afrique pour son pays).

Parti le 27 décembre 1879, Brazza atteint le fleuve Congo en 1880. Il propose à Illoy 1er, chef des Téké de Mbé, de placer « son pays » sous la protection de la France. Ce chef, poussé par des intérêts commerciaux et par la possibilité d’affaiblir ses rivaux, signe le traité, permettant aussi un établissement français à Nkuna sur le Congo, endroit appelé plus tard Brazzaville. En tentant de rallier l’océan depuis Franceville, Brazza tombe par hasard sur le but premier de ses recherches : les sources de l’Oggoué.

De retour en France, Brazza popularise ses découvertes grâce à de nombreuses réunions publiques et aux compte-rendus qui en sont faits par les journaux. En 1883, de nouveaux crédits sont votés pour une troisième expédition. Un livre, qui va alors connaître un large succès, illustre cette expédition.

En novembre 1885, Brazza est nommé commissaire général du Congo français. Des journalistes font état de salaires décents et de conditions humaines qui contrastent avec le régime personnel du roi des Belges Léopold II, sur l’autre rive du Congo. Mais son succès lui procure aussi des inimitiés et il est soumis à une intense campagne de dénigrement.

 

Naissance d’une légende.

Le 12 août 1895, Pierre de Brazza épouse Thérèse Pineton de Chambrun, descendante de La Fayette. Le couple aura quatre enfants : Jacques (1899-1903), Antoine (1900-1947), Charles (1901-1962) et Marthe (1903-1949).

Deux années plus tard, il s’oppose à la decision du ministre des Colonies, André Lebon, de soumettre les territoires qu’il a gagnés à la France au régime des concessions, déjà en vigueur au Congo belge, et qui livrerait les populations à la cupidité de certaines sociétés, chargées de mettre en « valeur » le territoire. En avril 1898, Brazza est écarté de la Marine nationale, pour des raisons de « dégagement des cadres ». Il est alors placé en retraite. Le commandant Marchand, héros d’expéditions sur le territoire africain, devenu français, décrit la colonie du Congo français géré par Brazza comme un « marécage puant ». Brazza s’oppose publiquement à l’expédition Marchand, qui se déroulera quand même et se terminera par l’épisode connu de Fachoda. Les aurorités françaises suggèrent fortement à Pierre de Brazza de se retirer à Alger.

Quelques années plus tard, en 1905, le Gouvernement de la République fait néanmoins appel de nouveau à lui pour inspecter les conditions de vie dans les colonies, conditions qui se sont détériorées depuis son départ. Brazza dénonce ce qu’il voit. A peine a-t-il terminé ses tournées d’inspection, qu’il est atteint de fortes fièvres. On suppose un empoisonnement. Le bateau qui devait le ramener à Alger doit faire escale à Dakar. Le 14 septembre 1905, veillé par sa femme et le capitaine Mangin, il décède à six heures du soir. La photo de Jacques, son enfant de cinq ans, disparu deux années auparavant, a été placée à sa demande sur sa table de nuit.

Le Gouvernement français est à la recherche de héros. Il réclame son corps pour organiser une entrée au Panthéon. Mais la famille s’y oppose. Pierre de Brazza est inhumé au Père-Lachaise à Paris avant d’être déplacé, trois ans plus tard, à Alger, là ou vit toujours sa famille. Mais voyant la fin de l’Algérie française, Charles Savorgnan de Brazza alerte la métropole sur la conservation des effets, meubles, papiers, souvenirs de son père. En vain… Charles est d’ailleurs assassiné par les fellaghas en novembre 1962.

Depuis, le corps de Pierre de Brazza a de nouveau été déplacé pour se retrouver aujourd’hui sous un mausolée à Brazzaville. La cérémonie s’est déroulée en 2006, en présence des autorités congolaises et françaises.

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Marthe de Brazza, P. Savorgnan de Brazza, Paris, Editions « Je sers », 1943
  • Maria de Crisenoy, "Le Héros du Congo" Pierre Savorgnan de Brazza, Paris, Editions SPES, 1944. Préface de Thérèse Savorgnan de Brazza.
  • Général de Chambrun, Brazza, 1930.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 25 Avril 2020

Les coloniaux : le commandant Lamy.

Amédée Lamy nait à Mougins le 7 février 1858, dans l’actuel département des Alpes-Maritimes. A l’époque, le comté de Nice, voisin, est encore et pour deux ans propriété de la Maison de Savoie. Victor Emmanuel, duc de Savoie, sera bientôt roi d’Italie, entre autres grâce à l’action de l’empereur Napoléon III. Et Nice redeviendra française.

 

Le père d’Amédée est Joseph (1818-1891), lieutenant de vaisseau et sa mère, Elisabeth Giraud, est issue d’une vieille famille notable provençale. A l’âge de 10 ans, Amédée entre au Prytanée militaire de La Flèche, dans la Sarthe. Elève brillant, il intègre, en 1878, l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, 63e promotion nommée des « Zoulous ». Cela tombe bien le jeune officier veut partir pour l’aventure coloniale.

 

Il est nommé sous-lieutenant au 1er régiment de tirailleurs algériens en 1880, et dès son arrivée participe à la colonisation française de la Tunisie. Quatre années plus, il est envoyé au Tonkin où il reste jusqu’en 1886. Il s’y trouve au moment même où la République française est en guerre contre la dynastie chinoise Qing pour la mainmise sur le fleuve rouge et toute la province du Yunnan. Cet épisode étant à inscrire dans un contexte plus large de la lente mise sous tutelle de la Chine par les puissances européennes. Et la victoire française permet la reconnaissance de son protectorat sur l’Annam et le Tonkin. Avec la Cochinchine et le Cambodge déjà acquis, le jeune officier assiste ainsi à la naissance de l’Indochine.

 

Revenu en Algérie en 1887, il est nommé officier d’ordonnance du général commandant la division d’Alger. En 1893, il participe à la mission Le Chatelier, qui est chargée de l’étude d’un projet de voie ferroviaire entre la côte et Brazzaville, ainsi que des études botaniques, géologiques et géographiques. L’explorateur Alfred Le Chatelier présente à Lamy le géographe Fernand Foureau. Ensemble ils montent une expédition qui va prendre le nom de Mission Foureau-Lamy. Son but : rallier Alger au lac Tchad.

 

Au cours de cette mission, le commandant Lamy et son adjoint Foureau rejoignent la mission du capitaine Joalland et du lieutenant Meynier et la mission de l’officier de marine Emile Gentil. Le 22 avril 1900, à Kousséri, dans le nord de l’actuel Cameroun, à quelques kilomètres de la frontière avec le Tchad, les colonnes doivent affronter un Soudanais, seigneur de la guerre : Rabaj al-Zubeir ibn Fadl Allah. A la tête de 10.000 soldats, Rabah, qui est aussi trafiquant d’esclaves, fait régner un ordre qui ne plait guère aux colons français. Lamy, fort de l’appui des hommes de Joalland et de Gentil, peut compter sur 700 hommes. Rabah est attaqué de trois côtés. Il doit reculer mais se trouve acculé au fleuve Chari qui fait l’actuelle frontière entre les deux pays. Rabah organise alors une contre-attaque désespérée mais qui fait des dégâts dans les rangs français : 28 morts et 75 blessés quand on comptabilise plus de 1.500 tués du côté soudanais. Rapidement dépassé par les Français, les hommes de Rabah tentent de s’échapper par le fleuve : ils font des cibles immanquables pour les tirailleurs algériens et sénégalais !

 

Malheureusement, à la tête de ses hommes, le commandant Lamy est mortellement atteint d’une balle. Ses soldats poursuivent Rabah qui tente de s’échapper. Le seigneur est rattrapé, reconnu par un tirailleur qui autrefois a été dans le même régiment français que lui et le tue d’une balle. Apprenant qu’il y a une récompense pour qui ramènera la tête de Rabah, le tirailleur retourne sur le champ de bataille, décapite son ennemi et rapporte le trophée…

 

Un mois plus tard, Emile Gentil transforme en partie la ville la plus importante sur le lac Tchad en une forteresse française. Il lui donne le nom de Fort-Lamy en souvenir de son camarade. Fort-Lamy sera le nom de la capitale du Tchad jusqu’en novembre 1973.

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Site sur l’Histoire : www.herodote.net
  • Marcel Souzy, Les coloniaux français illustres, B. Arnaud, 1941.
  • Robert Maestri, Commandant Lamy, un officier français aux colonies, Maisonneuve et Larose, 2000.

 

Trajet de la mission Foureau-Lamy de 1899-1900.

Trajet de la mission Foureau-Lamy de 1899-1900.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale

Publié le 5 Janvier 2020

Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.

Reconnaissance à El Barka.

 

« Le 3 octobre 1957, une opération est montée pour reconnaître le terrain jusqu'à la frontière face à El Barka. Le groupement chargé de cette mission sous les ordres du Lieutenant Leproust est composé de trois pelotons de la 1ère l CSPL et du 4éme peloton de la CMA (compagnie méhariste des Ajjer) sous mon commandement.

 

Le Lieutenant Post à la tête de son peloton d'AM M8 ouvre la marche de la colonne. Arrivé dans la zone frontalière, tandis que les AM se déploient en ligne face au mouvement de terrain qui lui fait face, un avion d'observation MD 315 venu de Djanet nous épauler est vivement pris à partie par un grand nombre de rebelles installés sur les crêtes à droite du dispositif. Les salves des tirs de fusil crépitent, une balle perce un réservoir de l'avion qui retourne hâtivement à Djanet.

 

Les autres pelotons simultanément se sont déployés en ligne. Le peloton Post tire au canon de 37 des obus perforants sur la mechta du Caïd d'El Barka qui se détache sur la crête. Les obus traversent les parois sans dégâts apparents. Le Caïd qui se trouve à l'intérieur surpris par les événements prend la fuite dans sa voiture en direction de Ghat. Mon peloton s'est déployé à gauche du peloton Post et nous marchons maintenant dans la palmeraie d'El-Barka. Les rebelles très nombreux sur les crêtes au début de l'accrochage ont reflué en désordre puis se sont repliés en totalité vers El-Barka et Ghat.

 

Devant mon peloton, après quelques coups de feu, c'est le vide total. Nous trouvons abandonné dans la palmeraie le « guèche » (les affaires) d'une dizaine de rebelles touareg qui n'ont pas eu le temps de les emporter. Dans l'un des sacs, mêlé aux vêtements, un Coran gainé de cuir contient un reçu au nom de Corsera Ben Mohamed daté du 17/05/1942, établi par les autorités italiennes locales de l'époque.

 

Dans le secteur couvert par le Lieutenant Post, on dénombre 1 rebelle tué, 1 fusil récupéré et des documents relatifs à la destruction des camions Devicq. Nous sommes maintenant bien engagés en Territoire libyen et ne pouvons aller plus loin. Le Lieutenant Leproust donne le signal du retour, il est environ 13h00.

 

L'avion de reconnaissance qui avait été atteint par une balle est rentré sans encombre à Djanet. En fait, le réservoir percé n'était autre qu'une réserve d'eau. Si le bilan n'est pas spectaculaire, cette opération chez l'adversaire aura une portée psychologique très importante.

 

Dix jours plus tard quelques rebelles sont venus sur les crêtes du Tassili à 7 km nous harceler au mortier de 81 m/m. Au début nous avons été surpris d'entendre des explosions dans l'oued à environ 2 km devant nous. Il ne nous a pas été difficile de situer l'emplacement de tir sur la crête à 4 km au-delà des premiers impacts. Immédiatement notre fameux canon de 75 m/m est mis en batterie. Le premier coup fait mouche dans la zone prévue à 7 km, suivi de trois autres coups étalés en distance. Simultanément un groupe de combat s'élance en doge 6x6 pour aller au résultat.

 

Dans la zone d'impact de nos obus le sergent Pinel trouve abandonnés sur le terrain un goupillon, des relais de poudre et autres accessoires témoins de la fuite éperdue des servants du mortier. La situation s'est rapidement dégradée ces derniers jours. Les deux pelotons méharistes de la compagnie et un peloton à pied de la 1ère CSPL ont pris position sur le plateau du Tamrirt en vue d'intercepter une bande rebelle venue tenter un gros coup sur Djanet contre les français. Une quarantaine de rebelles ont rebroussé chemin sous la poussée de nos trois pelotons qui ont finalement rejoint Tin-Alkoum le 19 octobre.

 

Le Capitaine Marchand à l'issue de son temps de commandement est remplacé par le Capitaine Martin qui sera lui-même remplacé par le Capitaine Reffas un mois plus tard le 30 novembre 1957. A la suite de la tension sur la frontière libyenne, il a été créé un secteur opérationnel de Hadamard en Tunisie à Mezzanine, dont le PC est à Fort Polignac sous le commandement du Lt-colonel Devisse.

 

Des mesures sont prises pour activer la mise en place de la SAS de Tin-Alkoum. Le 27 octobre une équipe de forage arrive à Tin-Alkoum et perce en une semaine un puits dans la roche pour atteindre 30 mètres plus bas la nappe phréatique. Et quelle joie de voir à l'aide d'une motopompe couler cette eau millénaire, abondante fraîche et pure. Le Lieutenant Bert a bon espoir pour l'installation d'une baraque Fillod ces jours prochains. En attendant, ses touaregs ont construit quelques zéribas. Le calme est revenu dans les Ajjer et les quelques touareg dissidents sont allés déposer les armes à Djanet. Les reconnaissances tous azimuts sont associées aux trois lettres RAS du compte-rendu quotidien. »

 

Retour à Djanet.

 

« Avec mon peloton nous rentrons à Djanet le 11 décembre après 3 mois 1/2 d'absence. A Djanet je retrouve la civilisation, une palmeraie magnifique, le bordj « Fort-Charlet » qui abrite le PC de la compagnie. A côté du mess, j'ai une chambre avec quelques affaires personnelles, y dormir ? J'y étouffe. Le grand air, la belle étoile, quand même, c'est merveilleux !

 

Le 22 décembre 1957 je vais en reconnaissance dans la région de Fort Gardel et du djebel Tazat en liaison avec le 1er peloton méhariste. Le Lieutenant Brossollet qui vient d'arriver à la compagnie prend le commandement de ce peloton. Dans les Etats-Majors, à la lumière des événements, on projette le remodelage des compagnies méharistes sur un nouveau type :

 

  • 2 pelotons méharistes de 70 hommes chacun,
  • 2 pelotons portés de 45 hommes chacun,
  • 1 peloton de commandement et des services, l'ensemble comprenant 45% de français.

 

De tous temps, on a soigneusement équilibré les effectifs touaregs et chaamba dans les pelotons. Ces 2 communautés rivales sont la garantie de la stabilité. En effet, lorsqu'il se trame quelque chose d'anormal chez les touaregs, le renseignement vous parvient par l'intermédiaire d'un chaambi et vice-versa. Aujourd'hui le moral des troupes est tombé très bas. Les chaamba sont maintenant beaucoup plus travaillés par le FLN qu'il y a quelques mois. Propagande anti-française, mot d'ordre, appel à la guerre sainte, rébellion, sont à l'ordre du jour. Est-ce pour cette raison que les pelotons portés seront renforcés à 45% de français ? Oui, car les pelotons portés sont composés en presque totalité de chaamba et les laisser ainsi serait extrêmement dangereux.

 

La dernière semaine de janvier le Général Malagutti, Inspecteur général de l'infanterie est venu à Djanet visiter la compagnie. Avec le Capitaine Reffas nous l'avons accompagné jusqu'à Fort Gardel où sont rassemblés les 2 pelotons méharistes. Depuis 1937, les méharistes n'avaient pas vu un général. Le lendemain le Général se rend aux postes de Tin-Alkoura et Arrikine, puis rejoint Fort-Polignac. Le Général fait bonne impression, par son allant et sa bonne humeur, un peu aussi par son paternalisme.

 

Deux jours plus tard, nous recevons à Djanet, venant de Tamanrasset, Monsieur Raymond Cartier et sa femme ainsi qu'un journaliste prétentieux et snob, Monsieur Chargeleygue et le célèbre photographe parachutiste Camus. Toute cette équipe effectue un long périple saharien dans le but de se forger une opinion sur l'avenir de la France dans ce pays. A la popote la discussion s'anime entre nous (les officiers) et eux (les journalistes). Un conseil, méfiez-vous des journalistes. Votre interprétation des faits n'est pas là leur. Ils vous posent beaucoup de questions et vous poussent dans vos derniers retranchements. Le médecin Lieutenant Morvan « ce breton aux yeux bleus » laisse parler son cœur patriotique et s'insurge contre toute arrière pensée qu'il serait possible qu'un jour... la France ne puisse plus continuer à soutenir à bout de bras une Algérie sans ressources, à moins que la mise en valeur du Sahara ... puisse faire changer les choses. Pour Raymond Cartier, il déclare sans ambages que son analyse est économique. C'est une question d'argent. Le Sahara peut-il subvenir aux besoins de l'Algérie et de son développement ? Sous-entendu les richesses du sous-sol. Evidemment je n'avais jamais envisagé le problème de l'Algérie sous cet angle. Mais quoiqu'il en soit pour nous (les officiers) l'Algérie doit rester française.

 

A compter du 15 février, nous nous sommes rendus, le Capitaine Rossi et mon peloton à Fort-Polignac via Tarat (1200 km aller et retour). A la suite des pluies sur la cuvette de Tarat, les pâturages sont arrivés à maturité. Toute la population des Ajjer est là avec les troupeaux pour le grand repas. Monsieur Max Lejeune, ministre du Sahara, est attendu à Djanet à la fin du mois. Le Capitaine Rossi prépare cette visite avec soin, car le ministre doit donner l'aman aux touaregs qui se sont ralliés récemment en déposant les armes.

 

A nouveau, le 27 février 1958, je rejoins Arrikine. Ici c'est le grand calme. Aucun passage ne vient troubler la quiétude des lieux. Seuls quelques chameaux errants dont on relève les traces sont la manifestation de la vie autour de nous. En reconnaissance dans l'oued Djerane le 27 mars à 75 km au sud, oued sauvage et grandiose, encaissé entre des falaises abruptes et très étroites, nous avons rencontré un pauvre campement de touareg libyens, deux femmes, un bébé, les hommes à notre arrivée se sont enfuis, des traces dans le sable indiquent la direction qu'ils ont prise. Où étions-nous nous-mêmes ? En Libye ? Allez savoir !

 

Cette fois-ci nous avons fait une nouvelle incursion dans l'oued Arrikine le 7 avril, jour de Pâques, toujours en direction de la Libye. Après avoir parcouru 40 km nous sommes arrivés devant un obstacle de pierres en travers de l'oued à un endroit très resserré. Cette barrière symbolique vient d'être placée par quelques rebelles, pour matérialiser la frontière. L'oued est grandiose avec ses chandeliers rongés aux formes bizarres, ses grottes imprévues, ses escarpements et ses couleurs. Ah! ces couleurs ! Du marron foncé au marron clair avec tous les intermédiaires du rose mélangés qui offrent des tons cuivrés. Oui, cette barrière symbolique dérisoire au fond d'un oued perdu où personne jamais ne passe nous rappelle la présence des rebelles au-delà de cette limite et qui n'ont pas désarmé. En effet les renseignements qui nous parviennent témoignent à nouveau de la présence à Ghat d'une forte bande rebelle et la menace d'une attaque en force sur nos installations resurgit. Aussi multiplions-nous les reconnaissances.

 

Le 11 avril, je suis avisé par radio de la visite d'un officier supérieur de l'EM des Territoires des Oasis à Ouargla. A l'heure convenue, je suis au terrain de Tazaït à une demi-heure d'Arrikine pour l'accueillir à sa descente d'avion et le mener au poste que nous occupons. Ce poste est situé sur un mouvement de terrain qui s'étend en demi-lune au confluent des oueds Arrikine et Essayene. Il domine toute la région d'une trentaine de mètres.

 

Aucun convoi ne peut passer sans être vu. L'officier supérieur me demande s'il serait opportun de construire ici des blockhaus équipés de canons de 105 pour interdire totalement le passage. Je demande simplement à cet officier de regarder avec moi le terrain, le confluent des oueds ici compte plus de 15 km de large. Il suffit de passer au-delà de la limite de portée des canons pour ne pas être inquiété. Par ailleurs, baser la défense du Sahara à partir de blockhaus, me semble une ineptie totale. Au contraire c'est par la mobilité et la surprise que l'on pourra le mieux intercepter l'adversaire avec un armement plus performant que celui dont nous disposons. L'Officier supérieur a repris son avion à Tazaït dans l'après-midi en direction d'Edjelé, Flatters et Ouargla, emportant avec lui mes convictions.

 

En ce 19 avril, c'est la fin du Ramadan mais l'ambiance n'y est pas. Les mots d'ordre du FLN ont infiltré la compagnie. Les relations ne sont plus les mêmes, les regards fuyants sont les signes d'un malaise profond. Le 21 avril, je suis de retour à Djanet, le Capitaine Reffas étant en permission, je commande la compagnie. Le Capitaine Rossi, chef d'annexe me confie une mission particulière ».

 

Missions particulières.

 

« En effet, le dimanche 27 avril 1958, je quitte Djanet à 5h00 du matin avec deux véhicules Dodge 6x6 et une douzaine d'hommes dont cinq français, cinq chaamba et deux touaregs. Ces deux derniers connaissant bien la région où nous allons nous rendre.

 

Dans un premier temps nous allons à la rencontre des deux pelotons méharistes dans l'oued Ounane. La mission confiée par le Capitaine Rossi consiste à me rendre au nord-ouest d'Ounane où se trouve actuellement un nommé x.... touareg originaire de l'Aïr (à 1.000 km) venu de Kidal au Niger, une sorte de marabout, qui passe de campement en campement, prêchant la dissidence, la rébellion contre la France, semant le désordre. Il s'agit donc de retrouver ce personnage pour ensuite le conduire à Serouenout en direction de Tamanrasset où il sera pris en charge par un peloton porté de la compagnie méhariste du Hoggar qui le conduira par relais successifs dans ses foyers au Niger.

 

Mais comment retrouver un homme sur un territoire aussi vaste qu'un département où rien ne dit qu'il soit là plutôt qu'ailleurs. Cette marche d'approche s'est pourtant faite en douceur après de multiples contacts pris auprès de nomades aux environs d'un puits, dans un campement qui nous avait été signalé et où l'homme était passé ! Enfin au bout d'une matinée à remonter la piste, nous sommes arrivés dans une cuvette avec en face de nous deux lignes de thalwegs qui se rejoignent et forment un Y. A gauche, derrière ce mouvement de terrain aux formes molles, 1 km environ, c'est là. Il est là-bas dans un campement que l'on ne voit pas.

 

J'envoie pour le chercher et lui dire que je veux lui parler, le caporal-chef Ahmed, un chaamba, accompagné d'un targui- Ils disparaissent tous deux derrière la ligne de crête, puis l'attente commence. Je dispose les hommes restés avec moi en surveillance. Au bout d'un certain temps, ressenti comme relativement court, je vois revenir à moi mes deux émissaires accompagnés de l'homme recherché, qui vient me saluer militairement. Je lui signifie sans ménagement ni aucune explication que je dois le conduire à Sérouenout. A-t-il des affaires à prendre au campement ? Rien me dit-il. Aussitôt embarqués nous avons pris la piste et avons roulé jusqu'au soir. A Sérouenout nous attendait le peloton venu de Tamanrasset. Le prisonnier une fois transféré, nous avons formé le carré pour la nuit à quelques kilomètres de là avant de rejoindre Djanet le lendemain dans le courant de l'après-midi.

 

Seuls, les marabouts peuvent se déplacer sans autres aides que celle de l'hospitalité, c'est pourquoi cet homme respecté en tant que personnalité religieuse avait beaucoup d'influence sur les nomades.

 

Les intentions du FLN dans notre secteur en ce mois de mai 1958 ne semblent plus axées sur des actions d'envergure, mais plutôt sur des actions de harcèlement partout où cela est possible. Les permissions sont suspendues. Si de Gaulle reprend le pouvoir, l'unité peut se faire autour de lui. Quoiqu'il arrive, l'Algérie veut rester française, l'enthousiasme de ces derniers jours à Alger et partout ailleurs le prouve. A la mi-mai, avec le médecin Lieutenant Morvan, le breton aux yeux bleus, nous nous rendons à Issalane à 200 km nord du puits d'In-Azzaoua au devant du peloton Brossolet qui s'est rendu dans l'Air (1.000 km) recruter quelques touareg, acheter des naïls, des rahlas et qui maintenant rentre au bercail après plus de 3 mois d'absence.

 

Comme prévu nous faisons notre jonction à Issalane. A l'ombre d'un tahla, par une chaleur torride au milieu des mouches qui sans arrêt tournent autour de nous, nous échangeons nos impressions sur les événements survenus au cours de la période écoulée et la grande aventure d'une randonnée dans l'Aïr avec la traversée du Ténéré. Brossolet a vécu là des heures extraordinaires. Nous avons chargé sur nos véhicules tout le « guèche » (toutes les affàires) acheté dans l'Aïr pour soulager au maximum les chameaux très fatigués après ce périple de plus de 2000 km. A l'aube du quatrième jour après notre liaison à Issalane, le peloton Brossolet fait son entrée à Djanet.

 

Un message radio expédié d'Arrikine par le Sergent-chef qui commande actuellement le peloton porté en ce lieu m'informe de la désertion d'un jeune chaambi, le plus jeune du peloton. Pour rejoindre Ghat en Libye, il faut parcourir une centaine de kilomètres ce qui n'est pas facile à faire compte tenu des fortes chaleurs en cette période de l'année qui précède l'été. Dès le moment où son absence a été signalée, le Sergent-chef x... Commandant le peloton est parti sur les traces du fugitif retrouvées dans l'oued et remontées sur plus de 40 km. Là, les traces se perdent dans le djebel rocailleux inaccessible aux véhicules.

 

Compte tenu du temps écoulé depuis son départ, il était impossible que le déserteur ait pu atteindre El Barka, l'endroit le plus près pour être à l'abri des recherches. Sur les lieux où l'on perd ses traces, il n'y a aucun point d'eau dans un environnement suffisamment proche pour se ravitailler. Après de multiples recherches l'espoir de le retrouver s'est complètement estompé. Une chose est sûre, il n'a jamais rejoint Ghat. Tout se sait au Sahara, la seule hypothèse sérieuse est celle de sa mort par épuisement, mort de soif, ayant sous estimé la distance à parcourir.

 

Etant arrivé sur les lieux vers 13h00, j'ai aussitôt fait venir à moi le plus ancien des chaamba du peloton, le Caporal Ahmed qui interrogé a dit ne rien savoir sur cette affaire. Bien sûr je suis persuadé que c'est lui l'instigateur de cette entreprise. Je lui fais connaître aussitôt ma décision, lui retirer son arme et son retour immédiat à Djanet avec moi. Ceci afin de créer au sein du peloton un effet surprise, laissant à penser que le coupable était arrêté. Il n'y eut par la suite aucun autre incident de cette nature à déplorer.

 

A la recherche d’un PC fellagha.

 

Le 13 septembre 1958, en permission à Cagnes-sur-Mer chez mes parents, je suis rappelé pour rejoindre Djanet au plus tôt. Le 16 septembre, c'est chose faite après une journée d'avion. Alger 8h00, Ouargla 10h00, à Fort-Flatters 13h15, Polignac 14h30 et enfin Djanet à 16h00. Une quarantaine de fellaghas sont signalés sur le plateau du Tamrirt. Le 23 septembre, à 8h00 un avion JU 52 m'emporte d'un coup d'ailes à Tazaït où il me dépose à 10h00. Je rejoins aussitôt mon peloton à Tin-Alkourn et reprends le commandement du sous-quartier.

 

Sur place, je fais la connaissance du Capitaine Gatti (un ancien officier de Légion) envoyé pour renseigner l'EM 3ème bureau d'Alger sur la situation aux Ajjer.

 

Une nouvelle mission m'a été confiée lors de mon passage à Djanet. En effet, un targui venant de Ghat est venu informer le Capitaine Rossi de l'existence d'un PC fellagha dans les dunes de la palmeraie de Fehouet près de Ghat. La mission consiste tout simplement à anéantir ce PC. Aussitôt avec mon encadrement nous avons constitué le commando chargé de cette mission. Outre le Capitaine Gatti qui nous accompagnera, nous serons six à participer à cette opération : sous mes ordres le Sergent Pinel et quatre appelés du contingent triés sur le volet. Avec nous le guide targui, à l'origine du renseignement, qui nous mènera au but.

Nous sommes partis de Tin-Alkoum en véhicules jusqu'à la frontière devant El Barka une heure environ avant la tombée de la nuit. Les véhicules sont ensuite rentrés avec mission de revenir nous chercher le lendemain matin à 6h00 au même endroit. Dès l'obscurité accomplie, nous nous sommes mis en marche vers notre objectif distant de plus de 20 km. Nous étions équipés très léger, short, chemisette, pataugas, bretelles de suspension supportant les chargeurs de PM et deux bidons d'eau. Pour armement, chacun un PM et deux grenades offensives. Le tout à l'épreuve des cliquetis, aucun bruit métallique ne devait être entendu. Aussi chacun avait-il pris les dispositions adéquates.

 

En septembre, il fait encore très chaud, 40' le jour, 30' et plus la nuit, si bien que notre réserve d'eau était à peine suffisante, mais légèreté et rapidité d'action avaient pris le pas sur le confort. Cette marche d'approche quasiment dans le sable devient très rapidement fatigante, et je ne vous dis pas l'envie de boire ! Le ciel est clair et l'on peut se repérer à l'horizon pour prendre le cap.

 

Avant d'entrer dans la palmeraie d'ailleurs clairsemée et à l'approche du mouvement de terrain où est censé se trouver le PC fellagha, nous avons fait le point sur la façon d'agir de chacun. Nous buvons les dernières gouttes d'eau de notre 1ère réserve. PM armé, prêts à tout, nous sommes repartis avec le guide qui donne la direction. Après avoir passé la dernière ligne de crête, le guide nous fait signe négativement. Il n'y a personne et je constate qu'il n'y a aucune trace d'occupation des lieux. Donc pas de PC en ce lieu auparavant. Le guide nous a-t-il mené en bateau ? C'est un coup d'épée dans l'eau, aussi une grosse déception.

 

Il est maintenant environ minuit et déjà l'on entend le ronron de l'avion d'Air France qui se rend à Fort-Lamy. Ah! Ces voyageurs du ciel savent-ils !... Sans plus attendre nous faisons demi-tour. Durant la première heure nous avons accéléré notre marche de plus en plus difficile à supporter. Dans le sable le pied n'entraîne pas le corps vers l'avant. Il faut marcher plus verticalement que la normale pour que la semelle se pose à plat pour ne pas s'enfoncer dans le sable et riper. A mi-parcours vers les 3 à 4 heures du matin, nous avons tous plus ou moins terminé notre 2ème réserve d'eau et déjà la température nous semblait avoir repris quelques degrés.

 

Au lever du jour, vers 5h00, nous étions arrivés à notre point de départ. Un nuage de poussière au loin du côté d'Essayene nous indique que les véhicules sont en route vers notre point de ralliement, avec un solide casse-croûte, car nous en avons bien besoin. Relevant nos traces, les libyens sont restés longtemps perplexes. En tout cas, ils ont compris qu'ils n'étaient pas à l'abri d'une intervention sur leur propre terrain.

 

Le FLN en infiltrant quelques groupes rebelles pratiquement inoffensifs sur le plateau du Tamrirt tente à nouveau de nous intimider. Une nouvelle opération de nettoyage est entreprise, le 7 octobre, sur le plateau et jusqu'à Essayene. Les fellaghas refluent en Libye où ils sont désarmés par les autorités libyennes (source AI). Le Tassili a retrouvé sa quiétude.

 

Le 25 novembre, de retour à Djanet, j'apprends la mutation du Lieutenant Seznec du 46ème BI, à Berlin, à la CMA, pour me remplacer à compter du 1er décembre 1958. Pour ma part, je dois rejoindre le 5éme REI (Régiment étranger d'infanterie) à Arzew et quitte Djanet le 5 décembre 1958.

 

Photographies et sources :

 

Les photographies des parties 1 et 2 liées au Sahara présentent le bordj Irehir ; la carte d’opérations des méharistes ; présentation des armes au colonel d’Arcimolles ; le fanion ; les méharistes des Ajjer ; le Fort Gardel ; le lieutenant Petit ; le puits d’Idriss ; la région du Tamrirt avec Henri Lhote.

 

Les textes sont issus des mémoires du Capitaine Petit, sous la forme de recueils envoyés au Comité du Souvenir Français d’Issy-Vanves. Nous remercions le capitaine Petit pour sa confiance.

Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.
Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.
Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.
Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.
Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.
Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.
Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.
Capitaine Petit – Opérations au Sahara - 2.

Voir les commentaires

Rédigé par Souvenir Français Issy

Publié dans #La Coloniale