Un héros nommé Léopold Hulot.

Publié le 26 Décembre 2022

Un héros nommé Léopold Hulot.

Libérateur d’Ouistreham, du Pegasus Bridge et d’Amfreville.

Léopold Hulot nait le 16 juillet 1923 à Vannes dans le département du Morbihan. Il est le fils de Constant Hulot, qui va s’illustrer pendant la Seconde Guerre mondiale, en tant que conducteur du chef d’escadron Maurice Guillaudot, commandant la compagnie de gendarmerie du Morbihan et chef de l’Armée secrète (formation de la Résistance) pour le département.

Léopold suit ses études à Vannes et se destine au métier d’instituteur. Mais la défaite française de 1940 remet tout en question. Le jeune homme décide de quitter la France vers l’Espagne, en traversant les Pyrénées. Mais il est intercepté et incarcéré durant sept mois dans le camp de concentration franquiste de Miranda de Ebro (province de Burgos, dans le nord du pays). Il se fait alors passer pour un Canadien et parvient à se faire expulser vers Gibraltar en mars 1942.

Il rejoint Londres et est reçu par le général de Gaulle. En fait, à son départ de Bretagne, Léopold Hulot s’était promis de rapporter un souvenir de la tombe de Jeanne de Gaulle, mère du général, et décédée le 16 juillet 1940. Après des semaines de formation pratique, le jeune soldat est admis à suivre les cours d’officier des Cadets de la France Libre, promotion « Fezzan-Tunisie » (juin 1943). Volontaire pour les commandos, il rejoint le 1er BFMC (Bataillon Fusiliers Marins Commandos) et reçoit le matricule 54758 Badge 64, Commando 4, Troop 8. Il participe ensuite à plusieurs raids de sondages sur les côtes de France. L’unité est commandée par un chef de très grande valeur : le capitaine de corvette Philippe Kieffer.

Le 6 juin 1944, le sous-lieutenant Léopold Hulot prend part au débarquement sur la plage de Colleville-sur-Orne dans le Calvados (aujourd’hui Colleville-Montgomery). Il est blessé mais continue le combat et participe à la libération de la ville d’Ouistreham, puis du passage de l’Orne (le fameux pont Pegasus Bridge), et enfin d’Amfreville d'où il est évacué le 12 juin 1944. Remis, il rejoint son unité le 7 août 1944, est de nouveau évacué le 9 août 1944 et est de retour le 15 août 1944.

L’officier Hulot reçoit alors une citation : « Jeune officier, animé d'une foi profonde et d'un grand esprit d'abnégation. A rejoint l'Angleterre en 1941, après un internement de 7 mois. Engagé volontaire a suivi le cours d'Officiers pour regagner le Bataillon de Commandos. A participé à des raids de sondage sur les côtes de France, avant le débarquement. Le 6 juin 1944, a débarqué avec les premières troupes d'assaut à Ouistreham, sérieusement blessé a refusé d'être évacué et continué le combat, donnant à ses hommes un exemple de grand courage. A ultérieurement participé brillamment à plusieurs engagements et à des raids sur les lignes Hollandaises montrant dans les moments les plus difficiles de grandes qualités de bravoure et de sang-froid. A été deux fois citation à l'ordre de l'armée de mer et est titulaire de plusieurs distinctions britanniques ».

En Indochine.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le lieutenant Léopold Hulot est promu chevalier de la Légion d’honneur et vit quelques mois en Allemagne occupée. Il se porte volontaire pour la campagne d’Indochine et est affecté au 5e bataillon de chasseurs laotiens, unité formée en juillet 1946 à Vientiane au Laos. Unité très autochtone dès sa création, avec des Français largement minoritaires puisque leur contingent ne devait pas dépasser 15 % de l’effectif total (les Français étant souvent placés à des postes d’encadrement). Les chasseurs laotiens sont des spécialistes de coups de mains, entre autres sur les positions arrières du Vietminh. Le lieutenant Hulot est dans son élément !

Mais le 27 septembre 1948, au retour d'un raid contre les forces ennemis dans le district de Nong Het, dans le nord du Laos, sa section tombe sur des mines et grenades. Une grenade piégée explose le blessant grièvement. Léopold Hulot décède quelques heures plus tard. Le corps du lieutenant sera rapatrié en 1950 en France et enterré au cimetière militaire de Sainte-Anne d’Auray (carré 3, rang 1, tombe 499).

L’armée française a noté les circonstances de la mort du lieutenant : « Nommé chef de poste de Nong Het (Laos), à la frontière du Centre-Vietnam, il mène à nouveau une vie de « commando » ou coups de main, embuscades et raids se succèdent. Dans la nuit du 26 au 27 septembre 1948, il dirige une opération en zone rebelle, détruit un PC ennemi. Sur le chemin du retour, il est grièvement blessé, vers 6 heures 30, par une grenade piégée et meurt, de retour au poste trois heures plus tard, aussi courageusement qu'il avait vécu. »

Le lieutenant Hulot, héros de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre d’Indochine était titulaire des décorations françaises suivantes : chevalier de La Légion d’honneur ; croix de guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil ; croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs avec palme ; médaille de la résistance ; médaille des forces françaises libres ; médaille des évadés ; médaille des combattants volontaires, médaille commémorative ; médaille des blessés. Et au titre des décorations du Royaume-Uni, il a reçu le Ruban France and Germany Star 1939-1943, avec « Mention in dispatch Palme » et la Military Cross.

Le nom de Léopold Hulot figure sur la plaque commémorative du 1er BFMC à Ouistreham, sur le monument aux morts d’Auray et à Sainte-Anne d’Auray (nécropole nationale) dans le Morbihan, sur le mémorial départemental Indochine de Lauzach (Morbihan), sur le monument aux morts d’Issy-les-Moulineaux et sur celui de notre cimetière communal (ce qui tendrait à indiquer que Léopold Hulot a bien habité la commune).

 

Sources :

  • Archives du Souvenir Français d’Issy-les-Moulineaux.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Regard sur l’Indochine, Gallimard, 2015.
  • Mémorial Indochine, Ministère de la Défense, 2014.
  • Crédits photographiques : site Memorial GenWeb et journal Le Télégramme.
  • Site Memorial GenWeb : fiche individuelle de Léopold Hulot – Contributions de Laetitia Filippi, Robert Dupays, Gérard Doucet, Eric Blanchais, Jérôme Charraud et Claude Richard.

 

Le sous-lieutenant Hulot et son père, au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Le sous-lieutenant Hulot et son père, au cours de la Seconde Guerre mondiale.