premiere guerre mondiale

Publié le 27 Novembre 2022

Officiers du 139e RI.

Officiers du 139e RI.

De la Corse à Aurillac.

Vincent Saliceti nait à Vescovato, petit village de Haute-Corse, le 1er juin 1866. Il est le fils d’Eugène Saliceti et de Marie-Louise Paoli.

Militaire de carrière, il fait partie des officiers du 139e régiment d’infanterie à la déclaration de guerre en août 1914. Cette unité, basée à Aurillac et Lyon, est alors commandée par le colonel Mienville, avec 60 officiers et 3.300 hommes. Pendant la Grande guerre, le régiment va combattre dans les Vosges, puis dans la Somme (il perd 50 officiers et 1.600 hommes !), en Belgique, à Verdun où il enlève la Côte 304 ! De retour à Aurillac en août 1918, l’unité est dissoute à la fin de l’année avant de renaître une dernière fois en 1939. Renaissance éphémère car il est de nouveau dissous en 1940.

Les archives d’Aurillac montrent l’importance de la présence de 1.500 soldats (la caserne de Lyon abrite l’autre moitié du régiment) dans une petite ville de 16.000 habitants. L’impact économique est important en termes de commerces, de cafés, pour les écoles et la vie en général. La musique du régiment est présente sous le kiosque du parc municipal le dimanche, les cérémonies patriotiques revêtent une grandeur évidente avec le défilé des troupes dans les ruelles d’Aurillac et la population est fière de ses militaires, quand bien même parfois il ne fait pas bon à se trouver à la sortie des bistrots en fin de soirée, quand le vin a fait tourner la tête à quelques bidasses !

 

Aux hôpitaux temporaires.

En 1914, les hôpitaux militaires parisiens sont le Val de Grâce (Paris), Villemin (situé dans le couvent des Récollets, Paris 10e), Bégin (Saint-Mandé) et Dominique Larrey (Versailles). Ils sont relayés par d’autres hôpitaux, des cliniques, des dispensaires, des fondations et des maisons de santé.

Ainsi, à Issy, les hôpitaux temporaires de l’école Saint-Nicolas, des Petits Ménages et des Sœurs de Saint-Thomas dépendent tous de Dominique Larrey.

A la tête d’une compagnie du 139e RI, le capitaine Vincent Saliceti a participé aux batailles de 1914 dont la « course à la mer », les Flandres, la Somme et Verdun pendant toute l’année 1916. Cependant, il contracte en service une aortite, c’est-à-dire une inflammation de l’aorte, l’artère la plus importante du corps humain puisqu’elle part du ventricule gauche du cœur et s’étend jusqu’à l’abdomen en apportant à presque toutes les parties du corps du sang oxygéné.

Le capitaine Saliceti meurt le 29 janvier 1917 à l’hôpital temporaire du lycée Voltaire dans le 11e arrondissement, loin de ses hommes et de sa Corse natale. Son corps est inhumé au carré militaire d’Issy-les-Moulineaux. Il avait cinquante ans.

Au même moment, le 139e régiment d’infanterie reçoit une citation à l’Ordre du 10e Corps d’Armée qui sera transformée en une citation à l’Ordre de l’Armée : « le 4 septembre 1916, sous le commandement du colonel Mienville, s’est porté à l’attaque dans un ordre parfait, a enlevé dans un élan irrésistible malgré le violent bombardement, six lignes ennemies de tranchées, sur lesquelles il s’est installé- définitivement après avoir réduit brillamment plusieurs îlots ; a fait plus de 250 prisonniers, et s’être emparé d’un matériel de guerre important ; dont plusieurs mitrailleuses et une dizaine de canons de tranchées ».

 

Sources :

  • Site France Archives.
  • Site Memorial Gen Web – Contributions de Ghislaine Loupforest, Patrick Caulé et Laetitia Filippi.
  • Archives du comité d’Issy-les-Moulineaux du Souvenir Français.
  • Archives de Vescovato en Corse.
  • Site Chtimiste sur les unités engagées pendant la Première Guerre mondiale.

 

Le village de Vescovato en Corse.

Le village de Vescovato en Corse.

Voir les commentaires

Publié le 7 Août 2022

A Jean Fauquenot, l’étudiant de Vanves.

Jean Fauquenot nait à Paris le 16 novembre 1900. Il est le fils d’Emile et d’Amélie Hackaerts. Etudiant au lycée Henri IV de Paris, il devance l’appel (il est de la classe 1920) et s’engage comme volontaire au bureau de Vanves, là où habitent ses parents.

 

Il est affecté au 49e régiment d’infanterie en 1918. Le 49e est le régiment de Bayonne, unité de la 71e brigade d’infanterie et est placé sous le commandement du colonel de France. Entre 1914 et 1918, 2.484 officiers, sous-officiers, caporaux et soldats du 49e vont mourir pour la patrie.

 

En septembre 1918, le régiment se trouve devant Allemant, dans le département de l’Aisne. Voici un extrait de l’historique du 49e RI, écrit après la guerre (donc romancé) et imprimé par Berger-Levrault, comme un très grand nombre d’historiques de régiments.

 

« Dans la grande envolée triomphale, le 49e aura lui aussi sa part de gloire. Le 16 septembre, il relève devant Allemant la Légion étrangère, et dans ce pays chaotique, où l'on n'a même pas le temps d'enterrer les cadavres, où partout les mitrailleuses sèment la mort, à peine installé, il attaque. Adossé à la ligne Hindenburg, l'ennemi se défend avec acharnement et contre-attaque sans relâche. Le 17, le 18 et le 19, pied à pied nous progressons. Revenu à la lutte âpre du début, on se bat pour le moindre trou de terre et le soir, comme en 1915, les lignes ne sont pas à plus de 30 mètres. C'est que, d'un côté comme de l'autre, on sait bien que pas un pouce de terrain si chèrement acquis ne peut être perdu. Le 25, à deux reprises, l'ennemi contre-attaque, sous un feu terrible. Accueilli à coups de grenades et de V. B., il échoue, laissant de nombreux cadavres. Dès lors, par infiltration, la lutte recommence, et ce ne seront plus que d'acharnés corps à corps pour la prise ou la reprise d'éléments perdus. Tant d'efforts devaient avoir leur récompense. Le 28, par une matinée superbe, étonnés et ravis de pouvoir enfin lever la tête hors de leurs trous de taupes, nos fantassins descendent des hauteurs de La Motte, passent sur les tranchées ennemies évacuées en hâte et ne sentant plus, dans la joie de la victoire, les fatigues épuisantes des derniers jours, portent vaillamment leurs lignes au-delà de Pinon, dans la forêt sombre et traîtresse, près du canal. »

 

C’est le 25 septembre que Jean Fauquenot est tué. Il était titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme ; il est cité : " Engagé Volontaire en 1918, de la classe 1920 courageux et dévoué le 25/09/1918 à Allemant (Aisne) servant d'un fusil mitrailleur et resté à son poste, malgré un gros bombardement, blessé n'a pas voulu quitter ses camarades, tombé glorieusement au cours du combat".

 

Et le journal se termine par ses mots en novembre 1918 : « Enfin, c’est la course large où chaque pas est une conquête, où chaque jour est un village arraché à l'envahisseur. Pour la deuxième fois lui apparaît l'Alsace, l'Alsace au fin sourire, et le rêve finit sous ses grands nœuds de soie. Le Régiment... repose !!! Soldat, toi qui viendras, toi qui es l'avenir, sois fier de ton drapeau, et si ton cœur hésite pense à tous ceux de tes aînés qui lui ont donné leur dernier regard. »

 

Jean Fauquenot repose dans une tombe familiale dans le cimetière de Pinon, non loin de là où il a été tué. Il avait 17 ans.

 

 

Sources :

 

  • Site Memorial GenWeb – Fiche individuelle du soldat Fauquenot avec les contributions de Claude Richard, Didier Mahu, Bernard Roucoulet, Gérard Doucet, Laetitia Filippi et Martine Poncelet.
  • Site de la ville de Vanves : www.vanves.fr
  • Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • Site Chtimiste sur les unités de la Première Guerre mondiale.
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

 

Voir les commentaires

Publié le 7 Juillet 2022

A Louis Cottin, mort pour la France.

Louis Cottin nait le 13 juin 1885, à Goudelin, dans les Côtes d’Armor, non loin de Guingamp. Il est le fils d’Yves-Marie et de Louise-Marie Barbe. De profession fraiseur, habitant Issy-les-Moulineaux, il épouse le 25 février 1911 Catherine Bohec, une Bretonne, née à Guimaëc dans le Finistère.

Sous-lieutenant au 48e RI (régiment d’infanterie), régiment de Bretons, puisque son casernement ou lieu de regroupement est Guingamp. L’unité fait partie de la 37e brigade d’infanterie, de la 19e division et du 10e corps d’armée.

 

Extrait de l’historique du 48e régiment d’infanterie (imprimé chez Oberthur à Rennes en 1920) :

« Le 20 février, l'ennemi lançait sur Verdun la formidable attaque qu'il croyait invincible. Le 48e fut appelé dans le secteur du Mont des Allieux, puis d'Avocourt ; il y resta jusqu'à la fin d'avril, travaillant sans relâche, veillant et combattant.

Le colonel Sousselier a été nommé au commandement de la 37e brigade, en remplacement du colonel Largeau, tué à l'ennemi, et le lieutenant-colonel de Reynies prend, le 3 avril, le commandement du régiment. Le 6 avril, un détachement composé de la 8e compagnie, d'une section de bombardiers, de travailleurs de la 11e compagnie, de deux sections de mitrailleuses, du 886 R.I., reçut mission d'attaquer le Bois carré d'Avocourt, en liaison avec le 59e d'infanterie. La 8e compagnie, avec la section de bombardiers, attaqua avec une vigueur remarquable, enleva un poste solide, et s'accrocha à la lisière du bois et au boyau de l'ouvrage des Rieux, d'où les contre-attaques violentes de l'ennemi ne purent la déloger, malgré les fortes pertes qu'elle avait éprouvées. Une citation à l'Ordre de l'Armée fut décernée à la 8e compagnie et à la section de bombardiers pour leur brillante conduite du 6 avril.

A la fin de mai 1916, les Allemands avaient fait un nouvel effort près de Verdun, en enlevant le bois des Corbeaux et le village de Cumières. Le 48e fut appelé à la droite du 71e, sur un terrain sans organisation entre Chattancourt et Cumières, des pentes est du Mort-Homme à la Meuse ; il opposa à l'ennemi son infranchissable barrière.

Pendant cinq jours, du 1er juin au 5 juin, le canon lourd allemand s'acharna sur ses lignes, causant 110 pertes au seul 3e bataillon, mais toutes les reconnaissances ennemies furent repoussées et les tranchées hâtivement construites restèrent inviolables. Presque tout le mois de juin se passa dans ce rude secteur ; les hommes ne quittaient le fusil et la grenade que pour prendre la pioche et le fil de fer des réseaux. »

 

Le sous-lieutenant Louis Cottin tombe sous les balles de l’ennemi le 1er juin 1916. Il reçoit la Légion d’honneur et est cité à l’ordre de l’armée : « Sous-lieutenant au 48e régiment d'infanterie : officier d'une bravoure remarquable qui a donné le 1er juin, un exemple magnifique de fermeté d'âme et d'énergie devant la souffrance alors que l’œil crevé par un éclat d'obus à six heures, il conservait le commandement de sa troupe sous un bombardement effroyable au cours duquel il a été tué à seize heures. »

Inhumé initialement à Fromeréville dans la Meuse, son corps est transféré dans la nécropole nationale des Glorieux non loin de là.

 

 

Sources :

 

  • Site Memorial GenWeb – Fiche individuelle du sous-lieutenant Cottin avec les contributions de Corinne Mazo, Claude Tollemer, Olivir Schlienger, Jérôme Charraud, Gérard Peugnet et Philippe Frilley.
  • Site de la ville d’Issy-les-Moulineaux : www.issy.com
  • Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • Site Chtimiste sur les unités de la Première Guerre mondiale (site remarquable !).
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

 

 

Voir les commentaires

Publié le 12 Février 2022

La photograhie du sous-lieutenant Astoul.

En 2009, en compagnie de Thierry Gandolfo (1961-2020), alors conservateur du cimetière d’Issy-les-Moulineaux, nous décidions d’apposer la cocarde du Souvenir Français sur le tombeau de la famille Astoul. Réputée en déshérence, celle-ci comprend les restes de Pierre-Louis Astoul, officier d’administration principal des subsistances (1860-1923) et son épouse Ambroisine (1868-1949). Il s’agit également du cénotaphe du sous-lieutenant Astoul, mort au Chemin des Dames en 1917.

Le sous-lieutenant Astoul, étudiant en droit en 1914, est mobilisé au 4e dragons. Il passera, à sa demande, au 70e bataillon de tirailleurs sénégalais. Titulaire de la Légion d’honneur et de la croix de Guerre avec étoile de vermeil, il est cité : « A entraîné sa section avec un élan remarquable à l’assaut des positions allemandes, dirigeant ses hommes comme à l’exercice jusqu’au moment où il fut frappé d’une balle au côté droit ».

Une suite d’événement va s’avérer extraordinaire : d’abord, en 2011, alors que le comité entretenait la tombe Astoul sans se poser de question, au hasard de la découverte d’un livre sur la bataille du Chemin des Dames, nous tombons sur un obélisque placé par sa famille, au bord d’une route de campagne, à Cerny-en-Lannois, avec cette épitaphe : « A la mémoire de notre fils, le sous-lieutenant Louis Astoul, du 70e sénégalais, tombé glorieusement dans ces parages, à l’âge de 24 ans, au cours de l’assaut du 16 avril 1917, et de ses camarades. » Le Week-end suivant, nous étions à Cerny pour repérer le monument et voir où était mort Louis Astoul.

Dix ans plus tard, grâce au site Internet exceptionnel, https://www.memorialgenweb.org/ voici la photographie du sous-lieutenant Louis Astoul.

La boucle est bouclée…

Merci aux contributeurs et aux travaux réalisés sur ce site par Didier Mahu, Monique Gallais, Bernard Tisserand, Claude Richard, Gérard Doucet, Elisabeth de Montmarin, Jean-Claude Vachet, Jean-Claude Planes, Gérard Peugnet et Jérôme Charraud.

 

Les photographies représentent : Louis Astoul, l’obélisque, le Chemin des Dames, le tombeau familial et l’équipe de Nettoyage : Fabien Lavaud, Louise Zazzera, Florise et Frédéric Rignault, Thierry Gandolfo, Suzanne Potdevin.
Les photographies représentent : Louis Astoul, l’obélisque, le Chemin des Dames, le tombeau familial et l’équipe de Nettoyage : Fabien Lavaud, Louise Zazzera, Florise et Frédéric Rignault, Thierry Gandolfo, Suzanne Potdevin.
Les photographies représentent : Louis Astoul, l’obélisque, le Chemin des Dames, le tombeau familial et l’équipe de Nettoyage : Fabien Lavaud, Louise Zazzera, Florise et Frédéric Rignault, Thierry Gandolfo, Suzanne Potdevin.
Les photographies représentent : Louis Astoul, l’obélisque, le Chemin des Dames, le tombeau familial et l’équipe de Nettoyage : Fabien Lavaud, Louise Zazzera, Florise et Frédéric Rignault, Thierry Gandolfo, Suzanne Potdevin.
Les photographies représentent : Louis Astoul, l’obélisque, le Chemin des Dames, le tombeau familial et l’équipe de Nettoyage : Fabien Lavaud, Louise Zazzera, Florise et Frédéric Rignault, Thierry Gandolfo, Suzanne Potdevin.
Les photographies représentent : Louis Astoul, l’obélisque, le Chemin des Dames, le tombeau familial et l’équipe de Nettoyage : Fabien Lavaud, Louise Zazzera, Florise et Frédéric Rignault, Thierry Gandolfo, Suzanne Potdevin.
Les photographies représentent : Louis Astoul, l’obélisque, le Chemin des Dames, le tombeau familial et l’équipe de Nettoyage : Fabien Lavaud, Louise Zazzera, Florise et Frédéric Rignault, Thierry Gandolfo, Suzanne Potdevin.

Les photographies représentent : Louis Astoul, l’obélisque, le Chemin des Dames, le tombeau familial et l’équipe de Nettoyage : Fabien Lavaud, Louise Zazzera, Florise et Frédéric Rignault, Thierry Gandolfo, Suzanne Potdevin.

Voir les commentaires

Publié le 6 Novembre 2021

Au sous-lieutenant Audigier de Vanves.

René Audigier nait le 16 juillet 1894 dans le 5e arrondissement de Paris. Il est le fils de Camille André Marie (journaliste et écrivain) et Marie-Louise Corbin. En 1914, il fait partie de la promotion des élèves de l’Ecole supérieure pratique de commerce et d’industrie. Il est aussi un jeune écrivain, qui fait paraître, dans les journaux Paris-Soir, Touche à tout et Sports, des articles et des contes.

 

René Audigier commence la Première Guerre mondiale dans une compagnie du 12e chasseurs. Il est blessé face à l’ennemi le 5 juillet 1916 à Estrées, dans la Somme. Pour sa bravoure, il est cité à l’ordre de la division.

 

Devenu officier (sous-lieutenant) il intègre les bataillons du 228e régiment d’infanterie, réserves du 28e RI. Ce régiment est l’une des unités de Paris avec pour lieux de regroupement : Evreux, le fort de Saint-Denis, celui de Stains, de Montmorency, Monlignon et Domont. Le 28e fait partie de 11e brigade d’infanterie et est placé, pendant toute la durée de la guerre, à la 6e division d’infanterie.

 

Au 228e, René Audigier prend le commandement de la 6e compagnie de mitrailleuses. Il est de nouveau touché et meurt des suites de ses blessures le 27 juillet 1917. Il est de nouveau cité.

 

Fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume, il avait déjà reçu la croix de Guerre avec palme. Citation du 12 août 1917 : « Officier ayant toujours fit preuve, au cours des opérations auxquelles le régiment a pris part, de la plus grande bravoure et d'un parfait mépris du danger. A été grièvement blessé le 25 juillet 1917 en donnant à ses hommes un bel exemple d'abnégation. Une blessure antérieure, déjà cité à l'ordre ».

 

Enterré au carré militaire du cimetière de Vanves, René Audigier est mentionné sur la plaque commémorative de l’église Saint-Rémy de Vanves et sur la plaque commémorative des écrivains tués pendant la Première Guerre mondiale au Panthéon.

 

En 1920, son père fait paraître un ouvrage sur le fils : La gloire.

 

Sources :

 

  • Site Memorial GenWeb – Fiche individuelle du sous-lieutenant Audigier avec les contributions de Claude Richard, Stéphane Protois, Martine Poncelet et Laetitia Filippi.
  • Site Chtimiste.
  • Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

 

 

Voir les commentaires

Publié le 18 Septembre 2021

Au capitaine Maigret.

Le 2e RMTZ au fort de Souville.

Ce régiment est formé le 20 septembre 1914 avec des éléments venant du Maroc. En réserve de la 6e armée, il est composé du 2e bataillon du 4e régiment de zouaves, du 3e bataillon du 3e tirailleurs et du 1er bataillon du 9e tirailleurs. Etablit à Sète à la fin de l’année 1914, l’unité prend son nom définitif et devient donc 2e régiment mixte de zouaves et de tirailleurs (2e RMZT).

En 1915, le régiment est affecté au secteur de la tranchée de Calonne (là où l’écrivain Alain Fournier fut tué septembre 1914). Le chef de corps du 2e RMTZ, le lieutenant-colonel Cornu, y trouve la mort le 29 avril. Par la suite, l’unité est transférée non loin de là, à Verdun, du 25 février au 8 mars 1916, puis au fort de Souville.

Ce fort est l’une des constructions de la place fortifiée de Verdun, situé sur la commune de Fleury-devant-Douaumont. Construit à partir de 1876, à 396 mètres d’altitude, c’est un fort de première génération qui fait partie du premier secteur des deux ceintures autour de Verdun. Il est situé au sud du fort de Douaumont et au sud-ouest du fort de Vaux ; il sert de poste de commandement avec un central téléphonique. A partir du printemps 1916, le fort de Souville est l’un des enjeux de la bataille de Verdun. Les engagements sont presque quotidiens. Et en juillet 1916, les soldats français de la 128e division d’infanterie tiendront héroïquement face au pilonnage de l’artillerie allemande, au gaz, et à la charge, à la baïonnette, des Allemands (140e régiment de Prusse-Orientale).

 

Le capitaine Maigret.

Marcel Maigret est né à Faremoutiers, en Seine-et-Marne, le 29 juillet 1878. Isséen, militaire de carrière, il intègre Saint-Cyr et est de la promotion d’In-Salah (1899-1901). Il participe à la Première Guerre mondiale, après avoir connu une brillante carrière coloniale en Afrique du Nord. Il a été des campagnes d’Oujda et du Haut-Guir. Officier du Nicham Iftikar (ordre tunisien), il est aussi titulaire de la médaille Coloniale, chevalier de la Légion d’honneur et croix de Guerre avec palme et étoile.

Le capitaine Maigret est tué à l’ennemi le 16 mai 1916, au fort de Souville. Il reçoit une citation : « Brillante conduite au feu par son courage et l’exemple qu’il donne à tous. A été grièvement blessé ».

Son corps repose à la nécropole nationale du Faubourg Pavé, dans le carré des officiers.

 

Le Faubourg Pavé.

Situé sur la commune de Verdun, cette nécropole regroupe les corps exhumés des cimetières de Belrupt, de la Caserne Chevert et d’Eix-Abaucourt, ainsi que des soldats tués lors du second conflit mondial. Mais la nécropole est également connue pour avoir reçu les corps des sept soldats français inconnus venus de tout le front de bataille. Le Souvenir Français a d’ailleurs placé une plaque de marbre sur laquelle on peut lire : « Le 9 novembre 1920, huit soldats français inconnus exhumés dans tous les secteurs du front en des endroits gardés secrets furent réunis à la citadelle de Verdun pour une glorieuse veillée funèbre. Le 10 novembre, en présence de M. Maginot, ministre des Pensions, l’un d’eux fut désigné par le sort pour recevoir à Paris, sous l’Arc de Triomphe de l’Etoile, les honneurs suprêmes. Les sept autres, confiés à la ville de Verdun, montent ici, au pied du drapeau, leur dernière garde se dressant en rempart devant la cité inviolée et faisant leur la devise du soldat de Verdun : « On ne passe pas ». Passant, salue bien bas. Ici repose peut-être ton père, ton fils, ton frère, ton ami, mort quelque part en France au cours de la Grande Guerre ».

 

Sources :

  • Site Memorial GenWeb – Fiche individuelle du capitaine Maigret avec les contributions d’Olivier Schlienger, d’Elisabeth de Montmarin, de Jérôme Charraud.
  • Site de la ville d’Issy-les-Moulineaux : www.issy.com
  • Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • André Castelot et Alain Decaux : Histoire de la France et des Français, Larousse.
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.
La nécropole du Faubourg-Pavé.

La nécropole du Faubourg-Pavé.

Voir les commentaires

Publié le 30 Mars 2021

La salle de la discipline à la prison de Clairvaux.

La salle de la discipline à la prison de Clairvaux.

Un isséen à Clairvaux.

Paul Monnier, isséen, est soldat au 25e bataillon de chasseurs pendant la Première Guerre mondiale. L’unité, créée en 1871, est en casernement à Saint-Mihiel en 1914 et son chef de corps est le commandant Guy. La devise du bataillon est « Toujours en avant ! » et sa marche, que les chasseurs ne peuvent oublier, commence ainsi : « Pas plus con qu’un autre, nom de Dieu ! Mais toujours autant ! ».

Au cours de la Première Guerre mondiale, le 25e BCP va être de toutes les batailles : en Lorraine et à la Woëvre en 1914 ; aux Eparges et en Champagne en 1915 ; à Verdun et dans la Somme l’année suivante ; au Chemin des Dames en 1917 et de nouveau en Champagne en 1918.

Paul Monnier a ceci de particulier : il ne va pas mourir au combat mais en tant que détenu à la prison de Clairvaux, dans l’Aube, le 5 novembre 1917, sans pour autant que sa fiche militaire apporte les circonstances de sa mort.

 

La justice militaire en 1914.

Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, les militaires sont toujours jugés selon les articles du Code de Justice militaire de 1857 ; justice indépendante de la justice civile.

En temps de paix, la justice militaire est fondée sur des bases géographiques : un tribunal militaire dans chacune des régions militaires. Des conseils de révision sont là pour examiner les recours des conseils de guerre. Chaque conseil de guerre est composé d’un commissaire du gouvernement, un rapporteur, un greffier et un commis-greffier ainsi que sept juges désignés par le général commandant la région militaire

En temps de guerre, tout est acté pour accélérer les jugements : les conseils de guerre sont attachés à un quartier général et les décisions – les juges ne sont plus que cinq – peuvent être rendue sans délai. Les soldats, sans instruction préalable, peuvent être amenés devant un conseil de guerre une journée après les faits qui lui sont reprochés.

 

Les conseils de guerre spéciaux.

Dès les premières semaines de la guerre, des mesures allant dans le sens d’une sévérité accrue sont adoptées. Ainsi, par décrets des 10 et 17 août 1914, la faculté de se pourvoir en révision contre les jugements des conseils de guerre aux armées est suspendue et les autorités militaires se voient conférer le droit de faire exécuter les sentences de mort sans attendre l’avis du Président de la République. Le 1er septembre 1914, une circulaire du ministère de la Guerre réserve l’usage du droit de grâce, déjà soumis à l’approbation de la majorité des juges, au seul officier ayant assuré la mise en jugement. Enfin, le décret du 6 septembre 1914 permet l’institution de conseils de guerre spéciaux à trois juges destinés à juger, suivant une procédure simplifiée et sans possibilité de recours, les auteurs de crimes pris en flagrant délit.

 

Plus de clémence dès 1915.

Un reflux se fait toutefois sentir, puisque dès le 15 janvier 1915 les dossiers de condamnés à mort en dehors de la zone des armées doivent à nouveau être soumis au Président de la République avant exécution, sauf nécessité absolue de répression immédiate. Dans le même ordre d’idées, le 12 février 1916, une circulaire du Grand Quartier général prévoit le recensement dans chaque armée des militaires les plus aptes, de par leur profession dans le civil ou leur formation, à servir de défenseurs dans les tribunaux militaires.

Par ailleurs, la sévérité initiale de la répression, traduite par une diminution générale des garanties accordées aux prévenus, ainsi que l’écho d’un certain nombre d’abus des conseils de guerre, avaient amené des parlementaires, parmi lesquels le député Paul Meunier, membre de la commission de la réforme judiciaire et de législation civile et criminelle, à œuvrer en vue d’une réforme de la justice militaire. Les travaux de la commission aboutissent à la loi du 27 avril 1916 relative au fonctionnement et à la compétence des tribunaux militaires, qui autorise l’application des circonstances atténuantes quel que soit le crime reproché, donne aux juges la faculté de prononcer des peines avec sursis et supprime les conseils de guerre spéciaux. Enfin, suite à une proposition de loi du même Paul Meunier visant à rétablir les conseils de révision aux armées, un décret du 8 juin 1916 rétablissait le recours en révision pour les peines de mort prononcées par l’ensemble des conseils de guerre. L’usage du droit de grâce redevient la règle et l’exécution immédiate, l’exception.

Après cette date, le fonctionnement de la justice militaire ne connait plus de transformation fondamentale. L’institution reste toutefois considérée comme un instrument disciplinaire, comme en témoignent les modalités de son action lors des mutineries du printemps 1917 : à la demande du général Pétain, un décret en date du 8 juin 1917 supprime toute voie de recours pour les militaires reconnus coupables de rébellion, insubordination et embauchage de militaires. Mais même cette crise ne remet pas fondamentalement en cause les acquis des années précédentes.

Pendant toute la durée de la guerre, la justice militaire continue également à fonctionner à l’arrière, qu’il s’agisse des conseils de guerre de Paris ou de ceux des régions militaires, de même qu’en outre-mer.

 

 

 

Sources :

 

Voir les commentaires

Publié le 12 Septembre 2020

Au capitaine Bonnabelle.

Louis Bonnabelle nait le 10 décembre 1883 à Nancy dans le département de Meurthe-et-Moselle. Il est le fils de Jules Bonnabelle et Marie Bertinet.

 

Saint-cyrien, de la promotion Sud-Oranais (1902-1904), il a le matricule 2089 au 3e bureau de recrutement de la Seine. En 1914, il est affecté au 153e régiment d’infanterie à la tête de la 1ère Section de mitrailleuses. Le régiment est commandé par le colonel Louis Loyzeau de Grandmaison, qui sera l’un des 42 généraux français à mourir au combat au cours de la Première Guerre mondiale.

 

Extrait du Journal de Marche et des Opérations du 153e régiment d’infanterie (en garnison à Toul) :

 

« Le 25 septembre 1914 – Effectifs : Officiers 24 et troupe : 2219. Le régiment est arrivé à Bouchoir, à 3 heures. Repos. Café. Le régiment se met en marche à 5 heures sur Parvillers. Formation de combat. Direction : La Chavatte. Objectif ultérieur : Liancourt. Le 2e bataillon attaque le village de La Chavatte, appuyé en arrière et à gauche par le 1er bataillon, qui ensuite est dirigé sur Foucaucourt. Combat très important. Ces 2 bataillons s’emparent des points d’appui de La Chavatte et Fouquescourt. Le lieutenant-colonel Hoff est blessé grièvement. Le capitaine Laurens, commandant la 5e compagnie, est tué à la tête de la compagnie, qu’il a brillamment conduite au feu et entraînée à l’attaque de la lisière de La Chavatte. La 7e compagnie, engagée à sa droite, attaque par le sud et contribue puissamment à l’assaut du village. Le capitaine Hénard, blessé à la tête de la 6e compagnie, protège le flanc gauche de l’attaque, en butte au tir violent des mitrailleuses allemandes. Le 2e bataillon, après avoir débordé le village et provoqué la retraite de l’ennemi qui laissait 12 pièces d’artillerie de 77 dont 4 furent définitivement prises, prend possession du terrain.

 

Le 27 septembre 1914 – Effectifs : Officiers 23 – Troupe : 1906. Les 1er et 3e bataillons restent sur les positions acquises en avant de La Chavatte. Le 2e bataillon est placé en réserve au sud de Rouvray. Contre-attaque allemande sur La Chavatte. A la nuit le 2 bataillon s’en retourne cantonner à Bouchoir. Tués : le capitaine Bonnabelle… ».

 

Titulaire de la Légion d’honneur et croix de guerre avec palmes, le capitaine est cité à l’ordre du régiment : « Officier brave et énergique, s'est distingué dans la conduite de la Compagnie de mitrailleuses qu'il commandait le 25/09/1914, à l'attaque d'un village, a rallié sous un feu violent d'infanterie et d'artillerie des fractions privées de leur chef qu'il a redressées sur leur objectif afin de déborder le village. A été tué à la tête de sa compagnie".

 

La mention « Mort pour la France » est transmise par jugement à la ville d’Issy-les-Moulineaux, où le capitaine Bonnabelle résidait, le 4 décembre 1915. Le capitaine est enterré dans le cimetière communal de Saulxures-lès-Nancy, dans une tombe individuelle.

 

 

Sources :

 

  • Site Memorial GenWeb – Fiche individuelle du lieutenant Isaac.
  • Site de la ville d’Issy – www.issy.com  
  • Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • André Castelot et Alain Decaux : Histoire de la France et des Français, Larousse.
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.
  • Site Chtimiste sur les régiments et les combats de la Première Guerre mondiale.

 

Voir les commentaires

Publié le 3 Mai 2020

A la bataille de Sarrebourg.

Clément Aube est isséen. Il est né dans cette ville le 3 octobre 1888. De la classe 1908, il porte le matricule 1348 au Bureau du Recrutement de Riom, dans le département du Puy-de-Dôme. En août 1914, il est rappelé et intègre le 16e régiment d’infanterie, qui tient garnison à Montbrison dans la Loire et à Clermont-Ferrand, chef-lieu du département du Puy-de-Dôme.

Le 16e RI est un vieux régiment issu du régiment du Béarn puis de l’Agénois sous l’Ancien régime. Il a été de toutes les campagnes napoléoniennes, de la Guerre franco-prussienne et a même été envoyé en Algérie à la fin du 19e siècle.

En 1914, le 16 est affecté à la 50e brigade d’infanterie, 25e division, 13e corps d’armée, 1ère armée.

 

Historique du régiment.

Comme cela se faisait beaucoup à l’époque, un historique du régiment est publié après la Première Guerre mondiale. Sur les pages concernant la bataille de Sarrebourg, il est écrit ceci :

« Le 19 Août, le combat paraissait sévir sur notre droite dans les forêts montagneuses d’Abreschwiller, et sur notre gauche dans Sarrebourg et aux environs : mais le régiment n'avait pas été engagé. Le 20 au matin, on eut connaissance d'extraits des ordres ; la mission qui nous incombait consistait à tenir sur le plateau Schneckenbusch-Brouderdorff, et même à y attirer l’ennemi. La matinée fut marquée par les mêmes actions d’artillerie que la veille, mais avec plus d’intensité. Le 77 vint compléter l’orchestre des 105, 150 et 210. Une reconnaissance fut envoyée vers la faïencerie et la trouva bien inoccupée (3e et 10e Compagnies), mais bientôt des colonnes d’infanterie allemande, en formation d’approche, apparaissent au Nord du canal. On avait la veille commencé des tranchées : on travaille maintenant à les approfondir. Le feu de l’artillerie devient de plus en plus violent, les pertes commencent à être sensibles : vers 14 heures, le combat prélude par des tirs nourris de mitrailleuses ; en petits paquets, les allemands franchissent le canal, sur des passerelles de fortune, en dépit de notre bombardement. Brouderdorff, tenu par le 139e R. I. (26e D. I.) cède vers 15 heures 30 ; l’ennemi tente d’en déboucher en direction de Schneckenbusch. La bataille bat son plein : Le 16e prodigue des trésors d’héroïsme accumulés pendant les années de préparation morale à la guerre. Le Capitaine Parisot (3e Cie) atteint mortellement, refuse tous les soins et continue à commander de la voix et du geste… Le Colonel Pentel, le Capitaine Thomas, son adjoint, et une grande partie de leur personnel restent debout à leur poste, le calvaire de la côte 285 ; quelques-uns fument, les autres écrivent, le Colonel dicte. Cependant les blessés et les tués sont déjà nombreux, beaucoup d’Officiers sont touchés ; les fractions maintenues en réserve dans chacun des bataillons s’engagent.

Le champ de bataille est à nous.

Cette rude affaire nous avait causé des pertes extrêmement sévères.

 

Pertes pour la journée :

Troupe : 83 tués, 255 blessés, 467 disparus.

 Officiers : 6 tués, 7 blessés, 5 disparus.

Clément Aube est l’un des 83 tués des combats du 20 août 1914.

 

 

Sources :

 

Voir les commentaires

Publié le 9 Novembre 2019

Les suicidés de la Première Guerre mondiale.

 

Durant quatre ans, tout au long de la Première Guerre mondiale, les Poilus ont envoyé des millions de lettres à leurs proches. Dans ces lignes, les soldats ont relaté leur quotidien sur le front, le courage, la camaraderie, l’héroïsme mais aussi l’ennui, la peur ou la solitude. Certains ont même raconté à leur famille le désarroi de leurs camarades. Dans un courrier daté du 11 août 1916, le caporal Perrier, originaire de Saône-et-Loire, s’inquiète d’un mal qui ronge les hommes. "Chez certains esprits, le moral est atteint. On sent une dépression chez beaucoup d’individus", écrit-t-il. Un peu plus loin, il rapporte même que plusieurs d’entre eux ont choisi de se donner la mort : "Nous espérons pour le moment que cette épidémie s’arrêtera là. Trois dans un mois à la même compagnie, c’est trop".

 

Infirmier à Verdun et dans l’Aisne, Jean Pottecher confie également à ses parents être témoin du même désarroi : "Un type de la 7e Cie que je ne connaissais pas (…) s’est suicidé hier d’un coup de révolver. Quoique je n’aime pas les généralisations trop rapides, je vous cite ce fait particulier comme un symptôme assez net de l’état de l’esprit du front (…). On dit que le suicide est épidémique : je ne sais pas si celui-ci contaminera le bataillon et s’il sera suivi d’autres".

 

Un chiffre impossible à établir.

 

Malgré "cette épidémie" décrite par ces soldats, très peu d’ouvrages sur la Grande Guerre se sont penchés sur les suicidés au cours du conflit. Xavier Trochu, historien et archiviste aux Archives municipales de Nantes, s’est ému de leur sort et a décidé de creuser la question. Pour cela, il a consulté les quelques 93 000 fiches de soldats, en ligne sur le site Mémoire des Hommes, n’ayant pas eu le droit à la mention Mort pour la France. "Sur celles-ci, j’en ai recensé plus de 3 900 qui avaient l’attribut de suicide. Cela correspond à la fourchette que l’historien Denis Rolland avait établie lors d’une conférence en 2004. Il arrivait à peu près à 4 000 / 4 500 morts par suicide", explique Xavier Trochu. "C’est très difficile d’être précis car le suicide en tant que tel n’est déjà pas quelque chose de facile à gérer chez les civils. Côté militaire, on se retrouve ainsi dans une situation encore plus particulière".

 

Le doute subsiste ainsi pour un certain nombre de fiches. "Il est difficile de savoir si la personne avait l’intention de se suicider ou pas. Il y a le cas par exemple de ceux qui se précipitaient sur le champ de bataille face à l’ennemi car ils en avaient marre. Ils n’ont pas été considérés comme suicidés mais comme morts pour la France", décrit l’historien. Au sein de l’armée, les militaires qui enregistraient les décès se sont aussi montrés plutôt enclin à cacher les suicides afin de protéger les proches : "Si on mettait cette mention, les conséquences pour les familles étaient immédiates : pas de pension ni de décoration. Au niveau local, elles se retrouvaient au ban de la société". Enfin, Xavier Trochu note que dans les hôpitaux militaires, "les médecins avaient certainement des réticences à dire que leurs patients s’étaient suicidés, car cela remettait en cause leur profession et le fait de savoir bien gérer une population malade".

 

En réalisant cette étude, l’archiviste a constaté un difficile accès aux sources. Mis à part ces fiches qui se révèlent incomplètes, parcellaires et surtout silencieuses, les documents manquent. Malgré tout, Xavier Trochu a pu dégager quelques tendances. "Ce ne sont pas forcément des gens qui sont en première ligne qui se suicident", a-t-il ainsi découvert. "Certains se donnent la mort à domicile, en cantonnement, en permission ou dans les hôpitaux". Contrairement à certaines idées reçues, ce ne sont non plus pas les plus jeunes qui finissent par craquer : "Parmi ces suicidés, il y a énormément de territoriaux, c’est-à-dire de soldats qui ont plus de 35 ans. La guerre est plus difficile à supporter pour eux car ils ont déjà une famille ou une vie bien installée".

 

"Un pauvre bougre emporté dans une énorme boucherie".

 

Cela a été le cas pour François-Maurice Fouassier, un soldat du 25e régiment d’infanterie territorial, originaire de Chemazé, en Mayenne. Ce père de quatre enfants s’est pendu le 19 mai 1916, à l’âge de 42 ans, à Laval, dans une chambre de son casernement où il était hospitalisé. Pourtant, il y a encore quelques mois, son arrière-petit-fils Christian Persin pensait que son ancêtre était décédé des suites d’une maladie. Il n’a découvert la véritable cause de son décès qu’en consultant sa fiche militaire : "J’ai appelé ma mère pour savoir s’il y avait un secret de famille, mais elle n’en savait rien. Elle n’avait jamais entendu parler d’un suicide de son grand-père. Ma grand-mère lui avait qu’il avait eu des gelures au pied et une maladie pulmonaire".

 

Mémoire des Hommes.

 

François-Maurice Fouassier a été enterré dans l’anonymat et son nom n’a pas été inscrit sur le monument aux morts. En découvrant la vérité, ce descendant de poilu a compris combien sa famille avait souffert de cette non-reconnaissance : "Je trouve cela particulièrement injuste que le fait de se suicider ait privé les proches de droits. La République a été sévère avec ces gens-là. Je sais que mon arrière-grand-mère a ramé socialement. Ils étaient très pauvres. C’était des métayers. Elle a été obligée de placer ses enfants chez des bourgeois en tant que domestiques".

 

Pour réparer cette injustice, Christian Persin a demandé auprès de l’Office national des anciens combattants que son arrière-grand-père soit reconnu comme Mort pour la France. Cette mention lui a été attribuée en juillet 2017. Il espère désormais que son nom apparaisse sur le Monument de Château-Gontier où il vivait avant-guerre. Cela devrait être chose faite à l’occasion du 11 novembre 2018 : "C’est une forme de réhabilitation. C’est un pauvre bougre qui a été emporté dans une énorme boucherie. Il y a laissé non seulement sa vie, mais sa famille en a aussi payé le prix". L’historien Xavier Trochu partage son avis. Pour lui, il est enfin temps de regarder ce passé en face : "C’est quelque chose de tabou et de pas facile. À l’époque, on a poussé l’individu à son extrême. C’est un sujet qui est difficile d’accès, mais qui mérite toute notre attention. Si ces hommes étaient restés dans un monde de paix, jamais il n’auraient pensé à se suicider".

 

Sources :

Stéphanie Trouillard - France 24

 

Voir les commentaires